Coucou tout le monde !

Voilà le chapitre 5.

Merci pour vos reviews, mise en favoris et tout et tout ! et merci à Anayata de nous faire partager ses idées, et de nous laisser les mettre par écrit. Et aussi à nos Betas Lenerol et Pounine pour leur excellant travaille.


Chapitre 5 : Remonter la pente

PDV de Bella :

La vie reprend son cours. Je reste à la maison encore quelques jours avant d'affronter le lycée une nouvelle fois. On est jeudi et maman reste avec moi. Je suis toujours enfermée dans ma chambre, mais je me décide à manger un peu plus. Je veux remonter la pente, pour ma famille, pour mon père.

Il est 10h30 quand quelqu'un sonne à la porte. Ma mère va ouvrir, j'entends une femme parler et ma mère m'appelle. Je descends l'escalier tranquillement et vais rejoindre Renée et notre visiteuse.

- « Bella, ma chérie, je voudrais te présenter une consoeur de Carlisle. Tu sais notre voisin ? »

Je hoche la tête de haut en bas. Mais je ne comprends pas ce que vient faire cette femme ici. Elle me regarde avec limite de la pitié et je n'aime pas cela du tout.

- « Bella, c'est madame Trent, psychologue de l'hôpital. »

QUOI ? Une psychologue ? J'espère qu'elle blague là ? A priori non. Chacune me fixe, et je pense que mon regard parle pour moi à cet instant. Hors de question qu'une psychologue vienne me baratiner avec ses conneries. Je retourne dans ma chambre, allume la musique et m'installe sur mon lit pour reprendre les cours que j'ai manqué. Mais c'est sans compter sur ma mère ou cette psychologue. On toque à ma porte. Ouais bah elle peut toquer longtemps. La porte finie par s'ouvrir sur la psy. Pffff elle ne va pas me lâcher. Je lui lance un regard noir, mais elle a plus l'air amusé qu'autre chose. Elle s'installe sur ma chaise de bureau, mais je l'ignore. J'ai autre chose à faire.

Elle m'examine sans rien dire. Ca m'énerve un peu, j'ai horreur d'être fixée comme cela.

- « Tu t'en sors avec tes cours ? »

Je la regarde, puis replonge dans mon devoir. Je l'entends soupirer mais elle continue.

- « Je suis ici parce que le docteur Cullen me l'a demandé. De ce que j'ai lu sur ton dossier, tu fais une dépression suite au décès tragique de ton père. »

J'essaye de l'ignorer du mieux que je peux, mais dès qu'on aborde mon père je ne peux m'empêcher de lui jetai un coup d'œil. Ça me saoule ces gens qui parlent de lui comme cela. Personne ne peut savoir ce que je ressens. Ce manque qui me brûle la poitrine à chaque respiration. Ce manque qui fait que je ne me sens plus entière. Tout cela personne ne peut savoir. Donc qu'ils arrêtent de me parler de lui.

- « Bella, il faut que tu en parles, tu ne peux pas rester dans ce mutisme éternellement. Tu arriverais à me parler à moi ? »

Je lui fais non de la tête. J'ai déjà promis de parler avec Edward. Au moins avec lui je ne vois pas de pitié dans ses yeux, alors qu'elle…

- « Très bien, je n'insiste pas. Voilà ma carte si jamais tu as besoin de discuter. Au revoir Bella »

Puis elle quitte enfin ma chambre. Je respire mieux et peux me concentrer sur mes exercices.

