20th (et 21st) Century Boys sont la propriété de Naoki Urasawa, je ne me permets de les emprunter que pour cette fic et sans but lucratif.

La chanson Conquest est aux White Stripes et m'a servi de bande-son pour ce résultat de ma lecture compulsive qui j'espère vous plaira! -Clewilan


Accroupie pour fouiller le bas d'un placard, elle termina son exposé sur la disposition des lieux en indiquant la chambre d'amis de l'autre côté du couloir - il fallait préciser qu'il avait été le premier surpris quand elle avait proposé de le loger (Kanna, elle, avait décidé de venir aussi parce qu'elle comptait garder l'oeil sur lui de peur qu'il ne disparaisse de nouveau).

- N'empêche, fit Yukiji à mi-voix, ça va me paraître étrange.

- De quoi ?

- Ma première nuit sans avoir à m'inquiéter pour qui que ce soit. J'ai passé dix sept-ans sans dormir vraiment, je me demande si je vais réussir à le faire cette fois.

Il y eut un silence, le temps qu'ils réalisent l'énormité de la chose - dix-sept ans d'adrénaline accumulée et qui commençait enfin à retomber.

Et puis il sourit.

- Pour être franc, ça fait tellement longtemps que je n'ai pas utilisé de lit que je demande la même chose. Alors (il hésita un instant avant de lancer) on n'a qu'à pas dormir cette nuit.

Elle retrouva dans la lueur effrontée de son regard le gosse sûr de lui qu'il avait été, et dans la façon un peu gênée qu'il avait de se tenir le jeune homme paumé qui lui avait demandé de sauver le monde.

Les lèvres de Yukiji s'étirèrent à leur tour alors qu'elle se levait.

- Depuis quand sais-tu ce qu'est un sous-entendu, Kenji Endo ?

Sans plus de cérémonie, elle lui jeta une serviette.

- Hein ?

- D'abord, tu te laves - ça fait combien de temps que tu as ces vêtements sur le dos ? … En fait, non, je ne veux pas savoir. Coupe-toi les cheveux, aussi, et après on avisera.

Il s'était laissé pousser hors de la chambre sans oser protester - c'était Yukiji, quand même ! - mais, une fois sur le seuil, ne put s'empêcher de poser une question.

- Et mon autre proposition ?

- … Je ne vois pas de quoi tu parles.

Il observa un instant ce qui brillait dans ses yeux et confirmait ce qu'il pensait.

- Menteuse.

- Bonne nuit, Kenji.