LOVE ! VERSE (#1)

Note : Cette fiction ne m'appartient pas, je ne fais que la traduire. De même I-Am-a-slash-addict ne possède pas les personnages de Supernatural ou d'Harry Potter.

Ceci est un threesome, entre Harry, Dean et Sam. Si vous n'aimez pas, partez avant de commencer, parce que ce slash prend une grande part de l'intrigue ! =)

Dans la fiction originale, le Démon aux yeux jaunes est évoqué sous l'acronyme YED (initiales de Yellow eyes Demon). En française, DYJ ca le fait tout de suite moins bien… Donc, je me permets de conserver l'acronyme YED, même si j'ai fait référence à ce démon sous le nom de Démon aux Yeux jaunes.


Chapitre Un :

Regardant les terres autour de Poudlard, Harry soupira. Le vieux château avait été sa maison durant les six dernières années et il était triste de le voir pour la dernière fois, mais il devait partir, ils pensaient tous qu'il était trop puissant, trop dangereux.

Les six années, durant lesquelles il avait été un sorcier avaient été dures... en danger constant de Voldemort et de ses Mangemorts. Vers la fin, il avait reçu une formation pour se battre, devenant de plus en plus fort et plus habile au combat à la fois physique et magique. Les épreuves pour localiser et détruire les Horcruxes que Voldemort avait créé, l'avaient préparé pour la bataille finale et lui avaient montré qu'à la fin, il devrait donner sa vie pour y mettre fin un point final. Il était le dernier Horcruxe et à moins de mourir, il y aurait toujours un probable retour de Voldemort, il était prêt et disposé à donner sa vie pour que ses amis et sa famille soient libres.

Ainsi, après des mois de recherche, il avait trouvé un vieux charme longtemps oublié. Il lierait la magie d'Harry avec celle de Voldemort, et Harry pourrait alors se sacrifier et perdre sa propre vie, en emmenant Voldemort avec lui. Mais quelque chose était arrivé après qu'il soit mort, quelque chose avait gardé son âme attachée à son corps et une fois que Voldemort ait disparu, il était revenu avec corps encore bien plus puissant.

Après sa défaite sur Voldemort, le monde sorcier ainsi que tout ceux qu'il croyait être ses amis, sa famille, lui ont un à un tourné le dos. Il avait ressenti au niveau de son cœur, une telle douleur à leur trahison, sa poitrine lui avait donné l'impression de se briser physiquement. D'abord, cela avait commencé par Dumbledore, qui après tant d'années en tant que mentor d'Harry s'était retourné contre lui, allant de pair avec le Ministère pour déclarer qu'il détenait trop de puissance pour une seule personne… qu'il était un danger pour ceux qui l'entourait.

Il se rappelait des mots du vieux magicien « Harry, je suis désolé de dire que j'ai échoué avec toi. L'obscurité t'a touché et je ne peux l'ignorer plus longtemps. La puissance que tu possèdes est trop dangereuse pour être contrôlée seulement par une personne… Tu dois l'accepter, il n'y a aucune autre voie, je le fais pour le plus grand bien de tous. »

Ils avaient voulu le jeter dans Azkaban, pour le sauver de lui-même, disaient-ils. Bientôt les Weasleys et Hermione suivirent, les difficultés d'Harry dans le l'apprentissage du contrôle de ses pouvoirs avaient finis de les convaincre.

Harry avait essayé tellement de choses, il avait vu tellement de guérisseurs, pour essayer et apprendre à contrôler sa magie, mais personne ne pouvait l'aider, il avait plus de puissance que quiconque dans l'histoire. Un mois après la bataille finale, Ron avait dit à Harry qu'il était trop dangereux, qu'il devrait se rendre de lui-même au Ministère. Ron fut odieux et violent, disant à Harry qu'il avait toujours été un danger pour les gens d'une manière ou d'une autre et qu'Harry devait accepter qu'il avait besoin d'être enfermer à Azkaban. Harry était devenu tellement furieux lorsque tous autour de la table avaient hochés la tête en accord et sa magie avait alors jaillie de son corps, frappant Ron jusqu'à l'inconscience et faisant chuter tous ceux autour de lui.

