Le vingt-quatre au soir, vers 19 heures, les parents de Sixtine, tenant chacun une jumelles, furent traînés dehors par leurs amis pour un réveillon tranquille – où Dorothée pourrait ruminer sa tristesse tout à loisir.

Pendant que Sixtine fermait la porte derrière ses parents en assurant qu'ils seraient bien sages, au grenier, une Sacha tout sourire présentait le « costume d'époque » qui serait celui de Lily.

Pour l'instant, la robe était encore sur un mannequin d'exposition. Elle avait un décolleté rond et de longues et larges manches. Le corset et les manches étaient pourpre la jupe, soutenue par une crinoline, était rouge cramoisi et surpiquée, ornée de dentelles sur le bas. Le corset était décoré de minuscules boutons dorés, et Lily s'aperçut bientôt que toutes les coutures étaient de fil doré.

A côté de la robe était posée la coiffe : elle était longue, rouge, et drapée de très légers voiles dorés. Les rubans pour l'attacher au menton étaient également couleur or.

-Elle te plait ? demanda joyeusement Sacha. Je l'ai faite aux couleurs de Gryffondor, je me suis dit que ça serait cool !

-Attends, tu l'as faite ?

-Ouais, enfin j'ai fait les patrons et j'ai choisi les tissus et c'est moi qui fouettais les elfes pour qu'ils aillent plus vite, mais globalement c'est les elfes de Six' qui l'ont cousue, expliqua Sacha d'un air un peu gêné.

-Tu fouettais les elfes ? demanda Lily, sa chevelure à deux doigts de crépiter.

Sacha la regarda en coin, pas effrayée pour un sou, puis roula des yeux.

-Façon de parler, défenseuse des Droits de l'Homme et du Citoyen ! Bon, alors, elle te plait ?

-Euh… ouais, bah ouais, elle est jolie ! s'exclama Lily.

-Ça tombe bien parce que tu vas l'enfiler… avant que je t'aide… finit Sacha en haussant les sourcils de manière suggestive et en passant sa langue sur sa lèvre supérieure d'un air très effrayant – pour Lily.

La rousse acquiesça nerveusement et déplia le paravent devant son mannequin.

Dix minutes plus tard, elle n'avait toujours pas réussit à mettre sa robe, quand Sixtine rentra dans sa chambre.

-Où est Lily, Saa' ? demanda la voix de la blonde.

-Elle se change, répondit Sacha.

-Tu t'en sors, Lily ? demanda la blonde.

-Pas tellement ! s'exclama la rousse.

Lily entendit les pas de la jeune blonde jusqu'au paravent et Sixtine apparut pour l'aider à enfiler cette satanée robe.

Lorsqu'elle sortit de derrière le paravent, Sacha était également en robe, et un des elfes de maison de Sixtine était en train de la coiffer.

Sacha portait une robe du carnaval de Venise bleue. Elle était couverte par un camaïeu, qui allait du bleu ciel en bas du jupon jusqu'au bleu encre en haut du corset. Le jupon était incroyable de volume, de plis, de dentelles, de nœuds et de broderies. Les surpiqûres et les rubans étaient dorés, comme les immenses plumes du masque bleu encore sur l'étagère, qui ne couvrait que le haut du visage.

L'elfe avait fait un incroyable chignon duquel de splendides anglaises sortaient, et Sacha avait les yeux charbonnés de bleu foncé et sa bouche était couleur or. Elle avait fait quelque chose à sa peau, de sorte qu'elle était désormais laiteuse.

-Eh, super, Sacha ! s'exclama Sixtine, tournant autour de son amie, soulevant un volant ici, rajustant un ruban là. C'est incroyable comme le bleu te vas… t'as fait quoi à ta peau ?

-Un petit sort de Poka et voilà que je suis blanche comme un évier, comme mon père m'a toujours voulue ! répondit la Serdaigle avec un sourire qui découvrit ses belles dents à travers son rouge à lèvre or. A toi, maintenant, ma belle Sixtine ! Regarde comme ta robe est belle !

