Harry Potter et la mémoire du dragon

Rating : M

Pairing : HPDM (progressif)

Disclaimer : Les personnages, les lieux ne sont pas à moi... et pourtant c'était pas faute d'essayer de convaincre J.K Rowling de me les laisser...

Note : les noms des lieux et de certains personnages sont dans leurs versions originales... désolée pour ceux que ça gêne... mais je trouve absolument horrible les noms comme Rogue... ou Drago.

Note 2 : J'essaye un maximum d'être cohérente avec les livres (d'ailleurs pour les dialogues et quelques descriptions je dois avoir le bouquin à côté pour ne pas déformer certaines choses), mais je vous prie de m'excuser d'avances si je ne l'étais pas ! (même si je pense être d'un niveau acceptable de ce niveau là )... Voilà ^^

Enjoy !


LIVRE PREMIER : Draco Malfoy and the philosopher's Stone

Chapitre 4 : la pierre philosophale & dispute

BAM !

Le bruit de Longbottom plaqué contre le mur par Crabbe et Goyle, content de pouvoir enfin martyriser un Gryffindor, résonnait dans tout le couloir.

« Et bah alors Longbottom, on se promène seul dans les couloirs ? » railla Draco, un sourire satisfait aux lèvres. « Tu n'as pas peur de te faire attaquer ? »

« M-Malfoy » dit difficilement Longbottom, étranglé par la poigne impressionnante de Goyle.

« Magnifique Longbottom, ton petit cerveau arrive au moins à reconnaître qui je suis » dit le blond moqueur.

Les deux gardes du corps rigolèrent.

«Bien sûr comme si vous saviez ce que c'est d'avoir un cerveau ! »

« Bien, bien… maintenant parlons affaires… Crabbe, Goyle, lâchez-le » ordonna froidement Draco.

« Mais Draco – » commença Crabbe.

« C'est Malfoy, pour toi ! Et on ne discute pas ! Dépêchez vous, j'ai d'autres Gryffis à fouetter ! »

Les deux imbéciles libérèrent Longbottom, qui put enfin respirer correctement, à contre cœur et se décalèrent pour laisser la place au blond, qui menaça le Gryffindor avec sa baguette.

« Avance » ordonna-t-il.

Longbottom s'exécuta et après une demi-minute de marche, ils s'engouffrèrent dans une salle de classe vide. Les deux balourds reçurent l'ordre de rester derrière la porte pour surveiller les allées et venues, ce qu'ils firent sans rechigner, après tout ils ne comprenaient jamais rien à ce que racontait Draco.

Dans la salle de classe, Draco verrouilla la porte et ordonna au Gryffindor de se placer au fond de la classe loin des oreilles indiscrètes. Ceci fait, il put enfin se détendre… enfin aussi détendu que ce qu'un Malfoy pouvait se le permettre en public… C'est-à-dire un léger relâchement des épaules… Il s'assit alors tranquillement sur une des chaises et observa le rouge et or, qui manifestement était très effrayé par lui… bien c'était un bon point.

« Assis-toi, Longbottom je ne vais pas te manger »

Vu le regard qu'il lui lançait, Longbottom semblait en doutait, mais il s'exécuta quand même, plus que méfiant.

Draco dut faire appel à toute son éducation Malfoyenne pour ne pas lever les yeux au ciel ! C'était vrai quoi ! Qu'est-ce que les rouges et ors étaient exaspérants ! Ce n'était pas parce que Draco était un Slytherin qui terrifiait presque tous les autres élèves de première année, qui venait de l'intercepter, l'attaquer et de le forcer à le suivre dans une salle vide –sans baguette- pour pouvoir le menacer tranquillement que le blond devait immédiatement être une menace pour lui ! Bon à bien y penser c'était peut-être normal comme réaction…

« Je te propose un marché, Longbottom » dit calmement Draco en le scrutant.

« Un marché ? » demanda le rouge et or, mal à l'aise à cause du regard du Slytherin.

« Exactement » continua Draco, « Je veux que – disons dans une demi-heure – tu entres dans ta salle commune et que tu donnes ceci à Potter. »

Il montra une carte de chocogrenouille.

