Note : je reviens avec une nouvelle traduction car ma muse est partie en vacances... après tout elle aussi a bien le droit à du repos.

Donc, cette trad' : original écrit par Gertrude2034 (qui excelle dans ce genre de récit) sous le même titre. Ce n'est pas un OS, je vous demanderai donc d'être un peu patients entre chaque update xD Ensuite, c'est la première fois que je traduit une fic classée dans ce rating (M), excusez donc mes maladresses à venir.

Dernière chose : je suis en contact avec l'auteur qui m'a demandé de lui traduire toutes les reviews que son histoire recevrait. Je vous demande donc pour elle (mais aussi un peu pour moi ^^) de faire un effort et de commenter de manière constructive :)

Sur ce, enjoy !


« Tu sais, je réfléchissais. »

House se laissa aller dans sa chaise, tenant soigneusement son whisky dans sa main tout en observant la foule du vendredi soir qui envahissait le bar.

« Oh-oh. » dit Wilson avec sarcasme « Ca ne présage rien de bon. »

« Non, sérieusement. Je réfléchissais à propos de toi et Salope Furieuse. »

Wilson se redressa.

« A présent je sais que ce n'est pas bon signe. Et qu'a découvert ton cerveau dérangé ? » demanda Wilson bien qu'il ne soit pas sûr de vouloir la réponse « Et elle s'appelle Amber, au fait. »

« Amber est très différent de tes ex-femmes, t'es d'accord ? » s'enquit House, toujours en train de scruter le bar et ignorant l'indignation de Wilson.

« Oui » acquiesça t-il avec hésitation « Et alors ? »

« En fait je dirais même qu'elle est à l'opposé du genre de fille avec qui tu sors habituellement »

« Je suppose »

« Et tout se passe bien ? »

House se tourna vers Wilson pour le regarder intensément. Il voulait s'assurer de l'honnêteté de sa réponse.

« Les choses se passent bien » répondit Wilson en le regardant d'un air calme « très bien en effet »

« Hmm » acquiesça House lorsqu'il vit qu'il disait la vérité

« Alors, qu'est-ce que ça veut dire ? »

Wilson commençait à s'impatienter.

« Ca veut dire que je pense que je vais essayer »

House savait qu'il exagérait de faire marcher Wilson ainsi, mais comme toujours, il ne pouvait pas s'en empêcher.

« House tu dois être plus bête que ce que je pensais. Si tu penses que je te laisserais approcher Amber ! Je n'arrive pas à croire que j'ai enfin trouvé quelqu'un qui me plait et toi, tu me dis que… » tempêta Wilson

Vu sa colère, House décida d'abréger ses souffrances.

« Oh, tais-toi ! Ce 'est pas ce que j'ai voulu dire… tout ce que je voulais dire c'est que je devrais peut-être suivre ton exemple et chercher une fille à l'opposé de mes habitudes. »

« Comment ça ? Tu veux dire une fille autre qu'une call-girl de 23 ans ? »

« Oui, précisément »

« Intéressant. »

Wilson médita un moment.

« Alors, quel serait ton opposé ? »

« Eh bien, comment décrirais-tu mon « type » ? Tu sais, les filles avec lesquelles je sors d'habitude ? »

Wilson pensa à la poignée de femmes que House avait fréquentées ou à qui il avait exprimé son attirance et essaya de déterminer son « type ». Bien sûr il y avait Stacy, et avant elle, quelques femmes de l'hôpital et une autre qu'il avait rencontré à une conférence médicale. Il y avait aussi eu Cuddy mais il ne pouvait pas admettre à House qu'il était au courant.

« C'est vrai, c'est dur à résumer car même s'il n'y en a pas eu tant que ça, elles sont toutes différentes » dit House d'un air renfrogné

Wilson l'ignora et poursuivit sa réflexion avant de commencer une liste sur ses doigts.

