Bonjour à tous !
Tout d'abord excusez-nous pour cette longue attente. Nous n'avions pas prévues que nous mettrions tant de temps à terminer cette fic et surtout poster ce dernier chapitre.

Cet ultime chapitre de Vie et déboires d'une jeune hallucinée est signé Gaef. Bonne lecture :)


Épilogue

Ou comment tout se termine…

Remus n'avait jamais été un adepte de la violence. Jamais. Pour lui, tout avait forcément une issue pacifique.

Mais les deux hurluberlus qui lui servaient de meilleurs amis avaient de quoi rendre psychopathe le plus doux des agneaux à demi-crevé. Et Remus était en meilleure forme que ça. Remus aurait voulu pouvoir trouver quelque chose pour leur rendre la monnaie de leur pièce mais il était tellement inquiet des répercussions de leurs actions sur ses relations avec Roxanne qu'il avait préféré remettre ça. Oh, il trouverait quelque chose pour se venger mais…d'abord, il devait s'assurer que Roxanne ne le haïssait pas définitivement et qu'il parviendrait à rattraper cette bévue inimaginable. C'était ce qu'il avait prévu. Supplier Roxanne de lui pardonner. Jusqu'à ce que Peter – encore lui, décidément, James et Sirius étaient des professeurs terriblement doués lorsqu'il s'agissait de transmettre leur insupportable esprit de déduction qui, bien qu'assez atypique et plutôt bizarre, était réel.

Ainsi, Peter avait fait remarquer à Remus que ce dernier aurait pu mille fois échapper à la vigilance de Sirius et de James pour aller se faire soigner à l'infirmerie. Or, Remus avait attendu une journée entière avant de se faire désenchanter. Ce à quoi l'apprenti psychologue qu'était Peter, en avait déduit que Remus ne cherchait qu'une excuse pour pouvoir continuer à embrasser Roxanne. Remus avait bien tempêté, tempêté et nié tout en bloc, il n'en restait pas moins que Peter l'avait mis K.O. aussi efficacement qu'avec un uppercut en lui disant du ton docte du professionnel qu'il était en passe de devenir :

« Mon cher Remus, je crois que tu souffres d'une maladie très sérieuse qui s'appelle la maladie d'amour. »

Ce à quoi il avait répondu par un très inélégant « hein ? ». Peter lui avait adressé un petit sourire, lui avait tapoté l'épaule et avait précisé :

– Remus, tu es amoureux de Roxanne.

Le jeune garçon était alors resté coi pendant un instant qui lui avait semblé être une éternité. Il ne sortit de sa léthargie que lorsqu'il remarqua que Sirius, craignant qu'il n'ait définitivement bugué, commença à chercher des sorts parmi les plus invraisemblables pour le réparer. Remus avait alors prit la fuite et s'était isolé pour réfléchir. Il resta seul bien deux heures, discutant avec lui-même, passant de la joie de se découvrir amoureux au désespoir auquel sa condition de loup-g arou le contraignait. Il eut beau retourner le problème dans tous les sens, il ne voyait pas trop comment se sortir de tout ça sans que Roxanne ne soit blessé. Puis, il sursauta, se fustigeant d'avoir immédiatement conclu que s'il était amoureux de Roxanne, elle aussi devait l'être de lui. Il n'était pas aussi dérangé, fou…euh…optimiste que James. Il y avait toutes les chances que Roxanne ne voit en lui qu'un ami.

Le jeune homme soupira et, par la fenêtre de la volière où il s'était installé pour réfléchir, il fixa la lune en la maudissant. Si elle n'avait pas été là, il aurait pu tranquillement aller demander à la jeune fille si elle voulait bien sortir avec lui. Mais en l'état actuel des choses, c'était impossible.

Et puis de toute façon, il était certain qu'il finirait tout seul, habitant sous un pont, avec pour seule compagne, une bouteille de whisky pur feu. Il aimait bien le whisky.

