ARC PREMIER : Les anges gardiens du désir

Chapitre 6 : Le château du Démon


Dans le chapitre précédent de Buffy contre les Vampires et la voie du Berserker :

Alors qu'on montrait la tête du médecin à la foule Guts s'éloigna dans la ruelle, soudain il aperçut quelque chose à un croisement devant lui.

Une chose gisait dans le caniveau, une chose qui hantait régulièrement ses cauchemars, une chose difforme, mutante, qui ressemblait vaguement à un fœtus dont les bras et les jambes n'étaient pas encore formés. La chose n'avait qu'un seul œil, « Comme Vargas. » réalisa Guts en voyant pendant un instant le visage du médecin à la place de celui de la chose, juste avant qu'elle disparaisse.

Fortement ébranlé le Guerrier Noir dut prendre appui sur le mur et il resta tétanisé un instant alors que dans son esprit résonnaient les dernières paroles de Vargas : « Offres la tête de ce démon à ses victimes ! »

… … …

Seul dans son pavillon le Comte s'interrogea : « Chevalier noir, finalement tu n'es pas venu. Dois-je appeler cela de la ruse … ou de la peur ? »

XXXXXXXXXXXXXXXXXX

A l'une des fenêtres du château une jeune fille vêtue d'une riche robe contempla un moment la scène qui se passait sur la place, alors que la populace commençait à se disperser, avant de refermer sa fenêtre.


Avec la tombée du crépuscule la charrette et les deux hommes à son bord arrivèrent à destination.

C'était un terrain désolé qui se trouvait après un petit bois, au loin. Si on pouvait à peine apercevoir les maisons des faubourgs de la ville, on distinguait quand même clairement les murailles du château perché sur la colline.

Les deux hommes étaient équipés de torches allumées, mais ce n'était pas tant pour s'éclairer que pour tenir à distance les ténèbres de ce lieu lugubre.

_ Merde ! Pourquoi on nous confie toujours les travaux les plus dégoûtants ? Se plaignit un des hommes en sortant du chariot un corps enrubanné dans un vieille couverture avant de le jeter sans ménagement dans un large trou faisant une dizaine de mètres de long et de large et plusieurs de profondeur.

Le trou était presque complètement rempli de corps en décomposition, certains avaient été visiblement dévorés en partie, et d'autres portaient des traces de mutilations et de tortures.

_ Si ça continue comme ça on ne va plus avoir de place pour d'autre corps et il va falloir creuser une autre fosse commune.

_ Qui s'en inquiète ? Demanda son compagnon avant de prendre d'une main la tête tranchée qui se trouvait dans le chariot tout en gardant sa torche dans son autre main.

_ Vieil idiot … Pourquoi as-tu provoqué le Comte ? Demanda-t-il à la tête coupée avant d'ajouter. « Ce gars devait être complètement fou pour vouloir se battre avec le Comte. »

Sous la lumière de la torche le fossoyeur put apercevoir l'affreuse expression du visage qu'il tenait dans sa main ainsi que son unique œil injecté de sang, grand ouvert, qui semblait encore luire de haine.

_ Quelle horreur ! Terminons en rapidement et allons nous en d'ici !

Mais soudain l'ombre d'un homme de haute taille le recouvra et la faible lumière de la torche révéla qu'ils n'étaient plus seuls.

Dans ce terrain si éloigné de la ville nul n'entendit les cris de terreur et d'agonie des deux hommes.

S'éloignant de leurs cadavres, Guts s'agenouilla devant la tête tranchée de Vargas.

_ Qu'est ce que tu regardes comme ça ?… Avec ce même regard … Rempli de haine et plein de vengeance … Demanda Guts en observant la tête dont l'œil unique semblait le fixer. « Je … je ferai de mon mieux … et je le frapperai un peu plus fort de ta part. »

Brusquement le Guerrier noir porta sa main valide à son coup ressentant des élancements dans son stigmate. Tout autour de lui des plaintes et de lamentations s'élevèrent dans les airs alors que des formes fantomatiques sortaient de terre. Il s'agissait de créatures humanoïdes indistinctes et vaporeuses dont certaines tentaient d'animer les squelettes gisant dans la fosse commune, il s'agissait des âmes tourmentées des victimes du Comte.

_ Rends nous ce qui nous appartient … ça me fait mal ! Je souffre … mes jambes ! … Rends moi ma tête … c'est une douleur insupportable … Je ne vois plus rien ! je veux mes yeux ! …

Les spectres et les esprits tournoyaient autour du Guerrier Noir comme des vautours tout en poussant de sombres lamentations.

_ Nous voulons …la tête du Comte …

Guts empoigna machinalement son épée mais ne la dégaina pas sachant qu'elle était inutile face à ces créatures fantomatiques et inconsistantes. Seule la force de sa volonté pouvait les atteindre.

_ Je le hais ! Venges nous ! Murmura un des esprits en attrapant Guts par derrière et en essayant de se fondre en lui.

Bien vite d'autres spectres s'accrochèrent à son corps et à ses membres pour tenter de le posséder tout en répétant : « Ouiiii venges nous ! Unis toi à nous … »

_ Vengeance … VENGEANCE … VENGEANCE

Les esprits s'insinuaient lentement à l'intérieur de Guts alors que les muscles de son corps se tendaient jusqu'au point de rupture et que sous l'influence surnaturelle des spectres ses ongles se transformaient en griffes et ses dents en crocs.

_ Arrêtez ! Tenta d'ordonner le Guerrier Noir.

Mais les esprits continuaient de murmurer : « Viens avec nous … vengeons nous … ensemble … »

_ ÇA SUFFIT ! Hurla Guts, chassant brusquement les esprits des morts hors de son corps grâce à sa volonté inflexible et la colère et la haine qui l'habitaient.

Tombant à genoux sous l'effort alors qu'il reprenait le contrôle de son corps qui était redevenu normal le Guerrier Noir répéta encore : « Ça suffit ! » puis se remettant lentement sur pied il continua.

_ Arrêtez ça tout de suite ! Je ne suis pas comme vous et je n'ai rien à partager ! Vous êtes morts ! Vous n'êtes que des tas d'os sans importance ! Restez dans vos fosses ! Cette guerre est la mienne ! Et seuls des hommes vivants peuvent combattre !

Ignorant les esprits qui s'étaient à nouveau tapis dans la fosse commune le Guerrier Noir s'éloigna en direction de la ville et du château. Une seule pensée en tête.

« Pour pouvoir tuer il faut être vivant ! Et moi je le suis encore, de corps et d'esprit ! Et c'est grâce à ça … que je vais tuer le Comte ! »

XXXXXXXXXXXXXXXXXX

Alors que Guts se dirigeait vers le château pour mener une fois encore sa guerre solitaire contre les Apôtres un autre groupe de combattants, indépendant dans ce conflit jusqu'à présent, se préparait à entrer en lice sans savoir à quel point cette décision allait influencer leur avenir.

Après avoir assisté à l'exécution de Vargas sans rien pouvoir faire et entendu ses dernières paroles, sa supplique désespérée de tuer le Comte adressée à Guts pour venger tous ceux qui étaient mort par sa faute, Buffy avait du admettre qu'elle aussi souhaitait voir la fin du monstre qui tyrannisait cette ville.

Car il était maintenant évident que le Comte était non seulement maléfique mais qu'il s'agissait bien d'un démon. Durant toute l'exécution la Tueuse avait concentré ses sens sur le Comte, et particulièrement ce sixième sens qui lui permettait non seulement de détecter la présence d'entités démoniaques mais aussi d'évaluer instinctivement leur puissance et le danger qu'elles représentaient. Buffy savait que ce sixième sens n'était pas parfait : plusieurs démons, et notamment ceux pouvant adopter une forme humaine, pouvaient se dissimuler avec plus ou moins de succès à cette forme de détection.
Mais si le Comte apparaissait humain et entrait dans cette catégorie elle avait tout de même ressenti sa nature inhumaine émerger à plusieurs reprises durant l'exécution et durant ces brefs moments elle avait perçu qu'il cachait soigneusement une énorme puissance, du genre de celle qu'elle n'avait rencontrée que dans ses plus dangereux adversaires comme le Maître, le Juge, le Maire Wilkins après son ascension ou encore Gloria.
De plus même si elle était consciente qu'ils se trouvaient désormais dans un monde médiéval, un monde sans doute bien plus dur et cruel que ce à quoi ils avaient tous l'habitude, comme l'avait répété Giles à plusieurs reprises, la situation ici dépassait les bornes. Les gens étaient terrifiés et vivaient dans la peur, la plupart des gardes de la ville se comportaient non en gardien de l'ordre mais comme une bande organisée de voyous et de brutes qui tyrannisait la population sans avoir de compte à rendre à personne, pire, le Comte faisait visiblement mettre à mort des gens sans véritable raison, uniquement pour son plaisir sadique.

Même si elle ne connaissait pas personnellement Vargas et était donc moins touchée par sa mort il était toutefois clair que d'après ce que Tara, et Spike aussi, avaient dit sur lui il faisait partie des « gentils » et qu'il ne méritait pas de finir ainsi, surtout après tout ce qu'il avait déjà enduré. Tara avait d'ailleurs été bouleversée en apprenant sa mort et même Spike semblait … fâché. En tout cas cela l'avait d'autant plus décidé à agir.

Bien que Buffy voulait avant tout protéger ses amis et sa famille et trouver un moyen de les ramener dans leur monde sain et sauf, elle devait admettre que ce qui se passait ici était mal et qu'ils ne pouvaient pas rester sans rien faire. Le problème était qu'elle se rendait parfaitement compte que s'attaquer au Comte était dangereux et pouvait tous les mettre en danger et de ce fait elle avait hésité à s'impliquer mais après avoir assisté à l'exécution il était clair qu'ils devaient faire quelque chose.