La robe de Sixtine était juste incroyable. Elle était entièrement blanche, légèrement scintillante, sans manches mais avec de très longs gants argent, avec un diadème. Le jupon était supporté par une crinoline, comme celui de Lily il y avait deux volants ronds sur les hanches. En dehors de ça, la robe était parfaitement simple, sans volants ou dentelles.

-Mais c'est la robe de Cendrillon ! s'exclama Lily.

-Exact ! s'exclama Sacha, un sourire radieux sur les lèvres. Poka ! Je veux que tu fasses à notre splendide Cendrillon d'un soir le plus merveilleux chignon banane que j'ai jamais vu… et que tu l'aide à enfiler sa robe ! Moi, je vais chercher Liam et les dudes.

Sacha eu quelques difficultés à passer la porte, mais elle y parvint finalement, son masque à plumes à la main.

Liam et les quatre Gryffondors étaient en train de s'habiller dans une chambre d'ami du deuxième étage. Liam, qui portait déjà son costume de gentleman du XVIII° siècle, avec pantalon resserré au genou, chaussettes blanches, chaussures à talonnettes pointues, chemise en soie bleue, veste longue, jabot et tricorne, surveillait l'habillage des quatre Gryffondors.

James était également en gentleman, mais du siècle d'après. Une écharpe blanche soigneusement ajustée autour du cou, une veste queue-de-pie soigneusement fermée par des boutons en argent, un pantalon gris, un chapeau haut de forme sur ses cheveux décoiffés et une canne sculptée à la main, le Gryffondor avait fière allure. Il était en train d'enfiler des gants en cuir noir.

Fidèle à sa qualité d'exhibitionniste, Sirius était en train de parachever ses peintures de guerre de chef amérindien. Il portait en tout et pour tout un pagne, et l'autre elfe des Valencourt, Tona, avait foncé la peau d'habitude claire du jeune Black. Une foi qu'il eut tracé la dernière ligne de son maquillage, Sirius posa sa coiffe de chef sur sa tête et sourit d'un air tellement optimiste que ça aurait pu guérir un cancer.

Peter était habillé en pirate, et ça lui allait plutôt bien. Il portait des bottes hautes et un tricorne en cuir souple, râpé. Un foulard rouge décoloré lui ceignait le front, il avait un trait de khôl autour de chaque œil son pantalon rentré dans ses bottes était tenu à la taille par une ceinture à grosse boucle qui supportait également le poids de deux étuis à pistolet. Tona avait fait pousser et épaissit ses cheveux et sa barbe, qui étaient désormais tressés.

Remus sortit de derrière son paravent.

-Vous… vous êtes sûrs que ça va m'aller ? demanda-t-il timidement.

-Tu es parfait, assura distraitement Liam.

Le jeune lycante portait ni plus ni moins qu'un costume complet d'archet de guerre moyenâgeux. Il avait une protection de cuir sur l'avant-bras droit, creusée d'arabesques, et un chaperon de peau sur les épaules. Dessous, il portait une armure et encore dessous, une chemise en lin claire. Son pantalon était en peau, de même que ses bottes montantes à rabat. L'arc de Sacha avec son carquois étaient posés dans un coin de la salle.

Ladite Sacha entra justement dans la chambre, sa robe aux multiples jupons et volants bruissant autour d'elle, son masque toujours à la main.

-Oh vous êtes splendides ! s'exclama-t-elle alors que son regard s'attardait sur Remus, qui ne s'en aperçut pas, trop occupé à refermer sa bouche. Il n'avait jamais remarqué à quel point la gorge de Sacha était fine – elle portait souvent une écharpe, ou sa cravate.

-Mon frère, tu es somptueuse, déclara Liam en s'inclinant devant Sacha, prenant sa main gantée et y déposant un léger baiser.

-Et toi aussi, ma sœur, répliqua la Batteuse en pliant gracieusement les genoux. Êtes-vous prêts ? Les invités ne vont sûrement pas tarder à arriver. Sixtine et Lily nous rejoignent en bas…

Liam s'inclina et présenta son bras à sa jumelle qui prit le temps d'enfiler son masque avant de poser délicatement sa main sur celle du jeune homme.