– Moi aussi, j'aime bien ! fit la voix de Sirius derrière lui. J'peux emménager avec toi ? Quoique, sous un pont, c'est pas terrible, y a des rats et tout, et je vais les chasser, alors si Peter se transforme, je risque de le manger…Et j'ai pas trop envie de manger Peter…

– Ce serait vraiment dommage que tu manges Peter. admit Remus dans un petit sourire.

Sirius, soudain plus sérieux, s'approcha de son ami et le força à lui faire face.

– Écoute, je sais très bien à quoi tu penses. Ce sort qu'on t'a jeté avec James, c'était pour que tu sois toi-même et que tu fasses ce dont tu as envie sans te préoccuper des conséquences et des « et si ». Remus, tu es jeune, tu es beau – tais-toi, je veux pas t'entendre rouspéter – et tu te compliques la vie, tellement que je me demande où tu trouves toutes ces complications. Tu as une partie du cerveau qui ne fait que ça ? s'inquiéta sincèrement le jeune homme.

– Bah, comme tu as un cerveau paramétré à au moins 75% pour faire des conneries, faut bien que je compense.

– Pourquoi ? C'est tellement plus marrant de vivre au jour le jour. Tu es amoureux de Roxanne, ne nies pas, je sais que ça fait à peu près une heure que tu l'as accepté.

– Une heure ? Ça fait longtemps que tu m'espionnes ?

– Oh, depuis que tu es parti à peu près. J'ai chouré la cape de James mais il en a eu besoin pour un truc avec les Serpentards.

– Espion, va, je…quel truc avec les Serpentards ?

– Je sais pas, il a simplement dit « Serpentards », « crapauds », « poils de balais » et « dentifrice ». Je crois que Peter va essayer de l'arrêter.

Sirius haussa les épaules, un grand sourire sur les lèvres.

– Je veux pas savoir. décida Remus en secouant la tête.

– Remus, tu n'es pas obligé de le dire maintenant à Roxanne. Je veux dire. Essayes de profiter de l'instant présent. Et si un jour, elle a besoin de savoir, tu lui diras. Mais pour le moment, y a pas besoin.

– Mais ce n'est pas…juste.

– Bien sûr que si. Sérieusement, tu crois que si par un grand miracle fait de la main de Merlin en personne, James arrive à sortir avec Lily, tu crois vraiment qu'il va aller lui dire que c'est lui qui lui a coupé les cheveux en troisième année pour se faire un doudou avec son odeur…j'y pense…est-ce que ça fait pas de James un fétichiste ?

– Mais ça n'a rien à voir ! s'exclama Remus, les yeux écarquillés.

– Bien sûr que si. Tu es un loup-garou et James un fétichiste. Chacun à ses particularités…

– Tu appelles le fait d'être un loup-garou, une particularité ?

– Ouais. Franchement, à part d'être un peu bestial une fois par moi, ça change pas grand-chose. Peut-être que c'est son truc.

– Je ne veux même pas savoir à quoi tu penses.

– Quoi ?! Tous les goûts sont dans la nature…même quand ils sont aussi bizarres que ceux de James. Sérieusement, je préfèrerais être avec une loup-garou qu'avec une fille qui coupe mes cheveux pour s'en faire un doudou.

Sirius frissonna comme si l'éventualité d'une telle chose l'effrayait au plus haut point. Remus rigola doucement.

– Tu n'as pas tort…

– Ahah !

– Faut que j'arrête de dire ça. À chaque fois que je le dis, tu finis par faire un truc totalement dingue.

– Tiens, tu vois, tes meilleurs amis sont un dingue, un fétichiste et un futur psy. Je te dis, t'es le plus normal de nous. Et puis, Roxanne adore les animaux. Je suis sûre qu'elle se fera une joie d'accueillir notre loupiot…

– Tu es désespérément…

– Optimiste ?

– On va dire ça.

– Ça te coûte quoi d'aller lui parler ?

– Je…

– Il faut que je fasse ma tête de chien battu ? Je peux le faire. J'suis super doué.

– C'est bon, je vais y aller. Maintenant, va aider Peter avec James …

– JAMES ! Attends ! REMUS IL A DIT QUE JE DEVAIS T'AIDER !

