Disclaimer: dois-je vraiment le dire? Oui? Bon ok... les personnages, tout comme le monde dans lequel ils évoluent pour le meilleur ou pour le pire ne m'appartiennent pas et sont l'entière propriété de J.K Rowling et de Stephenie Meyer. Hélas...

Pairing: HP/EC

Rating: M (pour viol au premier chapitre et scène érotique gay plus tard)

Résumé: abusés et salis par les mangemorts devenus des vampires assoiffés de sexe et de sang, Harry, Draco, Blaise et Théo fuient le monde magique et se retrouvent à Forks. Là, ils devront apprendre à calmer leur haine car c'est eux qu'elle consume...

pauvre homophobe ne clique pas là!

ah...trop tard...

bon ben je te le dis maintenant alors, tu es présentement sur un truc infâme et dégueulasse que l'on nomme un slash, oui je sais, ça fait le même bruit que le ketchup qui éclabousse ton assiette après que tu l'ai secoué pendant 10 minutes. C'est justement là où je veux en venir, enfin plus ou moins...

trêve de bavardage, mieux vaut dire la vérité toute nue (mmmh nue... :p):

cette fic est une histoire d'amour entre deux hommes!

Voila c'est fait, je crois que c'est le moment d'aller te rincer les yeux^^

Haine destructrice

Chapitre 1: subir

POV VOLDEMORT

Assis au beau milieu du salon Malfoy dans un fauteuil en bois massif finement ouvragé, le pire mage noir du siècle jubilait. Autour de lui, prostrés à ses pieds, tremblaient les sorciers les plus riches et les plus influents d'Angleterre, parfaitement soumis. Et pour cause, il n'était plus celui qu'ils avaient connus et en qui ils avaient placés tous leurs espoirs au début de leur croisade. Après son retour d'entre les morts, tous sentaient venir une ère nouvelle et peu parvenaient à l'appréhender sans crainte.

-mes chers fidèles, siffla-t-il de sa voix reptilienne faisant sursauter quelques unes des silhouettes encapuchonnées, voici venir l'heure du renouveau que nous attendions tous, voici venir l'instant du changement. En quatorze années d'errance, j'ai eu plus que le temps de penser à notre cause bafouée et à nos efforts perdus, j'ai pu aussi réfléchir à ce qui m'avait amené là où j'étais. Était-ce la fin? Serais-je condamné à voir les moldus et les sangs-de-bourbe contaminer peu à peu notre société sans rien pouvoir y faire? Non, bien évidement, jamais je ne serais resté à l'état de non-mort si c'était le cas. La réponse était ailleurs, ancrée plus profondément en moi et je n'en ai eu l'assurance qu'en me réappropriant un corps.

Il laissa un silence réflexif s'installer sur son auditoire, personne ne comprenait son discours et tout le monde se demandait de quoi il parlait. Un rictus hautain ourla ses lèvres exsangues alors qu'il reprit la parole.

-Harry Potter ne m'a pas tué cette nuit-là. La réflexion de mon sort aurait pu le faire, elle aurait dû. Pourtant, j'étais toujours là et paradoxalement ce n'est pas la mort que l'enfant m'avait apporté mais bien l'immortalité en réveillant l'héritage ancestral qui sommeillait en moi. Un Ouroboros, voila ce qu'était Salazar Serpentard et voila ce que je suis devenu par cet étrange coup du destin.

Prostrés, les mangemorts n'en étaient pas moins agités ce que leur maitre comprenait fort bien. Cela faisait des siècles que l'on n'avait plus vu une telle créature fouler le sol de cette terre et une fois de plus, lui, Tom Elvis Jedusor, Alias Voldemort, avait défrayé la chronique.

-c'est à ce moment, reprit-il avec nonchalance, que j'ai compris ce qu'il nous manquait réellement pour mettre mes plans à exécution et c'est pourquoi ce soir, afin de mieux me servir, je vous offre la vie éternelle.

Il claqua des doigts et derrière lui apparurent une dizaine de personnes drapées des pieds à la tête dans des capes rouge grenat.

-après mûre réflexion, la solution parfaite m'est apparue sous la forme d'un vampire...amélioré, dirons-nous.

Le maitre eut un geste de la main et une fiole minuscule, sculptée dans le verre, apparut dans sa paume. Quoique leur tête fut tournée vers le sol, Voldemort savait pertinemment que tous ses mangemorts avaient vu la fiole où brillait un liquide à la robe carmin hypnotisant.

-Lucius, mon fidèle bras droit, viens à moi.

L'une des silhouettes encapuchonnées, la plus proche de lui, se leva, les yeux toujours tournés vers le sol et se dirigea vers lui. Sans plus d'explications, le seigneur des ténèbres lui tendit la potion que l'homme blond, après avoir enlevé son masque, bu d'une traite. Il n'aurait jamais dû douter de sa fidélité, Lucius plaçait en lui une confiance sans faille et voulait le lui prouver une fois encore en ne lui posant pas plus de question. Quand il ne resta plus une goutte dans le récipient, le mangemort le lui rendit en inclinant la tête avec déférence.

-merci, maitre.

Le mage noir balaya son remerciement du plat de la main. Il allait devoir le récompenser comme il se devait, un homme comme Malfoy ne se trouvait pas partout et la fierté qui vibrait dans sa voix pour avoir été choisi le premier ne permettait pas d'en douter. Alors que son fidèle retournait s'agenouiller, il appela le suivant.

-Nott.

Le sorcier se releva et se dirigea vers lui en retirant son masque sans oser un regard. À lui aussi, le maitre tendit une fiole contenant un liquide rouge écarlate qu'il prit d'une main tremblante.

-maitre, je ne...

-tu voudrais rester humain, n'est-ce pas? L'interrompit le pire mage noir du siècle d'une voix bien trop concernée.

-oui, maitre, soupira le mangemort avec soulagement.

-je te laisse le choix, dit Voldemort sur un ton presque bienveillant.

Ne croyant pas à sa chance, Nott lui rendit la potion en tremblant toujours autant et le remercia en courbant l'échine le plus bas qu'il put. Jedusor eut un sourire plein d'ironie qui passa inaperçu aux yeux de tous et quand l'homme partit rejoindre le cercle, il appela le prochain.

Toute l'heure qui suivit se passa exactement de la même façon, il appelait ses fidèles auprès de lui, leur proposait de boire la potion et que cela soit fait ou pas, il les renvoyait rejoindre les autres. Lorsque le dernier fut passé, seuls six mangemorts avaient refusé son offre et le maitre était réellement content du résultat.

-vous pouvez y aller, dit-il aux personnes derrière lui, mais prenez garde, je ne tolèrerai pas que l'on m'ampute de l'un de mes fidèles petits mangemorts.

Les capes rouges tombèrent au sol laissant apparaitre une dizaine de vampires qui se jetèrent sans préambule sur les sorciers. Voldemort dû désarmé plus d'un sorcier pour qu'il ne tue pas l'une des fragiles créatures d'un coup d'incendio alors que les cris de souffrance et d'agonie se répercutait sous le plafond haut sans l'émouvoir. Comme toujours, Lucius était unique en son genre et plutôt que de se laisser mordre comme une faible proie, il avait lancé un Imperio à son vampire, contrôlant de ce fait entièrement la situation. C'est en regardant son maitre droit dans les yeux, geste que le seigneur des ténèbres aurait prit pour de l'insubordination chez n'importe qui d'autre, qu'il força le suceur de sang à percer la chair tendre de son cou pour y injecter son venin. La douleur afflua en lui, faisant briller ses pupilles de façon presque surnaturelle, mais il était un Malfoy: aucun son ne franchit le seuil de ses lèvres et il poursuivit sa tâche sans flancher, son regard toujours vissé à celui de l'homme qu'il adulait.

