Titre : Incorrigible Infatuation – Incorrigible Attirance

Auteur : La talentueuse Bittersweet Alias

Disclaimer : Tout est à JKR et Bittersweet Alias, je ne fais que traduire.

A/N : C'est donc un Marcus/Harry que l'auteur voulait tenter d'écrire parce que c'est assez rare d'en trouve. (Et c'est vachement réussi). Il y a 14 chapitres - + des annexes qu'elle vient de commencer à écrire avec un Mpreg, mais c'est pour ceux seulement qui en souhaitait un.

Note de la Traductrice : Alors pour le titre, en vérité Incorrigible Infatuation signifie littéralement Incorrigible Engouement mais et je pense que vous serez d'accord avec moi, ca ne se dit pas vraiment en français. Donc j'ai traduit par Incorrigible Attirance. Voilà. Un chapitre par mois à peu près.

Incorrigible Attirance

Par quel miracle Harry avait-il pu tomber amoureux d'un homme qu'il était sensé détester ? Un Serpentard revêche et insensible ni particulièrement attirant à l'extérieur ou à l'intérieur? Même lui ne comprenait pas bien, mais il l'aimait. Harry/Marcus Flint

1.)

I'm coming out of my cage

And I've been doing just fine

Gotta gotta be down

Because I want it all

It started out with a kiss

How did it end up like this?

XxX

Un cri erratique passa ses lèvres rougies et son corps fut traversé d'une vague de feu. Ses cheveux humides de sueurs s'étalaient mollement sur ses épaules et ses brillants yeux émeraude étincelaient d'un éclat de désir à l'état pur. Sa peau pale portait des traces rougeâtres et son corps trop fin était recouvert par un jeune homme tanné au corps musclé de dix-huit ans.

Lui, Harry Potter, n'avait que quatorze ans. Mais était-ce réellement important quand on devait concourir dans un si dangereux tournoi. Ce qui était plus choquant cependant, était le fait que l'homme sur lui n'était pas quelqu'un que l'on aurait suspecté un Gryffondor de fréquenter.

C'était d'ailleurs véritablement un total accident. Il n'attirait pas vraiment l'œil mais son corps était agréable et bien foutu et même si Harry était vierge à peine une heure plus tôt, il était à présent étendu là recouvert de sueur et de sperme. L'autre possédait de mystérieux yeux noirs, des yeux sans doute extrêmement trompeur.

Harry ne pensait pas non plus qu'il avait vraiment beaucoup de personnalité. Il était revêche et froid et la seule fois où ils s'étaient réellement retrouvés face à face était sur le terrain de Quidditch. Ses cheveux noirs charbons étaient plus courts que ceux d'Harry mais sa frange retombait devant ses yeux. Son visage n'était pas superbe, ni même beau en fait. Il possédait les traits de quelqu'un que l'on considérerait comme ordinaire, ou même moche juste à cause de sa sinistre façon d'être.

Harry s'en foutait. Il était allongé sous lui, la respiration hachée, et essayait de se remémorer les évènements de cette dernière heure. Pour l'instant son corps était engourdi mais il savait qu'il le sentirait passer le lendemain.

Il grimaça légèrement lorsqu'il réalisa qu'il se trouvait sur une cape simplement étendue sur le sol d'une salle de classe abandonnée. Quelle façon de perdre sa virginité ! pensa-t-il en fermant les yeux. Il pouvait sentir la respiration chaude de l'homme contre son oreille ; il pouvait même sentir ses lèvres les frôler comme si lui aussi tentait de comprendre ce qui venait de se passer.

Il n'y avait aucun sentiment entre eux. Il n'y en avait jamais eu. Et ils ne se connaissaient même pas réellement. Mais ils avaient été immédiatement rivaux dû à la situation entre les maisons de Poudlard.

Harry gémit doucement et cela lui valut un gloussement rauque, c'était rêche comme quelqu'un qui aurait bu du whisky.

Son amant étrange attrapa sa baguette et ôta son corps musclé de celui mince d'Harry.

Le brun sentit plus qu'il ne vit les yeux de l'homme parcourir son corps de haut en bas avec envie avant de lécher ses lèvres.

« Parfait. »

Harry ouvrit un œil et fixa le visage du Serpentard tant haï. Il sentit des sorts courir sur lui, le lavant et rafraichissant tout son corps. Le sperme à l'intérieur de lui qui coulait d'entre ses fesses et s'étalait sur son dos disparut également. Lorsqu'il s'assit, il grimaça légèrement au pic de douleur qui le traversa. Il se rhabilla silencieusement, tentant de ne pas tressaillir à chaque mouvement.