Il avait dit qu'il était désolé, qu'il n'avait pas l'intention de le faire, mais personne n'écoutait. Ils lui hurlèrent de partir et de ne jamais revenir. Disparaissant, il s'était retranché au Square Grimmault pendant deux mois, essayant tout ce qu'il pouvait pour apprendre à contrôler sa magie et finalement il l'avait fait. Par la méditation et des exercices moldus, il lentement apprit à contrôler sa magie et les émotions qui alimentaient sa magie.

Quand il fut certain qu'il n'était plus un danger pour ceux qui l'entouraient, il retourna au Terrier, espérant y être le bienvenu de nouveau, mais il ne le fut pas. Ils croyaient toujours qu'il était trop dangereux, et peu disposé à prendre le risque de le laisser les blesser. Il avait supplié et prié : ils étaient les seuls personnes qu'il avait… Sirius et Remus, Neville, Fred, George et Luna étaient tous morts durant la guerre… il n'avait personne d'autres. Mais cela ne fit aucune différence : il était une menace pour eux et ils ne le verraient pas autrement.

Il avait marché longuement, parcourant des kilomètres dans un état second, puis il avait trébuché pour se retrouver assis et pleura.

Il était seul.

Harry avait ressentit de la colère et de la trahison face à leur manque de foi en lui, en choisissant de lui tourner le dos, sans lui donner une chance de prouver qu'il pouvait contrôler sa magie. Les amis ne devaient pas faire ça ! La famille ne le devait pas non plus ! Il était rempli de fureur, sa colère bouillonnant à l'intérieur de lui et puis tout à coup il s'était mit à rire. Il s'était laisser choir à terre et avait ri, comme s'il avait perdu l'esprit. Harry était bien plus en colère qu'il ne l'avait jamais été de toute sa vie, mais il avait gardé le contrôle de sa magie...

C'est alors qu'il avait décidé que, s'ils ne voulaient pas de lui, alors qu'il ne voulait pas d'eux non plus. Emballant ses possessions et transférant son argent de ces comptes sorciers à des comptes moldus, il partit.

Maintenant, il se tenait debout juste à l'extérieur des portes à Poudlard, prêt à partir... il pourrait voyager un peu... Sirius avait toujours parlé de voyager une fois qu'Harry aurait obtenu son diplôme et il disait vouloir l'emmener d'abord en Amérique. C'était un haut lieu de culture et de nourriture, il y avait tellement de choses différentes à faire, d'endroits à visiter... Il avait dix-sept ans et la chance d'être libre et voyager sonnait plutôt bien.


Harry bâilla lorsqu'il gara sa voiture dans l'espace vide, devant l'entrée du 'Mom and Pop diner'. Il était sur les routes depuis deux jours, et maintenant, il était fatigué et agité. Il avait quitté San Antonio et s'était arrêter à quelques endroits tout le long de la route, pour manger, se reposer et se promener un peu. Une fois il eut traversé Lawrence, au Kansas, il décida de rester sur les lieux au lieu de conduire le reste du chemin jusqu'à Denver.

C'était une jolie petite ville et Harry pensa que c'était aussi bien de s'y arrêter et d'y rester pendant un moment. Après trois mois de mouvement, d'un endroit à l'autre, il se sentit prêt à s'arrêter et à se faire plaisir, même si ce n'était que pour quelques mois.

Sortant de la voiture, il étira son corps raide et sourit au couple qui marchait devant lui. Cela lui manquait, avoir quelqu'un avec qui passer la journée, à aimer. Ca faisait un moment qu'il ressentait ça, bien longtemps avant la fin de la guerre. Au début, lorsqu'il avait commencé à voyager, il y avait tellement de choses nouvelles et excitantes, tant à voir, de gens à rencontrer, mais plus les semaines ne s'écoulaient, plus les déplacements d'une ville à une autre ne s'enchainaient et l'excitation n'était plus suffisante. Il voulait voyager avec quelqu'un, avoir quelqu'un à qui parler sur les longs trajets ou avoir quelqu'un avec qui passer la journée lorsqu'il errait à travers le pays. Finalement, moins amusant qu'il ne le pensait sans Sirius à ses côtés.

Traversant la salle à manger, il s'assit au comptoir et regarda le menu au-dessus.

_ « Que voulez-vous, hun? » demanda la serveuse alors qu'elle sortait un stylo de son chignon et un carnet de la poche de son uniforme.

_ « Puis-je avoir le DIP français s'il vous plaît avec une salade et un coca. »

_ « Bien sûr, ça prendra seulement quelques minutes ».

