Hello! La voici, celle que vous attendiez tous, celle avec mon ptit YuYuu en cuir^^

C'est donc une fic sur le milieu de la haute couture. Et vu que je n'y connais strictement rien, c'est fait un peu au hasard. De toute façon, c'est pas tellement ça qui compte...

Juste un truc à noter: selon le fanbook dgm, Komui serait fan de couture. Comme quoi, je suis tellement fan de lui que je connais tous ses secrets ^^

Pairings: Yuvi (non vous croyez?), KoRee (eh ben quoi, c'est forcé avec moi), AllenLenalee (très très sous-entendu... je suis pas encore assez normale pour faire du vrai het)

Disclaimer: ça fait un moment que j'ai plus utilisé ce mot "disclaimer"... Bon. Komui m'appartient, personne n'y touche. Idem pour Reever. Vous pouvez garder Kanda, c'est juste un râleur. Lavi, je le veux en garde partagée. Idem pour Lenalee. Le Comte Millénaire est à qui en veut bien, et... euh? Quoi? Ils sont à Hoshino-sama? m****!

Dernier truc: pour le titre... j'ai ramé pendant des heures pour le trouver... finalement, je l'ai eu! yeah! mais il ne sera compréhensible qu'après quelques chapitres... quand ça commencera à devenir angst...

Chapitre 1 : où Komui Lee se trouve une nouvelle muse

10 janvier, atelier de Komui Lee

-Komui-san, je rêve ou vous êtes en train de dormir ?

Le Chinois ne réagit pas.

-Lenalee va se marier, soupira Reever.

Il trouvait cette méthode complètement ridicule.

Komui releva la tête de sa table de dessin et hurla à la mort.

-Je vais bien, Nii-san, le rassura Lenalee en passant la tête par la porte de l'atelier.

-Komui-san, vous n'avez pas fini vos croquis, grommela Reever.

Il jeta un œil sur la table de dessin de Komui.

-Vous n'avez même pas commencé ? Mais j'aurais mieux fait d'aller travailler chez Lagerfeld, lui au moins il prend son travail au sérieux.

-Oui, oui, c'est bon, je travaille, marmonna Komui en redressant son béret.

Il jeta des regards blasés autour de lui, cherchant l'inspiration.

-Ah, j'ai trouvé.

Il dessina deux, trois croquis et les lança en direction de Reever.

-Voilà, débrouillez-vous avec ça.

-Mais qui m'a fait un créateur de mode aussi nul ? grogna Reever en réceptionnant les papiers.

Il regarda attentivement les dessins.

-Ok, je retire ce que j'ai dit. Vous devriez travailler plus souvent, vous êtes moins nul que vous en avez l'air.

Mais Komui ne l'écoutait déjà plus, il dormait de nouveau en bavant abondamment sur son bloc de papier dessin.

OoOoO

11 janvier, atelier de Komui Lee

-Komui-san, dois-je vous rappeler qu'on a un défilé le mois prochain et que vous n'avez pas encore touché au moindre petit bout de tissu ?

Komui sortit la tête de sous son bureau (il avait fait tomber un étrange croquis représentant un drôle de machin métallique à six pattes et portant un béret ridicule marqué d'un « K » mauve) et regarda pensivement Reever.

-Le mois prochain ? Hmm… il faudrait s'y mettre en effet.

-Et vous n'avez toujours rien dans la ligne masculine, aucun croquis.

-Qu'est-ce que j'y peux si il n'y a que ma Lenalee qui m'inspire ?

-Ce n'est absolument pas sérieux. Si ça continue, je vais me chercher un travail chez Chanel.

-Noooon ! Je vais travailler, ne me laissez pas tout seul !

Reever fronça les sourcils.

-Je veux dire, ne me laissez pas tout le travail !

-Je m'en doutais. Mettez-vous à bosser.

-Il me faudrait un sujet d'inspiration.

-On a plusieurs mannequins masculins, vous savez. Ce n'est pas nouveau.

-Oui, mais ils ne ressemblent pas à Lenalee.

-Ça m'étonnerait fortement que vous trouviez un homme ressemblant à Lenalee. Inspirez-vous plutôt d'Allen, Cross, Marie, Krory…

-Si le défilé est un fiasco, ce ne sera pas de ma faute. Je veux une Lenalee version masculine. Débrouillez-vous pour me trouver ça.

-Qu'est-ce que vous entendez par « Lenalee version masculine » ? demanda Reever, blasé, en sortant de quoi prendre note.

-Des longs et soyeux cheveux noirs, des yeux bleu nuit, une peau lisse et pâle, le visage asiatique, la silhouette mince, des longues jambes, des mains fines…

-Une mini-jupe et des couettes ? ironisa Reever en se demandant où il allait pêcher un mannequin pareil.

-Pourquoi pas ?

-Komui-san, restez sérieux deux secondes. Je ne trouverai jamais un homme portant des couettes et une jupe aussi ridiculement courte que celle de Lenalee.

-Ok, ok.

