Chapitre 4 : Tant que nous le considérerons ainsi.

Le ciel avait tous pour déprimer un Homme. D'un gris pale et sans éclat, les nuages ne bougeaient pas. Donnant un aspect paralysée à l'horizon, que l'on pouvait à peine distinguer, tant la palette de blanc et de gris, qui la composait, était dilué l'un dans l'autre.

Pour en rajouter, à cette morosité qui planait ce jour là, Naruto n'arrivait pas à trouvé la moindre pensée positive.

Même avoir sa fille dans ses bras, la voir sourire et rire, ne le distrayait plus autant qu'avant. Au contraire, cela lui faisait revenir en mémoire la douloureuse possibilité de ne plus l'avoir avec lui.

Il en souffrait affreusement. Cette attente, il n'en pouvait plus et toute cette tentions le rendait irritable.

Sasuke, lui, avait préféré rentrer chez lui, pour la journée, il avait besoin de calme pour réfléchir à leur situation. Pas que les pleurs impromptu du bébé le dérangeait, mais, comme pour son compagnon, cela lui faisait trop pensé à cette horrible possibilité.

Au départ, il s'était juré de rester au calme, jusqu'a ce qu'il trouve une solution, mais le remord d'avoir laissé Naruto seul avec la petite, le décida bien vite à le rejoindre chez ce dernier. Sur le chemin, il pesta contre lui même de l'avoir laissé alors qu'il devait être encore plus mal que lui, se trouvant égoïste et d'une saloperie sans nom.

Il s'arrêta dans une petite superette afin d'acheter le mai le plus apprécié de son compagnon, à savoir quelques ramen, histoire de se faire en peu pardonné. En fait c'était surtout qu'il était sur que Naruto n'avait rien mangé depuis hier soir.

Lorsqu'il arriva, il n'entendit aucun bruit, ce qui l'inquiéta en peu.
" Naruto ? Appela t il en s'avançant dans le salon."

Il tendit l'oreille, alors qu'il lui sembla percevoir le faible tintement, de la boite à musique de Kotori, qui provenait de sa chambre. Il laissa ses achats sur le rebot d'un plan de travail de la cuisine, et suivit le minuscule couloir, jusqu'à la chambre de la fillette.

" Tu veux manger ? Demanda t il à Naruto, ce dernier était assis devant le lit à barreau de l'enfant. Il restait prostré, le regard dans le vague, cherchant vaguement à fixer son attention sur quelque chose, en vain.

La question, ou plutôt, la voix qui retenti d'un coup, le sorti de sa torpeur en peu brusquement et laissa un sursaut surprendre ses épaules.

" Je ne t'ai pas entendu arriver."

Sasuke s'approcha de lui et lui intima de venir contre lui, ce que fit docilement Naruto. Il l'embrassa avec tendresse, tous en caressant ses joues.

" Je suis désolé, tu sais.

- Pourquoi ?

- Je t'ai laissé seul toute la matinée. Ce n'est pas vraiment le moment.

- Te voir t'excusé est assez inhabituel pour que tu sois pardonné à l'instant."

Sasuke ne riposta pas à la provocation, qui tenait plus de l élan affectif que agressif.

- Tu as des ramen à la cuisine. Tu me fais plaisir en allant avaler quelque chose ?"

Pour seul réponse, Naruto détourna les yeux. Il n'avait pas faim, même il ne savait pas comment, on pouvait penser à se nourrie en ce moment. Ce comportement le surprenait vraiment, il pensa honnêtement, qu'il allait finir par faire une dépression.

" Naruto. Se désespéra Sasuke. A rester ici on va la réveiller."

Cet argument sembla bien plus efficace que la proposition nutritionnelle, le blond lui adressa un regard compréhensif et sortit avec lui de la chambre.

Finalement, ils se retrouvèrent tous les deux attablé, un bol fumant de bouillon devant le nez. Aucun des deux n'osait commencer. Naruto qui n'avait pas faim, attendait de voir Sasuke manger. L'envi lui viendrait peu être à cette vue. Quand à Sasuke, non seulement, il n'avait pas très faim, mais voir son compagnon dans un tel état de détresse lui coupait le peu d'envi de nourriture qui lui restait.