Harry hocha la tête et sourit lorsqu'elle s'éloigna.

_ « C'est tout un accent tu as là, chéri. Ca ne s'entend pas que tous les jours ». Lui dit une femme noire âgée assise sur le siège à côté de lui.

_ « Non, je suis en voyage à travers tous les États. Je suis originaire de l'Angleterre. » Répondit Harry et il lui tendit la main pour serrer celle de la femme. « Je suis Harry en passant. »

_ « Missouri Mosley, heureux de faire vous rencontrer Harry. » dit Missouri, en lui serra la main. Pendant un instant, ses yeux s'élargirent et elle eut un regard glacé sur le visage.

Harry libéra sa main et après une minute alors qu'elle avait encore le regard glacé, il dit: «Vous allez bien? »

_ « Qu'est-ce? Oh, pardon, hum... c'est l'âge. De temps en temps, je suis distraite pendant une minute ou deux. » dit-elle avec une vague de la main, et un sourire sur le visage. « Donc, qu'est-ce qui vous amène ici à Lawrence? »

_ « Je me rendais à Denver, mais je suis fatigué. Ca fait quelques mois maintenant que je voyage. Lawrence semble être un lieu agréable où séjourner pendant quelques mois et se reposer. Je pensais trouver un endroit à louer et y rester pour un petit moment. »

_ « Eh bien, comme c'est étonnant, je suis à la recherche d'un pensionnaire pour une chambre à coucher de ma maison. Ce n'est rien si la fantaisie vous objecte, mais elle est meublée et fournie avec trois repas par jour, si vous êtes intéressés ...» Missouri lui donna un véritable sourire et dit: « Bien sûr, j'ai besoin de vous connaître un peu plus avant que ce ne soit officiel, mais je suis un assez bon juge pour cerner les caractères. »

_ « Ouais, j'aimerais bien voir l'endroit. Je ne m'attendais pas à passer un entretien pour trouver un appartement en un temps aussi court. »

_ « Alors, c'est réglé, après que vous ayez prit votre déjeuner, vous n'aurez qu'a venir voir les lieux et si vous vous y sentez bien, nous pourrons discuter des détails. »

Après le déjeuner, Harry marcha avec Missouri jusqu'à la maison, qui s'avérait n'être qu'à quelques pâtés de maisons. C'était une vieille maison, mais elle était bien conservée et lui donnait une sensation d'intimité. La chambre à coucher, qu'elle lui montra, n'était pas grande mais elle avait un lit complet, un bureau avec une chaise et une commode pour ses vêtements. Durant une heure, ils avaient appris un peu plus l'un de l'autre et Missouri lui avait dit qu'elle voulait lui louer la chambre.

Cette nuit-là, après avoir déballé ses affaires, il eut un dîner tranquille avec Missouri et pour la première fois depuis un longtemps, il se sentait à la maison. Ils parlèrent toute la nuit, riant et apprenant à connaître l'autre et un peu après minuit, il lui souhaita une bonne nuit avec un sourire et alla se coucher.


Les mois suivants défilèrent à une vitesse hallucinante et Missouri commençait à se sentir comme une grand-mère de beaucoup de façon. Elle cuisinait des plats merveilleux, raccommodait ces vêtements quand ils étaient accrochés, l'écoutant lorsqu'il parlait de ses amis, donnant une version moldue des événements qui l'avaient conduit à quitter l'Angleterre. Elle était gentille et attentionnée, offrant des conseils et une épaule pour pleurer lorsqu'il se sentait déprimé et Harry était très reconnaissant de s'être arrêté à Lawrence.

Une nuit, Harry se réveilla et eut besoin d'un verre d'eau. Faisant son chemin dans l'escalier, il utilisa sa baguette et un sort 'Lumos' pour éclairer son chemin, ne voulant pas réveiller Missouri. Il prit un verre et se tourna pour prendre un verre quand il vit Missouri tranquillement assise à la table de cuisine, un sourire sur son visage.

_ « Euh... Je…, ce n'est ce à quoi ça ressemble! »

_ « Que tu as une baguette magique pour éclairer?» demanda innocemment Missouri de son siège à la table. « Ne t'inquiètes pas enfant, je le savais deux minutes après je t'ai rencontré. »

_ « Vraiment? »

_ « Bien sûr, je ne sais pas tout, mais je sais que tu es un magicien et que tu as eu une vie difficile où ceux qui devaient t'aimer, t'ont déçus quand tu es devenu si puissant. »

_ « Comment savez-vous cela? »

_ « J'ai eu un petit cadeau aussi, loin de ce que tu as, mais je suis une voyante."