De plus Spike était déjà décidé à agir et tout laissait à penser que ce fameux Guts allait aussi se mettre en chasse au même moment.

Pire Faith avait également déclaré qu'elle serait de la partie. Jusqu'à présent la Tueuse renégate était restée tranquille et avait suivi le mouvement sans causer de vrai problème, une sorte de trêve s'était instaurée entre les deux Tueuses, et Faith semblait non seulement accepter de suivre les consignes qu'on lui donnait mais également faire quelques efforts pour aider ou du moins ne pas compliquer la vie du groupe. Mais Buffy ne lui faisait pas vraiment confiance et elle savait que son « autorité » sur la renégate était plus d'apparence que réelle.
Buffy doutait que le désir de Faith de s'impliquer résulte d'un sens du devoir ou de la justice, plus vraisemblablement elle avait besoin de satisfaire son besoin de chasser, de combattre et de tuer, une chose que Buffy pouvait comprendre car elle éprouvait le même genre de désir du à sa nature et ses instincts de Tueuse. Mais contrairement à Faith qui cédait souvent à la sauvagerie innée de la Tueuse, elle, elle avait toujours lutté pour garder la maîtrise de son comportement. Mais même Buffy devait admettre que depuis qu'ils étaient arrivés sur ce monde les instincts et désirs liés à la nature de Tueuse étaient devenus plus forts, plus pressants.
Tout cela faisait qu'elle était consciente qu'elle ne pouvait pas empêcher Faith d'aller combattre le Comte sans provoquer un conflit majeur entre elles et qu'au final Faith n'en ferait sûrement qu'à sa tête.

Buffy n'avait pas été très chaude à l'idée de laisser ces deux là s'attaquer à un château plein d'humain sans surveillance. D'un autre côté elle se souciait bien moins de leur sécurité que de celle des autres membres de leur groupe d'exilé et elle savait qu'ils pouvaient se débrouiller tout seul.
Avant d'assister à l'exécution de Vargas elle avait songé à les laisser agir seul pour se concentrer sur la protection de ses amis et de sa sœur, ainsi elle faisait d'une pierre deux coups : elle n'aurait pas à mettre ses amis en danger et quelque chose serait quand même fait pour stopper le Comte. « Entre Faith, Spike et Guts, qui avait selon lui déjà affronté et tué des démons de la même engeance que le Comte, ils devraient être capable de venir à bout du Comte, non ? » avait résonné la Tueuse.

Néanmoins les choses avaient changé après l'exécution.

Buffy avait réalisé à quel point Spike avait raison à propos du Comte et du danger qu'il représentait. Si elle ne se trompait pas sur ce qu'elle avait ressenti, et ne sachant pas à quel point ils pouvaient compter sur Guts, ils ne seraient pas trop de trois pour en venir à bout.

De plus, cerise sur le gâteau, elle avait maintenant quelqu'un à secourir.

Buffy avait assisté à la « tentative » aussi futile que courageuse de Puck pour sauver Vargas. Le petit elfe était désormais le prisonnier du Comte et si la Tueuse ne savait pas exactement ce que le Comte démoniaque voulait faire de lui elle doutait qu'il survive plus d'un jour ou deux. En apprenant la capture de l'elfe plusieurs membres du groupe qui avaient sympathisé avec la créature, et particulièrement Tara et Dawn, avaient été prêts à se joindre à l'expédition contre le château pour le sauver.
Buffy avait mis son veto en arguant que non seulement c'était trop dangereux mais qu'un large groupe se ferait plus facilement repérer et qu'il valait mieux que seuls ceux disposant de capacités physiques surhumaines y aillent car ils étaient les mieux à même de neutraliser les gardes sans les tuer ou de s'échapper sans qu'on puisse les rattraper au cas ou il faudrait battre en retraite.

Malgré tout Dawn, Tara et Willow avaient réussi à lui faire promettre de faire tout son possible pour sauver Puck, une chose qu'elle avait de toute façon déjà décidée de faire ne serait ce qu'en reconnaissance de l'aide que l'elfe leur avait apporté en utilisant sa poudre pour les soigner à leur arrivée et sans laquelle les choses auraient pu mal tourner pour Giles. Sans compter que bien qu'il ne soit pas humain l'elfe s'était révélé gentil et plein de compassion avec juste une touche d'espièglerie et Buffy l'avait catalogué comme faisant partie des « innocents » à protéger. De plus Puck s'était montré des plus amical envers eux et même si elle n'avait pas vraiment eu le temps de sympathiser avec lui Buffy devait admettre qu'il avait réussi en peu de temps à devenir l'ami de plusieurs membres du groupe.

Un poids avait été ôté des épaules de la Tueuse quand Giles lui avait certifié que les protections magiques qu'il avait mises en place avec Willow et que Tara avait vérifiées à son retour étaient plus que suffisantes pour assurer leur sécurité. De plus en l'absence de murailles extérieures le groupe n'aurait aucun mal à quitter la ville même si la garde était mise sur le pied de guerre avec l'attaque nocturne contre le Comte. Quoi qu'il arrive le groupe quitterait discrètement la ville dans la matinée et attendrait en sûreté le retour de Buffy à un point de rencontre préétabli. Enfin Anya et Alex avaient réussi durant l'après-midi à revendre le « butin » récupéré lors de la rencontre avec la bande de « chasseurs de sorcière » et à se procurer la plupart de l'équipement dont les exilés avaient encore besoin y compris suffisamment de vivres pour plusieurs semaines de voyage.

Giles avait continué ses expérimentations magiques avec Willow et Tara, cette dernière avait même réparé les déchirures de l'armure de cuir de Spike et s'était proposée pour jeter un léger charme de discrétion sur le trio de combattant, un charme qui faisait appel à la seule énergie personnelle de son jeteur, pour qu'ils puissent plus aisément infiltrer le château, signe si il en était que la timide sorcière habituellement la plus pacifique des scooby approuvait de tout cœur la mission de tuer le Comte.

Finalement avec la tombée de la nuit les deux Tueuses et le Maître vampire s'équipèrent de leurs armures de cuir et s'armèrent de leurs meilleures armes : le marteau de Troll pour Buffy, l'épée runique pour Spike et pour Faith une épée d'acier flambant neuve, ainsi que plusieurs armes secondaires pour chacun dont une arbalète lourde pour Faith.

Fin prêt le trio se glissa discrètement hors de l'auberge et disparut dans la nuit en se dirigeant vers le château du démon.

XXXXXXXXXXXXXXXXXX

Tandis que le Guerrier Noir infiltrait le château en utilisant le passage secret décrit par Vargas et que Buffy, Spike et Faith s'apprêtaient à suivre le même chemin leur cible était également en mouvement.

Le Comte, un sourire ravi sur les lèvres, se dirigeait vers la partie du château réservée aux appartements privés. Il était accompagné de deux gardes qui ne le quittaient jamais, de son fidèle conseiller, Darl, qui le servait également en sa qualité de prélat de la ville, ainsi que d'un jeune page qui transportait une cage à l'intérieur de laquelle se trouvait un petit être humanoïde ailé faisant un peu moins de 20cm de haut et qui était occupé à sangloter doucement à voix basse.

Alors qu'il s'approchait de sa destination le Comte jubilait intérieurement, cette journée s'était révélée excellente et il pressentait qu'elle était loin d'être finie. Non seulement il s'était enfin débarrassé de ce traître de Vargas mais il avait enfin retrouvé la trace de son précieux Béhélith, de plus il avait mis la main sur un elfe qui pourrait non seulement servir de présent mais qui contribuerait certainement à attirer le Chevalier Noir à lui étant un de ses associés.
Le Comte était certain que bientôt le Guerrier des Ténèbres viendrait pour tenter de l'assassiner, en fait il escomptait même que leur confrontation se déroule durant la nuit. Les informations qu'avait obtenu son double durant leur confrontation de la veille avaient été précieuses, sachant désormais à quoi s'attendre le Comte était confiant qu'il n'aurait guère de mal à battre le Chevalier Noir. Vaincre un tel adversaire qui, au cours des derniers mois, avait tué nombre de ses frères apôtres lui vaudrait certainement le respect et l'envie de ses pairs et la considération des Cinq de la Main de Dieu, de plus en le tuant il pourrait récupérer son Béhélith. Et qui sait ? Le Guerrier des Ténèbres ferait peut être un sacrifice parfait pour achever son ascension.

Une seule chose inquiétait quelque peu le Comte : ce mystérieux guerrier blond qui avait affronté son double au côté du Chevalier Noir et la lame qu'il possédait. L'épée était visiblement enchantée car la blessure qu'elle avait occasionnée à son double, non content de refuser de guérir, semblait avoir nécrosé la chair autour de la plaie. Pire encore cela semblait lentement mais sûrement s'étendre et pour arrêter le phénomène il avait fallu exciser toute la chair ainsi corrompue.

Une telle arme était dangereuse, même pour un surhomme tel que lui et le guerrier qui la maniait était loin d'être ordinaire, peut être pas aussi dangereux que le Guerrier des Ténèbres mais bien plus qu'un soldat ou un mercenaire normal.

Plus inquiétant il semblait faire partie d'un groupe et, selon les rapports qu'il avait reçus, bien que ce groupe semblait assez petit il comptait au moins deux guerrières, chose inhabituelle, certes, mais qui avait tout de même de nombreux précédents, qui étaient des combattantes exceptionnelles. En soit cela était gênant mais guère inquiétant, non, le vrai danger était la possibilité que les membres de ce groupe en plus d'être aguerris disposent d'armes semblables à celle du guerrier blond. Arme visiblement conçue pour blesser, voir même tuer un Apôtre.

