Titre : Il m'a tout pris

Auteur : Yuuki Momoru

Couple : NaruSasu

Disclaimer : Ils ne sont pas à moi !

Bonne lecture à tous !


Chapitre 5 : Jamais


Ne le lâcherait-il donc jamais ? Naruto se le demandait pour la énième fois. Sasuke avait la mauvaise manie de le suivre depuis quelque temps, il soupira et tourna la tête vers le jeune brun. Celui-ci jouait tranquillement avec le bas de son t-shirt avec un petit air pensif, tandis que le plus âgé essayait de réviser pour ses premiers partiels. Ils étaient tous les deux assis à même le sol, près du radiateur, les jours se refroidissaient au grand désarroi de Naruto, car non seulement son colocataire était collant, mais en plus il était frileux. Ce dernier s'allongea presque sur le dos du blond alors qu'un frisson lui parcourait l'échine.

- Sasuke...tu comptes rester là longtemps ?

- J'ai froid.

- J'avais remarqué...

Naruto n'ajouta rien, et retint un long soupire d'agonie. Il trouvait que Sasuke en profitait un peu trop. Cependant c'était trop tard, il avait bien dit devant tout le monde qu'il n'abandonnerait pas un jeune garçon de seize ans déjà fragile émotionnellement. Quand Sasuke avait commencé à le toucher de cette manière, il avait évidemment protesté, mais...mais il avait eu des remords en le voyant se renfermer encore un peu plus.

Soudain deux bras fins qui s'enroulaient clandestinement sur sa taille, le sortirent de ses pensées. Naruto marmonna un peu, et se dégagea le plus possible. Ce n'était pas chose aisée, vue la force qu'y m'était Sasuke. Celui-ci portait encore un des pulls de Naruto, qui le remarqua et se pinça les lèvres. Il lui avait promis qu'il allait lui acheter de nouvelles fringues, le problème était le peu d'argent que disposait l'étudiant. La seule solution avait été de travailler plus que d'habitude, ce que Sasuke n'appréciait pas, et il le montrait de plus en plus.

Naruto ne savait plus quoi penser du jeune brun, il sentait bien que celui-ci s'attachait un peu trop à lui, mais que pouvait-il dire ? Lui-même avait connu ce besoin d'avoir l'attention de quelqu'un, ce besoin d'étreindre une mère ou un père, et cela à chaque fois qu'il voyait un de ses camarades de primaire dans les bras d'un de ses parents. « C'est injuste... » : était sa seule pensée, et c'était sûrement celle de Sasuke quand il repensait à ce qu'il avait perdu cette nuit-là.

Il ne se doutait pas à quel point il avait raison.

Sasuke frotta discrètement son nez contre la nuque chaude de son hôte. Il aimait faire ça, mais ce qu'il aimait le plus était de le sentir frissonner sous ses petites caresses. Naruto ne semblait pas comprendre qu'il l'attirait un peu plus tous les jours. Sasuke sourit sous cape, sa joue contre l'une des omoplates de son vis-à-vis. Lui qui pensait ne plus jamais ressentir ça.

« Ne jamais dire jamais. » : comme disait sa mère.

Le portable de Naruto sonna, le sortant de sa rêverie. Le blond se leva en poussant une petite plainte et Sasuke fût forcé de le lâcher. Il observa la démarche de Naruto, sa façon de se tenir, et de parler. Son hôte avait toujours ses petites mimiques qui amusaient beaucoup le jeune brun, comme par exemple cette manie qu'il avait de se voûter un peu quand il était gêné, ou celle de se ronger les ongles quand il réfléchissait, ou encore une plus rare : quand Naruto mangeait du chocolat en tablette, ce qui arrivait très peu souvent à cause d'un budget très serré, il le dégustait en jouant avec ses cheveux. La première fois que Sasuke avait vu ça, il avait eu envie d'éclater de rire. Lui qui pensait ne plus jamais rire.