Le silence était passablement gênant. Harry sortit ses cheveux de sa toute nouvelle chemise à manche longue. Remus et Bill lui avait de fait ôté tous les vieux vêtements des Dursley l'été précédent, faisant de sa garde robe un mixe de vêtements moldus et magiques.

« Bonne chance demain, » Murmura Marcus Flint en glissant dans ses pantalons.

« Hm. »

« Une idée de ce que tu vas combattre ? » Demanda-t-il nonchalamment.

Harry hocha la tête. « Des dragons. » Il se faufila dans son pantalon de pyjama à lanière et retint un gémissement.

Marcus s'immobilisa alors qu'il enfilait son T-shirt vert et porta son regard sur lui. « T'es sérieux ? »

« Ouai. Il y en a quatre. Un chacun. »

Il ne dit plus rien ensuite et Harry ne comprit pas vraiment pourquoi. Il s'agita alors pour se relever de sur la cape. Son dos était douloureux et il avait l'impression qu'on avait piétiné sa colonne vertébrale.

Marcus lui tendit sa baguette et il se leva également. Harry dû lever la tête afin de le regarder. Marcus faisait presque un mètre quatre-vingt-dix tandis qu'Harry ne dépassait pas le mètre soixante. Sans parler de la masse de muscle de Marcus… de ce qu'Harry avait pu en voir cette nuit, il n'y avait pas une once de gras sur lui.

« Bien, alors bonne nuit Marcus, » dit Harry doucement avant de se précipiter silencieusement dans les couloirs déserts. Il écarquilla ensuite les yeux à la réalisation de ce qu'il avait fait.

Pour l'avait-il fait ? Il se hâta, se fondant dans l'ombre de la citadelle massive qu'il connaissait si bien. Il prit deux raccourcis et se cacha derrière une armure quand Miss Teigne passa par là.

Dix minutes plus tard, il était dans la Tour des Gryffondors, les yeux exorbités alors qu'il se rendait compte que d'une, il n'était plus vierge. De deux, il venait de perdre sa virginité avec Marcus Flint et de trois…Harry ne savait pas pourquoi.

Il passa une main sur son visage. Et comme si ce n'était pas suffisant, il était persuadé que demain tout le monde serait au courant.

Un Serpentard baise le Garçon-Qui-a-survécu.

Skeeter allait adorer mettre sa main là-dessus. La première chose qu'il fit lorsqu'il monta aux dortoirs fut de prendre une douche. Il se fichait du fait que Marcus ait lancé un sort de propreté. Il avait besoin d'une douche !

Le matin suivant, Harry resta dans le dortoir aussi longtemps qu'il le pu. Son cul le brûlait comme l'enfer. Et il avait mal. Il n'avait pas vraiment de comparaison mais Merlin, Marcus Flint était énorme. Il n'avait vu que quelques garçons dans les douches et jamais il ne les avait vu durs. Il ne pensait pas qu'aucun d'entre eux puisse rivaliser avec Marcus.

Il grimaça et s'assit sur le lit, regardant droit devant lui. Heureusement pour lui, tout le monde croirait qu'il était juste nerveux. Ses cheveux retombaient sur ses épaules parfaitement brossés tandis que la pâleur sur ses joues semblait s'intensifier au fur et à mesure des secondes.

Il sauta le petit déjeuner complètement; il se sentait plutôt mal et pas vraiment à cause des Dragons qu'il allait affronter l'après-midi même.

Lorsqu'il atteignit la grande salle, il jeta subrepticement un coup d'œil autour de lui se demandant à quel moment les gens se mettraient à chuchoter quelle pute il était. Il attendait en fait, se préparant mentalement pour la réaction violente qui l'attendait sûrement. Il s'imaginait bien Hermione se précipiter sur lui et le gifler, et Ron l'insulter de noms encore plus cruels dû à leur dispute.

Il en attendait beaucoup, mais ce qu'il n'avait pas du tout anticipé fut une Hermione lui criant dessus parce qu'il n'était pas venu manger. Elle était habitée d'une telle frénésie que la grande salle au complet l'entendit, notamment les Serpentards.

« HARRY JAMES POTTER, COMMENT OSES-TU MANQUER UN REPAS AVANT LA PREMIÈRE TACHE ? JE VAIS TE METTRE UN COUP DE PIED AUX FESSES ! »

Oh par pitié, non ! Pensa Harry. Son postérieur était déjà suffisamment douloureux.

« Um, désolé ? » dit doucement Harry.

Ses yeux marrons s'adoucirent et elle sauta dans ses bras.