Harry prend place à la table et dit: «Qu'avez-vous vu? »

_ « Juste des petits morceaux de ta vie. La guerre a été très dure pour toi, ils attendaient beaucoup de toi à un si jeune âge. Mais tu as fait ce qu'ils ont demandé, parce que tu as ressenti de la culpabilité pour les gens qui sont morts durant la guerre. » Missouri lui lança un regard sérieux, puis son visage s'éclaira et elle dit: « Mais cela va changer bientôt avec leur venue et ils sont ce qu'il vous faut. »

_ « Qui eux ? » demanda Harry un air pensif.

_ « Je ne peux pas trop t'en dire, pour ne pas gâcher la surprise, mais ils ne sont en rien mauvais. Ils sont ce que tu as toujours voulu, mais que tu n'as pas été en mesure de trouver. Cela ne sera pas parfait tout de suite, et vous devrez passer par encore quelques conflits pour atteindre l'autre côté, mais quand tu auras compris.. »

_ « Comprendre quoi? »

_ « Que ça en valait le coup… tout vaut la peine pour sa famille. »


Sam était paisiblement couché sur le lit du motel alors que Dean ronflait doucement dans l'autre lit. La chambre était comme toutes les autres où ils avaient séjourné : humide et sale, remplie de meubles obsolètes, du papier peint déchiré, des tapis sales et des appareils qui ne fonctionnent pas vraiment très bien. C'était une autre ville dans laquelle ils ne pouvaient rester quelques rester, et bientôt elle serait oublier, un autre lieu qui n'était pas chez eux.

Il avait essayé pendant plusieurs mois maintenant d'ignorer l'insatisfaction croissante de sa vie. Il y avait quatre ans maintenant que Dean était apparu au milieu de la nuit et lui avait dit que leur père avait des ennuis, il avait été heureux et prêt à croire n'importe quelle excuse pour être à nouveau avec Dean.

Les années durant lesquelles il avait été éloigné de son père, et surtout de Dean, avaient été dures. Il les aimait et avait constaté au fil des ans, qu'il déprimait face au choix de vie qu'il avait choisi. Toutefois, cette fierté des Winchester l'avait empêché de leur demander de les rejoindre. Son père avait été tellement en colère face à son choix d'aller au collège, lui disant de partir et de ne plus revenir, qu'il ne serait celui qui ferait le premier pas.

Il s'était tellement ennuyé de Dean depuis qu'il était parti, se sentant comme si une partie de lui était resté auprès de son frère aîné. Dean était sa force sur terre depuis cette nuit où le démon aux yeux jaunes avait tué sa mère et il lui avait été difficile de trouver un équilibre une fois que Dean ait disparu. Durant un court moment, Jess avait rempli ce trou laissé par Dean, mais le YED l'avait prise comme il avait pris sa mère.

Pendant des années ensuite, il avait eu pour but, pour nécessité de terminer le combat même tant de temps après. Sa colère l'avait consumé, la volonté de tuer cette chose avait pris une telle emprise sur lui. Mais ils se trouvaient maintenant quatre ans plus tard et ils n'avaient pas plus avancé que depuis la venue de Dean cette nuit-là. Ils avaient rencontré une fois ou deux le YED, leur père ne cessait de répéter que ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'ils ne tuent le démon pour de bon, mais Sam commençait à se sentir comme si ce ne serait qu'une course sans fin, le YED ayant toujours une étape ou deux d'avance sur eux.

Il essayait d'être content du fait qu'il soit de nouveau avec Dean, et qu'il l'aidait, mais il voulait que cela finisse. Il voulait avoir une maison, un endroit où ils resteraient plus de quelques jours, un travail... une vie normale. Un endroit où ils pourraient tous être ensemble et de vivre leur vie dans une paix relative, et non pas constamment en mouvement de ville en ville, aux prises avec des démons, des fantômes, des loups-garous et tant d'autres encore. Ici, il était réveillé chaque matin en se demandant si aujourd'hui était le jour où Dean ou leur père allait mourir ...