Il sourit. C'était officiel, Naruto était son ange gardien.

- Sasuke ? Interpella Naruto.

- Hm ?

- Sakura passera dans la journée, elle veut me faire réviser.

Sasuke grimaça à l'entente de ce nom, il ne l'aimait pas parce qu'elle était amoureuse de Naruto. Ça crevait les yeux, et il espérait au fond de lui qu'elle ne le lui dirait jamais. Espoir, qu'il savait vain.

- Elle ne peut pas venir un autre jour ? Demanda Sasuke, agacé.

Naruto écarquilla légèrement les yeux, puis la surprise laissa place au souvenir de la première rencontre entre la jeune fille et son colocataire. Il se détourna un instant du regard insistant de Sasuke, signe qu'il allait dire quelque chose qui allait forcément déplaire au brun. Cela n'échappa pas, c'était un non catégorique mais compatissant. Naruto lui demandait implicitement de faire des efforts avec cette « pauvre conne aux cheveux si roses qu'elle ferait un parfait gyrophare à elle toute seule » – son petit nom. Sasuke l'avait décrypté dans ses gestes. Le blond pouvait être très imprévisible, mais quand il s'agissait du langage du corps il était aussi transparent que le vent.

- J'ai encore plus froid, fit Sasuke en se resserrant sur lui-même.

Naruto soupira, le jeune brun savait que le blond allait dire quelque chose pour la forme et finirait par céder :

- Pire qu'un gosse.

Il s'avança, s'assit et laissa Sasuke s'appuyer de nouveau contre lui. La matinée passa ainsi, tranquillement. Vers un peu plus que midi, Naruto prépara du poisson, Sasuke dévora sa part sans le montrer pour autant, tandis que Naruto le savourait. Ce n'était pas tous les jours qu'ils pourraient manger ce genre de mets.

Sakura arriva un peu plus tard, vers le début de l'après-midi, et Sasuke n'avait jamais été aussi collant. Quand elle franchit le palier, elle sentit de suite un regard la brûlant de toutes parts. Ses soupçons se confirma dès lors qu'elle vit le jeune brun s'accrocher au sweat-shirt de son ami. Il n'allait pas lui rendre la tâche facile, elle savait qu'elle avait affaire avec un énorme obstacle, sans compter que Naruto le laissait faire en ne protestant qu'à peine. Sakura fronça les sourcils, mais ne dit rien et se contenta de poser son sac sur une des chaises libres. Naruto l'invita à s'installer, ce qu'elle fît, pendant qu'il nettoyait rapidement la table. Sasuke n'était jamais loin, l'observant faire avec nonchalance.

Sakura commença à ouvrir ses cahiers et ses livres sans lâcher le brun des yeux. A ce rythme, Sasuke allait prendre trop de place dans la vie de Naruto, et la jeune fille connaissait bien son ami, il s'attachait et il était dur pour lui de laisser la personne partir, que celle-ci soit bonne ou mauvaise, le blond ne semblait jamais s'en soucier. L'exemple même, était Gaara. Un étrange rouquin, plus violent que bavard, avec lequel Naruto avait construit une solide amitié, cependant ça n'avait pas toujours été facile. Gaara avait un casier judiciaire plutôt sanglant. Et un jour il s'était emporté par ses pulsions : dans un excès de colère, il avait manqué d'étrangler Naruto. Cette histoire avait bien fini selon le point de vue, puisqu'ils sont restés amis, et bien que Gaara habitait Suna, ils restaient toujours en contact, ce que Sakura voyait d'un mauvais œil.

En bref, Naruto avait la mauvaise habitude de se lier d'amitié avec la pire crapule, qu'il soit fou, psychopathe ou déséquilibré, ce qui collait parfaitement au profil de Sasuke Uchiha. Elle n'allait pas le blâmer, après tout il avait perdu ses parents et son grand frère était encore recherché par la police, mais elle ne tenait pas à le voir tourner autour de Naruto. Elle le connaissait depuis bien plus longtemps que lui, il était donc normal qu'elle soit celle que le blond choisirait.

