Première fanfiction et j'avoue j'ai beaucoup de mal avec le système de ce site. Bon j'espère toutefois que ma fanfic n'est pas trop nulle et que je n'ai pas galéré pour rien.

Prologue

La nuit était tombée depuis longtemps, malgré cela, dans une pièce où les reflets de la lune étaient le seul moyen d'éclairage, une silhouette était recroquevillée sur elle-même, ses longs cheveux raides et emmêlés empêchaient de voir son visage, mais malgré cela on pouvait voir son œil gauche. L'effroi et l'angoisse pouvaient se lire à travers cet œil visible. Sa respiration était saccadée, ses doigts si pâles tremblaient et la sueur perlait de son front. Elle avait peur, mais de quoi. Mis à part les meubles et la silhouette, on ne pouvait rien voir. Tout était calme voire trop calme. Lorsqu'un cliquetis de clé suivi d'un juron se firent entendre. Des bruits de pas s'approchèrent de plus en plus déclenchant de nombreux frissons chez la personne assise dans le coin de la pièce plongée dans l'obscurité. Les bruits de pas étaient plus intenses et plus angoissants que jamais, les frissons se transformèrent en tremblements. Son angoisse redoubla, comme si le danger s'approchait de plus en plus. Les pas s'arrêtèrent et la poignée de la porte reliant la pièce et l'extérieur s'abaissa, la porte s'ouvrit laissant apparaître un homme de taille importante d'environ la cinquantaine. Il s'approcha lentement de la personne recroquevillée qui accrochait ses doigts dans ses cheveux nerveusement au point qu'elle aurait pu se les arracher. L'homme attrapa quelques mèches et les tira vers l'arrière laissant apercevoir un visage féminin d'environ quinze ans et la gifla violement avant de lui cracher au visage. Il la frappa une deuxième fois avant de lui hurler :

« C'est de ta faute… C'est de ta faute si j'ai perdu mon emploi ! Tout est de ta faute, depuis que tu es née, il n'y a que des malheurs ! J'espère que tu vas bientôt crever, monstre ! »

La jeune fille, fixant le sol, se contentait de retenir ses larmes et se balancer avec nervosité ce qui eût pour effet d'augmenter l'agressivité de l'homme.

_ Regarde-moi quand je te parle !

_ Ils… Seront… Là, bientôt… Très bientôt…

L'homme, étonné de cette réponse, tira d'un coup sec sur les cheveux de la jeune fille, la forçant à se lever. Une fois debout, il lui asséna un coup de poing dans le ventre. Sous l'effet de la violence, elle se pencha vers l'avant et tomba à genou.

_ J'espère que tu as compris la leçon, cette fois.

Sur ses mots, il retourna vers la sortie, de la même manière qu'il était rentré sauf qu'à mi-chemin, il trébucha sur quelque chose, plus énervé que jamais, il poussa un juron avant d'atteindre l'interrupteur situé près de la porte, il alluma la lumière et ce retourna vers l'objet qui avait failli le faire tomber. À la vue de la chose qui aurait pu avoir raison de lui, l'homme poussa un cri de terreur :

Au milieu de la pièce, endroit situé dans les ténèbres quelques minutes auparavant, se trouvait un corps ; les bras disposés en croix, les yeux ouverts. De sa bouche s'écoulait un épais liquide poisseux et rougeâtre de même qu'au niveau de son cœur et de ses poignets. Sa gorge avait été à moitié tranchée de manière à ce que sa tête ne soit tenue que par quelques muscles. L'homme tétanisé à la vue du corps, jeta un coup d'œil furtif à la jeune fille toujours à genoux, l'air indifférente :

_ Il seront… Bientôt là… Les shinigamis.

À suivre...