Salut, c'est encore moi, je poste à nouveau une fic qui appartient entièrement à ma merveilleuse BETA : Cléo McPhee.

Je vais pas blablatée plus longtemps.

Bonne lecture !

Chapitre 1

Edward se hâtait, il allait la retrouver, enfin. Deux longues journées sans la voir, sans entendre sa voix, sentir son odeur. C'était bien trop long. Il avait expédié rapidement sa chasse pour retrouver Bella. Elle lui avait tellement manqué durant ces deux jours. Il avait pensé à elle à chaque seconde. Il avait de plus en plus de mal à se séparer d'elle. Plus le temps passait, plus il songeait sérieusement à accéder à sa demande de la transformer en l'une des leurs. Seulement, il voulait se marier avant. Ce serait la condition pour qu'il fasse d'elle une des leurs.

Longtemps il avait refusé de le faire prétextant qu'il ne voulait pas lui enlever son âme mais il avait comprit récemment que même si son coeur ne battait plus, son âme était toujours présente, en lui. Il entendait encore les rires de sa famille quand il avait bondit hors de la voiture dès leur retour à Forks. Il était passé lui acheter des pâtisseries dans la meilleure boulangerie du coin et avait préparé un thermos de chocolat chaud. Il voulait la réveiller d'un tendre baiser et avec un bon petit déjeuner au lit. Il le faisait souvent. Il aimait la gâter et la surprendre. Il était très romantique, parfois trop peut être. Il croyait en l'amour parfait et il était persuadé que Bella était son âme soeur.

Il ne pouvait en être autrement. Elle était la seule à avoir attiré son attention depuis sa transformation en vampire. Quand il arriva devant la maison, il ne prêta pas attention à l'odeur de chien mouillé qui émanait de celle ci tant il était perdu dans ses pensées. Il escalada le mur et se faufila dans la chambre par la fenêtre ouverte comme il avait l'habitude de le faire. Tout était silencieux.

Dès qu'il eut posé un pieds dans la pièce, il fut frappé par une odeur de sueur et de sexe. Il plissa le nez et grogna légèrement alors que son corps se crispait. Tout ça n'était pas normal.

Il tourna le regard vers le lit de sa petite amie et fut frappé de stupeur. Son âme se déchira, elle l'avait trahis. S'il avait été humain, il aurait probablement pleuré mais il ne le pouvait pas. Elle était là, dans son lit, nue, dans les bras d'un Jacob Black tout aussi nu. Jamais il n'aurait pu imaginer qu'elle lui fasse ça un jour. Sous le choc, il lâcha ce qu'il tenait dans ses mains.

Le tout s'écrasa sur le sol dans un fracas assourdissant. Bella se réveilla en sursaut et fixa Edward, surprise de le trouver là. Elle écarquilla les yeux et se mit à pâlir au souvenir de la situation dans laquelle elle se trouvait. Quand elle avait invité Jacob chez elle pour y passer la nuit, elle n'avait pas prévu que Edward rentrerait de sa chasse plus tôt pour la voir. Il ne l'avait jamais fait jusqu'à ce jour.

- Edward ? Ce n'est pas...

Il ne lui laissa pas le temps de terminer sa phrase. C'était une formule pré établie de toute façon les « je vais t'expliquer... », « Ce n'est pas ce que tu crois... », il avait vu, ça lui suffisait amplement.

Puis, s'il était resté, il n'était pas certain qu'il aurait réussi à se contrôler. Il quitta la maison en trombe par là où il était entré et disparut dans la forêt. Tout son monde venait de s'écrouler. Il devait à tout prix se calmer. Il avait été à deux doigts de tuer Bella et Jacob pour cette trahison.

Il n'en voulait même pas au jeune indien, celui ci avait toujours été honnête avec lui. Il lui avait toujours clamé qu'il n'abandonnerait pas avec Bella et continuerait à la séduire. C'était elle la fautive et uniquement elle. Elle c'était laissée séduire et avait invité Jacob dans son lit. Oui, elle était la seule fautive. C'était elle qui l'avait trahis.