Je n'aurais jamais pensé qu'ils ont étés élevés à moitié dans la rue, pensa James en échangeant un coup d'œil avec son meilleur ami, qui redressait sa coiffe d'indien. Le Black lui fit le clin d'œil le plus appuyé du monde puis regarda Remus, qui avait l'air très viril dans son costume de guerre.

Ils atteignirent le salon où Lily et Sixtine étaient déjà. Sixtine était ravissante dans sa robe totalement blanche et scintillante, et Peter du donner un petit coup de coude à James pour qu'il respire de nouveau après avoir vu sa Lily jolie dans sa robe de Moyen-Âge.

-J'étais sûre que ça t'irais comme un gant ! se félicita Sacha en tournant autour d'une Sixtine radieuse.

-Elle est splendide ! s'exclama Sixtine, souriant d'une oreille à l'autre.

Sirius avait senti une sensation agréable de chatouillis sous les clavicules à la vue de la blonde, qui portait désormais « le plus beau chignon banane que Sacha ai jamais vu » et qui souriait de toutes ses jolies dents.

Liam et Sacha étaient en train manipuler une chaîne hi-fi Moldue magiquement améliorée de telle sorte qu'elle captait les deux sortes d'ondes et Sixtine dirigeait les elfes de maison qui transportaient les plats de la cuisine au salon lorsqu'on sonna à la porte.

Ce fut Sixtine qui ouvrit, révélant Teresa et Olivia, la première habillée en toge romaine et la seconde en habit complet de geisha.

-Ooooh tu es splendide ! s'exclama Teresa à la vue de Sixtine.

-Merci, répondit cette dernière en s'effaçant pour laisser entrer les jeunes filles qui allèrent droit au salon pour embrasser tous les autres.

Dès à présent, tout se corsait, car tous les autres invités étaient des Moldus, Teresa et Olivia comprises, et il fallait donc que tous les tableaux de la famille arrêtent de bouger et surtout, que Poka et Tona restent hors de la vue des invités.

Presque aussitôt, on sonna de nouveau à la porte, révélant cette fois Kurt et Blaine, un couple d'homosexuels tout à fait adorable aux critères de Sacha et Sixtine, mais Liam se serait volontiers fait le petit Kurt.

Ledit petit Kurt portait un costume complet de sultane indienne, tandis que Blaine arborait la tenue du sultan.

-Wahou, impressionnant ! s'exclama Sixtine en riant et en embrassant les deux jeunes hommes.

-N'est-ce pas ! se flatta Kurt en pliant légèrement le genou. Homemade, s'il te plait !

-Moi aussi, déclara Sixtine en rajustant son diadème. Mais entrez, je vais vous présenter !

Elle guida les jeunes hommes jusqu'au salon où les adolescents avaient pris leurs aises, assis dans les fauteuils ou les causeuses devant la cheminée, discutant de choses et d'autres pendant que Sacha, Teresa, Olivia et Sirius fumaient.

Sixtine toussota et les neuf visages des adolescents se tournèrent vers elle.

-Les filles, commença la blonde avant de se faire assassiner par quatre regards – non, Liam n'est pas contrarié d'être traité de « fille », ça ne lui pose aucun problèmes – et les mecs, ajouta la Serdaigle, je vous présente Kurt – elle montra la sultane qui agita légèrement ses doigts – et Blaine. Klaine, voici de gauche à droite, James, Lily, Remus, Sacha que vous connaissez, Liam de manière identique, Peter, Teresa, Olivia et Sirius.

-On attend qui maintenant ? demanda Sacha en écrasant sa fine cigarette – Remus avait l'air profondément malheureux d'être entouré par toutes ses fumées.

-Romain et Charlie, rappela Sixtine en prenant place dans la causeuse à côté de Sirius qui passa un bras autour de son cou d'un air enchanté. Sixtine réfléchit une seconde puis sourit et s'appuya un peu plus sur le Gryffondor.

Sacha eut un petit rire léger et se pencha sur la table où étaient disposés une dizaine de bouteilles. Elle attrapa le Pulco et un verre, versa un peu du premier dans le deuxième, rempli le verre de vodka jusqu'à sa moitié, compléta avec de la limonade, ajouta du sirop de sucre de canne et de la grenadine pour la couleur puis mélangea.

