IMPERIUM AETERNUS

DISCLAIMER : multiple cross-over entre différents univers démarrant dans l'univers Stargate et, à ma grande consternation, je ne possède aucune des versions cannons de ces univers ni des personnages qui en sont issus. Seul les personnages, races et autre éléments originaux sont miens.
Bien sur tout ce que l'Overlord conquiert deviendra sa propriété personnelle et celle de l'Imperium Aeternus.

Note : le principe de base de cette histoire est inspiré par Stargate : Galactic Imperium de VexMaster

PS: Certains univers visités plus tard dans cette histoire feront, même si les actions de l'Overlord dans ces mondes seront résumé, l'objet de séquels/histoire paralèllees.


Résumé complet : Libéré de la médiocrité qui l'emprisonnait par le sacrifice d'un dieu mourant qui lui confia son savoir et ranima en lui la soif de pouvoir, le désir de régner et de s'élever pour prendre place sur le trône suprême le voyageur solitaire, arraché à sa réalité, posa son regard sur notre galaxie et déclara : « c'est ici que j'érigerais les fondements d'un empire éternel qui s'étendra à travers les galaxies et les réalités pour englober le multivers et tous se prosterneront devant le divin souverain de l'Imperium Aeternus : l'Overlord »

Extrait de la Genèse de l'Imperium.


PROLOGUE : Au commencement … ( Il était une fois …)

L'espace, l'ultime frontière … Ha, ça ressemble tellement à du Star Trek que ça fait cliché. Et pourtant ce sont les meilleurs termes qui me viennent à l'esprit alors que, flottant sereinement dans le vide sidéral, j'observe des étoiles bien plus brillantes que tout ce que l'on peut voir sur terre.

Assis au poste de pilotage de mon vaisseau spatial qui dérive doucement dans l'espace interstellaire je suis en pleine contemplation. Entre ce spectacle fantastique et le côté surréel de la situation dans laquelle je me trouve je me sens … hésitant … plein de doutes … à l'opposé de la détermination implacable et des sentiments puissants et furieux qui m'ont habité, et on peu même dire littéralement possédé, durant ces dernier jours me forçant à agir vite et sans aucun repos jusqu'à ce que je m'effondre d'épuisement total et maintenant, après une vingtaine d'heures de repos selon mon estimation, je suis de nouveau moi-même et je me retrouve confronté à un choix.

Quel choix ? Et d'ailleurs comment est-ce-que je me retrouve l'unique occupant d'un vaisseau spatial perdu en plein milieu de la galaxie ? Ce sont la de bonnes questions car même si nous sommes toujours libre de décider de notre futur, et c'est bien là précisément ce que je dois faire, c'est notre passé qui nous a mené là où nous sommes et qui influence lourdement nos choix.

Pourtant à ce tournant de ma vie, où je me trouve actuellement, une question plus cruciale est : qui suis-je ?

Mon nom est … Non, mon nom, le nom que je portais n'a guère d'importance en cet instant présent car bien que j'ai déjà réduis les options quand à mon futur dans aucune d'elles je ne peux me permettre de garder mon nom d'origine, quoi qu'il arrive ma vie va radicalement changer.

Mais si un nom nous donne une identité il est bien loin de nous définir, nous sommes bien plus que ce qu'un simple nom peut décrire.

Qui je suis ? C'est dur à dire ou à décrire, mais je peux essayer.

Je suis né dans le nord de la France au tout début des années 80, enfant unique d'une famille d'un milieu modeste.
Influencé par la culture et l'éducation française que j'ai reçues, mes résultats académiques me plaçant en règle générale dans la tranche inférieure du tiers supérieur : entre la 6ième et 9ième place sur 30. Ayant un très faible intérêt pour les activités sportives mais un QI plus qu'honorable, sans être du niveau d'un génie, je pratique plutôt des activités cérébrales.

Situation professionnelle ? Disons qu'un mixte entre un manque de connexions et une situation économique loin d'être brillante, ainsi que des problèmes de santé récents heureusement résolus, font que je suis réduit à une situation médiocre, loin de pouvoir exprimer toutes mes compétences.

Situation personnelle ? Célibataire et sans enfants, je suis plutôt un solitaire, un peu introverti, et ne compte qu'un petit cercle d'amis.

Addictions ? Nous sommes tous accro à quelque chose pour moi ce n'est ni l'alcool, ni le jeu, ni la drogue ou le tabac mais la lecture. En effet depuis tout jeune je suis pris d'une passion pour la lecture dévorant livre après livre et si mes choix de styles de littérature se sont affinés avec le temps je reste un lecteur avide pouvant passer des heures à lire. Et j'avoue également une dépendance mineure au chocolat … et un intérêt prononcé pour la gente féminine.

Passions et particularités ? Là ça devient intéressant car j'ai deux passions : premièrement je suis un rôliste un pratiquant du jeu de rôle, essentiellement sur table avec des amis et côtoyant à l'occasion un petit cercle de pratiquant.
Incarnant le plus souvent des personnages plongés dans des univers de type médiéval fantastique tentant de survivre et quelquefois d'apposer leurs marques dans l'histoire et le monde qui les entoure.
C'est une activité qui me permet pendant quelques heures de laisser ma vie banale et médiocre de côté pour vivre des aventures exaltantes et hors du commun et de laisser libre cours à mes aspirations les plus nobles en jouant les héros ou de déchainer mon côté le plus sombre en tentant de conquérir le monde ou en semant chaos et désolation sur mon passage.
Et deuxièmement je suis aussi un fan de science fiction, de fantastique et médiéval fantastique et dans une moindre mesure d'horreur et ce sur tous supports : films, jeux vidéos, séries TV, littérature et bandes dessinées, qu'il s'agisse de comics américains, de manga japonais ou de bandes dessinées européennes. Fan oui mais pas au point de l'obsession même si j'adore ces univers fascinants où je peux m'immerger à l'occasion pour oublier le sinistre de la réalité.

Ces deux passions m'ont inévitablement conduits à l'univers des fans fictions qui m'a permis de satisfaire ma faim de lecture et offert un divertissement à la morosité et les multiples soucis de la vie de tous les jours. En vérité je me suis même lancé, bien que modestement, dans la rédaction de mes propres récits de fictions pour laisser cours à mes pulsions créatives.

En somme je suis une personne relativement ordinaire, même si il me plait, et je le pense avec raison, de croire que je me trouve un ou deux, et peut être même trois, crans au-dessus de la moyenne.

Voila dans les grandes lignes et paradoxalement de manière assez superficielle qui je suis ou plutôt qui j'étais jusqu'il-y-a encore une douzaine de jours…


Cela est arrivé durant l'été en plein milieu de la nuit, et en fait à tout autre moment que celui la les choses auraient été bien différentes car c'est le fait que je profitais des vacances d'été pour passer mes matinées au lit qui fait que je restais souvent très tard devant mon ordinateur surfant sur le Net et consultant les sites de fans fictions. C'est pourquoi à 2H du matin je me trouvais toujours debout quand un long bruit en crescendo, faisant penser à un avion de chasse vous survolant, suivit par un lourd BANG assourdissant retentit avec suffisamment de force pour briser la plupart des vitres de la maison et fut accompagné par une brève secousse, assez faible mais tout de même remarquable pour une région sans réelle activité sismique.

Après quelques secondes pour me remettre de la surprise et de la frayeur que cela m'avait occasionnées j'émergeais de ma chambre pour voir ce qui s'était produit. Attiré par une lueur provenant de l'arrière de la maison que je pouvais apercevoir depuis la porte fenêtre de cuisine je sortis prudemment dehors, en proie à la curiosité, pour chercher d'où cela provenait, au mépris de toutes les leçons que les films de SF nous enseignent quant à ce type de situation.

Derrière ma maison, au delà de la haie de sapin qui marquait le bout de mon jardin je pouvais apercevoir dans le champ qui borde l'arrière de ma propriété une large forme métallique qui apparaissait et disparaissait de manière irrégulière dans la pénombre en libérant de cours et faibles flashs de lumière.

A tout autre heure il est probable que d'autres personnes seraient également venues voir ce qui se passait mais le fait que cela se déroulait en plein milieu de la nuit et avec peu d'indications sur quoi chercher, sans compter qu'une bonne part des personnes vivants dans mon voisinage étaient parties en vacances, font que les quelques voisins présents n'osèrent pas ou ne se donnèrent pas la peine de venir voir ce qu'il s'était passé ou bien encore furent incapables de se rendre compte que ce qui avait provoqué ce puissant bang sonore semblait s'être crashé à plusieurs dizaines de mètres dans le champ juste à côté de notre cité.

Approchant doucement et avec précaution alors que mon cœur battait la chamade je me rendis soudain compte, dans un hoquet de stupeur, de ce à quoi j'avais affaire : un vaisseau spatial !

Il était de petite taille certes, encore que il était dur d'estimer sa taille vu que plusieurs parties ne cessaient d'apparaître et de disparaître dans un crépitement bleuâtre de ce qui semblait être de l'électricité et qu'il n'apparaissait jamais entièrement. Aussi on ne pouvait qu'estimer sa taille au jugé : il devait faire une bonne quarantaine de mètres de long, au moins 20m de large et un peu plus de 10m de haut, mais il n'y avait pas de doute dans mon esprit : il s'agissait indiscutablement d'un vaisseau spatial.

Le fait qu'il ne cessait de passer du visible à l'invisible me fit aussi tôt réagir en parfait fan de base : « Il est doté d'un appareil d'occultation, comme dans Star-trek » songeais-je ébahis avant de pousser un grognement de dégoût : dans une situation aussi sérieuse ce n'était pas le moment d'avoir des réflexions aussi stupides, même si elles ne semblaient pas fausses.