« Je dirais grande, cheveux longs, grande confiance en soi, intelligente – ce médecin de la CIA est une anomalie – très sexuelle, branchée coups d'un soir et plus elle est jeune, mieux c'est. Oh, et quelques désordres psychologiques aussi. Evidemment, je ne sais pas e que tu demandes quand tu embauches des call-girls. »

House était à la fois impressionné et un peu vexé par la description de Wilson. Il n'allait pas admettre qu'il avait eu très peu d'aventures d'un soir dans sa vie, surtout ces dernières années. A moins qu'il ne les paye, c'était un gros problème pour lui de se mettre nu devant une femme, pas seulement à cause de sa cicatrice mais aussi parce qu'il vieillissait et qu'il ne pouvait pas faire autant d'exercice qu'avant. Il pensait simplement ne plus être attirant. Il n'avait aussi aucune intention d'avouer à son ami que lorsqu'il appelait une prostituée, le seul critère qu'il exigeait était qu'elle soit blonde. Autrement, c'était des pom-poms girls, des écolières, des amatrices de bondage et tout le reste.

« Ok » commença House « Donc pour mon opposé, ce que nous devons trouver c'est une femme petite, ronde ,timide , peu sûre d'elle, sans éducation et sans aucune expérience sexuelle. Mais pas de vierges. Je ne pourrais pas le supporter. Et brune. »

« Pourquoi brune ? »

« Parce que »

« Quelqu'un de gentil » ajouta Wilson

« Euh, je suppose »

Wilson haussa les épaules.

« Ca me va. C'est un portrait plutôt complet »

« Ouais, et ça ne me dit rien. Peut-être que c'est une mauvaise idée après tout. »

« Tout peux trouver une femme qui remplit ces critères et qui reste séduisante » dit Wilson, essayant d'être encourageant.

« Vraiment ? J'en doute »

Wilson regarda autour du bar, essayant de trouver quelqu'un qui ferait l'affaire.

« Regarde »

Il pointa un coin du bar où des femmes étaient attroupées, buvant et parlant bruyamment.

« Cette fille, avec le cardigan bleu »

House observa le groupe que Wilson lui montrait. Les jeunes femmes étaient visiblement en route pour une grande soirée, leur table déjà encombrée de verres à cocktails vides. Elles riaient assez fort pour que tout le bar les entende. La fille que Wilson avait repérée souriait mais ne riait pas avec autant d'enthousiasme que le reste du groupe. Elle restait en retrait d'une manière qui indiquait qu'elle ne faisait pas vraiment partie de la bande. Ses cheveux – blonds – étaient tirés en arrière et il était difficile de juger de leur longueur. Elle n'était pas si petite que ça, peut-être juste en dessous de la moyenne et même si elle n'était pas en surpoids, elle n'avait pas la silhouette que House affectionnait. Elle portait une jupe en jean jusqu'aux genoux et des bottes. Son cardigan bleu était boutonné jusqu'au col, ne laissant voir pas même 1mm² de son décolleté.

« Elle est blonde » dit House d'un air dédaigneux

« Mais elle remplit le reste des critères ! » insista Wilson

« Quoi, tu peux juger son QI d'ici, toi ? » répliqua House

Wilson leva les yeux au ciel.

« Non, mais regarde ses amies, ce ne sont pas des avocats fêtant la victoire d'un procès »

« Alors, elle fait quoi d'après tes capacités à lire l'esprit des gens ? »

« Je pense qu'elle enseigne en maternelle. Ce qui serait parfait avec toi. »

House ignora l'insulte sous-entendue et observa à nouveau le groupe. Il remarqua pour la première fois que l'une d'entre elle portait un bandeau blanc auquel était attachée une bande de tulle. Une des filles s'esclaffa lorsqu'elle laissa un pénis à ressorts en plastique rebondir sur la table. Lorsqu'il tomba de la table, plusieurs d'entre elles semblèrent en danger de convulser vu le niveau d'hystérie que cela provoqua. La fille au cardigan sourit mais House décela un léger dédain dans son regard.

« Vas-y, va la voir et parle-lui » dit Wilson

« Nah, pas ce soir » répondit House en se calant dans sa chaise « C'était juste une idée »

House continua à les observer alors qu'une des femmes se penchait vers celle au cardigan et lui chuchotait quelque chose à l'oreille tout en le pointant du doigt. House soupira. L'intérêt que Wilson et lui-même avaient démontré n'était évidemment pas passé inaperçu.

« Qu'est-ce que tu as à y perdre ? » demanda Wilson

Etre rejeté encore une fois pensa House. Mais il haussa les épaules et se leva.


« Jen, cet homme là-bas arrête pas de te regarder » chuchota Sarah pas silencieusement du tout.