Et là, Remus s'appropria son cocktail.

-Eeeeeeh ! s'exclama Sacha, outrée.

-C'est pour ma tequila sunrise de chez ton pote le coiffeur, coupa Remus.

-Rancunier mon loup ? ricana Sacha en se renfonçant dans son canapé après avoir ébouriffé les cheveux de miel du Gryffondor qui se tendit.

Elle ne pouvait pas savoir, sinon elle ne serait pas aussi détendue, pensa Remus, mortifié. Mais il s'était quand même brûlé sur sa bague, qu'elle portait toujours d'ailleurs – elle n'avait pas l'air d'avoir des soupçons.

C'est alors que le jeune lycante se rendit compte qu'il regardait la bague de Sacha en tournant la tête à droite. Sacha était à sa gauche.

Il dut donc en déduire que Sacha avait passé son bras autour de ses épaules – et rosit adorablement, ce qui, Dieu merci pour lui, passa inaperçu.

Les deux derniers convives arrivèrent à vingt heures quinze, étant donné qu'ils arrivaient tout droit de Londres. Lorsqu'ils sonnèrent à la porte, ils étaient tous deux en armures complètes, frappées des armes du Gondor pour Charlie et du Rohan pour Romain.

Sacha, qui était allée ouvrir la porte, étreignit ce dernier avec une force à rompre les côtes, puis fit la bise à Charlie avant de les conduire au salon.

-Nous voici tous réunis, commença ensuite Sacha. Noël n'est pas la fête de notre religion, à Liam et à moi, mais nous le fêtons quand même parce que c'est plutôt cool comme fête, et comme ça on a deux Noëls, nous, puisqu'on a aussi Hanoucca. Cependant, avec l'autorisation de Sixtine et de notre rabbin, je vais allumer la hanoukkia …

Tous les invités hochèrent la tête avec respect et Liam donna un chandelier à neuf branches que la Serdaigle garnit de bougies et alluma. Elle le posa respectueusement sur le manteau de la cheminée et elle et son frère chuchotèrent une prière avant de retourner s'assoir.

Sixtine se leva à son tour.

-Même si je n'avais pas spécialement envie d'aller à la messe de Noël, il me faut tout de même adresser une prière au Seigneur, moi aussi, et je vous invite à en faire de même. Promis, après, on boit de l'alcool et on fume des joints.

-C'est vrai ? demanda Sacha qui s'était installée à côté de Romain, lequel ayant passé son bras autour du cou de la Batteuse.

-Non, répliqua Sixtine avec un sourire d'ange. C'est une fête religieuse et on a des cadeaux à ouvrir.

Sacha se renfonça dans son fauteuil et s'appuya contre son homme en armure.

Ce fut au tour de Sixtine de prier, cette fois accompagnée de la plupart des invités. Une fois qu'elle eut fini, elle sortit un petit paquet de cartes et ils se mirent à jouer tranquillement à divers jeux aux règles plus ou moins respectées, tout en évitant le poker – ou pire, le strip poker – sachant parfaitement que les jumeaux dépouilleraient quiconque passeraient à leur portée, alliant à la fois une chance insoutenable, un visage de marbre et un don inné pour la tricherie.

La soirée se déroula paisiblement, jouant, discutant et grignotant de temps en temps, buvant occasionnellement un cocktail préparé par Remus, en adolescents parfaitement normaux. Il était presque minuit et une Lily avec des joues bien roses était installée sur les genoux de James, et gloussait à chacune de ses phrases.

-Elle avait bu, Lily, avant ça ? demanda Kurt en se penchant vers Sixtine.

-Une fois, et elle s'est endormie après trois verres… répondit la blonde à voix basse.

Le carillon sur la cheminée sonna douze coups, et Sacha se leva.

-Lily Evans, si tu ne te décolle pas maintenant du torse de l'Epouvantail, je te jure que je mets ton fils en couple avec Rogue quand il aura quinze ans.

James fit une grimace de dégoût (type Harry voyant Hagrid draguer Mme Maxime) et Lily se décolla légèrement des pectoraux du Gryffondor.

-Très bien. Kurt, si tu voulais arrêter de papouiller Blaine une seconde, je te serais reconnaissante. Merci.

