Voici la suite de "Yeroushalaim Shel Zahav" 4ans plus tard.

Warning: Lire le tome 1 permettra de mieux comprendre l'histoire

Le Rating risque de passer en M dans le futur, cela sera évidement indiqué en début de chapitre...Mais vous êtes prévenu

Mille mercis pour avoir lu la première histoire et pour vos reviews à la fin de celle ci. C'est GENIAL. J'espère vous retrouver ici...

Vos corrections, suggestions et reviews sont toujours et encore les bienvenues of course

Enjoy!

Azniv


La pénombre lui donnait un semblant de sentiment de sécurité. La fumée, un semblant de chaleur. La musique, un semblant de sérénité. Elle s'avança, lascive à souhait, vers la première table prêt de la petite scène, le projecteur la suivant et éclairant sa peau laiteuse parsemée de grains de beauté.

Ses courts cheveux bruns reflétèrent un peu sous la lumière de mauvaise qualité, qui laissait voir la poussière volante autour d'elle. Sa voix si pure semblait éraillée dans la sono datant de la préhistoire mais à vrai dire, son public n'était pas là pour cela n'est-ce pas.

Il était là pour « les hôtesses », les danseuses, la boisson pas trop chère et faisait fit de l'hygiène douteuse et de la médiocrité du spectacle.

Attention, il n'était pas sordide mais…médiocre.

Affreusement médiocre.

Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus de nausée en caressant la joue de ces inconnus très souvent puant la sueur ou l'alcool. Ni même lorsqu'elle devait faire mine de s'assoire sur leurs genoux. Le sentiment de dégoût était toujours présent mais son corps ni réagissait plus.

Elle avait mis des petits trucs en places dans sa tête. Quand elle chantait, elle n'en plus là, dans ce bouiboui immonde mais…Ailleurs…Au delà, dans un monde bien à elle. Dans…Le lointain.

Elle était une autre. Une de celle qui sait bougé son corps pour éveiller celui des hommes. Une de celles qui en un battement de cils faisait qu'ils restaient captivés. Mais sa tête, son esprit la faisait s'évader. Elle s'écrivait des histoires, des contes de fées.

Parfois, elle allait trop loin et les souvenirs revenaient. Douloureux évidements. Alors, ces soirs là, elle se permettait de regarder ces hommes, de sentir leur peau, leurs odeurs nauséeuses, leurs mains qui tentaient de la frôler. Comme un vaccin la ramenant à la réalité, une piqûre de rappel.

La bande son s'arrêta, les paroles moururent sur ses lèvres rouges sang. Comme un automatisme. Elle salua. Sous quelques applaudissements timides. Se redirigea sur scène en évitant habilement que le type de la table du milieu du second rang ne la touche et annonça le spectacle d'après.

Une danse des voiles versions…médiocre.

Ce soir, c'était finit pour elle. Elle pouvait rentrer dans son motel, prendre une douche tiède et se changer. elle ne prit même plus la peine de se regarder dans le miroir de la petite loge que les dix filles se partageaient. Prit son écharpe, son imperméable noir qui couvrait ce que sa tenue de scène laissait entrevoir, vérifia sa poche, son couteau dans sa botte. Son arme dans son sac. Et se dirigea vers la sortie. Avec un peu de chance, elle pourrait attraper le dernier métro au lieu de devoir se taper le chemin à pied. Elle salua distraitement le vigil à l'entrée et disparut dans la nuit sans étoile de Paris.


Elle aimait se réveiller ainsi, avec la douceur d'un rayon de soleil sur le visage, le bras de son homme sur son ventre nu. Elle aimait aussi surtout savourer les dernières minutes de tranquillités avant que leur deux petits monstres ne se réveillent et animent leur journée.

Et tant pis si elle ratait son jogging matinal, pour une fois. Juste rester là, profiter de la présence chaude à ses cotés et…

-Ima….Ima…

Se lever pour aller préparer les panckakes…

-Ima, Ima renchérit une seconde petite voix.

Le corps à ses cotés, bougea un peu et la tête disparu sous une taie d'oreiller.

-Allez Tony, tes enfants t'appelle…

-Non, c'est toi qu'ils appellent et pourquoi se sont mes enfants dans ces cas et pas les tiens.

Ziva ne put retenir un petit sourire.

-Il est l'heure se lever. Gibbs serait mécontent si on était encore en retard.

-Hmfff

-Tu as dix minutes pour prendre ta douche et me rejoindre à la cuisine ordonna-t-elle.

Mon dieu pourquoi suis-je tombé amoureux d'une militaire

-Parce que je peux faire des tonnes de choses que tu trouve très agréable susurra-t-elle à son oreille.

Ok, reformulation. Pourquoi suis-je tombé amoureux d'une militaire pouvant lire dans mes pensée et…m'embarrasser en quelques secondes…

-Laisse moi 15minutes

-Pourquoi?

-Besoin d'une bonne douche froide…

Il entendit son éclat de rire du fond du couloir.


McGee resta regarder le levé du soleil par la fenêtrée de l'immeuble.

