Fic uniquement du point de vue de Bella...

Tous les personnages appartiennent à SM, je ne fais que jouer avec !!!

Chapitre 1

Depuis mon entrée en terminale, je passais beaucoup plus de temps en salle d'études. Le baccalauréat me préoccupait énormément, même si j'étais une bonne élève, un trou de mémoire, dans la matière au plus gros coefficient, était tout à fait envisageable.

C'est dans cette salle que je l'ai vu pour la première fois.

Je ne sais pas comment il s'appelle mais, ce n'est pas un problème, j'ai bien quelqu'un dans mon entourage qui saura me donner des renseignements sur lui. Cette école ne contient que 500 élèves. Nous y sommes tous pensionnaires à la semaine. Pour revenir à ce garçon, qui m'est apparu ce mardi matin, je dirais que c'est le plus beau de l'établissement, cette année. (L'an passé c'était Edward, mon ancien petit copain). Il a les cheveux courts noir corbeau, les yeux tout aussi noirs, le visage sans imperfection cutanée, ses lèvres sont joliment dessinées et il a une dentition parfaite. De plus, il a la peau très bronzée. Il a également un corps musclé de sportif. Bref, il me fait complètement craquer.

Ca faisait trois jours que je ne pensais qu'à lui.

Demain, je rentrais à la maison, comme tous les week-ends, et j'allais courir faire les boutiques pour m'acheter la même veste que lui. Il porte une veste en jean matelassée avec un col en fausse fourrure de mouton. Elle lui va à ravir et je me sentirai encore plus proche de lui si je portais le même vêtement. C'est bête, je sais, mais je suis comme ça !

Mon week-end fut formidable...

Mon grand-frère, Sam, est venu dîner samedi accompagné de sa femme, Emily, et de sa petite fille, Leah, âgée de 2 ans et demi, dont j'étais la marraine. Ils habitent en Suisse, donc ils ne viennent pas souvent nous voir dans le Nord de la France.

Lorsqu'il vivait à la maison, et que je n'étais pas encore à l'internat, Sam me préparait à diner et venait discuter avec moi, tous les soirs, dans ma chambre. C'était mon confident. Comme nos parents travaillaient, tous les deux, de nuit, nous restions ensemble à parler de nos histoires. Quand il a rencontré Emily, j'ai été la première au courant.

Ca m'a fait du bien de le revoir, il me manque beaucoup. Il a sa vie à présent et, moi, je vais bientôt partir vivre la mienne loin de ma famille pour poursuivre mes études.

J'ai trouvé la veste que je souhaitais. Elle est adorable. Je n'ai fait que de penser à ce garçon. Mes rêves furent merveilleux...

Demain matin, j'irai voir Alice, ma meilleure amie, afin de savoir si elle a réussi à obtenir des informations à son sujet. Elle devait questionner son frère, Alec, qui est en première littéraire. Il doit le connaitre ou, tout au moins, le voir dans le dortoir des garçons. Je croise les doigts.

De retour au lycée, j'ai rangé toutes mes affaires et, avant de me mettre au lit, je suis allée voir Alice. Je ne pouvais pas attendre jusqu'à demain matin. Elle me raconta ce que lui avait dévoilé son frère. Alors, pour commencer, mon mystérieux inconnu se prénomme Jacob, mais tout le monde l'appelait Jake. Il n'a pas de petite copine et il vient d'arriver dans l'établissement. Le seul "hic", aux yeux d'Alice, était son âge. Jacob venait de fêter ses 16 ans. Je sais que je viens, aussi, de fêter mon anniversaire et qu'il y avait plus de seize bougies à souffler sur mon gateau, normal, je viens d'atteindre la majorité: 18 ans ! Honnêtement, en ce qui me concerne, ce n'est pas un problème. Je me moque de ça !

Tout ce qui compte c'est que je suis amoureuse de lui. Comme dit le dicton: "Le coeur a ses raisons que la raison n'a pas".

Le plus difficile sera de savoir si, moi, je l'intéresse et si je suis son genre de fille. Donc, le plus dur reste à faire.

Comment allais-je l'aborder ?

Etant donné que je n'avais pas cours le lundi après-midi, j'ai squatté la salle d'études, pendant deux heures, dans l'espoir de le voir. Manque de chance, il ne pointa pas le bout de son joli nez.

Rosalie, ma camarade de chambre, m'invita à changer d'endroit. Comme il était bientôt l'heure de dîner, elle m'expliqua qu'en étant dans les premières au réfectoire, nous pourrions nous mettre à la meilleure table pour ne râter aucune entrée. Pas bête la copine !

Nous nous sommes donc installées, avec Alice en plus, à la table qui donnait juste sur la porte d'entrée.

Il était 19 heures et je commençais à penser qu'il ne viendrait pas manger, quand, lorsque j'ai voulu me rendre aux toilettes, je l'ai vu. Je me suis rassise immédiatement et je l'ai montré à mes copines, pas très discrètement mais il ne s'est rendu compte de rien.

Il était toujours aussi beau !

