Bonjour ! Un grand merci pour toutes vos reviews ! La barre des 1000 dépassé ! WAHOU ! Merci Merci ! Aujourd'hui, c'est la fin. Et cette fois, c'est pour de vrai ! Merci beaucoup à vous toutes qui m'avaient laissées des reviews :

RioTousse, edwardbellaamour, une fille qui adore ta FF, , LuneBlanche, Grazie, ousna, CHERYL, Bellaandedwardamour, Joannie01, doudounord, Tinga Bella, tony-35, elo-didie, Elena, olivia59350, alia00, oliveronica cullen massen, Aliiice, PrincetonGirl818, titine, Crumberries, caladhiel idril, Delphine94, fifer, aline1320, Carlotaa, lizmarol, petitpain, Famous Marion, acoco, pierard85, mafrip, sophielac, nymphadora15, SoSweetySoCrazy, Iris, louisa, lapiaf8, Titeviolette, paulipopo, Aurelie-Leon, patoun, Cendrillon49, Emma-des-iles-974, phika17, didi, leti60, popo, bichou85, 2L d'R, helimoen, Emy-Lyne, Amandine, bebounette, Maru-chan8, coco-des-iles, lucie62170, chouchoumag, Titie, Althea, frimousse30, emichlo, titefred, Celestin, zahoua, Choupinettelapinette, Alie-yaoi, Charloon', dilyhoha, Inees, hp-drago, sarinette60, Angelik, emrokeuz, twilight-I-love-you, Triskelle sparrow, camryn48re, Liliex7, Brand0fHeroine, LyZbeTh-GeiSha, LyraParleOr, moinini, anna-cool, Bibi017, aussidagility, Harawa, Dadafan2ca, sev974, ayana, auredronya, schaeffer, bella-lili-rosecullensister, estelle, SorchaPalomaSalvatore95, Fo7, yuckie78, benassya, lyli13, tasia, twilight0507, appaloosa, mamoure21, TotallyLife, Audreii-x3, Nadalexx, Clairouille59, Lea, anais, surreyfr, aline, samantha, fan de twilight, cel, (),Butterflied75, Butterfly971, ImagineTwilight, Habswifes, Demetri'sWife, calimero59, angeoudemon50393, Krine69, MyriamSM, lyry et, blood-of-vampire, nana, vinie65, samy940, Jackye, AYANA, Lily-Rose-Bella, fan de twilight, lia3011, lyli13, Lydie's, brune59, samantha, spunk9, LittleFlowerDarkness, Lydie's, TeamExJ, char2lene, by me, mamoure21, mekissa27, Ronnie, sweetylucie, mimi la souris, Gaelle-51, allison, tacha vaillant, Mariotte, ML, philae89, Camila13015, Xukette, Anais, lagourmande45, alicia38, birginie, amlove, littlemissbelly, czarnyciemno, camila-13015, Mariotte, twlight-poison, KRT06, Clara03, Citronade, Momoi94220, lexy, Galswinthe, l, Aaah'xelle, effy rock cullen, petitelulu27, littleangelordevil93, IsabellaMasenCullen, caroline, CarinaLopes17, minicath, littlemissbelly,

Si j'ai oublié quelqu'un, dites le moi, ça n'est en aucun cas un oubli volontaire ! Il y a aussi les anonymes dans le lot ! Un grand merci à toutes vos alertes, vos favoris ! En bref, un grand MERCI ! J'espere que vous ne serez pas décu par cette fin !

LuneBlanche : Je suis contente que tu ais aimé ! Pour tout ce qui est projet après cette histoire, et peut etre une suite, j'en parlerais à la fin du chapitre ! Bisous, merci beaucoup pour ta review !

fan de twilight : J'ai coupé le dernier chapitre par manque de temps… Mais en tout cas, je ne déçois personne ! lol. Bonne semaine, Bises, merci beaucoup pour ta review !

aussidagility : Je confirme, il va en prendre plein la tete ! lol. Merci beaucoup pour ta review !

lagourmande45 : Voila l'accouchement ! Je suis contente que tu ais aimé ce chapitre ! Bisous, merci beaucoup pour ta review

twilight0507 : J'ai suivi ton idée ! Le saut dans le temps de cinq ans. Bisous, merci beaucoup pour ta review !

