Le mois de janvier s'écoula paisiblement, jusqu'au 30 qui vit l'anniversaire de Lily – la veinarde avait 16 ans, Sacha la fit fumer des substances illicites pour l'occasion – et février débuta sous les meilleurs hospices.

Sixtine s'était souvenue de la promesse qu'elle avait faite à Lucius lorsqu'il les avait fait transplaner à Londres, et s'attela donc à la préparation assidue d'un poison simple mais efficace qui rendrait Narcissa suffisamment malade pour rester coucher trois mois mais pas assez pour la faire mourir – la blonde ne désirait pas être une criminelle.

En fait, Narcissa allait simplement vivre la plus longue angine de sa vie, rien de plus. La jeune Black ayant une santé fragile, personne ne s'en étonnerais outre-mesure – Sixtine ne faisait rien d'autre que l'aider un peu à tomber malade. C'était en tous cas plus clément que Sacha qui proposait simplement de lui fracturer quelques membres et le nez dans un coin sombre avec l'aide de quelques sixièmes années de Poufsouffle qui avaient une dent contre la Serpentard.

Heureusement, Sacha était bien trop préoccupée par le premier match de la saison qui concernait sa merveilleuse équipe. Le match Serdaigle VS Serpentard était prévu pour la fin de la première semaine de février et Sacha mettait une pression monstrueuse à son équipe, au point qu'elle négligeait ses devoirs et autres notes.

-Sacha… Sacha… SACHA MYRIAM ADRES O'DWYER ! hurla Sixtine à l'heure du repas du vendredi soir, attirant les regards de tous les autres étudiants.

Sacha se détourna enfin de sa conversation stratégique avec Anika Tresse – non, en fait, elle dévia légèrement son attention et la petite Allemande en profita pour s'enfuir à la table des Gryffondors – pour écouter la blonde.

-Tu sais comme moi que tout va très bien se passer, articula clairement Sixtine. Tout-ira-très-bien. Vous allez mettre une pâté à Serpentard, Serdaigle à la meilleure équipe qu'on ait jamais eu depuis deux siècles et vous pourriez jouer en nationales, Sacha.

Sacha dévisagea Sixtine comme si c'était une Martienne et reporta son attention sur le membre le plus proche de son équipe : c'était Saphir Nobody, et il fit ce que personne n'avait encore jamais osé : il sortit sa baguette et stupéfixia son capitaine.

Sixtine le regardait bouche bée, tandis que Saphir retournait à son assiette pleine de viande tellement crue qu'elle était bleue.

Sacha gisait dans ses betteraves au jambon cru et Sixtine se dit que c'était pas plus mal, cette Sacha silencieuse et docile.

La blonde finit tranquillement son repas puis passa sous la table pour atteindre le côté de Sacha, pointa sa baguette sur la jeune fille et murmura « Enervatum ».

Sacha battit des paupières d'un air hébété et contempla son uniforme couvert de sauce béchamel, puis tâta son front et sa frange qui étaient également badigeonnés de sauce.

Sixtine lui prit le poignet pour la traîner hors de la Grande Salle jusqu'à la Tour Serdaigle où elle envoya Sacha, qui n'avait pas décroché un mot, sous la douche.

Les joueurs de l'équipe étaient tous plus ou moins verdâtres et sans volontés aux quatre coins de la salle commune : Sacha avait réussi à les intoxiquer – tous, sauf Saphir qui jouait le rôle de tampon avec l'équipe – avec son stress paranoïaque.

Après une vingtaine de minutes, Sixtine monta dans son dortoir – Liam prenait le match aussi sérieusement que sa sœur et était resté enfermé dans le sien une grande partie de la journée – pour surveiller Sacha – qu'elle n'essaye pas de se noyer dans la douche.

Au lieu de cela, Sixtine trouva une Sacha totalement abattue sur son lit. La Batteuse était lavée et ses cheveux immensément longs et trempés couvraient son dos nu d'une épaisse parure. Elle ne portait qu'un shorty bleu ciel et chocolat, et ses yeux étaient dans le vague – son sort de vue devait être en train de s'estomper pour avoir un tel regard de myope.

