Bonjour à tous et à toutes, je tiens à dire que cette histoire ne m'appartient absolument pas, c'est une des fics défouloirs de ma BETA : Cléo McPhee, elle à accepter que je la poste sur mon compte pour que vous puissiez en profitez, vu qu'elle ne la posteras jamais sur le sien. Si vous ne me croyez pas demander lui vous-même.

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture.

Chapitre 1

La mustang noire et argent se stationna devant le lycée de Forks attirant les regards de tous sur elle. La plupart des élèves étaient déjà massés devant l'établissement malgré l'heure matinale. Aucun ne pouvait détacher son regard du véhicule brillant sous les rayons timides du soleil de Février. Il était rare de voir une voiture si coûteuse dans une petite ville telle que celle-ci.

Généralement, les habitants de la ville vivaient simplement. Très peu avaient les moyens financiers pour se permettre une folie pareille. Tous se demandaient qui allait sortir de cette voiture. L'attende fut de courte durée.

Rapidement, un jeune homme en sortit. Il était d'une beauté irréelle, pure, parfaite. Il faisait environ 1m80, sa peau était pâle, laiteuse, des cheveux blonds lunaires dont quelques mèches retombaient au dessus de ses yeux éclairaient son visage d'ange. Des traits fins, des yeux orageux. Il portait un pantalon noir et une chemise gris clair. Il avait une démarche gracieuse, altière. Un fin sourire charmeur ornait ses lèvres rosées. Tout en lui respirait la richesse, la sensualité et la grâce.

Il fut rejoint par un jeune homme tout aussi magnifique mais à l'allure fragile, innocente. Il faisait entre 1m65 et 1m70, ce qui était plutôt petit pour un homme. Il avait la peau bronzée, des cheveux noirs corbeaux en bataille, des traits fins presque féminins. Une beauté androgyne rare et précieuse. Le plus incroyable était ses yeux. Ils étaient d'un vert unique, mélange de jade, d'émeraude et d'absinthe. Ils étaient envoutants, hypnotiques. Des yeux dans lesquels on rêvait de se perdre. Il portait un jean bleu délavé et élimé, un débardeur blanc, une veste en cuir et une paire de dockers qui lui donnaient un look rebelle étonnant. Sans se préoccuper des regards qui pesaient sur eux et du chuchotement des élèves, ils avancèrent vers l'entrée de l'école.

À leur passage, les filles gloussaient et la plupart des garçons bavaient ou grognaient de jalousie. Le blond parla à son ami et un genre de joute verbale se lança.

- Bon Raven tu bouges ton magnifique postérieur ou quoi ?

- Ne m'appelle pas Raven ! La fouine !

- M'emmerde pas le balafré...

- Toi non plus l'aristo peroxydé...

- Moi aussi je t'aime Harry chéri...

- C'est ça j'te crois Drakinouchet !

- Non mais ça va pas ! Tu veux ruiner ma réputation ou quoi ? Utilises pas le surnom que cette idiote de Bulldog me donnait je vais faire des cauchemars...

- J'te rappel que t'es censé être fiancé au Bulldog ! Rétorqua le brun en plissant le nez dans une grimace de dégoût.

- Mes parents m'ont fiancé à elle nuance ! J'ai rien signé... Et je te rappel qu'en général je préfère les culs plus virils...

Le brun leva les yeux au ciel et le blond accrocha son bras au sien. Il déposa un baiser dans le cou du brun et lui mordilla le lobe de l'oreille en lui susurrant des paroles salaces. Le brun grogna et lui jeta un regard à geler l'enfer.

Ils pénétrèrent dans le hall de l'établissement en continuant leur petite dispute totalement hallucinante. Les élèves les regardèrent passer, ne sachant trop quoi penser de ces deux nouveaux élèves. Ils avaient l'air bizarre. Un peu hors norme. Il était rare d'avoir de nouveaux habitants dans cette petite ville isolée, alors, deux magnifiques spécimens masculins et riche en plus, c'était irréaliste. Ils arrivèrent face à une jeune femme qui leur offrit un large sourire auquel ils répondirent, la faisant rougir. Ils faisaient toujours cet effet sur les gens, qu'ils soient hommes ou femmes, les personnes avaient tendances à rougir et à devenir très timides face à eux. Puis, ils aimaient provoquer et n'avaient pas leurs langues dans leurs poches.

