C'EST FOU CE QU'IL ME RESSEMBLE CE PETIT


Pairing : Enfin de retour au Sasu/Naru !

Notes : Attention ceci est un M-preg, donc un homme qui est tombé enceint. Je compte le justifier autant que faire se peut càd… pas beaucoup. Mais je reprendrai les termes de l'auteur anglais JELP « Alors, les hommes peuvent marcher sur l'eau, cracher des boules de feu, abriter des démons, invoquer des créatures gigantesques issues dont ne sait où, mais ils ne pourraient pas tomber enceint ? » C'est vrai quoi !

Je vous rassure, quand même, pour ceux qui n'aiment pas du tout le M-preg, l'histoire n'est pas centrée là-dessus et vous ne serez pas amenés à vivre la grossesse, tout se passe trois ans après.

Par ailleurs, pour ceux qui ont lu le Labyrinthe de ton âme, notez que le ton, le scénar et l'écriture de cette fic sont beaucoup plus légers, j'en avais bien besoin. Je me suis même payé le luxe de quelques clichés… lamentable, je vous le dis XD.

Disclaimer : vous le savez tous, ils appartiennent à Kishimoto par contre… le petit est à moi, ah, ah, ah, ah….

Remerciements: A Kumfu pour avoir passé la barrière du M-preg pour me donner son avis et comme toujours à Tamaki pour sa ou devrais-je dire ses corrections.

EDIT du 03/09/10: cette fic contient dans les chapitres suivants plusieurs scènes de sexe entre hommes. Cher lecteur, je te considère prévenu, si tu poursuis ta lecture, c'est en connaissance de cause.


Chapitre 1 : Désolé Naruto mais... mauvaise nouvelle.

Sakura courait, en fait, elle avait même l'impression qu'elle volait, mais franchement, ce satané village ne lui avait jamais paru aussi grand. Naruto et elle n'habitaient pourtant plus si loin que ça l'un de l'autre, cependant, elle avait l'impression que jamais, elle ne parviendrait chez lui à temps. Et il fallait qu'elle soit la première à le voir, la première à lui dire et surtout oh pitié, pitié, elle devait arriver avant qu'il ne le croise. Aussi avait-elle adopté un rythme plus que soutenu et qu'elle n'utilisait généralement qu'en cas de poursuites ou de fuites particulièrement ardues.

Elle sentait ses cheveux voleter autour de son visage tandis qu'elle continuait à sauter de toit en toit. Heureusement pour elle, son expérience de ninja lui permettait de ne jamais rater le point d'appui qu'elle choisissait pour se propulser un peu plus loin et un peu plus vite.

Finalement, elle aperçut l'immeuble dans lequel logeait dorénavant son ami.

- Enfin, murmura-t-elle.

Elle s'élança une dernière fois et atterrit avec grâce sur le palier du troisième étage. Sa peau était humide de sueur et maintenant qu'il n'y avait plus le vent de sa course, elle avait réellement chaud, beaucoup trop à son goût. Elle détestait cela, se sentir poisseuse, elle savait qu'elle devait avoir les joues rouges de l'effort qu'elle avait fourni, elle les sentait la brûler doucement. Oui, elle avait définitivement tout cela en horreur mais que n'aurait-elle pas fait pour Naruto ? Elle prit peut-être vingt secondes pour reprendre un peu son souffle, suffisamment pour réussir à aligner deux mots sans s'étouffer et se dirigea vers le dernier appartement.

Elle allait frapper à la porte lorsque celle-ci s'ouvrit sur Naruto.

- Hé salut Sakura.

- Bon… bonjour Naruto.

Le jeune homme détailla ses joues rouges, son air échevelé et son souffle court.

- Je te manquais tant que ça ? demanda-t-il taquin.

- Idiot !

Elle lui adressa un grand sourire. Pour être franche, elle était contente de le voir et oui, il lui avait manqué. Elle aurait d'ailleurs vraiment préféré être là uniquement pour cela.

- Non, il fallait que je te voie pour te dire…

- Riju, il est arrivé quelque chose à Riju, cria-t-il devant l'air ennuyé que prit son amie.

C'était toujours sa peur lorsqu'il partait en mission et qu'il n'avait pas l'œil sur lui. Pour être honnête, c'était sa peur vingt-quatre heures sur vingt-quatre, il avait simplement appris à vivre avec parce qu'il avait rapidement compris que jamais il ne cesserait de s'inquiéter pour lui.