-Sixtine, croassa Sacha lorsque son amie entra dans le dortoir, sans même la regarder. Je suis nulle. Remplace-moi demain.

La blonde resta sous le choc pendant plusieurs secondes avant de hurler d'une voix qui partait très haut dans les aigus :

-NAN MAIS CA VA PAS ?

Sacha ne s'y attendait et sursauta d'au moins trois centimètres. Sixtine la regardait avec ses yeux furibonds des mauvais jours et son visage devenait plus rouge de secondes en secondes – sa façon bien personnelle de montrer sa colère plus que son embarras.

-SACHA MYRIAM ADRES O'DWYER, TU ES LA MEILLEURE BATTEUSE QUE SERDAIGLE AI CONNU DEPUIS CENT CINQUANTE ANS, ET LA MEILLEURE CAPITAINE DEPUIS DENIS POLAND EN 1867 !

Sacha regarda sa meilleure amie avec de grands yeux ronds pendant que ladite essayait de se calmer. La blonde traversa la pièce en cinq enjambées et farfouilla dans sa trousse de toilette. Elle en sortit un petit flacon, alla jusqu'à Sacha et lui ordonna d'en boire le contenu.

Sacha obtempéra et tomba aussitôt endormie.

oOo

Le lendemain, Sixtine secoua Sacha avec vigueur aux environs de dix heures. La Batteuse enfila son uniforme, boucla ses protections et attrapait son protège-dents quand son frère entra dans le dortoir.

-Prête pour le grand jour ? demanda-t-il à sa sœur qui hocha la tête d'un air déterminé.

La jeune femme attrapa son Flèche d'Argent – elle considérait comme le meilleur balai qu'elle ait jamais eu elle avait un Nimbus 1700 avant, jusqu'à ce qu'elle s'écrase avec pendant sa troisième année (en fait, elle avait raté le Cognard qu'elle voulait frapper et avait cassé le manche de son balai avec l'élan de sa batte : la pauvre chose n'avait pas résisté et elle avait fait une chute de trente mètres). Liam maintenait que les Nimbus 1700 étaient meilleurs mais Sacha sous-entendait sournoisement que c'était parce qu'il était gros et grand et que les Flèche d'Argent étaient trop fins pour le soutenir – ça lui valait à tous les coups un tour de manège dans les airs et même parfois la tête en bas.

Enfin bref, Sacha récupéra son balai, dépassa Sixtine, dépassa son frère, passa la porte et descendit les escaliers d'un pas leste.

Lorsque les jumeaux débouchèrent dans la salle commune, chaque Serdaigle leva ses yeux sur eux.

-L'équipe, appella Sacha.

Ses cinq Serdaigles se levèrent et marchèrent vers leur capitaine. Ensemble, l'équipe traversa la salle commune et tous descendirent ensemble à la Grande Salle.

Dès qu'ils y mirent un pied, un immense vacarme résonna dans réfectoire, tout droit venu de la table des Gryffondors.

Les quatre Maraudeurs s'étaient levés en cœur et beuglaient à qui-mieux-mieux. Sirius lui-même portait toute la panoplie de supporter qu'il avait reçue à Noël, et il avait habillé ses amis de la même façon. Il avait même réussit à glisser un serre-tête à tous ses amis, où de petits « S » bleus se balançaient au bout de longs ressorts (1).

Le sang avait quitté le visage de toute l'équipe, surtout celui de Sacha qui était à quelques secondes de péter un câble (c'est moche, une fumeuse qui a pas fumé depuis plus d'un mois). Sixtine posa calmement sa petite main sur l'avant-bras de Sacha – qui, dans son état normal, aurait joyeusement déliré avec le Black – et chuchota :

-Ils t'encouragent, Sacha. Calme.

La capitaine prépara un sourire crispé et salua les Gryffondors d'une main, puis entraîna son équipe à la table des Serdaigles où tous s'assirent. Ils étaient globalement tous verts et ne mangèrent pas beaucoup.