PDV d'Edward :

La journée est longue. J'en ai marre d'être là, entouré par ces glues sans cervelle qui refusent de me lâcher. A midi encore il a fallu qu'on les vire, et pas de façon subtile. Putain, Tanya a toujours rien compris. Elle croit vraiment qu'on est ensemble. J'en ai des frissons rien que d'y penser. Alice s'est limite battue avec Maria qui elle aussi n'a toujours pas compris que Jasper ne s'intéresse pas à elle. Quand Maria est venue s'installer à notre table comme elle le fait tous les jours, la place à côté de Jasper était déjà prise. Maria a demandé assez méchamment à Alice de bouger de là. Mais Alice pas plus fâchée, a agrippé la nuque de mon frère et l'a embrassé à pleine bouche. Maria avait les yeux exorbités et elle est partie en fulminant tout ce qu'elle pouvait contre Alice. Le reste de la journée s'est fait dans la même ambiance. Alice et Emmett s'inquiète pour Bella mais je suis sûr qu'elle ne fera plus de bêtise. Mon père nous a averti qu'un psychologue allait venir la voir. Je sais pertinemment que Bella ne lui parlera pas, mais après je peux tout aussi bien me tromper.

La journée se termine enfin et je décide d'aller voir Bella, je ne l'ai pas vu depuis l'hôpital et je suis curieux de savoir comment s'est passé l'entretien avec la psy.

Je dépose mon frère et ma sœur et me dirige vers chez nos voisins, mon frère m'emboîte le pas alors que je vois Emmett venir à notre rencontre.

Je souris, nous allons finir par devenir inséparables, enfin ils vont devenir inséparables surtout. J'espère que Bella va aller mieux pour que je puisse passer un peu de temps avec elle. Parce qu'être entouré de couples c'est pas le top quand on est seul, j'ai pas envie de tenir une double chandelle.

- Alors les gars, vous allez voir mes sœurs ? nous demande Emmett en arrivant à notre hauteur.

- Oui comme toi, lui répond Jazz en rigolant.

- Tu vas tenir compagnie à Bella ? me demande-t-il.

- Oui, je lui amène les cours que nous avons en commun.

Inutile de préciser que nous allons discuter un peu.

- Ok ! bon bah ! on se voit plus tard, les gars !

Nous continuons notre chemin vers leur maison.

- Alors c'était comment ? Je suis curieux, je ne peux m'empêcher de poser LA question à Jasper.

Je vois dans son regard perdu au loin qu'il sait parfaitement de quoi je parle.

- Génial, j'espère juste que ça sera pas le dernier !

- Je te le souhaite, frèrot. Dis-je gaiement.

Nous atteignons la porte d'entrée et je sonne.

Renée vient nous ouvrir rapidement et nous offre un magnifique sourire.

- Bonjour les garçons, je croyais qu'Emmett venait de partir chez vous, vous ne l'avez pas croisé ?

- Bonjour Renée, si, si nous l'avons croisé, il allait voir Rosalie en fait, lui dit Jasper mal à l'aise.

- Oh je comprends mieux, votre sœur est une vraie beauté, mais entrez voyons. Nous la suivons dans le vestibule, vous venez voir Alice je suppose.

- En fait je venais voir Bella, dis-je, j'ai des cours à lui donner.

- Oh c'est très gentil à toi Edward, vous savez où sont leurs chambres ? Je vous laisse y aller.

Nous la remercions et montons voir nos amies.

J'abandonne Jasper dans le couloir et me dirige vers la chambre de Bella, je frappe un coup à la porte et lui parle au travers de celle-ci.

- Bella ? C'est Edward, est-ce que je peux entrer ?

J'entends du bruit derrière puis la porte s'ouvre sur elle.

- Salut, comment vas-tu aujourd'hui ?

Elle me fait signe d'entrer dans sa chambre puis referme la porte derrière moi, elle hausse simplement les épaules en guise de réponse.

Oh oh ! elle me fait quoi là ?

- Bella ! tu te souviens ? Tu m'as promis de me parler lorsque nous sommes seuls et jusqu'à preuve du contraire nous sommes seuls alors tu veux bien tenir ta parole s'il te plait ?

Elle attrape une feuille et un stylo et gribouille rapidement.

« Pas ici, je n'ai pas assez d'intimité pour ça »

Ok alors on fait quoi ?

- Où alors ?

« Sortons »

Bien, j'ai pas le choix de toutes façons et ça lui fera pas de mal de sortir un peu.

- Ok allons-y.

Nous descendons rapidement et elle me montre la cuisine où se trouve sa mère, elle me mime un « dis-lui » silencieux, j'acquiesce et me dirige vers Renée, avec Bella sur les talons.