Cette possibilité avait troublé le Comte durant plusieurs heures avant qu'il ne trouve comment se débarrasser de ces gêneurs, si ils décidaient d'interférer dans son combat avec le Chevalier Noir ou qu'ils en profitent pour tenter de l'assassiner, sans avoir à les affronter directement.
Après tout même avec de telles armes ils restaient humains contrairement à lui, qui avait dépassé ce stade, mieux encore son expérience avec son double et le capitaine Zondark avait prouvé que lui aussi désormais pouvait créer des surhommes. Créer un double convenable de lui-même demandait du temps et de l'énergie, chose dont il ne disposait pas, mais créer des versions moins … élaborées … et qui auraient certainement une durée de vie limitée, quoique restant presque aussi efficaces que sa première création, s'était avéré tout à fait possible. Ces … servants … créés uniquement pour être sacrifiables et destinés seulement à neutraliser tout intrus tentant d'assister le Chevalier Noir serviraient d'assurance contre toute intervention du guerrier blond et du groupe auquel il appartenait.

Alors que le Comte était absorbé par la réminiscence des « mesures de sécurité » qu'il avait prises en vue de la nuit un autre membre du groupe qui l'accompagnait était lui aussi plongé dans ses pensées, de tristes et sombres pensées.

« Vargas … » songea Puck en se remémorant le médecin mutilé. « Je n'ai rien pu faire … vraiment rien pour t'aider. »

Apercevant le Comte depuis sa cage Puck se demanda : « Et maintenant que va-t-il advenir de moi ? » Avant de s'imaginer mort servant d'ornement sur un gâteau qui allait être le dessert du Comte.

Déverrouillant un lourd cadenas maintenant une double porte fermée le Comte et sa suite entrèrent dans une chambre richement décorée au bout de laquelle se trouvait un grand lit à baldaquin où était allongée une jeune fille d'une douzaine d'années au teint d'albâtre avec une magnifique et longue chevelure d'un noir lustré occupée à lire un livre.

Levant la tête elle regarda le Comte d'un visage impassible et se contenta de dire : « Bonsoir, père. »

_ Tu ne dors pas encore Thérésia ? Demanda le Comte d'une voix étonnamment douce.

« Heiiin ? » songea Puck surpris. « Cette fille … C'est sa fille ? » S'interrogea le petit elfe.

_ Il est bien tard. Il est arrivé quelque chose pour que vous me rendiez visite aussi tard. Demanda la jeune fille.

_ Non, j'ai juste une belle surprise pour toi, quelque chose qui va t'intéresser. Répondit le Comte.

_ Mais c'est … c'est un elfe ! Remarqua Thérésia après avoir reçu la cage contenant Puck. « C'est un vrai ? » Demanda-t-elle en gardant une expression neutre sur son visage avant de laisser percer un soupçon de tristesse en voyant la petite créature visiblement effrayée dans la cage.

_ Alors ? Ça te plait ? Demanda son père d'un ton enjoué.

_ Bien sûr. Je vous remercie père. Répondit-elle avec l'ombre d'un sourire mais sans vrai enthousiasme.

_ Tu te sens seule Thérésia ? Demanda le Comte après un instant de silence.

_ …

_ Tu dois résister. Continua-t-il avec une mine plus grave devant le silence de sa fille. « Tu dois comprendre, je ne peux pas te laisser sortir du château. Pas tant que se cacheront ces horribles hérétiques. »

_ Thérésia … Ma fille unique … tu es la seule qui … Commença-t-il en tendant sa main vers la jeune fille avant de la retirer avec une affreuse grimace quand elle se recroquevilla sur elle-même, serrant la cage contenant Puck contre elle, visiblement apeurée.

Le Comte serra les dents avant qu'une expression où se disputaient peine et tristesse n'apparaisse sur son visage.

_ Tu refuses toujours que je te touche ?

La jeune fille ne répondit rien à cela se contentant de fixer la cage avec un air triste alors que Puck la regardait déconcerté.

_ Bon, ce n'est rien. Il est tard, dors maintenant ! Déclara le Comte en s'éloignant.

_ Père … heu … non, ça … ça ne fait rien. Lâcha Thérésia incapable de trouver quoi dire.

Une fois les portes de la chambre refermées Dale tenta de s'adresser au Comte.

_ Excellence …

_ Va-t-en. Le coupa le Comte.

_ Comment ?

_ Disparais ! Hors de ma vue ! Rugit le Comte, les veines de ses tempes visibles dues à sa colère. Et une aura de danger presque palpable émanant de lui.

Laissé seul par ses serviteurs effrayés, le Comte resta le regard perdu à contempler la ville à travers une des ouvertures en forme de fenêtre du couloir une main posée sur le rebord de pierre, ses pensés tournées vers sa fille.

Soudain Il ressentit un appel, la sentinelle placée dans l'escalier du passage secret qui traversait tous les étages du château l'avertit mentalement de la présence d'un intrus.

Fermant le poing il brisa la pierre sous ses doigts.

_ Uh, uh, uh ! Uh, uh, uh … Il est arrivé ! Le voilà ! Jubila le Comte démoniaque stimulé par l'approche du combat et la possibilité de passer sa colère sur le Chevalier Noir.

XXXXXXXXXXXXXXXXXX

Grâce aux renseignements de Vargas, Guts avait pu facilement infiltré le château. Il était parvenu sans encombre jusqu'au passage secret central : un large escalier de bois courant le long de l'intérieur des murs d'une tour qui permettait d'accéder directement et discrètement à n'importe quel étage du château.

Le Guerrier Noir se déplaçait silencieusement, drapé dans sa longue cape noire, tel une ombre dans la nuit, mais son ascension s'interrompit quand il sentit son stigmate se mettre soudain à réagir et que l'ombre d'une créature difforme apparut sur le mur en face de lui.

_ Visiblement tu as la peau dure ! Et tu sembles du genre persistant ! Lâcha Guts avec un rictus sauvage.

_ Chevalier Noir ! Je t'attendais ! Proclama la créature en haut de l'escalier en face de lui.

Créature était en effet le terme juste car la chose vaguement humanoïde qui se dressait devant Guts et qui avait été le capitaine Zondark ne pouvait désormais plus être appelée un être humain.

La … chose … était constituée d'une chair rougeâtre, boursouflée et couverte d'excroissances qui débordait par toutes les jointures et les séparations de l'armure qui la recouvrait et qui était la seule chose qui permettait de l'identifier comme celui qui avait été le capitaine Zondark.

Mais tel n'était visiblement plus le cas maintenant.

Ses deux bras avaient été remplacés par de longs tentacules d'apparence monstrueuse et grotesque formés de chairs et de muscles difformes et dont les extrémités formaient désormais une succession d'une demi-douzaine de lames organiques, ressemblant à de la chitine en forme de faux, qui étaient chacune plus grande que la précédente.
Quand à sa tête … elle était composée au deux tiers d'une version corrompue et démoniaque du visage de Zondark, là où un de ses yeux avait disparu se trouvait désormais trois courts pédoncules finissant chacun par un œil reptilien, et de la où une partie de son crâne et de son visage avait été tranchée par la Dragonslayer de Guts émergeait la forme parasitaire, ressemblant vaguement à une limace à face humaine, du double démoniaque du Comte qui semblait avait désormais totalement fusionné avec son hôte.

_ Ça fait un bout de temps qu'on ne s'est pas vu … Tu as enfilé un costume plutôt seyant pendant mon absence. Tu sembles presque plus beau maintenant. Ironisa Guts face à la nouvelle apparence de celui qui avait été Zondark mais qui maintenant n'était plus que le pantin du Comte.

_ La partie est terminée. Cette fois tu ne pourras pas fuir. Déclara le double du Comte alors que de la bouche de Zondark ne s'échappait qu'un mixte de grognements et de rires empreints de folie.

Les tentacules de la créature se mirent en action, détruisant un pan de l'escalier la surplombant. Mais avant qu'elle ne puisse attaquer Guts, le Chevalier Noir dévoila son arbalète à répétition, harnachée sur la prothèse métallique lui servant d'avant bras gauche, qu'il avait dissimulé jusque là sous sa cape et se mit aussitôt à faire feu.

L'arbalète cracha aussitôt une dizaine de carreaux en quelques instants. A cette courte distance tous touchèrent, frappant avec suffisamment de force pour percer la lourde armure recouvrant le corps du monstre et s'enfoncer en partie dans sa chair. De plus les impacts répétés repoussèrent la créature contre le mur opposé en lui arrachant un cri de douleur.

_ Mais … qu'est ce que c'est ? Lâcha le double du Comte complètement pris au dépourvu par cette manœuvre.

Mais avant qu'il n'ait le temps de surmonter sa surprise le Chevalier Noir avait déjà rechargé son arbalète et se remit à tirer impitoyablement. Une fois encore la volée de carreaux fit mouche, l'un des projectiles allant même se ficher dans la bouche de ce qui fut Zondark, lui arrachant un grognement de douleur.

Guts tenta de recharger pour une troisième volée mais cette fois le monstre eut le temps de réagir avant qu'il ne tire et en lâchant un : « Gwaaah ! » de rage il frappa en utilisant un de ses tentacules tel un fouet.
Les réflexes sur-aiguisés du Chevalier Noir lui permirent d'esquiver de justesse l'attaque en se tournant de profil et en se plaquant contre le mur de pierre, n'offrant ainsi que le vide à l'extrémité en forme de multiples faux du tentacule qui se contenta de briser plusieurs planches de bois de l'escalier.
Il répliqua immédiatement avec un nouveau tir de carreaux qui toucha encore une fois sa cible.