Soudain, les hiboux postaux entrèrent dans la salle et Sacha leva les yeux vers eux avec espoir, qui ne fut, pour une fois, pas déçu. Hettie vint finalement – plus d'un mois après l'avoir envoyée – se poser dans l'assiette vide de Sacha. La raison de son retard sauta aux yeux de Sacha : la petite chouette portait un paquet environs trois fois plus gros qu'elle et une lettre.

Sacha se saisit de la lettre, prit un bout de lard entier et le donna à sa petite chouette qui l'engloutit avec reconnaissance avant de s'envoler vers la volière.

La jeune fille ouvrit la lettre et reconnu l'écriture étrangement nette et soignée de sa tante Lettie – connaissant le personnage, on s'attendait généralement à quelques hiéroglyphes incompréhensibles. La lettre était la suivante :

Ma pauvre Sacha, privée de cigarettes ! Qu'à cela ne tienne, je t'envoie tes cinq variétés de tabac, comme tu me l'as demandé, avec des filtres et du papier. Et un ami dealer à moi m'a fait un prix sur le cannabis, alors je t'en ai mis 250g. Je crois me souvenir que t'as eu un bad trip sous LSD – Sacha frissonna en repensant à la pire idée de sa vie – alors j't'en ai pas mis, j'pense que tu m'en voudras pas… sinon je t'envoie une bouteille de Smirnov et les deux trois bricoles que vous avez oublié chez moi (j'ai trouvé un classeur avec des photos qui bougent, mais il était trop grand, vous le récupérerez les vacances prochaines). Vous manquez aux chiens, ils trompent leur ennui en persécutant mes chats et mes invités, mais ils sont gentils, on les aime bien.

La lettre n'était pas signée mais il était évident qu'elle venait de Lettie. Sacha ouvrit le paquet avec délectation, mais avant qu'elle n'ait pu s'enfuir avec ses 250g de cannabis pour aller fumer dans le parc, la main de Sixtine surgit avec la rapidité d'une langue de caméléon et s'empara du paquet. Sourde à l'indignation de la Batteuse, la blonde sélectionna deux filtres, deux papiers, un paquet de tabac blond et un de brun et tendit le tout à Sacha.

-Tu as besoin d'être lucide pour ton match, ma chère, déclara Sixtine en refermant soigneusement le paquet de substances relativement illicites.

Sacha foudroya son amie du regard et s'enfuit de la table avec son tabac et ses papiers. L'équipe amorça un mouvement pour la suivre mais Liam – qui avait été désigné capitaine-remplaçant à l'unanimité – intima aux joueurs de manger.

Sacha se laissa tomber en bas de l'escalier menant au parc et éventra son paquet de tabac blond. Trois quarts de blond, un quart de brun, on lisse, on mouille la gomme et on colle le papier. Sacha soupira de bonheur quand elle inspira la première bouffée de sa cigarette.

Elle savoura son tabac avec une joie retrouvée et allait entamer son deuxième et dernier filtre quand Remus se laissa tomber à côté d'elle.

-Ah, tiens, salut, marmonna la Serdaigle.

-Salut, répliqua Remus en regardant la jeune femme du coin de l'œil. Tu fume encore ?

-Encore ? s'exclama Sacha d'un air indigné. Mec, ça fait un mois et demi que j'ai rien fumé !

-Moi qui me demandais pourquoi t'étais sur les nerfs, s'amusa Remus avec un petit sourire irrésistible qui découvrait légèrement ses belles dents.

-Eh bah voilà ta réponse ! s'exclama joyeusement Sacha en allumant sa deuxième cigarette avec son briquet en argent. Au fait, continua-t-elle, aucun rapport, mais tu t'es renseigné, pour venir au Venezuela cet été ? Tu pourras rencontrer toute notre immense famille, et ma filleule ! C'est bientôt son anniversaire en plus, regarde ce que je vais lui offrir !

Sacha sortit de sa poche un briquet identique au sien, en argent, gravé de quatre lettres : O.I.S.B.C.

-Pour Olga Isabel Sacha Brianco Cortès… Sacha, comme moi, dit la jeune femme avec fierté.

-J'aurais bien aimé avec une grande famille, déclara Remus en riant, éludant la question – il ne pourrait évidemment pas venir au Venezuela, sachant que les Gryffondors y étaient invités un mois et que dans un mois, il y avait une pleine lune.