- Renée ?

Elle sursaute et laisse tomber le plat qu'elle tenait dans ses mains.

- Pardon, je ne voulais pas te faire peur ! dis-je en le ramassant.

Elle pose une main sur son cœur pour l'apaiser.

- C'est pas grave Edward, il y a un problème, demande-t-elle en voyant Bella derrière moi.

- Du tout, je voulais simplement te dire que nous allons faire un tour avec Bella.

- Oh ! Tu es sûre ma chérie ? Tu n'es pas fatiguée ?

Je me tourne vers Bella qui lève les yeux au ciel avant de secouer la tête en signe de négation.

- « Je prendrai soin d'elle Renée, ne t'inquiète pas et puis ça va lui faire du bien de sortir un peu », je vois Bella lui faire un petit sourire avant de se diriger vers elle pour l'embrasser sur la joue.

Renée semble émue de voir sa fille agir de la sorte, moi je suis heureux, je crois qu'elle veut réellement s'en sortir. Maintenant qu'elle a touché le fond elle ne peut que remonter comme on dit.

Bella revient vers moi et m'attrape par le bras pour m'entraîner vers la sortie.

Je la suis en riant, serait-elle impatiente de me parler ?

Il y a un parc pas très loin je décide de l'emmener là bas, elle acquiesce lorsque je lui fais part de mon intention.

Arrivés dans le parc elle regarde autour d'elle la végétation asséchée. Elle me désigne un banc un peu plus loin et nous allons nous installer.

Après plusieurs minutes, plongés dans le silence, je décide de la pousser un peu.

- Bella ? Je pense qu'ici tu peux me parler non ?

Elle soupire avant de me jeter un regard.

- De quoi veux-tu que je te parle ?

- De ton rendez-vous avec la psy par exemple, de comment tu te sens ?

- Je déteste cette femme, elle me regarde avec pitié et ce n'est pas ce dont j'ai besoin !

Ok, je ne sais pas quoi lui dire pour le coup.

- Et pour comment je me sens, et bien je pense que je commence à aller mieux. Elle me fait un petit sourire pour appuyer ses dires

- Je suis content d'entendre ça, et je suis là si tu as besoin de quoi que ce soit.

- Je sais Edward, merci.

- Comment s'est passée ta journée ?

- J'ai pas fait grand-chose. J'ai passé mon temps à reprendre les cours loupés et à écouter la musique.

- Tu es restée toute la journée enfermée dans ta chambre ?

- Non je suis quand même allée manger avec ma mère mais j'ai du mal à supporter son regard alors je reste le moins possible avec, tu comprends ?

- J'essaie, Bella. Mais tu ne peux pas en vouloir à ta mère, elle se fait vraiment des soucis pour toi.

- Je sais cela et je te jure que j'essaie vraiment. Je lui en veux pas, au moins elle ne me force pas à parler mais sa tristesse ne m'aide pas là, tu vois.

- Oui, je comprends, il va lui falloir un peu de temps pour se reprendre mais si tu continues à faire des progrès pour te nourrir et que tu acceptes de passer un peu de temps avec ta famille, cela devrait s'arranger. En attendant, si on rentrait ?

- Ok, demain tu repasseras m'apporter les derniers cours ?

- Oui, sans problème et si tu as besoin d'aide, n'hésite pas.

Après cette petite conversation, je raccompagne Bella chez elle, nous ne voulons pas inquiéter Renée, bien qu'elle sache que Bella était avec moi.

Je lui promis de revenir le lendemain après les cours pour lui expliquer une leçon de math qu'elle avait du mal à comprendre seule.

En arrivant devant chez moi, je trouve Emmett et Rosalie le nez dans la voiture de celle-ci, il semble ne pas comprendre ce qu'elle lui dit mais l'écoute tout de même attentivement.

Je souris en pensant que pour une fois un mec semble plaire à ma sœur.

Le lendemain matin, je discute avec Jasper sur le chemin du lycée, ils ont décidé avec Alice d'y aller doucement, je rigole dans ma barbe enfin façon de parler, (doucement= répet) je suis certain qu'ils en seront incapables.