Naruto finit par s'asseoir en s'excusant de l'avoir fait attendre, et s'installa à son tour. Sasuke prit place à côté de lui sans un mot, et regarda par dessus son épaule. La séance de révision commença, et Sakura faisait toujours en sorte que Sasuke soit mit à l'écart. Elle le coupait quand il voulait parler, elle attirait l'attention de Naruto quand le brun souhaitait lui demander quelque chose. Puis soudain Naruto haussa un sourcil alors qu'il lisait son livre. Sakura le vit et l'interrogea innocemment :

- Qu'est-ce qu'il y a ?

- Il ne comprend pas, intervint Sasuke en lisant la ligne que son hôte relisait sans arrêt.

- Quoi ? Fit Sakura, étonnée.

- Quand il fait cette tête, ça veut dire qu'il ne comprend pas quelque chose, lui expliqua Sasuke.

- Hé, j'suis encore là, vous savez, interpela Naruto en levant le bras.

Mais Sakura ne l'écoutait déjà plus, elle fusilla le jeune brun du regard, qui le lui rendit bien. Ce sale gamin empiétait tellement sur la vie de son ami, qu'il connaissait par cœur chaque signification de ses gestes. Elle serra les poings, et manqua de briser la table quand Sasuke entoura ses bras autour du cou de Naruto tout en lui expliquant le mot qui lui avait posé problème. Le blond passa une main dans ses cheveux, tout en se voûtant un peu vers l'avant. Sasuke savait aussi ce que cela voulait dire : « Merde, j'me fais aider par un gamin de seize ans, j'ai honte mais je ne veux pas le montrer. », le brun sourit et plongea, sans s'en rendre compte, le nez dans la chevelure soyeuse et brillante de son hôte. Sakura brisa le silence en se raclant la gorge :

- Naruto, tu comptes le laisser te tripoter longtemps ?

Le blond releva des yeux surpris vers la jeune fille, il ne comprenait pas où elle voulait en venir. Sasuke était toujours ainsi, enfin, peut-être un peu plus ces derniers temps, mais Naruto ne se méfiait pas le moins du monde. Sasuke était peut-être un peu cinglé, il n'était sans doute pas un pervers.

- Il ne fait rien de méchant, lui répondit-il.

Elle parut scandalisée :

- Pardon ? Depuis tout à l'heure il n'arrête pas avec ses...ses attouchements.

- Il me câline juste, n'est-ce pas ? Demanda t-il en tournant la tête vers Sasuke.

Celui-ci semblait énervé par la remarque de Sakura, ce que Naruto pouvait comprendre, lui non plus n'aimerait pas être traité comme un satyre à tort ou à travers. Sasuke ne supportait pas de voir cette pauvre conne essayer de monter Naruto contre lui. Par vengeance, il se contenta d'enfoncer son visage dans le cou de l'étudiant. Cela ne rata pas, Sakura se crispa un peu plus chaque seconde, et soudain, elle finit par éclater sa colère et sa jalousie :

- Mais lâche-le ! Espèce de triso !

- Sakura ? Qu'est-ce qui te prend ? S'exclama le blond en écarquillant les yeux.

- Naruto ! Tu vois pas qu'il en profite un peu trop ?

- Il a besoin de ça, lui répliqua t-il.

- Besoin ? Tu te fous de moi ? Tu as juste peur qu'il vienne te tirer une balle en pleine tête si tu ne le laisses pas faire !

Le silence. Sasuke priait pour qu'il la contredise, mais rien ne vint. Absolument rien. Les larmes aux yeux, il se détacha violemment de Naruto et courut vers la porte d'entrée. Il l'entendit l'appeler, mais ne se retourna pas et claqua la porte derrière lui. Il était pieds nus, mais peu importait, sa gorge et son cœur se serrèrent aux mots de Sakura. Lui qui voulait tout faire pour qu'elle ne l'atteignît pas, lui qui voulait gagner contre elle. Il marcha longtemps dans les rues, le visage tourné vers le sol, blessé comme jamais, il devinait qu'il avait les yeux rouges.