Cela faisait déjà deux heures qu'il était la. Il avait eu le temps de finir sa paperasse en retard, de réparer un programme que Gibbs avait endommagé sur son ordinateur et d'aller se prendre un café, le troisième de la matinée.

Regarder ce levé de soleil avait quelques chose de relaxant. Une de ses nouvelles habitudes dont il ne se lasserait pas et qui lui donnait un semblant de normalité dans sa « nouvelle » vie.

Aujourd'hui était une journée particulière.

Un anniversaire. Personne ne le savait. C'était son secret a lui. Un secret qu'il gardait précieusement loin des remarques de Dinozzo ou des regards inquiets de Ziva.

Cela faisait 4 ans qu'elle aurait du accepter sa demande en mariage. Et qu'elle n'était plus là. Mais pour le reste de l'équipe, c'était un jour heureux, les quatre ans des jumeaux David-Dinozzo.

Un doux sourire caressa son visage fatigué et pas rasé. Aaron et Sara avait quatre ans…Et il se souvenait de leur naissance comme hier. Il se souvient son ressentit quand il avait tenu Sara dans ses bras. Sa filleul. Sa…presque fille…et le regard fier de Tony quand il lui avait tendu Aaron tout en essayant de retenir ses larmes.

Le reste il ne voulait pas s'en souvenir.

Et c'est dans cette position de méditation que Gibbs le trouva en arrivant au travail.

-Eh McGee…

-Eh patron, j'ai réparer votre ordinateur, il marche comme un neuf.

-Bien.

-Et mes dossiers en retards sont sur votre bureau.

-Bien McGee…Eh…McGee…

-Oui patron?

-Arrête de t'en vouloir…Pense à Sara…

Les yeux brillants du jeune homme rencontrèrent les yeux gris de son patron. Lui aussi elle l'avait quitté pensa-t-il.

Il passa juste une main sur son visage et reprit sa place habituelle derrière son écran d'ordinateur.

Une heure plus tard, le carré de bureau se remplit de cris d'enfants et de rire d'adultes.

-Bonjour tonton McGee.

-Bonjour Sara. Comment vas-tu aujourd'hui?

-Bien…Aujourd'hui, j'ai ça dit elle en lui montrant quatre doigts.

-C'est vrai? Oh alors bon anniversaire princesse.

Devant lui, la petite fille au cheveu châtains clairs rosit. Ses yeux marrons remplis de fierté.

-Et ce soir maman fait un gâteau…Hein Ima.

-Oui ma fille fit Ziva occupée à défaire le manteau de son fils, qui ne tenait pas en place.

-Et on aura tout ça de cadeau fit Aaron en faisant de grand gestes avec ses deux petits bras.

-Seulement si vous étés sages prévint Ziva en libérant son fils qui se précipita vers le bureau de Gibbs.

-Tu viendras patron? Demanda-t-il les yeux pleins d'espoir

-Hum…sur kidDo

-Elle est où Abby?

-Dans son labo.

Deux visages d'anges se tournèrent, simultanément vers Tony qui ouvrit ses bras, les porta sur chacune de ses épaules pour les conduire vers le sous sol.

-Ils sont excités comme des puces commenta Ziva sourires aux lèvres.

-On a pas quatre ans tous les jours commenta laconiquement Gibbs en évitant de regarder Tim.

-Tu viens aussi ce soir McGee n'est ce pas? demanda Ziva

-Hum…Bien sûr. Je serais sans doute la vers 19h, j'ai un rendez vous avant.

-Oh prends ton temps, j'ai encore tout à faire. Le gâteau, le repas, les ballons et surtout aller récupérer leur cadeau au magasin. Si on m'avait dit a quel point il était difficile de se procurer une poupée qui parle

-La dernière a la mode demanda McGee

-Oui, celle à qui tu peux dire tous tes secrets et qui fait aussi horloge et de la musique. Celle qui passe tous les dix minutes à la télé…J'ai réussis à la réserver et le magasin la reçoit aujourd'hui si tous se passe bien, ça fait des semaines que Sara nous en parle et nous dit tous les secrets qu'elle aimerait lui répéter.

Mc Gee et Gibbs rirent doucement. S'imaginant bien la petite fille piaillant sans cesse jusqu'à être certaine d'avoir l'attention de ses parents.

-Et pour Aaron?

-Heu…Il tient de son père…

-DVD

-DVD, la collection complète des aventures de Walt Disney

Gibbs ne put se retenir de rire doucement devant la mine de Ziva. Il imaginait bien Tony et Aaron devant la télévision a commenté les aventures de Peter Pan ou Robin des Bois.

-Et je dois aller chercher les ballons à gonfler et les glaces pour accompagner le gâteau.

-Je m'occuperais des glaces proposas McGee, c'est sur mon chemin de toute manière.

-Vrai McGee?

-Oui, je passe devant l'épicerie pour venir jusqu'à chez vous.

-Merci, tu me sauves au moins 30mins. Ce qui me permettra peut être de prendre une douche…

-Mais que fais Dinozzo lui? Demanda Gibbs

-…Il occupe les petits…Ou les petits l'occupent c'est selon dit-elle le regard rêveur

-Je vois.

-Crois moi Gibbs, c'est bien mieux comme ça conclu t elle.