- Non, rassure-toi, ton fils n'a rien. Est-ce que je peux entrer ?

- Heu oui, j'allais le chercher mais je suppose qu'Akemi ne m'en voudra pas de le lui laisser un peu plus longtemps.

- Oui.

Elle pénétra dans l'appartement. Elle aimait beaucoup cet endroit dont elle était une des rares à savoir comment Naruto l'avait obtenu. C'était en fait un legs de ses parents. C'est Tsunade qui lui avait donné les clefs le jour où il lui avait annoncé qu'il savait qui était son père. Sakura était d'ailleurs avec lui lorsqu'il y avait pénétré la première fois cinq ans plus tôt et qu'il s'était baladé dans les murs où avaient vécu son père et sa mère. Le logement était resté presque en l'état, avec la chambre pour enfant qui ne l'avait jamais accueilli. Tout comme lui, elle avait eu l'impression de violer un peu l'endroit mais petit à petit, Naruto se l'était approprié et maintenant elle n'avait plus l'impression d'être chez Minato et Kushina mais bien chez leur fils et petit-fils.

L'appartement en lui-même n'était ni trop grand, ni trop petit, elle le trouvait convivial, lumineux et bien pensé. Une fois passé le pas de la porte, on se trouvait directement dans la pièce principale que Naruto avait volontairement aménagée en deux espaces. Celui pour manger, dans lequel on arrivait, était meublé de la table et des chaises qui avaient appartenu à ses parents. La cuisine y débouchait et sa porte faisait face à celle de l'entrée. Le second espace était celui à vivre. On y trouvait un confortable canapé, une table basse et puis quelques étagères accolées aux murs de-ci de-là et sur lesquelles des rouleaux avaient été posés à la va-vite, des jouets s'accumulaient sans ordre précis apportant au lieu un côté fouillis mais vivant et à l'image des habitants.

Une immense fenêtre qui donnait sur le palier éclairait la pièce.

C'était par ailleurs sur cette partie salon que débouchaient la salle de bain ainsi que les deux chambres. Celle de Riju, la plus lumineuse, était dans la continuité de la salle d'eau qui était dans celle de la cuisine, tandis que celle de Naruto, elle, était dans celle de la pièce principale.

Il lui proposa un verre d'eau, n'ayant pas grand-chose de plus à lui offrir, le frigo était vide et il ne comptait faire les courses qu'après être allé chercher son fils, sa priorité. Oh, il faudrait sûrement aussi qu'il aille rendre son rapport. Sakura prit place à la table attendant qu'il revienne de la cuisine. Ses yeux coururent sur les dessins qui couvraient le mur face à elle, les œuvres de Riju, colorées et exubérantes.

Il s'assit face à elle et lui adressa un doux sourire en lui tendant son verre qu'elle vida d'une traite, Dieu que ça faisait du bien de se désaltérer. Elle le fixa un instant.

- Alors que voulais-tu me dire ?

- On coupe notre conversation habituelle sur comment ça s'est passé ?

- Je suppose que si tu es là, c'est qu'il y a quelque chose de grave, non ?

- Oui.

C'était bien dommage d'ailleurs.

- Je ne vais pas y aller par quatre chemins, reprit Sakura.

- Huhum.

- Sasuke est revenu au village et...

- Quoi! la coupa-t-il en se levant brusquement faisant crisser la chaise sur le sol.

- Et bénéficie de sa complète liberté.

- Quoi ! cria-t-il cette fois-ci. Mais c'est quoi ce bordel ?

Voilà, elle savait bien qu'il n'allait pas aimer. En même temps, il y avait de quoi. Le retour de Sasuke avait été une surprise pour tout le monde, ce qui n'était rien comparé à la décision du conseil de le laisser revenir sans aucune contrainte. Tsunade elle-même avait été dans une colère noire mais avait dû céder.

Elle aussi savait que Naruto n'allait pas apprécier.

- Et ce putain de conseil ? Ils n'ont rien dit ?

- C'est eux qui ont donné leur autorisation.

Il frappa du poing sur la table, elle se leva et vint poser sa main sur son épaule.

- Ne t'énerve pas, tu sais que ça ne sert à rien.

- Plus facile à dire qu'à faire, marmonna-t-il. Et Tsunade, elle n'a rien fait?

- Elle a essayé mais ils ont décidé que oh je te passe toutes les bonnes raisons qu'ils ont avancées… en fait, tout ce qu'ils veulent c'est avoir de nouveau un héritier Uchiha dans Konoha. Après, je ne sais pas ce qu'il a bien pu amener pour négocier.