- Bonjour, nous sommes les nouveaux élèves. Harry Potter et Draco Malfoy. Lança Harry avec un sourire charmeur et un clin d'oeil.

- Oh..Euh..Oui. Je vous attendais. Voici vos emplois du temps, ainsi qu'un plan du lycée et une copie du règlement intérieur. Vous avez aussi ce formulaire à faire signer par vos professeurs et à me ramener en fin de journée... Balbutia la secrétaire.

- Merci...Euh... Annabelle... Joli nom... Répondit Draco en regardant son badge et en prenant les documents.

Il lui fit un clin d'œil et un sourire puis, ils tournèrent les talons et se dirigèrent vers leur premier cours, Trigonométrie. La secrétaire les regarda partir, une jolie teinte vermeil sur ses joues. Elle était peu habituée aux compliments, elle n'avait pas vraiment un physique avantageux et généralement, les gens se moquaient plutôt d'elle. Elle était touchée par l'attitude des deux nouveaux. Les deux garçons, inconscient de l'effet qu'ils avaient eu sur la jeune femme, continuaient à marcher vers la salle de classe se demandant s'ils arriveraient à suivre le cours ou pas.

Le blond avait fait de l'arithmancie à Poudlard et en avait appris les bases au brun, ils espéraient que ça les aideraient à comprendre les cours de mathématiques moldus. Puis, Harry en avait fait avant son entrée à Poudlard et il était plutôt doué dans cette matière à l'époque.

C'était même lui qui faisait les devoirs de son cousin Dudley, sous la contrainte évidement. Quand ils pénétrèrent dans la classe, un groupe d'élève était déjà présent. Tous les regards se braquèrent sur eux et le blond leva les yeux au ciel. Ils étaient tous tellement prévisibles. Une jeune femme brune se précipita vers eux, avide. Elle arborait un large sourire et une rougeur timide sur les joues. Draco haussa un sourcil et Harry fronça les siens. La fille dont le sourire s'élargit, se présenta.

- Bonjour. Je suis Jessica Stanley. Vous êtes les nouveaux ?

Draco grogna et Harry soupira. Comme si la réponse n'était pas évidente. Que les gens pouvaient être stupides parfois. Ils ne connaissaient pas cette fille mais ils savaient déjà qu'elle ne serait pas une amie à moins qu'elle ne change de comportement. Elle était sûrement la commère du lycée. Elle ressemblait tellement à Lavender Brown qu'ils avaient côtoyé quelques temps à Poudlard. Ils prendraient grand plaisir à l'éviter. Ils avaient certains secrets qu'il fallait éviter de dévoiler. Si quelqu'un venait à savoir qui ils étaient ça pourrait être dangereux. Surtout avec Voldemort et l'Ordre du Phoenix aux trousses. Finalement, ce fut le blond qui répondit.

- Oui. Je suis Draco Malfoy et lui, c'est Harry Potter. Dit-il en désignant le brun à ses côtés.

Ils offrirent de larges sourires hypocrites et ne laissant pas le temps à la jeune femme de poser plus de question, ils continuèrent leur chemin et s'installèrent à une table dans le fond de la classe. Ils n'avaient pas vraiment pensé à ce qu'ils diraient de leurs vies aux autres élèves. Ils n'avaient aucune envie de se lier. Ils voulaient juste être discrets, suivre leurs cours la journée, s'entraîner les soirs et les weekend et retourner en Angleterre pour botter le cul à face de serpent avant de disparaître à nouveau. Ils n'avaient pas prévu de s'attarder dans ce patelin. De toute façon, toute personne qui se lierait avec eux serait automatiquement en danger ou pas. Tout dépendait de si c'était l'ordre ou Voldemort qui parvenait à les retrouver en premier. Dès qu'ils furent installés, ils ignorèrent totalement les autres élèves et plongèrent dans leur bulle. Ils étaient en fait plongés dans une conversation silencieuse. Ils avaient ce lien télépathique depuis quelques temps déjà.

« Faudra éviter cette cruche de Stanley...