Oui, Lucius Malfoy n'était pas comme les autres et il méritait une récompense digne de ce nom.

POV HARRY

Harry était dans sa chambre du 12 square grimaud, la maison de Sirius comme il l'avait appris au début de l'été. Il repensait aux derniers jours, la mort de Cédric, l'accusation qu'il avait lue dans tous les regards, y comprit dans ceux qu'il aimait où la déception s'y disputait aussi, plus douloureuse encore. À présent, cela faisait une semaine qu'il était ici, se terrant dans sa chambre pour ne plus voir personne. Pourquoi Dumbledore avait-il refusé qu'il retourne chez les Dursley? Non pas qu'il s'en plaignait, cependant il avait l'impression d'être surveillé constamment malgré le fait qu'il ne sortait que rarement de son antre.

Trois petits coups furent frappé à la porte et l'adolescent s'empressa de se relever du lit sur lequel il était affalé avant de laisser entrer son visiteur. Il avait bien fait de remettre un peu d'ordre dans sa tenue car ce n'était pas Sirius qui était venu voir, une fois de plus, s'il ne voulait parler de rien, mais bel et bien le directeur de Poudlard en personne: Albus Dumbledore.

-bonjour Harry, comment va tu? Lui demanda-t-il, concerné.

Le jeune homme haussa les épaules, il ne savait pas vraiment comment il se sentait. Comme un assassin? Comme une proie facile avec laquelle le pire mage noir du siècle s'amusait à jouer? Ou comme un idiot fini pour avoir cru un instant qu'il aurait pu finir le tournoi des trois sorciers sans qu'une aide extérieur n'intervienne pour s'en assurer? Les trois à la fois, sûrement.

-je sais que ces derniers jours ont été pénibles pour toi, tout d'abord la mort de Cédric puis le retour de Voldemort et maintenant te voila enfermé ici loin de tes amis. Je suis désolé de tout ça et je dois t'avouer que j'avais compté sur ton parrain pour te remonter un peu le moral.

À l'entendre on aurait dit qu'il devait se remettre de la peine d'avoir perdu un match de quidditch contre Malfoy. Ne se rendait-il pas compte que ce qu'il lui demandait était impossible? Jamais il ne pourrait se pardonner la mort de Cédric et ce n'était pas la présence de Sirius qui l'y aiderait quel que soit le plaisir que l'adolescent avait à revoir le dernier membre vivant de sa famille.

Dumbledore soupira.

-tu es encore fort jeune, Harry, et pourtant tu n'aura jamais la chance de vivre une adolescence paisible comme tes camarades. Crois moi quand je te dit que je le regrette amèrement, cependant, je n'ai d'autre choix que de te faire prendre conscience de la place qui est la tienne en ce monde.

Toujours muet, le jeune homme était inquiet et ne désirait aucunement entendre ce que le directeur avait à dire, car il le savait, cela serait loin de lui plaire.

-il y a quatorze ans, en tuant le pire mage noir qui eut existé depuis Grindelwald, tu as mis fin à un règne de terreur et tu es devenu l'espoir personnifié de toute la société sorcière. Ceci n'est pas rien, Harry, et dans la guerre qui se prépare, personne n'aura oublié ce que tu as été capable de faire alors que tu n'avais pas même un an. Les gens compteront sur toi pour les sortir de là une seconde fois et dans l'état d'esprit dans lequel tu t'enlise, jamais tu ne pourra assumer les responsabilités qui t'incombent.

Ce n'était plus l'entêtement qui l'empêchait de prononcer le moindre mot, l'ahurissement le plus complet venait de bloquer l'air dans sa gorge. Est-ce que Dumbledore venait vraiment de lui dire que toute la société sorcière comptait sur lui pour tuer Voldemort? Étaient-ils fous? Ce n'était pas lui qui avait vaincu le seigneur des ténèbres alors qu'il n'avait qu'un an. C'était sa mère qui en donnant sa vie pour la sienne avait renvoyé le sortilège mortel en direction de son lanceur. Il n'était pas un héros, juste un imbécile pour qui des gens biens ne cessait de mourir, inutilement.

-cela peut paraitre effrayant, le rassura le vieux sorcier qui avait mal interprété sa réaction, mais tu ne dois pas te laisser impressionner. Tu peux le faire et tout le monde croit en toi, moi, ton parrain, les Weasley, Mr Lupin, les professeurs de Poudlard et tes amis aussi. Nous savons tous que tu y arrivera.

-vous vous trompez, professeur, dit Harry ouvrant la bouche pour la première fois depuis le début de leur entretien, ce n'est pas moi qui...

-ne te dévalorise pas, Harry, l'interrompit Dumbledore, tu ne te sens peut-être pas à la hauteur pour le moment mais j'ai prévu des cours intensifs cet été pour remédier à cet état de fait. La confiance est un facteur clé de la réussite et pour être confiant il faut être assuré de ses compétences. Tu travailleras là-dessus avec tes professeurs dès la fin de la semaine prochaine. Je te laisse un peu de répit d'ici là.

Il lui fit un clin d'œil qui devait être encourageant mais Harry se sentait plutôt manipulé et trompé. Il n'était pas celui que les autres croyaient qu'il était et il n'avait aucune envie de le devenir. Il voulait juste se terrer quelque part et que tout le monde l'oublie une bonne fois pour toutes.

POV DRACO

il n'avait pas pu. Jamais il ne pourrait et il savait que cela n'était pas bon pour lui. Pas bon du tout.

Draco était agenouillé pour la première fois devant le maitre et il était terrorisé au point d'en avoir oublié comment respirer. Ce soir avait eu lieu l'initiation de la jeune génération et le seigneur des ténèbres avait demandé à ce qu'on lui amène ceux qui y avaient échoué. Ils n'étaient que trois, Blaise, Théo et lui, tous les autres avaient tué de sang froid au moins un jeune orphelin moldu soit par plaisir, soit de peur qu'il ne leur arrive la même chose.

Lui aussi avait été effrayé à l'idée de mourir à la place de la victime qu'on lui avait attribuée, malheureusement sa main armée de sa baguette n'était pas parvenue à se lever et ses lèvres n'avaient pas fait mieux pour ce qui était de lancer un sort. Face au regard de terreur pure que le garçonnet de 8 ans lui avait lancé, il s'était retrouvé parfaitement impuissant. Cela n'avait rien changé pour l'enfant que Lucius Malfoy avait torturé puis tué avec une rage sans nom pour lui montrer le bon exemple. Draco avait toujours su qu'il était une déception pour son père, pas assez froid, pas assez solide et bien trop indulgent, hélas cette déception venait d'atteindre un nouveau pallier et rien n'indiquait qu'il allait y survivre.

-ton fils me déçoit énormément, Lucius, claqua la voix froide du maitre faisant sursauter les trois jeunes hommes prostrés à ses pieds.

Ils n'étaient que cinq dans la pièce, les trois adolescents, le père de Draco et, bien évidement, le seigneur des ténèbres. Les pères de Blaise et Théo auraient dû être là eux aussi, mais le premier était mort pendant sa transformation et le second avait servi de repas aux vampires nouvellement formés pour avoir osé refuser l'offre du maitre.

