Cette fic est écrite dans le cadre de la première nuit du FoF (Forum
Francophone : forum ludique d'entraide et de discussions autour de la
fanfiction) lien dans mes auteurs favoris. Pour le thème "La Nuit"

La Nuit

Lily avait froid. Elle se tenait au sommet de la tour d'astronomie, et elle avait froid. Vous me direz, et vous avez raison, qu'elle aurait tout aussi bien pu rester bien au chaud au fond de son lit, mais Lily n'arrivait pas à dormir et elle avait besoin d'air.

Aussi, Lily la Parfait Préfète, comme l'appelaient affectueusement ses amis, s'était glissée hors du dortoir et avait couru jusqu'à l'endroit le plus sûr selon elle où elle pourrait prendre l'air.

Et maintenant, elle regrettait.

- Lily ?

L'interpellée sursauta et se retourna d'un bond, dos à la balustrade. Non, elle ne rêvait pas, la voix de James Potter avait bel et bien retenti dans les airs, là où elle ne voyait que du vide.

- Il y a quelqu'un ?

- Oh, excuse-moi Lily, j'avais oublié que j'avais la cape.

Une main apparut devant elle, tâtonna quelques secondes puis la tête, bientôt suivie du corps, de James devint visible à ses yeux.

- Mais, Potter ! Qu'est-ce que…

- Juste une vieille cape d'invisibilité. Bien pratique pour se promener le soir après le couvre-feu…

Il s'interrompit, craignant manifestement une remontrance de la part de la préfète, mais elle se contenta d'acquiescer, le regard dans le vague.

- Euhm… Lily, tu es sûre que ça va ?

- Pardon ? Oh, oui bien sûr. Ne t'inquiètes pas, ajouta-t-elle devant son regard dubitatif.

- Dans ce cas, tu veux que je te ramène ? Ce sera plus facile sous la cape.

Elle acquiesça de nouveau, et il ne put retenir un frisson de plaisir quand elle se glissa contre lui pour disparaître sous la vieille cape de son père. Il lui prit la main avec une sorte de joie coupable, et il l'entraîna à sa suite dans les longs couloirs de Poudlard.

Arrivés au bas du dortoir des filles, elle resta serrée contre lui, le nez dans son épaule. Il sentait son souffle chaud sur son cou, et dans un élan de courage improvisé, la serra dans ses bras avec possessivité.

Elle se dégagea finalement, comme à regret.

- Et bien, je vais y aller. Merci James.

C'était la première fois qu'elle l'appelait par son prénom.

Sortant de sous la cape, elle s'apprêtait à monter quand elle se retourna, se haussa sur la pointe des pieds et planta un baiser rapide sur sa joue, avant d'escalader les escaliers quatre à quatre en rougissant.

James resta longtemps debout, là où elle l'avait laissé, puis s'affala dans un fauteuil près du feu qui mourrait.

C'était la plus belle nuit de sa vie, même si elle n'avait duré que quelques instants.

Il ignorait qu'au même moment, une jeune fille rousse pensait exactement la même chose, roulée en boule dans ses couvertures.

Une nuit. Non, pas une nuit : La nuit.