Sacha avait toujours le chic pour les allocutions publiques.

-Parfait ! Alors, comme vous l'avez probablement remarqué, l'horloge vient de sonner douze coup donc…

-Il est minuit ! s'exclama Teresa, un bras de Peter autour du cou.

-Bravo ! Et donc ?

-On est le 25 ! compléta Olivia, enthousiaste.

-Exact ! Alors qu'est qu'on fait ?

-On ouvre les cadeaux ! cria Sixtine, qui avait visiblement régressé à l'âge de six ans.

Tout le monde convergea vers le sapin qui avait été dépouillé de ses décorations magiques en catastrophe pour être re-décoré d'artifices moldus.

Les invités se dirigèrent vers l'entrée où ils avaient posé leurs sacs afin de récupérer les cadeaux prévus à l'intention des trois Serdaigles.

Sixtine avait soigneusement installé huit piles de cadeau, chacune sur une paire de chaussons, une pour chaque adolescent. Les cadeaux des invités s'ajoutèrent aux piles déjà hautes et Sacha alla ouvrir aux deux dobermans qui revenaient de leur petite promenade dans le parc du manoir.

Jupiter et Junkie firent le tour des invités, léchant une oreille ici et croquant un doigt là, puis ils allèrent se coucher devant la cheminée où Liam leur avait posé une pâtée alléchante.

Kurt et Blaine avaient fait un cadeau commun pour les trois Serdaigles, à savoir trois tickets pour leur concours régional de chant qui aurait lieu l'été suivant Teresa avait offert une peluche de dragon à Sacha, un planeur miniature à Liam et un livre sur le maquillage à Sixtine, tandis qu'Olivia avait confectionné un magnifique gâteau qui ressemblait à s'y méprendre à une miniature des trois Serdaigles.

Romain présenta cérémonieusement à Sacha de splendides gants en cuir blanc, et un bouquet de fleurs blanches à Sixtine – pour la remercier de l'avoir invité. A Liam, il offrit une boîte de toffees enrobés de chocolat.

Charlie, lui, donna à Sixtine la cassette vidéo des Demoiselles de Rochefort, un film qui venait à peine de sortir, puis tendit à Sacha « Milles & Unes Coiffures pour cheveux longs » et à Liam, « Les zones les plus sensibles du corps masculin ». Le jeune homme fit un clin d'œil entendu à Charlie.

Sacha, Sixtine et Liam offrirent une compilation de chansons de leur sélection à Kurt et Blaine. Sacha et Liam offrirent à Teresa une réduction de la ville de Londres – Teresa aimait beaucoup le modélisme et les maquettes – et à Olivia un tablier, des gants de cuisine, une toque et « Les plus grands desserts Français ».

Après cela, Romain reçut, de la part de Sacha, une eau de toilette (« C'est pas que tu pues, non, non, j'avais juste pas d'idées ! »), et Charlie eut une chemise bleu outremer dont les boutons de manchette étaient de petits aigles.

Une fois que les cadeaux des invités furent déballés, les jeunes gens mangèrent le gâteau fait par Olivia, puis invités commencèrent à partir, assurant à Sixtine qu'ils avaient passé une superbe soirée et qu'ils seraient prudents en rentrant.

Dès que la porte se fut fermée derrière Teresa, Poka réapparut et commença aussitôt à ranger le salon. Les Maraudeurs, Lily et les Smashin'Mushrooms s'assirent alors en cercle autour du sapin et dévisagèrent leurs piles de cadeaux.

-Qui commence ? demanda James d'une voix un peu tendue.

-Moi ! répondit immédiatement Sirius.

Il attrapa le paquet en haut de sa pile, étiqueté « Sixtine » et l'ouvrit : il s'agissait d'une panoplie complète du parfait supporter de Serdaigle. Sirius rit pendant cinq bonnes minutes puis enfila le bonnet bleu et bronze avant de continuer à déballer ses paquets. De Liam, il reçut un pistolet farceur qui projetait de la poudre noire et permettait ainsi de s'enfuir à la manière d'une pieuvre qui aveugle ses ennemis ; de Lily, il eut un livre intitulé « Passez votre permit moto » de Peter, une laisse et un collier – « Excellent Pete, excellent ! » s'exclama James en se roulant de rire par terre – de Sacha, un porte-voix (« Pour les matches de Quidditch ! »), de James une bannière aux couleurs de Gryffondor (« ça ira dans ma chambre avec un maléfice de Glue Perpétuelle », ricana le jeune Black) et finalement, de Remus, il eut un livre sur les échecs.