Oui, je sais Dray. C'est Lavander Brown version moldue cette nana.

Oh fait beau brun...

Non Drake.

J'ai rien dis encore !

Oui.. Je sais... mais je veux rien entendre...

T'es sûr chéri ?

Dray.. Après qu'on ai rompu on avait dit qu'on devait arrêter ça.

Je sais Ry mais ça me manque... Ton corps me manque... Puis ça évite à nos magies d'exploser... »

Le professeur arriva dans la salle coupant cours à leur dialogue silencieux. Dans la classe, un jeune homme aux cheveux de bronze et aux yeux topaze avait perçu leur conversation et il était sceptique. Il pensait comprendre de quoi les deux jeunes hommes parlaient mais il n'était vraiment pas sûr. Son père, Carlisle, lui avait parlé des sorciers mais il n'avait jamais réellement pensé qu'ils existaient. Puis, ces deux là avaient l'air très proche. Comme un vieux couple. Il retint un grognement et serra les poings. Autre chose le troublait, depuis qu'il avait vu le brun sur ce parking, il se sentait obsédé.

Il avait beaucoup de mal à détacher son regard de cet être parfait. Il était si obsédé qu'il en oubliait sa petite amie, Bella, qui était assise à côté de lui et tentait de lui parler. Il était totalement ailleurs. Il en oubliait même qu'il était en cours. Elle reprit finalement d'une voix plus forte pour le faire revenir sur terre.

- Tu m'écoutes Edward ? Interrogea la jeune femme une pointe d'agacement dans la voix.

- Pardon. J'étais dans mes pensées Bella. Rétorqua t-il avec un faux sourire et la voix chantante.

- C'est pas grave. Répondit la jeune fille en souriant.

Harry et Draco regardèrent discrètement en direction du couple et en voyant le jeune homme, ils se figèrent quelques secondes. Ils pensèrent en même temps « Vampires ». Edward ne laissa rien paraître mais il était surpris. Comment ces deux garçons avaient ils pu deviner ce qu'il était en quelques secondes ? Puis, il repensa à ce que Carlisle avait dit sur les sorciers et leurs capacités à reconnaître ce qu'ils considéraient comme des créatures magiques en un coup d'œil.

La voix du professeur le sortit de ses pensées. Le cours débuta et chacun se concentra dessus. L'heure passa plutôt rapidement, comme le reste de la journée.

Le brun et le blond étaient restés à l'écart des élèves le plus possible. Ils n'avaient discuté qu'avec deux d'entre eux qu'ils trouvaient sympa et qui s'appelaient Angela Webber et Éric Yorkie. Ils étaient les seuls qui ne les avaient pas assaillis de questions et n'avaient pas jouer les hyperactifs dégénérés face à eux. Ils avaient approché les deux sorciers pour le journal du lycée mais quand ils avaient dit qu'ils ne souhaitaient pas qu'on parle d'eux, les deux moldus avaient aussitôt abandonné. C'était ce respect qui les avaient attirés. C'était vraiment rafraîchissant de côtoyer des personnes calmes et posées.

Des gens avec qui on pouvait avoir de vraies discussions et qui n'étaient pas impressionnées par vous, n'attendaient rien de vous. Ils les avaient d'ailleurs invité le soir même pour faire plus ample connaissance.

Avant de quitter le lycée, ils repassèrent à l'accueil où la secrétaire, Annabelle, attendait. Quand Harry arriva prêt d'elle avec les formulaires, il la trouva en train de pleurer. Il sentit son cœur se serrer. Il détestait voir les gens pleurer.

Il avait lui même tellement versé de larmes à une époque. La jeune femme n'avait pas vraiment un physique gracieux. Elle était un peu ronde, ses cheveux ressemblaient plus à une brousse informe qu'à autre chose et elle portait des vêtements qui ne la mettaient pas vraiment en valeur, comme si elle avait honte d'elle et de son corps.

Il passa derrière le bureau de la jeune femme, s'accroupit face à elle et posa une main sur son épaule. Elle releva la tête, surprise, et, quand elle croisa les yeux verts et envoutants du brun, elle se jeta dans ses bras pour pleurer tout son soul. Harry la réceptionna et la serra contre lui avec tendresse.

