Auteur : My-Bella

Traductrice : Moi

Spoilers : -

Rating : M

Genre(s) : Supernatural/Romance

Disclaimers : Tout l'univers des Cullen appartient à Stephenie Meyer. L'histoire que vous allez lire appartient à My-Bella. Quand à moi, je ne suis qu'une humble traductrice.

Bêta : Linaewen'Z...Merci Léna!

Notes : Pour ceux que ça intéresse de lire cette histoire en version originale, le lien se trouve dans mon profil.

Notes 2 : Cette histoire a été écrite avant la sortie de Breaking Dawn. Donc pas de Nessie !

Je rappelle que vous pouvez désormais me trouver sur Facebook sous le nom de Saw Trombone... Si vous voulez discuter de mes fics ou vous tenir au courant de ma vie :D Vous êtes les bienvenus!


- Chapitre 26: Une Bella légèrement différente -

-PoV Bella-

J'étais assise à califourchon sur Edward, entrain de jouer avec le col de son t-shirt. Notre famille avait quitté la pièce il y a une demi-heure et aucun de nous n'avait encore prononcé le moindre mot. "Penses-tu vraiment que ça ira?" chuchotai-je. C'était parce que j'avais peur de sa réponse que j'avais parlé d'une voix si basse.

Il me sourit et m'embrassa sur le front. "Je pense que tout ira bien. Je fais confiance à Carlisle."

"Est-ce que j'ai l'air différente?" lui demandai-je en relevant la tête pour mieux le voir.

Il resta silencieux pendant un moment alors que ses yeux étudiaient mon visage. "Un peu," répondit-il en me faisant un sourire triste.

"Edward, à quoi penses-tu?"

"Je pense que les battements de ton coeur et tes rougissements me manquent déjà. Je pense qu'ils étaient une grande partie de mes jours et de mes nuits, et c'est un peu étrange de ne plus entendre ton coeur." Il passa sa main dans ses cheveux. "Je pense que tes cheveux sont un peu plus clairs, plus brillants mais toujours aussi doux." Il caressa ma mâchoire du bout des doigts. "Je pense que ton visage est toujours aussi beau mais plus défini." Il se rapprocha de moi et murmura, "Mais tes lèvres sont toujours aussi pleines et attirantes qu'avant." Il m'embrassa ensuite sans retenue pour la toute première fois.

Ce n'était pas juste un baiser. C'était un baiser et des halètements et des caresses et des murmures. Le baiser dura longtemps vu que je n'avais plus besoin de respirer. Lorsqu'on s'arrêta, je fermai les yeux et m'appuyai lourdement contre le torse d'Edward. Ses bras s'enroulèrent autour de moi et sa joue se posa sur le sommet de mon crâne. On resta assis comme ça, à profiter du silence pendant plus d'une heure.

"Aimerais-tu te voir?" me chuchota-t-il.

"Edward, je suis nerveuse."

"C'est stupide, Bella. Tu as peur des choses les plus étranges qui soient," me taquina-t-il.

"Ce n'est pas ce que tu penses. Je suis..." Ma voix s'éteignit et je me mordis la lèvre.

Edward me vit faire et il murmura. "Au moins, tu as gardé cette habitude. Dis-moi, Bella. Pourquoi es-tu si nerveuse?"

"Mes yeux," chuchotai-je. "J'ai peur de les voir et de me souvenir de quelque chose d'affreux. Je ne suis pas vraiment sûre de la raison pour laquelle je pense ça, ni comment je sais que quelque chose ne va pas avec mes yeux." Je relevai la tête vers lui et ses yeux d'un ambre chaleureux brillèrent d'amour et de compréhension.

"Certains de tes souvenirs humains se sont déjà effacés. C'était à prévoir. La raison pour laquelle tu es inquiète à propos de tes yeux, c'est parce qu'ils sont rouges. J'ai fait quelque chose de très stupide une fois, et tu t'es retrouvée dans une situation dangereuse avec des vampires...différents."

