Tout d'abord, je vous souhaite une excellente année 2012 !

Ensuite, je remercie les personnes sans compte qui m'ont laissé des reviews: nanie, caroline, Adeline, aussidagility, dian4a (je fais aller, merci de demander...), la(), anges0112 (et oui, Bella fait celle qui ne voit rien et n'entend rien... A-t-elle peur de ses sentiments ?), Ilonka, caro, lilly-rose (oh, je vais te décevoir !mdr).

Je sais que ma lenteur en a fait fuir plus d'une et je suis désolée... je manque de temps ! Maman au foyer ne veut pas dire 'liberté'. Je m'occupe aussi de mes grand-parents 3 fois par semaine, sans compter les rdv, mes soucis de santé (pas graves mais le traitement me fait somnoler), les garçons... Le décès de la grand-mère de mon mari... Bref, le temps passe trop vite et je vous remercie pour votre gentillesse et votre fidélité, j'ai beaucoup de chance.

O0O0O0O0O0O0O0

Chapitre 17: Elle, dans ma tête...

POV Edward

Etait-ce elle qui avait eu envie de ce baiser ou moi qui lui avais envoyé un signe ? Aucune idée. L'important c'était ce que nous échangions en ce moment. J'enserrai sa taille de mes bras et l'appuyai doucement contre ma voiture, tandis que ses mains passaient sans relâche dans mes cheveux, me rapprochant davantage d'elle. Je ne pus retenir un gémissement contre ses lèvres lorsque ses ongles grattèrent mon cuir chevelu.

- Non, mais franchement ! Regarde-moi ça, Charles ! Ces jeunes n'ont plus aucun respect, c'est dégoûtant ! Ronchonna une vieille dame, passant derrière nous avec son mari.

- Vous n'avez jamais été amoureuse ? S'enquit Bella, alors que je ne pus m'empêcher de rougir.

Je ne m'attendais absolument pas, à d'une, qu'elle arrête notre baiser et, de deux, qu'elle ose répondre. Décidément elle m'étonnerait toujours.

- Il y a des chambres pour ça, mademoiselle !

- Comme je vous plains Monsieur Charles, votre vie n'a pas dû être très folichonne... Soupira Bella avant de déposer un petit baiser sur mes lèvres.

Elle ouvrit sa portière et monta dans l'habitacle. Moi, je la regardais faire avec un grand sourire. " Dans les dents la mégère ! " J'observais un instant le couple de personnes âgées, la femme ruminait alors que l'homme sifflotait.

- Bon, Edward, on a cours ! S'écria ma belle brune.

- J'arrive !

- Bonjour mon bébé ! Couina Jessica lorsque j'entrai dans la salle de sport.

Je retins une grimace en passant près d'elle tout en l'ignorant royalement. Comment avais-je pu m'intéresser à ce genre de fille ? J'étais vraiment le roi des cons ! Heureusement que Bella m'avait fait redescendre sur terre. Je scrutai le terrain et aperçus Paul, Jared et Jacob en train de courir, Emmet et Mike discutant sous le panier et Jasper faisant des étirements contre le mur, par contre, pas de coach. J'avançai jusqu'à son bureau et la vis, enfin, en pleine conversation avec Rosalie. C'était peut-être pas le bon moment pour lui quémander un baiser vu leur sujet de conversation: la poupée de mon abruti de cousin. J'arrivai quand même à capter son attention et lui envoyai un rapide clin d'oeil avant de disparaître. La longue chevelure de Rose avait bougé, je ne voulais pas qu'elle me voie, qu'elle se rende compte que j'étais la raison du rougissement de Bella, ainsi que de son petit sourire.

" Ah, ma magnifique Isabella... très bientôt à jamais mienne. "

Je planais complètement tout en me dirigeant vers Jasper, repensant à ce sublime baiser de tout à l'heure.

- Tu ressembles à un parfait crétin amoureux, Ed'. Rigola mon ami.

- Oh, alors je te ressemble ? Beurk !

- Ah ah ah, très drôle, Cullen ! Oserai-je te demander qui est la malheureuse responsable de ton état ?

- Nan !

- M'en fiche, j'en sais plus que tu ne le penses. Me nargua-t-il, ramassant un ballon.

- Ah ouais ?

- Une jolie brune vivant dans la même maison que mon adorable copine. Sourit Jasper.