Criblé d'une trentaine de carreaux d'arbalète la créature vacilla avec un gémissement de douleur avant que ses jambes ne flanchent et qu'elle ne glisse le long du mur pour se retrouver assise sur le palier de l'escalier où elle se trouvait. Visiblement l'accumulation de dommages avait enfin réussi à avoir un impact sur la monstruosité qui faisait face à Guts.

Le Chevalier Noir en profita aussitôt : gravissant les escaliers le séparant de sa cible à toute vitesse il empoigna sa terrible épée harnachée dans son dos.

« Zondark » tenta de répliquer en utilisant un de ses tentacules pour intercepter le Chevalier Noir mais il était trop tard, bien trop tard.

Avec une terrible frappe transversale descendante Guts trancha en deux le tentacule lancé contre lui …. Et il ne s'arrêta pas là.
Sa Dragonslayer fendit la chair et l'armure de son adversaire sans que rien ne puisse la stopper. Le monstre se tenant en face de Guts fut littéralement coupé en deux, d'une épaule jusqu'à l'aisselle opposée, libérant un véritable geyser de sang. La partie inférieure de la créature s'affaissa comme un pantin désarticulé alors que la partie supérieure et le tentacule intact qui y étaient encore attachés basculèrent dans le vide sous le regard de Guts avec un hurlement mêlé de douleur et de rage.

Le Chevalier Noir regarda un bref instant ce qui fut Zondark et le double démoniaque du Comte chuter entre les escaliers vers le sol avant de se retourner et de poursuivre sa route, remettant son épée à sa place.

Mais il ne fit pas deux pas qu'un cri d'alerte provenant du bas des escaliers retentit : « Attention ! », et une fraction de seconde plus tard ses sens en éveil perçurent un mouvement derrière lui.

Du coin de l'œil il aperçut le tentacule à l'extrémité aux multiples « faux » de l'abomination qu'il croyait avoir vaincue se diriger droit vers sa nuque. Ses réflexes fulgurants lui permirent de bouger quelque peu pour esquiver tout en se retournant mais même les compétences quasi-surhumaines de Guts n'auraient pu lui permettre de totalement échapper à cette attaque. Au mieux il aurait pu y survivre en ne récoltant qu'une vilaine plaie à la tête mais au tout dernier moment le tentacule dévia très légèrement de sa trajectoire accompagné par un bruit familier : « thump ».

Au final la frappe du tentacule ne fit que lui égratigner légèrement le front, laissant une fine ligne sanglante sur sa peau, et le déséquilibra suffisamment pour qu'il tombe.

Des vrilles de chair rougeâtres s'agrippèrent au rebord de l'escalier et hissèrent à côté de Guts une chose difforme et grotesque : une masse de chair et de muscle d'où émergeaient de manière irrégulière des bouches : certaines humaines, d'autres animales et d'autres encore couvertes de crocs et d'apparence démoniaque. Ici et là jaillissaient de petits tentacules d'aspect divers alors que des pointes organiques recouvraient plusieurs parties de la chose et que des yeux s'ouvraient à plusieurs endroits.

Seul le long tentacule à l'extrémité en faux, quelques fragments d'armures toujours accrochés au « corps » de la chose, plusieurs carreaux d'arbalètes plantés dans sa masse et la tête en forme de limace à face humaine du double du Comte trônant au sommet de la créature permettaient de reconnaître la monstruosité qui se tenait là comme la partie du corps possédé de Zondark qui avait chuté dans le vide juste un instant plus tôt.

_ Hé,hé,hé, c'est inutile ! Qu'importe le nombre de fois où tu me tailleras en pièce je reviendrai à la vie aussi souvent que je le voudrai ! C'est ma tête qui a pris le contrôle de ce corps et tant qu'elle sera intacte je pourrai continuer de me régénérer indéfiniment ! Se venta le double démoniaque du Comte en paradant au dessus de Guts qui était couché face contre terre sur l'escalier.

_ Tu as eu de la chance jusque là. Sans intervention externe tu serai déjà mort. Déclara le Comte en amenant un segment de son tentacule principal plus près de son visage pour l'inspecter.

Un carreau d'arbalète lourd, plus gros et plus long que ceux utilisés par l'arbalète à répétition de Guts, y était profondément planté et s'était là la raison pour laquelle l'attaque qui avait visé Guts avait soudainement été déviée au dernier moment lui évitant toute blessure sévère.

Le Comte détourna la tête un court instant pour lancer un regard dédaigneux vers le bas de l'escalier.

_ Il semble que d'autres intrus souhaitent se joindre à nos réjouissances. Bah ! Eux non plus ne peuvent rien contre moi !

_ Je vais t'achever rapidement avant de les massacrer. Aucun d'entre vous ne peut me battre, car après tout je suis invincib … . Commença le monstre en se tournant vers le Chevalier Noir à sa merci.

Mais il ne put jamais terminer sa phrase car se retournant sur lui-même Guts avait utilisé sa terrible Dragonslayer pour frapper d'estoc prenant son adversaire par surprise et sans lui laisser le temps de réagir. La pointe de son épée frappa en plein sur l'arrête de nez avant que son arme ne continue son chemin et ne traverse complètement le crâne de son ennemi. L'épée du Chevalier Noir était si large qu'elle détacha totalement tout le sommet de la tête de la créature du reste de son corps.

_ Tu parles trop. Indiqua Guts d'une voix glaciale. « Mais je te remercie pour m'avoir révélé la façon de te tuer, c'est bon à savoir ».

Mais alors que tout semblait fini le regard vitreux et moribond du double du Comte changea. Ses yeux s'agrandirent soudain et des tendriles de chair se mirent à grandirent rapidement depuis le dessous de la partie de sa tête qui reposait maintenant sur le plat de la Dragonslayer de Guts. En quelques instants plusieurs de ces tendriles avaient remonté l'épée du Guerrier des Ténèbres, encerclant plusieurs fois la lame, et avaient atteint ses poignets pour les lier.

Devant la surprise manifeste de Guts la tête du double du Comte, bien que privée de mâchoire s'expliqua : « Ce n'est pas suffisant, je vais simplement m'emparer de ton corps et le posséder. »

Mais Le Chevalier Noir ne se laissa pas faire et réagit aussitôt.

Se relevant il brandit son épée au dessus de lui et frappa le mur de toutes ses forces avec le plat de la lame … piégeant le double parasite entre l'acier de la lame et le mur de pierre.

Avec un bruit écoeurant de chair écrabouillée ce qui restait de la tête du double du Comte fut écrasé contre le mur laissant un impact sanglant alors que les tendriles retenant l'épée de Guts relâchèrent leur étreinte et devinrent inerte.

La masse de chair informe collée au mur glissa lentement jusqu'au sol quand Guts retira sa lame. Moribond, la créature arriva tout de même à prononcer quelques mots avant de finalement succomber : « Ne crois pas … que tout s'arrête ici … je t'attends … en haut … »

_ Et bien, on dirait qu'on est arrivé juste à temps pour te donner un coup de main. Retentit une voix familière derrière Guts.

Se retournant Il se retrouva face au vampire blond : Spike, qui était accompagné par les fameuses « Tueuses », la blonde armée d'un énorme marteau de guerre et la brune, qui venait tout juste de franchir d'un bond la section d'escalier endommagée durant le combat contre le double démoniaque du Comte, avec une arbalète lourde dans les mains. Ce qui expliquait le carreau qui avait dévié au dernier moment le tentacule qui l'avait attaqué dans le dos.

_ Je suis surpris que l'affreux ait survécu à l'effondrement du labo de Vargas mais on dirait qu'il a son compte cette fois. Commenta le vampire. « Bon ! Maintenant qu'on en a terminé avec ça, si on allait rendre visite au Comte ensemble ? Si je ne me trompe pas nous avons tous des affaires à régler avec lui. » Proposa Spike avec un sourire carnassier, alors que la Tueuse brune rechargeait son arbalète avec une aisance surprenante et que la blonde était agenouillée près des restes du monstre qu'il venait de tuer occupée à étudier la créature, avec une grimace de dégoût sur le visage, tout en utilisant son marteau pour y donner de petits coups exploratoires.

Guts les considéra pendant un court instant, incertain si ils seraient une gêne ou un atout pour lui, avant de finalement acquiescer.

_ Vous pouvez venir mais ne vous mettez pas sur mon chemin. Et si il vous arrive malheur il ne faudra vous en prendre qu'à vous-même.

_ T'inquiètes pas on a l'habitude de ce genre de situation. Vas-y ouvres la marche, on te suit. Répliqua Spike avec une pointe d'insolence, avant que le petit groupe ne poursuive son chemin vers les étages supérieurs où les attendait le Comte.

XXXXXXXXXXXXXXXXXX

La porte de la cage où il était enfermé, maintenant posée sur une des commodes luxurieuses de la chambre, s'ouvrit devant le petit elfe.

Puck, d'abord surpris, fut rapidement gagné par de la nervosité.

_ Sache que je ne suis pas très bon …. Si tu me manges tu vas t'empoisonner. Et puis nous les elfes nous faisons grossir. Tenta-t-il d'argumenter craignant que la fille du Comte puisse partager les goûts de son père.

Mais à son étonnement la jeune fille se contenta de dire : « Je ne te ferai rien, tu peux sortir. Je sais ce que l'on ressent en prison. »

_ C'est peut être un piège. Tu vas peut être me manger dès que je sortirai. Avança Puck, pas encore totalement convaincu de la sincérité de la jeune fille.

_ C'est vrai … Vu que je suis sa fille il est naturel que tu sois effrayé et que tu te méfies de moi.