- Elle aurait dû essayer plus !

- Et que voulais-tu qu'elle fasse, qu'elle leur crie que ce n'était pas la peine de laisser courir librement un porteur du sharingan parce qu'on en avait déjà un dans le village, qu'il suffisait d'attendre de voir si sa pupille s'éveillait ?

- Ce n'est pas ce que j'ai dit.

- Alors quoi !

- Je ne sais pas Sakura, mais c'est trop facile. Enfin, merde, je pars trois semaines et quand je rentre, j'apprends que ce Teme se balade en liberté dans le village.

- C'est bien ce que tout le monde pense, Naruto. Personne ne comprend qu'il n'y ait même pas une surveillance qui ait été mise en place. Il devait avoir de sacrés arguments dans sa poche.

Naruto soupira et se prit la tête entre les mains. Sakura vint l'encadrer de ses bras et poser sa tête contre la sienne dans un geste d'apaisement et de soutien. Le jeune homme se recula un peu plus profitant de la douceur et de la chaleur de cette étreinte. Quelques années auparavant, il aurait été fou que la jeune femme ait ce genre de geste. Aujourd'hui, c'était simplement… c'était quoi d'ailleurs? Un amour fraternel, peut-être plus que ça sans être de l'amour tout court. Il s'offrit un instant de réconfort avant de demander :

- Depuis combien de temps est-il rentré ?

- Une semaine et demi à peu près.

- Tu l'as vu ?

- Oui, il est venu me parler… de toi.

Oh, qu'il n'aima pas le petit pincement au cœur qu'il eut en entendant ça, pas plus que la subite accélération de son pouls. Ces signes qui disaient que ça lui faisait quelque chose mais pas dans le sens qu'il souhaitait.

- Tu lui as parlé de…

- Non, je n'ai rien dit sur Riju.

Elle le sentit se détendre un peu plus entre ses bras.

- Je lui ai dit que tu étais en mission et je lui ai confirmé que tu avais déménagé sans pour autant lui dire où tu habitais.

- Bien.

Ils se turent un instant.

- Tu sais qu'il finira par apprendre si ce n'est pas déjà le cas que tu as un fils.

- Oui, je sais.

- Et qu'il va le voir ?

- J'aimerais que ce ne soit pas le cas mais je suppose que oui…

Il y eut de nouveau un silence.

- Naruto, de quoi as-tu peur ?

- Je… je ne sais pas vraiment. Des choses idiotes sans doute. J'ai peur de le revoir, de ce que ça va me faire, peur qu'il voie Riju, qu'il comprenne qu'il est son fils, que…

- Qu'il te le prenne ?

Le tressaillement qui le prit la renseigna plus que ses mots.

- C'est bête, tu vois.

- Oui, je ne vois pas comment il pourrait penser qu'il est son père. Tu sais bien que les garçons ne tombent pas enceint !

Elle se recula et il tourna le visage vers elle. Ils se sourirent.

- Idiote !

Il la laissa passer sa main dans ses cheveux.

- Ça va aller ?

- Il faudra bien, non ?

- Tu crois que tu l'aimes encore ?

- Je ne sais pas Sakura, je… je n'espère pas.

Une petite lueur triste passa dans les yeux émeraude de la jeune femme. Revoir Sasuke avait été étrange pour elle, pourtant, elle avait depuis longtemps fait une croix sur son amour de jeunesse. Malgré cela, le voir, lui parler, tout ça l'avait chamboulée, alors elle n'imaginait même pas ce que cela ferait à Naruto. Malheureusement, elle n'avait pas le pouvoir de le protéger de ça, juste celui de le prévenir.

- Ne t'inquiète pas Sakura, je vais survivre.

- Je sais, après tout tu as éclaté combien de types de cet Akatsuki ? C'est pas un petit Uchiha qui va t'effrayer… tu en as dompté un plus dur que ça, dit-elle en désignant du menton une photo de Riju à un an et demi couvert de lait en poudre et riant aux éclats.

Un petit rire s'échappa de Naruto.

- Oui.

- Allez va chercher ton fils, il doit commencer à s'impatienter.

- Oui.

Il se leva et déposa un petit baiser rapide sur le front de Sakura tandis qu'ils prenaient le chemin de la sortie.

Trois ans et demi plus tôt.