- Comment tu le sais ? Chuchotai-je pour ne pas que tout le monde soit au courant.

- Il faudrait être aveugle pour ne pas le voir.

L'affolement passa sur mon visage.

- Et puis, Riley m'a confié que vous aviez rendez-vous ce midi.

- Riley... Grognai-je.

- Il craque depuis un moment sur elle, tu le sais. Alors, au moindre faux pas de ta part, il fera tout pour l'avoir.

- Ouais, je le sais. Marmonnai-je, bien plus énervé que je ne devrais l'être.

- Calmos amigo ! Je suis de ton côté.

- Ah bon ? M'étonnai-je.

- T'as beaucoup changé depuis que tu la connais. L'Edward-Niqueur a disparu, enfin j'espère.

- L'Edward-Niqueur ?

- Pas mal, hein ? Rit-il. C'était le surnom qu'on te donnait avec Emmet.

Un coup de sifflet nous avertit du début de l'entraînement et je ravalai cette annonce peu glorieuse en serrant les dents. Qu'est-ce que j'avais été con !

- Bon, pas la peine de vous rappeler notre dernier match, alors on va se remettre tout de suite au boulot. Je vais faire deux groupes. Le premier commencera par du cardio' en salle de musculation, le second par des séries de shoot. Edward, tu pourras surveiller le premier groupe ?

J'hochai la tête en essayant de rester le plus indifférent possible. Parce que, franchement, j'adorais quand elle posait son attention sur moi... et puis son côté autoritaire allait directement réveiller ma virilité. Je devenais cinglé ! Après être passé pour le con de service, sautant sur tout ce qui bouge, j'allais passer pour la lavette tellement je me traînais à ses pieds. Mais je m'en foutais, du moment que je l'avais elle.

- Edward ?

- Oui ?

- Ca y'est, tu réagis ? Sourit la plus extraordinaire fille que j'ai jamais croisée.

Cet instant aurait pu être fabuleux si les autres mecs ne se moquaient pas de ma tronche.

- Bel Edward Dormant est réveillé ? Pouffa Paul en me collant une claque phénoménale dans le dos. Je vacillai sur mes jambes avant de le fusiller des yeux, n'impressionnant personne...

- Donc, je répète pour ceux...

- Celui ! S'écria Mike, interrompant ma belle et faisant rire l'assemblée.

- Ok... Edward, tu emmènes avec toi: Paul, Emmet, Mike, Jared et Tyler. Je garde les autres.

Ce fut un peu difficile de tourner le dos à ma Bella, mais j'avais pas le choix. Elle venait de me donner un ordre... et, là, si je pouvais extérioriser ma démence intérieure, on me prendrait pour un fou, ou un lycéen foufou de mangas japonais, sautillant dans tous les sens, les poings serrés à hauteur des pommettes, un sourire immense et bavant me barrant le visage ainsi que de grands yeux larmoyants. Ouais, j'étais tout ça à la fois. Carrément barré à cause de cette fille.

- Bah alors, Eddy, encore dans tes pensées ? Ricana mon imbécile de cousin.

- Tiens, tu ne m'appelles plus Edward-Niqueur ?

- Qui te l'a dit ?

- Mon petit doigt ! Râlai-je.

- C'était un petit surnom, pas bien méchant d'ailleurs.

- Mais oui ! Faudrait que je t'en trouve un moi aussi... Que dirais-tu de gonfleur de poupée ? Dis-je en m'arrêtant pour ouvrir la porte de la salle de muscu'.

- Et que dirais-tu si j'annonçais à tout le monde que tu te tapes B.E.L... ? Chuchota-t-il à mon oreille.

Je grognai pour seule réponse.

- Dix minutes sur chaque machine et vous tournez. Déclarai-je.

- Et on commence par laquelle ? Questionna Mike.

- Par celle que tu veux. Soupirai-je, agacé.

Ce mec m'énervait. C'était à se demander comment il avait réussi à entrer à la fac. Quel abruti ! Euh... comme mon cousin... enfin, lui, on a pu le laisser accéder aux études supérieures grâce à ses capacités en sport, mais Newton ! Je vois vraiment pas ce qu'il fiche ici.

Au bout d'une heure à surveiller la vitesse des appareils ainsi que la posture de mes coéquipiers, je vis débarquer le second groupe.