Puis, pour être tout à fait objectif, ce jeune homme était plutôt sympa. Ils avaient un peu appris à se connaître et s'ils n'étaient pas amis, ils se toléraient et se respectaient. En revanche, il venait de réaliser à quel point Bella Swan l'avait manipulé. Elle avait joué avec ses sentiments, piétiné son âme. Jamais il ne pourrait lui pardonner ça. Il chassa un long moment pour apaiser son envie de sang, de violence et de meurtre.

Quelques heures plus tard, quand il rentra à la villa Cullen, toute la famille l'attendait. Alice lui jeta un regard d'excuse mais elle n'était pas fautive. Elle s'en voulait de ne pas avoir eu la vision de ce qui allait se passer. Elle avait vu uniquement quand Edward avait eu le choc de trouver Bella en fâcheuse posture. Fautif ? Personne ne l'était, à part Bella Swan et sa propre naïveté.

Il les regarda un à un et finalement, se précipita dans sa chambre où il s'enferma. Il avait mal, tellement mal. Il resta des heures immobile, assit sur le rebord de la fenêtre, à contempler l'horizon. Son téléphone sonna plusieurs fois, c'était elle, il le savait, il tenta de l'ignorer. Il n'avait aucune envie de parler de cette trahison. Il n'allait pas la laissé s'expliquer. Il n'y avait rien à dire de toute façon.

Elle l'avait honteusement trompé. C'était tout ce qui comptait dans cette histoire. Au vingtième coup de téléphone, la rage s'empara de lui et il fracassa l'appareil sur le planché. Au moins, il aurait la paix. Il voulait juste oublier cette fille qui avait piétiné son âme. Finalement Rosalie avait raison depuis le début. Pourquoi ne l'avait il pas écouté ? Bella Swan était un danger pour la famille. Elle l'avait dit et répété mais il c'était entêté à la protéger. S'il avait fait confiance à sa soeur, il n'en serait pas là aujourd'hui. Jamais il ne se pardonnerait cette faiblesse qu'il avait eu.

Les deux semaines précédents la rentrée scolaire passèrent très lentement, trop lentement. Il était resté enfermé dans sa chambre et ne voulait parler à personne. Il déprimait malgré les tentatives de ses frères et sœurs pour le faire sortir et s'amuser. Il avait même refuser une partie de baseball alors qu'habituellement, il adorait ça. Il venait de tout perdre selon lui. Il avait juste ses souvenirs et le regret d'avoir été aveuglé par l'apparente gentillesse de cette traitresse.

Bella était passée à la villa, elle avait tenté de le voir mais elle avait été accueillie par une Rosalie en rage. Elle avait eu le culot de dire qu'elle n'y était pour rien. Elle insinuait presque que Jacob l'avait violé. Même Alice avait été à deux doigts de l'étriper. C'était Carlisle qui lui avait conseillé de partir, pour sa sécurité car même lui, pourtant réputé pour son calme et sa compassion n'était pas sûr de pouvoir se retenir.

Leur famille c'était mise en danger pour elle. Elle avait brisé son fils et il ne pouvait lui pardonner ça. Elle c'était exécutée et n'était plus revenue. Edward avait juste la satisfaction de s'être rendu compte de qui elle était avant de l'avoir épousé et transformé. Ça aurait été bien pire sinon.

Dans quelques heures, les cours allaient rependre. Il n'avait pas vraiment envi d'y aller mais Alice lui avait ordonné de continuer. Elle lui avait dit que s'il abandonnait, alors Bella aurait tout gagné. Avait elle raison ou pas, il ne savait pas mais il voulait l'écouter. La dernière fois, ne pas écouter sa famille lui avait causé du tord. Il ne voulait plus commettre les mêmes erreurs.

D'après Alice, il devait sortir, continuer sa vie, rencontrer des gens. Une petite voix lui disait que Alice lui cachait quelque chose mais il ne chercha pas à savoir. La dernière fois, fouiller dans l'esprit de sa soeur ne lui avait pas vraiment servit. De toute façon, si ça avait été quelque chose de mauvais, elle lui en aurait parlé. Puis, honnêtement, les cours lui videraient la tête. Il se plongerait dans le travail et uniquement ça. Il ne tenterait plus de se sociabiliser. Il avait toujours eu cette attirance envers les humains bien qu'il sache que c'était dangereux. Cette fois ci, il ne parlerait à aucun d'entre eux. Il ne voulait plus subir de trahison, ça faisait trop mal.