Il rit avec hésitation. Elle était plus grande que lui. Il la serra dans ses bras. « Ça va aller Hermione, je sais ce que je fais, » murmura-t-il en la consolant.

« Je m'en fiche si tu es en retard ! Tu manges ! » Elle attrapa sa main, l'entraina à travers la salle puis emplie son assiette de nourriture. Harry manqua lâcher un cri lorsqu'il s'assit sur le banc dur.

« Ow, » grommela-t-il et il soupira en regardant Hermione beurrer son toast. Il pouvait apercevoir les rides d'inquiétude sur son visage. « Mione ? »

« Oui, Harry ? » Elle lui tendit la tartine et il l'accepta.

« Tu – n'aurais pas entendu des rumeurs par hasard ? »

Elle s'arrêta un moment et lécha la confiture sur son doigt. « Hmm, non, aucune à laquelle je devrais faire attention. Pourquoi ? »

Il fronça les sourcils et mordit dans son toast pendant un moment. Il voulait jeter un œil à la table des Serpentards mais n'en trouva pas le courage. « Tu peux me faire une faveur ? » Demanda-t-il derrière sa tartine.

« Bien sûr Harry, tout ce que tu veux ! » Dit-elle en repoussant ses cheveux noirs hors de son visage.

« Jette un œil à la table des Serpentards et dis-moi si l'un d'entre eux nous regarde. Essaies d'être discrète. »

Elle ne comprit pas vraiment mais hocha la tête et fit ce qu'il lui avait demandé à la perfection. « Et bien…Draco Malfoy te fusille du regard…Et um…Flint te fixe. »

Harry cessa de manger. « Vraiment ? »

« Oui, genre…Il te fixe vraiment… »

Il n'avait pas parlé ? Harry était stupéfait ; Il était persuadé qu'un Serpentard adorerait répandre cette rumeur-là. Il était pratiquement certain que le large Serpentard aurait jubilé et pavoisé du fait d'avoir volé la virginité d'Harry.

Il termina sa tartine et elle lui tendit un jus d'orange. « Pourquoi est-ce qu'il te regarde ? »

« Il est arrivé quelque chose, » chuchota Harry calmement. « Je ne sais pas trop… »

Hermione écarquilla les yeux. « Quoi ? » Demanda-t-elle pressante. Harry croisa son regard et hocha une fois la tête. Elle eut un hoquet lorsqu'elle réalisa ce qu'il sous-entendait.

« Oh mon… »

« Ne me demande pas comment ou pourquoi…Je n'en ai vraiment pas la moindre idée. »

« Allons marcher. » Dit-elle en saisissant deux tranches de toast en plus et un pichet de jus.

« Bonne chance, Potter. »

Harry s'arrêta et leva les yeux sur Marcus Flint qui se tenait à côté d'Adrian Pucey et de Hugh Montague. « Sûr… » Il ne pouvait pas dire merci. Les autres se mettraient à poser des questions. Il reprit son chemin vers l'extérieur, Hermione le rattrapant pour marcher à ses côtés.

« Bizarre. »

« Je sais. »

« Alors – qu'est-ce qui s'est passé ? »

« Je suppose que j'étais un peu en panique. J'étais parti marcher et ça a s'est transformé en un peu plus que ça. »

« Hm. » Hermione enroula son bras autour du sien. « Bon en même temps, t'as que quatorze ans. Tu as le droit de faire des expériences avant de te poser. »

Il resta stupéfait et se tourna vers elle. « Tu n'es pas…dégoûtée ? Effrayée ? »

« Non. » Hermione secoua la tête. « Je te connais. Je ne le connais pas lui, Merlin non. Mais je te connais, Harry. Prend juste la vie comme elle vient. T'as travaillé suffisamment dur, » Dit-elle doucement. « Tu mérites d'avoir un peu de temps loin du monde, loin des convictions morales de tous les autres. Tu as le droit de te lâcher. Toi plus que tous les autres. »

« Mr Potter ! » McGonagall se précipitait vers eux. « Vous voilà enfin. Nous devons nous dépêcher, les champions sont tous dans la tente. »

Harry gémit intérieurement et échangea un regard avec Hermione, se sentant plutôt mal. « Vas-y Harry, nous en reparlerons plus tard. » Elle l'embrassa sur la joue puis s'éloigna rapidement, alors que McGonagall les gratifiait d'un de ses rares sourires.