« Tu plaisantes, Malfoy ? » s'exclama Longbottom qui manifestement ne s'attendait pas du tout à ça.

« Ais-je l'air de plaisanter ? » demanda le blond d'un ton plus que menaçant. Le brun déglutit difficilement et finalement secoua la tête. « Bien. Tu te rends bien compte que tu ne rentreras pas normalement dans la salle commune et ne te contenteras pas de donner ce fichu truc à Potter. »

Devant le regard étonné de Longbottom, Draco soupira. « J'aurais dû en choisir un plus intelligent ! Quoique c'est dur d'en trouver chez les Gryffis… sauf peut-être Granger… »

« Tu crois vraiment que cela va paraître naturel que tout à coup tu rentre et donne ça à Potter ? Et ne répond pas c'est une question rhétorique ! » ajouta le Slytherin en le voyant ouvrir la bouche pour répondre. « Donc… tu vas suivre mon plan… et si cela échoue… tu ne vivras pas assez longtemps pour voir la mine déconfite de tes compagnons, est-ce clair ? »

Longbottom hocha de la tête, intimidé.

« D'abord… Je te lancerais un maléfice de bloque-jambe… tu sais ce que c'est ? (nouveau hochement de tête) Bien. Et quand je te le dirais tu sauteras et atterrira face la première sur le sol de ta salle commune… Ca te fera peut-être légèrement mal, mais ce n'est pas grave tu y survivras… Granger connait forcément le contre-sort et te libéra… Là Potter, son sens de l'honneur et sa curiosité arriveront et te poseront des questions… ou alors ça sera Granger… peu importe, au moins un des deux te demandera ce qui t'es arrivé. Et là tu feras ton gentil petit Gryffindor et tu me dénonceras… tu sais quelque chose comme quoi on s'est croisé devant la bibliothèque et que je devais m'entraîner pour lancer ce mauvais sort… tu as compris ? »

Le Gryffindor acquiesça et demanda timidement : « Tu as dis que c'était un marché… j-je gagne quoi en échange ? »

Draco sourit. Finalement ce Gryffindor n'était peut-être pas si idiot que ça.

« En dehors du fait que cela aidera énormément tes amis…il se pourrait que durant –euh – deux semaines, tes potions soient miraculeusement mieux réussies que d'habitude. »

« Et ça te rapporte quoi, de faire ça ? » demanda Longbottom méfiant.

« Ca… ça ne te regarde pas » trancha Draco. « Tu fais ce qui t'est demandé et ne pose pas de question… ah oui et surtout interdiction de parler de ce marché à qui que ce soit. »

Longbottom opina de la tête.

« Parfait…maintenant écoute le reste du plan. »

~HPDM~

«Je peux savoir pourquoi tu fais des magouilles avec mes amis ? » demanda Harry.

« Non. » répondit Draco, d'un ton sec.

« Bah de toute façon je le saurais assez tôt… n'est-ce pas ? » dit Harry moqueur… « Et si je comprends bien c'est grâce à toi que l'on –enfin que Hermione- a trouvé pour la pierre… intéressant. »

« Potter. »

« Oui ? » demanda-t-il d'un ton innocent.

« La ferme. »

« Quoi… j'ai bien le droit de t'embêter un p'tit peu, non ? Ce n'est pas comme si tu n'avais fait que des magouilles avec mes potes pour me sortir de la merde durant les six dernières années… »

~Silence~

« NON ? Tu rigoles ? » s'exclama Harry, choqué.

« Je crois t'avoir demandé de la fermer » grinça Draco, agacé.

~HPDM~

Après la fin de l'explication du plan, Draco se leva et tendit l'oreille pour vérifier si ses deux 'amis ' étaient toujours là… manifestement oui.

« Et comment on fait pour ces deux là ? »demanda Longbottom, « ils ne sont pas au courant, je crois »

« Exact… mais comme tout Slytherin qui se respecte, j'avais déjà prévu ça ! » grinça Draco entre ses dents, agacé.

Quelques minutes plus tard, des voix retentirent de l'autre côté de la porte, et Draco sourit, Blaise et Pansy venaient d'arriver. Et comme prévu, les nouveaux venus réussirent à éloigner les deux balourds, sans paraître suspect.