Alice venait juste de quitter sa chambre en riant doucement. Elle lui avait apporté une pile de vêtements neufs et un nouveau téléphone. Son numéro avait été changé et pour l'heure, seul les membres de la famille l'avaient. Il poussa un profond soupir, se leva, prit des vêtements propres et alla à la salle de bain.

Il en sortit presque une heure plus tard. Il portait un jean noir, une chemise blanche à manches longues et une paire de boots noires. Ce look n'avait pas grand chose à voir avec celui qu'il avait quand il était encore avec cette humaine et ça lui faisait du bien de changer. Il rejoignit ses frères et sœurs dans le salon et ensemble, ils attendirent le moment de se rendre au lycée. L'heure d'y aller arriva bien plus rapidement qu'il ne le souhaitait. Il attrapa un blouson de cuir, l'enfila et gagna le garage avec les autres. Il trainait les pieds. Il n'avait vraiment aucune envie de revoir Bella Swan.

Malgré tout, il savait qu'il devrait l'affronter tôt ou tard. Alice arborait un sourire radieux. Celui qu'elle avait lorsqu'elle savait que quelque chose de positif allait arriver. Il se concentra sur elle pour lire ses pensées mais elle lui donna une tape sur l'épaule et chanta l'hymne américain en boucle dans sa tête. Il monta dans la voiture se glissant derrière le volant en la fusillant du regard. En réponse, elle émit un petit rire.

Le trajet jusqu'au lycée dura une dizaine de minutes. Il se stationnèrent à leur emplacement habituel et sortirent de la Volvo. Il s'appuyèrent contre celle ci et attendirent que la sonnerie de début de cours retentisse en observant les élèves. Quelques pensées firent leurs chemins jusqu'à l'esprit d'Edward.

Apparemment, il allait y avoir un nouvel élève. De nombreuses filles babillaient entre elles. D'après elles, l'étudiant en question était d'une beauté à couper le souffle et il était très riche. Il était très chaud et nombreuses étaient celles qui espéraient obtenir ses faveurs. Il tenta de bloquer ce flux de pensées mais en fut incapable.

Alors qu'il se demandait si se taper la tête contre les murs pourrait être une solution envisageable pour stopper les voix dans sa tête, un moteur de moto gronda à proximité. Moins d'une minute plus tard, une énorme moto noire et verte pénétrait sur le parking du lycée. Elle se stationna prêt de la voiture de Mike Newton.

Le motard, encore sur son engin, ôta son casque et des exclamations raisonnèrent. Il devait faire entre 1m75 et 1m80. Il avait la peau bronzée, une chevelure noire corbeau indisciplinée et des yeux absinthe. Jamais Edward n'avait vu de tels yeux chez quelqu'un. Il était fin et musclé. Il portait un jean noir, un débardeur blanc, un blouson de cuir noir et une paire de dockers. Il descendit de sa moto, attrapa son sac de cours et se dirigea vers l'entrée du lycée.

Il était débordant de sensualité. Edward était subjugué par la grâce du jeune homme. Il avait une démarche féline et légère. Il paraissait flotter au dessus du sol. Il ne put s'empêcher de se focaliser sur ses pensées.

(Rha ! Je déteste être le centre de l'attention. Ils ont jamais vu un mec de leur vie où quoi ? Bon... Détends toi ! Inspire...Expire... Tu as réduit face de serpent en bouillie alors arriver dans une école moldue, c'est rien du tout !)

Harry ferma les yeux quelques secondes pour se calmer, passa une main dans ses cheveux les ébouriffants davantage et reprit sa marche. Il arriva rapidement à l'accueil et fut accueilli par une jeune femme souriante.

- Bonjour. Puis-je vous aider ?

-Euh... Oui... Bonjour. Je suis le nouvel élève. Harrisson Prince.

- Oh ! Bien sûr... Je vous attendais.

Elle lui donna son emploi du temps, un plan du lycée et une copie du règlement intérieur. Il la remercia en lui envoyant un sourire éblouissant. Elle bafouilla, rougissante, en lui souhaitant une bonne journée. Il regarda par quel cours il commençait et se dirigea aussitôt vers la salle de classe. Après la carte des maraudeurs et Poudlard, cette école était vraiment simple. Il arriverait facilement à se repérer. Poudlard était un vrai labyrinthe. Penser à l'école de sorcellerie lui donna un léger pincement au cœur. Il y avait vécu le meilleur, comme le pire. Surtout le pire ces derniers mois. Il soupira et pénétra dans la salle de cours, il était arrivé.

