Petit rappel du chapitre précédent : Bella est coincé dans la pièce secrète avec James qui s'est arrangé pour casser l'ouverture de la porte. Angela et Leah sont nominés alors que les habitants de la maison des exclus ont terminés d'enregistrer leur messages à l'encontre des habitants de la maison dont ils pensent avoir découverts le secret.

PIECE SECRETE

Merde…Merde …Merde !

Voila deux bonnes minutes que je m'acharnais sur cette pauvre porte, et la malheureuse restait définitivement fermée sous mes assauts répétés. J'étais bel et bien enfermé dans la pièce secrète avec James.

Idiote…Idiote…Idiote !

DOLL'S HOUSE – CAMERA MURALE – 20H00

Angela (renifle bruyamment) : Mais non t'inquiètes pas ça va aller

Ben (pince les lèvres de colère) : C'est vraiment des enfoirés…Comment ils ont osé faire ça…Tu es la plus douce et la plus gentille dans cette maison !

Angela (pose une main sur sa joue) : Calme toi Ben ce n'est rien…Avec un peu de chance le public me préférera à Leah…

Ben : Je peux t'assurer que tu serais traité différemment si tu étais avec moi…

Angela (sourit) : Je ne vois pas du tout de quoi tu parles… mais c'est ….mignon. Je suppose…

Ben (se penche pour l'embrasser…)

Emmett (ouvre la porte sans ménagement) : Alors ça ! Je ne m'y attendais pas du tout….

Alice (entre à son tour) : Ma pauvre Angéla si j'avais su…

Angela (la coupe) Hey c'est bon arrêtez de vous prendre la tête personne ne pouvait prévoir…

PIECE SECRETE

-Qu'es ce que tu as fait avec cette foutue porte ! Rageais-je désespérément.

-Tu devrais venir t'assoir…m'enjoignit James alors qu'ils nous servaient deux verres de vin rouge. Je crois que j'ai accidentellement cassé la poigné de la porte continua t'il d'un ton égal.

Enfoiré ! Il posa doucement la bouteille sur la table revêtue d'une nappe dont les motifs à carreaux rouges et blancs me donnaient la nausée. Il fit le tour de la table et tira la chaise pour m'inviter à m'assoir alors que je me tassais un peu plus à l'autre bout de la pièce.

Son visage, caché par les ombres des bougies qu'il avait disposé ça et là, lui donnait des allures de fantôme. Un sourire impeccable aux lèvres, il fit mine d'approcher.

-Quelqu'un finira par se rendre compte de mon absence James…

-Je n'en doute pas me coupa t'il impatient. En attendant, fais-moi l'honneur de partager ce repas…

Je déglutis non sans mal, ma bêtise m'avait conduit droit dans le piège tordu de James. Et maintenant j'étais coincé avec lui pour je ne sais combien de temps. Le rythme de mes palpitations s'accéléra alors que la peur jouait à faire des nœuds dans mon estomac.

-J'ai déjà mangé bafouillai-je d'une voix faiblarde.

Son sourire s'agrandit tandis qu'il agrippait un peu trop fort le dossier de la chaise.

Et si c'était mon coup qui se trouvait entre ses mains ?

Du calme Bella ! Essaie de penser rationnellement. Inutile d'ajouter au stress de la situation, les divagations de mon esprit apeuré me serinais-je alors que l'ennemi tentait de nouveau une approche.

-Un bol de céréales et une pomme ! Je n'appelle pas ça manger contra t'il d'une voix aimable.

Se pouvait t'il que ce psychopathe m'ait espionné ? Bien sûr. Venant de lui, il fallait s'attendre à tout. Il fallait que je trouve une solution pour me sortir de cette galère. Facile à dire, car mon cerveau refusait de fonctionner convenablement. L'adrénaline censée vous sauver de toutes les situations était bien là, mais elle me poussait à courir. Je faillis éclater de rire, m'imaginant courir en rond dans la pièce en criant comme une folle, mais je me repris à temps. Il ne s'agissait pas de devenir hystérique dans un moment pareil !

Depuis combien de temps étions-nous en train de nous défier du regard de la sorte ? Aucun moyen de la savoir mais il me fallait faire un choix pour ne pas réveiller le monstre en colère tapis en James. Ce même monstre qui me scrutait intensément, semblant se délecter de la peur qui inondait mon corps.