PrincetonGirl818 : Je suis contente que tu ais aimé ce chapitre ! Merci beaucoup pour ta review !


Bella POV.

- Tu veux aller marcher un peu dans le couloir ? Proposa Edward. Ça te fera du bien, et mon père dit que ça accélèrera le processus de dilatation.

- Si tu veux.

Il s'approcha de mon lit et m'aida à me lever. Il attrapa la perfusion qui pendait à mon bras, passa un bras autour de mes reins et me guida dans le couloir. J'avais des contractions toutes les 20 minutes, et j'attendais que ça se rapproche.

- Outch, je m'arrêtais et me cabrais brusquement.

- 18 minutes. Tes contractions se rapprochent, c'est une bonne nouvelle.

- Parle pour toi ! Oui, je suis d'assez mauvaise humeur en ce moment. Mais il comprenait. En tout cas, il avait intérêt. Je fis l'aller-retour du couloir et il m'aida à me rallonger sur mon lit absolument pas confortable.

- Arrête de te ronger les ongles, tu me stresse ! L'engueulai-je. Il posa sa main sur la cuisse et attendit, avec le tic-tac stressant de l'horloge en bruit de fond. Il avait prévenu mon père et sa mère de notre arrivée à l'hôpital. Ils devraient arriver dans peu de temps.

- Bonjour les jeunes ! Mon beau-père était d'une excellente humeur, peut être car il allait être grand-père pour la quatrième fois en moins de trois ans. Oui, quatre fois. Alice et Jasper ont eu des jumeaux. Ma gynécologue suivit le médecin et nous serra la main. Elle mit un drap vert sur mes jambes et alla vérifier ma dilatation.

- Un centimètre ! Ça va être encore long ! Il faut que la dilatation atteigne dix centimètres, et tout sera bon. A neuf, on vous posera la péridurale. Combien entre les contractions ?

- 18 minutes, répondit mon mari.

- J'espère que tu vas pas faire vivre à Bella ce que tu as fait vivre à ta mère !

- Il lui a fait vivre quoi ? Demandai-je, histoire de me changer les idées.

- Un enfer de 23 heures ! Ma belle-mère me fit sursauter. Ma chérie, comment tu te sens ? Demanda-t-elle.

- Ca va pour le moment. Un enfer de 23 heures ? Demandai-je.

- Il voulait pas sortir, répondis ma gynéco. Je m'en rappelle, on avait tout essayé, mais rien à faire. Il voulait rester dans le ventre de sa mère. C'est un des plus longs accouchements de ma vie.

- C'était si horrible que ça ?

- 23 heures de travail, avec des contractions qui se rapprochaient très lentement… C'est pour ça que j'ai décidé que nous n'aurions pas d'autres enfants après Edward. J'imaginais la douleur que cela devait engendrer.

- Chérie, tu la stresses plus qu'autre chose ! J'avais totalement oublié le moniteur cardiaque que j'avais sur la poitrine. Je tournais rouge car tout le monde avait entendu mon angoisse. Edward se rapprocha de moi et caressa ma joue tendrement.

- Je te garantis que si je vis un enfer de 23 heures, je t'égorge à mains nus, c'est clair ! Tout le monde rigola autour de moi.

- On reconnait bien la mauvaise humeur de la future mère. T'en fais pas fiston, tu vas avoir droit à tous les noms d'oiseau en salle d'accouchement. Il tapa l'épaule de son fils.

- Du genre ? Demanda-t-il.