Jen soupira sans se donner la peine de lever les yeux. Evidemment qu'il ne la regardait pas. Ca ne lui arrivait pas à elle. Non pas qu'elle sortait souvent dans des endroits où il y avait de tels enjeux mais même… Elle aurait vraiment aimé que sa sœur ne lui ait pas forcé la main pour qu'elle vienne. Elle avait eu une dure journée et avait juste envie de rentrer chez elle. S'étaler sur le canapé pour regarder la télé. Mais Sarah lui avait sorti tout un discours sur le fait qu'elle passait sa vie sur le canapé depuis que Matt était parti et que si elle ne commençait pas à sortir à nouveau, elle deviendrait cette vieille dame avec ses chats dont tous les enfants du quartier ont peur. Jen n'aimait pas Claire, l'amie de Sarah et future mariée. Mais quelque chose dans ce que Sarah lui avait dépeint l'avait assez inquiétée pour qu'elle accepte de venir. Elle n'était pas habillée pour sortir mais elle était venue directement après le travail. Cela ne dérangeait ni Sarah, ni Claire ou les autres filles du groupe : elles travaillaient toutes dans une boutique de mode et portaient donc des vêtements issus des dernières collections. Le travail de Jen lui demandait de privilégier le côté pratique. Elle avait aussi quelques formes indésirables qui devaient être camouflées. Les goinfreries post-rupture amoureuse et le vin avaient eu leurs conséquences.

« Il vient par là ! » s'écria une des filles assez fort pour être entendue par la moitié du bar.

Jen rougit de plus belle, certaine qu'il ne venait pas la va voir à elle. Pas avec une demi-douzaine de jeunes femmes séduisantes autour d'elle. Mais elle sentait que, même si cela ne pouvait pas être possible, son regard était définitivement sur elle.

« Oh, Jen ! Il est handicapé ! Juste ton type ! » croassa Claire

Jen grinça des dents, Claire venait de tomber un peu plus dans son estime - si c'était encore possible. Elle espérait que qui que cet homme soit, il n'ait pas entendu ce qu'elle venait de dire.

« Mesdames, vous semblez passer une agréable soirée. »

L'homme s'adressa au groupe tout en gardant ses yeux sur Jen. Elle sourit nerveusement, son estomac se transformant en une nuée de papillons. Il n'était même pas si attirant que ça et il était probablement ivre, mais cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas apprécié d'être le centre d'attention d'un homme.

« Par contre vous semblez avoir besoin d'un verre. »

Jen réussit à lever le regard timidement vers lui. Elle nota qu'il était grand, qu'il avait les yeux bleus et que son adorable sourire révélait des rides au coin de ses yeux. Peut-être était-il plus charmant que ce qu'elle avait pensé au début.

« Mmmm… d'accord » dit-elle avec hésitation, son estomac se serrant à l'idée de ne trouver rien de plus intéressant à dire.

Elle était sûre que s'il avait posé la question à une des autres filles, elle aurait répondu quelque chose d'intelligent et sexy qui l'aurait fait rire.

« Qu'est-ce que vous buvez ? Cosmopolitan ? Japanese Slipper ? Tequila Sunrise ? »

House débita les noms des quelques cocktails pour filles affreusement sucrés qu'il connaissait. Maintenant qu'il était arrivé jusque là, il savait qu'il devait lui payer un verre, mais mince, la fille ne pouvait même pas rencontrer son regard et peinait à prononcer une parole ! Tout cela n'avait pas été une de ses meilleures idées. Elle avait un joli visage mais elle était si coincée et si rigide qu'on aurait dit qu'elle allait se briser en deux s'il essayait de la toucher.

« En fait, je préférerais un verre de vin rouge » dit Jen « Je veux dire, si ça vous va. »

Une des jeunes femmes à la table pouffa bruyamment et Jen était sûre que c'était un commentaire sur son incapacité à flirter. N'était-elle pas supposée lui demander un Sex On The Beach ou un Orgasm ou tout autre cocktail au nom ridicule, juste pour mettre l'affaire en route ? Oh, elle était si nulle à ça !

« Ce que vous voudrez » dit House, la voix pleine de surprise. « Je m'appelle Greg. »

Il fit passer sa canne dans sa main gauche et lui tendit la droite. Il nota qu'elle avait regardé son mouvement mais qu'elle n'avait eu aucune réaction à sa canne.