Examinant attentivement la scène avant de me décider à approcher un peu plus je remarquais que l'engin s'enfonçait d'un ou deux mètres dans la terre meuble et avait laissé derrière lui un sillon assez profond de vingt à trente mètres de large sur une bonne centaine de mètres.

L'appareil ne semblait pas s'être écrasé mais plutôt s'être posé en catastrophe comme en témoignaient les traces qu'il avait laissé et l'absence de cratère.

Faisant quelques pas de plus vers le vaisseau et distinguant mieux sa forme je ressentis une impression bizarre de familiarité mais avant de pouvoir réfléchir et me concentrer pour préciser l'origine de ce sentiment les évènements me prirent de court.

Une zone du vaisseau spatial devint visible et le resta révélant une ouverture d'où émergea une silhouette humanoïde qui après quelques pas s'écroula sur le sol.

Je poussais un grognement de frustration : c'était la le cas typique des films de S-F où s'approcher était la dernière chose à faire et pourtant … Dans une existence relativement vide et ennuyeuse comment tourner le dos à quelque chose d'aussi unique que ça !

Décision prise, mais gardant la tête froide et autant de prudence que possible je m'approchais doucement, prêt à décamper à pleine vitesse au moindre signe de danger, courageux mais pas téméraire.

Arrivé à une dizaine de mètres je pus me rendre compte que l'individu qui était sorti du vaisseau semblait définitivement humain, même morphologie facilement distinguable sous l'espèce de combinaison métallique fortement endommagée dont il était vêtu, et bien que je ne pouvais pas voir les traits de son visage car il était étendu sur le ventre sa tête était couverte de ce qui était sans aucun doute une longue chevelure blonde … qui semblait fraichement teinté d'un liquide sombre … du sang.

« Autant pour la théorie de l'extraterrestre » songeais-je en avançant pour déterminer si l'individu allongé devant moi était toujours en vie et si oui quelle aide je pouvais lui apporter tout en continuant à m'interroger sur l'origine du vaisseau. Le fait qu'un homme en soit descendu éliminait l'origine extraterrestre : je n'estimais guère possible la probabilité qu'un premier contact ait lieu avec une espèce qui aurait évolué de manière quasi identique à nous et possède la même apparence… quoi que … chirurgie esthétique ou capacité mimétique/métamorphique pour nous ressembler et … Non arrêtons la le délire avant de se retrouver en plein milieu d'un épisode d'une série S-F type X-files. Brièvement l'idée d'un voyageur temporel ou d'une dimension alternative traverse mon esprit avant que je la chasse : encore plus invraisemblable.

Alors que je m'agenouille une possibilité « réaliste » me vient en tête, j'ai peut-être devant moi un prototype secret de navette spatiale nouvelle génération. Secret car même si je ne suis guère les informations l'annonce du test ou de l'existence d'une nouvelle navette spatiale ne me serait pas passée au dessus de la tête, de plus la théorie d'une navette spatiale semble plus ou moins concorder avec l'engin en face de moi, du moins pour la taille, quant au dispositif occulteur : quelle armée ne rêve pas de ça ! Qu'un tel dispositif ait été recherché, découvert et gardé secret reste dans le champ du possible.

Ce qui fait que l'homme étalé au sol est vraisemblablement le pilote, ou du moins un membre de l'équipage, une fois que j'aurai appelé les secours, et du diable si je sais comment je vais présenter la chose, il faudra que je jette un coup d'œil dans le vaisseau pour voir si il y a d'autres personnes dedans et si oui si elles sont vivantes et dans quelle condition.

Il est visiblement dans un sale état, il a l'air de souffrir de brulures, et intérieurement je prie pour qu'elles ne soient pas dues à des radiations et que le vaisseau, navette ou quoi que ce soit n'ait pas un générateur nucléaire endommagé et ne soit pas en train d'irradier toute la zone, moi y-compris.
Il saigne également de plusieurs endroits et notamment d'une large entaille au cuir chevelu mais il n'a pas l'air de faire d'hémorragie massive et il semble toujours respirer. Après avoir alerté les secours il faudra que je pense à ramener de quoi stopper les saignements autant que possible.
Je ne m'y connais guère en premiers secours mais je sais tout de même qu'il faut éviter de bouger un blessé et le pauvre homme risque de ne pas respirer longtemps avec le visage à moitié enfoncé dans la terre meuble aussi je prends le risque de le retourner doucement tout en essayant de maintenir sa tête aussi immobile que possible en cas de dommages cervicaux.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

On dit qu'une bonne action ne reste jamais impunie, peut être que si à ce moment la j'avais préféré m'abstenir de jouer les bon samaritains rien ne se serait produit et je serais retourné à ma petite vie tranquille. Mais peut être était-ce la le destin et que rien n'aurait pu stopper ce qui allait se produire et changer ma vie radicalement et ME changer tout aussi radicalement. Peut être que quelqu'entité supérieure, le Destin ou encore Murphy avait décidé que c'était le moment de se servir de moi comme jouet.

Qui sait ?

Moi tout ce que je sais c'est que c'est à ce moment que ma vie bascula, en plein dans la quatrième dimension, et qui m'amène une douzaine de jours plus tard à considérer les choix pour mon futur, des choix qui risquent d'avoir de vastes, voire même de terribles conséquences. Pour moi mais aussi et peut être surtout pour un très, très grand nombre de personnes soit sur ma planète natale ou bien éparpillées dans la galaxie où je me trouve actuellement, et peut être même au delà.

Et tout à commencé à ce moment précis …

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Alors que je le retourne avec précaution je m'adresse à lui dans l'éventualité où il serait toujours conscient avec la phrase type de ce genre de situation : « Monsieur est-ce que vous m'entendez, n'aillez pas peur je vais vous aider, ça va al… » et avant même que je puisse terminer ma phrase ou bien regarder avec attention son visage couvert de sang le pilote me saisit soudain par le cou et avant que j'ai le temps de réagir il me plaque contre lui et ses lèvres se fixent sur les miennes. Complètement pris par surprise je n'ai pas le temps de fermer la bouche.

Et alors que je vois ses yeux se mettre à briller fugacement je sens quelque chose de long et d'épais s'enfoncer dans ma bouche et une vive douleur dans le fond de ma gorge qui devient atroce et se répand à toute vitesse dans mon cou, la base de mon crâne et ma colonne vertébrale, je suis comme pris de vertige et brusquement tout devient noir.

Le retour à la réalité est brutal et sans merci, ce n'est pas un retour progressif à la conscience ou bien émerger doucement du sommeil, non c'est un réveil en sursaut à la sortie d'un cauchemar sauf que là le cauchemar se poursuit dans le monde réel.
Un flot de sensations me submerge comme une violente vague qui me percute de plein fouet, me renverse et m'emporte brièvement me plongeant en pleine confusion avant que je ne reprenne pied et que mon esprit assimile et interprète tous les stimuli envoyés par mon corps et mes sens pour en faire une image cohérente.

Je me rends alors compte de plusieurs choses : tout d'abord que si la douleur que j'ai ressentie dans la gorge, la base du crâne et la colonne vertébrale est toujours présente elle a du moins fortement diminué pour se reléguer à une sensation oscillant entre la forte courbature et un douloureux torticolis.

Ensuite tout mon corps semble complètement engourdi, comme lorsqu'on reste assis trop longtemps dans une mauvaise position et que l'on perd toutes sensations dans un pied ou une jambe, on peut toujours bouger cette partie du corps mais elle semble dépourvue de sensations au point qu'on pourrait frapper dans un mur sans rien ressentir, c'est le même genre d'impression sauf que la mon corps refuse de bouger quand je le lui ordonne ! Pire encore, je m'aperçois que mon putain de corps BOUGE TOUT SEUL !

D'après ce que je vois et j'entends je suis dans le vaisseau assis sur le sol face à un panneau ouvert et rempli de cristaux en train de marmonner dans une langue inconnue. Enfin j'entends comme une espèce de voix au loin … dans ma tête. Aussi fou que cela parait je suis sur de ne pas l'entendre avec mes oreilles mais bien avec mon esprit.

Et soudain toutes les pièces du puzzle s'assemblent et s'emboitent parfaitement les unes dans les autres aussi surréaliste et impossible que cela paraisse : je viens bien de rencontrer une forme de vie extraterrestre et visiblement elle a pris le contrôle de mon corps et il ne s'agit pas de n'importe quel type d'alien mais d'un que je connais ou plus tôt reconnais ou du moins quelque chose qui s'en approche tellement que cela fait peu de différences.

Le fait que le vaisseau me soit familier prend tout son sens, après tout j'ai déjà vu plusieurs types de vaisseaux issus de la même civilisation et basés sur le même type d'architecture, tout comme le fait que mon corps agit comme obéissant à une autre volonté ou la chose qui est passée par la bouche du pilote pour rentrer en moi.

Lui aussi était contrôlé ! Un alien se cachant dans son corps. Un alien de type parasite qui fait flasher d'un éclat de lumière blanche les yeux de son hôte : HO PUTAIN, JE VIENS DE ME FAIRE POSSEDER PAR UN PUTAIN DE GOA'ULD !

Et alors que la réalité de ce qui m'arrive me saute aux yeux j'entends une voix tonitruante qui me résonne dans la tête comme pour confirmer cette folle conclusion.

_ D'où connais-tu le vrai nom de tes Dieux ? Interroge la voix.

_ Vous êtes vraiment un Goa'uld ? est la seule pensée qui me vient à l'esprit et apparemment l'alien est tout à fait capable de percevoir mes pensées car il me répond.

_ En effet, et tu devrais te sentir infiniment honoré de me servir comme nouvel hôte. Maintenant tu vas me révéler d'où te vient la connaissance qui t'a permis de reconnaître ma nature alors que mon espèce n'est pas revenu sur la Tau'ri depuis plus de dix mille ans.