-Viens manger ! S'exclama t'il au bout d'un moment sans toutefois haussé le ton.

Je devais faire ce qu'il me disait dans la mesure du raisonnable bien entendu. Je m'exhortais à ne pas trembler alors que je me détachais lentement de la porte. Mes mains étaient moites et je les essuyai machinalement sur mon jeans alors que je prenais place sur la chaise qu'il tenait toujours.

Tel un gentleman, il prit même la peine de m'aider à m'avancer à une distance confortable de la table. Plutôt comique non, que le premier homme à me tenir une chaise soit celui que je craignais le plus au monde.

-Et bien voilà ! Souffla t-il trop près de mon oreille. Son doigt froid caressa la peau dénudé de mon coup et un frisson d'effroi me parcourut. Ma respiration s'arrêta presque instantanément sous le choc et je dus me rappeler de respirer avant de virer au rouge tomate et qu'il en se méprenne sur mes sentiments.

Note à moi-même : Si je m'en sors…Ne plus jamais autoriser Alice à jouer avec mes cheveux !

Je prêtai un peu plus attention à la table pour y découvrir des assiettes protégés par une cloche. Ou es-ce que ce maniaque avait t'il trouvé ça ! Se pouvait t'il que la prod l'ai aidé à manigancer tout cela ? Parce que j'aurais juré ne jamais avoir vu ce service à couverts auparavant.

James, qui n'avait pas rejoint sa place, souleva la cloche qui protégeait mon assiette.

-Tadam ! s'écria t'il me faisant presque sauter de ma chaise.

-Des spaghettis… constatai-je sans grande joie.

Il ne parut pas ravit par ma réaction et m'empressa de lui sourire avant de baisser la tête pour arranger ma serviette sur mes jambes. Et j'allais bien en avoir besoin. Les pâtes, ou plutôt la masse compacte dans mon assiette baignait dans une sauce bien trop rouge et trop épaisse à mon goût. A croire qu'il avait simplement vidé le concentré de tomates dans une casserole !

Il retourna à sa place vivement avant de continuer à jouer au pseudo gentil. Flippant !

-J'ai pensé que tu aimerais manger quelque chose de ton pays jugea t'il bon de m'informer.

-Pourquoi ? Dis-je simplement en jouant avec ce qui me semblait être une boulette. Tout plutôt qu'affronter ses yeux.

-Et bien parce que tu es Italienne pardi ! S'offusqua t'il, ne comprenant pas le sens de ma question.

-Déjà d'une je ne suis pas Italienne et de deux, ce que je te demande c'est pourquoi tu fais…ça…Je tentais de garder un ton calme pour ne pas le froisser mais cela ne sembla pas fonctionner. Ses lèvres, fine ligne rouge sur son visage eurent un tic nerveux.

-Ton prénom l'est au moins éluda t'il en prenant une gorgée de vin.

-Si tu veux concédais-je sans grande conviction.

Je me sentais un peu plus en confiance car je n'avais pas à être en contact direct avec lu. Je continuais à jouer avec ma nourriture tout en surveillant de temps à autre ses mouvements car tout à coup j'étais très consciente du couteau à sa gauche. Parano ? Moi ? Et pas qu'un peu !

Lui non plus n'avait pas touché son assiette et au bout de quelques minutes de silence, je commençais à me dire que ce n'était pas si terrible que ça au final, si il se contentait de garder ses mains dans ses poches.

-Je suis désolé mais il semblerait que Tanya ne soit pas douée pour la cuisine…

Je lançais un coup d'œil prudent dans sa direction. Rien à part son sourire, qui commençait à me taper sur les nerfs. Je ne pris même pas la peine de répondre et retournai à la contemplation de mon plat. Mais que faisaient les autres ? Pourquoi ne venait-il pas me sortir de ce mauvais pas ?

-Je m'efforce de me faire pardonner pour mon comportement passé envers toi Bella.

La voix de James me tira de mes rêveries et je ne pus réprimer un soupir d'agacement.

-Ah oui et comment ! M'exclamais –je un peu trop fort.

-En t'offrant un diner aux chandelles répondit 'il calmement comme si cela coulait de source.