_ Depuis ce jour, mon père a … changé. Ajouta-t-elle d'un ton empli de tristesse mais également d'une pointe de peur en se détournant de la cage.

_ Depuis quel jour ? Demanda l'elfe en émergeant prudemment de sa cage.

_ Depuis ce jour d'i ans … où ma mère est morte. Á l'époque j'étais encore petite, alors je ne connais pas en détail ce qui est arrivé. Expliqua Thérésia en s'asseyant sur l'un des rebords internes près de sa fenêtre, ses bras autour de ses genoux ramenés contre sa poitrine.

_ Mon père m'a raconté qu'en ce temps là, un groupe d'hérétiques opposés à lui cherchait à s'implanter en ville. Un jour ils ont enlevé ma mère pour extorquer à mon père la permission d'adorer leur dieu maléfique. Le roi, naturellement, n'aurait jamais accepté une chose pareille. Aussi mon père, en temps que dirigeant de ces terres, refusa leur requête. Et c'est alors qu'ils commirent l'irréparable. Raconta la jeune fille à l'elfe qui était venu s'installer non loin d'elle.

_ Les hérétiques … offrirent ma mère en sacrifice à leur dieu. Poursuivit la jeune fille d'une voix terne et éteinte, provoquant un léger frisson d'horreur chez Puck mêlé à un élan de compassion.

_ … Mon père était un seigneur exemplaire et un grand dirigeant. Se remémora Thérésia avec mélancolie. « Il était très sévère et un peu froid, mais seulement pour défendre ses terres de ses ennemis. Ses sujets avaient confiance en lui et le respectait beaucoup, il était parfait … comme père également. »

L'attention de Puck fut attirée par une peinture accrochée au mur et il s'envola pour l'inspecter. Elle représentait Thérésia âgée tout au plus de 5 ou 6 ans assise sur les genoux d'une femme magnifique, sans aucun doute sa mère, avec le Comte se tenant debout juste derrière eux. Il semblait complètement différent sur cette peinture : plus jeune, plus vigoureux et un peu plus mince avec des traits sévères mais aussi nobles et dignes.

_ Mais … mais … depuis il a changé. Continua Thérésia les larmes aux yeux. « Il s'est lancé dans la chasse aux hérétiques comme un possédé. Et maintenant il se moque de savoir si ce sont vraiment des hérétiques. On dirait qu'il s'amuse à tuer et torturer des gens ! »

Puck s'approcha de la jeune fille qui avait fini par cacher son visage derrière ses mains pour essayer de la réconforter : « Thérésia … » commença-t-il mais elle fit glisser ses mains pour couvrir sa bouche comme pour tenter d'étouffer la confession qu'elle laissa échapper alors que des larmes coulaient le long de ses joues et qu'elle se laissait tomber à genou.

_ Il me fait peur. Parfois j'ai l'impression … qu'il n'est plus humain.

XXXXXXXXXXXXXXXXXX

Alors qu'ils remontaient en silence un long couloir, donnant d'un côté sur l'extérieur du château et bordé de l'autre par une série de statues de style gréco-romain alignées le long du mur, Buffy était mal à l'aise.

Ce n'était pas tant la perspective du combat qui les attendait que la présence de leur « allié » qui provoquait ce sentiment de mal être.

Car si la Tueuse en elle, dont les instincts et la soif de se battre semblaient s'être affûtés récemment, bouillait d'impatience de se jeter dans la bataille sa partie plus … humaine … ,elle, redoutait de devoir se battre contre des humains aux côtés de quelqu'un qui avait si peu de respect pour la vie humaine et semblait aussi « meurtrier » que Guts.

Buffy était encore hantée par la vision de Guts fauchant froidement les soldats qui avaient tenté de l'arrêter avec sa gigantesque épée, tuant sans aucun remords apparent ni aucune restriction.

Intellectuellement elle pouvait comprendre. Comprendre que ce monde était bien plus violent, qu'ici les humains pouvaient tuer leurs semblables beaucoup plus facilement et que pris au piège par de nombreux gardes violents et corrompus qui étaient au service d'un démon, même si ils l'ignoraient, et sachant le sort que lui réservait le Comte, Guts n'avait pas eu d'autre choix que de recourir à la force et de tuer pour pouvoir s'échapper.

Mais émotionnellement, La Tueuse blonde qui s'était toujours battue contre les démons pour préserver les innocents, qui étaient par défauts les humains en général, n'arrivait pas à accepter qu'on puisse accorder aussi peu de valeur à a vie humaine et qu'on puisse tuer aussi aisément que l'avait fait Guts. Surtout d'une manière si violente et sanglante, sans aucune pitié ni aucun effort pour neutraliser ses adversaires sans avoir à les mettre à mort.

Cela faisait que Buffy était assez tendue et méfiante vis-à-vis de leur nouvel allié. D'autant plus à la perspective de devoir affronter des gardes avant de parvenir jusqu'au Comte.

Et en parlant de gardes ….

_ …rive pas à y croire ! Un véritable elfe ? Tu en es sûr ?

Buffy, Spike et Faith se figèrent soudain, en alerte. Guts les imita aussitôt par réflexe se demandant ce qui les avait fait réagir.

Se concentrant au maximum, ses sens affûtés finirent par lui révéler pourquoi : au bout du couloir on pouvait entendre le bruit d'une conversation.

Le Chevalier Noir était quelque peu étonné car d'ici cela était à peine perceptible, même pour lui, et en temps normal il lui aurait fallu être un peu plus proche pour s'en rendre compte par lui-même. Pourtant ses trois « alliés » avaient réagi presque simultanément et plus intrigant encore ils semblaient comprendre ce qui se disait alors que la distance était encore trop grande pour que Guts puisse déterminer autre chose que le vague son de voix humaines.

_ Si, si je t'assure ! Il a été capturé lors de la dernière exécution. Et d'après ce que j'ai entendu le Comte a du l'offrir à sa fille comme animal de compagnie.

Entendre cette nouvelle fit plaisir à Buffy qui craignait que le petit elfe ait déjà été tué.

Elle plissa les yeux pour distinguer exactement combien de gardes se trouvaient devant eux mais malgré sa vision nocturne supérieure à celle d'un humain normal et la faible lumière que procuraient la lune et les étoiles dans le ciel dégagé il faisait trop noir et la distance était trop grande pour qu'elle y voit clairement. Se résignant Buffy dut finalement jeter un regard vers Spike et indiquer d'un mouvement de tête le bout du couloir.

Le vampire comprit exactement ce qu'on attendait de lui et soudain son visage se transforma pour prendre sa forme démoniaque, et cela pour la première fois depuis leur arrivée dans ce monde.

Bizarrement Buffy eut l'impression que son apparence était un peu différente : ses traits … plus marqués, moins humains, ses oreilles semblaient légèrement plus pointues sous cette forme, ses dents, en plus de ses canines vampiriques, avaient plus l'air de crocs. Cela n'avait rien de flagrant plus comme une mosaïque de petits détails subtils. Finalement Buffy chassa cette idée de sa tête : ça ne devait être qu'une impression, sans doute parce que ça faisait un bout de temps qu'elle ne l'avait pas vu sous cette forme.

Malheureusement ce n'était pas qu'une impression : quand Spike prit son apparence démoniaque il ressentit que le rush de puissance qui l'accompagnait habituellement était plus marqué qu'auparavant et ses sens semblaient plus exacerbés … tout comme sa soif de sang.

Rien d'encore incontrôlable, surtout pour quelqu'un avec une volonté comme celle de Spike, mais suffisant pour être remarqué.

C'était comme si ses capacités vampiriques s'étaient accrues.

Un phénomène normal car chaque vampire gagnait en force avec l'âge mais c'était normalement un très lent processus. Cela prenait généralement des décades, voire des siècles, mais là c'était comme si il avait brusquement acquis un siècle de puissance en l'espace de quelques jours. Le passage dans le portail était sans doute responsable de ce changement mais Spike n'avait pas le temps de s'appesantir dessus maintenant.
Ni l'envie de confier à Buffy, qui était déjà plus que méfiante à son égard maintenant qu'elle savait que la puce ne fonctionnait plus, que leur petite virée avait renforcé ses pouvoirs et ses instincts de vampire.

Ses yeux d'un jaune maladif percèrent aisément la pénombre et il put clairement voir que deux gardes seulement se tenaient au bout du couloir.

Spike reprit aussitôt son apparence humaine, et un parfait contrôle de lui-même, sans aucun effet secondaire visible et lâcha un soupir inaudible.

_ Seulement deux gardes, en armures complètes, mais le ventail de leurs casques est relevé et ils sont occupés à bavarder. Murmura-t-il pour informer ses compagnons.

Guts, qui venait d'assister pour la première fois à la transformation de Spike, regarda un instant le vampire avec un regard glacial. C'était une chose de savoir que Spike n'était pas tout à fait humain et une autre de le voir prendre un visage quasi-démoniaque. Heureusement sa transformation était très limitée par rapport aux … choses … que Guts avait l'habitude d'affronter, et semblait bien moins « monstrueuse » vu qu'il conservait une apparence quasi-humaine.
Le Chevalier Noir choisit de passer outre ce point, vu qu'il avait déjà décidé antérieurement que tant que le vampire ne s'en prenait pas à lui c'était au groupe auquel il appartenait de prendre la responsabilité des actes du vampire. Il sortit deux couteaux de jet de son baudrier spécial qu'il portait en travers de la poitrine, par-dessus son armure légère, qui accueillait une demi douzaine de lames spécialement prévues pour être lancées.