« Jen »

« Et bien Jen, je reviens dans un instant »

Il tourna les talons et se dirigea vers le bar.

« Ooooh on dirait que Jen aura quelqu'un dans son lit ce soir ! » dit Claire d'une voix chantante

« Ne sois pas stupide » marmonna Jen, embarrassée.

« Je l'ai trouvé gentil, un peu vieux mais gentil. » dit doucement Sarah à son oreille « Et puis, sœurette, c'est pas comme si tu avais à te marier avec lui. Pourquoi est-ce que tu ne te laisses pas un peu aller ? C'est juste pour un soir. Amuse-toi. Et si tu le trouves un tant soit peu attirant, et bien couche avec lui, nom de Dieu ! Tu vis comme une nonne depuis l'an dernier. Non, depuis plus longtemps. »

Jen n'avait pas besoin qu'on lui rappelle sa situation mais elle ne pensait pas pouvoir se laisser aller à ce point. Elle n'avait jamais eu d'aventure d'un soir de sa vie – elle était tout ce qu'il y a de plus monogame. Et rencontrer de nouvelles personnes avait toujours été difficile pour elle. Elle savait que c'était de se faute, qu'elle manquait de confiance mais elle pensait toujours à Groucho Marx qui disait qu'il ne voudrait pas faire partie d'un club qui accepterait de l'avoir pour membre. Elle ressentait la même chose : jamais elle ne pourrait être intéressée par une personne qui aurait de l'intérêt pour elle car les standards de cette personne ne pouvaient évidemment pas être très élevés.

Elle observa Greg alors qu'il s'approchait du bar et se penchait pour donner sa commande au barman. Elle réalisa soudain qu'il n'avait qu'une main de libre pour porter les boissons. Elle prit alors son sac et laissa les filles, se dirigeant vers lui. Elle tapa gentiment sur son épaule. House se retourna, surpris qu'elle l'ait suivit.

« Bonsoir Jen, quelle joie de vous voir ici » dit-il de sa voix la plus charmeuse mais il n'était pas sûr que cela valait le coup.

« Je, euh, je viens de réaliser que vous aurez besoin d'aide pour porter les verres » dit-elle d'une voix neutre.

House la regarda en fronçant les sourcils, cherchant la pitié dans ses yeux mais il n'en vit aucune. Il acquiesça simplement et se tourna vers le barman pour lui tendre sa monnaie. Il donna un verre de vin à Jen et montra le groupe.

« Vous voulez que l'on retourne avec elles ? » demanda t-il

« Euh, en fait, peut-être que l'on pourrait s'asseoir ailleurs ? Ca vous va ? » demanda t-elle à son tour d'une voix hésitante, les mots de sa sœur résonnant encore à ses oreilles.

Elle ne croyait pas être possible pour elle de ramener un étranger chez elle et de coucher avec lui, mais elle voulait qu'au moins, lorsqu'elle rentrerait et se coucherait seule, elle puisse se conforter à l'idée d'avoir fait un effort pour avoir eu au moins une conversation avec un homme dans un bar. Ca comptait, non ?

House était soulagé qu'elle propose d'aller s'asseoir. Autant il était douloureux pour lui de rester debout trop longtemps, autant il n'avait aucune envie de retourner dans ce bain de folie féminine. Surtout considérant qu'il s'agissait d'un enterrement de vie de jeune fille et que tout mâle était une proie.

« Mon ami est assis à la table là-bas mais il était sur le point de partir. On pourrait peut-être prendre sa place ? » il fit un signe de tête vers Wilson.

Jen sourit en approbation et House fut stupéfait de voir à quel point cela transformait son visage. Ses yeux chocolat étincelaient de vie.

House se dirigea vers la table et se glissa dans une chaise avec autant de grâce qu'il le pouvait.

« Jen, je vous présente Wilson. Wilson, je te présente Jen. »

Jen tendit sa main à Wilson, heurtant la table alors qu'elle essayait de s'asseoir. Leurs verres vacillèrent mais heureusement, aucun ne se renversa. Elle rougit alors qu'elle s'asseyait, gênée de sa maladresse.

« Vous pouvez m'appeler James » dit Wilson

Jen l'observa un peu mieux. En voilà un homme tout à fait charmant pensa t-elle. Cela ne présageait rien de bon. Elle était capable de parler avec Greg seulement parce qu'elle ne le trouvait pas si attirant que ça. A présent qu'elle était à table de quelqu'un de mignon, elle serait complètement muette.