Tout le monde les suivit du regard tandis qu'ils sortaient. Il passa de nouveau à côté de Marcus ; Des yeux noirs tombèrent dans les siens. Ils se fixèrent, noir dans le vert avant qu'Harry ne disparaisse avec la directrice adjointe. Il portait un pantalon de sport rouge sombre et un chandail rouge et or avec son nom au dos. Ses cheveux étaient retenus à la base de sa nuque avec quelques mèches retombant malgré tout autour de ses yeux soignés.

« Surtout, ne paniquez pas ! »

« Trop tard. »

Les autres étaient déjà dans la tente quand Harry arriva. Il entra à l'intérieur, incertain. Le professeur McGonagall lui lança un regard persistant. Elle se pencha vers lui et murmura, « Bonne chance, Harry. » Puis se retourna et sortit, laissant l'adolescent choqué.

Cédric tournait en rond, Viktor fixait le sol et Fleur était assise sur l'un des lits de camp. Harry choisit celui dans un coin de la tente et s'allongea dessus en croisant les bras. Ce fut à cet instant que la tenture s'écarta révélant une silhouette imposante. L'adolescent étant dans un coin il ne pu pas réellement voir qui venait d'entrer.

« Qu'est-ce que tu veux, Flint ? » Renifla Cédric, et Harry resta bouche-bée et écarta les rideaux autour de son lit avant de se lever.

Le grand Serpentard musclé s'arrêta lorsqu'il croisa le regard d'Harry au fond de la tente. Il fallut une seconde au Serpentard pour approcher. Harry pressa son dos contre le mur et Marcus plaça ses mains de chaque côté de son visage.

Les champions restèrent stupéfait mais aucun autant que Cédric.

« Qu'est-ce que tu crois être en train de faire ? »

« Fermes ta gueule, joli cœur, » gronda Marcus méchamment.

« Marcus, » le réprimanda Harry calmement, « ne sois pas méchant. »

« Je suis méchant, » le prévint-il.

« Ben alors ne le sois pas pour cette fois, » murmura Harry.

« Donnes-moi un baiser et je serais gentil. »

Harry ouvrit la bouche de surprise puis sourit doucement. « Okay. » Il accepta docilement et se mit sur la pointe des pieds alors que Marcus baissait la tête et l'embrassait gentiment, à l'immense surprise des autres personnes dans la salle.

Pendant un moment, Harry oublia tout autour de lui, une vague de lave traversa sa peau et ses bras vinrent s'enrouler autour de la nuque de Marcus. Il l'embrassa plus fort et plus profondément jusqu'à ce que l'adolescent plus puissant reprenne le contrôle.

Une large main vint se placer dans le bas du dos d'Harry et pressa son corps juste assez pour qu'ils se touchent, pour tenter de se fondre l'un dans l'autre.

Le baiser se termina lentement, passant de profond à doux jusqu'à ce que leurs lèvres ne se touchent plus qu'en un rapide baiser. « Bonne chance. »

« Excuses-toi ! » siffla Harry tranquillement.

Marcus sourit. « Ce que tu me fais faire, » se moqua-t-il hautainement et il jeta un œil par-dessus son épaule sur un Poufsouffle très choqué. « Je suis désolé, » dit-il négligemment.

Lorsque Marcus quitta les lieux, Harry resta immobile et secoua la tête.

« C'était quoi ça ? » Demanda Cédric avec horreur.

« Um… » Harry se sentait plutôt faible. Il tentait toujours de le comprendre lui-même. « Sais pas ? » Tenta-t-il d'une petite voix.

Fronçant les sourcils, Cédric croisa les bras. « Est-ce qu'il t'a fait du mal ? »

« Non. » Harry secoua la tête. « C'était juste inattendu, c'est tout. »

« Tu es conscient que c'était Marcus Flint, n'est-ce pas ? »

Harry se renfrogna. « Je ne suis pas blond, moi. »

Viktor lâcha un rire dans un coin et Fleur se vexa sans un bruit tandis que Cédric clignait des yeux de surprise.

« Serpentard – Harry – plus cruel que Malfoy pourra jamais l'être. »

« Je-sais ? » Harry se laissa retomber sur le lit de camp et lâcha un hoquet à la douleur qui traversa le bas de son dos. « Ne me demande pas d'expliquer ! »

« Est-ce que tu es sous l'effet du potion d'amour ? »

Harry se renfrogna une nouvelle fois face à l'accusation. « Non. Si je l'étais est-ce que tu penses que je l'aurais engueulé pour avoir été désagréable avec toi ? »

Cédric rougit au souvenir. « En effet… »

Le directeur et Bagman entrèrent à cet instant, mettant fin à toutes les conversations.