La preuve, toute la journée Alice bout lorsque Maria s'approche un peu trop de Jasper. Le pauvre, lui lance des regards désespérés, je suis certain qu'il regrette de vouloir prendre son temps maintenant. Si comme la veille, Alice lui avait sauté dessus, il ne s'en serait pas plaint c'est certain.

Je ne rigole pas longtemps car mon enfer personnel arrive.

Perchée sur des talons vertigineux, elle clopine jusqu'à moi.

Je suis sûr que si je pars en marchant rapidement maintenant elle ne me rattrapera pas.

Je ne réfléchis pas plus longtemps et me précipite dans le premier couloir.

Je l'entends m'appeler derrière mais ne me retourne pas, j'accélère le pas.

J'entre dans les toilettes des hommes et attends que la pause soit terminée.

Je suis lâche, je le sais, mais cette sangsue ne comprend rien et j'ai vraiment besoin qu'on me fiche la paix là.

Je repense à Bella, je me demande ce qu'elle fait. Elle va mieux, beaucoup mieux, même si c'est encore difficile pour elle, j'ai vu hier à quel point elle avait remonté la pente depuis le début de la semaine.

Je regarde l'heure plus que 5 minutes avant la fin de la pause déjeuner, je me résigne à sortir, je suis vraiment pathétique.

J'ouvre la porte et j'ai une furieuse envie de la refermer lorsque j'aperçois Tanya qui m'attend appuyée négligemment contre le mur d'en face.

Merde !

Je soupire et décide de l'ignorer.

- Eddy attends-moi, j'entends ses talons claquer rapidement derrière moi, pas de doute elle essaie de courir.

J'accélère le pas lorsque j'entends un grand boom, j'hésite à me retourner, mais lorsque je l'entends gémir je finis par regarder.

Tanya est étalée par terre, elle semble avoir mal, j'ai beau la détester, je ne suis pas un monstre non plus, je reviens sur mes pas et l'aide à se relever, elle en profite pour se pendre à mon cou.

- Oh Eddy ! mon héros !

Je n'ai pas le temps de faire ouf que ses lèvres s'écrasent violement sur les miennes.

Beurk !

Je la repousse tant bien que mal mais elle s'accroche en frottant son corps contre le mien. Elle tire sur mes cheveux, pour rapprocher mon visage du sien, en insérant sa langue dans ma bouche. Elle me fait mal et je gémis de douleur en la repoussant plus violement cette fois.

Je m'écarte d'elle, en me frottant la racine des cheveux qu'elle a malmenée.

- Nan mais t'es malade, c'est quoi ton problème ?

- Voyons Eddy tu sais bien qu'il n'y a pas de problème, toi et moi on est fait pour être ensemble, j'ai parfaitement entendu tes gémissements lorsque je t'embrassais.

Je suis estomaqué, comment elle peut penser que c'était des gémissements de bien être ? Cette fille est vraiment dingue.

- Et si tu veux tout savoir moi aussi j'ai apprécié, énormément, me dit-elle en passant à côté de moi en me caressant le bras.

Un frisson de dégout me parcourt, mais je suis certain qu'elle croit me faire de l'effet vu le sourire qu'elle affiche.

Elle s'éloigne de moi en sortant son téléphone de son décolleté.

Le reste de l'après midi se passe rapidement, tous les regards se braquent sur moi dès que je passe et je sais qui en est la responsable.

Tanya

Sur le chemin du retour je vois le regard insistant de Jasper. Je finis par lui demander ce qu'il a.

- Rien, je voudrais juste entendre ta version des faits, j'ai du mal à croire que tu ais embrassé Tanya et pris du plaisir, rigole-t-il.

Je grimace.

- Cette tarée me courrait après et elle est tombée donc je suis revenu sur mes pas pour l'aider.

- Tu aurais mieux fait de la laisser moisir au sol, intervient Rose.

- Oui je sais, tu imagines pas à quel point je regrette.

