Résumé : Et si Luke avait découvert quelque chose à la fin de: Après l'enfer, l'oasis (8 o'clock at the oasis)?

NA 1 : Je me suis donné un petit défi la semaine dernière : écrire une fanfic sur 8 o'clock at the oasis qui semble être probablement le pire épisode de toute l'histoire de Gilmore girls!

NA 2 : There's probably an english version that's coming soon. Stay tuned!

Droit d'auteurs : Si j'avais eu les droits de GG, il y aurait eu une 8e saison… et probablement un film, aussi!

Es-tu salsa?

Chapitre 1 : Cardio Salsa en otage

Lorelai était assise chez Luke buvant une tasse de café en attendant sa fille. La dernière semaine avait été plutôt étrange. Sa sortie avec Peyton, qui pouvait probablement être qualifié d'homme le plus ennuyant de la planète, était en train de se transformer en incident diplomatique. C'était sans compter son nouveau voisin qui lui semblait être un des êtres les plus étranges qu'elle avait rencontré dans sa vie, ce qui disait beaucoup; elle vivait quand même dans la même ville que Kirk Gleason!

Elle sourit à sa fille qui buvait silencieusement son café.

« Oh! J'oubliais, je t'ai acheté un petit cadeau!

- Quoi?

- Regarde dans mon sac, dit-elle avec enthousiasme à sa fille qui fit tel que demandé.

- Cardio Salsa, lit-elle la couverture de la vidéocassette.

- Oui, il y a la Miami Sound Machine et tu danses. En plus, tu obtiens un entraînement extraordinaire!

- Et pourquoi tu m'as acheté cela?

- Parce que je me sentais stupide de le faire seule!

- Tant pis pour toi!

- Allons!

- Jamais!

- Danse la salsa avec moi! Prétend que je suis Antonio Banderas.

- Même si tu étais dos à Antonio Banderas, je ne pourrais prétendre que tu l'es!

- Tu ne veux pas que ta mère vive une longue vie en santé?

- Pas si je dois danser la salsa!

- Quoi?

- Contente de t'avoir connue, senora. Adios! Dit la fille amusée par la dernière idée de sa mère alors que son sans-fil sonna.

- Je danserais la salsa pour toi.

- Sens-toi chanceuse, tu n'auras jamais à le faire! Continua-t-elle à la blague alors que sa mère ouvrait son portable pour entamer une nouvelle conversation avec Dwight, leur nouveau voisin. Il semblerait que Dwight aurait regarder la météo à la télé et Star Hollow connaîtra quelques jours particulièrement ensoleillés et il se demandait si on ne pouvait pas arroser sa pelouse trois fois par jour pendant 10 minutes au lieu de deux fois par jour pendant 15 minutes.

- Il devrait vraiment s'acheter un chien.

- Oh! Seulement si le chien ne voit pas d'inconvénient à utiliser les toilettes de la station service parce qu'il ne pourra définitivement pas faire ses besoins sur le gazon.

- C'est vrai.

- Je dois retourner à l'Auberge… pourrais-tu aller arroser le terrain pour moi?

- C'était ton idée tout cela!

- Je ne peux pas, je reçois une livraison de porcelaine.

- Arrose-le ce soir!

- On ne peut pas, Dwight a dit que le terrain en a besoin dès maintenant et si on laisse son gazon mourir, il nous en voudra jusqu'à la fin de nos jours.

- Pas moi, j'irai au collège l'an prochain.

- Tu reviendras aux fêtes?

- Peut-être plus maintenant!

- Tu resterais loin de moi pendant les fêtes juste pour éviter Dwight?

- Eh! Personne ne veut que quelque nous en veuille pendant les fêtes!

- Rory, s'il-te-plaît. Je vais vraiment être en retard si je dois retourner à la maison.

- D' accord.

- Merci. Tu es ma fille préférée, blagua Lorelai

- Tu dis cela à toutes tes filles.

- Mais je ne le pense qu'avec toi!

- Bye.

-Bye ».

Lorelai soupira. Le bon voisinage avec Dwight commençait réellement à lui taper sur les nerfs! Elle ne eut cependant pas beaucoup de temps pour y penser parce qu'à peine sa fille levée de table, son sans-fil sonna à nouveau.

« Oh! Dwight, s'il-vous-plaît, vous êtes en voyage d'affaire, allez vous chercher une prostituée! Allô? »

Ainsi s'entama une conversation sans intérêt avec son père qui était fâché de la tournure qu'avait pris son rendez-vous avec Peyton plutôt cette semaine. À peine la conversation avait été entamée que Luke s'approcha de Lorelai pour lui signaler qu'elle ne pouvait avoir de sans-fil à l'intérieur du restaurant. Elle se leva pour sortir tellement absorbée par la conversation de son père et son obstination de ne pas s'excuser pour une sortie qui avait définitivement mal tourné, qu'elle n'entendit pas le lourd « Bang! » qu'avait fait un objet en tombant au sol.