Je parvins à formuler mentalement : « Ho je suis honoré, enfin à condition que vous ne soyez pas un mégalo bouffi d'arrogance comme Apophis, un psychopathe sadique comme Sokar ou une brute à l'intelligence limitée comme Moloc. »

Alors que le Goa'uld capte mes pensées je reçois ce qui semble être un écho de sa réaction au fur et à mesure que je les formule. Cela prend la forme de sensations et d'émotions en réponse à mes pensées : surprise, malice et mécontentement et une pointe d'amusement.
Mais ce qui est des plus intéressant c'est que cela a non seulement l'air involontaire mais surtout cela me donne un aperçu de ses réactions quand je m'adresse à lui et c'est la un avantage dont je suis bien décidé à tirer parti vu ma situation actuelle.
En effet si il s'agit bien d'un Goa'uld, et il semble le confirmer, je n'ai guère d'espoir de recouvrir ma liberté. Ma vie et la sienne sont liées pour le moment et ma seule option est de tenter de négocier un arrangement avec lui, trouver le moyen de lui être utile pour essayer de le pousser en retour à m'écouter et considérer mes suggestions et ainsi de regagner un semblant de contrôle sur mon existence.

Quelque peu encouragé par les sentiments que ma déclaration a déclenchés chez lui je décide donc de poursuivre avant qu'il ne réponde dans l'espoir que je puisse en apprendre davantage par ses réactions et confirmer l'idée qui me vient en tête que la série Stargate est bien plus qu'une simple série TV, ce qui me donnerait un avantage certain.

_ Bien sur si vous êtes aussi sage que le Seigneur Yu ou aussi rusé, intelligent et adaptable que Ba'al alors la je ne suis pas seulement honoré mais également ultra-chanceux.

Je refreine de toutes mes forces ma satisfaction et évite de formuler clairement mes pensée mais ses réactions confirment ce que je pensais : de la stupéfaction quand je parle des deux Grands Maitres Goa'uld, le genre de sensation qu'on éprouve quand quelqu'un énonce des informations qu'il ne devrait pas avoir, un grand sentiment de curiosité, des pulsions de rivalités et du dédain, particulièrement présent quand je parle de Ba'al.

Donc les Grands Maitres existent bel et bien et il s'agit bien de Goa'uld.

Comment cela est-il possible reste un mystère, à moins que la série Stargate ne soit qu'une couverture, une version romancée et adaptée au gout du public mais qui relate une version déformée de quelque chose de vrai : la porte, les aliens, une guerre secrète. Et qui permet de couvrir d'éventuels dérapages sur le caractère secret de ces choses, en cas de problèmes on utilise la série comme couverture : tournage ou actions des fans. Et en cas de révélation ? « Hé c'est un illuminé qui croit que Stargate est vrai ! ».

Ou alors la série sert à préparer le public à la révélation de la vérité.

Ou encore les scénaristes ont obtenu d'une manière ou d'une autre, par une technologie extraterrestre ou encore un Goa'uld ou un Tok'ra présent sur terre, des infos sur ce qui se passe la haut et ont pondu une série SF en utilisant des éléments de Background comme les Goa'uld qui sont vrais.

Ou encore une douzaine d'autres possibilités encore plus farfelues.

Je dois savoir à quel point les informations de Stargate sont fiables, si je veux avoir une chance je ne peux pas me permettre de traiter avec le Goa'uld dans ma tête en me basant sur des données fausses.

Au risque de donner ma meilleure carte je n'ai pas vraiment le choix, il faut que je sache ce qu'il en est : il est temps de franchir le Rubicon.

_ Quant à la question d'où me vient ce que je sais des Goa'uld et bien cela peut sembler surréaliste mais votre race est un élément majeur d'une série de science-fiction à la télévision appelée Stargate.

Ouah forte réaction quand je mentionne stargate mais seulement une grande perplexité pour le reste.

Soudain je ressens une impression de froid à l'intérieur de ma tête et quelque chose semble pénétrer dans mon esprit.

C'est une sensation indescriptible pour quelqu'un qui ne l'a pas vécu, comme tenter de décrire une couleur à un aveugle, je peux seulement dire qu'il s'agit d'une sensation très déplaisante et un peu douloureuse, comme un soudain mal de crâne, car dans les premiers instants je panique et je tente instinctivement de rejeter et à défaut de combattre cette présence.
Mais bien vite alors que de nombreux souvenirs pêle-mêle de Stargate remontent de ma mémoire et viennent se placer à l'avant de mes pensées pour de brèves instants avant de se succéder en continu je comprends ce qui se produit : le Goa'uld est en train de sonder mes souvenirs concernant Stargate, tout juste ce que je prévoyais et espérais de lui.
Et alors que je cesse de résister la douleur reflue et s'assourdit pour ne devenir qu'un bourdonnement irritant, mais en même temps je m'aperçois que je ressens bien plus clairement la présence et les sensations émanant de l'alien.

Il est complètement stupéfait de ce qu'il découvre dans ma mémoire et à la fois … enthousiaste ? Et un peu effrayé mais par delà ses sensations je ressens de la douleur, de la peur et comme une pointe de désespoir, tout cela est lié à sa situation actuelle et non à ce qu'il lit dans mon esprit.

Intrigué je me concentre plus intensément sur sa présence et les sensations que je reçois plein d'une curiosité qui surpasse ma peur et ma confusion face à ma situation actuelle et l'esprit rempli de questions sur le Goa'uld, son origine et comment il est arrivé sur terre, et, à ma grande surprise les sensations que je reçois du Goa'uld semble se renforcer et se transformer en flash de sons et d'images et … en lambeaux de connaissance.

Tout d'un coup je perçois des bribes d'un combat spatial entre vaisseaux-mères, des explosions, de la douleur et une fuite effrénée avec ce que je sais être le transport modifié et personnel du Goa'uld qui m'habite actuellement. Et subitement, sans savoir comment, je « sais » que mon symbiote a provoqué un Goa'uld plus puissant que lui, qu'il a été traqué et forcé au combat, qu'il a perdu, que son précédent hôte et lui-même ont été gravement blessés et qu'en désespoir de cause il a fui vers un monde où il savait pouvoir se cacher de son ennemi et trouver un nouvel hôte : la Tau'ri.

Blessé, son hôte précédent étant mourant il a pris possession du premier hôte qu'il a croisé sa route : moi.

Des parcelles de souvenirs m'apprennent ce qui s'est produit après ma possession : il a trainé le cadavre de son précédent hôte dans le vaisseau pour récupérer l'équipement qu'il transportait et éviter de laisser des traces. Réactivant son vaisseau il l'a emmené dans la zone boisée la plus proche, pour se cacher le temps d'effectuer les réparations nécessaires sur son vaisseau mais aussi sur de l'équipement vital pour lui endommagé durant sa fuite et … Avant que je puisse poursuivre, cette « connexion » se referme soudain et je réalise qu'il a fini de fouiller mes souvenirs.

_ IMPUDENT !

Une vive douleur me vrille le cerveau pendant quelques secondes pour ensuite s'évanouir brusquement alors que mon corps se remet en mouvement et que l'on se dirige vers ce que maintenant je sais être la soute du vaisseau.

Il semble donc que je puisse accéder en partie à ses souvenirs quand il consulte les miens, qu'il existe une connexion entre nos esprits et qu'elle peut être à double sens. Du moins quand le Goa'uld est distrait car il a pu me chasser de son esprit sans problème alors que moi j'en suis incapable. Il contrôle la liaison mental : il peut lire mes souvenirs et pensées et projeter les siennes pour communiquer mais ça doit se faire consciemment sinon il aurait déjà certainement réagt à la ligne de pensée qui m'occupe l'esprit.

La soute est presque entièrement occupée par une énorme machine, vaguement rectangulaire de cinq à six mètres de haut, au moins huit de largeur et facilement quinze de long. Une monstruosité composée d'un amalgame de divers cristaux émergeant d'une armature métallique qui brille sous la lumière artificielle de la soute de différentes teintes ce qui suggère un alliage composé de plusieurs métaux. A l'arrière de la machine je peux apercevoir plusieurs formes d'un noir d'obsidienne qui me font penser à des espèces de Jumpers mais fortement modifiés, couverts d'espèces de modules de différentes formes, tailles et couleurs.

Le Goa'uld se dirige d'un pas vif vers l'un des nombreux panneaux de contrôles de la machine qui affiche plusieurs graphiques complexes et un langage qui m'est complètement alien et se plonge dans son étude.

Profitant du fait que je le sens entièrement accaparé par l'analyse des données de cet étrange appareil j'en profite pour me concentrer à nouveau sur notre « lien mental » aussi subrepticement que possible pour tenter d'accéder encore une fois à ses pensées et souvenirs.

La sensation est désagréable comme plonger dans de l'eau glacée, vaseuse et répandant une faible odeur de décomposition. Je comprends immédiatement pourquoi les autres hôtes surtout si ils ignorent la nature des Goa'uld et ne comprennent pas ce qui leur arrive n'essayent pas ce que je suis en train de faire.

En fait si il n'était pas aussi concentré sur la machine et distrait par la douleur sourde émanant de ses blessures je ne doute pas que mon Goa'uld détecterait facilement ma présence dans son esprit et m'en éjecterait illico. Heureusement sur ce coup la chance est avec moi.

Ce que je découvre me fait l'effet d'une bombe et me secoue presque plus que de découvrir la réalité de l'existence des Goa'uld et du fait d'être possédé par l'un d'eux.

La machine en face de moi est de conception Ancienne et si mon symbiote ne se trompe pas sur ce à quoi elle sert il s'agit d'un générateur trans-dimensionnel qui sert à ouvrir des failles trans-réalités: un appareil d'exploration Ancien des réalités parallèles.
Les fragments de souvenirs liés à cette machine que je glane dans la mémoire du Goa'uld qui m'habite : sa découverte dans des ruines d'origines Alterranes, le langage Ancien utilisé par ses consoles de contrôles, les diverses recherches et analyses conduites sur l'appareil par mon symbiote, tout cela confirme l'authenticité et la nature de la machine.