-Je vais chercher ce… mannequin. Dépêchez-vous de coudre ! Il nous reste un mois !

-Oui, oui…

Reever chercha l'annuaire pour appeler les agences de mannequins afin de trouver le Lenalee version mâle.

-Je devrais démissionner, ce type est un enfer vivant à lui tout seul.

-Reever-chan, ne m'abandonnez pas !

Sans compter cette stupide habitude qu'il avait de faire des sous-entendus plus que gênants.

Reever attrapa le téléphone et composa un numéro.

-Allô, Bak Chan ? J'aurais besoin d'un mannequin ressemblant à Lenalee…

-Ben, t'as Lenalee.

-Oui mais non. Un mannequin masculin.

-Hmpfhihihi !

-Baaak, c'est Komui-sama qui te le demande ! cria Komui depuis sa table de dessin.

-Mais c'est impossible !

-Tu vas me le trouver ou je raconte à Komui que c'est toi qui as volé le book de Lenalee, chuchota Reever.

-Aaaah ! mais tais-toi, il a dû entendre !

-Mais non, mais non.

-Ok, je te le trouverai…

-Merci, Bak.

-Merciiiiiiiiiiiiiiiiii ! s'écria Komui en sortant du fil et des aiguilles de sa boîte de couture.

OoOoO

11 janvier, agence de mannequins Bak Chan

-Mais où je vais trouver un type pareil, moi ? grommela Bak en farfouillant dans les fichiers contenant les CV de tous les mannequins de son agence. En plus, c'est même pas moi qui ai volé le book de Lenalee !

OoOoO

11 janvier, atelier de Komui Lee, couloir des loges

Allen s'échappa vite fait bien fait dès que sa séance photo fut finie pour filer dans sa loge.

Il rougit inconsidérément en croisant Lenalee, qu'il salua d'un rapide « salut », puis s'enferma dans la petite pièce. Il s'approcha de la table où était posé tout le matériel de toilette et commença à se démaquiller.

Ensuite, il plongea le bras dans un horrible vase de terre cuite, duquel il ressortit une petite clé. Il ouvrit le tiroir de la table et en sortit un carnet gris.

Il l'ouvrit et feuilleta pour la dix millième fois depuis qu'il l'avait volé le book, le précieux book de Lenalee.

Demain, il lui proposerait un rendez-vous.

OoOoO

11 janvier, restaurant japonais

Kanda se laissa tomber pesamment sur une chaise.

Il commanda un bol de soba puis le mangea cérémonieusement.

Il reposa ses baguettes en travers du bol, paya et sortit.

Alors qu'il remontait le col de sa chemise pour ne pas mourir de froid dans l'air glacial d'un soir d'hiver, il sentit deux mains lui retenir chaque bras.

-C'est Lenalee ! s'écrièrent deux voix hystériques.

OoOoO

11 janvier, atelier de Komui Lee

-C'est moi qui l'ai trouvé ! s'exclama Bak Chan, qui réclamait son salaire à cor et à cris.

-Non, c'est moi ! le contredit Reever, qui refusait de céder le moindre centime à l'autre si ce n'était pas strictement nécessaire (le budget était très serré).

-Lenalee, dis-lui que c'est moi ! continua Bak.

-Je m'appelle Kanda ! gronda le Japonais en se débattant pour échapper aux deux cinglés.

-C'est merveilleux ! s'extasia Komui en frappant joyeusement dans ses mains. Des milliers d'idées géniales assaillent mon cerveau génial d'homme génialissime ! Ah, que je suis génial.

-Il s'aime pas mal, grogna Kanda en jetant un regard dégoûté au Chinois. Ça lui arrive souvent de se jeter des fleurs, comme ça ?

-Lenalee-san, je vous ordonne d'être ma nouvelle muse.

-Pardon ? s'écria le Japonais en se cambrant de plus en plus pour échapper aux trois cinglés. Je m'appelle Kanda et je ne suis la… muse de personne !

-Même pas pour des milliers de dollars ?

Reever resta bouche bée puis articula silencieusement le mot « budget ».

Kanda s'immobilisa tout d'un coup.

Des milliers de dollars ?

Plutôt alléchant.

-Et ça consiste en quoi d'être une… muse ?

Komui eut un sourire machiavélique et sortit un mètre ruban.

Il se mit à mesurer Kanda et à citer des chiffres à Lenalee qui prenait note.

-Entrejambe…

-Pour qui il se prend ce pervers ! s'écria Kanda en pliant son genou et en décochant un coup dans le menton de Komui.

-Je prends simplement vos mesures !

-Pourquoi ? demanda Kanda, soupçonneux.

-Ben, pour vous faire des vêtements.

-Vêtements ?

-Pour un défilé.

-Défilé ?

-Je suis couturier, dit Komui en rangeant son mètre ruban.

-D'accord, toi, le cinglé plein d'urticaire, tu me reconduis vers la sortie.

-Kanda, voyons, réfléchissez : des milliers de dollars !

Kanda s'immobilisa à nouveau, puis soupira.