Ce fut ensuite le tour de Sacha, qui eut, en vrac, plusieurs bijoux en or avec un bandeau et une mini-jupe (« C'est pour te déguiser en fille toute nue ! »), de nouvelles lunettes d'aviateur plus légères que les anciennes, un chaudron incroyablement résistant, d'après la notice, un livre intitulé « Entraînez votre équipe vers la victoire », des protections de Quidditch, un jeu de poker sorcier, et, finalement, une lettre.

« Cher miss O'Dwyer

Nous avons le plaisir de vous informer que vous avez passé avec succès votre examen de conduite de véhicule à deux-roues motorisé et que, par conséquent, nous vous faisons parvenir votre permit ci-joint. Vous trouverez plus bas le détail de vos points.

Cordialement,

Susan Pevensie,

Auto-Moto-Ecole, Malahide. »

-Attends, fut la première réaction de Sacha. Tu veux dire que j'ai mon permit ? Je vais pouvoir conduire ma moto ?

-Ouais ! s'exclama Liam, ravi de sa surprise.

Sacha en resta hystérique toute la soirée.

Ce fut ensuite Remus qui ouvrit ses cadeaux : il eut une lourde cape en velours noir, avec une capuche et de splendides attaches en argent, brodée de « R.J.L. » en fils d'argent, un nouvel échiquier sorcier, un livre regroupant les 200 plus grandes énigmes du monde, une écharpe et des gants tricotés à la main par Lily, d'une agréable mais guère originale couleur carmin un gros nœud rose, qui conduit les Maraudeurs à se rouler par terre de rire et qui laissa les Serdaigles poliment perplexes – Lily se contenta de lever les yeux au ciel de la part Sirius, car un cadeau d'une telle subtilité ne pouvait venir que de lui, il reçut « Pécho la sorcière quand on est timide », et finalement, une splendide plume rouge et or.

-Merci, tout le monde, sourit le loup-garou cramoisi – sans doute à cause du livre sur les plans dragues.

-De rien ! C'est Liam qui a choisi la cape, elle te plait ? demanda Sacha, radieuse.

-Enormément, répliqua Remus en couvant du regard le vêtement le plus luxueux qu'il n'ait jamais vu depuis longtemps – qui soit à lui, entendons-nous.

Liam attrapa le premier paquet de sa pile : c'était une panoplie complète de chaînes et autres menottes («C'est une panoplie d'esclave, mon Liam ! » s'exclama Sixtine), une nouvelle veste de moto, un calendrier des Dieux du Stade, un livre sur l'Equipe de Quidditch d'Irlande et un magnifique télescope ultra-perfectionné qui le fit bondir de joie au plafond.

-J'vous avais dit que c'était une bonne idée ! s'exclama Sirius à l'intention de Peter et Remus, ses acolytes pour ce cadeau.

Liam bondit vers eux et les embrassa avec effusion.

Peter fut le suivant à découvrir ses présents : il avait une carte prépayée d'une valeur de vingt-cinq Gallions chez Honeyducke (cela le ravit au plus haut point), un casque orné de deux petites ailettes (« C'est un casque d'Astérix, Peter ! »), des macarons de chez Ladurée, un livre de recettes Moldues, des partitions de guitare et une guitare elle-même (« Parce que ton ancienne était vraiment horriblement accordée, celle-là est magique, elle reste accordée ! »)

Sixtine fut aux anges en ouvrant son premier paquet : c'était une montre astronomique gravée de petites runes sur tout le tour (« Je l'ai trouvée chez un brocanteur, je me suis dit que ça pourrait t'intéresser ! » déclara un Liam visiblement ravi) elle reçut aussi un médaillon gravé aux initiales de « S.S.L. » sur une face et de « S.M. » sur l'autre à l'intérieur, Sacha avait mis une photographie magique des trois Serdaigles souriant à l'objectif avec des têtes stupides. De Lily, elle reçut un bonnet en laine bleue avec un pompon bronze Remus lui avait offert un exemplaire du livre le plus avancé sur les potions qu'il ait pu trouver, Sirius lui avait offert une camisole de force (ce qui lui valut un coup de point sur l'épaule), et James, avec Peter, lui donnèrent une très jolie boule de cristal divinatoire.

