Disclaimer: la série Bones, les personnages et l'univers appartiennent à Hart Hanson, à Katy Reich et à la Fox. Ceci n'est que le fruit de mon imagination

Saison et Spoiler: Référence à certains épisodes et spoilers sur la saison 6

Résumé: Un an à passé, un an loin l'un de l'autre. Enfin le retour à Washington, mais les choses ne sont pas forcément ce qu'elles semblent être.

1 - Washington

Cela fait maintenant 6 mois que je suis au Canada. Demain retour à la maison, à DC et surtout retour de Booth.

J'emballais le reste de mes affaires tout en repensant aux derniers mois. Les fouilles sur l'Ile Maluku s'étaient bien passées, mais j'avais été contrainte de laisser ma place et avait donc décidé de venir m'installer quelques temps à Montréal afin de revoir des amis que je n'avais pu voir depuis plusieurs années.

.

J'ai toujours aimé Montréal, la vie y est plus calme, les gens plus accueillants. J'ai pu profiter de mon temps libre pour travailler sur mon nouveau roman, ce dernier parle encore et toujours de Kathy et Andy, de meurtres, mais il est quelque peu différent. Le lien qui unit les 2 protagonistes du roman s'est nettement intensifié et à présent ils entretiennent une relation stable aux yeux de tous.

.

Songer à cela me fait sourire, je vois encore Angela me dire que ce que j'écris est le fruit d'un désir profond que je n'ose admettre réellement. Maintenant, je peux dire qu'elle a raison, c'est pour cela aussi que j'ai appliqué ceci à mes personnages principaux, une façon de marquer le tournant, qui, je l'espère viendra avec le retour de mon partenaire.

.

Je balayais l'appartement que j'avais loué des yeux, vérifiant que je n'avais rien oublié. Le meublé que j'avais pris comportait 2 chambres, un salon et une cuisine américaine. Pas très grand comparé à mon logement de Washington, mais suffisamment, et il y régnait un charme et une ambiance particulière qui m'avait plus dès le premier instant. Je revivais les années que j'avais passées lors de mon doctorat, l'appartement laissait planer cette atmosphère conviviale où il fait bon vivre.

.

Un coup de klaxon me ramena à la réalité, le taxi m'attendait, direction l'aéroport.

.

Le grand Hall était blindé de monde, comme souvent, Montréal étant une destination touristique importante, surtout ces dernières années. Il m'a fallu batailler pour arriver au guichet et enregistrer l'ensemble de mes bagages. Mon cœur battait la chamade à l'idée de retrouver mon chez-moi.

Je regardai l'heure, comme toujours lors d'un trajet en avion, les passagers devaient être là plusieurs heures avant le départ réel, il me fallait donc encore attendre 2h avant de pouvoir décoller.

.

J'ouvris donc mon ordinateur et me remis à écrire mon roman. Ce dernier était bien avancé et je pensais le finir d'ici quelques jours. Mon éditeur serait ravi. A vrai dire, je ne lui avais pas encore annoncé que je travaillais sur un nouveau livre, il me pensait encore à Maluku, donc je ne subissais pas le stress de ces appels et/ou de ces relances incessantes concernant les échéances. Finalement cela m'avait été bénéfique, je trouvais mon nouvel écrit bien plus abouti que les précédents et j'en étais ravi.

.

Le vol se passa bien, et j'ai posé les pieds dans la capitale à 15h. Je montais dans un taxi, lui demandant de passer devant l'Institut Jeffersonium, mais aussi le Lincoln Mémorial, j'avais envi de revoir les lieux important de ma vie. Nous passâmes ainsi près du Diner, qui me rappelait tant de bons moments, mais aussi non loin de l'appartement de Booth.

Enfin, nous voici garé devant le bas de mon immeuble, le chauffeur eu l'amabilité de m'aider à monter mes bagages et me voilà à présent dans mon appartement.

.

Qu'il fait bon se retrouver chez soi. Rien n'avait changé, toujours les mêmes livres aux mêmes endroits, toujours cette tranquillité. En parcourant des yeux le salon, je me rappelais différentes scènes que nous avions pu vivre ici, Booth et moi.