Il laissa passer des ondes apaisantes avec sa magie pour la calmer afin qu'elle soit en état de parler. Quand les sanglots cessèrent, elle se détacha de lui et baissa la tête, honteuse de s'être laissé aller dans les bras de cet inconnu.

- Tu n'as pas à avoir honte d'avoir pleuré.

- …

La jeune femme ne répondit rien. Elle n'osait pas relever la tête. Elle avait peur de voir la moquerie, le dégoût dans les yeux du jeune homme. Harry passa une main sous le menton de la jeune femme et lui releva la tête en douceur. Il vit que ses yeux étaient encore brillants de larmes contenues.

- Pourquoi pleurais tu ?

Elle le regarda, un peu incrédule. Elle parlait peu et hésitait à se confier à cet inconnu. Pourtant, la douceur de la voix du brun et son regard tendre lui firent lâcher prise.

- Je suis seule. Je suis amoureuse d'un jeune homme de mon âge mais lui ne m'aime pas. Il ne cesse de se moquer de moi et de mon physique ingrat. Je sais que je ne suis pas jolie mais ça fait mal.

- Ce type est un abruti. Tu sais, tu pourrais être magnifique si tu apprenais comment prendre soin de toi.

- Tu crois...

- Bien sûr...

- Je n'ai pas d'ami tu sais. Personne pour m'aider, me comprendre.

- Tu as terminé ton travail ?

Elle hocha la tête. Il lui offrit un large sourire, lui donna les document qu'il était venu apporter et se releva. Il plongea son regard dans celui de la jeune femme et lui demanda.

- Angela et Éric qui s'occupent du journal du Lycée viennent passer la soirée chez nous. Tu veux venir ?

- Tu es sérieux ?

- Bien sûr. Rétorqua t-il avec un sourire qui la fit rougir.

Elle hocha la tête en guise d'acceptation. Elle lui précisa aussi qu'elle était à pieds. Il lui crocha le bras et la guida vers la mustang ou Draco attendait. En les voyant arriver, le blond haussa un sourcil mais ne fit aucun commentaire. Il connaissait assez son ami pour savoir que s'il avait invité la jeune femme, c'était qu'elle n'était pas un risque pour eux. Il attendit que Harry et la jeune femme soient installés dans la voiture avant de mettre le contact et de démarrer.

Le couple moldu les suivit en voiture. Les deux sorciers ne vivaient pas très loin du lycée mais leur maison était relativement isolée. Elle était assez grande et luxueuse. Ils arrivèrent rapidement devant la grande maison que possédaient Harry et Draco.

Le couple fut impressionné mais n'en laissa rien paraître. La bâtisse à elle seule montrait à quel point ils devaient être riche. Ils remontèrent la petite allée de gravier ocre et furent rapidement à l'intérieur de la villa.

Draco les guida au salon pendant que Harry allait préparer des trucs à grignoter et des boissons. Tous venaient de s'installer quand le brun arriva avec deux plateaux bien garnis.

Ce fut la jeune fille qui prit la parole. Elle et son petit ami étaient encore étonnés que les deux nouveaux les aient invité chez eux. Aussi par le fait que le duo n'ait parlé qu'à eux de toute la journée. Le couple ne faisait pas vraiment parti des élèves populaires au lycée, bien au contraire.

Ils étaient considérés comme des intellos coincés même s'ils ne l'étaient pas. D'ailleurs, la présence de la secrétaire, Annabelle, était elle aussi des plus étonnante.

- On est étonné d'être là... On pensait que vous ne vouliez vous lier à personne. Lança Angela.

Harry leur offrit un sourire éblouissant et répondit avec sincérité.

- C'est pas tout à fait ça. En fait, on est plutôt discret. On a pas envie de se lier avec les commères du lycée genre Jessica Stanley. Vous trois, vous avez l'air plutôt calme et discret. C'est pour ça qu'on a parlé avec vous et que vous êtes ici en ce moment.

Au moment où Harry termina sa phrase, un enchaînement d'évènements se produisit. Le premier fut Hedwige qui pénétra dans la pièce en hululant et fonça sur le brun qui tendit le poing pour qu'elle se pose dessus.