-En m'enfermant avec toi et en m'y en obligeant tu as oublié de le préciser ! Rajoutai –je choqué par son raisonnement étrange.

Puis tout changea très vite, j'avais dépassé la ligne que je m'étais interdit de traverser un peu plus tôt. J'avais libéré la bête si je puis dire. Son visage recouvrit son voile de haine lorsqu'il plaqua violement le plat de sa main sur la table qui trembla sous le choc. Mon cœur fit un bon dans ma poitrine alors qu'il brandissait un doigt accusateur dans ma direction.

-Tu ne joue pas le jeu ! Gronda-t-il hors de lui

Je me levais à mon tour pour l'empêcher de se jeter sur moi à travers la table qui me paraissait soudain trop petite entre nous. Désamorcer la bombe James devenait une nécessité.

-Quel jeu James ? Demandais-je d'une voix innocente m'écartant mine de rien de ma chaise et donc de son regard fou.

-Tu sais bien… cracha t'il toujours furieux pour je ne sais quelle raison.

Non je ne savais pas et je n'étais pas sur de le vouloir…

MAISON DES EXCLUS - CAMERA 1 – 20H39

Rosalie (se ronge les ongles) : Tu te sens prêt a affronter la maison ?

Edward (renifle) : Ben oui je ne vois pas pourquoi…

Rosalie : Quand je dis la maison, c'est surtout de James dont je parle…

Edward (garde le silence)

Jessica : Sérieusement Edward, tu dois garder la tête froide et ne pas jouer au con en éclatant James contre un mur !

Rosalie (éclate de rire) : Venant de toi c'est un comble…Tu es la fille qui arrache les extensions le plus vite que je connaisse…

Jessica (lui envoie un oreiller) : Ha ! Ha ! C'est ça marre toi…Mais regarde ou ça m'a mené…

Rosalie (retrouve son sérieux et se tourne vers Edward) : C'est vrai…Alors si tu ne veux pas te faire éjecter pour de bon surveille tes pulsions meurtrières…

Jessica (observe la main d'Edward) : Et si tu pouvais éviter de casser un autre verre…

CONFESSIONNAL – 20H43

BONJOUR JACOB, TU DOIS SUREMENT TE DEMANDER POURQUOI LA VOIX T'AS CONVOQUE…

Jacob (hausse les épaules) : Hum hum

LA VOIX VOUS A REVELE IL Y A QUELQUE TEMPS QUE D'AUTRES HABITANTS VOUS ESPIONNAIENT DEPUIS UNE AUTRE PIECE. CEPENDANT, AUCUN D'ENTRE VOUS N'A SEMBLE PRENDRE CETTE INFORMATION AU SERIEUX…

Jacob (se redresse) : D'accord et en quoi je suis concerné ?

ET BIEN, IL SEMBLERAIT QUE TU SOIS LE PREMIER A FAIRE LES FRAIS DE TON MANQUE DE DISCERNEMENT PUISQUE L'UN DE CES HABITANTS A DECOUVERTS TON SECRET JACOB…

Jacob (ouvre des yeux ronds comme des soucoupes)

ES TU PRET A ETRE CONFRONTE A TON ACCUSATEUR ?

Jacob (ouvre la bouche puis le referme)

JACOB ? LA VOIX ATTEND TA REPONSE …

Jacob : Comment c'est possible ? J'ai rien dis à personne…J'ai été…

L'HEURE N'EST PLUS AU QUESTION JACOB…ECOUTE BIEN LE MESSAGE QUI VA SUIVRE…

CUISINE – CAMERA MURALE – 20H48

Alice (entre en coup de vent l'air paniqué) : Quelqu'un a vu Bella

Leah (l'ignore totalement et se replonge dans l'admiration de ses ongles)

Tanya (émet un bruit dédaigneux de ses lèvres)

Mike : Elle est sorti dans le jardin avec James…

Tanya (visiblement mécontente) : Mike ! Tu peux pas apprendre à la fermer !

Alice (retourne vers la chambre des filles) EMMETT !

CONFESSIONNAL – 20H52

Jacob (la tête entre les mains ): Je comprends pas…J'ai pourtant fait en sorte d'être discret…J'ai même dompter certaines de mes pulsions face à…Comment es-ce que cette personne a pu deviner c'est complètement délirant !