Le chemin jusque devant la salle commune se fit dans un silence tendu et alors qu'ils arrivèrent, Draco jeta un coup d'œil moqueur au tableau-porte. Décidemment ces Gryffindors n'avaient aucun sens de l'esthétisme…

« Bon tu es prêt Longbottom ? » demanda Draco.

Le rouge et or hocha de la tête et se prépara mentalement à recevoir le maléfice, ce qui arriva moins de deux secondes plus tard. Il sentit ses jambes se serrés et tomba à la renverse. Il aurait fait une chute douloureuse si Draco ne l'avait pas retenu – avec son pied – mais bon, il l'avait empêché de se ramasser c'était déjà ça.

Longbottom marmonna le mot de passe à la Fat Lady (la grosse Dame) et déboula tant bien que mal dans la salle commune. Draco fit alors un geste très peu Malfoyen, mais ce n'était pas grave puisque ni son père n'était pas là, il plaqua son oreille contre le tableau, qui au début commençait à l'insulter mais après un regard menaçant de Draco, le Fat Lady se tut.

A l'intérieur de la salle commune la première moitié du plan avait été réalisé avec succès.

« Je sais bien que je ne suis pas assez courageux pour être à Gryffindor, Malfoy me l'a déjà dit » sanglota Longbottom.

« Ce n'était pas prévu ça… mais bon ce n'est pas plus mal »

« Tu vaux douze fois mieux que Malfoy » dit Potter, « C'est le Choixpeau magique qui a décidé de t'envoyer à Gryffindor, non ? Et Malfoy, où est-il, lui ? Chez ces horrible Slytherin ! »

«Quelle logique… Vraiment magnifique, Potter ! Tu iras TRES loin avec ce genre de raisonnement idiot ! pensa Draco en levant les yeux au ciel.

« Merci Harry » dit Longbottom. Je crois que je vais aller me coucher… Tu veux la carte du Choco ? Tu en fais collection, je crois ? »

« C'est encore Dumbledore » dit Potter. « J'étais déjà tombé sur lui la première fois… »

Il poussa alors une exclamation : « Je l'ai trouvé, j'ai trouvé Flamel ! Je vous l'avais dit que j'avais déjà vu son nom quelque part. Je l'ai lu dans le train qui nous a amenés ici. Ecoutez ça : Dumbledore s'est notamment rendu célèbre en écrasant en 1945 le mage Grindelwald, de sinistre mémoire. Il travailla en étroite collaboration avec l'alchimiste Nicolas Flamel et on lui doit la découverte des propriétés du sang de dragon !»

« Attendez-moi ici » s'exclama Granger.

Draco sourit satisfait, son plan marchait comme prévu… et le trio connaîtra l'existence de la pierre philosophale… c'était parfait.

~HPDM ~

Le souvenir changea et Draco se trouvait adossé contre la porte d'une salle de classe une expression furieuse sur le visage. Ce souvenir se passait après le match de Quidditch arbitré par Severus… et par extension la victoire de Potter. Draco grinça des dents, il n'avait pas vu la fin du match à cause de ce foutu Weasley qui lui avait fait un œil au beurre noir de surcroît !

Heureusement, Pomfrey lui avait rapidement soigné ça, et sitôt sorti de l'infirmerie il tomba sur un trio se faufilant à toute vitesse dans une salle de classe, qui devait certainement être vide vu l'heure tardive. De quoi éveiller la curiosité de n'importe qui, surtout quand le n'importe qui se nommait Draco Malfoy. Alors évidemment il l'ait avait suivi… et fatalement il s'était encore retrouver à écouter au porte. C'était quelque chose qui arrivait un peu trop souvent ces derniers temps à son goût, il devrait absolument trouver quelque chose pour y remédier… Mais pour le moment il était concentré sur le récit de Potter, à propos d'une balade anodine sur son balai au dessus de la forêt interdite, comme si c'était parfaitement normal... « Mais quel idiot ! »

« QUOI ? » hurla Granger, « Mais tu es complètement fou ou quoi ? »

«Non, merci je me sens très sain d'esprit… » répliqua Potter agacé, « et si tu pouvais éviter de crier ça m'arrangerait, ta douce voix a du raisonner jusqu'à la tour d'astronomie ! »

« Harry. » menaça Granger, mais baissant quand même d'un ton.