Il la regarda avec les yeux exagérément ouverts. Ce n'était vraiment pas le moment pour recevoir une chouette blanche. Le second fut qu'elle laissa tomber devant son maître une enveloppe rouge. Là, ils étaient mal. Le survivant ce mit à pâlir d'un coup alors que la lettre s'ouvrait et qu'une voix féminine hurlait comme une démente.

Harry James Potter !

Comment as tu osé t'enfuir avec ce sale mangemort !

Je suis vraiment hors de moi !

Je suis indigné !

Tu nous abandonnes tous alors que tu n'as pas encore accompli la prophétie !

De plus !

Nous sommes censé nous marier !

Ma mère et moi sommes très en colère !

Ron dit qu'il va te tuer quand il te retrouvera !

Reviens à la maison immédiatement où tu le regretteras Harry James Potter !

N'oublie pas que je t'aime mon chéri... ajouta la voix plus calme avant que la lettre ne tire la langue et ne se déchire en morceaux.

- Cette fille est cinglée... Purement et simplement cinglée. Bonne pour Sainte Mangouste. À enfermer... Lança Draco en secouant la tête comme pour tenter de se prouver qu'il rêvait.

- D'où est ce qu'elle sort que je suis fiancé avec elle ? Franchement c'est hallucinant. Qu'est ce qu'elle a pas comprit dans... « Ginny, je ne peux pas sortir avec toi parce que je suis Gay ». En plus, vu qu'elle m'a surpris à rouler une pelle à Charlie elle doit plus avoir de doutes franchement. Puis parler de Voldemort comme ça, elle a perdu la tête ou quoi ? Si on avait été au milieu de mangemorts on était mort là.

- C'était quoi ça ? Demanda une petite voix timide.

- Merlin... J'avais oublié qu'on était pas seul. Répondit Draco en prenant sa tête dans ses mains... Oui, ils rêvaient et ils allaient se réveiller.

- Ce qu'on va vous dire maintenant ne doit pas sortir de cette pièce. Déclara Harry déterminé.

Il plongea son regard dans celui du couple et d'Annabelle. Prêt à leur lancer un oubliette au cas où. Ils hochèrent la tête, curieux de ce qu'allait dire les deux jeunes hommes. Il poussa un léger soupire de soulagement. Ce fut le blond qui commença le récit.

- Comme vous le savez, nous sommes anglais, nous avons fait nos études dans un pensionnat en Écosse, mais, nous sommes aussi et surtout des... sorciers.

- Nous sommes venus ici, dans une ville calme et isolée pour nous entraîner. Notre communauté est en guerre et je suis celui qui est censé y mettre fin. Continua Harry.

- Waouh... Lancèrent le couple et Annabelle en cœur. C'était quoi cette lettre et de quelle prophétie parlait la voix ? Interrogea Éric curieux.

- La lettre est une beuglante. C'est ce qu'envoie un sorcier à un autre quand il est en colère. La voix, c'était Ginny Weasley. Je la considère comme une petite sœur mais elle est amoureuse de moi et c'est mise en tête qu'on allait se marier et avoir beaucoup d'enfants. Bref, elle vit dans un conte de fée mais pas moi. Pour la prophétie, c'est juste, l'histoire de ma vie.

« Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche...

Né de ceux qui l'ont par trois fois défié... Il naîtra lorsque mourra le septième mois...

Et le Seigneur des Ténèbres le marquera comme son égal...

Mais il aura un pouvoir que le Seigneur des Ténèbres ignore...

Et l'un devra mourir de la main de l'autre... Car, aucun ne peut vivre tant que l'autre survis.

Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres sera né lorsque mourra le septième mois. »

Draco avait énoncé la prophétie comme s'il parlait de la pluie et du beau temps. Éric et Angela avaient légèrement pâlis même s'ils ne comprenaient pas vraiment toute l'implication de cette prophétie dans la vie de Harry. Le principal y était, tuer ou être tué. Anabelle avait plaqué ses mains sur sa bouche pour réprimer un cri. Comment pouvait on avoir un destin si sombre en étant si jeune ? Puis, pourquoi les deux jeunes hommes vivaient ils seuls ? Ils n'avaient pas de parents ? Tant de questions à poser mais aucun des trois n'osait le faire. Ce fut le brun qui décida de tout expliquer.