.

Mon ventre me rappela à l'ordre, un coup d'œil sur l'horloge m'indiqua qu'il était déjà 19h30. J'appelais donc le thaï afin d'être livrée.

En attendant ce dernier, je déballais mes affaires, les rangeant. J'avais pu m'offrir quelques éditions rares sur l'anthropologie, mais aussi des romans plus classiques, ainsi que d'autres ouvrages de tous types.

J'en avais aussi profité pour me procurer quelques CD. Au dire d'Angela et de Booth, ma culture musicale avait quelques lacunes, que j'avais donc tenté de combler durant mon séjour.

.

Mon armoire fut complétée de quelques robes que je m'étais offerte au Canada, mais aussi que l'on m'avait attribuées sur les îles Maluku, cadeau des habitants, ainsi que de vêtements divers qui m'avaient été très utiles l'hiver dernier à Montréal et qui pourraient s'avérer nécessaires ici aussi.

.

La sonnette retendit, mon repas venait d'arriver.

Je m'installais donc dans la cuisine et allumait la télévision, histoire de suivre les nouvelles du soir. Rien n'avait vraiment changé en 1an, toujours des meurtres, toujours des guerres, toujours la même routine destructive, et pourtant les informations montraient aussi un festival estival, la fête foraine. Non rien n'avait vraiment changé à Washington.

.

Mon téléphone sonna, baissant le son de la télévision, j'attrapais le combiné.

.

- Brennan

- Coucou Sweetie.

- Angela, comment vas-tu ?

- Très bien, je t'appelais pour te donner notre heure d'arrivée demain. Nous serons là à 18h, tu viens toujours nous chercher ?

- Bien sûr

- Booth sera avec toi ?

- Je dois le retrouver demain à 14h au Mall donc il y a des chances qu'il m'accompagne.

- J'espère, il m'a manqué aussi. Bon, je vais te laisser, Jack m'appelle.

- D'accord Angie. Je t'embrasse

- Moi aussi Brennie et à demain.

- A demain

.

Ma meilleure amie m'a beaucoup manqué et pourtant une fois à Montréal, nous nous appelions presque tous les jours. Leur vie à Paris leur a été bénéfique, et Angela m'a appris la semaine dernière qu'elle est enceinte de 3 mois et demi. Elle et Hodgins sont aux anges, et je suis vraiment heureuse pour eux.

.

Je finis mon repas, fit la vaisselle, et me décida enfin à appeler mon père. Je ne l'avais pas prévenu de mon retour, enfin disons plutôt que je ne lui avais pas fournis de date précise, il se serait senti obligé de venir s'occuper de tout et je voulais me retrouver un peu seule avec moi-même.

.

- Bonsoir Papa

- Temp bonsoir, comment vas-tu ?

- Très bien papa. Je t'appelais juste pour te prévenir que j'étais rentrée à Washington.

- Comment ça tu es rentrée ?

- Et bien, je suis chez moi

- Tu aurais dû me dire je serai venu te récupérer

- Je voulais profiter un peu pour me balader. Tout cela m'a manqué, et pourtant rien n'a vraiment changé.

- Effectivement la ville n'a pas bougé, sauf le taux de criminalité qui a augmenté en ton absence et celle de Booth et des fouines.

Cela me fit rire.

- J'ai eu Russ au téléphone hier, il se demandait quand tu rentrais.

- Je l'appellerai demain pour le prévenir, il est déjà tard et je ne voudrais pas réveiller les filles.

- Bien. Petit-déjeunons ensemble demain matin si cela te dit

- D'accord, justement j'avais un service à te demander.

- On en parle demain alors. Bonne nuit ma Chérie

- Bonne nuit papa.

.

22h, j'allais me coucher. Allongée dans mon lit, je pensais à demain, à Booth. Je m'étais enfin avoué combien il m'avait manqué et combien je tenais à lui. Il y a de cela un an, j'ai fui devant lui, ne comprenant pas ce que j'éprouvais pour lui, aujourd'hui, je suis prête à y faire face.

Mon cœur s'emballe rien qu'à l'idée de pouvoir le revoir, et le serrer contre moi.