Et un détail en particulier qui me ferait frissonner d'émerveillement, de désir et de crainte, si je le pouvais, reste gravé dans mon esprit.

L'appareil contient aussi une liste.

Une liste d'avertissement sur des races ou des êtres dont il faut prendre garde, avec qui il faut éviter tout contact ou qu'il faut fuir. La liste contient plusieurs centaines d'entrées, près de 800 en tout et mon symbiote n'en a lu qu'une centaine qui ne lui ont rien évoqué et n'a pas cherché plus loin.

Moi ? Je reconnais une douzaine de noms et suis à même de comprendre la nature et le sérieux de l'avertissement qu'ils représentent tout comme nombre d'adeptes de S-F.

Fuir les C'tan : les Dieux des étoiles dévoreurs d'âmes.

Eviter les Célestes Les Dieux spatiaux agent du Fulcrum.

Eviter Galactus le demi-dieu dévoreur de monde.

Prendre garde aux Seigneurs Siths adeptes du côté obscur de la Force.

Fuir les Yonji-Sinhindrea, les dévoreurs, ennemis de toute vie.

Eviter les Sayens, les guerriers de l'espace.

Prendre garde aux Daleks.

Prendre garde aux Vorlons et aux Shadows et à leur guerre idéologique.

Eviter le Collectif Borg

Prendre garde aux Xel'naga et à leurs créations : Zergs, Protoss et Hybrides.

Prendre garde au Continuum Q et à ses représentants.

Fuir le Flood le Parasite intelligent.

Et à cela se rajoute des dizaines et des dizaines d'autres noms et de descriptions sommaires que je ne reconnais pas.

Si tout cela est vrai … Cela explique aussi la présence d'un Goa'uld dans un univers où ils ne sont que des personnages de fictions, mon « nouvel ami » vient d'encore bien plus loin que les étoiles et si je ne me trompe pas c'est justement ce qu'il est en train de vérifier.

Finalement ma théorie d'un voyageur venu d'une réalité parallèle n'était pas si folle que ça.

Reste à savoir à quel point la série Stargate et les informations qu'elle donne correspondent à sa réalité d'origine et vu sa réaction à la lecture de mes souvenirs …

Si la réponse est proche d'une correspondance parfaite alors comment diable ce Goa'uld a-t-il pu atterrir dans une dimension où une série de fiction dépeint sa réalité à la perfection.

Ça correspond à quoi comme chance ? Une sur un chiffre astronomique ? Ou alors …

Ou alors le destin existe vraiment et tout ceci n'est pas un hasard ou encore il existe bien des êtres supérieurs et ils s'amusent avec nous.

Mais aussi fascinant que cela puisse être j'ai d'autres problèmes plus importants dans l'immédiat. Je profite de ce que mon Goa'uld est toujours trop occupé pour me prêter attention pour continuer à farfouiller le plus discrètement possible pour accéder à tout lambeau de savoir pouvant m'aider.

Le temps que mon symbiote finisse son analyse j'ai réussi à découvrir plusieurs points importants : j'ai raison quant à la nature de notre lien psychique : double sens mais il en a le contrôle il peut accéder à ma mémoire et à mon esprit à volonté sans que je puisse le bloquer mais c'est là un processus conscient qui nécessite un minimum de concentration et non pas un état permanent donc il ne « lit » pas mes pensées en continu et je garde une parcelle d'intimité. De plus lire la mémoire pour les Goa'uld se résume principalement à consulter les connaissances « brutes » de l'hôte : si il ne me prend pas sur le fait à formuler des pensées séditieuses il ne les recherchera vraisemblablement pas dans ma mémoire où de toute façon elles seraient comme des aiguilles dans une meule de foin.

En revanche il peut m'éjecter de son esprit sans problème et si rien ne le distrait il peut remarquer facilement toute tentative de ma part pour y accéder. Par contre je dois pouvoir le « contacter » en « dirigeant » mes pensées vers lui et en les formulant spécialement dans le but qu'il m'écoute sans qu'il puisse les bloquer, bien sur rien ne l'empêche de me « punir pour mon arrogance de m'adresser à mon dieu sans sa permission » après coup comme il l'a déjà fait.

Le second point majeur que je découvre c'est qu'il est gravement blessé, il serait déjà mort si il n'avait pas changé d'hôte et si ses chances dans un nouvel hôte sont meilleures il-y-a un gros risque que ça ne suffise pas, « malheureusement » le sarcophage qui se trouve à bord a été endommagé et avec l'équipement et les pièces à bord il n'est pas sûr de pouvoir le réparer.

Vu que les Goa'uld ont la mauvaise habitude à leur mort de relâcher des toxines mortelles dans le corps de leur hôte cela n'augure rien de bon pour mes chances de survie.

Enfin je me rends compte que si je suis aussi calme et rationnel vu les circonstances au lieu de réagir comme un hystérique c'est principalement parce que le Goa'uld altère la chimie de mon cerveau pour me rendre « docile ».

Je n'ai guère de choix en fait je n'ai que deux options qui se cumulent pour former un plan simple : aider le Goa'uld autant que possible pour augmenter ses chances de guérir et au passage essayer de m'attirer ses bonnes grâces pour tenter de le persuader d'épargner ma vie au cas où il succomberait à ses blessures.

Et cela commence simplement : « Et bien Dorothée tu te trouves bien loin du Kansas »

_ Comment ? De quoi parles-tu misérable mortel ? Rétorque le Goa'uld mystifié par mes propos.

_ C'est une référence culturelle qui veut dire que tu es bien loin de chez toi, on peut même dire que tu as atterri littéralement dans la mauvaise réalité.

_ Comment sais-tu cela !

_ Ce n'est pas vraiment difficile à deviner vu la machine Ancienne qui se trouve là et ta réaction. Aussi surréaliste que cela paraisse c'est encore l'explication la plus logique. Mais trêve de plaisanterie j'ai une non en fait deux questions à te poser … si tu me le permets, ô puissant Goa'uld. Ajoutais-je rapidement pour flatter son ego, toujours une bonne tactique avec un Goa'uld, et avec une pointe sous-jacente d'ironie qu'il, je l'espère, ne va pas remarquer.

_ Bien, je suis un dieu magnanime poses tes questions mais sache qu'ensuite je ne tolèrerai plus d'insubordination, j'ai autre chose à faire dans l'immédiat que de te dresser, mon nouvel hôte. Déclare-t-il d'un ton un peu lasoù l'on sent la fatigue présente.

_ Ma première question est simple : comment puis-je t'aider ?

_ Quoi ? Comment ça m'aider ? Pourquoi vouloir m'aider ? Demande-t-il visiblement perplexe, ça doit être la première fois qu'un de ses hôtes lui offre de l'aider. Et que crois tu pouvoir être capable de faire qui puisse seulement m'aider, tu n'es qu'un humain. Lâche-t-il d'un ton hargneux.

Je ressens une forte suspicion, nul doute qu'il va sonder mon esprit pour vérifier la véracité de ma réponse et chercher toute trace de duplicité aussi c'est avec confiance que je lui réponds en toute bonne foi avec la pure vérité.

_ Par pragmatisme : parce que nos vies sont liées et que je sais très bien que si tu meurs … je meurs … Alors il est de mon intérêt de t'aider, surtout qu'il est visible que tu es blessé alors si il-y-a la moindre tâche que je puisse accomplir, du travail manuel à faire et que je puisse m'en charger c'est autant d'efforts en moins pour toi, autant de temps où tu peux te concentrer sur ta guérison et autant de chance en plus que mon espérance de vie ne se trouve pas réduite à quelques heures, voire quelques jours. De plus contrairement à tes hôtes précédents je comprends ma situation, je sais qui est le maitre et qui est le serviteur et je sais que l'existence d'un serviteur qui sait se montrer utile et qui sait s'attirer les faveurs de son maitre sera toujours infiniment meilleure que celle d'un prisonnier de son propre corps qui mène un combat futile et perdu d'avance contre la forme de vie supérieure qui en a pris possession. Je sens que mes paroles lui plaisent surtout la seconde partie.

_ Et ta seconde question ?

_ J'aimerai connaître le nom du Dieu que j'ai maintenant l'honneur d'abriter. Une onde de contentement et de fierté, un pur ego de Goa'uld, me traverse alors que d'une « voix » emplie d'orgueil il déclare.

_ Je suis AHRIMAN !

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Cinq jours ont passé depuis que je suis devenu l'hôte du Goa'uld Ahriman et si durant ce laps de temps j'ai beaucoup appris je me suis surtout concentré sur le dangereux jeu de manipulation que je dispute avec Ahriman.

Il a fallu trois jours de constant « tests » et de vérifications de sa part avant que je ne réussisse à passer outre la paranoïa naturelle du Goa'uld et à obtenir un soupçon de confiance de sa part.

Ma stratégie qui repose sur le fait que mes actions et intentions sont en grande majorité sincères semble réussir à le bluffer. Mais pour être honnête je doute que cela ait pu réussir sans la situation présente : préoccupé par les réparations du vaisseau et du sarcophage pour mettre fin à sa situation actuelle d'exilé de sa réalité originelle, excité par les perspectives de la machine Ancienne et des avantages que les connaissances de son nouvel hôte vont lui apporter mais surtout affaibli par sa santé déclinante Ahriman est loin d'être au sommet de sa forme et il est suffisamment distrait et affaibli pour que ma petite mascarade fonctionne, ce qui n'aurait certainement pas était le cas si il disposait de tous ses moyens.

Pendant les premiers jours il a régulièrement visité mes pensées et ne m'a laissé qu'une marge de manœuvre très limitée : me laissant accomplir quelques taches physiques comme transporter du matériel, m'occuper des « besoins physiques » de mon corps et m'interrogeant sur mon monde et les endroits où il pourrait trouver certains matériaux, tout en vérifiant systématiquement dans ma mémoire si je lui disais la vérité.