- Il y a une vingtaine d'années, un sorcier noir nommé Voldemort et ses adeptes faisaient régner la terreur dans notre communauté. Un jour, une divinatrice a énoncé une prophétie. Un adepte du mage noir en a entendu un passage. Il l'a rapporté à son maître et après des recherches, Voldemort a décidé que j'étais l'enfant de la prophétie. Je suis né le 31 Juillet 1980, mon père était Auror (un chasseur de mage noir), ma mère faisait des recherches sur les contresorts pour les sortilèges de magie noire.

Ils l'avaient tout deux défié trois fois. J'étais le parfait candidat. Bien sûr, ma famille a été protégée. On vivait dans un manoir qui était protégé par un sortilège qu'on appel le « fidelitas ». Il rend le secret gardé invisible aux yeux des autres. Seul le gardien du secret peut le révéler. Celui qui gardait le secret de mes parents les a trahis et l'a révélé à Voldemort. Le 31 octobre 1981, alors que j'avais 15 mois. Il c'est introduit chez nous. Il a tué mon père qui a tenté de le retenir. Ensuite, il a tué ma mère qui lui suppliait de m'épargner.

Puis, il c'est tourné vers moi et a jeté la malédiction mortelle sur moi. Seulement, au lieu de me tuer, la malédiction à rebondit sur mon front me laissant une cicatrice en forme d'éclair et Voldemort a été réduit à l'état d'âme errante.

J'étais orphelin, le mage noir m'avait marqué comme son égal et désigné comme futur ennemi. La communauté sorcière a fait de moi un héros. J'ai été élevé en dehors du monde magique et à mes 11 ans, j'ai appris qui j'étais. On a plus entendu parlé de Voldemort pendant 13 ans. Puis, il y a presque 3 ans, il a retrouvé son corps.

Depuis, il n'a plus qu'une idée en tête, me tuer avant que je ne sois assez puissant pour l'affronter. C'est pour ça que Draco et moi avons fuis l'Angleterre. Nous voulons nous entraîner et retourner là bas quand nous serons assez fort pour mettre fin à cette guerre.

Le couple se contenta de hocher la tête pour montrer qu'ils avaient compris. Annabelle fixait le brun vraiment impressionnée. Il y avait une telle détermination dans ses yeux verts. L'histoire de Harry était hallucinante et la plupart des gens avaient un genre de fascination malsaine quand il la racontait mais ce n'était pas le cas pour le couple et ni pour Annabelle et il était vraiment ravi de ce fait. Puis, une autre question leur vint en tête et ce fut Annabelle qui la posa.

- Elle a parlé de Mangemorts aussi. C'est quoi ? Interrogea t'elle alors qu'elle parlait pour la première fois.

À ce moment, Draco saisit son bras gauche et poussa un hurlement de douleur. Il s'effondra sur le sol et se recroquevilla. Le couple et Annabelle regardèrent la scène, choqués. Le blond serrait les dents, la douleur était horrible.

Cet infâme face de serpent lui jetait un Doloris au travers de la marque. Harry se précipita vers lui et leva la manche de sa chemise. La marque des ténèbres était très noire et pulsait. Elle était brûlante et la peau était rouge vif autour d'elle.

Voldemort torturait Draco à travers la marque pour le forcer à venir. Harry savait que le mage noir était capable de le faire mais il ne l'avait encore jamais fait avant ça. Pourtant, le blond et lui étaient ensemble depuis quelques mois déjà. Il venait sûrement d'apprendre que l'héritier Malfoy c'était enfuis avec le survivant. Le blond haleta et se mordit la lèvre...

- Il m'appelle, il est furieux. Parvint à dire le blond entre ses dents.

- Ne cèdes pas Dray ! Si tu vas là bas au mieux, il te tue directement, au pire, tu es d'abord torturé mais de toute façon, tu seras tué... Je vais te soulager, ne bouges pas..

Harry ferma les yeux, il appela sa magie qui était blanche et pure dans sa main et en envoya sur la marque sous la forme d'un minuscule phénix blanc. Le trio moldu regarda le phénomène avec de grands yeux. C'était magnifique à voir. Le brun ressemblait à un ange. La douleur s'estompa peu à peu avant de disparaître.