– J'ai jamais dit ça ! paniqua Remus en voyant Sirius partir en courant dans le couloir.

Il soupira, secoua la tête et allait suivre ses amis pour les empêcher de se faire expulser.

– Oh ! Roxanne ! Remus ? À la volière, il te cherche, d'ailleurs. JAMES ! ATTENDS-MOI ! J'AI DES PÉTARDS !

Remus écarquilla les yeux et s'empressa de rejoindre le couloir mais il ne vit que Sirius – ou plutôt sa chevelure – qui tournait à droite, en direction de la salle commune des Serpentards. Il vit aussi la jeune Roxanne qui arriva vers lui en trottinant, les joues roses. Tous les conseils de Sirius disparurent de la tête du jeune Remus au moment où il croisa les yeux. Voyant que la jeune fille se rapprochait de lui, il ouvrit la bouche, cherchant encore quoi dire mais la jeune Roxanne le surprit en posant ses lèvres sur les siennes. D'abord totalement interdit, le jeune homme se sentit rougir de gêne comme elle se détachait. Sirius lui avait-il jeté le même sort ? James ? Peter lui avait-il dit quelque chose ? Que devait-il faire ?

– Tu vas bien ? On dirait que tu vas exploser. jugea doucement la jeune fille. Tu as de la fièvre.

– Euh…bah, je…non…que tu…

– Tu n'es pas malade alors ?

– Euh…non.

– Tant mieux, je peux recommencer alors.

Et sans lui laisser le temps de renchérir, elle posa une nouvelle fois ses lèvres sur celles du jeune homme. Puis elle se détacha et le fixa, les joues roses, mais ce n'était rien face à sa propre gêne.

– Je sais que je suis assez bizarre comme fille mais euh…est-ce que tu voudrais bien être mon petit ami ?

À ce stade-là, Remus n'avait pas les yeux écarquillés mais carrément à deux doigts de sortir de leurs orbites. Il se rendit compte au bout d'un moment qu'il devait répondre quelque chose. Et, le cœur battant, il souffla :

– James et Sirius t'ont lancé un sort ?

– Ah bon ? Quel sort ?

– Le même que moi ?

– Tu veux dire que tu n'avais pas du tout envie de m'embrasser, hier ? s'inquiéta-t-elle.

– Oh non…enfin, je veux dire, si mais euh…tu es sûre que c'est vraiment ce que…enfin, c'est juste moi et pas…et puis, tu sais, la lune, tout ça…

– Oui, la lune est très belle ce soir. acquiesça-t-elle, les sourcils froncés, ne semblant pas comprendre ce que voulait dire Remus.

Bafouillant et toujours rouge de gêne, Remus demanda, sans trop savoir pourquoi :

– C'est quoi le pire entre un loup-garou et un fétichiste ?

Pas désarçonnée pour deux sous par la question, la jeune fille réfléchit un instant et dit très franchement, ne réalisant pas que le cœur de Remus se trouvait au bord de ses lèvres :

– Je pense que c'est le fétichiste. Mais tu sais, Capitaine Haddock est un peu fétichiste avec toi et je l'aime quand même. Pourquoi, tu es fétichiste ?

– Euh non…enfin, pas que je sache.

– Alors tout va bien, non ? dit-elle dans un grand sourire.

Remus eut un petit sourire face au joyeux sourire dénué de toute méfiance de la jeune fille et il prit une longue inspiration avant de se pencher pour embrasser à son tour la jeune fille. Il finit par se détacher de Roxanne et la regarda, un sourire amoureux sur les lèvres.

– Est-ce que ça veut dire oui ? demanda-t-elle doucement.

– Ça veut dire mille fois oui. précisa Remus en se penchant pour l'embrasser encore.

FIN


Voilà V&D c'est vraiment terminé ! Donnez-nous vos avis.

Nous voudrions remercier toutes les personnes qui nous ont suivies et toutes celles qui ont commentées. Ca fait vraiment plaisir :)

A une prochaine fois !