Il était une fois, Lord et Lady Malfoy qui avait un fils merveilleux. Beau de sa personne, intelligent, charismatique, rusé, riche, il avait tout pour plaire. Si bien que quand vînt l'âge de ce marier il reçu énormément de proposition.

Ne sachant qui choisir Narcissa et Lucius, les parents du jeune Draco, finirent par décider que seul un être aussi exceptionnel que leur fils pouvait rentrer dans la famille. Et ce fût l'évidence même, seule le soleil pouvait être aussi beau que leur fils, aussi puissant et impressionnant.

Narcissa s'adressa alors au soleil :

_ Madame Soleil, vous qui êtes si lumineuse prenez mon fils pour époux. Vous seule êtes aussi importante et forte que lui.

_ C'est très gentil à vous mais je ne suis pas celle que vous croyez, le nuage est bien plus puissant que moi. Il me cache facilement à la vu de tous.

Répondit le soleil. Narcissa alla alors trouver le nuage.

_ Doux Nuage, vous qui faites disparaître le soleil a nos yeux, vous êtes bien le plus puissant de tous. Je vous en pris prenez mon fils pour époux.

_ C'est très gentil à vous, mais hélas le vent est bien plus fort que moi. Il me pousse a son grès ou bon lui semble.

Répondit le nuage. Narcissa alla alors trouver le vent.

_ Puissant vent, vous qui déplacez les nuages vous êtes bien le plus puissant de tous. Je vous en prie prenez mon fils comme époux.

_ C'est très gentil à vous, mais je ne suis pas aussi puissant que cela. Voyez cette vieille bâtisse là-bas, cela fait plus d'un siècle que je souffle sur elle et elle ne ploie toujours pas.

Répondit le vent. Narcissa alla alors trouver la bâtisse.

_ Noble bâtisse, vous qui résistez contre vent et marée vous êtes bien la plus puissante de tous. Je vous en prie prenez mon fils pour époux.

_ C'est très gentil à vous, mais j'ai ici une petite souris qui me croque et me grignote chaque jour, si bien que je m'affaiblis petit à petit.

Répondit la bâtisse. Narcissa alla alors trouver la souris.

_ Maligne petite souris, vous qui faites plier cette bâtisse vous êtes bien la plus puissante de tous. Je vous en prie prenez mon fils pour époux.

_ C'est très gentil à vous, mais le chat de cette maison me menace jours et nuits si bien que me voilà prête à quitter les lieux.

Répondit la souris. Narcissa alla alors trouver le chat de la maison.

_ Courageux félin, vous qui avez réussi à chasser la maligne petite souris vous êtes bien le plus puissant de tous. Je vous en prie prenez mon fils pour époux.

_ C'est très gentil à vous, mais ma maîtresse est celle qui décide pour moi, elle seule ose me remettre à ma place quand je fais une bêtise.

Répondit le chat. Narcissa alla alors trouver la maîtresse de maison.

_ Mademoiselle, après énormément de recherche il s'avèrent que vous êtes la personne la plus puissante du monde. Je vous en prie prenez mon fils pour époux.

La jeune fille releva la tête de son livre et s'exclama :

_ Madame Malfoy ? Vous allez bien ?

_ Mademoiselle Granger ? Que faites vous ici ?

_ J'habite ici comme vous le voyez, ici c'est mon salon.

Comme sortant d'un songe, Narcissa fit glisser son regard sur la pièce. Chaleureuse et très lumineuse grâce à une grande baie vitrée, elle était remplie sur tout un pan de mur par une bibliothèque impressionnante. Et au-dessus de la cheminée en plus de nombreuses photos trônaient de prestigieux diplômes. Narcissa reporta de nouveau son regard sur la jeune fille.

_ Mademoiselle Granger, pourriez vous je vous prie prendre Draco comme époux. J'ai ici un contrat de mariage qui vous intéresserez sûrement.

Par la suite, après de longue délibération et que les deux parties ai fait connaissance, le beau Draco épousa la jolie lionne, Hermione.

_ On va en entendre parler pendant des semaines de sa majesté Draco.

Déclara Ron, avec un regard dépité vers Pansy.

_ Mais non, Hermione saura bien faire quelques chose.

Répondit elle. C'est alors que Draco fier comme un paon s'avança.

_ Enfin on me reconnaît à ma juste valeur. Beau, sublime, rusé, intelligent, riche, c'est tout moi ça.

Ce venta le serpent, sous le regard exaspéré de son public.

_ Tu as oublié modeste avec ça.

Répliqua Hermione qui venait d'arriver.

_ Amour, alors ça fait quoi de sortir avec la perfection faite homme ?

_ La même chose que toi quand tu sort avec moi la perfection faite femme. Mais en moins intense, parce que après tout dans ce conte, entre toi et moi, c'est quand même moi la plus puissante. Même ta mère le dis.

_ N'importe quoi, ce n'est qu'un conte.

Répliqua le blond.

_ Dans ce cas tu ne serais pas si parfait ? Ça me déçoit, on m'aurait tromper sur la marchandise. Pansy donne moi l'adresse de Lucius et Narcissa que je me plaigne.

Argua Hermione. Pansy lui donna un bout de papier que la Gryffondor prit avant de ce diriger vers la volière.

_ Granger que fais tu ?

_ Je vais me plaindre Malfoy, le conte à l'appuie.

Répondit elle en quittant la grande salle. Draco resta, nonchalamment, debout dans la grande salle.

_ Elle plaisante, elle ne leur enverra pas le conte ni la plainte.

Le silence lui répondit.

_ Non ?

Il se tourna vers ses amis qui essayaient de ne pas rire, et qui lui jetaient des regards compatissants. Prit de panique il se mit à courir à la suite de sa tendre moitié.

_ Granger ! Je t'interdit, espèce de petite peste ! Revient ! Granger !