- C'est graduel. Pour toi, je me rappelle, j'avais eu droit à : pauvre... qui n'utilise jamais son cerveau, je te jure que je vais te tuer quand j'aurais terminé d'accoucher, tu as intérêt à assurer les biberons de nuit sinon je te trucide… Bref, que des mots doux et des gentillesses. Une nouvelle contraction me fit légèrement crier. Toujours 18 minutes.

- Et pour Emmett et Alice, arrivai-je à demander.

- Comme une lettre à la poste ! répondit mon beau père. Je la conduis à l'hôpital, on la descend directement en salle d'accouchement. Total, 40 minutes. 10 minutes de trajet et la demi-heure d'accouchement.

- Et pour Alice, j'avais attendu deux heures avant de descendre. Ya juste lui qui m'a fait vivre un enfer ! Elle ébouriffa les cheveux de son fils. Renéesmée est sorti par césarienne.

-Eh, j'y suis pour rien ! Se défendit l'intéressé. Bella, tu veux marcher ? Demanda-t-il.

- Ouais. Ma famille m'aida à me relever et Edward m'entraina dans le couloir. J'en peux plus, j'en peux vraiment plus ! Et il n'est que neuf heures du matin.

A notre retour, Charlie et Kate était dans la chambre avec des cafés pour la famille et un chocolat pour moi. Mes contractions arrivaient maintenant au bout de 17 minutes. Allez Emily, tu veux pas faire plaisir à toute la famille en pointant le bout de ton nez ?

A midi, mes parents m'abandonnèrent pour aller manger à la cafeteria de l'hôpital. Une infirmière nous apporta un plateau repas pour moi et mon mari. Je profitais de ce moment de calme et tranquillité pour me reposer.

- Edward ? Mon chéri releva la tête vers moi. Sache que, durant les prochaines heures, si je t'insulte, ça ne sera pas contre toi, mais contre la douleur.

- Je sais ma puce. Je ne t'en voudrais pas. Il embrassa mon front quand une nouvelle contraction arriva.

- Courage ma chérie. Toutes les 15 minutes. Je fis de la place dans mon lit d'hôpital pour me blottir dans son étreinte.

- Allez Emily, tu veux pas venir faire la connaissance de ton père ? De tes grands parents ? Je savais que lui parler ne servait à rien, mais j'en avais envie. Ma gynéco passa une nouvelle fois pour m'annoncer que j'étais maintenant dilaté à 5 centimètres. J'étais encore bonne pour attendre tout l'après-midi. Edward m'emmena dans le couloir, je le connaissais par cœur à force d'en faire des allers retours.

Vers deux heures de l'après-midi, je décidais d'essayer de dormir, pour avoir plus de forces pour l'accouchement. Je me réveillais trois heures plus tard sous les rires de mon père. Personne n'avait remarqué mon réveil.

- Je me rappelle quand elle me broyait le bras ! Si Bella a hérité de la force de sa mère, tu vas avoir le bras brulé au bout de cinq minutes. Je me retournais vers Edward, blanc comme un linge. Je suppose que mon père prend beaucoup de plaisir à raconter l'accouchement de ma mère.

- Ah oui je m'en rappelle ! J'étais interne en chirurgie quand ta femme a accouché. Je m'étais engueulé avec mon titulaire et, pour se venger, il m'a foutu en gynécologie pour la journée. On essayait d'avoir notre troisième. Je me rappelle ta tête quand elle te broyait le bras !

- Euh, je ne veux pas vous inquiéter mais Bella est réveillé ! remarqua Kate. Edward accouru dans la seconde, en me demandant comment je me sentais. Carlisle appela la gynéco et sortit car un de ses internes dont il avait la responsabilité venait de faire une boulette.

Le sommeil avait ralenti le processus, néanmoins, j'avais gagné trois centimètres. Encore deux, et c'était bon. Edward descendit boire son cinquième café de la journée, et mes deux belles-mères m'aidèrent à marcher dans le couloir. J'avais des contractions au bout de sept minutes. Je ne les avais pas sentis durant mon sommeil.