-Garde toi du mal ! s'exclama Sacha théâtralement en sortant la boîte plate où elle rangeait ses mégots pour éviter de les jeter par terre. La grande famille, c'est maléfique. On est entre 21 et 27 à habiter dans la même maison, on occupe à nous seuls la moitié du cimetière et je ne te parle même pas de retrouver les cousins de mes oncles et tantes. Et puis on fait vivre le seul pédiatre à des kilomètres à la ronde chez nous, on a tellement de petits…

Sacha soupira puis haussa les épaules.

-J'y vais, déclara-t-elle en se levant. Soit à l'heure surtout ! Je veux vous voir dans les gradins de Serdaigle, avec Sixtine, Judith, Cléo, Nagada, Andrew et Phillip. Si vous y êtes pas, je vous jure que je vous éviscère en personne. Avec les ongles.

Après ces rassurantes paroles, Sacha partit en courant vers le stade.

Remus la regarda un instant, ses longs cheveux se balançant librement derrière elle, son balai à la main. Une bourrasque décoiffa les cheveux soigneusement peignés du lycanthrope et le jeune homme enfonça profondément ses mains dans ses poches. Depuis peu de temps, Remus ressentait une attirance pour la Batteuse, en dépit du fait qu'elle soit exactement l'opposé des filles qu'il convoitait secrètement d'habitude.

Lui qui avait toujours préféré les filles petites, pulpeuses, blondes, avec de beaux yeux chaleureux, et un caractère discret, le voilà qui ressentait ce petit quelque chose dans la poitrine à la vue de cette grande perche décharné au regard froid comme les portes de l'Enfer et aux cheveux noirs corbeaux, bruyante, violente, grande gueule et plus ou moins toxicomane.

Remus soupira de nouveau et descendit lentement les marches de l'escalier pour prendre le chemin du lac. Sacha n'était pas stupide – enfin, au moins, Sixtine ne l'était pas – et comprendrait forcément à un moment ou un autre qu'il était un loup-garou – de plus, le chapitre sur Remus arrivait bientôt au programme des cinquièmes années. Et alors, elle serait dégoûtée, comme tout le monde.

Non… et si… et si Sacha était comme Sirius, James et Peter, et qu'elle l'acceptait ? Le Gryffondor secoua la tête avec une expression désabusée. Non, certainement pas. Il avait déjà la chance merveilleuse d'avoir trois amis sur qui compter et cette merveilleuse Lily Evans, c'était déjà beaucoup trop qu'il ne le méritait.

En plus elle était homosexuelle, d'après Lily.

Pourtant elle était sortie avec Balthazar Valencourt quand elle était en troisième année – pendant près de cinq mois, jusqu'à ce qu'elle découvre qu'il couchait depuis tout ce temps avec une septième année – l'affaire avait fait scandale à Poudlard.

Quoi qu'il en soit, il ne pouvait se permettre d'aimer cette jeune fille.

Oui. Remus devait mettre de la distance entre les trois Serdaigles et lui. La douleur serait moins grande si c'était lui qui instaurait la séparation. Décidé, mais pas enthousiaste pour autant, Remus entreprit de fuir loin du stade et des étudiants qui commençaient à se déverser des grandes portes pour le rejoindre.

Il se réfugiât dans la grotte où Sacha lui avait montré le bébé calamar il y avait cela plus de trois mois. La bête n'était plus dans son trou d'eau et Remus en déduit que l'animal était maintenant trop gros pour rentrer dedans. Le jeune homme entreprit d'explorer le réseau de cavernes pendant que l'équipe de Serdaigle se préparait autour de Sacha.

-Mon équipe adorée ! s'exclama celle-ci en écartant largement les bras. Aujourd'hui, on est tellement trop des boss qu'on va gagner, promit. Liam, je sais que tu ne veux pas sortir ton précieux. Je m'en occupe. Couvre le reste de l'équipe. Vous trois, continua Sacha en désignant ses trois poursuiveurs – Saphir, Bonnie et Octave – vous allez me sortir votre plus grand jeu. Benjamin, je veux que tu sois aussi excellent que mercredi dernier, voire encore meilleur. Toi Anika, ma chérie…

-Il faut que j'attende qu'on ait au moins soixante points d'avance avant d'attraper le Vif, je sais, soupira l'Attrapeuse. Franchement, Capitaine, t'es super chiante avant les matches.