-je suis désolé, mon seigneur, je ne peut moi-même qualifier le sentiment de honte qui m'envahit.

Draco serra les dents. Il ne s'était pas attendu à ce que son paternel le défende cela ne l'empêcha pas de se sentir blessé face à son manque de soutien.

-tu connais le sort réservé aux infidèles, fit remarquer le mage noir comme s'il parlait du temps qu'il ferait le lendemain.

-oui, maitre et je vous implore de bien vouloir me laisser m'en charger. Je ne saurais permettre que le moindre doute au sujet de mon allégeance puisse vous effleurer.

Draco n'en revenait pas, il savait fort bien que ce dont parlaient les deux adultes était ni plus ni moins de sa propre mort et entendre son père supplier pour se voir octroyer cette tâche était plus qu'il ne pouvait en supporter. Comment tout cela pouvait être possible? Quel dieu le permettait?

-je ne nourri aucune incertitude à ton sujet, mon ami, le rassura le seigneur des ténèbres avec une sincérité dérangeante, et c'est ce pourquoi je ne te demanderai pas de tuer ton fils.

Cette déclaration sembla prendre le mangemort au dépourvu.

-maitre, je... fit Malfoy senior, angoissé.

-ne m'interromps pas! Cingla la voix reptilienne reprenant sa froideur terrifiante habituelle.

Lucius s'inclina en signe de soumission et Voldemort laissa passer l'affront en reprenant sa diatribe.

-les sorciers au sang pur sont rares de nos jours et s'ils ne veulent servir la cause de leur plein gré, il subsiste une façon de les y contraindre.

Alors qu'il disait cela, il sortit une petite potion de couleur bleue d'un repli de ses capes.

-ceci est une potion un peu spéciale qui annule tous les effets d'une transformation en cours, expliqua-t-il à son bras droit, en d'autres termes, je voudrais que tu te nourrisse de Draco sans toutefois le tuer afin qu'il puisse te servir encore. Mes plus fidèles mangemorts on droit au sang le plus fin...

Draco déglutit difficilement tandis qu'un frisson d'angoisse descendait le long de sa colonne vertébrale. Il avait étudié les vampires, savait comment ils se nourrissaient et comment ils se transformaient. La morsure était terriblement douloureuse or le maitre n'avait pas parlé d'une potion qui bloquerait la douleur, non juste la transformation. Cela ne présageait rien de bon et la joie indicible que l'adolescent perçu dans la voix de son père quand il remercia son maitre pour le présent qu'il lui avait offert ne le rassurait guère.

-tu peux disposer, le congédia le lord noir, amuse toi bien, je m'occupe des deux autres.

Après une dernière révérence, Lucius Malfoy attrapa son fils par le dos de sa robe et l'emporta loin du salon. Draco eut le temps de jeter un ultime regard à ses deux amis, ne sachant trop qu'espérer pour eux. Qu'ils meurent ou qu'il servent de nourriture à l'un des autres vampires? Des deux maux, lequel était le moindre?

°°OoO°°

Assis sur son lit, le blond attendait que son père vienne réclamer son dû. Il n'avait plus le droit de sortir de sa chambre et toutes les issues avaient été consciencieusement condamnées. Acculé et parfaitement terrorisé, Draco était la proie d'étourdissements fort peu à propos. Son géniteur ne s'était pas encore nourri de lui, aussi ne savait-il pas ce qui l'attendait et c'était bien cela qui l'angoissait.

La porte s'ouvrit sur la silhouette haute de l'homme dont il craignait la venue. Un sourire carnassier aux lèvres, il se dirigea vers lui sans une once d'une hésitation et prit son menton entre ses doigts glacials. Il n'avait jamais été quelqu'un de chaleureux et l'adolescent eut un gloussement nerveux quand il se fit la réflexion que son père n'avait jamais été aussi fidèle à lui-même que depuis qu'il avait sa nouvelle condition. Un vampire. Froid, austère, dédaigneux, hautain, violent, sanguinaire et surtout profitant allègrement des autres pour s'approprier ce qu'il pensait lui être dû.

Lucius rapprocha son visage de celui de son fils, une lueur étrange s'alluma au fond de son regard déjà dément à l'accoutumé.

-tu ressemble tellement à ta mère, souffla-t-il.

Les entrailles du jeune homme se tordirent alors que l'homme caressait doucement sa joue.

-tu as peur? Lui demanda son paternel avec quelque chose comme de l'excitation dans la voix.

Incapable de répondre, Draco hocha la tête de droite à gauche en signe de dénégation. Le sourire du vampire s'agrandit encore et il mit un genoux entre les cuisses de sa proie avant de le forcer sans ménagement à se coucher sur le lit. Le jeune sorcier tenta de se débattre, cependant, face à une créature nocturne, il ne pouvait rien.

-s'il-vous-plait, père, supplia-t-il d'une voix trop aiguë pour lui appartenir.

-je ne veux pas t'entendre, Draco, mon fils n'est pas un incapable, lui cracha-t-il au visage en le plaquant plus durement au matelas, mon fils aurait tué ce moldu sans l'ombre d'une hésitation!

La main de son père passa rapidement sous ses robes tandis que l'adulte humait l'odeur de ses cheveux en grondant autant d'extase que de colère. Draco ne put ravaler les larmes qui noyaient ses yeux et elles dévalèrent ses joues quand il comprit ce qui l'attendait. Pour Lucius il n'était plus son fils, au mieux était-il devenu un esclave. Un esclave qui n'allait pas tarder à fournir sang et sexe à son maitre.

POV HARRY

deux semaines que les vacances avaient débuté et c'était déjà son dernier jour de repos: demain l'entrainement commencerait et ne lui laisserait pas une minute de répit. Harry se promenait sur le chemin de traverse en compagnie de Ron et d'Hermione, profitant de ses dernières heures de liberté quand sa vie dérapa une fois de plus.

Au détour d'une ruelle un peu plus sombre que les autres, alors que les trois amis s'étaient un peu éloigné de la famille Weasley qui les avaient accompagné pour veiller sur eux, cinq silhouettes encapuchonnées les encerclèrent avant de se jeter sur eux, de les désarmer et de transplaner dans le même mouvement.

Quand le sol cessa de tanguer sous lui, c'est sans surprise que le survivant se rendit compte qu'ils avaient atterri dans l'antre de l'assassin de ses parents. Il eut le temps d'apercevoir ses deux meilleurs amis, jetés au sol sans ménagement par les mangemorts qui les avaient enlevé, avant de se recroqueviller au sol en hurlant, les deux mains sur le front. Voldemort était en joie, il avait enfin ce qu'il voulait, c'est-à-dire lui.

-Potter, vous ici, siffla le seigneur des ténèbres avec ironie, on ne s'y attendait pas!

Autour d'eux, ses fidèles se mirent à rire à gorge déployée riant autant de son trait d'humour que du sauveur du monde sorcier prostré au sol par la souffrance.

-tu n'as pas l'air bien, poursuivit-il sur le même ton, voudrais tu quelque chose?

-allez vous faire foutre, éructa Harry hors de lui.

La douleur ne voulait pas le quitter et paraissait même empirer à mesure que son ennemi prenait plus de plaisir à leur échange.