- Ah, ah, ah, ah, ah, non fran… Ah ah ah, franchement ah ah baah ah ah- chan ah ah, faut arrêter le saké là.

Dans l'hôpital de Konoha, Naruto Uzumaki se bidonnait, allongé pour ne pas dire vautré sur une table d'auscultation. Franchement, il n'avait jamais rien entendu de plus drôle, cette fois, c'était sûr la vieille avait pété un câble.

La vieille en question, cinquième Hokage du village de Konoha, médecin hautement reconnu, regardait son patient du moment, une vague d'agacement qui tournait à l'énervement la parcourant. Alors bien sûr, elle pouvait comprendre que ce qu'elle venait de dire avait de quoi surprendre Naruto. Elle-même n'avait d'abord pas cru ce que son premier diagnostic lui criait pourtant. Elle était donc allée chercher l'appareil à échographie parce que là, il fallait qu'elle en ait le cœur net et elle l'avait eu. Elle avait donc dû révéler à ce gamin de dix-sept ans, de sexe masculin, venu parce qu'il se sentait un peu fatigué et nauséeux ces derniers temps qu'il était enceint.

Elle comprenait qu'il soit en train de s'étouffer de rire devant elle et pourtant ce n'était que la stricte vérité, même si honnêtement elle ne voyait toujours pas comment c'était possible et elle n'était pas certaine de parvenir à une explication. En tout cas, tant que l'autre se bidonnerait comme un fou, elle n'était pas prête d'y arriver.

- Naruto ! cria-t-elle. Aussi incroyable que cela puisse paraître, tu es enceint.
Et pour le convaincre, elle l'attrapa de sa poigne de fer, l'allongea de force sur la table, replaça l'appareil sur son ventre et tourna l'écran dans sa direction.

- Je ne l'invente pas, Naruto ! Ce que tu vois là, c'est un fœtus d'environ trois mois avec son cœur qui bat ici, ses jambes, ses bras et qui est en train de donner des coups de pieds et de tête et de sauter dans l'espèce de poche qui lui sert d'incubateur et on peut même y voir du placenta déjà formé, lâcha-t-elle d'une seule traite.

Les rires se turent et le silence se mit à régner dans la pièce. Elle concentra son attention sur Naruto qui avait les yeux rivés sur l'écran, sur lequel on pouvait voir le fœtus ressemblant déjà à un mini humain en train de faire des sauts de cabri.

- Mais… mais… ce n'est pas…. enfin…. Ce n'est pas possible.

- Je sais bien Naruto, cependant, il est là.

- Mais… mais je suis un homme.

- Oui.

- J'ai pas d'utérus.

Tsunade fut surprise que Naruto utilise ce mot, elle le voyait sans doute encore comme un bambin un peu naïf… enfin, plus tant que ça si l'on en croyait la situation actuelle.

- Visiblement, il y a comme une poche qui semble en être un équivalent. En tout cas, ça n'y ressemble pas du tout mais ça en fait office.

- Mais ce n'est pas possible, répéta-t-il.

- Il semblerait pourtant que si.

Il y eut un long, un très long silence qu'elle n'osa pas briser. Il lui fallait un peu de temps pour encaisser la nouvelle et elle pouvait lire tout un panel d'émotions dans ses yeux : la surprise, l'incompréhension, la réalisation... Quand il la fixa de nouveau, elle n'aima pas ce qu'elle vit dans l'azur de son regard : une étrange peur, un malaise. Très franchement, la Cinquième ignorait si elle ne préférait pas le jeune garçon hilare à celui-ci presque paniqué.

- Je suis pas normal, je suis un...

- Naruto, je t'interdis de finir ta phrase. Un homme enceint, ce n'est certes pas courant mais il y a peut-être eu d'autres cas. Et cela ne fait pas de toi quelqu'un d'anormal, simplement de particulier.

Le jeune homme se contenta de hocher la tête, l'air complètement perdu et toujours effrayé. Il n'était encore qu'un adolescent et même si la vie de ninja l'avait amené à vivre des choses qui font grandir vite, avoir un enfant, c'était une toute autre aventure. Et elle était vraiment désolée pour lui.

- Écoute Naruto, dit-elle tendrement, je peux toujours… l'enlever si tu veux.

Il la fixa.

- Comment ça l'enlever ?

- Je peux t'avorter.