Sacha foudroya la petite quatrième année avec son regard « froid comme les portes de l'Enfer » dixit Remus, et la jeune allemande se sentie soudain menacée. Elle regarda ailleurs.

-Il y a quelques grammes de vent et le ciel est globalement gris, ça pourrait se couvrir et la météo prévoit de légères averses de neige fondue et de grêle dans l'après-midi, au cas où le match se prolonge. J'ai foi en vous, déclara la Capitaine en dévisageant chaque membre de son équipe tour à tour. Soyez aussi bons qu'à l'entraînement et tout ira très bien.

Ils patientèrent quelques minutes dans le silence, puis Sacha grommela un « C'est l'heure » caverneux.

L'équipe se mit en file indienne derrière son Capitaine, d'abord Liam, puis Benjamin, Saphir, Octave, Bonnie et Anika. Les Serdaigles et leurs robes outremer débouchèrent dans la pleine lumière du matin de l'autre côté du terrain, les Serpentards, Lucius Malfoy à leur tête, tous vêtus de vert émeraude, avec leurs airs fourbes et leurs balais de course.

Sacha regarda Lucius dans les yeux sans lever les yeux vers lui avec un sourire goguenard. Elle était bien fière d'être presque aussi grande que lui – c'était très pratique dans ce genre de situations.

Ils se serrèrent la main sur l'ordre de Mme Bibine puis enfourchèrent leurs balais et, au coup de sifflet, tous s'envolèrent dans les airs.

-Et voici la toute nouvelle merveilleuse équipe de Serdaigle qui semble promise à un futur radieux ! s'exclama une voix féminine magiquement amplifiée dans tout le stade. Saphir Nobody, Bonnie Jackson, Octave Simons, Benjamin Rouzic, Anika Tress, et les TALENTUEUX JUMEAUX SACHA ET LIAM O'Dwyer !

Tous les Serdaigles explosèrent en applaudissement.

-Du côté de nos chers perdants !

-Voyons Sirius, les Serpentards ne passent pas leur temps à perdre !

-Ouais, ouais ! Du côté des perdants globaux face à Gryffondor – dédicace à CAPITAINE JAMESIE SUPERSTAR ! - (le stade explosa en applaudissements, en cris de liesse et en hués) nous avons Lucius Malfoy, Appoline Selwyn, Regulus Black, Rodolphus Lestrange, Rabastan Lestrange, Romaric McBaxter et Joachim Higgs !

-Et pendant que nous divaguons dans les noms de nos chères équipes, Mme Bibine a déjà lâché le Souaffle, les deux Cognards et le Vif d'Or vient de prendre son envol !

Sirius et Sixtine se disputaient amicalement dans la tribune du commentateur et l'équipe de Sacha était passée à l'attaque. Saphir marqua un but dès le début, alors que les Serpentard ne se méfiaient pas encore, et Bonnie, avec l'aide d'Octave, en avait presque marqué un deuxième qui fut malheureusement stoppé par Appoline Selwyn, qui jouait Gardienne.

Pendant ce temps, Sacha ne laissait pas une seconde de répit à Lucius et envoyait sur lui chaque Cognard qu'elle croisait. Elle tentait d'appliquer la première règle de la Bible du Batteur : « Sortez l'Attrapeur », et elle s'appliquait à cela pendant que Liam surveillait le reste de l'équipe – histoire d'avoir au moins un Batteur disponible en cas de problème.

-Et Serpentard mène le jeu par soixante à dix, dit Sirius d'une voix morne. Allez, les gars, franchement, on attendait mieux quoi ! Aïe !