Il prit place au fond de la classe, il voulait seulement qu'on lui foute la paix. Avec ce qu'il avait vécu ces derniers mois, il ne se sentait pas de faire confiance à qui que ce soit. Puis son mode de communication était devenu le sarcasme et il sortait les crocs assez vite. Il avait été trahis et humilié. De plus, de nombreux mangemorts en avaient après lui, en plus du ministère.

Ombrage, ce crapaud rose, il se vengerait un jour. Elle allait mourir cette vieille peau et le ministre incompétent avec. Ces traitres de Weasley les rejoindraient dans la tombe. Il sortit un livre et s'y plongea pour se sortir de ses pensées macabres. Il devait garder le contrôle sinon sa magie allait se déchaîner et détruire une école de moldus ferait un peu désordre.

Il plongea dans son livre sortant rapidement le monde sorcier de son esprit. Petit à petit, les élèves entraient dans la classe et s'installaient en silence. Ils pouvaient entendre quelques murmures à son encontre mais n'y prêtait aucune attention. Ce n'était pas comme s'il n'était pas habitué à ce genre de choses. Ils étaient tous tellement pathétiques et prévisibles. Il pouvait dire avec certitude ce que chacun était exactement au fond de lui. Il était observateur et avait un don pour déduire des vérités sur les gens.

Une jeune fille s'installa près de lui. Elle était brune, plutôt jolie, avait la peau pâle, elle aurait pu être attractive. Seulement, elle avait les yeux rougis, reniflait doucement et semblait triste. Pourtant, quelque chose au fond de lui le fit la haïr sur le champ. Elle le salua en lui souriant doucement et il lui répondit à peine ne prenant même pas la peine de relever la tête de son livre. Cette fille jouait la comédie, c'était évident. Elle en faisait des tonnes et il détestait ça. Finalement, la sonnerie de début de cours retentit, il rangea son livre et se concentra sur le professeur.

- Bonjour à tous et bienvenue pour une nouvelle année scolaire. Nous avons un nouvel élève. Je vais lui demander de me rejoindre et de se présenter.

Il avait envie de hurler.

Pourquoi ne pouvait on pas seulement lui foutre la paix ? Il était vraiment obligé de se présenter face à cette bande d'abrutis ? Il poussa un profond soupir, se leva et rejoignit le professeur au tableau. Merlin qu'il détestait être le centre de l'attention. Il fit face aux élèves qui le dévisageaient et après avoir prit une profonde inspiration, prit la parole.

- Bonjour. Je m'appelle Harrisson Prince, j'ai 17 ans, je suis anglais mais j'ai passé ces 6 dernières années dans un pensionnat en Écosse. Je suis orphelin et émancipé. J'ai décidé de m'installer ici pour débuter une nouvelle vie.

Avant que le professeur ne le questionne davantage, il regagna sa place. Sinon les questions habituelles allaient fuser. Comment ses parents étaient mort ? Pourquoi avait il tout quitté ? D'où venait sa fortune ? Pourquoi Forks et pas une grande ville ? La jeune fille qui était à ses côtés lui offrit un large sourire et parla en chuchotant.

- Je m'appelle Bella Swan. Je suis la fille du Shérif de Forks. Ravie de te rencontrer.

- Hum…..

Ce fut sa seule réponse. Il ne c'était même pas tourné vers elle. Il allait seulement ignorer cette idiote. Il s'en foutait que cette cruche soit la fille du Shérif. Elle aurait aussi bien pu être la reine d'Angleterre qu'il s'en serait battu les couilles. Elle lui tapait déjà sur le système alors qu'elle ne lui avait dit qu'une phrase. Il écouta ensuite le professeur attentivement et prit une multitude de notes.

Quand le cours prit fin, il jeta ses affaires dans son sac et quitta la salle de classe rapidement. Il voulait qu'on lui fiche la paix. Il marchait très vite vers la classe de biologie quand il entendit des pas précipités derrière lui et la voix de Bella Swan qui lui demandait de l'attendre. Il l'ignora et continua sa marche. Elle arriva finalement à le rejoindre, posa une main sur son épaule et demanda,

- Tu comptes m'ignorer longtemps ?

