Hello Hello :)

Alors voilà, comme je le disais à mes lectrices, je publie ma troisième fanfiction.

Je fais déjà "Le Monde Est Petit" et "Te Revoir" plus celle ci, ça m'en fait trois qui sont en cour.

Je pense pouvoir poster une fois toutes les semaines et demis par là...

Je remercies Mam'zell Marie pour avoir relis et corrigé ce chapitre :)

L'idée de cette fanfic' m'est venu alors que j'écoutais 'Parle Moi' de Soprano, Okay c'est du 'Rap' mais les paroles sont supers ;)

Pas plus de blablatages, je vous laisse lire tranquille et vous retrouve en bas, Bonne Lecture :D

Disclamer: Les personnages appartiennent à Stephanie Meyer, ce ne sont pas les miens et patatis et patatas...


« Flash Back »

Je mouillai le gant de toilette et le ramenai à Béa. Cette dernière était allongée sur le canapé, sa maladie la consumait à petit feu et je m'efforçai de ne pas lui montrer les larmes qui striaient mon visage.

-Tiens Béa, dis-je en posant le gant de toilette sur son front brûlant.

-Merci ma fille, répondit-elle faiblement.

Mon cœur se serra, je n'étais pas la fille de Béa, je n'avais pas de parents. La femme qui m'a mise au monde m'a abandonnée le jour de ma naissance. Elle m'avait abandonnée à l'orphelinat ' La Chaleur enneigée ' et j'y avais passé toute mon enfance. J'avais toujours cru qu'elle reviendrait me chercher, et ce n'est qu'à l'age de 11 ans que j'ai compris. Ma haine envers elle est née à ce moment là. Le reste de mon adolescence aurait dû se passer dans un foyer, mais j'avais préféré rester à l'orphelinat.

-Bella ? demanda Béa, me tirant de mes pensées.

-Oui ?

-C'est toi qui a subtilisé ton dossier ?

Je grimaçai.

-Euh…

-Où est-il ?

-Dans... Dans ma chambre, avouai-je.

-Tu veux me le rapporter s'il te plaît ?

Je me levai et filai dans ma chambre. Je pris le dossier qui était fourré dans mon vieux classeur de littérature. Je le pris du bout des doigts, j'avais l'impression qu'il me brûlait. Je redescendis dans le salon. Depuis la fermeture de l'orphelinat, tout me semblait bien vide. Tous les enfants avaient été adoptés ou alors étaient partit dans un autre établissement. Moi, j'avais préféré rester avec Béa, elle avait accepté avec joie.

-Le voici, dis-je en le posant sur la petit table, près du canapé.

-Tu l'as lu ? demanda-t-elle après m'avoir remercier.

-Pas tout, j'en étais à la photocopie de l'extrait de naissance, avouai-je.

-Dans ce cas, nous allons le reprendre du début…

Je restai là, bouche bée, elle avait le droit de faire ça ?

-Mais Béa, t'as pas le droit de faire ça, si ?

-Sérieusement, je m'en fiche un peu. La maladie va bientôt m'emporter et puis j'estime que tu es en droit de savoir.

Ma gorge se serra. La maladie va bientôt m'emporter… Béa était ma seule famille, je ne voulais pas la perdre.

-Ne fais pas cette tête ma puce, la mort fait partie de la vie.

Elle me sourit et ouvrit mon dossier.

-Alors… Isabella Marie McCarthy, née le 13 septembre 1992 aux alentours de 5h25, tu étais déjà très matinale, au Seattle Grace Hospital. Ta mère du nom de …

-Stop !

-Quoi ? dit Béa en relevant la tête.

-Y'a le nom de ma mère dedans ?

-Oui. Dans tous les dossiers, je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs… Tu veux savoir le nom de ta mère ?

-Euh…

-On verra ça à la fin si tu veux, proposa-t-elle.

-Non c'est on vas-y continu, balbutiai-je.

-Comme tu voudras ma princesse. Donc, ta mère du nom de Renée Swan t'a laissé à l'orphelinat 4h après ta naissance soit dans les alentours de 9h30 le 13 septembre.

Béa s'interrompit et me regarda. Elle ouvrit grand les bras en une invitation au réconfort face à la tristesse que mon visage reflétait. Je me laissai aller dans cette étreinte pleine d'amour, laissant libre cours à ma tristesse.

-Chhhuut ma princesse, je suis là, soufflait Béa en caressant mes cheveux.

-Je t'aime tellement Béa, dis-je entre deux sanglots.

-Moi aussi ma puce, je t'aime plus que tout au monde.

« Fin du Flash Back »

Je n'avais pas voulu en savoir plus mais Béa m'avait avoué quelque chose trois jours après.

« Flash Back »

Nous étions en train de regarder notre feuilleton favori, moi assise sur le fauteuil, Béa allongée sur le canapé. Son état avait empiré et à part ses médicaments pour le mal de tête, Béa ne faisait rien pour arranger les choses. Le feuilleton devenait de plus en plus intéressant, nous venions d'apprendre qu'Izy avait une fille lorsque la pub faisait son apparition. Mais on s'en fiche de ce dentifrice, remettait le feuilleton !