- C'est bon les gars ! Buvez un coup et allez rejoindre le coach sur le terrain.

- Comme t'es bien dressé Eddychou ! Ricana Jacob en passant devant moi.

- Tout comme toi ! Rétorquai-je en mettant son tapis de course au maximum.

Surpris par la vitesse, il trébucha mais tenta de prendre le rythme, en vain.

- Hey, mais t'es un malade !

- Ben quoi ? Trop dur pour toi ?

- T'es qu'un taré, Cullen. Dit-il en sautant de la machine.

- Un problème ? M'enquis-je, face à lui, nullement impressionné.

- Ouais, un petit. TOI !

- Ben, allez, qu'est-ce que t'attends ? Viens le régler ton problème. Le menaçai-je en m'avançant vers lui.

- On se calme ! S'écria Jasper, venant s'immiscer entre nous.

- Ce minable se fout de ma gueule !

- Cullen n'a pas d'humour.

- Arrêtez vos conneries et, Jacob, reprend l'entraînement. Ordonna mon copain.

Heureusement son autorité ne me faisait pas le même effet que celle de Bella.

- Edward, cesse de sourire bêtement et fais ton boulot. Murmura Jaz' en rebroussant chemin.

- Ed', je commence à m'inquiéter. T'es sûr que tout va bien ?

Je finis de nouer mon lacet, le pied posé sur le banc, et levai la tête vers Jasper;

- Pourquoi ça n'irait pas ? Répondis-je en haussant les épaules.

- C'est-à-dire que ton attitude est tellement étrange? Je t'ai jamais vu dans un tel état.

- Rassure-toi, vieux, je vais très bien.

- Si tu le dis... Souffla-t-il en s'essuyant le front avec sa serviette.

Je souriais toujours bêtement, ça je le savais, mais ce n'était pas de ma faute. J'étais sur un gros nuage tout moelleux et sentant le parfum de ma douce.

- Au fait, ça y'est, vous êtes ensemble ?

- Non.

- Non ?

- Non. N.O.N. Non.

- Ben faut pas demander quand vous le serez alors... Soupira mon ami.

- Ce qui veut dire ?

- Nan, rien, laisse tomber.

- Ok !

Je le vis sortir de la salle, ruminant des choses incompréhensibles pour mon ouïe. J'empruntai le même chemin que lui et mes yeux cherchèrent immédiatement ma petite déesse. Malheureusement, il n'y avait plus personne sur le terrain, ni dans les gradins. Vu que je ne m'étais pas changé, inutile que j'aille dans les vestiaires, surtout avec Emmet, Mike et Jacob dedans. J'avais envie de rester zen encore quelques heures. J'allais quitter cet endroit lorsque j'entendis le doux rire de Bella. Par réflexe, je me retournai aussitôt. Et, là, j'enrageai derechef. Mademoiselle était en pleine discussion, apparemment hilarante, avec Jared. Que faisaient-ils ensemble et qu'est-ce qui pouvait bien la faire rire à ce point ? Je me mordis l'intérieur des joues afin de me retenir d'exploser. Comme elle ne me prêtait aucune attention, je me remis à marcher lentement et fis semblant de taper un texto sur mon téléphone portable. Ils me dépassèrent sans qu'elle ne daigne m'accorder un regard ou encore un "salut". Mais pour qui me prenait-elle, nom de dieu ?

- Edward, je peux te parler ?

Je la fixais incrédule, elle venait de se stopper dans l'allée et faisait un petit geste de la main à mon cher coéquipier. A quoi je pensais déjà ? Euh, à rien... Isabella Swan m'attendait moi. Ouais, je sais, pathétique, mais fier de l'être !

- Comment ça s'est passé avec le cardio ? S'enquit-elle alors que j'arrivais à son niveau.

- Cool, ouais c'était cool. Mentis-je avec aplomb.

Je n'allais pas me plaindre des petites moqueries ou autre tension, n'est-ce pas ? Un mec, un vrai, ça ne se plaignait pas, jamais !

- Tant mieux. Me sourit-elle.

- Tu veux que je te raccompagne ? Lui proposai-je.

Elle regarda un instant ma voiture et hocha positivement la tête.

- Avec plaisir.

Je lui ouvris la portière et attendis qu'elle s'installe pour la refermer. Je m'assis à ses côtés et démarrai lentement, pour une fois.