Pour faire simple, tous deux se rongeaient les sangs.

Naruto se leva d'un bon, saisissant le bol devant lui et le fracassant contre le sol d'un geste de rage.

« Je ne peux pas supporter ça ! Hurla t- il enragé. Comment fait tu pour être si calme ? »

Il passa une main lasse sur son visage

« Je ne suis pas aussi tranquille que tu semble le penser. Assura l'Uchiha en se levant.»

Il avait une mine fermé ou juste ses yeux trahissait un semblant d'énervement mélangé à de l'inquiétude.

Les deux se toisèrent du regard, aussi peu alaise l'un que l'autre. Il n'y avait eu plus de telle tension entre eux depuis des mois. Leur dernière dispute remontant à la fois ou, Naruto avait était désigné pour une mission trop longue au gout de son petit ami. Mais rien de comparable à celle-ci.

Naruto avait besoin d'un défouloir pour extérioriser toute l'angoisse qui avait fini par totalement l'envahir. Sasuke le savait bien et acceptait de subir cette violente colère contre lui, même si il savait tres bien que ce n'était pas la meilleure chose à faire.

« Je l'aime peux comprendre ça ? Je l'aime comme ma propre fille ! Je ne supporterais pas qu'on me la prenne comme ça. Juste…juste

- Par ce que tu es gay. Fini Sasuke sur un ton lourd. »

Naruto se paralysa sous cette révélation, qui venait de lui éclater à la figure. Il en avait était tous a fait conscient, que c'était la seul raison à leur malheur, mais avait voulu chercher autre chose. Ne voulant pas accepter que sa soit son orientation sexuel, la cause de cette histoire.

Il se souvint du regard écœuré du père de Sakura et jugea qu'il ne pouvait plus se voiler la face.
La vrais raison qui avait poussé les grands parents à vouloir Kotori avec eux, plus que le fait de vouloir élever leur petite fille, était simplement le fait qu'ils étaient un couple homosexuel.

Cette vérité le dégouta franchement, et il du se retenir pour ne pas laisser un au le cœur allé plus loin que ses lèvres.

Naruto passa des mains fébriles sur son visage, lentement, très lentement, cherchant à calmer tous ces tremblements incontrôlables.

Il senti les bras de son compagnon l'enlacer, et sa voix lui murmurant de se calmer et de l'écouter attentivement.

« On finira pas trouver une solution. Kotori restera avec nous. Je te le jure.»

C'était si facile de prononcer ces mots, et en même temps, si difficile d'y croire.

L'après - midi arriva enfin et les deux garçons, accompagné bien sur du bébé, désirèrent d'aller demander conseil à leur Hokage.

Même si Naruto c'était montrer en peu retissant, puisque pour lui, elle était devenu en quelque sorte complice de la manigance des grands- parents.

Kotori installé dans un foulard, accroché au ventre de Naruto, dormait tranquillement contre le torse de ce dernier. Le biberon qu'elle avait avalé quelques temps plus tôt ayant fait office de somnifère. Naruto aimait la porter ainsi, il pouvait sentir son rythme cardiaque, qu'il trouvait rapide, contre lui. Il adorait ça.

Se fut Sasuke qui parla, jugeant bon, que si Naruto commencer ils n'arriveraient a rien tant il pouvait se montrer trop expansif en paroles inutiles.

« Nous avons quelque chose à proposer, aux parents de Sakura. Expliqua t'il après que Tsunade leur ai demandé le motif de leur visite.

- Je vous écoute. »

Naruto interrogea Sasuke du regard et ce dernier lui mima un « fait moi confiance » du regard.

« Sakura à bien désigné Naruto comme tuteur légal pour sa fille. C'est écrit noir sur blanc sur son testament, écrit de sa main, de sur croit. Je suis sur que n'importe quel juge ou autre justice nous donnerais raison. Mais il ait normal que ses grands- parents puisse la voir aussi.