Il ne faisait aucun doute pour Buffy à la façon dont il les tenait qu'il était un maître dans l'art du lancer de couteau et qu'il avait l'intention de tuer les deux gardes.

_ On n'a pas besoin de les tuer ! Souffla la Tueuse blonde.

_ On ne peut pas se permettre qu'ils donnent l'alarme. A moins que tu ne souhaites affronter tous les gardes du château. Rétorqua Guts à voix basse.

Buffy comprenait la logique derrière la décision du Chevalier Noir de se débarrasser des deux gardes mais ne pouvait s'empêcher de vouloir trouver une autre solution.

_ Non, mais on peut les neutraliser sans les tuer. Insista-t-elle.

_ Je suis d'accord avec B : si on peut les réduire au silence sans les tuer autant faire ça. Ajouta Faith en prenant le parti de Buffy à la surprise de cette dernière.

_ En fait on doit les prendre vivant. Ajouta Spike. « D'après ce qu'ils disent Puck est toujours en vie et se trouve chez la fille du Comte : eux doivent savoir où se trouve sa chambre. Si on veut le sortir de là il faut savoir où il se trouve. »

Guts n'était visiblement pas ravi à l'idée de prendre des risques superflus avec ces gardes et il semblait plus du genre à ne pas laisser d'ennemi vivant derrière lui pourtant il sembla hésiter.

_ Moi et B on peut les neutraliser sans problème avant qu'il ne puisse donner l'alarme. Assura Faith.

Guts n'était pas très favorable à cette idée mais il devait reconnaître que le trio était assez compétent d'après ce qu'il avait déjà vu de leur prouesse jusque là et si ils affirmaient pouvoir accomplir ça cela devait sans doute être vrai.
De plus sans leur intervention il aurait certainement écopé d'une vilaine blessure avant d'arriver jusqu'ici et se sentait quelque peu redevable, et même si il refusait de se l'admettre il n'était pas hostile à l'idée de libérer l'agaçant petit elfe … ne serait ce que pour le bénéfice de ses capacités de guérison.

Finalement il hocha la tête en signe d'assentiment.

Faith confia son arbalète à Spike alors que Buffy posa son lourd marteau sur le sol avec délicatesse.

Les deux Tueuses prirent une profonde inspiration et en parfaite synchronisation, sans même se concerter du regard, elles s'élancèrent vers les gardes. Elles se déplacèrent presque sans un bruit à une vitesse et avec une agilité qui stupéfia presque Guts. Le Guerrier des Ténèbres se savait rapide, plus que la normale, et il avait rencontré d'autres guerriers extrêmement vifs et agiles au cours de ses combats mais les deux Tueuses semblaient presque appartenir à un autre niveau. Au jugé il estima qu'il pourrait tenir leur rythme, si il le devait, pour une très courte période mais si elles étaient capables de se maintenir à ce niveau sur toute la durée d'un combat et que celui-ci devait durer plus que quelques minutes …

Au bout du couloir les gardes continuaient de bavarder à voix basse sans se douter du danger qui les guettait.

_ Ouf … quelle nuit étouffante.

_ C'est le genre de nuit qu'apprécient les fantômes.

_ Il y a certaines choses avec lesquelles on ne plaisante pas ici. Le réprimanda son collègue avant de demander devant la mine perplexe de son partenaire qui regardait vers le bout du couloir plongé dans la pénombre : « Qu'est ce qu'il y a ? »

_ Hein ? Mais qui c'est celles là ? Eut-il tout juste le temps de demander alors que l'autre tourna la tête pour voir ce qui avait fait réagir son collègue.

En un éclair les deux Tueuses furent sur eux.

Aucun des gardes n'eut le temps de réagir ou de crier. Avec l'armure qui les protégeait ils auraient peut être pu encaisser l'attaque des deux Tueuses suffisamment longtemps pour donner l'alerte voire même offrir une certaine résistance … si leurs visages n'avaient pas été à découvert.
L'un d'eux s'écroula assommé après avoir reçu un terrible coup de poing de Faith en pleine face, suffisamment fort pour lui écraser le nez et lui faire perdre plusieurs dents.
L'autre reçut un coup de pied sauté dans la poitrine qui le propulsa contre le mur derrière lui et lui fit lâcher sa lance, avant qu'il ne put comprendre ce qui se passait Buffy, tout en maudissant intérieurement le fait que dans ce monde on portait aussi souvent des armures qui limitait sérieusement les dommages qu'elle pouvait causer à main nue, lui attrapa le bras et tira en se retournant le faisant passer au dessus de son épaule.

Le garde atterrit brutalement sur le sol et en eut le souffle coupé et un instant plus tard une jeune femme blonde se trouvait sur lui, l'empêchant de se relever, avec une main plaquée sur sa bouche pour l'empêcher d'appeler à l'aide.

Très vite deux hommes, l'un aux courts cheveux d'un blond cendré et l'autre qui correspondait à la description de l'hérétique que tout le monde recherchait en ville se tinrent au dessus de lui.

_ Ecoutes mon gars. Tu as deux solutions : tu nous dis bien gentiment où se trouve la chambre de la fille du Comte et tu gagnes un allez simple pour le pays des rêves, comme ton ami là. Expliqua le vampire en désignant le collègue du garde qui gisait assommé. « Ou bien tu fais la forte tête et c'est mon ami ici présent qui va s'occuper de ton cas. »Termina Spike en pointant vers Guts qui regardait froidement le garde et qui sortit un long couteau à l'aspect particulièrement menaçant.

_ Je … je peux pas faire ça … si il arrive quoi que ce soit à la fille du Comte … vous n'avez pas idée de ce qu'il est capable de faire. Lâcha le garde maintenant terrorisé quand Buffy retira sa main suffisamment pour le laisser parler.

_ T'inquiètes pas on ne va rien faire à la gamine on veut juste récupérer l'elfe. Quand au Comte … il ne devrait plus poser de problème vu qu'on est là pour lui régler son compte. Alors tu ferais mieux de parler avant de te faire saigner et qu'on réveille ton pote pour voir si il sera plus coopératif. Intervint Faith.

Le garde céda et indiqua le chemin à prendre pour rejoindre les appartements de la fille du Comte avant d'avoir le droit à un direct de Buffy qui l'assomma proprement.

_ Okay, nous on continue comme prévu. Quand à toi, princesse, tu te charges de l'opération de sauvetage. Décida Spike.

_ Hein ! Pourquoi moi ? Se rebella Buffy plus habituée à donner des ordres qu'à en recevoir.

_ Parce qu'il vaut mieux que quelqu'un y aille maintenant avant que quelqu'un se rende compte de notre présence et que la garde se mette en branle bas de combat. Je doute que tuer le Comte soit facile et passe inaperçu alors ce sera beaucoup plus facile de libérer Puck avant ça. Et puis ç'est à toi que le Globule et nos deux Wicca ont fait promettre de sauver l'elfe, non ? Expliqua Spike.

Buffy fit une moue boudeuse, quelque peu irritée de se voir privée de l'action principale pour être reléguée à la mission de secours mais il était vrai qu'elle avait promis à sa sœur et ses amis, ainsi qu'à elle-même, d'aider le petit elfe si c'était possible.

Finalement la Tueuse blonde acquiesça et partit dans la direction indiquée par le garde.

Alors que le reste du groupe se préparait à monter les escaliers en colimaçon qu'avaient gardé les deux soldats Faith marqua un temps d'arrêt.

_ Dis moi blondinet, pourquoi as-tu éloigné B ?

_ … Vous les tueuses vous avez une bonne vue et une ouie aussi développée que la notre mais il vous manque l'odorat. Expliqua le vampire en tapotant le bout de son nez. « Et d'après ce que je peux sentir il y a une réception qui nous attend en haut. Le Comte devait se douter qu'on viendrait lui faire la peau et il a du nous concocter un joli comité d'accueil. Si il sont suffisamment nombreux et bien équipés on ne va pas pouvoir s'en sortir en retenant nos coups … alors autant que Buffy ne soit pas là. »

La Tueuse brune lâcha un petit « tsk » de mécontentement en entendant cette nouvelle mais elle dut convenir que Spike avait raison si ils n'avaient pas d'autre choix que de devoir frapper pour tuer alors autant que Buffy soit occupée à secourir l'elfe. Non que l'idée de tuer des humains emballait vraiment Faith qui tentait sincèrement de s'amender, mais elle était suffisamment réaliste pour reconnaître que dans certains cas, et ici en particulier, elle n'aurait pas toujours le choix.

_ Je vais passer en premier et nettoyer la voie. Décida Guts.

_ On peut assurer. Argua Spike.

_ Peut être. Mais à voir vous avez plus l'habitude de combattre en un contre un ou contre de petits groupes. Votre style est plutôt de frapper avec vitesse et précision. Estima le Chevalier Noir. « Moi, j'ai l'habitude de me battre contre de nombreux adversaires et mon style repose plus sur la puissance brute. Il vaut mieux que je passe en premier, je ferai plus de dégât seul si je n'ai pas à me soucier de vous. Contentez vous de couvrir mes arrières ou de vous occuper de ceux qui resteront à l'écart comme les arbalétriers. »

_ Vu comme ça … d'accord. Décida Spike qui savait d'expérience qu'il valait mieux éviter d'être autour du Guerrier des Ténèbres quand il décidait d'utiliser son épée gigantesque.

Guts, enrobé dans sa longue cape noire, arriva le premier dans la salle en haut de l'escalier. C'était une assez large salle avec un petit escalier au bout, flanqué de deux colonnes de pierre, qui donnait sur une porte massive : certainement l'accès principal à la « salle du trône » du château où le Comte devait attendre.