« Oui, bon d'accord… en fait si je volais au dessus de la forêt c'est parce que je suivais Snape – et attends Hermione laisse-moi finir ! » ajouta Potter, voyant manifestement que Granger allait répliquer, « Après le match de Quidditch, j'ai vu que Snape marchait de façon très suspecte vers la forêt interdite… alors j'ai pas réfléchi, je suis monté sur mon balai et je l'ai suivi… Il devait en fait retrouver quelqu'un… devinez qui ? Quirrell ! »

Un grand silence succéda à sa tirade, où indubitablement une question planait dans l'air… Finalement ce fut Weasley qui se résolut à la poser.

« Euh… Et alors ? » demanda-t-il timidement.

« Et alors… Snape s'est mis à lui parler de la pierre ! » annonça Potter, surexcité, « Et plus précisément il a parlé de Fluffy … Il lui a demandé s'il avait trouvé un moyen de passer Fluffy sans se faire dévorer ! Et après il lui a demandé s'il ne voudrait quand même pas qu'il devienne son ennemi, et il est parti en lui disant qu'ils auraient bientôt une autre conversation quand Quirrell aura choisi son camp ! Alors ça vous en bouche en coin, hein ? Toujours envie de m'engueuler, Hermione ? »

« Je pense quand même que tu n'aurais pas dû faire ça… » répondit Granger d'un ton désapprobateur. « Tu aurais pu t'attirer beaucoup d'ennui. »

« Oh laisse tomber Hermione » Dit Weasley, « le plus important c'est qu'on avait deviné juste. Il s'agit bien de la Pierre philosophale. Snape essaye de la voler et il veut obliger Quirrell à l'aider. Il y a sûrement d'autres choses qui gardent la pierre en plus de Fluffy. Des tas de sortilèges probablement, et Quirrell doit connaître les formules magiques pour les neutraliser… »

Draco soupira, ces Gryffindors avec leurs suppositions à deux noises ! Mais c'était vrai, que cela avait du sens… quand l'on ne connaissait pas Severus… Attendez une minute… Si ce n'était pas l'un… c'était forcément l'autre ! Décidément son parrain ne valait pas mieux avec sa manie de toujours tout faire tout seul et de manières très, très ambiguës !

~HPDM~

« Attend tu savais que c'était Quirrell ? » demanda Harry suspicieux.

« Et bien, il faut croire que oui. » répondit Draco, évasif.

« Pourquoi tu ne nous a rien dit alors ? »

« Tu me vois venir te dire, que comme le simple d'esprit que tu es tu as tout de suite sauté aux conclusions et que ce n'était pas le despotique et vicieux directeur de la maison Slytherin, persécuteur de la 'magnifique' maison Gryffindor, Severus Snape le coupable, mais le gentil, trouillard et bégayant professeur Quirrell ? » répliqua Draco, agacé, de toute façon il n'avait aucun compte à rendre à Potter !

Harry ouvrit la bouche, puis la referma, semblant réfléchir aux paroles de Draco, et finalement chuchota : « Tu aurais quand même pu nous le dire… »

« Potter, arrête de prendre tout le monde pour un gentil petit Gryffindor ! » s'énerva Draco, « Tu fais vraiment chier ! Si tu comptes me critiquer à chaque putain de choses que j'ai faites pour TOI, tu peux te la fermer ! Essaye un peu de prendre mes sentiments en considération ! Tu crois que ça a toujours été facile ? De vivre tout en devant à chaque instant surveiller ses moindres mouvements pour ne pas faire un faux pas et donc se faire torturer ? Parce que là j'en ai ras-le-bol ! Non seulement on ne me remercie pas pour tout ça, mais en plus on trouve le moyen de me critiquer, mais ce n'est pas croyable ! »