- Sasuke ! interpela le blond surprit.

Laisse-moi finir. Coupa t il sèchement. Bref, je propose un droit de visite que l'on accordera aux grands parents. Ils pourront donc la voir autant qu'ils le veulent, chez nous bien sur, ou avec un de nous deux à leur domicile. »

Tsunade paru bien réfléchir a ce qu'il venait de dire.

« Cela me semble la meilleure décision à prendre. Conclut-elle après de longues minutes de silence. J'en parlerais des demain à la famille de Sakura. »

Naruto qui ne semblait pas totalement convaincu que les grands parents acceptent ce marché, laissa un gros soupir inquiet passé ses lèvres. La petite fille se réveilla et commença à pleurer contre lui pour une raison inconnu. Ses cris envahir bientôt tous l'ensemble du bâtiment officiel de l'Hokage.

Tsunade se dirigea vers le bébé, en peu attendrit de voir, Naruto et Sasuke au prés de l'enfant avec autant de prestance et de soin que de vrais parents. Kotori cessa vite de pleurer et resta tranquille dans les bras de son père.

Elle regarda avec de grands yeux curieux, le nouveau visage prés d'elle. Il était aussi doux que les autre aux quel elle était habitué, mais son parfum était plus sucrée que les autres déjà perçu.

« Elle est vraiment belle. Déclara Tsunade en caressant le petit crane du bébé, ou un duvet de cheveux brun commençait à pousser. »

Elle contempla ses grands yeux vert, aussi beau que ceux de sa mère disparu. Rien que part ce regard, elle comprit que le bébé était parfaitement heureuse avec ses deux pères.

Parfois, on aimerait que rien ne se passe comme prévu, pour pouvoir passer le temps plus vite, tromper son ennui avec des événements inattendu.

Naruto avait toujours aimé les imprévus, tous ce qui pouvait surprendre, il le recherchait de nature.

Mais la, se fut bien la seule fois ou il avait espérer que tous se passe comme prévu.

Cela faisait une semaine, que Tsunade avait parlé aux grands-parents de Kotori et ces derniers avait demandé une semaine justement, avant de donné leur réponses.

Normalement, ils avaient prit une décision et devait donner leur position aujourd'hui.
Il était à la fois impatient, que cela se finisse, mais appréhendé beaucoup aussi.

Il avait demandé à Tsunade de les faire venir chez eux vers les 17heures, pour qu'ils puissent discuter, et l'heure était arrivée.

Quand on sonna à la porte, il fixa Sasuke inquiet. Ce dernier leva les yeux au ciel, en le suppliant de se détendre et alla ouvrir en jetant un « tu ressemble à une vrais mère poule. » dernière remarque qui ne lui plus qu'à moitié.

Ce ne fut pas les grands parents qu'il vit en premier mais de parfait inconnu, deux femmes pour être précis. L'une aux cheveux court avec des traits tirés et de vilaines lunettes rondes. Quand à l'autre, plus petite et ronde de partout, elle gigotait dans tous les sens une fois arrêter, témoin d'un malaise constant.

La plus petite fixait Kotori, docilement assises contre la bouée peluche, jouant avec quelques petits animaux en plastiques mou. Son regard ne rassura pas Naruto qui se demandait bien qui pouvait être ses femmes. Lorsqu'il se leva pour prendre Kotori dans ses bras, la femme aux traits tirés lui emboita le bas et prit le bébé d'une façon en peu brusque qui la fit pleurer.

« Ne la touchez pas. Ordonna-t-elle. »

Sasuke arriva en grande hâte très en colère.

« Qu'est ce que vous faites ?

Nous sommes ici pour Kotori. Expliqua la petite grosse. Ses grands parents, on appeler notre services, expliquant leur inquiétudes au sujet de l'enfant.

Qu'elles inquiétudes ? interrogea Naruto abasourdi par ce qu'il se passait.