Je restai silencieuse et essayai de comprendre. "Je pense...que je suis allée en Italie?" demandai-je. Je pouvais sentir quelque chose se dissimuler dans mon esprit, mais je ne pouvais pas l'atteindre. Je fermai les yeux et essayai de m'approcher comme si c'était une image. Je vois Edward torse nu et je cours jusqu'à lui. Quelque chose ne va pas chez moi, mais il me fait me sentir mieux. Il y a deux vampires qui se dissimulent sous des capes, puis un autre apparaît et je dois sauter dans un trou. Il y a une pièce pleine de vampires, ils ont tous des yeux rouges, sauf Edward et Alice. Un vampire qui semble fragile touche ma main. Edward se roule de douleur au sol. La fille qui lui fait ça me regarde avec colère parce qu'elle ne peut pas me faire la même chose. On part et des gens, des humains entrent dans la pièce. Edward court dans le couloir avec moi dans ses bras, mais c'est trop tard. On peut entendre les gens crier. Je suis assise avec Edward, cachée sous sa cape. Je suis heureuse et je l'aime, mais j'ai peur de quelque chose aussi.

J'ouvris les yeux et étudiai le visage d'Edward, essayant de me rappeler du reste. "De mauvaises choses sont arrivées en Italie à cause des vampires aux yeux rouges. C'est pour ça que j'ai peur de voir les miens."

Il hocha lentement la tête. "Alice a eu une idée, cependant. Elle pense que tu apprécierais peut-être d'utiliser des lentilles de contact, comme ça tu pourrais garder tes yeux marrons. En tout cas, jusqu'à ce qu'ils deviennent dorés."

"Ça prendra combien de temps?" lui demandai-je en glissant mes doigts entre les siens.

"Ça dépend de la quantité de sang animal que tu consumeras. Vu que tu ne sembles pas très assoiffée, ça prendra un an, peut-être plus."

"Je suis partie en Italie pour aller te chercher," dis-je, en me parlant à moi-même.

"Oui," acquiesça-t-il.

Je fermai les yeux pour me concentrer. Je nous vois allongés sur un lit en train de discuter. Je nous vois parler dans la forêt, et je lui dis quelque chose qui le rend heureux et il m'embrasse. Je nous vois sous les arbres. Le visage d'Edward est impassible et il se détourne de moi. Je savais que ces images n'étaient pas dans le bon ordre. Je me concentrai plus. L'image d'Edward se détournant de moi était la première. Les autres étaient arrivées après qu'on soit rentré d'Italie.

"Pourquoi fermes-tu les yeux comme ça, Bella?" me demanda Edward.

"Parce que quand je le fais, je vois des petites images, des bribes de souvenirs."

"Que vois-tu là?"

"Je te vois me quitter et ensuite je nous vois parler sur un lit. Et ensuite je nous vois dans la forêt et je t'ai dit quelque chose qui te rend très heureux et tu m'embrasses."

"Rien d'autre?"

Je fermai les yeux plus fort pour fouiller dans mon esprit. "On s'est marié!" criai-je. "Tu étais magnifique en costard," soupirai-je. "On a parlé de quelque chose de très sérieux et j'étais irritée par quelque chose que tu as dit." J'arrêtai de parler alors que chaque pensée retrouvait sa place. Je pouvais presque entendre un clic alors que mes pensées s'enchaînaient dans le bon ordre pour reconstituer mes souvenirs.

J'ouvris les yeux et souris à Edward. "Tu es parti et je suis venue te chercher. J'avais peur que tu ne m'aimes pas, mais tu es rentré et tu es resté avec moi. Tu as fait de moi ta femme. Tu m'a confiée que tu avais peur que je regrette un jour que tu aies fait de moi ton égale. Tu m'as dit que tu avais peur que les Volturi viennent, et que je reparte avec eux. Je t'ai dit que je t'aimais et que j'avais bien trop besoin de toi pour être séparée de toi." Je caressai sa joue et remarquai qu'il ne me semblait plus froid au toucher. "Ça n'a pas changé, Edward." Je me levai du lit et attrapai sa main dans la mienne pour l'entraîner vers la salle de bain. "Je t'aime toujours bien trop pour être séparée de toi pendant ne serait-ce qu'une seconde."