« A parce que c'est MOI le méchant dans l'histoire ? Faudrait savoir ce que tu veux, Malfoy ! Quand j'essaye de te comprendre, tu te braques et tu me sors le coup de la 'pitié des Gryffindors ', et quand je ne le fais pas, je ne prends pas en compte tes sentiments ? Quand j'essaye de te remercier, tu t'énerves et tu me rappelles toute la crasse que tu m'as faite, et maintenant je devrais te remercier ? Mais, je suis censé faire quoi alors, hein ? Un coup tu es le putain de connard qui ma pourri la vie pendant 6 ans et un coup tu deviens la personne qui se trouve dans ses souvenirs et qui m'a aidé… Comment est-ce que je suis censé réagir à tout ça ? MERDE ! La fermer et regarder tous tes souvenirs jusqu'à la fin sans jamais poser de questions ?»

« Exactement ! C'est – »

« Et bien je ne PEUX PAS ! » hurla Harry, « Je ne peux tout simplement PAS ne pas réagir quand je vois tes souvenirs, quand j'entends ce que tu penses, quand je vois tes faiblesses… BORDEL MALFOY tu as été maltraité, torturé et – Comment veux-tu que je ne réagisse pas ? »

« Je ne veux pas de te pitié » grinça Draco entre ses dents.

« Ce n'est pas de la pitié Malfoy » rétorqua Harry, « Arrête de tout cataloguer comme ça ! »

« J'AI ETE EDUQUE COMME CA ! » cria Draco, « l'amitié est une faiblesse, l'amour est une faiblesse… toute forme d'affection est juste de la pitié… la haine et la méchanceté sont prônés ! Je n'ai jamais connu la joie d'être un enfant, je ne connais pas et ne peux rien ressentir en dehors de sentiments néfastes et – PUTAIN ! Je ne veux pas que tu vois mes faiblesses ! Je hais le fait que tu puisses lire mes pensées… que bientôt tu me connaîtras encore mieux que ma mère ! Je te hais Potter ! A quoi cela servait de rester caché sous ce masque pendant tant d'année ? D'avoir lutté pour ne pas avoir ta sympathie ? De faire semblant d'être moi tous les jours ? Si c'est pour que tu vois tout maintenant ? Je –OH ET PUIS MERDE ! Je ne voulais pas de tout ça ! Je déteste le fait d'être le fils d'un Mangemort, d'avoir du supporter jours et après jours ces tortures horribles, de ne pouvoir faire aucun choix, de toujours se sentir surveiller, de ne pas pouvoir faire ce qu'il me plaît vraiment… Je- »

Des larmes de rage et de frustrations coulèrent de ses yeux. Et Harry se figea… comme hypnotisé, il regarda couler les perles, suivant lentement des yeux leur trajet… Et il se dit qu'il n'aimait définitivement pas quand Draco pleurait.

« Bordel, qu'est-ce que tu m'as fait ? » sanglota Draco, « Je n'ai pas le droit de pleurer… alors pourquoi ? Pourquoi le simple fait de te rencontrer a-t-il chamboulé toute ma vie ? Pourquoi a-t-il fallu que tu arrives à mettre ma vie sans dessus-dessous ? Pourquoi t'ais-je parler de ma vie ? Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à t'ignorer comme tous les autres ? MERDE ! JE TE HAIS, POTTER ! »

Et Draco continua de pleurer en répétant une litanie de 'Pourquoi ? '. Harry se contenta de le regarder et attendait qu'il se calme. Bizarrement voir le Slytherin dans cet état fit oublier au brun toutes ces années d'embrouilles, il ne voyait plus que l'adolescent fragile, devant porter un destin et passé trop lourd pour ses frêles épaules…

Quand Draco commençait à reprendre contenance, Harry, mû d'un étrange sentiment, s'approcha de lui et dit d'une voix hautaine : « Fais bien attention à qui tu fréquentes, Malfoy - »

«Quoi ? Tu te fous de- »

« Chut ! » ordonna Harry, en mettant doucement son index sur les lèvres tremblotantes de Draco.