- Tu peux nous dire si nous allons avoir une fille ou un garçon, essaya une nouvelle fois Esmée, pour me changer les idées.

- Non. On garde la surprise jusqu'au bout. Elles me ramenèrent dans la chambre car mes contractions étaient plus rapprochés et douloureuses. Edward me tendit sa main pour que je puisse supporter la douleur. C'était maintenant le plus difficile, les derniers centimètres étaient les plus longs à venir. Je m'accrochais tant bien que mal à sa main.

- Courage ma chérie, tu as été merveilleuse depuis ce matin. Je sais que tu peux encore le faire.

- C'est pas toi qui souffre le martyr, fous moi la paix ! L'ambiance joyeuse de cet après-midi était fini, tout le monde comprenait ma souffrance et la supportait avec moi.

A 20 heures, on me posa la péridurale. Cela n'effaçait pas encore la douleur des contractions, mais elle me soulageait grandement.

A 21 heures trente, on me descendit enfin en salle d'accouchement. Edward ne tremblait pas, et je ne pouvais que l'en remercier. Son calme aidait à me détendre. Mes contractions étaient toutes les minutes, et je devais me retenir de pousser pour ne pas faire mon bébé dans l'ascenseur.

La petite salle était glauque au possible. J'essayais de ne pas penser à ça mais au fait que, dans très peu de temps, j'aurais ma fille contre moi.

Edward POV

Allez mon gars, maintenant, soit un homme et prend tes responsabilités ! Comme dit mon père : on est pas un homme quand on a pas supporté l'accouchement !

- Bella, quand je vais te le dire, tu vas pousser de toutes tes forces ! La voix du médecin était étouffée à cause du masque.

- Va-y ! Elle poussa de tout ce qu'elle pouvait, à l'aide de ses reins. Elle se releva sur le siège en prenant appui sur mon bras, qui était déjà au supplice.

- Bien. Tu vas devoir refaire la même chose plusieurs fois.

- QUOI ! Non… je… je pourrais pas !

- Il va falloir Bella, pour ta fille ! Le chantage affectif du médecin était absolument dégoutant.

- Bella, courage, tu peux le faire. Je suis avec toi.

- Poussez !

Ses ongles se plantèrent dans mon bras et je dus mordre mon autre main pour ne pas hurler. C'était elle qui souffrait et poussait, et c'est moi qui hurle ! Elle retomba sur le dossier du matelas, le visage couvert de transpiration. J'attrapais un linge humide qu'une infirmière me tendit. J'essuyais son visage et son cou, ce qui la soulage.

- Est-ce-que je… je peux… crier ? Demanda-t-elle.

- Si ça vous fait du bien, oui. Allez-y. Poussez !

- AhhAHHHHH ! Je n'osais regarder mon bras, qui devait ressembler maintenant à un amas de chair sanguinolente. Mais rien d'autre ne comptait que le cri de souffrance de ma femme. L'entendre crier me déchirait les entrailles. Je n'osais rien dire car, vu son visage, elle allait me trucider à main nu à la prochaine contraction.

- Je vois la tête ! Encore deux poussées et vous tiendrez votre fille contre vous.

- Edward, je te promets que si tu veux un autre enfant, tu te démerdes pour le porter et l'accoucher !

- Peux pas ma chérie, j'ai pas des ovaires mais

- POUSSEZ !

- AaaaaRHHHHHHH !

- La tête et le cou sont sortis !

- Si tu as des testicules et que tu veux des ovaires, je t'arrange ça, ya un très bon hachoir à la maison ! J'eus du mal à déglutir. Je compris maintenant l'enfer que mon père à dut vivre.

- Un dernier effort Bella. Poussez ! Elle attrapa ma main et j'entendis chaque phalange craquer sous la poigne de ma femme. Mais je n'entendis plus rien que le petit cri discret d'un bébé venant au monde et ne sachant pas quoi faire.