-Grr… d'accord.

OoOoO

13 janvier, atelier de Komui Lee

-Je rêve, je ne l'ai jamais vu travailler autant, s'exclama Reever en tendant une épingle à son patron (il était en train de modifier la forme d'un pantalon destiné à Kanda).

Komui dessinait et cousait sans relâche depuis la veille, des photos de Kanda punaisées partout en guise de modèle.

-Ce défilé va être le plus génial de toute ma carrière ! s'extasia Komui en prenant une autre épingle que lui tendait Reever.

-Ça va surtout être le dernier, si vous continuez de dilapider le budget pour attirer des débutants dans vos filets.

-Débutants ? répéta le Chinois en enfonçant l'épingle dans le cuir bleu marine.

-Ce type n'a jamais fait une seule séance de photo ! C'est tout juste s'il avait déjà vu un appareil d'éclairage.

Komui ne trouva rien à redire et rectifia un pli du pantalon.

-Je ne pense pas qu'il sera d'accord pour porter ça, souffla Reever en jetant un œil à un croquis traînant par terre.

Ce dessin représentait Kanda portant un mini-short, des bas résilles, des talons, une veste en cuir au col orné de fourrure et, comble du ridicule, une paire de couettes longues.

-Vous pensez ? demanda Komui en regardant tristement son croquis – qu'il trouvait très réussi.

-C'est plutôt le genre du Comte… vous savez, les Jasdavid…

Komui fit une grimace effrayante à l'entente du nom de son plus grand concurrent.

-Bouhouhou, qu'est-ce que je ne donnerais pas pour un mannequin comme Tyki Mikk ! Il est parfait !

-Concentrez-vous sur votre travail au lieu de dire – et dessiner – des inepties, marmonna Reever en tendant une trois centième épingle à Komui.

-Tiens, au fait, elle est où Lenalee ? Je ne l'ai pas vue depuis ce matin, quand on était à l'appartement…

-Euuuuh…

Reever ne voyait pas du tout quoi répondre… en effet, comment aurait-il pu dire à un couturier fou souffrant d'un sister-complex que sa petite sœur était sortie manger dans un restaurant chinois avec un jeune mannequin particulièrement prometteur ?

OoOoO

10 février, rédaction d'un magazine

-Un défilé ? Mais je suis pas photographe de mode, moi ! s'exclama Lavi en fusillant du regard son rédacteur en chef, un petit homme vieux dont le visage rappelait vaguement celui d'un panda.

-Jusqu'à preuve du contraire, vous n'êtes même pas photographe. Dois-je vous rappeler que vous êtes en stage, ici ?

-Mais-euh, je voulais faire photographe animalier ! Vous savez, faire des safaris et des trucs pareils ! C'est pourri, photographe de mode.

-Vous pouvez prendre la porte, si vous préférez.

-Ok, c'est bon…

OoOoO

11 février, atelier de Komui Lee, coulisses du podium (nda : le podium où se déroulent les défilés se situe dans le même bâtiment que l'atelier de Komui)

Komui passa devant ses mannequins disposés en ligne, comme un général vérifiant son armée.

Une maquilleuse et un coiffeur le suivaient docilement, prêts à faire quelques finitions.

Komui claqua des doigts et décréta :

-Cross : cheveux trop ébouriffés.

Le coiffeur accourut, tous peignes dehors.

Le Chinois continua son inspection.

Nouveau claquement de doigts.

-Allen : maquillage trop pâle.

La maquilleuse s'approcha, armée de sa boîte de fond de teint.

-Cloud : cheveux trop plats… Miranda : pas assez de fard…

Après un quart d'heure, l'armée de mannequins était fin prête.

-Kanda : parfait !

Kanda grogna.

Il était trop à l'étroit dans ce stupide pantalon de cuir (nda: de cuiiiiir vous voyez il est en cuiiiir).

On aurait dit que le but premier de Komui était de le priver de descendance.

-Lenalee : parfaitissime !

Reever leva les yeux au ciel en voyant le Chinois couver sa sœur du regard, des étoiles dans les yeux.

Kanda voulut s'éloigner pour boire un verre d'eau avant le début de la séance de torture.

Il avait l'habitude de marcher à grands pas, mais ce stupide pantalon trop serrant l'empêchait de bouger.

-Mais qui m'a fait un pantalon aussi pourri ? Grmbltch !

-C'est Komui, tu le sais bien, dit Reever en donnant un verre d'eau au Japonais.

-Je vais le tuer ! Cet accoutrement est ridicule.

-Tu as échappé aux bas résilles, pourtant.

-Ce type est fou ! lâcha Kanda en allant vers le podium.

Ça allait être son tour de défiler comme une dinde sous les flashes et les projecteurs aveuglants.


Il est... hm. Très court ^^"""

Mais bon.

C'est une intro^^"""

Le prochain chapitre sera plus intéressant, promis! Ici, je plante le décor. Next chapter: Quand Lavi rencontre Kanda!

Ahlala personne me laissera de reviews sur un chapitre aussi court TT