- Ta cheville a l'air d'aller bien.

- Comme si elle n'avait jamais été blessée.

- Tant mieux. Pour le match de ce week-end, je préfère te garder sur le banc, tu ne m'en veux pas ? Déclara-t-elle, hésitante.

- Pas du tout, je comprends. La rassurai-je.

- Par contre, pour te remplacer, je ne sais pas encore qui je vais mettre.

- Le seul qui soit apte pour le poste de meneur c'est Tyler.

- Tu crois ? Son niveau n'est pas si terrible que ça.

- Ca je le sais puisque je suis le meilleur ! Me vantai-je.

- Je me dois de le confirmer. Rit ma ravissante passagère.

- Si tu hésites, vois avec Jasper. Il est assez polyvalent et sait canaliser les gars.

- C'est vrai. Oh, ben, justement il est chez moi ! S'exclama-t-elle alors que j'arrivais devant sa maison.

- Tu entres ?

- Moi ? M'étonnai-je en pointant mon index sur mon torse.

- Bah, oui, toi ! Qui d'autre ? Ricana Bella.

- D'accord. Je te suis.

Nous descendîmes tous deux en même temps de la Volvo. N'attendra-t-elle jamais que je vienne lui ouvrir la portière ? La pluie avait fait son apparition et le vent tourbillonnait fortement, un vrai déluge comparé à ce midi.

- Waw ! S'écria Bella qui fit carrément du sur-place à cause de cette tempête.

Je la saisis par la taille et l'aidai à parcourir les quelques mètres qui nous séparaient de la porte d'entrée.

- Qu'aurais-tu fait sans moi ? Rigolai-je une fois au chaud dans le couloir.

- Hum, j'hésite entre survivre et me retrouver vautrée dans la boue. Me sourit-elle.

Elle retira son manteau et tendit la main afin que je lui donne le mien, puis les accrocha sur la patère de l'entrée.

- Salut vous deux ! Lança Alice, assise sur les genoux de Jasper dans le canapé du salon.

Bella se posa sur l'accoudoir et m'invita à faire de même dans le fauteuil individuel. De toute façon, je ne comptais pas me mettre près des tourtereaux. Quoique j'aurais bien aimé voir leur tête si je m'étais assis au même endroit qu'Alice...

- Qu'est-ce qui te fait encore sourire ? Se renseigna mon pote.

- Moi ? Rien de bien important. Dis-je en secouant la tête.

- Jaz' a raison, tu es très bizarre, Edward, depuis quelques temps. Ajouta la brunette.

- Je confirme. Renchérit ma Bella, en me fixant.

- Bon, vous avez fini de me scruter ainsi ? Je ne suis pas une bête de foire !

Alice se leva d'un coup et nous proposa des boissons, que nous acceptâmes. Bella en profita pour capter l'attention de Jasper et lui expliqua que nous étions tombés d'accord afin qu'il prenne ma place de meneur pour le match de ce week-end. Apparemment cela ne lui causait aucun problème. Et, moi, j'avais confiance parce que je savais qu'il n'essaierait pas de s'octroyer mon poste sur le long terme. Alice revint à ce moment-là avec un plateau, tout sourire.

- A quoi va-t-on trinquer ? Réfléchit-elle tout haut en posant les verres et la bouteille sur la table basse.

- Parce qu'il faut trinquer ? Demanda ma douce en fronçant les sourcils.

- Mais bien sûr que oui ! Rétorqua-t-elle. C'est la première fois qu'on se retrouve tous les quatre, deux couples amoureux...

- Amoureux ? Marmonnai-je entre mes dents.

Bella n'avait jamais parlé d'amour, ni de relation sérieuse, seulement d'un fantasme à assouvir pour passer à autre chose. Alors, pourquoi m'attachais-je autant à elle ? Elle ne voulait pas vraiment de moi après tout. Juste mon corps... tirer un coup et bye-bye.

- Ne fais pas cette tête, Edward. Et, toi, Bella, je te vois du coin de l'oeil... Ferme la bouche. Sourit Alice tout en versant du soda dans chaque verre.

La copine de Jaz' commençait à me faire peur, très peur... elle avait peut-être un don. Amoureux, je l'étais... mais pas Bella... enfin pas de moi.

O0O0O0O0O0O0O0

Prenez soin de vous et gros bisous !