- Ca y est Bella, tout est fini. Elle est sortie. Les larmes de joie coulèrent le long de nos joues. J'suis papa ! Ca y est ! JE SUIS PAPA ! Pour la première fois, je suis papa ! Bella aussi pleurait, de joie et aussi de soulagement, car toute la souffrance enduré depuis douze heures est fini. Une sage-femme posa notre fille sur la poitrine de ma femme. Je pouvais voir une touffe de cheveux bruns autour de ce crane. Elle était toute petite, avec de minuscules pieds…

- Bienvenue Emily, annonça ma femme. Il est quel heure ? Demanda-t-elle

- Elle est né le 13 juin à 22 heures 06.

- Encore un 13.

Elle posa sa petite main sur le sein de ma compagne, cherchant sa peau tranquillement. Une autre infirmière la récupéra et je la suivis pour la nettoyer et faire toutes les mesures nécessaires. 47 centimètres et 2,879 kilos. On lui mit un petit bracelet avec écrit Emily Cullen. Je pus la prendre contre moi pour la première fois. Elle était toute légère, et elle ressemblait beaucoup à Bella. Les cheveux bruns, le petit nez retroussé. Elle tenait aussi des Cullen. Je constatais qu'elle une petite tache brune sous l'œil droit. La même que moi. Elle me regardait de ses grands yeux bleus, curieuse de savoir où elle était. Je la ramenais vers ma femme, qui attendait patiemment dans la salle.

- Elle est magnifique, dit-elle simplement quand je la déposais sur sa poitrine. Elle caressa la peau qui s'étendait sous elle, regardant les grands yeux bruns de ma femme.

- Excuse-moi tout à l'heure pour ma tirade sur les testicules et les ovaires. Mais j'avais vraiment…

- Ne t'excuse pas. Tu souffrais et j'ai bien compris cela. Mais sincèrement, si c'était à refaire, d'avoir un enfant, je le referais sans hésiter.

- Ouais ben attend un peu. Je veux profiter d'Emily avant d'en avoir un autre. Je m'amusais avec sa main durant les deux heures, où nous fîmes connaissance avec elle. Jusqu'à ce qu'une infirmière nous sorte de notre petite bulle d'amour.

- Nous allons vous ramener dans votre chambre avec Emily, pour prendre le premier biberon. Vous avez un grand comité d'accueil dans le couloir !

Elle poussa le lit de ma femme et récupérais Emily contre moi, pour la porter un peu, sentir sa douce peau et regarder sa petite frimousse. Je restais un peu en retrait, je regardais tous ses besoins.

- Leah, on peut parler aux nouveaux parents ? Demanda mon père.

- Cinq minutes, pas plus.

- Comment tu te sens ? Demanda Charlie avec Kate et ma mère. Mon père attrapa son dossier médical accroché à son lit. Il en conclu que tout c'était passé sans encombre.

- On va vous présenter le nouveau membre de la famille ! Annonça Bella. Voici Emily Cullen.

Je m'approchais d'eux avec la petite dans les bras. Je pus voir Charlie essuyer discrètement une larme le long de sa joue.

- Vous avez fait du bon boulot les gosses ! Chapeau. Je ne pus m'empêcher de sourire devant le compliment. Elle regardait tous ses nouveaux visages autour d'elle, sans comprendre.

- Regarde Emily, ce sont tes grands-parents. Elle tourna la tête et, perdu, elle chuina dans mes bras.

- La petite doit avoir faim. On repassera la voir demain matin. En tout cas, félicitations. Ma mère me caressa le bras et embrassa le front de Bella. Son père la serra contre elle et nous rejoignîmes la chambre rapidement. J'essuyais les larmes de la petite avec ma blouse et la rendis à ma femme pour la nourrir.

Elle buvait docilement sa nourriture, tétant lentement en regardant ma femme. Elle me la tendit pour que je termine de lui donner le biberon. Heureux était le seul mot qui pouvait convenir à mon état actuellement.