Celui-ci se figea, son premier reflexe aurait été de se dégager mais dès lors qu'il croisa les yeux émeraude d'Harry, reflétant de l'amusement mais aussi de la tendresse, il ne put rien faire… Et encore moins quand la main migra vers le coin de ses yeux pour chasser les dernières larmes…

« Il faut croire que certaines familles de sorcières valent mieux que d'autres… » continua Harry, « il semblerait que tu ne fréquentes pas la bonne. Harry Potter, enchanté. »

Puis le brun tendit la main vers Draco. Le blond regarda la main tendue en alternance avec le visage souriant d'Harry se demandant vraiment ce qu'il lui arrivait…

« Je ne savais pas que les souvenirs avaient des effets néfastes sur l'esprit des bruns aux cicatrices en forme d'éclair sur la tête » dit-il finalement d'une voix rauque, d'avoir trop crié, mais d'un ton neutre, une question visible dans les yeux.

« Pas de madame Malkin dans les environs… pas d'Hagrid, de Ron… pas de Lucius Malfoy… ni de gardes du corps… » énuméra Harry avec un sourire, « tu es totalement libre de choisir… et tu n'auras plus d'inquiétude pour ta mère ou pour ta propre sécurité… parce que, que tu le veuilles ou non – je sais que tu es trop fier pour le demander - … tu es maintenant sous la protection de l'Ordre du phénix… »

« Tu as le droit de faire ça ? » demanda Draco, en haussant un sourcil.

« Euh… pas vraiment… mais je peux toujours m'arranger… après tout on ne refuse rien au survivant ! Enfin disons que pour le moment tu es officiellement sous la protection du grand Harry Potter, le Survivant. N'est-ce pas formidable ? »

« Ca y est… il a survécu au Seigneur des Ténèbres 3 ou 4 fois et il prend déjà la grosse tête… non mais je vous jure ! » dit Draco, « En outre, que me vaut ce revirement de situation… tu étais bien en train de me briser les tympans, il y a à peine euh… disons une dizaine de souvenirs ( Nda : Nouvelle unité de mesure de temps : le souvenir XD) à crier aux Mangemorts, non ? »

« Je ne sais pas… je pense que j'aimerais bien connaître le Draco qui se cache sous le masque de Malfoy… et je ne peux pas le connaître s'il est dans le camp adverse en train d'essayer d'assassiner mon mentor… alors c'est peut-être complètement idiot mais c'est comme ça… et puis je sens tout au fond de moi que je peux te faire confiance… »

« Tu es complètement fou, Potter » dit lentement Draco.

« Et alors Dumbledore aussi ! » répliqua Harry, amusé « Et pourtant c'est le chef de l'ordre du phénix ! C'est un signe qui présage le fait que je serais son successeur ! »

« Harry Potter qui critique le ô vénéré Albus Dumbledore… mais où va le monde ? »

« C'est à force de rester à côté du prince des Slytherins… ça doit être contagieux. » rétorqua Harry, en tendant à nouveau la main. « Si tu veux éviter les gens douteux, je peux te donner des conseils. Harry Potter, fou de son état, enchanté. »

« Je n'ai besoin de personne pour savoir qui sont les gens douteux » répliqua Draco, avec un sourire hautain, mais en serrant néanmoins la main de sa Némésis, « Draco Malfoy, ex-futur-Mangemort et futur membre sous la protection du Survivant, ravi de te connaître. »

Et ils se sourirent.

Cette poignée de main marqua beaucoup de choses… le changement de camp de Draco Malfoy… la confiance d'Harry Potter pour le blond… une trêve entre le prince des Slytherins et le prince des Gryffindor… une nouvelle amitié, fraîchement commencée, entre deux Némésis… mais aussi et surtout la vraie première rencontre, pas entre le Survivant et le Fils du Mangemort, ni entre Potter et Malfoy… mais entre Harry et Draco.


Voilà... ce chapitre marque un vrai tournant de l'histoire... parce que c'est vraiment de là, que commence l'amitié entre Harry et Draco... (cela va sans doute s'accentuer dans le chapitre suivant avec THE déclaration (non pas d'amour XD) de Harry)

Bref...

Je remercie tout ceux qui ont pris la peine de m'écrire une review... ça me fait toujours très, très plaisir^^

Et si vous avez des questions, des reproches ou des encouragements, n'hésitez pas !

See ya !