Il était avec un ami et, par chance, je le connaissais. Il s'appelle Eric et il est en seconde scientifique. Je l'ai aidé à faire un exposé en anglais au mois de février. Dès que j'en aurais le courage, j'irai lui parler de Jacob, il me doit bien ça après son 18/20 !

- Bella ?!!

Plongée dans mes pensées, je n'avais pas entendu Alice m'appeler. J'avais dû mettre plusieurs longues secondes avant de la remarquer car elle avait l'air un peu agacée.

- Excuse-moi, je ne t'ai pas entendue. Lui ai-je répondu.

Son visage se radoucit et elle répéta:

- Tu sais, je comprends que tu as eu le coup de foudre en le voyant. Physiquement, c'est le top, mais tu penses qu'il acceptera de sortir avec une fille comme toi ?

Si elle avait voulu m'enfoncer un poignard en plein coeur, ça aurait fait le même effet. Heureusement que j'étais assise sinon je serais tombée sur le sol blanc nacré de la cantine.

- Pourquoi ? Intervint Rosalie.

Alice repoussa son plateau repas et posa ses deux coudes sur la table.

- Franchement, il faut être réaliste. Depuis ton entrée en seconde, tu es élue la fille la plus belle du lycée par tous les garçons. Le plus petit score que tu aies obtenu, sans te présenter, a été de 70% des votes, et parce que tu sortais avec Edward. Alors, à moins qu'il ne soit aveugle, ton Jacob va prendre peur. La plus belle fille, excellente élève de terminale, qui s'intéresse à un gentil petit seconde, il va penser que c'est une mauvaise farce. Sois lucide, il ne va pas y croire un instant !

Elle avait peut-être raison mais je n'y pouvais rien si j'avais un physique agréable et une tête bien pleine. Je n'ai jamais demandé à qui que ce soit de voter pour moi. Et puis, ça fait bientôt huit mois que je suis célibataire.

- C'est vrai que tu es belle. Quelle fille n'aimerait pas être à ta place ? Intervint Rosalie. Tu mesures 1.70m, tu as de longs cheveux noirs ondulés, des yeux marrons chocolat dotés de longs cils et un visage de poupée vissé sur un corps de mannequin. Parfois, quand je suis en ta compagnie, j'ai l'impression d'être à côté d'une star. Ajouta-t-elle.

- Là, vous m'agacez toutes les deux ! Je suis une fille normale et je me fous pas mal de ce que tout le monde pense de moi. Allez, salut !

Sur ce, je me suis levée et pris la porte. En passant dans le couloir, j'ai vu Eric et Jacob en train de discuter. Prenant mon courage à deux mains, je me suis avancée vers eux.

- Bonsoir ! Leur ai-je lancé sur un ton faussement détâché.

Eric me fit la bise et me présenta à Jacob.

- Bonsoir. M'a-t-il répondu.

Ses joues avaient rosi un peu mais il était resté dans la même position qu'à mon arrivée. Il était appuyé contre le mur. Il fallait que je reste calme... Oh, mon dieu ! Quel supplice de le voir de si près sans pouvoir me blottir dans ses bras, comme dans mes rêves.

- Dis-moi, Eric, tu as encore le livre que je t'ai prêté ? Articulai-je péniblement.

- Oui. Je viens d'en terminer la lecture. Tu en as besoin pour quand ?

- C'est juste que j'ai promis à ma belle-soeur de lui prêter. Avant vendredi soir, ça ira, ce n'est pas urgent.

- Bella ?!! M'appela Alice, du bout du couloir.

- J'arrive ! Lui ai-je répondu calmement.

Avant de les quitter, pour rejoindre mes amies, j'ai osé regarder Jacob, droit dans les yeux et je lui ai dit:

- Heureuse d'avoir fait ta connaissance, j'espère qu'on se reverra...

Il me fit un très joli sourire et me répondit, avec une voix chaude et remplie de douceur:

- C'est tout à fait réciproque, Bella.

Puis, à la suite d'Eric, je me suis avancée pour lui faire la bise. Sa peau était si douce...

Il faut absolument que j'achète son parfum, à condition de pouvoir le reconnaître. Après ce rapprochement, je fis demi-tour pour retrouver mes deux amies, qui me regardaient avec un petit sourire d'encouragement du style: "Allez ma fille, plus que trois pas et nous serons là pour te rattraper si tu t'évanouis".

Je venais de faire un effort surhumain. C'est bien la première fois que j'osais prendre les devants avec un garçon. Avouons que ce n'est pas grandiose, je ne me suis pas jetée à ses pieds en lui déclarant mon amour mais, à présent, je connais le son de sa voix et il sait que j'existe. La prochaine fois que nous nous verrons, il me fera la bise, enfin, j'espère !

- Que lui as-tu dit ? Me demanda Alice.

- J'ai demandé mon livre à Eric, qui nous a présenté et je lui ai dit que j'étais contente d'avoir fait sa connaissance, il m'a répondu que c'était réciproque. Et, j'ai eu le droit à une bise ! Je ne vais plus me nettoyer le visage... Soupirai-je.

- Quel cran ! S'extasia Rosalie. Je n'aurais jamais osé faire ça.

Cette nuit-là, le sommeil ne vint pas avant 3 heures du matin.