- Oui. Rétorqua t-il froidement.

- Pourquoi ? Insista t-elle un peu outrée.

Merlin donnes moi la force pensa t-il avant de se stopper au milieu du couloir. Il fit volte face et la toisa sévèrement. Son regard aurait gelé l'enfer à l'instant. Cette fille l'agaçait profondément. Il n'avait pas le temps pour ces conneries. C'était une putain de Lolita tout juste bonne à ouvrir les cuisses pour obtenir certaines choses. Une chienne nymphomane en chaleur. Elle voulait seulement qu'il la saute et lui offre tout un tas de choses.

Ce genre de fille ne le branchait pas du tout. Il était déjà gay à la base mais des filles comme elle lui auraient fait changer de bord rapidement. Il afficha un sourire narquois et se lança dans un speech dur et méchant mais pourtant très vrai...

- Écoutes bien ce que je vais te dire parce que je déteste me répéter. Les filles dans ton style me donne envie de vomir. Je les connait par coeur. J'en ai côtoyé toute ma putain de vie. Tu fais la fille gentille et innocente à qui on donnerait le bon dieu sans confession mais tu es très loin d'être une sainte. Vu ton air larmoyant depuis ce matin, je gage que d'ici la fin de la journée j'aurai eu droit au récit de la petite amie bafouée et lâchement abandonnée par l'amour de sa vie. Si je creuse un peu, je vais vite me rendre compte que tout ce que tu attends de moi c'est des nuits de sexes torrides et des cadeaux puisque tu as rapidement compris que j'étais riche. Je suis sûr d'une chose, c'est que ton petit ami t'as plaqué quand il a comprit que tu étais une fille superficielle qui le trompait outrageusement et écartait les cuisses face à tout ce qui porte un pantalon. Franchement, les nanas comme toi, je lève le petit doigt et j'en ai qui me tombent dans les bras à la pelle et ça me dégoûte vraiment. Vas trouver quelqu'un d'autre pour te sauter, je passe mon tour... Et autre chose... Ne m'adresse plus jamais la parole. Oublis que j'existe ! Ça vaut mieux pour toi !

Il la planta au milieu du couloir sous les regards hallucinés des autres élèves. Cette pétasse allait pas le faire chier longtemps. Un peu plus loin, quatre vampires souriaient et un autre avait les yeux écarquillés. Le nouveau était vraiment spécial. Il arriva rapidement à sa salle de cours, s'installa à une table à l'écart et s'enferma dans sa bulle.

Il ne vit pas le jeune homme qui c'était installé à ses côtés et qui l'avait observé durant tout le cours. Bella de son côté ne c'était pas présenté aux autres cours et avait quitté le lycée en pleurant. Elle avait été humilié comme jamais. Elle se vengerait, ce type paierait.

L'heure du déjeuner arriva enfin. L'occasion de faire une pause et de se vider un peu la tête. Il pénétra dans la cafétéria, la tête dans les nuages et fut interpellé par un groupe d'élève qui l'invita à sa table. Il pesa rapidement le pour et le contre et s'installa finalement avec eux. Il n'allait pas non plus jouer les sauvages.

Il devait se sociabiliser un minimum. Ils se présentèrent comme étant Jessica Stanley, Éric Yorkie, Angela Webber, Mike Newton et Tyler Crowley. Si la plupart d'entre eux étaient calmes et respectaient son besoin de silence, Jessica était très en forme. Elle parlait sans arrêt de tous les potins, elle devait être la commère du lycée. Une Lavande Brown version moldue. Il soupira, lui qui espérait pourvoir manger tranquillement, c'était raté.

- Tu vois le groupe là bas... Commença t'elle en désignant cinq adolescents qui étaient installés à une table à l'écart. Ce sont les Cullen. Ils sont bizarres, ils ne se mêlent jamais aux autres. La petite brune aux allures de fée c'est Alice Cullen, elle sort avec Jasper Hales, le blond qui a toujours l'air de souffrir. La blonde près de Jasper, c'est Rosalie Hales, sa sœur jumelle, elle sort avec Emmett Cullen, le grand costaud. Le dernier, celui qui à l'air dépressif, c'est Edward Cullen. Il était en couple avec Bella Swan mais ils ont rompu y a pas longtemps. Il l'a trouvé au lit avec un autre. Ils sont tous adoptés par le Docteur Cullen et sa femme. Il est un genre de père nourricier. Sa femme ne peut pas avoir d'enfants, c'est pour ça...