Nous rentrâmes à la maison une semaine après sa naissance. Et comme tous nouveaux parents, nous étions angoissés au-delà du possible. Je la déposais dans son lit et retournais au salon avec ma femme. Mais nous ne pouvions pas nous lasser de la regarder. Charlie était venu nous voir tous les jours à l'hôpital et avait pris des centaines de clichés de la petite. Il en était fier comme un paon de sa fieulle et de sa petite-fille. Kate nous avait dit qu'il en parlait tout le temps au commissariat ! Nous nous étions arrangés pour les biberons. Bella faisait la journée, et moi, je faisais la nuit. Pour qu'elle puisse se reposer.

Le 21, huit jours après sa naissance, le jour de mon anniversaire, elle m'avait fait le plus beau cadeau du monde. A quatre heures du matin, pour son biberon, elle avait caressé ma joue et elle m'avait souri. J'en avais pleuré de bonheur d'avoir eu droit à cette exclusivité.

Cinq ans plus tard.

Bella POV

- Maman ! Maman ! Tiens !

- Emily, ne cours pas ! Tu vas te faire mal !

- Mais il va avoir faim !

Elle grimpait sur le canapé à côté de moi et me tendis le biberon de son petit frère. Il était né il y a 15 jours, et beaucoup plus rapidement qu'Emily. J'ai perdu les eaux à 21 heures. Nous amenâmes ma fille chez mon père à 21h04. Et à 22 heures 54, je tenais mon fils contre moi. Gaëtan Cullen.

- Tu veux que ce soit qui qui lui donne le biberon ? Demandai-je à ma fille.

- Papa commence, toi tu continues, et moi, je finis !

- Si tu veux. Tu vas le chercher dans la cuisine ?

Nous avions choisi d'avoir un enfant après mure réflexions. Et nous l'avions conçu en pleine nature. Sans blague !

Flashback.

- Edward, murmurai-je dans la tente.

- Quoi ? Répondit-il, sur le même ton.

- J'ai envie.

- Envie de ?

- Toi.

- Maintenant ? Au milieu de 75 gosses, en plein milieu de la forêt de La Push ?

Les deux écoles primaires de Forks et Port Angeles avaient décidés de faire une grande sortie en pleine nature, pour initier les enfants aux coutumes indiennes. Edward devait encadrer la sortie avec ses élèves, et ils avaient eus besoin de parents encadrants. Emily étant à l'école de Port Angeles, j'avais accepté de m'inscrire. Nous devions faire une nuit de garde chacun. Nous avions fait la notre hier, donc, nous avions le droit de dormir, un peu à l'écart des enfants.

- Ouais. Tu sais en plus que je fantasme sur le fait de le faire en pleine nature. Allez, ste plait ! J'essayais la technique de ma fille qu'elle avait découverte quand elle voulait des bonbons : yeux baisées, lèvres qui tremblent.

- Si tu as des fourmis partout, tu viendras pas te plaindre !

Fin flashback

Trois semaines plus tard : Bingo, les nausées !

Nous avions tout prévu pour faire passer la pilule à Emily. On avait anticipés toutes les réactions : crises de larmes, de jalousie, d'hystérie… On avait juste pas prévu la crise de joie. Elle avait juste demandé à garder sa chambre. Elle s'impliquait beaucoup avec son frère. Elle le surveillait tout le temps, prévoyant tous ses besoins. Elle lui avait même donné sa première peluche. Cette fois, notre fils tenait beaucoup d'Edward. Une grande touffe rousse sur le crane, des yeux tirant déjà sur le vert, et la forme du visage. En voyant des photos d'Edward bébé, c'était sa copie conforme.

- J'arrive, Super papa va donner le bib' ! Edward courrait avec Emily sur son dos qui riait follement. Il s'assit sur le canapé, prit son fils et son biberon. Il était un papa fou de bonheur, tous les jours.