Pourquoi Naruto n'avait rien dit ? Avait-il peur de lui ? Avait-il peur qu'il s'en prît à lui ? La seule personne que Sasuke pouvait tuer était son frère. A cette pensée, son cœur se serra davantage. Les journées étaient plus courtes, et il allait bientôt faire nuit. La nuit, depuis presque un mois, il la passait avec Naruto, couché à côté de son futon, observant attentivement la respiration calme du blond, son ventre qui soulevait la couverture et l'abaissait comme une petite vague qui allait et venait. Il l'écoutait respirer, comme il écoutait la mer. Il était dépendant de lui, comme son corps était dépendant d'eau. Il se mordit la lèvre inférieure, et ses larmes continuèrent de couler dans ce silence si angoissant. Il n'y avait plus personne pour respirer à ses côtés.

Parce qu'ils étaient tous morts.

Il se pencha en avant, voulu vomir. Il ne désirait pas voir cette pimbêche rose prendre la dernière personne sur cette Terre à qui il avait donné toute sa confiance, et tout son amour.

- Qu'est-ce que tu fiches ici ? Cria une voix.

Sasuke se retourna, les yeux exorbités.


Naruto n'en revenait pas, Sakura fulminait à cause de son rapprochement, plutôt étrange ça il le reconnaissait, avec Sasuke. Celui-ci s'était enfuit, sans chaussures, et il ne s'attendait pas à s'inquiéter autant pour le jeune brun. Il ne savait pas s'il devait en vouloir à Sakura ou à Sasuke de le faire tourner en bourrique. Car, il s'y était habitué, aux mains de Sasuke sur son dos, ou son torse, et il ne la trouvait pas désagréable cette joue contre la sienne. Ces perles noires qui se perdaient dans son regard, il ne pouvait pas dire qu'il ne les appréciait pas non plus. Ce constat lui fit un peu peur sur le coup.

Mais ce n'était pas le moment de douter, Sasuke avait sans doute froid dehors, et Dieu seul sait où il allait le retrouver. Sans oublier qu'il était le sujet d'une enquête, et que des policiers faisaient des rondes dans l'espoir d'apercevoir une tête brune. Naruto ne souhaitait pas ça, il ne voulait pas le savoir enfermé dans une pièce blanche, sans chaleur, sans lumière, sans lui. Il fit un pas vers la porte, mais Sakura lui barra la route.

- Il vaut mieux qu'il s'en aille d'ici. Sasuke n'est pas à sa place, il doit retourner se faire soigner.

- Quoi ? Se faire soigner ? Alors t'es d'accord avec tous ces péquenots ! Il est pas fou, il a besoin d'amour, d'attention ! De quelqu'un qui veuille bien lui tenir la main !

- Et tu serais prêt à lui donner tout ça ?

- Bien sûr ! J'avais un peu mal avec lui au début, mais...mais il est...il est juste perdu, et il est seul.

Sakura n'en croyait pas ses oreilles, elle leva les bras en l'air, détourna la tête en inspirant afin de garder son calme.

- Serais-tu prêt à lui donner plus ?

Naruto haussa un sourcil :

- Comment ça « plus » ?

- Ce n'est pas ton amitié qu'il veut, sa façon de te toucher, te regarder, te parler, et...et te sentir ! Ne me dis pas que tu ne l'as pas remarqué ?

Naruto sourit nerveusement, et la poussa pour sortir. Non, il ne le voyait pas, et non il ne voulait rien savoir. Sa mission pour le moment était de retrouver Sasuke avant que cet abruti n'eût les pieds tout bleu. Sakura l'appelait, l'ordonnait de revenir, mais il en avait assez d'elle, elle n'arrêtait pas de le mettre sous pression, d'agir comme si elle connaissait mieux que lui ses propres sentiments. Sasuke, lui, avait ses grands silences qui le réconfortaient, sa façon de le traiter d'abruti sans pour autant le penser vraiment, il ne l'avait jamais jugé.