Harry la coupa d'un geste de la main. Il la toisa avec un regard glacial. Il allait cracher son venin et ça allait être violent, une fois de plus. Cette fille lui donnait des envies de meurtres. Elle déglutit difficilement alors qu'il prenait la parole. Les yeux du brun étaient comme des armes. Quand il était en colère, personne n'arrivait à soutenir ce regard trop intense. Quand il prit la parole, sa voix n'était qu'un murmure mais débitait des vérités à une vitesse alarmante.

- Écoutes. Je me fou totalement des rumeurs puisque c'est ce qu'elles sont, des rumeurs et qu'elles sont fausses la plupart du temps. Si les Cullen les ont adopté et qu'ils sont heureux, tant mieux pour eux. Ton problème, c'est que tu es verte de jalousie. Ils sont adoptés et pourtant ils portent des vêtements classes, ils ont des grosses voitures, tous les derniers gadgets à la mode et toi tu as tes deux parents mais ils refusent de t'offrir autant que ce que les Cullen ont. De plus, tu baves sur Edward Cullen depuis très longtemps je pense et le fait qu'il t'ai ignoré mais soit sorti avec Bella Swan t'a vexé et tu lui en veux. Alors, je te conseil de cesser de cracher ton venin devant moi. J'ai plus qu'horreur des personnes qui prennent plaisir à dénigrer les autres par jalousie ou par rancoeur. Tu as tes deux parents, ils t'aiment et prennent soin de toi alors tu devrais être heureuse. Moi, je suis seul, je n'ai jamais connu mes parents et la famille qui devait soit disant m'élever m'a enfermé dans un placard pendant 10 ans et m'a roué de coups toute ma vie...

Sur cette réplique, il se leva, jeta les restes de son repas à la poubelle et sortie de la cafétéria pour se calmer. Cette idiote lui avait coupé l'appétit.

Il était dans une rage noire. Qu'est ce qu'ils avaient tous dans cette ville ? À l'endroit qu'il venait de quitter, Jessica pleurait et Mike et Tyler rageaient. C'était sa première journée de Lycée et il avait déjà des ennemis pensa t-il en soupirant. Il replongea dans son passé et se mit à rire quand il pensa qu'aucun ennemi ne pourrait arriver à la cheville de Draco Malfoy.

Les souvenirs de leurs affrontements légendaires lui revinrent en mémoire. Il y avait eu tellement de haine entre eux avant qu'ils ne prennent le temps de discuter, apprennent à se connaître et deviennent finalement amis. Draco était un des rares qui lui manquait vraiment. Il se demanda brièvement ce qu'il faisait à l'heure actuelle. Il espérait qu'il était en sécurité.

Le gouvernement savait que le blond était ami avec lui et il n'avait pas envie qu'on se serve de Draco pour arriver à lui. La fin de la journée passa très lentement et il fut plus qu'heureux de retrouver sa maison le soir venu.

Sa maison n'était pas très grande mais il l'avait choisi pour plusieurs raisons. La première était qu'elle était isolée. La seconde, qu'elle était entourée d'un immense jardin. Il avait longtemps cherché sur internet avant de tomber dessus et quand il l'avait vu, il était immédiatement tombé sous le charme. Il y avait une allée de graviers blancs qui menait à la porte d'entrée. À l'intérieur, on arrivait dans un large couloir. Sur la droite, des escaliers menaient aux étages. À gauche, une porte donnait sur une petite cuisine équipée moderne. Face à la porte d'entrée, il y avait une ouverture voutée qui débouchait sur un grand salon moderne et chaleureux. À droite de la voute, une porte donnait sur des escaliers sombres qui menaient à une grande cave.