- Merci... Souffla Draco en se relevant ses jambes tremblant encore légèrement.

- Faut vraiment que je trouve le moyen de t'enlever cette saloperie. Grogna Harry.

- Les mangemorts sont les adeptes de Voldemort. J'en suis un mais, pas par choix. Quand Voldemort te veux, tu n'as pas le choix. J'ai refusé la marque en disant que je ne ramperai devant personne. Il était furieux. Je me suis retrouvé enfermé dans un cachot. Dans le manoir de ma famille, enfermé par mon propre père, ironique n'est ce pas ? J'ai été torturé pendant presque deux semaines et marqué de force. C'était l'enfer là bas, j'avais une seule envie, mourir. C'est finalement Harry qui a réussi à s'introduire dans le manoir où j'étais enfermé et à me libérer. Il m'a soigné et on c'est enfuis aussitôt après.

- On peut peut être vous aider... Déclara timidement Angela que l'histoire des deux jeunes hommes marquait profondément. Éric et Anabelle hochaient frénétiquement la tête pour dire qu'ils étaient d'accord avec la brune.

- Vous êtes moldus... Pour ce qui est de la magie, vous ne pourrez rien faire. D'ailleurs, si un jour vous croisez un mangemort, ne cherchez pas à vous défendre, fuyez. Par contre, si vous êtes doué en Chimie, on peut peut être vous apprendre à brasser les potions qui ne nécessitent pas de magie. Rétorqua Draco pensif.

- Avant il faudra qu'ils apprennent les noms des ingrédients et du matériel. Faudra les brifer en botanique et SACM. Poursuivit Harry...

- Faut aussi les présenter à Dobby puisque tu pensais le prendre à notre service. Leur donner trois des carnets que Luna nous a donner pour communiquer et faire des colliers de protection équipés d'un portoloin qui les mettra en sécurité en cas de danger. Protection d'esprit et protection contre les sortilèges mineurs... Renchérit Draco.

- T'as raison... Dobby !

Un crac retentit dans le salon et une petite créature se tint devant eux. Elle s'inclina vers le sol, son nez touchant pratiquement le carrelage froid. Ses grandes oreilles frétillaient et elle était très agitée.

- Harry Potter Monsieur ! Dobby est tellement heureux de revoir le Grand Harry Potter...

Le petit elfe était ému et très agité, bien plus que d'habitude pensa le brun. Il avait toujours été hyperactif. Harry se leva et se mit à genoux devant Dobby pour être à sa hauteur. Il enlaça doucement l'elfe et lui déclara calmement.

- Moi aussi je suis heureux de te revoir Dobby. Je t'ai déjà dit de m'appeler seulement Harry. Je ne suis pas ton maître Dobby. Tu as oublié ? Tu es libre, je t'ai libéré. Tu es donc mon ami et mon égal.

L'elfe ne répondit pas. Il laissa son regard vagabonder dans la pièce et vit Draco. Il se dégagea soudainement de l'étreinte de Harry et fonça vers le blond.

- Petit Maître Draco ! Dobby est vraiment heureux. Vous allez bien ! Dobby sait à quel point le Maître Lucius est cruel avec vous... Dobby était tellement inquiet pour vous. Dobby avait tellement peur que le méchant Maître Lucius vous fasse du mal. Oh non ! Dobby n'aurait pas dû dire ça ! Méchant Dobby ! Méchant Dobby !

L'elfe se claquait la tête contre le carrelage froid pour se punir. Draco se redressa et parla d'une voix froide et tranchante que peu de personne lui connaissait.

- Dobby il suffit ! Lucius n'est plus ton maître ! Je t'interdis formellement de te punir de la sorte !

L'elfe arrêta immédiatement de se punir et attendit que Draco ou Harry parle. Il était légèrement plus calme même s'il continuait à sautiller d'un pieds sur l'autre semblant incapable de tenir en place. Ce fut le brun qui reprit la parole.

- Dobby... Veux tu rester avec nous et travailler pour nous ?