Tout cela je l'avais prévu et même anticipé.

Aussi pendant les premier temps je pris sur moi-même, ne laissant aucun sentiment négatif à l'encontre du Goa'uld remonter à la surface. Je me montrais serviable, totalement sincère dans ma volonté de l'aider et je ne tentais à aucun moment de me rebeller ou de profiter des courts moments de liberté qu'il m'accordait pour faire quoi que ce soit qui attire son attention ou sa méfiance.

De plus j'évitais soigneusement d'envahir à nouveau son esprit de crainte d'être repéré et de voir mes efforts réduits à néant. Par contre je me laissais aller à fantasmer sur mon « possible futur » en tant qu'hôte de Ahriman : j'imaginais des scènes où les Goa'uld les plus puissants était amenés vaincus à mes pieds, des images de conquêtes, d'immense armée à mes ordres, l'adulation des masses, les plaisirs d'une vie infinie : banquets gargantuesques, palais somptueux et un très large harem constitué des plus belles femmes de l'univers.
Je prenais bien garde que dans tous ces fantasmes Ahriman ait la place prédominante, que se soit son nom que l'on clame, mais dans chaque partie je glissais des éléments destinés à me plaire et doucement mais surement je m'octroyais une place d'éminence grise dans « l'empire d'Ahriman » en prenant soin de ne pas apparaître comme le pouvoir derrière le trône.
A quelques reprises je « poussais » ces fantasmes vers Ahriman, sachant qu'il en prendrait conscience, mais pas systématiquement pour laisser passer cela comme accidentel et non comme l'appât pour l'ego du Goa'uld dont il s'agissait véritablement. A mon grand plaisir je « reçus » non seulement des réponses émotionnelles chargées de contentement de la part d'Ahriman mais je le surpris plusieurs fois à épier mes fantasmes alors que je ne les lui « envoyais » pas.

Le résultat de tout ça est que peu à peu je réussis à le convaincre de ma « sincérité » et de la véracité de mes motifs car au fond il s'agissait bien de la vérité, seulement pas toute la vérité.

Au bout du troisième jour je commençais modestement à interagir avec lui, donnant occasionnellement et avec le plus grand respect possible des conseils quand je le pouvais et faisant part d'inquiétudes et même de remontrances quand il se surmenait et que je sentais que cela empirait son état de santé. D'abord accueilli avec un mélange d'agacement et d'hostilité j'arrivais toutefois à obtenir qu'il tolère mes interventions à mesure que mon utilité augmentait et que l'état de santé d'Ahriman continuait de décliner.

La prise régulière d'un liquide bleuâtre au goût métallique, semblable à celui qui permit à Jacob Carter et Selmak de survivre sur Netu le temps que SG1 réussisse leur évasion et qui je le découvris plus tard servait d'analgésique et de fortifiant pour les Goa'uld, avait ralenti son déclin mais ses blessures continuaient de le tuer lentement. Ce qui me mettait dans une position très délicate : ma propre survie en jeu contre une mince possibilité de recouvrir ma liberté.

L'analgésique que prenait Ahriman, le kal kal'mak, se révéla une bénédiction pour moi car il avait un effet soporifique sur le Goa'uld le rendant somnolant et l'obligeant à se reposer de plus en plus sur mon aide : ne pouvant contrôler avec précision mon corps sous son effet il dut se résoudre à m'utiliser pour accomplir les réparations délicates sur le vaisseau en me donnant les instructions à suivre.

Mais le bénéfice majeur pour moi fut que sous l'action de l'analgésique et quand je me livrais à des tâches qu'il jugeait ne pas nécessiter sa supervision Ahriman se laissait sombrer dans une transe régénératrice, une torpeur semblable au sommeil durant laquelle non seulement je pouvais agir librement et même accéder à son esprit sans qu'il ne s'en rende compte mais surtout où je pouvais enfin penser librement et planifier mes actions suivantes.

C'est à ce moment la que je peaufinais mon plan : gagner la confiance du Goa'uld, obtenir le maximum de liberté et si une occasion se présente : se mettre en situation de se faire capturer par la Tok'ra en se neutralisant soit même avec une dose massive de drogue tranquillisante et prier pour que les Tok'ra se décident pour une extraction plutôt qu'un assassinat, un plan simple qui ne devait jamais voir le jour.

Même si lorsque je me rendis compte de cela je me gardais par prudence d'en profiter au tout début et avec raison : Ahriman se « réveillant » brusquement sans crier gare à plusieurs reprises pendant ses premiers cycles de sommeil pour sonder mes pensées et chercher toute trace de duplicité. Mais avec le temps, son état empirant lentement et mon illusion de loyauté à son égard se renforçant, il commença à baisser sa garde me donnant l'opportunité d'accéder brièvement à son esprit et à sa mémoire durant ces deux derniers jours.

Ce que je découvris était stupéfiant.

Dans la réalité d'origine d'Ahriman l'empire Goa'uld avec à sa tête Ra et les Grands Maitres existe bel et bien. Non seulement ça mais l'identité des Grands Maitres actuels correspond à peu de chose prés à ceux de la série Stargate et du jeu de rôle tiré de la série et les différences peuvent aisément s'expliquer par la mort de certains Goa'uld due aux actions des Tau'ri et au bouleversement dans l'équilibre des pouvoirs que cela a engendré : Yu, Ba'al, Kronos, Apophis, Olukun, Nirrti, Kali, Bastet, Sobek, Heru-ur, Pelops et Mannanan Mac Lir composent le conseil actuel, même si les deux derniers mentionnés se tiennent en retrait de la politique Goa'uld depuis plusieurs siècles.

Ahriman a aussi connaissance de l'existence d'un grand nombre d'autres Goa'uld dont certains que je ne connais pas mais d'autres comme Sokar, Setesh, Isis, Osiris ou encore Marduk, Hator et Egeria existent aussi et leurs histoires concordent avec celles de la série.

Parmi les Goa'uld les plus puissants qui n'ont pas ou pas encore le statut de Grands Maitres je reconnais Amateratsu, Morrigan, Svarog, Cammulus et Raiden, ce dernier étant cité dans Stargate le jeu de rôle et ce que Ahriman sait de lui correspond à la description et aux informations fournies par le jeu de rôle.

Même les Tok'ra de sa réalité reflètent presque parfaitement ce qui en est dit dans la série : notamment leurs figures de proue comme Per'sus, Jolinar de Malkshur et Garshaw.

Quasiment toutes les informations de la série télé et du jeu de rôle semblent coïncider. Pas étonnant que cela ait ébahi Ahriman, et si ce qui se passe sur terre coïncide également avec les évènements décrits par la série …Les possibilités sont tout simplement ahurissantes.

Ahriman quant à lui est un scientifique Goa'uld de la même trempe que Nirrti et Pelops, qui s'intéresse à un vaste éventail de technologies, et comme eux basait ses projets de conquêtes sur le développement de technologies uniques qui lui fournirait l'avantage décisif pour régner sur les autres Goa'uld. Mais si Pelops vise à créer des Jaffa supérieurs, ne nécessitant pas de symbiote, grâce à ses nanocytes et que Nirrti s'échine à concevoir un hôte supérieur, un hok'tar, pourvu de capacités psychiques surhumaines, Ahriman lui bien que touche à tout s'est spécialisé dans le contrôle mental : c'est le créateur du nish'ta, le moyen le plus répandu parmi les Goa'uld pour laver le cerveaux des humains, mais aussi le père de la technologie Zatarc : méthode indétectable de manipulation psychique créant de parfaits assassins. Mais son but suprême, dont il n'était plus très loin, est de développer une technique de contrôle mental fonctionnant sur les Goa'uld.

C'est certainement cette tendance et ses expérimentations sur terre qui ont donné lieu à sa légende comme celui qui pervertit la volonté humaine, le père de l'illusion et de l'erreur, du mensonge cosmique, l'esprit trompeur, l'esprit des Ténèbres, du Mal et de la mort[.

Toutefois le Ahriman que je perçois est un individu froid, calculateur, obsédé par l'acquisition de connaissance, possédant un ego de Goa'uld et une forte paranoïa mais avant tout pragmatique.

Il possédait également un domaine florissant d'une quinzaine de planètes, qu'il gérait rationnellement sans avoir recours à une brutalité excessive ou à de la cruauté gratuite, et se concentrait sur ses recherches et l'établissement d'un réseau d'espion pour infiltrer l'empire Goa'uld et obtenir les secrets technologiques de ses rivaux, basé sur les méthodes d'infiltration Tok'ra. Persuadé que le savoir qu'il en retirerait allié avec ses propres recherches serait la clé de la réalisation de ses ambitions.

Mais cela a tourné court il y a quelques années quand un agent de Ba'al a réussi à dérober les bases de sa technologie Zatarc et que Ra a eu vent de l'existence du procédé Zatarc. Contrairement aux autres Goa'uld qui n'y ont vu qu'un outil utile Ra lui a compris qu'il s'agissait d'un processus expérimental destiné au lavage de cerveau de symbiotes Goa'uld.

Ahriman est devenu alors un danger potentiel pour le Grand Maitre Suprême qui a attaqué son domaine forçant Ahriman qui ne possédait pas la puissance militaire nécessaire pour résister aux armées de Ra à se retirer avec l'essentiel de ses forces sur la moins secrète de ses planètes de repli parmi les quatre mondes refuges qu'il avait établi pour parer à ce genre d'éventualité.

C'est là qu'il fut contacté par Anubis.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Anubis, semi-ascendé ayant repris forme humaine grâce à son « masque de force », avait commencé en secret à rebâtir ses forces afin de détrôner Ra et d'abattre les Grands Maitres. Anubis s'était également mis à rechercher des serviteurs compétents pour lui servir de lieutenants pour sa future campagne contre les Grands Maitres et intéressé par les talents de scientifique d'Ahriman il lui proposa d'entrer à son service.