Il me laissa l'attirer dans la salle de bain, son sourire en coin étirant fermement ses lèvres. J'avançai à reculons sans le moindre problème. C'était formidable. Je lui fis un large sourire et il haussa un sourcil pour me poser une question silencieuse. Je relâchai sa main et fit couler la douche. Je fermai ensuite la porte et tournai le verrou. Je me tournai ensuite vers lui avec un large sourire. Il était assis sur le bord du meuble et me regardait.

Je le rejoignis et me plaçai entre ses jambes. J'attrapai ensuite son t-shirt etlelui l'arrachai. Il fut un peu choqué mais il se reprit rapidement avant de me faire un sourire. Je croisai les bras et agrippai le bas de mon haut. Je le soulevai lentement par-dessus ma tête et le jetai ensuite au sol à coté du sien. Je découvris que Bella la vampire avait beaucoup plus confiance en elle. Je glissai la main dans mon dos et dégraffai mon soutien-gorge avant de le faire glisser le long de mes bras.

Les yeux d'Edward s'assombrirent de désir en voyant mon petit show. J'attrapai sa main et tirai jusqu'à ce qu'il se mette debout. Je me pressai contre lui, attrapai son pantalon et le fit facilement glisser sur ses chevilles. Son boxer fut un peu plus difficile à enlever vu qu'une certaine partie de son anatomie, immense et dure, bloquait le passage, mais je réussis finalement. J'embrassai son menton avant de me reculer. J'enlevai rapidement mon propre pantalon et ma culotte. Je me glissai sous la douche et remuai le doigt à son attention.

Il poussa un grognement bas alors qu'il s'éloignait rapidement de ses vêtements et me suivait sous la douche. Je regardai l'eau assombrir ses cheveux cuivrés. Avec ma nouvelle vision, je pouvais voir chaque minuscule goutte qui s'accrochait à ses cils. Il était si beau et j'oubliai une fois de plus de respirer. On resta sous l'eau à nous regarder pendant un long moment. Il tendit lentement la main vers moi, comme s'il avait peur de me briser. Il attrapa mon menton et leva mon visage vers le sien.

Lorsque ses lèvres touchèrent les miennes, je sentis une décharge électrique me parcourir. Ça me sembla très familier et je me concentrai sur cette sensation pour essayer de m'en souvenir. Soudainement, chaque souvenir depuis le premier jour où j'avais rencontré Edward me revint en mémoire. J'interrompis notre baiser et agrippai ma tête à deux mains pour essayer de calmer le flux de souvenirs. Je sentis Edward m'attirer contre lui alors qu'un gémissement aigu résonnait à mes oreilles. J'essayai de prendre une profonde inspiration et réalisai que c'était moi qui faisait ce bruit. Je me forçai à me détendre autant que possible, m'enfonçant encore plus dans les bras d'Edward. Les souvenirs ralentirent, me permettant d'arrêter de faire cet horrible bruit. Il ne fallut pas longtemps pour que deux ans de souvenirs se remettent en place.

J'ouvris les yeux pour croiser le regard paniqué d'Edward qui voyageait sur tout mon corps pour trouver la cause de ma crise. Je me sentais fatiguée. "Edward." J'essayai de prendre une voix forte pour lui, mais je ne fus pas capable de parler plus fort qu'un murmure.

"Bella," cria-t-il. "Qu'est-ce qui ne va pas? Que puis-je faire?"

"J'ai besoin que tu m'essuies et que tu m'habilles. Et j'ai besoin que tu me ramènes cette tasse. Je serais capable de t'en dire plus après avoir bu quelque chose."

Edward hocha la tête, les lèvres pincées. Il me prit dans ses bras et m'installa sur le meuble, me maintenant en position assise alors qu'il m'essuyait. Il m'appuya contre le miroir et courut dans sa chambre. Il revint et m'enfila un de ses t-shirt. Il me souleva doucement et me porta jusqu'au lit, m'installant contre la tête de lit. Il tira les couvertures sur mes jambes et les coinca sous moi. Il m'embrassa sur le front et se précipita hors de la chambre.

Il revint rapidement avec la tasse. Il s'assit à côté de moi et la tint pour moi avant de me pencher la tête en arrière pour m'aider à boire. Je n'aimais toujours pas le goût et l'odeur, mais je savais que c'était important que je boive tout. Il éloigna la tasse dès que j'avais avalé la dernière gorgée. J'appuyai ma tête contre le mur et fermai les yeux. Il attrapa ma main dans la sienne et dessina de petits cercles sur ma paume.