- Dobby aimerait bien mais Dobby est lié à Winky et Winky attends un bébé et en plus, Dobby ne veut pas abandonner son ami Kreattur. Kreattur est si triste depuis que Harry Potter monsieur a disparu. Déclara l'elfe en tirant sur ses oreilles en un tic nerveux.

- Et si Winky et Kreattur viennent aussi ? Demanda Draco.

- Alors Dobby accepte. Répliqua l'elfe enjoué.

- Donc Dobby... Nous te présentons Angela, Annabelle et Éric... Tu devras accéder à leurs demandes autant qu'aux notre...

- D'accord alors Dobby est au service de Angela Miss, Annabelle Miss et Éric Monsieur. Répondit l'elfe en s'inclinant devant eux.

Puis, il disparut dans un crac, sûrement pour allé chercher Winky et Kreattur pensa Draco. Angela émit un petit rire alors qu'Annabelle regardait l'endroit où se tenait la créature quelques secondes plus tôt, attendrie. Cette petite créature était drôle et attachante. Finalement, Angie parvint à retenir le fou rire qui menaçait de sortir et demanda...

- C'était quoi ?

- Oh. Un elfe de maison... En fait, dans le monde sorcier, il y a des familles riches, comme la mienne. Commença Draco avec une grimace avant de reprendre. Les elfes de maisons sont leurs domestiques. Enfin, c'est pire que ça. Les elfes de maisons sont pratiquement traités comme des esclaves. Ils sont souvent battus et insultés. Quand ils ne se punissent pas eux même pour leurs fautes qu'elles soient ou non réelles. Heureusement, Harry et moi ne sommes pas des tortionnaires et nos elfes sont payés et bien traités.

- Oh. En tout cas il est très mignon. Rétorqua Angela qui décidément adorait cette petite créature et Anabelle aussi vu qu'elle hochait la tête pour donner raison à l'autre jeune femme.

Harry, de son côté, était parti chercher trois carnets noirs, des livres de potions de bases, des livres de botaniques et de SACM pour les donner au couple et à Annabelle.

Il avait également prit trois pendentifs qui représentaient un griffon doré autour duquel un serpent argenté était enroulé. C'était le symbole de Draco et Harry. Le symbole de la famille qu'ils avaient commencé à construire à deux. Il lança divers sortilèges dessus et laissa une partie de sa magie s'infiltrer dedans. Ensuite, d'un sort, il les passa aux cous des deux autres adolescents et de Anabelle qui écarquillèrent les yeux quand ils ressentirent une chaleur et des picotements traverser leurs corps. C'était puissant, intense. Ils en frissonnèrent.

- Ce sont des pendentifs de protection. La chaleur et les picotements c'est normal. C'est la magie de Harry qui travail sur vous. Ça va durer quelques minutes puis s'arrêter. Personne à part Harry ou moi ne pourra les enlever. Ils sont équipés de ce qu'on appel un portoloin. Si vous êtes enfermés quelque part ou en danger, prenez le pendentif en main et dites « Raven », vous serez envoyés dans une pièce secrète de la maison où vous serez en sécurité. Dans la pièce, les elfes de maison pourront vous apporter de quoi vous nourrir et il y a des lits, une douche, des toilettes... Bref, tout ce qu'il faut en cas de problèmes sérieux. Déclara Draco.

Ils passèrent encore de longues heures à discuter. Vers 21h, Winky prépara un copieux dîner qu'ils dévorèrent littéralement. Ils racontèrent leurs années Poudlard, leurs enfances et des tas d'autres choses au trio si attachant. Jamais ils n'avaient parlé autant de leurs vies avant ça.

Tard dans la nuit, Angela et Éric quittèrent la maison et proposèrent de raccompagner Annabelle qui accepta avec plaisir. La jeune femme était ravie, elle venait de passer une des meilleures soirées de sa vie. Pour la première fois, elle avait des amis, des vrais. Ils promirent de se retrouver le lendemain au lycée et aussi de passer tout le weekend ensemble afin que les garçons les inities à la botanique, à la SACM et aux potions.

Voilà le premier chapitre, je posterais un chapitre par semaine. N'oubliez pas les reviews, sinon il n'y aura pas de suite.

À bientôt, MagaliHP et Cléo McPhee.