Elle fut assaillie par un violent flux de chakra et la main qui se posa sur le ventre à peine rebondi de Naruto portait les griffes du Kyûbi. Les yeux qui la fixaient n'avaient plus rien de Naruto et tout de la femelle félin en train de défendre ses petits, ses crocs sortis en guise d'avertissement.

Visiblement, pensa Tsunade son instinct parental est déjà bien développé.

- Je suppose que ça veut dire non.

- Évidemment, cria-t-il.

- D'accord.

Au moins un point établi pour chacun d'eux.

- Mais, comment… ça veut dire que je vais… mon corps… comment ? Il va pouvoir ? reprit Naruto.

- Écoute, je n'ai pas la moindre d'idée de comment cet enfant est arrivé là, enfin, façon de parler et je ne sais pas comment peut évoluer cette grossesse, mais je suppose que si ton corps l'a laissé se développer jusque-là, c'est qu'il est capable de le supporter jusqu'au bout.

- Mais, Baa-chan, je vais faire comment ? Les gens vont le voir.

Tsunade s'assit à son tour, réfléchissant aussi vite qu'elle le pouvait.

- Il est clair qu'il est hors de question que tu continues les missions, tu pourrais mettre sa vie en danger et puis d'ici quelque temps, il va être difficile à cacher. Je suppose que comme pour une femme, ton ventre va s'arrondir.

- Les gens vont penser que je suis un monstre comme avant.

Voilà, le mot était lâché et elle l'avait en horreur. Elle s'approcha et caressa tendrement les pics blonds.

- Ils ne le sauront pas.

Naruto la regarda perplexe.

- Je vais te donner un faux ordre de mission pour les six mois à venir. Tu vas partir t'installer… je vais trouver où, j'ai quelques bons amis qui me doivent encore des services. Je vais envoyer Sakura avec toi.

- Quoi ! Vous voulez lui dire que je suis… je suis…

- Tu as besoin d'avoir un médecin avec toi et Sakura est parfaitement formée pour cela, par ailleurs, cela paraîtra moins louche que je vous envoie tous les deux. Après tout, vous avez l'habitude de faire équipe. J'essayerai de venir pour le terme.

- Le terme ?

- L'accouchement Naruto, il ne va pas rester en toi pendant dix ans.

Les yeux du jeune homme s'agrandirent un peu plus maintenant qu'il réalisait.

- Baa-chan… comment on va le sortir, je n'ai pas de…. Enfin...

- Césarienne. Tu sais ce que c'est ?

- Oui, Iruka-sensei m'a expliqué les choses de la vie une fois.

Tsunade ne put s'empêcher de sourire, Iruka Umino en train d'expliquer le sexe et la conception des enfants à Naruto, grand dieu, elle aurait donné cher pour voir ça !

- C'est Sakura qui …

- Non, je tâcherai d'être là, je trouverai bien un moyen. Ensuite, et bien, ma foi, il suffira de dire que lors d'une de tes dernières missions, tu as mis une fille enceinte.

- Hé, c'est pas mon genre.

- Oui, j'ai bien compris, tu préfères les garçons.

- Ce n'est pas ce que je voulais dire.

- Je te taquinais Naruto. Cependant je ne crois pas que nous ayons vraiment le choix. Ou alors on peut dire qu'on t'a confié l'enfant. En fait, tout dépend de s'il te ressemble ou pas. Nous pourrons toujours aviser lorsqu'il sera là.

- Tsunade ?

- Oui? demanda-t-elle surprise qu'il l'appelle par son prénom.

- Comment… comment je vais m'en occuper, je ne connais rien aux enfants, je vais devoir lui installer une chambre.

- Tu as gardé les meubles que tes parents avaient achetés pour toi, non ?

- Oui.

- Et bien voilà, un problème de résolu. Quant à l'élever et bien, je te prêterai des livres si tu veux et puis… tu feras fonctionner ton instinct.

- Et quand je serai en mission, comment…

- Ne t'inquiète pas, Konoha est très bien organisé pour la prise en charge des enfants de ninjas en mission.

- D'accord, répondit-il un peu absent.

Elle lui donna une petite pichenette sur le front et elle lui sourit, essayant de le rassurer.

- Allez, tu as su maîtriser le rasengan en une semaine, ce n'est pas un petit braillard de trois et quelques kilos qui va te faire peur.

Il lui adressa un petit sourire.

- Et puis avec les clones… j'aurai toujours quelqu'un auprès de lui.

- Tu vois.

Ils se turent un instant. Et puis, cela fit tilt dans la tête de Tsunade.