Face au Chevalier Noir se trouvaient une trentaine de soldats, une quinzaine de garde armés de lances en armure complète et autant d'arbalétriers qui ne portaient qu'un simple casque et une cuirasse, ainsi que Dale, le premier conseiller du Comte.

Le vieillard en robe blanche d'ecclésiastique s'avança les mains croisées dans le dos.

_ Depuis la mort de Vargas j'étais certain que tu reviendrais. Déclara le vieux prélat. « Mais ta route s'arrête là. Tu n'iras pas plus loin. Tu as le choix de te rendre ou de mourir dans cette salle. » Ajouta-t-il avec confiance.

_ Bougez vous de là. Fut la seule réponse du Chevalier Noir sans une trace de peur dans la voix juste de … l'irritation, ce qui causa un premier frisson de surprise et d'appréhension chez Dale.

_ Vous n'avez pas entendu ? Dégagez de mon chemin.

Quand Dale croisa le regard de Guts en entendant ces paroles il se rendit compte que le Chevalier Noir n'éprouvait aucune peur, il était si sûr de sa force qu'il ne voyait en ses opposants qu'un obstacle mineur. Le vieux prélat passa de l'appréhension à la peur, réalisant seulement maintenant que les rumeurs qu'il avait entendues au sujet de Guts et écartées jusque là comme fantaisistes étaient peut être vraies après tout.

_ Tu es fou ? Penses tu pouvoir combattre seul contre une cinquantaine de soldats ? Tenta de se rassurer le vieil homme tout en reculant derrière la ligne formée par les gardes. « Arbalétriers ! Allez-y, tuez le ! Tirez ! » Finit-il par ordonner cédant à la panique.

Une douzaine d'arbalétriers s'avancèrent et firent feu sur Guts qui resta complètement impassible, ne tentant même pas d'esquiver.

L'essaim de carreaux qui visait sa poitrine et son ventre le frappa en plein corps mais à la surprise générale aucun des traits ne perça sa chair. Tous les carreaux se fracassèrent ou furent déviés au moment de l'impact.

La foule en face de Guts resta pétrifiée jusqu'au moment où les pans de sa cape s'écartèrent révélant sa Dragonslayer qu'il avait réussi à dissimuler tant bien que mal jusque là et qui était la raison pour laquelle aucun carreau ne l'avait atteint.

_ Il s'est servi de son épée comme d'un bouclier ! Réalisa Dale avec stupeur tout comme le reste des gardes.

Mais avant qu'ils n'aient le temps de se remettre de leur surprise Guts s'était élancé et frappa de toutes ses forces.

Sa terrible épée traça un arc de cercle parmi les arbalétriers et trancha tout ce qui se trouvait sur son passage. Plusieurs soldats perdirent des membres, un autre eut la majeure partie du crâne pulvérisée et encore un autre fut littéralement coupé en deux.

Dale terrorisé maintenant poussa des cris stridents avant de réussir à hurler : « Qu'attendez vous ? Attaquez le ! »

Les gardes en armures lourdes complètes se mirent en mouvement et convergèrent vers Guts, l'encerclant à moitié ils frappèrent ensemble avec leurs lances. Ils semblaient espérer que la longueur de leurs armes leur donnerait un avantage, malheureusement pour eux ils n'avaient pas tenu compte de la longueur inhabituelle de l'épée de Guts.

Le Chevalier Noir s'élança tout en se baissant au dernier moment et alors que les pointes des lances se croisèrent là où il s'était trouvé juste un moment plus tôt il frappa à nouveau causant la destruction dans les rangs adverses. Les armures de ses ennemis semblaient incapables de les protéger de la terrible Dragonslayer qui tailla à travers l'acier de la même façon qu'à travers la chair et l'os, tuant et mutilant ses ennemis sur son passage.

C'est à ce moment là que choisirent Spike et Faith pour intervenir et se lancer dans la mêlée, rajoutant encore au chaos créé par Guts.

La Tueuse et le Vampire ne combattaient pas avec la même furie destructrice et la même puissance brute que Guts mais à leur manière ils étaient tout aussi efficaces.
Utilisant leurs vitesses, réflexes et agilité surhumaine, sans aucunement être gêné par le poids d'une armure ils se déplaçaient avec grâce et gardaient toujours un temps d'avance sur leurs adversaires, esquivant sans problème la majorité des attaques et parant le reste avec leurs armes. Leurs frappes étaient précises et suffisamment fortes pour percer avec facilité les jointures des armures de leurs ennemis causant de graves blessures, bien qu'en majorité non mortelles si traitées à temps, et les laissant incapables de poursuivre le combat.

Si la plupart de ceux qui affrontaient Guts périssaient d'une mort affreuse, démembrés et réduits en charpie par sa monstrueuse épée, ceux qui faisaient face à Faith et Spike étaient rapidement neutralisés et obligés de fuir le combat, souvent en rampant. Les pertes dans les rangs des gardes commencèrent rapidement à s'accumuler et leur moral commença à flancher.

_ Faites quelque chose bande d'incapables ! Paniqua Dale en se rendant compte que ses soldats étaient sur le point de perdre.

Le vieil prélat non content d'avoir sous-estimé le Chevalier Noir ne s'était pas attendu à ce qu'il soit accompagné par des alliés. Il réalisa que si Guts n'était pas arrêté très vite la défaite était inéluctable, aussi décida-t-il de faire appel à son dernier espoir.

_ Guérico ! GUERICO !

D'un pas lourd un garde bien plus impressionnant que les autres sortit du rang. Il n'était pas aussi grand que le défunt Zondark mais plus massif et il portait une armure plus épaisse que la normale ainsi qu'un bouclier de bois renforcé de bandes de fer croisées et il avait en main un fléau d'arme à deux têtes.

_ Tues-le ! Ordonna Dale en désignant Guts. Tu t'es toujours vanté d'être plus fort que Zondark ! Montres ce que tu vaux !

Guérico chargea vers Guts après un court moment d'hésitation tout en faisant tournoyer son fléau à deux têtes.

Guts l'attendit de pied ferme alors que les autres gardes s'éloignaient de lui, et au dernier moment abattit sa Dragonslayer sur son ennemi, frappant son bouclier et le haut de l'épaulière du même bras.

Le coup fut suffisamment fort pour stopper net la charge de Guerico et le repousser en arrière sur plusieurs mètres jusqu'à l'une des colonnes bordant l'escalier qui menait vers la salle du trône du château. Le bouclier de Guerico avait été en bonne partie démoli et son épaulière endommagée, mais le bouclier et l'armure avaient fait leur job et Guerico en réchappa indemne bien que choqué par la puissance physique du Guerrier des Ténèbres.

Mais avant qu'il n'ait eu le temps de se reprendre, Guts frappa à nouveau, cette fois-ci avec de l'élan et balança son épée d'arrière en avant avec toute sa force en une terrible frappe horizontale.

La lame trancha ce qui restait du bouclier de Guerico avant de frapper l'armure, la déchirant comme une feuille de papier et poursuivit sa course coupant Guerico en deux avant de finalement rencontrer la colonne de pierre derrière avec une violence telle qu'elle la fit exploser en morceaux.

Ce dernier exploit de Guts sonna le glas du moral des derniers gardes encore debout : alors que le corps de Guerico, coupé en deux, retomba sur le sol, il prirent leur jambe à leur cou et fuirent la scène terrorisés.

Dale tenta vainement de les arrêter leur ordonnant de revenir et les menaçant mais personne ne l'écouta et il se retrouva seul quand Guts, flanqué par Spike et Faith, avança vers lui la mine impassible.

XXXXXXXXXXXXXXXXXX

_ Excuse moi. Demanda la jeune fille.

_ Hein ! Et pourquoi ? Répondit la voix haut-perchée du petit elfe.

_ Désolée d'avoir pleuré comme ça. Mais ça faisait si longtemps que je n'avais plus parlé à quelqu'un.

_ Ça ne fait rien. Tu peux même pleurer sur ma poitrine si tu veux. Rétorqua Puck avec un tel bravado que cela arracha un petit rire à la fillette.

_ Comment t'appelles-tu ? demanda-t-elle.

_ Puck !

_ Dis Puck … tu peux voler, n'est ce pas ? Interrogea Thérésia tout en regardant par sa fenêtre. « Qu'est ce qu'on ressent … quand on vole ? »

_ … Je ne sais pas. Répondit le petit elfe en agitant les ailes et en décollant légèrement du rebord intérieur de la fenêtre. « Pour moi c'est naturel, comme pour les oiseaux ou les insectes. Je peux me laisser porter par le vent alors c'est plus facile que de marcher. » Dit il en faisant semblant de marcher dans l'air.

_ Oui. Pour vous les elfes voler est une chose normale … Commenta la jeune fille d'une voix chargée de mélancolie.

Puck en observant la chambre autour de lui s'aperçut que bien que richement décorée elle était également terriblement impersonnelle.

_ Thérésia, ne me dis pas que pendant 7 ans tu n'as jamais quitté cette chambre ? Interrogea-t-il.

_ … Mon père ne me laisse pas sortir. Il croit que la ville est encore infestée d'hérétiques alors il refuse que quiconque s'approche de moi. Cette chambre est mon monde et cette fenêtre mon ciel. »

« Quels yeux tristes. On ne dirait pas ceux d'une enfant » Songea Puck.

Mais avant que les réflexions de Puck aillent plus loin ou que la conversation ne reprenne de l'agitation dans la cour en contre bas de la fenêtre de Thérésia attira l'attention de la jeune fille et de l'elfe.

Deux douzaines de gardes semblaient courir un peu partout dans un chaos presque total, on aurait dit un mélange désorganisé de fuite et de course-poursuite et de temps en temps une torche était brandie avant de disparaître ou d'être jetée au sol. Tout cela se faisait dans la pénombre, au milieu de cris et dans la confusion la plus totale.