Sasuke était seul tout comme lui l'avait été quand il était encore à l'orphelinat.

Il courut encore longtemps, chercha dans chaque rue, chaque recoin, et plus la soirée avançait, plus la nuit s'installait. Et il ne rencontrait que des soûlards, des clochards et des prostituées, il se rendit compte qu'il avait atterrit dans un de ses quartiers malfamés, ou parfois il voyait garer ça et là quelques caravanes. Sasuke ne pouvait tout de même pas être là ! Sa respiration se saccada de panique, ses gestes devinrent moins précis et il manqua plusieurs fois de trébucher sur son propre pied. Sasuke était sous sa responsabilité, il lui avait promis que rien ne lui arriverait tant qu'il serait là, et maintenant ? Naruto se fit peur en imaginant toutes les conclusions les plus horribles et les plus improbables.

- Hé...je peux t'aider mon mignon ? Demanda une femme à l'allure vulgaire.

- N-non, merci, il hésita un instant, en fait si, je cherche quelqu'un.

- Ah ? Fit-elle en clignant les yeux.

- Un garçon aux cheveux noirs qui lui rebiquent sur le crâne, et des yeux très noirs, il a aussi une peau très blanche comme celle des poupées en porcelaine, et...et...

- Te fatigue pas mon joli, j'ai vu quelqu'un l'emmener avec lui y a pas un quart d'heure, déclara t-elle en croisant les bras.

Naruto retint un soupire de soulagement quand lui vint la question : « qui ? », la prostituée devina son trouble et lui dit :

- Il promène souvent son chien dans ce quartier, un énorme clébard blanc qui amuse les gosses d'ici.

- Kiba..., murmura Naruto.

- Ouaih, ça doit être comme ça qu'il s'appelle le mec.

Naruto lui offrit dans de ses plus beaux sourires en la remerciant, et se mit à courir. Naruto s'élança vers la maison de Kiba, qui n'habitait pas très loin des bas quartiers. Dès qu'il passa la grille, il entendit les chiens aboyer après lui, et vit un rideau s'étirer, le visage de son ami apparut. Naruto continua de courir vers la porte, priant pour qu'aucun des chiens ne viennent lui mordre les mollets. Quand il lui ouvrit, il aperçut de suite Sasuke assit sur le canapé, un chocolat chaud entre ses fines mains.

Sans un regard pour Kiba, le blond se précipita vers son protégé.

- Tu m'as fait peur, imbécile !

Sasuke était partagé entre être heureux de le voir là, et en colère contre lui pour ce qu'il s'était passé plus tôt. Finalement il attira Naruto à lui, et le serra dans ses bras aussi fort qu'il put.

- Tu m'as cherché partout ?

- Bien sûr ! Répondit le blond, en passant ses bras dans le dos de Sasuke.

- Tu t'es inquiété ?

- Qu'est-ce que tu crois ? Je me suis fait un sang d'encre !

- Tu as peur de moi ? Lui demanda Sasuke plus gravement.

Le même silence que plus tôt, et le jeune brun retint un sanglot. Kiba observait, et se rendant compte qu'il gênait, il prétexta que sa mère voulait sûrement de l'aide dans la cuisine, puis partit.

Naruto soupira et ferma les yeux, il s'accroupit afin d'être en face du plus jeune, et prit son visage en coupe. Il essuya quelques larmes traîtresses et sentit son cœur se serrer quand il vit les lèvres de Sasuke se tordre. Il sourit et posa son front contre le sien, leurs nez se frôlaient, des papillons voletaient en masse dans le ventre de Sasuke, celui-ci déglutit.