- Arrête, c'est le tour de maman ! Elle frappa la main de son père.

- Emily ! On frappe pas son papa ! Il pouvait être un super papa, mais si il devait sévir, il n'hésitait pas ! Sa nature d'instituteur.

- Désolé. Elle embrassa la joue de son père. Il en profita pour me donner Gaëtan et je lui donnais le reste du biberon. Je m'arrêtais pour qu'il reste un fond de lait.

- A moi ! A moi !

- Tu mets tes bras comme maman t'as montré. Comme ça ! Edward l'aidait un peu. Je déposais délicatement son frère dans les bras. Mon mari, de l'autre côté, maintenait la tête alors que, timidement, elle mettait la tétine dans la bouche de son frère.

- Fini ! On va rendre Gaëtan à maman pour qu'il puisse faire son rot !

- C'est dégoutant les garçons ! Ils font que roter !

- Emily, toi aussi tu rotais quand on te donnait ton biberon !

- Non ! Moi, je suis une fille ! Je suis une princesse, donc je suis propre ! Papa et Gaten sont des garçons, donc, ils sont caca ! Je ne pus m'empêcher de rire, jusqu'à ce que je sente du liquide couler le long de mon épaule.

- Voilà ! Il est caca ! Il a vomi sur maman !

Edward attrapa un bavoir pour essuyer le lait qu'il avait régurgité. Il emmena Emily faire sa sieste, elle n'en faisait plus depuis longtemps, mais mon père l'avait levé très tôt ce matin pour l'emmener à la pêche. Elle adorait ça ! Ça doit sauter une génération… J'allais changer la couche du petit dernier, et allais le poser dans le lit de notre chambre. Je branchais le baby-phone et m'allongeais sur le canapé. Je contemplais toutes les photos au-dessus de la télé. Edward donnant le biberon à Emily a quatre heures du matin, avec un grand sourire. Le jour où elle est sortie de la maternité, le jour où elle a dit son premier mot, le jour où elle a fait ses premiers pas, le jour de son baptême, et le bracelet qu'on lui avait mis au poignet quand elle était sortie de mon ventre. Et le reste était des cadres qui attendaient de recueillir les souvenirs de Gaëtan.

- Nostalgique ma chérie ? Demanda Edward en se glissant derrière moi.

- Non, heureuse d'avoir des enfants parfaits, une maison parfaite, et un mari et père parfait pour moi et mes enfants ! Je suis dans mon monde de bisounours !

- Tu as oublié l'essentiel : une femme parfaite et une mère parfaite. Je me relevais pour embrasser longuement mon mari. On va peut-être attendre avant de mettre le troisième enfant en route !


Voilà ! C'est la fin… Je suis contente d'avoir partagé cette histoire avec vous ! Pour parler de chose plus joyeuse, j'ai plusieurs projets : J'ai lancé un sondage sur mon profil, pour savoir quel Edward vous préfériez. L'Edward prude a été choisi par beaucoup d'entre vous ! J'ai écrit le 1er chapitre d'une nouvelle histoire. Je peux vous en envoyer un extrait si vous le voulez. Je ne pense pas la publier avant mi-juillet, histoire d'avoir de l'avance.

Je vais aussi écrire une 'suite' à cette histoire. Je crois que c'était fan de twilight qui m'avait proposé l'idée. Je reprendrais le même contexte, mais ça sera l'histoire d'Alice et Jasper, avec Maria etc… Edward sera là, quant à Bella… Je ne sais pas si elle apparaitra dans l'histoire. Idem, je ne pense pas la poster tout de suite, je ne l'ai pas commencé.

Je mettrais des infos sur Twitter de toute façon !

Voilà, j'espère vous retrouvez bientôt, sur une autre histoire peut être…

Donnez-moi votre avis sur ce dernier chapitre !

ROBisous !

PS. Désolé si l'accouchement n'était pas réaliste