Alors qu'il était encore plongé dans ses pensées, Sam sentit son corps se mettre à trembler et sa vision se rétrécit, pour se tourner vers le noir et blanc. Les signes d'une vision lui étaient familiers et il les laissa le rattraper, en essayant de comprendre le sens de tout cela.

Il y avait un adolescent, auquel il dirait qu'il se trouvait durant son adolescence, mais ses yeux vifs vert-émeraude montraient une telle maturité & une foule d'expressions, allongé sur un autel, son ventre curieusement arrondi et visible. Quelqu'un se tenait au-dessus de lui, du sang ruisselant sur le ventre exposé alors que le garçon tentait de se libère de la corde qui l'attachait. Sam pouvait voir des gens combattre en arrière-plan, entendre des cris et des coups de feu alors que ces personnes tombaient. Il pouvait voir un grand crucifix inversé accroché à la coupole du bâtiment, derrière la personne versant le sang sur l'adolescent et à proximité un bassin de pierre peu profond contenant un liquide trouble pour lui. Il pouvait sentir une odeur de poudre à canon mélangé au sang de l'autel et des combats autour de lui. C'est alors qu'il se vit lui-même et Dean luttant pour se frayer un chemin jusqu'à l'adolescent avec la peur dans leurs yeux lorsqu'ils crièrent, et alors, il entendit leurs deux cris : « Harry! »

Sam fut rudement tiré de sa vision lorsque Dean le secoua, le visage marqué par l'inquiétude « Mon pote, ça va bien? Tu hurlais et criais 'Harry' à plein poumons... » Dean s'assit sur le bord du lit, à côté de Sam et passa une main légère mais réconfortante sur l'estomac de Sam, où son t-shirt avait remonté durant la nuit. «Était-ce une vision? »

_ « Ouais, mais je ne sais pas ce que cela signifie, ni même où et quand cela va se produire... C'était étrange, l'homme, il y avait cet homme qui ressemblait à un adolescent sur cet autel, et l'estomac de ce garçon était sorti et arrondi, comme il était enceint ou quelque chose comme ça. Un homme lui versait du sang sur le vendre tandis qu'une bataille se passait tout autour de l'autel. J'entendais des cris et des coups de feu et je nous ai vus essayer de rejoindre l'adolescent... » Sam s'arrêta une minute, en essayant de décider comment expliquer la partie suivante. « ...Je me suis senti effrayé pour lui, comme s'il n'y avait rien de plus important que lui, nous avons crié son nom en même temps car on essayait d'arriver à lui. Il était important Dean, pour nous deux... vraiment important, et il y avait quelque chose d'autre, comme s'il y avait quelqu'un d'autre pour qui nous avions peur aussi, mais je ne sais pas. »

Dean était assis tranquillement, Sam pouvait le voir essayer de visualiser la vision dans son esprit et de le rôle exact de l'adolescent par rapport à eux. Sam n'était même pas sûr lui-même de ce qu'il signifiait pour eux... il avait senti comme de l'amour, pas celui ressenti pour un ami ou un membre de la famille, mais comme un amant. C'était comme une passion dévorante, et un lien entre leurs cœurs, leurs esprits et leurs corps, entre chacun des trois.

_ « Il n'y avait pas autre chose, comme qui était l'adolescent ou l'homme, où cela se déroulait… rien? » La voix de Dean tendait vers le tranchant alors que Sam ne trouvait rien d'identifiable immédiatement, puis il fronça les sourcils.

_ « Le nom de l'adolescent était Harry et l'homme qui lui versait le sang m'était familier, mais je ne l'ai pas reconnu. » répondit Sam avec un soupir. « La vision donnait aussi l'impression que nous avions un peu de temps, comme si cela ne se produirait que dans un certain temps trop, c'était comme nous avons eu un certain temps.. »

_ « Bon, rendormons-nous et nous pourrons faire des recherches demain, mais il n'y a pas grand-chose pour avancer. »

Hochant la tête, Sam se tourna sur le côté et ferma les yeux essayant de se rendormir.


La nuit suivante, Dean et Sam étaient assis dans leur chambre de motel à regarder un film de fin de nuit sur le vieux téléviseur cassé posé sur la commode en face des lits. Ils avaient passé la journée à faire des recherches sur la vision avec le peu d'informations qu'ils avaient, mais cela n'avait rien donné.