« Alors Jen, que faites-vous dans la vie ? » demanda Wilson

« Je, euh, je travaille avec des enfants »

Les yeux de House s'écarquillèrent mais Jen ne s'en aperçut pas. Wilson l'ignora à part un coin de sa bouche qui se souleva légèrement. Il avait eu carrément raison.

« Dans une crèche ou quelque chose comme ça ? » s'enquit Wilson

« Quelque chose comme ça » répondit Jen, pas vraiment à l'écoute.

Elle prit une grande gorgée de son vin.

« En fait, Wilson allait partir, n'est-ce pas Wilson ? » dit House en accentuant bien les mots.

« Oh, je pourrais peut-être…Aïe ! » Wilson lâcha un grognement de douleur, un bleu en forme de canne se formant déjà sur son tibia.

Il se leva pour partir.

« Ravi de vous avoir rencontrée Jen…sois gentil House » dit-il en avertissement.

Maintenant que House était lancé et avait abordé la fille, Wilson n'était pas sûr que toute cette histoire soit une bonne idée. Elle semblait être gentille et douce et il frissonna à l'idée de ce que House pourrait lui faire subir.

« Pourquoi vous appelle t-il House ? » demanda Jen.

« C'est un surnom. Alors, vous êtes une proche de la mariée ? »

Jen lui lança un regard confus. La mariée ?

« Là-bas. La fille extrêmement ivre avec le tulle sur la tête. Elle m'a traité d'handicapé. »

« Oh non, je suis désolé que vous ayez eu à entendre ça ! Non, heureusement, je ne suis pas une proche. C'est la meilleure amie de ma sœur. Ma sœur, Sarah, est celle avec le haut rouge. »

House suivit son regard. Sa sœur était un sacré numéro – un peu trop de maquillage et des vêtements très révélateurs, peut-être un ou deux ans de moins que Jen. Lors d'une soirée ordinaire, elle aurait été celle que House aurait voulu charmer. Mais au nom de la science…

« Vous participez au mariage ? »

« Non, on m'a trainée ici de force ce soir. Je ne suis pas sûre de pourquoi je suis venue. »

Jen baissa le regard et prit son verre dans ses mains.

« Et bien, moi, je suis ravi que vous soyez venue. »

House lui offrit son sourire le plus authentique et le plus grand. Il fut particulièrement content de lui lorsqu'il vit ses joues s'empourprer. Ce n'était pas quelque chose que House voulait voir s'ébruiter mais il était en réalité capable d'utiliser sa répartie pour autre chose que le sarcasme.

Durant les vingt minutes qui suivirent, il courtisa, flatta et charma sa compagne de table. Ce ne fut pas une tâche facile mais il réussit finalement à la détendre, elle s'assit plus confortablement et desserra même sa prise autour de son verre. Elle riait et quelques mèches de ses cheveux s'étaient détachées, entourant son visage et affinant considérablement ses traits. Les doigts de House mourraient d'envie de libérer le reste de ses cheveux de l'élastique serré qui les retenait prisonniers et voir à quoi ils ressemblaient en cascade sur ses épaules.

« Un autre verre ? » demanda t-il

Il n'avait peut-être pas beaucoup d'aventures d'un soir mais cette fille valait peut-être le coup. Elle avait accepté sa canne sans broncher, peut-être que sa cicatrice ne la dérangerait pas non plus.

Jen sourit. Malgré elle, elle passait une bonne soirée.

« Oui, s'il vous plait »

« Ne vous dérangez pas. Je gère » dit-il en se levant.

Aussitôt que House eut quitté la table, Sarah se précipita et vint s'asseoir à côté de Jen.

« Alors, comment ça se passe ? » murmura t-elle avec des airs de conspiratrice.

« Il est gentil » admit Jen

« Il t'a embrassé ? »

Jen lui lança un regard sceptique.

« Bien sûr que non. On parle que depuis une demi-heure. Et puis de toute façon, il ne m'embrassera pas. »

« Oh, chérie, il faut que tu passes au-dessus de tout ça. Tu es très belle et tu mérites d'être embrassée. Assure-toi de le toucher quand il revient. »

« Hein ? »

« Je veux dire, aie quelques contacts avec lui. Pose ta main sur son bras, serre-toi contre lui ou touche ses doigts. Quelque chose comme ça. Ca lui montre que tu es intéressée. »

Jen leva les yeux au ciel aux paroles de sa jeune sœur.