-ne sois pas vulgaire alors que j'ai décidé de me montrer clément envers toi, mon garçon! S'emporta Voldemort que ce genre de comportement avait toujours prit à la gorge.

Le jeune homme cessa de bouger et retint la réplique acerbe qui lui brulait les lèvres. Avait-il la moindre chance de s'en sortir aussi facilement cette fois-ci?

-tu es certes très encombrant et non moins gênant, fit l'homme-serpent avec un geste dédaigneux de la main, cependant, tu ne représente aucune menace et je le prouverai en te laissant la vie sauve.

-pourquoi m'avoir amené jusqu'ici dans ce cas? Fit remarquer Harry, un brin de défi dans la voix.

-pour la gloire, bien entendu! Susurra le maitre des ténèbres avec une joie non feinte, et peut-être aussi pour voir la tête que fera ce vieux fou de Dumbledore quand il apprendra que son petit héros a disparu.

-l'ordre ne va pas tarder à nous retrouver, répondit l'adolescent du tac au tac dans une veine tentative d'effrayer le monstre aux yeux rouges qui le surplombait.

Lord Voldemort éclata d'un rire froid bien vite suivit de ses mangemorts.

-l'ordre? Persiffla-t-il. Mon pauvre enfant, à ta place je ne perdrais pas mon temps à espérer quoi que ce soit de cette bande d'incapables. C'est aussi eux qui avait pour mission de protéger tes parents et vois où ça les a mené...

cette fois-ci la haine s'alluma au fond de lui et il ne put s'interdire de cracher ces mots au visage de celui qui avait fait un enfer de sa vie:

-c'est vous qui les avez tué, espèce d'ordure!

La baguette du seigneur des ténèbres apparut dans la main de son propriétaire à une vitesse ahurissante et une douleur sans nom afflua dans le corps d'Harry, s'ajoutant à celle de sa cicatrice. Le crucio dura bien plus de temps qu'il ne l'avait jamais fait, le faisant hurler à la mort, l'homme s'amusait tantôt à en réduire l'intensité, tantôt à l'augmenter. Le jeune homme savait qu'il ne le punissait pas uniquement pour l'affront qu'il venait de lui faire, c'était aussi pour tous ceux qui l'avait précédés: la pierre philosophale, le journal, le cimetière et plein d'autre choses encore...

-apprends à tenir ta langue, gamin, lui dit-il d'une voix à nouveau parfaitement maitrisée tandis que celle de sa victime était éraillée d'avoir trop crié, Ton nouveau maitre ne supporte pas l'irrespect!

À la lisière de l'inconscience, les yeux fermés pour tenter de faire refluer la souffrance, Harry ne saisit pas pleinement l'implication de ce qu'on lui disait et ce n'est que quand Voldemort s'adressa à son fidèle bras droit que la peur commença à affluer en lui.

-Lucius, il est tout à toi...

entre ses cils, l'adolescent put voir le père de Malfoy courber l'échine avec un plaisir évident.

-merci, maitre. Vous deux, emmenez-les au cachot, je m'en occuperai plus tard.

Le cachot...cette fois-ci, il ne faudrait plus compter sur la chance pour le sortir de là se fit-il remarquer à lui-même avec un humour noir déplacé. Vaincu, il se laissa sombrer dans l'obscurité. Advienne que pourra.

POV RON

Depuis deux jours, ils croupissaient tous les trois dans la même cellule meublée d'un unique matelas mangé aux mites et d'une minuscule fenêtre magique obstruée par des planches. Ils n'avaient toujours rien eu à manger et Ron devenait fou d'une part à cause de la faim qui lui labourait l'estomac et d'autre part à cause de l'inactivité à laquelle ils étaient forcés.

Harry s'était réveillé la veille, mal en point des suites de l'impardonnable dont il avait été victime, et n'avait ouvert la bouche que pour leur demander s'ils allaient bien. Ses deux amis ne lui en avaient pas tenu rigueur, ils avaient bien vu cet air qu'il arborait quand il cherchait une solution à une situation désespérée et de son coté, Hermione en faisait tout autant. Ron, lui, ne pouvait pas. Il n'avait jamais été doué pour ça et la sensation d'étouffement qui lui enserrait la gorge ne lui permettait de se concentrer sur rien d'autre que sur son envie irrépressible de s'enfuir de là.

Soudain la porte de leur cellule s'ouvrit, livrant passage à un personnage détestable à la mine sinistre: Lucius Malfoy.

-Potter, suivez-moi.

Harry ne réagit pas. Soit il n'en avait pas envie, soit il n'en avait pas la force, quoi qu'il en soit cela ne plut pas au mangemort qui se dirigea vers lui d'un pas vif avant de le soulever, visiblement sans effort, par le col de sa robe de sorcier et de l'emmener dans le couloir en claquant la porte avec violence.

Il n'avait pas plus tôt disparu qu'un autre mangemort faisait irruption dans leur cellule. Ron n'eut donc pas le temps de paniquer pour son ami avant de s'inquiéter pour Hermione et lui. L'éternelle capuche qui recouvrait le visage de tous les fidèles du seigneur des ténèbres tomba, dévoilant l'identité de leur visiteur aux deux adolescents. Le roux déglutit difficilement, devant eux se tenait nulle autre que Bellatrix Lestrange, une femme complètement folle qui aurait dû se trouver en ce moment à Azkaban. Que faisait-elle là? La gazette du sorcier n'avait pourtant pas fait état d'une évasion récemment...

-que voila un bien piètre garde-manger, grinça-t-elle, une sang-de-bourbe et un amoureux des moldus...

les deux griffondors restèrent comme deux ronds de flanc face à cette déclaration sans queue ni tête. Un garde-manger? De quoi parlait-elle?

-bon, je suppose que je n'ai pas le choix, soupira-t-elle dramatiquement avant d'arborer une expression entre la démence et la folie furieuse, Toi là, approche.

C'était à lui qu'elle en avait, hélas pour elle, Ron n'avait aucune intention de bouger de là où il était, cette femme paraissait bien trop dangereuse pour qu'il ne l'approche de son plein gré.

-je ne suis pas bête vous savez, gronda-t-il avec un courage qu'il ne se connaissait pas, je sais que votre maitre ne veut pas que vous nous tuiez, vous ne pouvez rien me faire.

La femme aux cheveux d'ébène partit d'un rire dément avant de se calmer et de se jeter sur lui pour le plaquer au sol sans qu'il n'ai eu le temps de réagir.

-le maitre veut vous garder en vie, dis tu? Fit elle d'une voix de petite fille effrayante ponctuant sa phrase d'un nouveau rire, toi, tu ne dois pas être très doué à l'école, je me trompe?

Ron serra les dents incapable de nier sans mentir. À nouveau elle rit.

-le seigneur des ténèbres ne parlait que de Potter, lui chuchota-t-elle dans l'oreille comme un secret enfantin, avec toi, je peux faire ce – que – je – veux!

Sur ces paroles, elle lui tourna violemment le visage sur le coté, plongeant avidement vers son cou. Le roux n'eut pas besoin de voir les incisives, pas plus qu'il n'eut besoin d'entendre le cri strident d'Hermione pour comprendre qu'il avait à faire à un vampire affamé. Il tentât bien de se soustraire à la poigne de fer de son agresseur, malheureusement, c'était sans espoir et il sentit la femme percer la chair tendre de son cou de ses canines pour pouvoir se repaître goulûment de son sang.