MAINTENANT QUE TU T'ES REMIS DE TES EMOTIONS. LA VOIX A AUTRE CHOSE A T'ANNONCER…

Jacob : Quoi encore…

DURANT LE PRIME DE CE SOIR, TU POURRAS CONFRONTER TON ACCUSATEUR EN PLEIN DIRECT ET LE CONVAINCRE QU'IL FAIT FAUSSE ROUTE SUR TON SECRET…

Jacob (pensif) : Ouais ça peut toujours aidé…J'ai intérêt à trouver une défense en béton…

CE N'EST PAS TOUT…SI CETTE PERSONNE DECIDE DE VALIDER SON CHOIX, ELLE PRENDRE TA PLACE DANS LA MAISON DES SECRETS….

Jacob (se lève d'un bond) : QUOI !

A MOINS QUE…

Jacob (tourne en rond comme un loup en cage) : A moins que quoi !

A MOINS QUE TU DECOUVRES QUI EST CETTE PERSONNE…DANS CE CAS, TU CONSERVERAS TA PLACE ET L'EMPECHERA AINSI D'ENTRER DANS LA MAISON DES SECRETS…

PIECE SECRETE

Que pouvais-je faire dans un moment pareil si ce n'est prier pour que l'on vienne me sauver. Je n'en avais malheureusement pas le temps puisque je surveillais attentivement James qui semblait se battre avec ses démons internes.

Pourquoi m'accusait t'il de ne pas jouer le jeu ? Ou encore mieux, quel jeu attendait t'il que je joue ?

Je commençais a me demander si il prenait vraiment au sérieux le fait que lui et moi devions prétendre être d'anciens amants. Si c'était le cas, ce garçon était vraiment dérangé.

Flippant.

Il parut retrouver contenance et ramassa sa chaise qui était tombé au sol. Il s'assit sans m'accorder le moindre regard et mangea comme si de rien n'était.

-Ton plat va refroidir.

Ok pire que flippant il faut vraiment que je me tire d'ici ! Je n'osai même pas formuler mes pensées à voix haute de peur de provoquer une nouvelle crise de colère. Alors quoi, es-ce que je devais rester là et manger en face de ce monstre, prétendre à une soirée normale entre « amoureux » en attendant qu'il veuille bien me libérer ?

-Bella…Bella…

Je relevai la tête aussitôt pensant m'être égarer trop longtemps dans mes pensées. James me toisait avec une expression de franche curiosité sur le visage. Ainsi, il semblait presque vulnérable.

-Bella…

Ce n'était pas James qui m'appelait mais quelqu'un dehors. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine alors que je me dirigeais au pas de course vers la porte condamné.

-Alice ! Emmett !

Je frappai vigoureusement sur la porte tout en gardant James de mon champ de vision. Pas question que je lui tourne le dos après ce soir. Il restait assis sans m'accorder la moindre intension, sirotant un verre de vin entre chaque bouché de la chose qu'il appelait spaghettis

Des bruits de pas et de conversations étouffés se firent entendre de l'autre côté de la porte et je ressentis pour la première fois depuis une heure un soulagement intense lorsque je reconnus la voix d'Alice derrière la porte.

-Bella tu es la ? Cria la voix de mon amie derrière la porte.

Tout excité, je me mis a sautiller frénétiquement sur place avant de me souvenir de l'endroit et des circonstances.

-Oui Alice je suis là…James a…

Je m'interrompis aussitôt, pas la peine de tenter le diable, j'étais toujours enfermé avec lui.

-La porte est cassé Alice…Fais moi sortir de là me plaignis-je à deux doigts de fondre en larmes.

Désormais que l'adrénaline avait cessée de couler dans mes veines, je me sentais faible. Fatiguée et vulnérable face aux attaques répétées de James. J'avais envie de rouler sous la couette de ma chambre dans MA maison et ne plus jamais repensé à ce que j'avais vécu ici.

Un bruit sourd, emplit la pièce et j'en déduisis que quelqu'un tentait de défoncer la porte. Je pouvais entendre plusieurs voix a l'extérieur, et il me semblait que les voix se disputaient. Je ne pus décrypter ce qu'elle disait car soudain, les bras de James encerclèrent ma taille et me ramenèrent vers sa poitrine.