-Elle a une fille et elle l'a abandonné elle aussi, pensai-je.

-Tu sais Bella, j'ai connu ta mère, dit Béa de but en blanc.

Je restais sans voix quelques instants, la curiosité me poussa à parler :

-Et ? Tu lui as parlé ?

-Oui, c'est une obligation en tant que directrice.

- …

-Nous avons discuté un petit moment. Elle m'a expliqué pourquoi elle t'a laissé à l'orphelinat …

-Et pourquoi ? Demandai-je avec dédain.

-C'est une longue histoire, un adultère. Ta mère …

-Ce n'est pas ma mère, c'est la femme qui m'a mise au monde !

-La femme qui t'a mise au monde a trompé son mari, une fois. Elle est tombé enceinte très peu de temps après et le problème c'est qu'elle n'a pas su qui était le père, son mari ou son amant ? Pour sauver son couple elle a voulu tout oublier, et ça impliquait ta naissance.

-Cette femme me dégoûte.

-Tu ne devrais pas dire ça ma puce…

-Elle n'assume pas ses actes !

-Je sais ma fille. Mais dis toi que la vie que tu as vécue te servira à être une bonne personne plus tard…

« Fin du Flash Back »

Tant de souvenirs me revenaient, les larmes me montèrent aux yeux. Le dernier souvenir était encore plus douloureux.

« Flash Back »

Les larmes roulaient sur mon visage, intarissables. Le notaire venait de me faire son rapport sur la situation. Je pris la lettre qu'il me tendait et la lu en silence, c'était l'écriture de Bea.

Ma Bella,

Si tu lis cette lettre c'est que je ne suis plus là pour te prendre dans mes bras. Ma fille, saches que je suis désolée de te laisser ainsi. Le notaire te donneras une carte et le code qui correspond, c'est la carte bancaire qui débloque le compte que je t'ai fais. J'ai travaillé toute ma vie, l'orphelinat a toujours été mon foyer, je n'ai eu aucun frais à prévoir. Voici tout, ou presque, l'argent que j'ai gagné lors de ces dernières 35 années, tout t'appartient. Tu es ma seule famille. Tu n'auras aucun frais à prévoir pour mon enterrement, j'ai une assurance. Ma princesse, saches que je suis fière de toi, fière de la femme que tu es devenue. Je remercie Dieu de t'avoir placé sur mon chemin, tu es le soleil de ma vie.

Tu es majeure depuis peu, ton cadeau se trouve dans le garage, c'est la belle voiture qui y est garée, je sais que tu as aimé Braquage à l'italienne.

Je t'aime tellement ma fille, ne l'oublie jamais, jamais.

Béa…

Je repliai la lettre et m'essuyai le visage. Le notaire m'offrit un sourire compatissant et me tendit une enveloppe.

-Tenais Mademoiselle McCarthy, c'est la carte ainsi que le code de votre compte bancaire, dit-il.

-Merci …

« Fin du Flash Back »

J'étais assise en face de la plaque de pierre. La pelouse d'un vert rayonnant était mon seul fauteuil face à la dernière demeure de Béa. Sur cette plaque il y avait une inscription :

Béatrice Grey,

Une femme extraordinaire.

-Je t'aime tellement Béa, tu me manques…

Le vent souffla faisant voler mes cheveux ainsi que les feuilles de papiers que je tenais, ces feuilles.

La première était une annonce pour un appartement à Forks. La deuxième, une feuille que j'avais imprimée, sur laquelle était écrit :

Renée Swan

-Née le 26 février 1965.

-Mariée en 1978 à Charlie Swan.

-Divorcée du Chef de police, Charlie Swan, en 1994.

-Habite à Phoenix avec Phil Drywer.

Emmett Swan

-Né le 16 septembre 1991 à Forks.

-Fils de Charlie & Renée Swan.

-Habite chez son père, le Chef de police, à Forks.

-Scolarisé à Forks High School.

Je n'avais pu résister à l'envie d'approfondir les recherches sur la femme qui m'avait mise au monde et c'est ainsi que j'avais découvert mon demi-frère, Emmett. Ce dernier était plus vieux que moi de 11 mois et trois semaines et demies. J'avais un frère, je voulais le voir. Avec l'argent que m'avait légué Béa, je m'étais pris un appartement à Forks. Je préparais ma rentrée dans mon nouveau lycée, Forks High School. J'avais un grand frère, un frère de sang, une vraie famille avec un vrai lien de parenté. J'allais le rencontrer et tout faire pour le connaître …


Alors ca vous a plu? Ca donne envie de lire?

Est ce que je continues ou pas?

Review pour me dire tout ça, je réponds à tout même aux anonymes mais ce sera au prochain chapitres pour ces derniers :)

Bisous et prenez soin de vous :D

Lisa...*