Ce fut comme un millier de poignards qui le traversèrent de part en part alors que le poison faisait doucement effet et que la vie le quittait. Il hurla à s'en arracher les cordes vocales et lorsque les ténèbres l'engloutirent, c'est à bras ouverts qu'il les accueilli, tout plutôt que d'endurer pareille souffrance.

POV HARRY

Malfoy l'avait trainé jusque dans ce qui semblait être une chambre. Au milieu de la pièce trônait un immense lit à deux places recouvert de draps de satin et de coussins moelleux. Rien qui n'aurait pu s'apparenter de près ou de loin à une salle de torture. Harry se retourna pour faire face à son geôlier, l'incompréhension se peignant sur son visage.

-approche, lui ordonna le mangemort.

Le brusque tutoiement mis le jeune homme sur ses gardes. L'énervement s'empara de l'homme, faisant frétiller les ailes de son nez et blanchir ses lèvres qu'il serrait trop étroitement. S'emparant de son poignet, il obligea l'adolescent à se rapprocher de lui à une distance qu'Harry qualifia aisément d'intime. Presque collé au torse du blond, il voulut s'écarter mais malgré toute la force qu'il y mit, Malfoy ne bougea pas d'un pouce. Quand il leva les yeux vers son « maitre » comme l'avait appelé Voldemort, l'amusement qu'il y vit briller lui fit perdre le fil de ce qu'il comptait lui dire.

-à genoux, susurra l'homme.

À cette distance? Ça n'allait pas bien non? S'il faisait ça il serait juste en face de... et quand bien même aurait-ce été de l'autre coté de la pièce, jamais il ne se reconnaitrait plus faible que quelqu'un de la trempe de cet être abject.

-ne m'oblige pas à en venir aux mains, Harry, tu n'apprécierais pas.

Son prénom à présent. Quelque chose clochait dans cette scène, Malfoy s'efforçait de paraitre agréable tout en le forçant à faire ce qu'il voulait. Que se passait-il? Une fois de plus, la colère eut raison de son geôlier et il le força à s'agenouiller. Comme il l'avait prévenu, ce fut loin d'être agréable, Harry avait sentit l'os de sa clavicule se briser avant de se laisser choir au sol, ses jambes refusant de le porter plus longtemps. D'où lui venait cette force?

-suce-moi, réclama Malfoy avec aplomb.

-je vous demande pardon? Fit Harry, incrédule au point d'en oublier sa douleur.

Il devait surement avoir mal entendu, le sorcier ne pouvait pas décemment lui avoir demander de le sucer, tout de même. Ce n'était pas possible...

-tu as très bien entendu, mais je peux répéter s'il n'y a que ça pour te faire plaisir... dit-il avec un sourire malsain en appuyant sur le dernier mot.

Le jeune homme qui tentait de reculer fut attrapé par les cheveux et ramené de force vers les parties génitales de son tortionnaire.

-Harry, si tu ne le fais pas j'irais le demander à l'un de tes charmants amis, est-là ce que tu veux? Le réprimanda Lucius comme un père l'aurait fait avec son enfant.

Les yeux de l'adolescent s'ouvrirent sous l'effet du choc. Jamais il ne pourrait se rendre responsable de ça, il avait déjà la mort de Cédric et de ses parents sur la conscience, comment oserait-il infliger cela à l'un de ses amis sous le prétexte horrible que lui ne voulait pas s'y abaisser? Comment en serait-il capable alors que leur présence ici lui était due?

-je ne veux pas faire ça, murmura-t-il les mots lui écorchant la bouche, demandez-moi tout ce que vous voulez et je le ferai, mais pas ça.

Il espérait que l'homme oublie son idée folle et lui demande quelque chose d'autre, ce n'est évidement pas ce qui se produisit.

-très bien, lui répondit Malfoy d'un ton mondain en se détournant de lui pour se diriger vers la porte, dans ce cas je crois que je vais aller demander à Miss Granger de bien vouloir s'en occuper.

-non, s'il vous plait, ne faites pas ça! Le rappela Harry à qui la vision d'Hermione à genoux devant cette créature infâme rendait malade, je vais le faire.

Il n'en avait aucunement envie, Merlin lui en était témoin, seulement tout était de sa faute, il devait cesser de fuir et avoir le courage de subir sans broncher le résultat de ses erreurs. Lucius revint vers lui, prenant soin de rester hors de portée pour le forcer à se trainer jusqu'à lui ce que le survivant fit la tête baissée. Il resta immobile un instant, ne sachant comment s'y prendre et ne parvenant pas à rassembler le courage pour faire ce qu'il avait à faire, mais quand le mangemort amorça, pour la seconde fois, un demi tour dans le but évident d'aller chercher Hermione, il le rattrapa par un pli de sa robe et en souleva l'étoffe d'une main tremblante sous le regard triomphant de Lucius Malfoy.

°°OoO°°

Quand il revint à la cellule, guidé et soutenu par son tortionnaire, il était nauséeux et se sentait plus sale qu'il ne l'avait jamais été. Il avait l'impression de puer le sexe et le sang et redoutait le moment où il devrait affronter ses deux amis. Comprendraient-ils ce qu'il avait dû faire? Seraient-ils dégoutés ou auraient-ils pitié? Il ne voulait rien de tout ça, il voulait juste que tout s'arrête, il voulait pouvoir chasser la sensation des mains glaciales et inquisitrices de Malfoy sur son corps et par dessus tout, il voulait que la douleur qui affluait de son rectum cesse de lui rappeler jusqu'où il avait été pour contenter celui qui se complaisait à se prétendre son maitre.

Parvenu devant la porte métallique, il voulu demander au mangemort de le laisser entrer seul: il ne voulait pas que Ron ou Hermione voit le petit sourire de pur contentement qu'il affichait car même s'il ne l'avait jamais vu, il lui semblait évident que c'était l'expression qu'arborait n'importe quel homme après une partie de jambes en l'air pour le moins satisfaisante. Hélas, sa voix enrouée à force d'avoir trop crié ne le lui permit pas et il dû regarder, impuissant, l'homme qui avait détruit sa vie ouvrir la porte de sa cellule. Alors qu'il le suivait vaille que vaille, il vit Malfoy soupirer en levant les yeux au ciel, se demandant ce qui, dans cette pièce nauséabonde, pouvait bien provoquer une telle réaction à un être aussi froid, il parcourut la geôle du regard.

Harry tomba à genoux lorsqu'il le vit. Hermione le serrait étroitement contre elle, essayant désespérément de le faire revenir à la vie par de chastes baisers qu'elle lui piquait sur les lèvres. Ron. Ron était mort. Son ami était mort. Son meilleur ami...le rouquin regardait face à lui, ses grands yeux, exorbités par la terreur, ouverts sur une scène qu'il ne voyait plus. Que s'était-il passé? Qui avait fait ça? Lucius s'agenouilla devant le couple qui n'avait pas eu le temps de se former avant que la mort ne le sépare et s'ingénia à faire lâcher prise à la jeune sorcière qui s'agrippa plus fortement encore à celui qu'elle aimait.

-Miss Granger, claqua la voix froide de Malfoy, votre ami est mort, inutile de vous acharner à le faire revenir à la vie. Veuillez lâchez ce corps ou je vous laisse avec jusqu'à ce qu'il se décompose!