Pour Ahriman c'était là l'occasion parfaite de se protéger de Ra et d'accéder à de nouvelles technologies. Au côté d'Anubis il prit part au développement d'armes et de technologies basées sur le savoir ancien récupéré par Anubis durant son ascension et sur les ordres de son nouveau maitre il pilla plusieurs ruines alterranes à la recherche de technologies Anciennes et c'est là qu'il découvrit le générateur trans-dimensionnel et ses quatre sondes, visiblement de conception Ancienne à l'origine mais lourdement modifié pour inclure d'autres technologies, certainement issues des réalités explorées par les concepteurs du générateur.

Ahriman commit alors l'erreur qui lui fit tout perdre : il garda l'appareil Ancien pour lui sans en référer à Anubis qui fut averti par un des espions qu'il avait placé dans son entourage.

Depuis le début il avait prévu de doubler Anubis, il avait avec prudence réussi à s'emparer en secret des plans, schémas et de certains prototypes des technologies développées par Anubis et les scientifiques Goa'uld à son service même si une bonne part des recherches et des armes développées étaient loin d'être dans leur stage final, de plus il prévoyait le moment venu d'assassiner Anubis et d'usurper son trône une fois les Grands Maitres et Ra vaincu mais en dérobant l'appareil Ancien il attira l'attention d'Anubis qui découvrit sa trahison.

Anubis bien que n'ayant pas les forces nécessaires pour s'attaquer aux Goa'uld majeurs avait largement de quoi détruire les force d'Ahriman, heureusement celui-ci apprit au dernier moment par un de ses agents dormant auprès d'Anubis que ce dernier avait découvert sa traitrise et envoyé trois de ses prototypes de Ha'tak pour l'éliminer.

A bord d'un ancien Ha'tak de classe Barge, la précédente génération de vaisseau-mère Goa'uld de forme pyramidale sans superstructure externe ayant une base creuse pour utiliser les pyramides au sol comme point d'atterrissage, Ahriman réussit à faire fuir une partie de ses forces vers son second monde refuge avant l'arrivée des vaisseaux d'Anubis, gardant son troisième refuge, le mieux caché et le mieux développé, ainsi que son laboratoire personnel secrets.

Ahriman n'avait pas l'intention d'affronter les Ha'tak d'Anubis mais il fut pris de court et n'eut pas d'autre choix que de lancer ses forces dans la bataille espérant sinon vaincre du moins occuper suffisamment les forces d'Anubis pour fuir.

Il disposait de trois Ha'tak et quatre bombardiers Alkesh pour contrer les vaisseaux d'Anubis mais deux des Ha'tak d'Ahriman étaient de classe Barge, modèle encore répandu mais devenant rapidement obsolète face au nombre grandissant de vaisseaux plus rapides, possédant une puissance de feu accrue et de boucliers plus résistants de la classe Kheops : vaisseau pyramidal à base triangulaire et muni d'une superstructure entourant la pyramide qui formait des « d'ailes » à mi hauteur sur chacune des arrêtes joignant la base de la pyramide à son sommet.

Le troisième était justement de classe Kheops disposant de trois fois la puissance de feu d'un Ha'tak Barge et des boucliers deux fois plus résistant. Les contingents de chasseurs des vaisseaux-mères avaient été déployés et étaient appuyés par les chasseurs de la garnison planétaire pour un total de 300 planeurs de la mort.

Les forces d'Ahriman avaient pris une position défensive autour de la planète, où leur dieu supervisait l'évacuation des équipements importants et des stocks de ravitaillements et de minerai précieux, afin de profiter de la couverture apportée par les trente quatre satellites de combat servant de réseau de défense planétaire.

Les vaisseaux d'Anubis aux équipages inexpérimentés firent l'erreur de sortir de l'hyperespace trop près de la planète et de son réseau de défense qui s'activa aussitôt.

Dix satellites de forme vaguement pyramidale ouvrirent le feu sur le Ha'tak d'Anubis le plus proche relâchant chacun un rayon d'énergie qui martela les puissants boucliers du vaisseau-mère durant plusieurs secondes avant de se mettre en recharge. Les vaisseaux d'Ahriman firent aussitôt feu sur le Ha'tak aux boucliers affaiblis relachant ensemble des dizaines de tirs de décharges énergétiques de plasma.

Les upgrades d'Anubis, des Kheops, étaient conçus pour être largement supérieurs au modèle de base et tout comme les Kheops sont supposés être capable de vaincre des Barges à un contre trois les upgrades d'Anubis était supposés pouvoir faire face jusqu'à quatre Kheops, en fait je sais qu'une fois achevés ils peuvent même affronter des Beliskners Asgard et avoir une chance à deux contre un de sortir vainqueur. Mais il s'agissait là de prototypes, plus puissant qu'un Kheops normal mais bien loin d'égaler la version finale des upgrades d'Anubis.

Le vaisseau d'Anubis touché tenta vainement de s'éloigner du combat et d'esquiver la pluie de tirs de canons à plasma dont il était la cible mais l'équipage pris au dépourvu par l'attaque subie à la sortie de l'hyperespace ne réussit pas à réagir à temps et sous le bombardement constant des vaisseaux ennemi ses boucliers cédèrent. La réaction des deux autres prototypes, pris par surprise par la violence et la soudaineté de l'attaque, fut trop lente pour aider la troisième unité de leur groupe.

La salve suivante le frappa de plein fouet et ce ne fut que grâce à la protection limitée qu'offrait le faible blindage du Ha'tak qu'il survécut à la vague de décharges énergétiques de plasma qui s'abattit sur lui et causa de sérieux dommages à la majorité des systèmes et détruisit une part de ses armes.

Les forces d'Ahriman changèrent aussitôt de cible pour concentrer leurs tirs sur un des deux autres upgrades d'Anubis tandis que les quatre Alkesh et une part des planeurs de la mort se jetèrent sur le vaisseau-mère endommagé, comme un ban de piranhas affamés, afin de l'achever.

Les vaisseaux d'Anubis pendant ce temps avaient mis leur armement en ligne et commencé à relâcher leurs propres chasseurs et bientôt une centaine de planeurs de la mort d'Anubis, qui ne disposaient que d'un armement légèrement plus puissant que leurs opposants, durent faire face à un peu plus de deux cent chasseurs loyaux à Ahriman dans un ballet aérien mortel.

Mais l'effet de surprise était passé et les deux prototypes prirent pour cible un des Ha'tak de classe Barge en accélérant pour accomplir une passe d'arme qui leur permit de tirer trois salves avant de passer en trombe les vaisseaux ennemis. La première volée s'abattit sur le vaisseau plus petit et plus faible et draina ses boucliers, la seconde dévasta tout un flanc malgré son blindage plus épais et résistant qu'un Kheops, la troisième salve pénétra en profondeur dans le vaisseau provoquant une série d'explosions secondaires qui le réduisit à l'état d'épave.

Les forces loyales à Ahriman continuèrent de s'acharner sur les boucliers d'un des upgrades d'Anubis et durant un instant l'espoir revint quand les satellites de combat firent feu à nouveau mais leur puissance de feu se divisa sur les deux prototypes au lieu de frapper le vaisseau ciblé par les Ha'tak d'Ahriman. Les deux upgrades d'Anubis tinrent bon et répliquèrent aussitôt détruisant avec facilité les fragiles satellites de combat avant qu'ils ne puissent tirer une troisième fois. Les deux prototypes accélérèrent à nouveau pour une nouvelle passe d'arme qui les mettraient de plus hors de portée des autres satellites qui se déplaçaient lentement en orbite haute pour se mettre en position de tir.

Alors que les boucliers d'un des upgrades d'Anubis commençaient enfin à céder le deuxième classe Barge d'Ahriman succomba sous les tirs ennemis. Seul contre les deux prototypes, même si l'un d'eux n'avait quasiment plus de bouclier, le dernier Ha'tak même si il appartenait à la classe Kheops ne faisait pas le poids. Tout au plus en restant à distance il pourrait éviter de subir un tir massif et faire durer le combat.

Le troisième prototype moribond avait finalement succombé à l'assaut des Alkesh et des planeurs de la mort mais il avait tout de même emporté avec lui un Alkesh, gravement endommagé un second et détruit une trentaine de chasseurs sur la centaine qui l'avait attaqué.

Le concert de duel entre planeurs de la mort tournait lentement à l'avantage des forces d'Ahriman malgré des pertes sévères mais il était évident que le temps nécessaire pour achever la victoire et le prix à payer empêcheraient tout planeur survivant d'influencer l'issue de la bataille.

En orbite, observant la bataille depuis son vaisseau de transport personnel Ahriman prit une décision.

Sur son ordre son dernier Ha'tak battit en retraite dans l'hyperespace attirant à sa poursuite le prototype intact, plus rapide et supérieur sur tous les niveaux il finirait éventuellement par rattraper et détruire le Kheops mais en attendant il était mis hors combat. Les deux Alkesh survivant et le reste des escadrilles de planeurs les accompagnants attaquèrent aussitôt le dernier upgrade d'Anubis pour focaliser son attention sur eux dans une attaque kamikaze qui devait permettre à Ahriman de fuir indétecté.

Mais si le plan était bon la chance ne fut pas avec lui.

Alors qu'il s'éloignait de la planète et s'apprêtait à entrer en hyperespace le Ha'tak ennemi le localisa et ouvrit le feu sur lui avec une dizaine de ses canons.

Trois tirs firent mouche alors que la fenêtre d'hyperespace se formait et que le vaisseau accélérait mais les boucliers du transport personnel d'Ahriman plus résistant que la moyenne résistèrent mais tout juste et laissèrent filtrer une petite part de l'énergie qui causa une surcharge de plusieurs systèmes et plusieurs petites explosions dans le vaisseau quand des relais d'énergie surchargèrent et explosèrent.