-Je suis certaine que la glorieuse équipe de Serdaigle ne nous montre pas tout le jeu qu'elle a, répliqua Sixtine en se massant la main. D'ailleurs, Octave Simons remonte le terrain avec le Souaffle, il passe à Nobody, qui lui rend la balle, évite un Cognard de Higgs, évite Lestrange, passe à Jackson, Jackson qui passe à Nobody QUI MARQUE !

Sacha se déconcentra un instant pour acclamer son équipe et évita un Cognard avant de l'envoyer de toutes ses forces sur Malfoy, qui, par un pur coup de chance, le prit dans les côtes. Le Serpentard, par chance, ne volait pas spécialement haut, mais il fit tout de même une chute d'une bonne dizaine de mètres – au moins, il n'était pas à soixante mètres.

Liam suivit son amant avec un regard inquiet mais Dumbledore, fidèle à son habitude, limita la chute du Malfoy qui fut récupéré au sol par un sorcier à l'air distrait.

Les Serdaigles, débarrassés de l'Attrapeur de Serpentard, avait tout le temps de marquer milles et un buts, puisqu'il n'y avait plus aucune chance que le Malfoy attrape le Vif.

Hélas, la Gardienne des Serpentards était excellente et c'est à grand peine que les Serdaigles marquèrent les buts qui leur garantissait la victoire – Anika ne devait attraper le Vif qu'une fois que Serdaigle menait par soixante points.

-Et Serpentard à l'attaque, commenta Sixitne. Lestrange Sr passe à Lestrange Jr qui rend à Lestrange Sr, qui passe à Black Jr, qui passe à Lestrange Jr, qui passe à son frère, qui lance le Souaffle, VA Y BENJAMIN BLOQUE, BLOOOOQUE BENJAMIN !

-Valencourt, tu la ferme ! Aïe !

-Bravo Black, à cause de toi, j'ai été dans la plus totale incapacité à commenter le but que notre adorable Benjamin a brillamment. Bravo Benjamin !

Le gardien, à l'entente de la langue Française, sourit de toutes ses dents et adressa un signe de victoire au stade, faisant hurler Sacha.

La jeune femme était passablement de mauvais poil à cause du match qui s'éternisait – il durait depuis presque trois heures elle avait passé la première heure à sortir Lucius Malfoy et l'équipe la seconde à marquer les buts qui leur procureraient soixante points d'avance.

Le match s'éternisait donc et Sacha commençait à être sérieusement distraite par tout et n'importe quoi.

-Serdaigle mène par 120 à 80, déclara Sirius dans le micro, et le matche dure depuis deux heures et trente-huit minutes.

Liam envoya violemment un Cognard vers Appoline Selwyn qui l'évita comme un charme et lui envoya la main en battant des cils. Le jeune homme, ordinairement placide, ressentit une grande envie de décoller les yeux de la Gardienne avec ses ongles.

Un Cognard rasa le crâne de Liam qui le regarda passer avec un air ahurit. La furieuse petite balle fonçait droit vers Selwyn mais Higgs intercepta le Cognard et le renvoya sur Liam, qui, surprit par le brusque changement de direction, ne réagit pas assez vite pour renvoyer ou esquiver la balle de plomb.

Avec un craquement des plus sinistres, le Cognard fonça dans l'épaule de Liam qui poussa un cri de souffrance avant de glisser lentement mais sûrement de son balai. Son bras droit pendait lamentablement – il devait avoir l'épaule cassée ou démise – et il se retint in extremis au manche de son balai avec l'autre main.

Il avait lâché sa batte quand le Cognard l'avait frappé et l'objet tournoyait dans le vide qui le séparait du sol. Théoriquement, il n'avait jamais le vertige, mais en même temps, Liam n'avait jamais regardé soixante-cinq mètres de vide, accroché à un balai par une seule main, avec une épaule cassée et Romaric McBaxter qui venait de lui envoyer l'autre Cognard dessus.

Le deuxième Cognard percuta Liam dans la clavicule gauche et le Serdaigle lâcha son balai qui commença à dévier à cause du léger vent qui soufflait.

Saphir, indifférent, put marquer trois buts pendant qu'Appoline Selwyn regardait Liam tomber.