Je pouvais désormais me rappeller de tout depuis le premier instant où je l'avais vu à la cafétaria. J'avais une idée beaucoup plus claire de qui j'étais et de pourquoi je l'aimais tellement maintenant. C'était agréable de savoir ça, mais je savais que ce n'était pas normal. C'était une chose de plus à étudier pour Carlisle.

Je levai la tête et ouvris les yeux pour me concentrer sur le visage tendu de mon mari. "Je vais bien."

Il m'embrassa doucement. "Que s'est-il passé?"

Je pris une profonde inspiration et serrai sa main plus fort. Il grimaça légèrement et je souris. "Il va me falloir un peu de temps pour m'y faire."

Il rigola et hocha la tête. "J'aimerais pouvoir entendre tes pensées. Une part de moi espérait que ta transformation m'ouvrirait ce magnifique esprit qu'est le tien."

"Pas de bol?" lui demandai-je.

"Non," admit-il.

"C'est peut-être une bonne chose. Si tu pouvais lire mon esprit, tu serais probablement encore plus mal que moi maintenant."

"Je ne comprend pas."

Je rigolai. "Maintenant tu sais ce que je ressens!" le taquinai-je. Je pris une autre profonde inspiration inutile et regardai à nouveau Edward. "Quand tu m'as embrassée avant, j'ai sentis cette sorte de décharge électrique. Ça m'a semblé familier alors j'ai essayé de m'en rappeler. Au lieu de récupérerce souvenir, je les aitous récupéré, en tout cas, tous ceux que j'ai depuis la première fois où je t'ai vu. Autant de souvenir à la fois, ce fut trop pour moi et j'ai essayé de les ralentir en m'immobilisant. Ça m'a un peu aidée, mais pas beaucoup. Quand ç'a été fini, je me suis sentis trop faible pour bouger. Je n'avais pas soif, mais je savais que si je buvais ce sang, je ne me sentirais plus aussi faible."

"Tu dois en parler à Carlisle."

Je hochai la tête.

"Tu m'as fait peur, Bella."

"Ben c'était pas ce que je voulais!" le taquinai-je en lui faisant un clin d'oeil.

Toute tension quitta son corps lorsqu'il éclata de rire. Il me plaça sur ses genoux et m'embrassa sur le sommet du crâne avant de me serrer dans ses bras. "Je t'aime."

"Je t'aime aussi," lui dis-je en embrassant son torse. Je remarquai pour la première fois qu'il avait remit son jean entre le moment où il m'avait essuyée et où il m'avait mise au lit. "On devrait probablement aller chercher Carlisle."

"Voudrais-tu que je l'appelle?"

"Non. Je préférerais que tu me portes jusqu'en bas et qu'on le dise à tout le monde. Je ne veux pas avoir à répéter cette histoire." Il se leva et me serra contre lui. "Euh...Edward? Pourrais-je suggérer que tu ajoutes un pantalon à ma tenue avant qu'on ne quitte cette chambre?" Il rigola et m'embrassa sur le sommet du crâne avant de me déposer à nouveau sur le lit. Il courut dans sa garde-robe et en revint avec l'un de ses pantalons de pyjama en flanelle. "Ça ne m'ira pas," lui dis-je.

"Je sais," me dit-il en me faisant un sourire vicieux. "Ce sera plus facile à enlever quand tu te sentiras prête à reprendre là où on s'est arrêté."

"Quel vilain garçon tu es, Monsieur Cullen!" le taquinai-je. Je le laissai m'aider à enfiler le pantalon et gloussai lorsqu'il eut du mal à suffisamment serrer la ceinture pour que le pantalon ne glisse pas le long de mes hanches. Je le laissai m'embrasser un peu avant de me reculer. "Allons discuter avec notre famille. On finira ça plus tard, Mari."

"Comme tu veux, Femme," répondit-il en me soulevant à nouveau dans ses bras.


Prochain chapitre : Trois mois plus tard

[Mode Saw-v2 ON]

Vous voulez la suite ? Moi, je veux des reviews... Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

[Mode Saw-v2 OFF]