C'est à cette occasion que le sarcophage fut endommagé et Ahriman blessé et c'est sans doute aussi à ce moment la que le générateur trans-dimensionnel dut s'enclencher faisant passer Ahriman d'une réalité à l'autre alors qu'il réussissait à entrer en hyperespace.

Blessé et risquant d'être poursuivi Ahriman qui ne voulait pas prendre le risque de conduire d'éventuels poursuivants vers ses deux derniers refuges prit le pari de mettre le cap sur la terre : en plein territoire de Ra il doutait qu'Anubis le poursuive jusque là et prenne le risque d'alerter Ra, de plus la Tau'ri lui permettrait de changer facilement d'hôte et de se cacher le temps de récupérer et de réparer son vaisseau.

Mais au court des semaines de voyage vers la Terre son état commença à se dégrader révélant des blessures que le symbiote n'arrivait pas à guérir, pire le Goa'uld découvrit que lui aussi soufrait de blessures sévères et c'est ainsi qu'un Ahriman agonisant s'est posé en catastrophe juste derrière chez moi.

Dans sa mémoire je découvre encore bien d'autres informations mais au final seules trois choses sortent du lot et peuvent influencer ma situation immédiate.

D'abord j'ai un indice quant à la situation temporelle de sa réalité : à condition que les évènements sur sa planète Terre reflètent ceux de la série Stargate le fait que Ra est vivant mais que Anubis soit selon ses prévisions à trois à cinq décades avant de pouvoir se révéler, une et demi pour achever le développement de ses upgrades et deux à trois et demi minimum pour pouvoir bâtir une flotte capable de vaincre Ra. Bien sur suite à la mort de Ra il a pu accélérer ses plans donc au jugé on doit se situer quelque part entre 1950 et 1980 dans la réalité d'Ahriman.

Ensuite Ahriman hait Anubis plus que tout et il est dévoré par le désir de vengeance et Ra n'est guère loin derrière Anubis sur la liste d'Ahriman des Goa'uld à abattre, de préférence en les torturant à mort.

Enfin et surtout Ahriman est mourant, il ne lui reste que deux ou trois jours à vivre et il est conscient depuis quelques heures qu'il ne pourra pas réparer le sarcophage avec le matériel dont il dispose ni fabriquer ou trouver les cristaux essentiels pour les réparations à temps sur ce monde.

En résumé je suis mort.

… … …

… … …

… … …

… … …

NON je refuse de baisser les bras comme ça !

Puisque je n'ai plus le choix et qu'un travail de sape dans la longueur ne sert plus à rien. Il ne me reste qu'à jouer le tout pour le tout et parier tout ce qui me reste sur un peu de logique, le fantastique ego Goa'uld et la soif de revanche d'Ahriman.

C'est tout ou rien.

Je prépare une dose d'analgésique Goa'uld suffisamment forte pour engourdir l'esprit d'Ahriman sans pour autant le faire sombrer dans sa torpeur, car il va me falloir tous les atouts disponibles, et je m'installe à côté du générateur du vaisseau avec un Zat'nik'tel pour attendre patiemment le « réveil » d'Ahriman, prêt à prendre la drogue dès que je le sentirai émerger, et prêt pour une dernière discussion avec mon « Dieu » .

Prêt pour un ultime coup de poker.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Alors que je sens Ahriman se réveiller je m'injecte rapidement la drogue et je démarre bille en tête.

_ Ahriman, il faut que nous parlions.

_ Oh ? Et de quoi veux-tu parler arrogant mortel. Derrière un ton moqueur je peux ressentir une douleur sourde et omniprésente, une immense lassitude et beaucoup de colère.

_ Du fait que tu es mourant.

_ Quoi ? Comment oses-tu ! Je suis un Dieu et je suis immortel ! Je ne vais pas mourir ! Je …

Je le coupe d'une « voix » aussi dure que possible.

_ Te murer dans la dénégation et les prétentions de divinité que les Goa'uld utilisent pour contrôler les masses ignorantes ne sert strictement à rien et ne changera pas la réalité. Je ne suis pas comme les autres stupides esclaves des Goa'ulds, je vois bien que tu es blessé et changer d'hôte n'a pas amélioré ton état, ou du moins pas suffisamment. Tu prends des doses de kal kal'mak de plus en plus fortes pourtant son effet diminue de plus en plus. Je vois bien également qu'il te manque des pièces essentielles pour réparer le sarcophage que tu ne peux pas produire avec les moyens dont tu disposes ici et je ne parlerai même pas de l'appareil curatif qui se trouvait sur ton hôte précédent et qui est totalement cramé. Si tu pouvais fabriquer un appareil ou un médicament pour te soigner en utilisant les ressources accessibles sur Terre nous serions déjà en train de le faire et n'aurions pas cette discussion donc soit ce n'est pas possible soit tu ne disposes pas du temps nécessaire pour y arriver avant de succomber à tes blessures.

_ Soit maudit humain ! … rétorque le Goa'uld avec amertume avant de poursuivre. Mais tu as raison le sarcophage était mon seul espoir, ton monde n'as pas la technologie requise pour construire un appareil curatif assez rapidement et vos drogues et substances médicales n'ont que peu d'effet sur ma race, dans les deux cas créer un remède pour mon état prendrait au mieux une douzaine de jours et je ne dispose plus de ce temps. La vie est ironique, servant, tu es le premièr hôte que je trouve qui accepte sa condition et avait même choisi de m'aider volontairement et la seule récompense que tu vas recevoir est la mort.

_ Oui la vie est ironique mais maintenant que nous savons où nous en sommes il nous faut prendre une décision sur ce que nous allons faire.

_ Ce que nous allons faire ? Tu es décidément bien arrogant ! Il n'y a rien que tu puisses faire humain, je vais bientôt mourir et à ce moment là toi aussi tu périras.

_ Oui. Si c'est là ton choix car vois-tu on a toujours le choix ycompris dans la mort, et puis dans ta situation actuelle tu n'as rien à perdre.

_ Que racontes-tu la ? Interrogea Ahriman légèrement intrigué.

_ Tu peux choisir comment mourir. Expliquai-je. D'après ce que je peux voir tes blessures te font souffrir et cela va en s'empirant, bientôt le kal kal'mak n'aura plus guère d'effet et la douleur va être atroce jusqu'à la fin. Ça peut durer des heures voire un ou deux jours, affirmais-je en repensant à l'agonie d'Apophis au SGC et en « poussant » ces pensées vers Ahriman pour être sur qu'il en prenne conscience.

_Et d'après ce que je sais le mort par toxine de Goa'uld est également très douloureuse pour un humain. Je ne sais pas pour toi mais quitte à devoir mourir je préfère que ce soit rapide et aussi indolore que possible et si l'on doit mourir autant choisir comment. Je pointe du doigt le Zak'nik'tel puis le générateur du vaisseau. Je pense qu'il te serait facile de modifier un Zat pour qu'il soit mortel en un seul tir, non ? Ou si l'on veut une fin plus spectaculaire on peut surcharger le générateur du vaisseau et partir dans un grand BANG, ou bien …tu peux choisir une autre voie si tu souhaites laisser quelque chose derrière toi …

_ Ha, ha, ha, ha tu ne manques pas d'audace, mortel … et tu n'as pas tout à fait tort. Concède le Goa'uld de bonne grâce. Quant à ta dernière suggestion laisses-moi deviner : tu souhaites que je t'épargne, que je quitte ton corps avant de mourir ? Demande-t-il avec un accent de colère et de dégoût dans sa « voix » mentale. Vas-y : pries, supplies-moi et peut être que tu réussiras à en appeler à ma bonté et me convaincre de passer mes derniers instants comme un vers rampant sur le sol dénué de toute fierté et de tout pouvoir ! Achève-t-il avec rage lançant des flashs de douleur dans mon cerveau.

Ça ne se passe pas vraiment bien, mais la partie ne fait que commencer : je savais dès le début que l'idée ne l'emballerait pas mais j'ai quelques arguments en stock et surtout une proposition qui peut le surprendre et l'intriguer.

_ Non je n'ai pas l'intention de te demander de quitter mon corps, en fait c'est tout le contraire. La douleur s'arrête et je ressens de la curiosité.

_ Expliques-toi ! Ordonne Ahriman.

_ La série Stargate : Jolinar de Malkshur et Samantha Carter. Lançais-je en guise d'explication.

Je le sens farfouiller dans ma mémoire et une onde de stupéfaction me traverse quand il découvre ce que je souhaite.

_ Tu es extrêmement arrogant et bien présomptueux, mortel, pour croire qu'un Goa'uld comme moi puisse se sacrifier pour sauver ta misérable vie.

_ Ce n'est pas tant pour me sauver la vie que tu devrais songer à cette possibilité mais plutôt pour la chaine d'évènements que cela peut créer.

_ Ne mens pas, tout ce qui t'intéresse c'est de sauver ta pitoyable existence. Contra le Goa'uld.

_ Bien sur que je veux vivre, prétendre le contraire serait hypocrite et une offense à ton intelligence. Mais il n'en n'est pas moins vrai que si tu te sacrifies pour me sauver, et pas seulement ça mais que tu transfères aussi dans ma tête le plus possible de ton savoir et de la mémoire génétique Goa'uld, tu puisses obtenir par delà la mort l'accomplissement de tes plus chers désirs.

Je le sens intrigué et incrédule mais j'ai éveillé son intérêt.

_ Que sais-tu de mes désirs ? Et comment pourrais-tu bien les réaliser ?

_ Revanche contre Anubis et Ra, voir les Grand Maitres vaincus et humiliés par ton génie et que les peuples de la galaxie reconnaissent Ahriman comme le Dieu suprême.