A cet instant, ne restaient à ouvrir leurs paquets que James et Lily. La jeune fille insista pour que James commence, les joues un peu roses James finit par céder et ouvrit la plus petite boîte qu'il put trouver. Il s'agissait d'une très jolie chevalière en acier, incrustée d'une pierre verte, et gravée à l'intérieur de sa date de naissance. Il leva les yeux vers Lily qui fixait ses doigts, les joues brulantes.

-Merci, chuchota-t-il.

Tous les autres adolescents feignaient de regarder distraitement ailleurs pendant que Lily marmonnait en haussant les épaules. James la regarda d'un air attendrit, enfila la chevalière à son index puis ouvrit ses autres cadeaux : un Vif d'Or, un sabre laser et d'une cape de Jedi, des gants d'Attrapeur, un fer à lisser (« Pour voir si on peut faire quelque chose avec tes cheveux ! » expliqua Liam), une peluche de renne et un harnais à clochette.

-Vous pouvez toujours courir pour que je porte ça ! s'exclama James en secouant le harnais qui émit un son cristallin, augmentant encore le rire de Remus, Sirius et Peter, les deux premier congratulant ce dernier en lui donnant des tapes amicales dans le dos.

Finalement Lily put ouvrir ses cadeaux elle eut un miroir magique à accrocher dans sa chambre, un globe terrestre magique, des accessoires de coiffure, une jolie pochette en cuir incrustée de métal pour ranger sa baguette magique, qui pouvait s'accrocher à l'intérieur des vêtements des menottes, qui la firent devenir rouge cramoisie – James lança un regard mauvais à son meilleurs ami – un livre de patrons de couture et tricot, et finalement, dans une toute petite boîte, un pendentif de cœur.

Lily leva les yeux sur James, qui regardait ailleurs, l'air gêné, les joues roses, et lui trouva un air absolument adorable. Alors elle se rapprocha un peu de l'Attrapeur et le regarda dans les yeux. Le jeune homme s'éclaircit la gorge – les six autres adolescents détournèrent subtilement les yeux pour contempler le salon – et dit :

-Lily Evans… ton père est fleuriste, ta mère est cadre supérieure, ta sœur est insupportable, ton dessert préféré est la glace à la framboise l'été et le mi-cuit au chocolat l'hiver, ta tenue préférée le dimanche est un vieux pull à ton père, ton shampooing est au chocolat, tes yeux sont magnifique et je suis amoureux de toi. Est-ce que tu veux… - James prit une inspiration – zketuveusortirvecmoi ?

-Oui, répondit Lily.

Elle resta plantée là pendant une poignée de secondes, et puis James la prit dans ses bras et pressa doucement ses lèvres contre celles de la jeune fille. Elle avait l'air légèrement effrayée, mais il passa tout de même sa langue très doucement sur la lèvre inférieure de Lily, qui ouvrit alors un peu la bouche. James sentit la langue timide de la jeune fille venir effleurer ses lèvres, maladroite, et sourit dans leur baiser.

Ils s'embrassèrent pendant une ou deux minutes jusqu'à ce que quelqu'un applaudisse.

Sacha, montée sur la table, tapait des mains, accompagnée par Sirius qui effectuait une danse de la victoire en courant autour de la jeune fille – sur la table. Bien sûr, ce qui devait arriver arriva, et la table se renversa bientôt, projetant le Gryffondor et la Serdaigle pêle-mêle sur le sol, dans un enchevêtrement de bras et de jambes.

Lily et James profitèrent de la diversion pour s'embrasser à nouveau, tandis que Sixtine les couvait d'un regard brillant, un grand sourire plaqué sur les lèvres.