Le brun l'avait transformé en laboratoire de potion. Contrairement à ce qu'il avait fait croire, il était très doué dans ce domaine et il y avait bien longtemps qu'il créait ses propres potions. D'ailleurs, il aidait Fred et George à créer de nouvelles farces et attrapes et était bien payé pour ça. À l'étage, il y avait trois chambres et une salle de bain. Une trappe dans le plafond du couloir dissimulait un escalier rétractable. Après avoir gravit la série de marches, on arrivait dans un immense grenier qui avait été métamorphosé en bibliothèque et salle d'entraînement. L'endroit avait été protégé magiquement et seul Harry ou les personnes qu'il autorisait à entrer pouvaient y accéder.

Il déposa son sac de cours dans le salon et monta à sa chambre. Elle était décorée aux couleurs de la forêt. Il avait toujours aimé la nature et sa chambre était son cocon. Il s'y sentait libre, calme et apaisé. Bien sûr, ça n'empêchait pas les cauchemars dus à la guerre mais ouvrir les yeux dans un endroit où il se sentait bien l'aidait à recouvrer son calme plus rapidement. Il ouvrit son armoire, prit le jogging aux couleurs de serpentards que Draco lui avait offert et un T shirt noir et fila à la salle de bain où il prit une douche rapide. Quand il fut enfin à l'aise, il regagna le salon.

Là, il invoqua un service à thé et une assiette de biscuits de quelques mouvements de mains. Il vivait peut être aux états unis mais il avait gardé des habitudes anglaises et le thé en faisait partie. Il prit place à la table basse, sortit ses livres de cours et entama ses devoirs. Il remercia Merlin d'avoir continué ses études moldues par correspondance quand il était encore à Poudlard et d'avoir été obligé de faire les devoirs d'été de Dudley pendant des années. Il ne lui fallut qu'une petite demi heure pour venir à bout de ses exercices de mathématiques et une heure de plus pour son devoir de biologie. Tout était horriblement simple pour lui qui était un petit prodigue.

Il prit ensuite un colis qu'il avait reçu le matin même par hibou. Il suivait des études supérieures de sorcellerie par correspondance. Il avait choisi la médicomagie, les sortilèges, les potions, la botanique, les défenses contre les forces du mal et les créatures magiques. Au colis était également joint le dernier numéro du Daily Prophet. Il se demandait ce que Rita Skeeter avait encore trouvé pour faire la une. Ces derniers temps, la presse ne parlait plus trop de lui. Il déplia lentement le journal et à la lecture de la une, il recracha son thé.

[Harry Potter : Celui qui a vaincu déclaré ennemi public numéro 1

J'ai été convoqué au ministère de la magie tard hier soir afin d'avoir les informations concernant cette affaire de la bouche même de notre ministre.

Selon le ministre Cornelius Fudge et la sous secrétaire d'état Dolores Jane Ombrage, Harry James Potter Celui-Qui-A-Vaincu Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom serait un individu extrêmement dangereux et un mage noir potentiel. Il serait d'ailleurs très proche de personnes reconnut comme utilisant la magie noire tel que Draco Malfoy, Severus Snape ou encore Fenrir Greyback. Il les a protégé lors de leurs procès en disant qu'ils avaient espionné le Seigneur des Ténèbres pour lui. Un mandat d'arrêt a été prononcé contre lui et malgré les recherches des Aurors, il demeure introuvable. Un procès a eu lieu récemment et il aurait été condamné au baiser du détraqueur par contumace.

J'ai été interroger ses anciens camarades et amis qui se sont fait un plaisir de me répondre.

'J'ai toujours sentit que même s'il pouvait nous sauver, Harry Potter était quelqu'un de sombre et de mauvais. Il parle le fourchelangue, il avait une connexion avec vous savez qui. Quand il était en colère, il était incontrôlable. Où qu'il soit, j'espère qu'il ne reviendra jamais. S'il venait me voir, je me ferai un plaisir de le livrer au ministère' m'a déclaré Ronald Weasley.

Tous les autres m'ont dit à peu de chose prêt le même chose que lui. Ils ont précisé que ses colères étaient légendaires et qu'il les avait effrayé à de nombreuses reprises. Certains ont refusé de s'exprimer disant que tout n'était que pure invention.

Une prime de 100 000 Galions sera versée à toute personne qui aurait des informations qui permettraient de retrouver Harry Potter et de le livrer aux autorités compétentes. Nous vous rappelons qu'il est dangereux et vous demandons de ne pas tenter de l'arrêter seul...]