Il ne connaissait vraisemblablement pas le mot « tact » mais de toute façon, Hermione ne devait pas l'avoir entendu puisqu'elle continua à bercer Ron contre elle tout en l'embrassant de plus en plus fort. Exaspéré de son comportement, l'adulte la pétrifia avant de lui arracher le corps du garçon puis de se diriger vers la sortie. Harry retrouva instantanément sa voix.

-ne lui faites rien, supplia-t-il.

-je ne suis pas intéressé par les morts, Harry, gronda Malfoy Senior en détaillant lubriquement le brun du regard de haut en bas alors que le corps sans vie de Ron reposait dans ses bras, Je reviendrai demain, tiens-toi prêt.

Et il sortit, le laissant seul avec Hermione qui pleurait à s'en briser l'âme. Lui n'arrivait pas à réaliser, il n'arrêtait pas de se répéter que Ron était mort, que c'était sa faute, une fois de plus, mais rien de tout cela ne paraissait réel.

-c'était une vampire, Harry, chuchota d'une voix rendue faible d'avoir trop pleuré l'unique fille du trio éclaté.

-qui? Demanda-t-il se doutant que l'on parlait du meurtrier de son ami.

-Bellatrix Lestrange, souffla-t-elle, terrorisée par la simple entente de son nom.

L'adolescent rejoignit la jeune femme sur le matelas miteux, la prenant dans ses bras pour tenter de calmer les sanglots qui la secouaient à nouveau.

-c'était affreux, murmura-t-elle comme aux prises avec ce souvenir douloureux, il criait...il n'arrêtait pas de crier et elle...elle continuait à boire...elle buvait son sang et j'entendais tout...je n'arrivais pas à ne rien entendre...oh, Harry, je ne voulais pas regarder!...je ne voulais pas regarder parce que je ne pouvais rien faire pour lui...je rester là à l'entendre hurler sans pouvoir bouger jusqu'à ce qu'il... jusqu'à ce qu'il...jusqu'à ce qu'il...

elle ne parvenait pas à finir sa phrase mais ça n'avait pas d'importance, il savait et il avait peur que de l'entendre de sa voix rende tout à coup sa réalité au drame qui venait de se dérouler dans cette pièce sombre où ils se serraient l'un contre l'autre, effrayés, éreintés et éplorés.

POV LUCIUS

Lucius commençait sérieusement à s'ennuyer de Draco, heureusement, c'était l'anniversaire d'Harry demain et Voldemort avait prévu un petit quelque chose pour ses fidèles ouailles. Si la potion qu'il leur avait donné avant qu'ils ne se fassent mordre leur avait bien évité la période ennuyeuse pendant laquelle le nouveau-né ne pensait qu'au sang, elle avait eu un effet secondaire non négligeable et le seigneur des ténèbres l'avait bien compris. Voila pourquoi, profitant de ce que le reste de la société sorcière se dépérirait de ne pas voir revenir son héros le jour de sa fête, il avait organisé une orgie de sexe et de sang en son honneur.

Car oui, l'effet secondaire dont tous les nouveaux vampires étaient victimes n'était autre qu'une forte dépendance au sexe qu'ils n'avaient pas tardé à associer au repas. Malfoy ne connaissait pas un mangemort qui s'abreuvait sans assouvir ses pulsions sexuelles à l'intérieur de sa victime et il devait avouer que la simple perspective de la petite sauterie qui aurait lieu le soir-même lui réchauffait agréablement le bas ventre.

Marchant d'un pas assuré jusqu'au salon d'où provenaient déjà quelques gémissements accompagnés de pleurs étouffés, il ouvrit les portes en grand et couva du regard la scène qui se déroulait face à lui. Partout, dans de petites alcôves pas si intimistes que cela, des humains s'affairaient avec peur et réticence à accomplir ce que les vampires attendaient d'eux. Peu d'entre eux survivraient à cette nuit, ils n'avaient pas la moindre valeur, ils serviraient de jouet sexuel et de repas. Pas toujours dans cet ordre remarqua le mangemort avec un sourire froid tandis qu'il observait l'un des siens labourer avec emphase les reins d'une jeune femme aux allures de poupée de chiffons, la nuque brisée et marquée de deux plaies béantes.

L'homme blond parcourut la distance qui le séparait de l'alcôve qui lui était réservée et ne tarda pas à prendre ses aises sur le lit double, les bras et les jambes largement écartés, attendant que l'on vienne lui demander ce qui lui ferait plaisir. Il n'eut pas longtemps à patienter avant qu'un vampire faisant partie du dernier cercle ne vienne prendre sa commande. Depuis la transformation des troupes complètes du seigneur des ténèbres, le système hiérarchique s'était encore endurci et ils n'avaient plus besoin de masquer leur identité les uns aux autres. Plus personne ne pourrait être infidèle au maitre, seul lui pouvait leur procurer le sexe et le sang dont ils avaient besoin. À présent, les mangemorts étaient une famille unie que plus rien ne pourrait séparer. Comme l'avait prévu Voldemort, ils étaient devenu bien plus fort, premièrement du fait de leur quasi immortalité et deuxièmement du fait de leur nouvelle unité inébranlable. Même Dumbledore ne pourrait plus se mettre en travers de leur chemin, son fidèle espion, Severus Snape, n'aurait jamais le courage de lui avouer ce qu'il était devenu et pour cause, lui non plus ne pouvait se passer ni de sexe ni de sang quoiqu'il s'en fustigeât avec violence au grand damne de Lucius et de son maitre.

-apportez-moi les trois, ordonna-t-il au serveur d'un ton sec.

Ce dernier s'inclina et parti chercher ce qu'il lui avait demandé. Il revint cinq minutes plus tard, suivi de trois adolescents au corps exquis. Harry, Draco et la sang-de-bourbe se pressaient au pied de son lit, le survivant essayant de façon idiote de protéger son amie en la cachant de son corps.

-joyeux anniversaire, Harry, susurra Lucius en le dévorant des yeux.

-que fait Hermione ici? Cracha le jeune homme en le fusillant du regard sans se préoccuper de la gourmandise qu'il voyait briller dans les orbes bleu pâle.

Une chose que le mangemort devait lui reconnaitre c'était qu'il n'avait pas perdu sa verve quelles que soient les humiliations qu'il avait subie et le blond pensait savoir ce qui en était la cause.

-miss Granger est là pour satisfaire à mes besoins, tout comme toi, dit-il d'un ton tranquille jugeant de l'effet de ses paroles.

Les mâchoires d'Harry se contractèrent tandis que la jeune fille se cachait comme elle le pouvait derrière les épaules imposantes de son ami et que Draco observait sa Némésis à la dérobée. Il n'avait pas dit à son fils que Potter était au manoir et qu'il subissait les mêmes traitements que lui.

-vous aviez promis! S'emporta le sauveur du monde sorcier.

-c'est à toi de voir, jeune homme, fit-il plaisamment, soit elle participe, soit je la tue. Fais ton choix.

Les yeux écarquillés, le brun se retourna vers la jeune fille.

-je n'ai pas demandé l'avis de la sang-de-bourbe, Harry, le rappela-t-il à l'ordre, c'est le tien que je veux.

Il vit avec plaisir l'horreur prendre place sur le visage de sa victime préférée, le cadeau de son maitre. Il avait eu raison en pensant que la meilleure manière de le briser était de le rendre responsable du malheur de ses proches, le petit griffy se sentait toujours extrêmement coupable de toutes ces petites choses de la vie qu'il n'avait pu empêcher. La mort de ses parents, de Diggory puis de son ami Weasley par exemple... c'est avec délectation que Lucius suivit le raisonnement de son jouet jusqu'à ce qu'il parvienne à faire son choix.