- J'ai pas peur de toi, c'est juste que...j'espère ne plus jamais te revoir dans cet état. J'ai peur de te revoir pleurer de cette manière là, et de ne pas pouvoir l'empêcher. J'ai peur de ne pas être à la hauteur de ce que tu m'as demandé en venant chez moi.

- Et Sakura ?

- Quoi, Sakura ?

- Tu l'aimes ? Interrogea Sasuke.

Naruto se redressa et le fixa les yeux ronds.

- Non...non, je ne crois pas. Je l'ai aimé au collège et un peu au lycée, mais tu sais...quand je m'imagine avec elle, je me sens pas vraiment à l'aise.

- Ah bon ?

- Elle...disons que c'est pas une fille pour moi.

Sasuke sourit imperceptiblement, et se rapprocha du visage de Naruto tout en fermant les yeux. Il déposa un léger baiser sur sa joue, et entoura ses bras autour de son cou.

- J'ai froid.

- A quoi tu t'attendais, crétin ? A courir dehors pieds nus !

- Hm...

Malgré lui, les paroles de Sakura revinrent en sa mémoire, Naruto se sentit mal d'un coup, il caressa sa joue là où Sasuke l'avait embrassé. Il tourna le regard vers Kiba qui était revenu entre temps. Celui-ci semblait lui aussi se poser des questions, Naruto se racla la gorge et proposa au jeune brun de partir. Kiba soupira et lui prêta des chaussures.

- Je te remercie, fit-il à Kiba tandis que Sasuke partit en direction de la sortie.

- C'est rien, mais...Naruto ?

- Oui ?

- Il serait pas un peu...euh...enfin, amoureux de toi ?

Le monde devint blanc un instant, mais Naruto ne répondit pas. Il se contenta de lui sourire et de partir sans un mot de plus. Ils prirent le chemin de l'appartement, Sasuke déclara avoir froid aux mains et attrapa celle du blond. Ce dernier fixa leurs mains enlacées un long moment, « sa manière de te toucher... ». Naruto ne savait pas trop quoi penser de tout cela, du comportement de Sasuke, il n'était pas contre l'amour entre hommes, mais...entre ça et être homosexuel, il y avait tout un monde.

Il espérait au plus profond de lui que Sakura et Kiba avaient tort.

Quand ils arrivèrent enfin, l'heure était bien avancée. Naruto prépara tout de même des ramens, se moquant d'entendre Sasuke grommeler que cette nourriture n'était pas saine. Le portable, jusque là rester sur la table, sonna de nouveau. Naruto haussa un sourcil en voyant le nom apparaître, et répondit :

- Sakura ?

- Ah ! Enfin ! Tu sais que les portables servent généralement à joindre quelqu'un qu'importe où il se trouve ?

- Oui, oui je sais, excuse-moi, mais dans la précipitation...

Sasuke observait du coin de l'œil, un regard plus noir et menaçant que jamais.

- ...enfin, t'étais là, termina t-il.

- Je suis désolée pour tout à l'heure et je...je tenais aussi à m'excuser auprès de Sasuke, il est près de toi ? J'aimerais lui parler.

Le bleu de ses yeux s'illumina, et Naruto sourit en répondant à l'affirmatif, il passa le téléphone à Sasuke qui scrutait l'objet comme s'il s'agissait d'une arme satanique.

- C'est pour toi.

Le sourire du blond eut pour effet de faire danser de nouveau les papillons au creux de son ventre, il le saisit et attendit que l'autre parle :

- Sasuke ?

- Hn.

- Contente de t'entendre !

Il eut envie de l'envoyer sur les roses et de raccrocher, mais celle de faire plaisir à Naruto prit le dessus.

- Je voulais juste te prévenir.

Il fronça les sourcils.

- Je les ai appelé, ils ne vont pas tarder.

Son cœur s'accéléra.

- Ça t'apprendra à jouer avec Naruto.

Quelqu'un frappa à la porte.

Non.


Reviews ?