« Merci Sarah, mais j'ai 35 ans. »

« Je sais. Mais tu étais en relation depuis tes 22 ans. Ca équivaut au milieu des années 90. Bien avant Sex And The City. Tu n'as aucune idée … ! »

« Génial Sarah, c'est juste ce dont j'avais besoin. » marmonna Jen, la joie qu'elle ressentait quelques minutes auparavant disparaissant aussitôt.

Sarah se pencha vers elle et défit les deux premiers boutons de son cardigan.

« Et défais tes cheveux quand tu vas aux toilettes » murmura t-elle, apercevant House qui revenait à la table.

Elle se leva d'un bond et repartit en courant juste avant que House n'arrive. Il ne put retenir un sourire à la vue du cardigan déboutonné.

« Votre sœur veut vraiment que vous vous envoyiez en l'air ce soir, hein ? » dit-il.

Jen tressaillit et détourna le regard. House retint sa respiration. Si tout ça avait été une partie de poker, il venait d'abattre ses cartes alors qu'il aurait du se coucher. Jen ne put s'empêcher de porter ses mains à son cou. Elle ne pouvait plus refermer les boutons maintenant qu'il avait remarqué mais elle se sentait plus exposée que jamais. Bien qu'il n'y ait toujours rien à la vue. House la regarda tripoter son cardigan, désolé de l'avoir mise mal à l'aise mais piqué de curiosité : pourquoi est-ce qu'un flirt du vendredi soir sans danger la rendait si nerveuse ? Comment Wilson avait dit ? Tu es attiré par les désordres psychologiques. Ouais, soupira t-il intérieurement. C'était à peu près ça. Des problèmes psychologiques assortis aux siens. Il se pencha par-dessus la table et saisit ses deux mains, les attirant vers lui et les immobilisant des siennes.

« Arrêtez. Je vous promets de ne pas profiter de vous juste parce que vous avez ouvert un bouton. »

Jen ne laissa échapper un rire. Elle réalisa aussi à quel point ça lui manquait d'être touchée. C'était si simple, il lui tenait juste les mains et pourtant elle pouvait sentir la connexion à travers son corps tout entier.

« Merci. Je suis désolée, je sais que je suis nerveuse et que je ne suis pas douée pour le flirt. Je ne suis pas la vierge de 35 ans ou quoi… »

Dieu merci se dit House intérieurement.

« …mais j'ai été retirée du marché pendant un moment. Alors tout ça est un peu nouveau pour moi et je suis encore en train de voir comment ça marche. »

Elle retira ses mains des siennes et prit une longue gorgée de vin.

« Ah, et bien, je suis sur le marché depuis longtemps et tout ça se fait un peu vieux et je suis fatigué de voir comment ça marche. » répondit-il, lui-même surpris par son honnêteté.

Jen remarque le nouveau ton qu'avait pris sa voix. Elle réalisa qu'il était sincère. Pour la première fois cette soirée, elle commença à penser à lui au lieu de penser à elle-même. Elle se demandait pourquoi il était « sur le marché » depuis si longtemps. Il n'était pas beau mais il n'était pas non plus hideux. Il avait beaucoup de charme et cela y faisait beaucoup. Etait-ce à cause de la canne ? Certaines femmes n'aimaient pas les « articles endommagés », était-ce pour ça qu'il était seul ? Dans le domaine d'activité de Jen, marcher avec une canne était le dernier des soucis des gens. D'ailleurs, elle la remarquait à peine. Comme Claire l'avait dit « juste son type ». Elle se pencha vers lui et toucha son avant-bras sans même réaliser qu'elle faisait ce que sa sœur lui avait conseillé de faire.

« Ca vous dirait d'aller ailleurs ? » demanda t-elle sans même réfléchir à ce que signifiait la question « C'est plutôt bruyant ici. Il y a un bar plus sympa, juste au coin de la rue. »

A suivre…


Voilà pour le premier chapitre... je sais, pour l'instant il ne se passe pas grand chose, mais soyez patients !

Ne partez pas sans donner votre avis ! :))