-je suis désolé Hermione, chuchota-t-il sans pouvoir regarder son amie dans les yeux, mais ce n'est pas si dur que ça. Il suffit de ne pas penser à ce que tu fais, ne le laisse pas t'atteindre et...

-assez parlé! L'interrompit brusquement l'adulte faisant sursauter les trois enfants, Miss Granger, venez ici!

Harry Potter était décidément bien prévisible, jamais il n'aurait pu se résoudre à demander la mort de la sang-de-bourbe quand il y avait encore une chance qu'elle reste en vie. Hélas pour lui, la soirée n'allait pas se passer exactement selon ses plans et demain la culpabilité le rongerait tellement qu'il deviendrait encore plus soumis que Draco.

Lucius regarda la jeune femme grimper sur le lit en tremblant et la força à s'assoir à califourchon sur ses genoux avant de l'attirer à lui et d'ouvrir son chemisier d'un coup sec, dévoilant un soutien en dentelle noire. Il eut une moue ironique qui la fit rougir de honte. La pauvre, ce devait sûrement être sa première lingerie fine et c'était un homme comme lui qui en profitait. Il adorait ça, voir la honte de soi s'abattre sur ses petites victimes, c'était d'ailleurs l'une des raisons qui le poussait à les choisir si jeunes. L'homme ferma les yeux, humant la peau de l'humaine tout en faisant affluer les souvenirs d'Harry et de Draco. Leurs joues rouges d'embarras lorsqu'il les forçait à concrétiser l'un de ses fantasmes plus humiliants les un que les autres, les larmes qui parfois s'échappaient de leurs yeux éternellement rivés au sol. Il ne lui en fallait pas plus pour doucement se sentir à l'étroit dans ses robes.

-Harry, Draco, couchez-vous là, gronda-t-il sentant le désir s'emparer de lui.

Il n'eut pas à le dire deux fois, les deux garçons se couchèrent à coté de lui, attendant qu'il leur donne un ordre.

-touchez-vous.

Il y eut un moment de battement, cependant il suffit d'un haussement de sourcil suggestif pour faire réagir le blond qui embrassa son rival dans le cou avant de lui caresser le torse maladroitement. Cette soirée promettait d'être fantastique.

POV HARRY

il avait menti en disant que ce n'était pas plus difficile qu'autre chose de se laisser faire par le vampire, mais qu'aurait-il dû dire? Qu'elle allait se sentir sale? Abjecte? Indigne de toute attention et seule coupable de ce qui lui arrivait? Peut-être bien, oui, peut-être aurait-il mieux valut être honnête.

Les mains de Malfoy junior parcouraient son corps, Harry savait qu'il devrait participer mais son cerveau était aux abonnés absents. Il ne parvenait pas à décrocher son regard du spectacle de Lucius forçant Hermione à accepter ses caresses. Ce devrait être lui à sa place, tout était sa faute à lui et la jeune fille n'avait pas à en payer les conséquences.

-Harry, claqua la voix froide du mangemort en guise d'avertissement.

Il n'y eut pas un seul adolescent pour ne pas se saisir en l'entendant parler. Le survivant tourna le regard vers sa Némésis qui avait prit le dessus en voyant qu'il ne réagissait pas. Que se passait-il ici? Pourquoi, par tous les mages qu'ils soient blancs ou noirs, le serpentard se posait-il en victime de son père? Car aucun signe ne trompait, il tremblait, obéissait aveuglément et ne l'avait pas même insulté or, jamais Malfoy n'avait loupé une occasion de le faire. Le blond ne profitait pas de lui, il était obligé, au même titre que lui, de faire ce qu'on lui demandait, fut-ce de caresser la personne qu'il haïssait le plus. Il n'était d'ailleurs pas le seul fils de mangemort à le faire, le griffondor avait vu Zambini et Nott se soumettre à deux autres vampires en âge d'être leurs pères.

-Harry! L'admonesta Lucius qui perdait visiblement patience.

Une sensation d'humidité s'étala dans le cou du brun, Draco pleurait silencieusement sans pouvoir empêcher les sanglots de le faire trembler de façon incontrôlable. Il avait raison, son géniteur ne tarderait sûrement pas à employer les grands moyens s'il ne faisait pas ce qu'il voulait. Le survivant lança un ultime regard à Hermione qui se débattait en pleurant, clouée au matelas par le vampire. Cette vue lui lacéra les entrailles et ne pouvant la soutenir, il se retourna vers la tâche qu'il avait à accomplir pour satisfaire son « maitre ».

Mais comment faire cela à un homme qui ne voulait pas de vous et dont vous ne vouliez pas vous non plus? Comment le faire sans le blesser plus encore? Aussi doucement qu'il le put, Harry passa les mains le long des côtes du blond qui le surplombait, finissant par lui caresser gentiment le dos. Au final cela n'avait rien de sexuel et il s'en rendit compte lorsque les pleurs de Draco se calmèrent peu à peu. Il n'était pas en train de le toucher, juste de le consoler. Un soupir de soulagement lui échappa alors que son pire ennemi cachait sa tête dans son cou, recherchant le soutien qu'il n'avait pas dû avoir depuis longtemps.

-ça suffit, s'énerva le suceur d'hémoglobine faisant faire un bond de trois mètres à son fils, étant donné que vous êtes incapables de faire quoi que ce soit de convenables de votre propre chef, je vais être un peu plus directif! Draco suce-le.

Les yeux du jeune Malfoy s'agrandirent de stupeur et il croisa son regard qui ne devait pas être loin de la même expression. Il s'exécuta pourtant sans opposer de résistance alors que son père amorçait un geste dans sa direction. Le blond se baissa jusqu'à avoir la tête au dessus de son pantalon qu'il déboutonna avant de le faire descendre sur ses chevilles. Quand il revint vers son sexe, Harry tenta de le repousser, il ne voulait pas qu'il le fasse, d'une certaine façon c'était pire que tout ce que Lucius lui avait infligé jusque là, mais Draco avait trop peur et il le repoussa brutalement avant que son père n'ait pu s'en mêler. Une fois de plus, il avait raison. Qui pouvait prédire ce dont serait capable Lucius une fois qu'il l'aurait mis en colère?

Sa Némésis prit sa verge en bouche et amorça de suite ses caresses buccales. Les larmes montèrent aux yeux du brun qui sentit celles du blond couler entre ses cuisses. Jamais il ne s'était senti aussi mal, il avait l'impression d'être pire que Lucius en humiliant Draco de la sorte. À coté d'eux, Hermione était complètement nue et s'efforçait de se cacher à la vue de son violeur comme elle le pouvait, des sanglots déchirant l'empêchant de respirer correctement. Tout était sa faute, il n'avait jamais été capable d'autre chose que de faire souffrir les gens qui l'entouraient. Ses parents, Cédric, Ron, Hermione et même Malfoy. Quand tout ceci cesserait-il?