Puck se pressa contre la fenêtre pour mieux voir ce qui se passait alors que Thérésia ne put s'empêcher de demander : « Mais qu'est ce qui ce passe ? Je n'ai jamais vu une telle agitation chez les soldats de mon père. »

Parmi les cris et les vociférations Puck réussit à saisir quelques bribes de ce qui se passait.

« Des intrus dans le château ! … On s'est fait massacrer ! Il est pas humain ! Fuyez ! …. Ici une autre intruse, attrapez la ! …. »

Visiblement certains gardes étaient en train de se replier … ou de fuir, ce n'était pas bien clair, d'autres semblaient poursuivre quelqu'un. Et les deux groupes étaient en train de se croiser ce qui créait le gros de la confusion.

Mais soudain l'attention de Puck fut attiré sur ce qui se passait un peu plus loin : un petit groupe de gardes en armure complète tentait tant bien que mal de courir après quelqu'un qui, dépourvu d'armure, se déplaçait beaucoup plus rapidement qu'eux.
Le poursuivi s'arrêtait occasionnellement pour utiliser un impressionnant marteau de guerre pour neutraliser quelques un de ses poursuivants ou ceux qui tentaient d'éclairer la scène d'une torche pour rallier d'autres soldats : les envoyant valser dans les airs sur plusieurs mètres avec suffisamment de force pour les assommer ou du moins briser quelques os. Mais au fur et à mesure de nouveaux gardes se joignaient à la poursuite obligeant la personne poursuivie à remettre de la distance entre elle et le gros des poursuivants.

A sa longue chevelure blonde, sa petite stature et l'arme inhabituelle qu'elle maniait Puck reconnut soudain qui était la personne poursuivie et ne put s'empêcher de lâcher dans un hoquet : « C'est Buffy ! »

_ Je dois partir ! Déclara-t-il.

_ Hein ? Mais pourquoi ? Demanda Thérésia confuse.

_ Là, en bas ! C'est Buffy la sœur de mon ami Dawn. Elle doit être là pour me secourir et d'après ce qu'on entend elle n'est pas seule, d'autres amis sont là. Expliqua l'elfe en gardant pour lui le fait que si Guts était bien là c'était certainement pour tuer le Comte et d'après ce qu'il savait du groupe de Buffy il y avait de bonnes chances que certains d'entre eux soient là pour l'aider.

_ Non ! C'est dangereux ! Refusa la jeune fille.

_ Du calme, personne ne peut m'attraper ! Prenant une posture qui se voulait héroïque mais avait plus l'air comique, Puck ajouta. « Ne crains rien, je te dis ! Je suis habitué à la bagarre ! »

_ NON ! NE T'EN VA PAS ! Cria soudain la jeune fille avec suffisamment de force pour faire sursauter l'elfe en arrière le faisant se cogner contre le mur.

_ Ah ! Laissa échapper Thérésia avant de placer ses mains devant sa bouche comme surprise par la façon dont elle venait de réagir. « Ex…excuse moi. Tu t'inquiètes pour ton ami, c'est normal. »

_ Ben, je ne connais pas encore assez Buffy pour dire que c'est mon amie mais sa sœur et certains autres membres de son groupe le sont. Admit Puck.

La jeune fille après un court silence ouvrit sa fenêtre et dit : « Allez, va. »

_ Thérésia … Commença Puck.

_ Je te l'ai dit. Je comprends ce que l'on éprouve à être emprisonné. Le coupa la jeune fille avec un air résigné.

_ Courage, ça va aller … adieu. Déclara Puck avant de s'envoler dans le ciel nocturne.

Thérésia regarda le petit elfe disparaître avant de refermer sa fenêtre avec un gros soupir de tristesse et de s'y adosser.

Mais soudain quelque chose tapa à cette même fenêtre. Se retournant elle se retrouva face à Puck qui la regardait en voletant à l'envers, la tête vers le bas. Thérésia ouvrit la fenêtre et demanda, surprise et un peu incrédule que son premier compagnon depuis si longtemps ait fait demi-tour : « Qu'est ce … qu'est ce qu'il y a ? »

_ Je voulais te dire : que je reviendrais te chercher bientôt. Déclara le petit elfe, provoquant une expression d'espoir et d'émerveillement chez la jeune fille. « Et je te promets que je te ferai sortir d'ici. »

_ Hein ? Fut la seule réponse que réussit à formuler Thérésia totalement surprise.

_ Bon, j'y vais maintenant. A plus tard. Indiqua l'elfe avant de repartir dans la nuit.

La jeune fille enfin seule se surprit à espérer.

« Sortir ? Je n'avais plus pensé à ça depuis si longtemps. Finalement je m'étais résignée à l'idée d'être cloîtrée ici » Réalisa-t-elle. « Hors de cet endroit … il existe bien un monde extérieur. Que va-t-il arriver ? Là dehors ? »

Puck, lui, était également occupé à réfléchir, mais ses réflexions étaient bien plus sinistres : « Peut être que le Comte pour se venger des hérétiques qui avaient tué son épouse bien-aimée, a fait appel à la magie noire pour invoquer la Main de Dieu. Il a reçu un pouvoir maléfique et est lui-même devenu un monstre ! Un de ces « apôtres » que Guts pourchasse. » Réalisa l'elfe avec un frisson d'appréhension sur ce qui allait se produire quand le Comte et le Guerrier Noir se retrouveraient face à face.

XXXXXXXXXXXXXXXXXX

Les portes de la salle du trône du château s'ouvrirent à la volée et Dale, le visage en sang, y fut projeté par un violent coup de pied.

Guts, tenant son épée de sa main valide tout en la laissant reposer sur son épaule, entra dans la salle d'un pas décidé accompagné par Spike et Faith.

La salle, qui se trouvait presque au sommet du château, était immense et très haute de plafond. Une large allée, d'environ 20 mètres, menait à une à petite estrade surélevée alors que de chaque côté de la pièce se trouvaient trois rangées de sept piliers carrés en pierre massive d'approximativement un mètre vingt de large et séparés les uns des autres par une distance à peu près identique.

Tout au bout de la pièce, assis sur un large trône placé sur l'estrade, se trouvait le Comte. De chaque côté de lui se trouvait un garde en armure complète occupé à brandir une lourde bannière.

_ Alors tu es finalement arrivé jusqu'ici, et tu as même amené des compagnons avec toi. Mes félicitations, Chevalier Noir. Le salua le Comte.

Face à lui, Guts resta totalement impassible alors que Spike et Faith se déployaient lentement sur ses flancs, la Tueuse avec son arbalète lourde dans les mains et le vampire avec son épée runique déjà sortie de son fourreau.

_ Mais le moment est venu de voir quelle puissance peuvent avoir des guerriers comme vous, et il est temps pour vous de connaître les limites de la force humaine. Déclara le Comte avec un sourire sinistre et malveillant tout en leur lançant d'un signe de la main le défi de s'approcher et de venir à lui (1).


Note de l'auteur : N'hésitez pas à poster vos commentaires/critiques/appréciations et idées ils sont les bienvenus, pour chaque chapitre, afin de m'aider, me donner des idées et m'encourager à poursuivre mon histoire.

En fait cette histoire a désespérément besoin de review alors faites un effort (°_^ ).

NB : Revew in english are ok since I read it easily.

J'encourage aussi tous ceux qui ont apprécié cette histoire à lire mes autres fanfics : Impérium Aeternus, Moi ! … Gilderoy Lochart ? et Harry Potter et le Miroir.

1 : Bruce Lee style !

luffynette : Merci pour la review, j'espère en recevoir une autre pour ce chapitre.

Dans le prochain chapitre de : BUFFY CONTRE LES VAMPIRES ET LA VOIE DU BERSERKER

... ... ...

Les tentacules du Comte s'enroulèrent aussitôt autour de la jambe gauche de Guts. Il tira immédiatement de toute sa puissance monstrueuse et balança le Guerrier Noir contre une des colonnes de pierre avec suffisamment de force pour y provoquer de nombreuses fissures.

Le choc fit cracher du sang à Guts et le sonna assez pour l'empêcher de tenter de se libérer même si il conserva sa prise sur son épée.

Le Comte profita de son avantage et n'en resta pas là, il fit virevolter Guts dans les airs avant de le smasher brutalement contre le sol, brisant la dalle sur laquelle il fit atterrir le Chevalier Noir sous le regard empli d'horreur de Puck.

Lentement le Comte utilisa sa prise sur la jambe de Guts pour le lever dans les airs vers lui et observer son adversaire réduit à l'impuissance, le corps tremblant de douleur.

_ Incroyable ! Il n'a même pas lâché son épée. S'émerveilla la créature qu'était devenu le Comte avant de projeter à nouveau Guts contre le pilier de pierre.

Le pilier déjà affaibli céda cette fois sous l'impact et s'effondra sous le Guerrier des Ténèbres.

Le Comte relâcha la jambe de Guts qui gisait sur les débris de la colonne de pierre, brisé et visiblement inconscient, son œil unique révulsé et sa bouche ouverte, figée dans un cri silencieux, alors que son sang, provenant de multiples blessures, s'écoulait lentement sur la pierre.

Le Comte se dressa au dessus de lui dans toute sa monstruosité et un son lugubre et terrible s'éleva dans les airs.

_ Ghé,ghé,ghé,ghé…Ha,ha,ha,ha,ha ….

Le rire cruel du Comte, empli d'une joie impie à la vision de son ennemi défait, résonna dans la salle dévastée par le terrible affrontement qui semblait devoir s'achever par la victoire du Comte.