Le blond lui lança un regard rapide. « Est-ce que je gardes ça pour moi ? »

Harry haussa les épaules. « Tu es ton propre chef. »

« Est-ce que tu veux que je me taises ? »

« Je préfèrerais, » murmura Harry. « Je déteste que ma vie soit écrite dans les journaux. »

Viktor et Fleur échangèrent un regard, ne comprenant pas vraiment ce que les deux autres voulaient dire mais acquiescèrent simultanément. Viktor comprenait cependant très bien ce qu'une vie écrite dans les journaux représentait.

Harry était pratiquement catatonique en s'asseyant sur le lit de camp et plaça ses mains sur ses oreilles puis sa tête entre ses genoux pour s'empêcher d'hyperventiler. Il se sentait malade et ses mains n'étouffaient pas suffisamment les rugissements.

Une main vint toucher le haut de sa tête C'était une grande main. La même qui glissa sur le côté et vint caresser sa joue. Elle était rêche et calleuse, pas vraiment gentille. Des doigts épais s'enroulèrent sous son menton et remontèrent son visage.

Harry fixa Marcus qui était revenu. Puis ils appelèrent son prénom et l'adolescent sursauta, les yeux agrandis de terreur.

Il tendit à Marcus la petite créature et quitta mécaniquement la pièce.

Vingt minutes plus tard, Harry sentit l'herbe verte sous ses pieds, serrant l'œuf contre lui, et il tomba pratiquement sur l'herbe fraîche au sol. Il ferma les yeux, ignorant les rugissements de la foule et les sorciers réunis autour du dragon pour la calmer.

« HARRY ! » Cria Hermione en s'écroulant à côté de lui.

Harry se força à ouvrir un œil et aperçut son amie aux cheveux emmêlés se presser contre lui. « Juste choqué… »

Il ne vit pas passer les dix minutes suivantes. Ron vint s'excuser mais Harry se sentait toujours trahi par la façon dont il avait agi. L'adolescent ne pouvait s'empêcher de se demander où 'il' était et scanna rapidement les spectateurs, ignorant Fred et George qui le montèrent sur leurs épaules. Harry rencontra finalement deux yeux noirs dans le même coin où il s'était précédemment réfugié. Marcus avait l'air beaucoup plus imposant qu'Harry dans à cet endroit.

Le score qu'Harry reçu était presque parfait. Il était à égalité avec Viktor. Cédric arrivait en second puis Fleur en dernière position.

Harry était épuisé. Il s'agita pour descendre des épaules de Fred et George en serrant son œuf et trouva Hermione à côté d'un Ron honteux. Harry cependant ne pouvait s'empêcher de regarder au-delà de ses amis là où Marcus se trouvait toujours.

Hermione haussa un sourcil et Harry inclina la tête, tentant de lui faire comprendre qu''il' était là. Elle se tendit finalement et tandis qu'elle serrait Harry dans ses bras, elle tourna son regard vers le coin de la tente et aperçut la silhouette.

« Ron ! On y va ! » Commanda-t-elle en l'attrapant par le bras.

« Quoi ? Où ça ? Harry, tu viens ? »

« Dans une minute, » dit Harry en faisant semblant d'étudier son œuf.

Hermione traîna un Ron confus hors de la tente. Lorsqu'ils furent parti, Marcus sortit de l'ombre et marcha jusqu'à Harry avant de le fusiller du regard.

« Des dragons. » Siffla-t-il.

« Oui. » Harry montra son œuf.

La tente était déserte laissant les deux jeunes hommes seuls. « Tu as volé. »

« En effet. C'est la seule chose que je sais faire. »

Marcus se renfrogna durement et écrasa ses lèvres sur celles d'Harry une nouvelle fois. Il agrippa les cheveux d'Harry et força sa langue dans sa bouche. Une main tenant toujours l'œuf, Harry glissa l'autre dans les plis des robes noires de Marcus, la pressant contre le torse dur. Harry était complètement hors d'haleine et il gémit à la fois de peine et de désir quand la main de Marcus se posa sur ses fesses et les pressa.

Harry n'avait aucune idée de ce qui se passait. Ou pourquoi il laissait faire. Mais cette aventure était un peu effrayante. Chaude et excitante, oui. Mais pas moins inquiétante. Il était en train de faire des choses qu'il n'aurait jamais penser faire.

I'm coming out of my cage

And I've been doing just fine

Gotta gotta be down

Because I want it all

It started out with a kiss

How did it end up like this?


Merci d'avoir lu jusqu'ici. Le prochain chapitre dans trois semaines. N'hésitez pas à me donner votre avis sur le Marcus/Harry, je suis persuadé qu'arriver à la fin de cette fic vous en serez tombé amoureux.

Blibl'