Lucius écarta brutalement les cuisses de sa victime avant de la pénétrer avec force lui arrachant un cri inhumain dont il parut se délecter. Les premiers coups de butoir lui arrachèrent d'autres supplications inarticulées et quand plus un son ne sortit de la bouche d'Hermione, l'homme se retourna vers les deux adolescents à coté de lui, sans cesser son mouvement puissant de vas et viens. Ce qu'il vit ne fut pas pour lui plaire, certes ils pleuraient tous les deux et cela devait l'émoustiller, malheureusement, malgré l'acharnement de Draco, Harry ne parvenait pas à avoir une véritable érection. C'était tout juste si sa verge ne s'était pas ramollie plus encore qu'elle ne l'était habituellement au repos.

-Pour l'avoir testé plus d'une fois, siffla le fidèle bras droit de Voldemort en cessant ses activités pour les fusiller du regard, je sais que Draco est loin d'être incompétent dans ce domaine alors que se passe-t-il, Harry? Serais-tu impuissant?

L'adolescent rougi sous l'insinuation tandis que sa Némésis mettait plus d'ardeur à la tâche. Il pouvait toujours continuer, jamais il ne pourrait bander dans ces conditions.

-et toi, Draco, fit le père à son fils la promesse d'une punition douloureuse dans le fond de la voix, te permettrais-tu de te laisser aller sous prétexte que je suis pris ailleurs?

Le serpentard pâlit dangereusement, la crainte de ce qui allait suivre le faisant trembler alors qu'il n'osait pas lâcher le sexe d'Harry.

-non, père, souffla-t-il, baissant les yeux.

-il me semble t'avoir déjà dit que je ne voulais plus entendre ce mot dans ta bouche, le réprimanda vertement l'adulte.

-je vous demande pardon...monsieur, sanglota misérablement Draco qui sentait venir le pire.

-il est bien trop facile de s'excuser...

il fallait qu'il parte, Harry se sentait soudain oppressé, la lueur dans les yeux de Malfoy Senior était terrible, quelque chose d'affreux allait arriver d'une seconde à l'autre et il ne voulait pas être là quand elle surviendrait. Il comprit de quoi il s'agirait avant même que cela ne se produise: Lucius avait violemment tourné la tête d'Hermione avant de planter ses canines dans sa jugulaire et tandis qu'il buvait son sang, comme il l'avait fait de si nombreuse fois avec lui, l'homme labourait les reins de sa victime de plus en plus vite et de plus en plus fort à mesure que les cris se faisaient plus désespérés. Mais Hermione n'avait pas bu la potion avant de se faire mordre...

-arrêtez! S'écria Harry en se jetant sur le vampire pour le faire lâcher prise.

C'était sans espoir, il n'avait pas de baguette et la créature était bien trop forte pour lui. Ce n'était pas la première fois qu'il réfléchissait à un plan d'évasion et à chaque fois il en venait aux mêmes conclusions: sans magie, les humains n'étaient que des jouets pour les vampires. Pourtant, il ne se laissa pas gagner par le fatalisme, Hermione était la seule amie qui lui restait, elle ne pouvait pas mourir comme ça. Pas encore à cause de lui. Il tirait toujours sur les épaules de Lucius sans parvenir à le faire bouger d'un pouce quand les hurlements prirent fin brusquement.

Le silence qui suivit le vacarme le statufia sur place. Il regarda sans le voir, le vampire finir son repas tout en jouissant à l'intérieur de sa victime avec un râle écœurant. Quand il se releva, l'homme arborait un petit sourire satisfait tout en récupérant d'un coup de langue le liquide carmin qui maculait son menton. Il le regardait lui, Harry, d'un air triomphant, le mettant au défi de faire quoi que ce soit. Il savait qu'il était bien plus fort que lui et il s'en pourléchait les babines. Rien ne pouvait faire plus plaisir à cet homme que la soumission extrême qu'il développait chez ses victimes.

-son sang n'est pas aussi délectable que le tien, Harry. Approche, j'ai encore soif et j'ai comme une sensation d'inassouvi...

il écarta les cuisses pour que l'adolescent constate qu'il ne mentait pas, son sexe se tendait à nouveau attendant qu'il vienne s'en occuper. S'en fut trop pour Harry, l'état d'hébètement qui l'avait pris quand il avait réalisé que sa meilleure amie était morte sous ses yeux venait de faire place à une colère sans nom. Il fallait qu'il paye, il fallait qu'il souffre. Il fallait que Lucius Malfoy meurt.

Le jeune homme ne voyait plus rien, aveuglé par la haine il ne ressentait plus que ce torrent d'énergie qui déferlait en lui presque douloureusement. Quand il ne put plus le retenir, il lâcha prise, retombant sur le matelas dans le même mouvement, éreinté. Il n'eut cependant pas le temps de s'y attarder, au dessus de lui un hurlement retentit, lui relevant tous les poils de la nuque. Il fut relevé de justesse par Draco au moment même où Lucius s'écroulait à l'endroit où il était deux secondes plus tôt en proie aux flammes qui le dévoraient voracement.

La vision de ce corps consumé par le feu était terrible, mais Harry était un garçon pragmatique et il ne s'y appesantit pas, préférant se retourner vers le reste de la salle où d'autres vampires étaient immolés sur place. Relevant prestement son pantalon, il attrapa Malfoy junior par le bras et se mit à courir vers Nott et Zambini dont les suceurs de sang faisaient heureusement partie des victimes de sa magie accidentelle.

La scène ressemblait à l'apocalypse, partout des hommes en feu hurlait en se dirigeant vers leur pairs dans l'espoir qu'ils les sauvent, tandis que ceux qui ne brûlaient pas les repoussaient à coup de sort d'entrave vu que les sorts de morts n'avaient aucun impact sur les leurs. Harry attrapa Nott qui ne semblait plus être capable de bouger, le regard absent fixé sur l'homme qui venait de le violer et qui hurlait à présent à la mort. Zambini, lui, était déjà debout et les attendait, la peur au ventre, non loin de la sortie.

-on y va, hurla le griffondor en tirant les deux serpentards derrière lui.

Profitant de la panique générale qu'il avait crée, les quatre adolescents se ruèrent à l'extérieur du manoir et Malfoy qui avait reprit ses esprits au bon moment, prit les devants et leur indiqua le chemin jusqu'à la sortie de la propriété. Ils avaient tout juste passé le portail que les premiers poursuivants se jetaient à leurs trousses en poussant des cris de rage à leur glacer le sang...

voici donc venir la fin du premier chapitre!

Qu'en avez-vous pensé? Bien? Complètement nul?

Dites-le moi^^

chapitre II: fuir

dans ce chapitre les quatre garçons tentent d'échapper à leur poursuivants tout en cherchant une solution pour disparaitre définitivement du monde magique.

Les Cullen n'apparaissent pas encore, mais ils ne vont pas tarder à faire leur entrée et croyez-moi, ça risque d'être explosif!

Pour ce qui est des viols dont on été victimes nos quatre héros, ils n'ont été que sous-entendu dans ce premier chapitre mais certaines parties seront plus détaillées dans le courant de l'histoire pour que l'on puisse comprendre les séquelles qu'ils subissent.

Cette histoire est assez sombre, il faut l'avouer, cependant elle ne le restera pas du début à la fin: imaginez donc deux secondes trois sorciers de sang pur dans le monde moldu et vous devriez comprendre de quoi il en retourne.

Pour ce qui est des vampires, ils sont fidèles à ceux de Meyer quoique différents grâce à la potion de Voldemort parce que l'on est sorcier ou on ne l'est pas^^

ps: si je reçois 5 reviews je poste le chapitre suivant dans deux jours!

Alors reviewez-moi!