- Naruto ?

- Oui ?

- Qui est le père ?

Elle vit le jinchuuriki prendre une teinte pivoine alors qu'un « Oh merde » s'échappait de ses lèvres. Visiblement, il n'avait pas vraiment pensé à ça jusque-là lui non plus.

- Heu… heu ….

- Allons bon, tu n'as quand même pas couché avec tant de garçons que ça.

- Bien sûr que non ! cria-t-il. Avec un seul c'est tout.

- Alors ?

- Heu… c'est vraiment important ?

- Je le connais ?

- Oui.

- Il est de Konoha ?

- Oui.

- Tu penses le lui dire ?

- Même si je le voulais, ce serait difficile, répondit-il un voile de tristesse brouillant ses yeux un court instant.

Pourquoi donc pensa Tsunade et puis son cerveau fit de nouveau tilt. Elle n'aurait su dire pourquoi mais aussi peu probable que cela puisse paraître, c'était l'évidence. Pourtant, elle espérait vraiment se tromper.

- Non, ne me dis pas que… Naruto… tu n'as pas fait ça ?

- Quoi ?

- L'Uchiha, c'est ça, hein, c'est Sasuke le père du bébé ?

Ses joues reprirent une nouvelle petite couche de rouge.

- Qu'est-ce qui… qu'est-ce qui vous fait pensez que ?

- Oh voyons Naruto ! C'est lui, n'est-ce pas ? Ta réaction te trahit. Alors ?

Elle faillit bien ne pas entendre le minuscule oui que ce dernier émit.

- Mais tu ne pouvais pas en choisir un autre !

- Mais… je…. Je…. Mais je fais ce que je veux !

- Et comment se fait-il que tu ne m'en aies pas parlé ?

- Mais, je vais pas vous raconter ma vie privée.

- Oh, je ne parle pas de t'être envoyé en l'air avec lui, je parle simplement du fait de l'avoir croisé !

Il la fixa un flash de colère passant dans ses yeux azur.

- Je ne me suis pas envoyé en l'air. J'ai fait l'amour avec lui, je ne vous permets pas de juger ça.

Il semblait blessé et elle s'en voulut. Elle soupira et se prit la tête entre les mains.

- Je suppose qu'on ne peut rien y faire, il t'a toujours obsédé, ajouta-t-elle d'un ton plus doux. Mais pourquoi avoir caché que tu l'avais croisé ?

- Et bien, ça me paraissait compliqué de parler de ça sans… enfin tout le reste.

- Je croyais que tu préférais les filles, reprit-elle après un nouveau silence.

- Je le croyais aussi avant mais... et bien... en fait je crois que non.

- D'accord. Ce n'est pas grave de toute façon.

Elle se redressa et le fixa. Il n'y était pour rien, elle le savait et cela ne la dérangeait pas. Quant à Sasuke, et bien l'affection que Naruto avait toujours eue pour lui s'était transformée en amour. Rien qu'à sa manière de réagir quand elle avait sous-entendu que ce n'était qu'une histoire de sexe, elle pouvait en être sûre. Mais quitte à tomber amoureux, il aurait moins souffert s'il en avait choisi un autre. Il fallait en plus qu'il en attende un enfant. Pauvre Naruto, pensa-t-elle.

Au moins, Konoha allait récupérer un descendant Uchiha, en tant qu'Hokage, elle aurait plutôt dû se réjouir. Mais elle savait aussi que cet enfant, Naruto allait l'élever sans son deuxième père. Elle passa sa main sur la joue du jeune homme et se leva pour déposer un baiser sur son front.

- Allez, ne t'inquiète pas et profite de ce petit être qui grandit en toi.

- Baa-chan?

- Hum ?

- Vous me le remontrez ?

- Bien sûr.

Il s'écoula encore un long moment pendant lequel, elle le lui montra sous tous les angles, en profitant pour prendre les différentes mesures et approfondir son examen, aussi attendrie que lui devant cette mini pousse qu'elle pourrait bien considérer comme une sorte de petit-fils ou petite-fille.


Et voilà pour le premier chapitre, j'espère que ce début vous plait, n'hésitez pas à me donner votre avis, positif ou négatif, bien sûr!

Pour la suite... pas la semaine prochaine parce que je n'aurai pas possibilité de me connecter donc dans 15 jours, ensuite, ensuite et bien je ne sais pas encore, j'essayerai de poster toutes les semaines mais je ne promets pas. A suivre donc.