NdA : Dernier chapitre de cette fanfiction merdique. Vous pouvez toujours dire ce que vous en pensez.

KHR appartient à la génialissime Akira Amano.

Chapitre 3 – Ce que m'a apporté la mafia ?

J'avais encore un peu de mal à me rendre compte que je faisais parti de la mafia depuis presque un mois, après tout je continuais mes petits shows, et on ne me demandais pas de faire grand chose, au point où je me demandais si ça avait vraiment une utilité que je rejoigne les Cavallone... Mais je me sentais bien, ils me faisaient tous rire, et il y avait une bonne ambiance bien que ce soit une famille mafieuse.

Un après-midi, alors que j'avais écourté mon spectacle, je rentrais un peu plus tôt que d'habitude, et découvrais qu'il n'y avait personne, ce que je trouvait assez étrange... Je me mis donc à la recherche de quelqu'un, n'importe qui, et je pensais qu'ils étaient tous sortis quand je trouva Romario et Dino.

''Ah bah si, il y a quelqu'un, je croyais que vous étiez tous partis...''

Dino se leva d'un coup, étonné de me voir.

''Elin ? Qu'est-ce que tu fais ici, tu n'avais pas une représentation ?

-Si, mais elle s'est finie plus tôt que prévue... Tout le monde est parti ?

-Affaire urgente à régler, interrompit Romario, mais puisque tu es là tu peux aider Dino avec les papiers, je vais chercher un peu de café...''

Je regardait Romario sortir, silencieuse, puis me tournait vers Dino qui avait les yeux rivés sur sa montagne de papiers. Je m'approchais du bureau sans dire un mot et pris une chaise pour m'assoir en face du parrain Cavallone.

''Hum, alors, je peux faire quoi pour t'aider ?''

Dino releva la tête et regarda sur son bureau pour prendre une liste, puis il poussa un tas d'enveloppe vers moi.

''Tu peux vérifier qu'on a une invitation pour chaque personne de cette liste ?''

J'acquiesçais et me mis immédiatement au travail sans broncher, ne relevant presque pas la tête. C'était la première fois que je me retrouvais seule avec Dino, et je commençais à trouver le silence pesant.

''Hum, ce sont des invitation pour quoi ?

-Une simple soirée pour entretenir les bonnes relations entre famille alliées, c'est au tour des Cavallone de l'organiser...''

Ce qui expliquait en partie pourquoi tout le monde était sorti. Je relevais la tête en entendant du bruit pour remarquer que Dino avait fait tomber une pile de papier et son stylo. Il était réputé pour être d'une maladresse légendaire si ses hommes n'étaient pas à ses côtés. Je rigolais légèrement, et décidais de l'embêter un peu.

''Je croyais que tu n'étais pas maladroit devant les membres de la famille ?

-Oui, mais toi c'est pas pareil...''

Je stoppais tout de suite de rire, et feignait un sourire.

''C'est vrai, je ne fais pas parti de la famille depuis très longtemps...

-C'est pas ça !''

Je le regardais, étonnée de voir un air gêné sur son visage alors qu'il continuait de ramasser ses papiers. Et je dois aussi avouer que je me demandais ce qu'il voulait dire... Mais étrangement tout ça me gênait et je baissais la tête, reportant mon attention sur la liste et les enveloppes. Je ne savais plus trop comment réagir, et je me demandais si je n'aurai pas mieux fait de me taire. Relevant rapidement les yeux, je surpris Dino en train de me regarder, et je ne sais pas trop pourquoi mais je trouvais son regard intense, et je sentais mes joues qui commençaient à me brûler. Je sentais que si je le regardais plus longtemps mon cœur allait exploser, je détournais une fois de plus le regard. Mon geste était surement rude, mais je n'avais pas vraiment réfléchi... J'avais surement énervé Dino, car j'entendis sa chaise racler le sol et ses pas. Je relevais la tête, jetant un œil sur le côté pour apercevoir Dino. Mais je ne le voyais déjà plus, je l'avais surement trop énervé. Pourtant je sentis ses bras m'envelopper et son front trouva place au creux de mon épaule. C'était la seconde fois qu'il me serrait dans ses bras, pourtant mon cœur battait à toute allure, s'en était presque étourdissant.

''D… Dino ?

-Désolé, en fait je t'avais remarquée avant que cette famille veuille t'enrôler, et tu m'as tout de suite intéressée... Pas pour ce que tu sais faire, mais pour ton énergie et ton enthousiasme quand tu es sur scène... Et je suis venu te voir régulièrement depuis, c'est comme ça que j'ai su que certaines familles s'intéressaient à toi...''

Je tournais les yeux pour voir le visage rouge de Dino qui lui donnait un air adorable. Ce qu'il venait de me dire me réchauffait le cœur, je ne m'attendais pas à ce que ça me fasse tant plaisir... J'avais l'impression d'avoir attendu ces mots depuis longtemps... J'attrapais les mains de Dino pour m'assurer qu'il les laisse où elles étaient, et j'étais surement encore plus rouge que lui. Pourtant aucun mot ne sortait de ma gorge serrée, de toutes façons mon esprit embrouillé ne savait pas quoi répondre à ça. Dino continua de parler, plus bas cette fois-ci, ce qui rendait sa voix plus suave, mais surtout plus attirante, difficile de ne pas fondre et succomber à son charme dans ces conditions...

''Maintenant que je te connais je suis sûr de moi, tu es parfaite, tu es celle qu'il me faut, la seule que je veux à mes côtés...''

Je resserrais mon emprise sur ses mains, j'avais l'impression de partager ce discours, ou plutôt je suis maintenant sûre que depuis notre première rencontre, je me suis mise à l'aimer. J'étais à la fois heureuse et rassurée, mais en même temps un peu gênée, d'entendre ça... Tournant la tête, j'appuyais mon front contre sa joue, ma manière de lui dire que je partageais ses sentiments, en espérant qu'il comprenne... Il me murmura à l'oreille « si tu n'es pas d'accord repousse-moi », puis il dépose un léger baiser sur mon cou, puis sur ma joue, et hésita quelques secondes avant de m'embrasser tendrement. Alors qu'il détourna le regard, me tenant toujours dans ses bras, je rassemblait tout mon courage. Il fallait que je le dise...

''Dino, je t'aime...''

Il rougit à vue d'œil en m'entendant, et c'est ce moment que choisirent Romario et d'autres membre de la famille pour entrer, félicitant Dino d'avoir réussi à exprimer ses sentiments, comme si ils étaient au courant depuis toujours et qu'ils l'avait toujours encouragé, ce qui est surement vrai... Je regardais Dino, embarrassé, répondre à ses hommes, et je commençait à me dire que mon quotidien ressemblerait de plus en plus à ça maintenant. Mais ça me convenait, c'est le quotidien que j'espérais inconsciemment depuis longtemps... Et ce serait mon quotidien en tant que mafieuse et « compagne » d'un parrain maladroit mais adorable...