- Et donc, comment sa langue a fini dans ta bouche ? questionne Jazz.

- Pff lorsque je l'ai relevée elle s'est jetée sur moi, je l'ai gentiment repoussée et elle s'est accrochée à mes cheveux. D'où les gémissements, je peux vous assurer que c'était tout sauf du plaisir.

- Et les frissons lorsqu'elle te touche ?

- Du dégout !

Nous éclatons de rire tous les trois.

Une fois rentré, je vais prendre une douche et me changer, j'ai l'impression que le parfum nauséabond de cette folle est collé sur moi. Ensuite je vais voir Bella pour l'aider avec son problème de maths.

Emmett m'ouvre et m'indique qu'elle est dans le jardin avec Alice.

Je vais les rejoindre, et trouve Alice qui se roule par terre et Bella qui rigole aussi.

Je souris devant cette scène. Je suis heureux de la voir aller mieux.

Lorsqu'Alice m'aperçoit elle éclate de rire et annonce qu'elle va retrouver Jasper. Son rire l'accompagne jusqu'à la porte.

Je m'approche de Bella qui rit toujours.

- Salut, tu vas beaucoup mieux, dis-donc, elle me lance un regard avant d'éclater de rire à nouveau. Je peux savoir ce qui te fait rire au moins ?

Elle prend un bout de papier dans un classeur posé près d'elle et écrit.

« Non, je suis pas sûre que tu veuilles savoir »

- Ah et pourquoi ? Elle continue de pouffer, et j'ai la nette impression qu'elle se fout de moi.

« Tu veux vraiment savoir ? »

- Oui j'aimerai, dis-je sèchement.

Elle pouffe une fois de plus et reprend son stylo, je lis par-dessus son épaule.

« Alice m'a raconté, ton… comment dire… CALIN … oui c'est bien comme mot câlin dans les couloirs avec une blonde que tu sembles apprécier… beaucoup »

- Ah ! ah ! très drôle je suis mort de rire Bella !

Elle me fait une petite moue avec un sourire contenu, je vois bien qu'elle se retient de rire.

- Ok ! si tu veux tout savoir j'ai beaucoup apprécier, son haleine fétide était très… sexy, si tu vois ce que je veux dire.

Elle me regarde avec de grands yeux, j'éclate de rire devant son air.

Elle me tape dans l'épaule avant de me murmurer un « très drôle ».

Je l'aide ensuite avec ses devoirs de maths, puis rentre chez moi pour manger. Puis je sors rejoindre les gars au bar près de chez moi.

Ils passent la soirée à me parler de Tanya, vu qu'elle est plutôt bien roulée, ils ne comprennent pas pourquoi je ne veux pas me la faire, sérieusement je la trouve vraiment banale alors qu'elle fait fantasmer tous les autres.

Tout à coup je vois sa voiture arriver, je n'ai pas envie qu'elle me colle une fois de plus et préfère rentrer chez moi avant qu'elle n'entre dans le bar.

Je passe mon samedi après midi dans le jardin de Bella en sa compagnie, nous sommes simplement installés au soleil, vu que nous sommes chez elle, elle ne prononce aucun mot mais ça ne me dérange pas j'aime le calme et elle aussi.

Le lendemain nous décidons d'aller faire un tour au parc, nous parlons un peu, Bella appréhende le retour au lycée, même si personne n'a parlé des raisons de son absence, elle a un peu peur que quelqu'un découvre ce qu'elle a fait, elle a vraiment honte d'elle.

J'essaie de la rassurer en lui disant qu'elle était au plus bas et qu'elle n'a pas pensé aux conséquences sur le coup mais elle ne peut s'empêcher de penser que si je n'étais pas aller la voir ce soir là sa famille serait sans doute en train de préparer des obsèques une nouvelle fois en 15 jours.

Je la raccompagne chez elle et lui promet de ne pas la lâcher le lendemain au lycée.

Elle me fait un sourire et me serre dans ses bras, en me murmurant un merci à l'oreille.


Comme vous vous doutez ça va s'arranger par la suite !

Nous éspérons que ça vous a plu tous de même !