Bonjour

L'épilogue est enfin là et avec lui la fin de cette histoire qui, je l'avoue, m'a posé des difficultés mais semble tout de même avoir plut à beaucoup d'entre vous.

Merci, Thanks, Soukhran, Todah, Gracie, Gracias, Danke...de m'avoir lu (je pense avoir fait toutes les langues des pays qui me lisent...Waouh, c'est la classe de dire ça lol ;-) )

Pour la vraie Azniv, Claire, Madeleine, R. A. Nadia, Ayat...Et tous les autres...Et K. qui trouve que j'écris bien...(auteure toute rougissante)

Pour Yaël...

Salam-Shalom à tous...

Enjoy

Azniv


TIM MCGEE Labo

Now

Tomorrow is all there is

Il ferma les yeux, ne voyant plus que la musique.

Il eut un rire désabusé…

No need to look behind the door

You won't be standing there no more

….

Il comprenait enfin les discussions sans fin qu'ils avaient eu à propos du pouvoir du chant et des notes.

Oui, il les voyaient enfin ces notes. Ces vibratos, ces émotions venus d'un son. Il les sentait comme il avait la capacité innée de sentir les mots.

I had my chance

To dance an other dance

Il les sentait. Il la sentait lui dire adieu à travers ces mélodies.

Then I lost you

I guess I loved you

C'était sa voix.

Trois notes de piano et sa voix.

Coul you come back to me?

Et toi Juliette, me reviendras-tu?

Il plaça ses poings sur ses yeux. Par frustration, pour avoir encore un semblant de dignité. Ne pas pleurer….

You are my life…

Que vais-je devenir sans toi?

Il ouvrit les yeux. Prit d'une certitude qui sembla être plus grande que lui. Presque étouffante.

You are my home

You are my life

And with you away…

Il n'y aurait pas de sans elle. Pas encore.

Et tant pis pour le Mossad, le NCIS, la CIA et tous ces intérêts qui n'étaient pas eux.

I guesse i loved you

Less less than i should

Il arracha le casque de sur ses oreilles et attrapa son portable.

Elle ne partirait pas sans lui.

I guess I love you

ZIVA

Assise à même le sol dans la salle de réunion froide et sans vie, sombre et silencieuse, elle défroissa la lettre qu'elle tenait d'une main tremblante.

Elle écrasa rageusement les deux larmes qui avaient encore l'audace de couler.

Tu me le paieras de me faire pleurer Yadida. Tu me le paieras. Tout le monde ne peut pas se vanter d'avoir réussit cette exploit.

Elle caressa les lettres maladroites d'un hébreu hésitant. Elle avait fait cet effort pour lui faire plaisir.

Lui écrire une lettre d'au revoir, pas d'adieu, d'au revoir, en hébreu. En la remerciant encore de prendre soin de son bébé. De sa princesse. Pour lui dire de ne pas lui en vouloir. Ni à son père. Que c'était mieux ainsi. Pour le bien de tous.

Des mots qu'elle s'était elle-même répétés sans cesse à une époque. Au moment où elle était un parfait petit soldat à qui on avait volé ses émotions. Son âme. Sa vie.

Comme à sa petite sœur…

Elle venait de partir pour une mission sans retour. Malgré ce que Ziva avait tenté de se convaincre. Et malgré cette promesse fléblarde de tout faire pour revenir. Faire comme si…Tout allait bien se passer.

Elles se mentaient à toutes les deux. Elle en faisant faire cette promesse à Juliette et cette dernière en lui faisant croire qu'elle y croyait.

Et elle n'était pas une menteuse. Elle n'avait jamais essayé de dissimuler la vérité d'une situation derrière des écrans de fumée.

Pourquoi commencer maintenant?

Parce que c'est trop dur de s'avouer qu'une personne innocente qu'elle aimait comme Tali allait mourir par sa faute? Parce que c'était bien cela dont il était question. De sa faute. De sa responsabilité.

Elle laissa échapper un cri de dépit.

Depuis quand Ziva David laissait tomber la bataille si facilement…Ce n'était pas la première fois qu'elle passait outre ses supérieurs…Pour une des siens…

Elle se leva d'un bond. Rangea la lettre dans sa poche de pantalon et sortit en courant de la salle.

TONY

Assis à son bureau, il ne pouvait détacher ses yeux de la photo qui n'avait pas bougé d'un centimètre depuis qu'il l'avait découvert.

Toute l'équipe, Juliette comprise, quelque temps après le retour du Maroc. Leurs grossesses étaient à peine visibles mais Ziva portait déjà un t-shirt large qu'Abby lui avait fait faire. Bleu marine comme leurs uniformes, avec une flèche allant vers son nombril et marqué « NCIS'S BABY ». Il avait ses bras autour des épaules de la jeune femme qui tenait par la taille une Juliette encore marquée par l'explosion mais réellement heureuse. Avec un visage remplis d'amour sincère tourné vers McGee.

Une certitude qui lui tordit les tripes.

Et derrière un Gibbs impénétrable qui les regardait. Avec peut être une once de fierté. Ou étais ce ce qu'il voulait se dire. Pourtant, si il était certain d'une chose à ce moment précis, c'est qu'il n'était pas fier de lui.