Le ministère de la magie était tombé fou. La communauté magique sombrait dans la folie. C'était tout ce qu'il pouvait penser à ce moment. En lisant de pareilles inepties, il regrettait de les avoir tous sauvés. Ils ne le méritaient vraiment pas. Ils étaient tellement hypocrite que ça lui donnait envie de vomir. Il aurait dû fuir et ne jamais accomplir cette prophétie qui lui avait pourrit la vie. La suite du journal n'était pas plus réjouissante.

[Enregistrement des Créatures Magiques et des Hybrides...

Dolores Ombrage vient de faire voter une loi obligeant les créatures magiques et les hybrides à se présenter au ministère pour y être enregistrés et marqués. Plusieurs des mesures prises sont totalement aberrantes et nous pouvons sérieusement nous demander si notre communauté ne cours pas à sa perte.

En plus du marquage et de l'enregistrement :

Les lycans recevront une potion de stérilité les empêchant de se reproduire. Ils n'ont déjà plus le droit de se marier. Ils ne peuvent posséder plus de 5 000 Galions dans leurs coffres, accéder à la propriété leur est également interdit et ils ne peuvent exercer la plupart des emplois. L'utilisation de la potion Tue-Loup a été interdite. Ils devront se présenter au ministère à chaque pleine lune afin d'être parqué dans des camps pendant la durée de leur transformation.

Les vampires seront soumis à un sortilège de surveillance. Ils devront surveiller leurs consommation de sang humain ou animal. Même dans le cas d'une union Vampire / Calice.

Les centaures vont être installés dans une réserve cinq fois plus petite que leur domaine actuel.

Les Vélanes et les Veelas devront donner au ministère le nom de leur compagnon ou compagne. Si la personne n'est pas approuvée par le ministère, alors le lien sera interdit provoquant la mort du Veela ou de la Vélane.

Ce n'est là qu'un échantillon des mesures prises par le ministère et la sous secrétaire d'état. Une question se pose désormais. Le ministre aurait il perdu la raison ? Serait il aveuglé par la soif de pouvoir et la peur de perdre sa place ? Il a condamné notre sauveur pour l'écarter de son chemin, il s'en prend aux créatures magiques et aux hybrides qui sont l'essence même de notre magie. À terme, sa folie pourrait elle détruire la magie de notre monde ? Harry Potter nous sauvera t-il encore ?

Votre dévouée reporter... Rita Skeeter...]

Quand il eut terminé sa lecture, sa magie crépita et il jura fortement. Il avait envie de les trucider ces abrutis. Lui ! Un futur Dark Lord ? C'était vraiment la blague du siècle. Il ne pouvait même pas utiliser la magie noire. Il avait été obligé d'achever Voldemort à la manière moldue. C'était pour ces ingrats qu'il avait risqué de mourir. Il avait sauvé leurs petits culs hypocrites et maintenant ils voulaient le tuer. Il n'espérait plus qu'une seule chose. Que personne ne le trouve. Seul quelques proches savaient où il se terrait. Sept personnes plus exactement : Luna, Draco, Greyback, Neville, Severus, Poppy Pomfresh et Minerva McGonagall. Il replia le journal et le jeta dans la cheminée avant de l'incendier d'un mouvement du poignet.

Il prit la liste des devoirs à faire pour l'université magique. Travailler dessus allait lui vider la tête et le détendre. Il y avait une liste d'une dizaine de potions à préparer. Il regarda attentivement les recettes et démarches à suivre. Elles étaient plutôt simples. Un devoir sur une plante nommée Eolys en botanique. Il la connaissait déjà, le devoir ne serait pas très long à rédiger. Un autre sur les hippogriffes pour le cours de créatures magiques et enfin, un devoir sur les grossesses masculines en médicomagie.

Pour le devoir sur les hippogriffes, pas de problème encore une fois. Il côtoyait Buck depuis des années. Ils connaissaient ces créatures par coeur. Il devait renvoyer le tout sous deux semaines. Vu la simplicité des devoirs, il les renverrait largement à l'avance. Il sortit plume, encre, parchemins et livres de cours puis, se mit aussitôt au travail.

Voilà c'est la fin de ce chapitre, la suite viendra jeudi prochain, mais si l'audience est bonne et qu'il y a beaucoup de reviews, je la posterais avant.

Sinon patience, à bientôt.

MagaliHP et Cléo McPhee.