Tous les Serdaigles retinrent leurs souffles pendant que Sacha, comprenant enfin ce qu'il se passait, volait – littéralement – au secours de son frère. Le stade, qui était resté silencieux jusqu'à présent, se leva comme un seul homme – en tous cas, la partie bleue du stade – poussa un cri quand Sacha ne put arrêter la chute de son frère : le jeune homme était trop lourd et ni elle ni son balai ne pouvait supporter un poids qui approchait les quatre-vingt-cinq kilos.

Très rapidement, Dumbledore ressortit son sortilège de ralentissement.

Cependant, alors que l'attention de chaque spectateur et joueur était focalisée sur la chute du Serdaigle, Anika, elle, poursuivait le Vif, perméable à tout élément extérieur.

Liam heurta doucement le sol et fut aussitôt récupéré par l'infirmière et son assistant à l'air distrait.

Et Anika mit enfin la main sur ce satané Vif d'Or.

-ANIKA TRESS A RECUPERE LE VIF ! hurla soudain Sirius dans le mégaphone, faisant sursauter tout le stade. SERDAIGLE PREND LA SECONDE PLACE DU CHAMPIONNAT EN REMPORTANT CE MATCH 300 A 80 !

Sacha vola tout droit sur son Attrapeuse et lui décolla les poumons dans une étreinte de fer puis l'équipe entière le rejoint. Les Serdaigles se posèrent doucement sur le sol pendant que tous les supporters bleus hurlaient à s'en décoller la trachée dans leurs gradins.

Très rapidement, la marée humaine des élèves envahit le stade et il fallut longtemps à l'équipe pour aller prendre une douche bien méritée. Il fut décidé que la fête de la victoire devrait attendre une semaine – déjà histoire de la préparer avec le plus grand soin – mais aussi pour laisser à Liam-je-provoque-des-diversions-au-péril-de-ma-vie-O'Dwyer le temps de recoller ses clavicules.

En attendant la fête de la victoire, l'équipe se dirigea tant bien que mal vers son vestiaire, suivie des amis des joueurs.

Ainsi, Sixtine, James, Sirius, Peter et Lily surgirent rapidement dans les vestiaires, où siégeaient déjà Eva Miles, Hestia Fire et Philys Park, trois amies de Bonnie, Cephalentera de Dendrochilum – Fleur – la seule et unique amie de Saphir, Mathilde Clares, la petite amie de Benjamin, et quelques Poufsouffles que Sixtine ne connaissait pas – et pourtant, elle en connaissait, du monde.

-Sacha ? cria la blonde dans les vestiaires. SACHA ? O'DWYER ?

Sixtine traversa le vestiaire en quelques pas jusqu'aux douches et ouvrit la porte – un épais nuage de vapeur brûlante en sortit – et posa un pied dans l'antre des joueurs.

La forte odeur mentholée omniprésente ne trahissait pas : Sacha se lavait les cheveux par ici.

-Sacha ? continua Sixtine – juste pour vérifier.

Il y eu un concert de protestations masculines plus ou moins muées puis on entendit une douche se couper.

-Quoi ? répliqua la voix irritée de la Batteuse.

-Est-ce que tu as vu Remus ?

-Remus ? Il était pas avec vous ?

La tête pleine de shampooing de Sacha sortit de son compartiment.

-Pourtant je l'ai vu tout à l'heure, j'ai fumé à côté de lui et on a parlé des Cortès, il avait l'air en forme !

-Il n'était pas là non plus pour le match, ajouta la voix de Sirius derrière la porte.

Sacha ne dit rien mais ralluma sa douche. En quelques minutes, elle avait rincé ses cheveux et séché son corps décharné elle enfila un vieux jean bleu clair, des bottes éculées et un large sweat aux armes de Poudlard. Un rapide sort sur ses cheveux les sécha et elle enfonça un bonnet dessus.

Elle ne comprenait même pas pourquoi elle était aussi vexée que le Gryffondor ne soit pas venu la voir gagner. Et même, au-delà d'être vexée, elle était un peu triste.

Derrière son dos, pendant qu'elle enroulait sa longue écharpe de laine bleue et bronze autour de son cou, les autres adolescents échangeaient des regards sinistres dans son dos.