Depuis quand laissait il partir une des sien sans se battre. Sans…Mince. Il aurait dû employer la manière forte pour la retenir. Dire ses quatre vérités à David. Aller lui-même coller une balle entre les deux yeux du type qui avait menacer sa fille.

Et pas là, à se lamenter piteusement sur quoi? Elle n'était pas une agent. Ce n'était pas comme Cassidy, elle n'était pas Kate non plus…

Non, elle était juste, la femme de son meilleur ami, celui qui n'avait pas hésité une seule seconde à se faire attraper en plein désert de Somalie par des rebelles terroristes et se faire battre comme plâtre, affronter la mort avec lui pour sauver Ziva. Celle qu'il avait trop peur de s'avouer qu'il l'aimait.

Il envoya un coup rageur sur son bureau et se leva dans le même mouvement, encore plus en colère que ce dernier soit plus costaud que sa main.

A peine debout, il vit une tornade brune déboulée dans le carré de bureau…

GIBBS morgue

Salut patron

Si tu es en train de me lire, c'est que je n'ai pas eu beaucoup de chance dans cette mission suicide. En même temps, par définition, qui a des chances de survie dans une mission suicide…Ok, je me tait…

En même temps que ce petit mot tu trouveras des papiers divers ainsi que mon testament…Oui, ce n'est pas forcément agréable mais…Toi comme moi, on sait que ca fait partis du boulot.

Tu verras, je n'ai pas de vœux particulier, juste de revenir prêt de vous le moment venu…Si c'est possible. Je crains que non mais…

J'ai signé des papiers pour placer les assurances vies au nom de Sara et Aaron…Après tout, puisqu'ils sont frères et sœurs…

Il sourit.

Tu les trouveras aussi dans l'enveloppe et le moment venu j'ai stipulé dans les papiers des RG de te contacter.

Je suis désolée de vous infliger cela. Vous l'avez traverser tellement de fois. Mais vous êtes ce qui se rapproche le plus d'une famille pour moi et je ne peux pas demander à Timothy de le faire seul.

Tu prendras soin de lui hein? Il risque de ne pas très bien prendre tout cela. Je ne veux pas qu'il reste malheureux toute sa vie à cause de moi. Il a Sara. Elle a besoin de lui. Assène lui autant de claque sur la tête que nécessaire en cas d'oubli.

Dis leur à tous qu'ils me manquent déjà. Mais…Je n'ai jamais été douée pour exprimer mes sentiments par écrit…Juste…

Merci pour ces mois de bonheur passé avec vous. J'ai toujours rêver d'avoir une famille et en quelque sorte je l'ai eu. Je te laisse en définir les rôles mais…Tu vois ce que je veux dire.

Sois heureux toi aussi Gibbs. Tu le mérite…On sait tous les deux que derriere l'image de Marine se trouve un homme qui a besoin d'être aimé…Et non, là où je suis maintenant (paradis ou enfer?) ce regard ne marche pas sur moi. Maintenant que je me retrouve dans la peau de celle qui part…Je peux te dire que je n'aimerais pas que Tim reste seul toute sa vie, ni qu'il s'accroche à des sosies. Je veux qu'il soit heureux et construise sa petite famille comme il l'a toujours voulu…qu'il continue d'écrire aussi. Timothy McGee et T. sont complémentaires…

Pour Sara, je pense que je n'ai pas besoin de répéter à quel point je l'aime et ne vous remercierais jamais assez de prendre soin d'elle.

Il toucha le papier. Il était encore humide de larmes.

Je n'aurais pas vu de meilleurs parents de substitution…

J'espère que vous me pardonnerez assez pour lui parler de moi le moment venu…

Je vous aime tous. Et vous embrasse. Et…

Les larmes ont écrasés les mots

Ne m'en voulez pas. Je ne vous quitte pas vraiment cette fois…Je serais en train de vous surveiller…

Et j'aurais peut être la chance de faire connaissance avec Shannon, Kelly, Kate, Tali…

Et je vais retrouver ma maman…C'est comme cela qu'il faut voir les choses…Et si c'est l'enfer qui m'attends alors tant pis…

Comme on dit chez moi…Inch Allah…

Je t'aime Gibbs.

Si tu savais comme je meure de trouille de pas vous revoir.

Ne m'en veux pas d'écrire ces mots mais…

Je t'aime…papa…


Voici le rideau final sur Al Rosana

Pour info, Al Rosana est un chant arabe traditionnel qui raconte l'histoire d'une jeune femme qui chante son amour et demande à Dieu de le lui ramener...De faire tourner les vents pour qu'il revienne vers elle...

Comme promis des Teasers pour "Au nom du Père"

-Peut être une maman Gibbs si elle est assez courageuse pour rester...

-De la paix, plus que dans ce tome qui était assez anxiogène je trouve.

-De nouvelles rencontres avec le Directeur David...

-Une visite des quartiers traditionnels juifs et arabes (chrétiens, musulmans)

-De l'Amour, oui avec un grand A.

-Du dialogue, de la compréhension

-Des décisions importantes à prendre au sein de l'équipe.

-Et bien sûr, des chansons, des combats à mener (ah bah si, un peu quand même...) et l'aube d'une nouvelle vie...

Ca vous va comme annonce? Si vous voyez autre chose...Vous savez où cliquez...Et j'accours...