Le coup de fil se termina de façon abrupte lorsque son père raccrocha le téléphone en lui signalant que cette affaire n'était pas terminée et qu'il lui en redonnerait des nouvelles après en avoir parlé avec le père de Peyton pendant une partie de golf. Lorelai soupira. Cette semaine devenait de plus en plus étrange. Elle rentra dans le café chez Luke et aperçut ce dernier souriant en observant attentivement la couverture d'une vidéocassette.

« Je ne connais pas beaucoup les règles d'hygiène dans un restaurant, mais je crois que le fait d'amener ses vidéos pornographiques où les gens mangent mérite probablement un froncement de sourcils!

- T'avais l'intention de danser la salsa bientôt? Se moqua-t-il ignorant son commentaire.

- Comment t'as pu? Tu as fouillé dans mes affaires?

- Eh! Je n'ai rien fait moi, ce n'est pas de ma faute si cette vidéo ne voulait tellement pas te voir danser qu'elle s'est échappée d'elle-même de ton sac.

- Tu devrais être content de me voir vouloir faire de l'exercice. C'est toujours toi qui me dis de faire plus attention à ma santé.

- Par faire attention à ta santé, je dis de boire 4 ou 5 cafés de moins par jour, pas faire honte à la danse latine par ta maladresse.

- Qui te dit que je suis maladroite en dansant?

- Tu as de la difficulté à marcher droit!

- … Et alors… euh… pour danser la salsa pas besoin de marcher droit!

- De toute façon, je suis certain que tu n'auras jamais le courage de commencer.

- Pourquoi pas?

- Parce que tu vas te sentir stupide à le faire seule.

- … euh… Comment sais-tu?

- Je te connais bien, sourit-il. Je t'ai entendu parler à Rory plus tôt.

- Tu nous espionnes?

- Au volume où tu parles, je n'ai pas besoin d'espionner.

- Quand même… Tu me la donnes cette cassette maintenant.

- Non! C'est une pièce à conviction parfaite! L'objet de chantage par excellence!

- Tu ne vas quand même pas garder ma cassette de cardio salsa en otage?

- Tu parles que je vais la garder!

- Mais, comment je vais m'entraîner?

- Va courir, il fait beau dehors.

- Courir, mais quand on court, on transpire, on devient tout collant et gluant.

- C'est un peu le but de sortir s'entraîner.

- Mais courir, c'est ennuyant. Je veux danser la salsa.

- Pas mon problème.

- Oui, c'est ton problème, tu tiens le salut de ma vie future en santé en otage pour tes seules fins de moquerie!

- Ok, nous allons faire un marché. Je te redonne ta vidéocassette et tu en fais plus d'une demi-heure par jour tous les jours.

- Marché conclu! Dit-elle rapidement en tendant la main vers son ami.

- Attends un peu, Speedy Gonzalez!

- Quoi?

- Je dois avoir la preuve que tu le fais chaque jour.

- Ok, je ferai signer un papier par Babette.

- Naha! Je ne fais confiance en personne, tu as la capacité à faire faire ce que tu veux par qui tu veux.

- Apparemment non, puisque je n'ai pas ma cassette dans ma main.

- Je vais t'aider.

- P... Par… Pardon?

- Je vais t'enseigner la salsa.

- Parce que toi, Lucas Danes, tu connais la Salsa?

- Tu serais surprise d'apprendre tout ce que tu ne sais pas à mon sujet.

- Tu sais que ce sera quelque chose que je pourrais utiliser contre toi un jour.

- Tu te moquerais de mes compétences de danseur?

- Absolument!

- Sache, mon amie, que lorsque tu auras dansé avec moi, tu n'auras plus jamais envie de te moquer de moi.

- Ne nous sommes pas un peu confiant envers ses propres talents? Peut-être même, mon ami, ne frôles-tu pas l'arrogance?

- C'est oui ou non?

- Oh que nous avons un marché, mon ami! Dit-elle en pensant que tout sera oublié de toute manière le lendemain. Ma cassette maintenant?

- Voilà.

- Merci, dit-elle en enfournant sa cassette bien profondément dans son sac-à-main.

- On se voit ce soir à 9 heures?

- Pardon?

- Pour ta première leçon.

- Ce n'est pas un peu tard, non?

- Je ne ferme pas avant 8 heures et puis, de toute façon, tu ne te couches jamais avant 11 heures!

- D'accord, à 9 heures, alors!

- À plus tard », dit-il avec arrogance avant de retourner en cuisine. C'est au moment précis où il mettait le pied dans son petit sanctuaire qu'il ne comprit les répercussions de sa conversation avec Lorelai. « Mais, qu'est-ce que je viens de faire » se dit-il en lui-même.

À suivre ... :)

N'oubliez pas de commenter: gros bouton au centre!