Dean avait senti la tension de Sam toute la journée, et il savait qu'il était de même pour lui. La description de Sam sur l'adolescent était claire, même s'il cela faisait partie des choses qu'il n'avait pas clairement dit. Ce Harry était important à la fois pour Sam et Dean, tel un amant, voir plus. Ils étaient tous deux effrayé par ce que l'homme lui faisait et cela les avaient rendu mal à l'aise.

Sam était le monde de Dean, son tout. Il aimait Sam plus qu'un frère, et ce depuis longtemps, mais il le gardait pour lui, par peur de ce que son père dirait ou pire de ce que Sammy dirait s'il savait que Dean l'aimait de cette façon. Au fil des ans, il avait ignoré ses sentiments, trouvant des hommes et des femmes disposés à soulager les besoins qu'il ne pouvait combler avec son frère.

Maintenant, cet adolescent ajoutait un nouveau problème... serait-il capable de les aimer à la fois? Sam souhaitait-il s'impliquer avec Harry, et laisser Dean derrière lui?

Se tournant vers Sam, il essaya de comprendre ce que Sam pensait... Etait-il entrain de s'interroger sur les mêmes choses que Dean? C'est alors qu'il se rendit compte que Sam avait un regard vide et qu'il tremblait, ses mains contractées en poings serrés comme s'il recevait une vision.

Sautant du lit, il courut jusqu'à Sam et le tira fortement, le serrant contre sa poitrine et murmurant des paroles rassurantes tandis que Sam tremblait, enfermé dans la vision de son esprit. Cela dura quelques minutes, puis Sam sortit lentement de son esprit, la tête appuyée sur l'épaule de Dean, il leva les yeux sur Dean.

_ « C'était la même vision, exactement la même. » Chuchota Sam avec une voix rauque, alors qu'il saisissait le bras de Dean. « Que s'est-il passé? »

Au cours des trois nuits suivantes, Sam eut la même vision et chaque nuit, ils se sentaient tous deux un peu moins bien. Les visions de Sam n'avaient jamais été comme ça, elles étaient généralement assez simple avec des indices pointant vers où ils devaient aller, et qui participait, mais elles ne se répétaient pas encore et encore. Après la cinquième nuit, Dean prit une décision.

_ « Je pense que nous devons appeler papa, Sammy. Il saura quoi faire. »

_ « Dean, il répond à peine à nos messages quand nous appelons habituellement et des semaines plus tard, après que nous ayons eu besoin de l'aide. » dit Sam en colère. « Il ne peut pas ou n'est pas disposé à nous aider Dean ! »

_ « Eh bien, qui d'autre est là? »

Ils s'observèrent les uns les autres en silence, puis Sam sourit. « Missouri! »

_ « Aw Enfer Sammy, elle me déteste... » gémit pratiquement Dean, mais il savait qu'elle pourrait sans doute aider.

_ « Elle ne te hait pas Dean, elle essaye juste de t'inciter à te voir en tant qu'homme meilleur de ce que tu penses être. » Répliqua Sam en souriant à son frère aîné. « Maintenant, vas dormir, nous devons partir tôt demain matin. Cela nous prendra quelques jours pour y arriver. »

Dean fronça les sourcils et souffla alors qu'il se levait et se préparait à se coucher, grognant en le faisant.

.

.


Et voilà, une nouvelle traduction ! Bon, le degré est un peu plus élevé là... Si vous trouviez que Personne n'a jamais dit que cela serait facile était hot... Aïe Aïe.. Je vous préviens, va falloir prévoir des serviettes rafraîchissantes ! :p Enfin, ça peut être un avantage, vu le temps, perso, ça va presque remplacer un radiateur! :p

Enfin, je vous dis ça.. Mais, je dis rien ! ;)

Sinon, la parution de cette fiction sera largement moins régulière que pour la première ! Je pense que cela sera un tous les mois... J'espère que vous serez compréhensives (ou compréhensifs, sait-on jamais...) Je suis étudiante en Droit, donc ça demande pas mal de boulot, j'ai aussi une vie en dehors... lol Et puis, j'ai en réserve la fiction Cross-Over Harry Potter / Twilight, dont la parution se fera dans quinze jours !

N'oubliez pas de me dire ce que vous pensez de ce premier chapitre ! (Je réponds aux reviews dès que je les réceptionne sauf gros changement de programme... )

A dans un mois !

JosyEvans