Vous êtes ensemble ? demanda la femme rachitique sans répondre. »

Leur deux regards en peu perdu sembla leur suffire et l'un d'elle consenti enfin à donner la vrais explication.

« hmm. Hésita-t-elle. Vus la nature de votre relation, il est normal que l'on se pose des questions sur comment et l'élever l'enfant. De plus son grand-père craint une perversion précoce de sa petite fille. »

Naruto cru s'étouffer de rage, son point se ferma et se fut Sasuke qui arrêta son futur geste.

« Comment osez-vous ! Cracha le blond furieux. Insinuer de pareil chose et tous simplement à vomir !

Quoiqu'il en soit. Rectifia la femme à lunette, nous avons ordre de prendre l'enfant dans notre service jusqu'à ce que cette affaire soit mise au claire. »

Sasuke prit sur lui pour ne pas exploser comme son compagnon, jouer la carte de la docilité était, selon lui, essentiel en ce moment. Il serra très fort la main de Naruto pour le calmer en peu, alors que devant eux, Kotori ne semblait pas vouloir le faire.

Lorsque les femmes furent enfin partit, après que Sasuke leur ai donné quelques affaire de sa fille, il rejoignit immédiatement Naruto dans leur chambre.
Ce dernier ne tentait même plus de cacher quoique ce soit. Que ce soit ses larmes ou ses colères.

Son point s'était plusieurs fois entrechoqué contre le mur de la chambre, commençant à le fendiller, éclatant presque les os de sa main, blessant sa peau jusqu'aux sangs.

Sasuke ne l'empêcha pas. Il attendit quelques secondes qu'il le face tous seul et s'agenouilla devant lui lorsque ce dernier se laissa tomber au sol.

Pourquoi il réagissait avec autant de violence ? Naruto n'arrivait pas à la comprendre totalement. Il avait mal. Très mal, le fait que l'on puisse penser ce genre de perversité sur lui et son couple le rebutait au plus au point. Juste par ce qu'il était gay, forcement, il se devait d'être pédophile en même temps ?

Cette vision des choses le remplissait d'une rage folle.

Sasuke, en peu plus calme, attrapa la main blessée et la baisa doucement. Un geste affectueux pour le réconforter.

Mais Naruto se dégagea bien vite et se mit à l'engueuler violement.

« Tu m'as juré qu'on ne me la prendrait pas ! Pourquoi tu les à laissai la prendre ? Dire toutes ses choses à gerber ? »

Ses larmes avaient creusé ses yeux et ses joues, les pigmentant d'un rouge vif.

Sasuke le tira contre lui pour le serrer aussi fort que possible. Il sentit son cœur s'emplir de rage à son tour, mais l'estompa vite. Ce n'était pas de ce sentiment qu'ils avaient besoin pour le moment.

Il remercia le ciel de pouvoir autant se contrôler et se embrassa avec en peu trop de passion les lèvres de Naruto.

Il chercha en suite sa tempe pour la baiser également, toujours sans dire un mot, et essuya les larmes d'un geste rapide du pousse.

« Kotori est notre fille. On pourra dire toutes les horreurs du monde, rien ne changera ça. Assura dans un chuchotement l'Uchiha. Je t'ai dit qu'on l'élèverait ensemble. Sakura nous la demander et je compte bien tenir cette promesse. »

Ils avaient, choisi, ensemble de devenir père. Il était normal que cela soit dur par moment.

Un enfant était bien difficile à assumer, mais c'était leur enfant. Leur fille.

Tous deux étaient convaincus que personne ne pourrait leur enlever ça. Apres tous, un enfant se devait, de vivre avec ses parents.

Ces pensés quelques peu naïfs les rassura en peu, sur les perspectives avenirs, qui les terrifiaient.

Note de l'auteur :

Une chose est sur, je me suis lâchée sur ce chapitre. Je pense que l'on ressent bien l'injustice de ce qui leur arrive. Du moins je l'espère.

Est-je était trop cruel ? Vous pouvez tous me dire lol

A très bientôt.