_ En effet et tu te crois capable d'accomplir tout cela ? Toi un misérable humain. Demanda le Goa'uld avec un zeste de mépris.

_ Seul ? Avec uniquement mes capacités et mon savoir ? En utilisant ma véritable identité ? Non je n'ai aucune chance. Par contre si je bénéficie de ton savoir, de tes connaissances, que comme pour Jolinar et Samantha tu laisses une petite part de toi en moi et que j'utilise ton identité pour prendre le contrôle des troupes et ressources à ton service ? Là oui je pense définitivement avoir une chance. Et même si j'échoue je compte bien essayer. Tu peux facilement voir dans ma tête qu'avec le savoir d'un Goa'uld, ce vaisseau et la faculté d'accéder à une « dimension Stargate » je n'hésiterai pas à tenter ma chance comme apprenti conquérant, entre ça et une vie médiocre sur ce monde la question ne se pose même pas.

Je le sens hésiter, j'ai définitivement piqué son intérêt, il est temps d'enfoncer le clou.

_ Et si tu me laisses cette chance et que je réussis, tous tes anciens rivaux sauront au moment de leur chute que je suis ton instrument et que c'est ta volonté qui est à l'origine de leur défaite, que par delà la mort c'est toi qui aura eu le dernier mot. Le nom d'Ahriman retentira dans la galaxie. Je sens une onde de plaisir me parcourir : cette idée lui plait, et maintenant le dernier coup de marteau. Et je m'assurerai qu'Anubis et Ra meurt définitivement et le plus douloureusement possible !

_ De toute façon Ra va périr de la main des Tau'ri, une mort humiliante si il en est pour le Grand Maitre suprême. Et Anubis va être banni de ce plan d'existence. Argumenta mon symbiote.

_ Oui à condition que les événements sur la Tau'ri se passe bien comme dans la série. Rétorquai-je. Quant à Anubis tu penses vraiment que Oma va le retenir pour toujours ? Tu sais à quel point il est fourbe surtout face à une naïve comme Oma ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne trouve le moyen de la battre ou de lui échapper et retourne sur le plan matériel mais si tu me laisses faire … Anubis est un danger trop grand et doit être neutralisé pour que je puisse accomplir mon ambition : je sais où et comment accéder à Merlin, le convaincre de créer une arme pour tuer Anubis sera un jeu d'enfant, surtout quand je lui révélerais le projet d'Anubis d'utiliser l'arme de Dakkara. Et pour Ra sous ton identité je n'ai d'autre choix que de le tuer si je veux ne serais-ce que survivre.

_ Je …Je dois réfléchir à tout cela. Décida Ahriman.

Il est très troublé et j'ai au moins réussi à lui faire considérer sérieusement cette possibilité.

Les dés sont jetés.

Alors qu'Ahriman réfléchit j'utilise mon dernier atout : je me mets à fantasmer sur ce que je ferai sous son identité dans sa réalité, tout en espérant qu'il épie mon fantasme et que les perspectives que j'y mets lui plaisent. Quant j'en arrive à la possibilité de contrôler une reine Goa'uld pour qu'elle transmette ma mémoire et mon esprit dans une de ses larves et de me faire implanté avec pour bénéficier de tous les avantages d'un Goa'uld sans les inconvénients vu que je serais possédé par un esprit cloné sur le mien et me faisant suffisamment confiance pour coopérer avec moi-même, je ressens la présence d'Ahriman dans ma tête et une bouffée d'espoir.

Pense-t-il que dans un tel cas de figure le Goa'uld ayant une part de sa mémoire au travers de la mienne sera d'une certaine façon un clone de lui-même, un descendant ou un héritier ? Je ne sais pas mais en tout cas c'est la dernière touche qui le pousse à prendre sa décision.

_ Très bien mortel, tu as raison sur un point : je n'ai rien à perdre. Alors même si je doute que tu réussisses là où j'ai échoué je vais de donner ta chance. Qui sait peut être qu'ainsi mon dernier acte arrivera quand même à me venger de mes ennemis, les chances sont faibles mais elles seront toujours plus grandes que si je ne fais rien. Je peux augmenter le lien physique entre nous et le rendre pleinement à double sens et si un Goa'uld peut assimiler les connaissances de son hôte je ne vois pas pourquoi l'inverse ne serait pas possible sauf pour les limitations de l'intellect primitif de l'être humain, même si aucun Goa'uld ou même Tok'ra n'a à ma connaissance tenté cela.

Alors que je ressens une onde de satisfaction Ahriman m'adresse ses dernières pensées.

_ Quitte à mourir je suis étrangement réconforté et attiré par la pensée que ma dernière action est de briser une des lois les plus importantes de Ra en créant un Arsiésis d'une manière complètement nouvelle et en le relâchant pour qu'il sème le chaos en mon nom. Prépares toi humain !

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Le reste de mes souvenirs est confus, le transfert de connaissances a été douloureux, très douloureux, le pire mal de tête de toute ma vie.

Pire encore que de me faire posséder par un Goa'uld.

Je sombrais dans l'inconscience pour émerger deux jours plus tard, je ne sais même pas combien de temps le transfert a duré mais à mon réveil je contrôlais de nouveau mon corps et je ne ressentais plus du tout la présence d'Ahriman.

J'étais aussi fiévreux, souffrant de fortes migraines qui après quatre jours ont diminué mais sont encore la, et en plein délirium.

Concepts, noms, coordonnées, lambeaux de souvenirs, d'images, de sensations se baladaient librement dans ma tête me laissant confus et désorienté. Mais bien vite une détermination implacable et des sentiments puissants et furieux se sont imposés à moi et m'ont empêché de raisonner rationnellement et de me reposer et récupérer le temps que ma tête s'éclaircisse. Au lieu de cela je me mit à agir sans réfléchir comme en proie à une obsession dévorante : regagner ma nouvelle dimension pour débuter mon règne.

Les trois jours suivants restent assez flous, je fis décoller le vaisseau et réactivais le bouclier occulteur qu'Ahriman avait réparé comme la majorité des systèmes endommagés et posais le vaisseau à proximité de ma maison.

Les autorités si elles avaient enquêté sur ce qui s'était produit avaient faute d'éléments à part des vitres brisées et un semi cratère vide fini leurs investigations et remballé leur présence durant la période que j'avais passé sous le contrôle d'Ahriman.

Rentré chez moi je vidais mes maigres économies et écumais les magasins le jour comme un zombie pour me procurer films, livres, bandes dessinées, mangas, matériel informatique, certains produits alimentaires comme du chocolat, du coca, des pâtes, ketchup et moutardes et bien d'autres. La nuit je pillais sur internet les sites d'informations sur mes séries, films et univers préférés dont l'univers Stargate ainsi que toute information que je jugeais utile sur le moment.

Le troisième jour ayant fait le plein et n'ayant plus guère d'argent à dépenser je déplaçais toutes mes possessions dans mon jardin et la nuit venue je plaçais le vaisseau en mode stationnaire au dessus de ma maison et j'utilisais les anneaux de transfert pour embarquer mes possessions et achats.

Les anneaux ne bénéficiaient pas du bouclier occulteur et durent attirer l'attention car durant mon dernier transfert je pouvais me souvenir d'avoir entendu des sirènes au loin se rapprocher et alors que je pilotais le vaisseau pour sortir de l'atmosphère les détecteurs repérèrent plusieurs chasseurs en approche mais cela à ce moment là n'avait guère d'intérêt pour moi, consumé par l'obsession qui m'habitait et en proie au contre coup du transfert de connaissances et de la mort d'Ahriman.

Quittant l'orbite terrestre j'engageais la propulsion hyperespace. Après un court saut je me retrouvais à l'extérieur du système solaire et je garde le souvenir d'avoir jeté un dernier regard sur mon univers d'origine avant de programmer et d'actionner le générateur trans-dimensionnel pour ouvrir une faille vers sa réalité d'origine : le réalité d'Ahriman, la réalité Stargate 01.

Le vaisseau, intérieur et extérieur se retrouva nimbé d'une lueur pourpre semblant transpercer la matière et face à lui l'espace sembla se déchirer en deux formant une crevasse géante aux bords pulsants d'énergies d'un bleu électrique alors qu'elle-même semblait s'ouvrir sur une mer de ténèbres liquides où le vaisseau s'enfonça en créant une ouverture ressemblant à une fenêtre d'hyperespace, mais différente.

Durant plusieurs minutes le vaisseau voyagea dans une espèce de tunnel chaotique multicolore avant de retourner brusquement en espace normal. En déclenchant la vue arrière sur l'écran principal je pouvais voir la faille trans-réalités se refermer en quelques secondes et se sceller entièrement sans aucune trace de son existence sur les détecteurs.

A bout de force après trois jours d'activités et privé de la motivation obsessive qui m'avait porté durant ce laps de temps je m'écroulais de fatigue et sombrais dans un repos réparateur.


Et me voila maintenant : une vingtaine d'heures de sommeil m'ont plus ou moins remis les idées en place, ou du moins m'ont permis de reprendre le contrôle sur mes actions, le chaos dans ma tête et les migraines ont diminué et d'ici quelques jours ou semaines je pense que je serais à nouveau moi-même.

Les souvenirs et connaissances d'Ahriman sont là, sous la surface, attendant que je les explore mais pour le moment je m'en garde bien préférant prendre le temps de récupérer avant de m'y confronter.

Et de plus je dois maintenant faire un choix.

Que faire maintenant ?

Ce que j'ai dit à Ahriman pour sauver ma vie était vrai, certes, mais reposait sur des « et si ? » et des fantasmes.

Il y a une marge entre imaginer un futur et vouloir ou être capable de le réaliser.

Si j'avais pu récupérer sur ma Terre sans me faire remarquer et ne pas réagir comme je l'ai fait suite au contre coup du transfert de connaissances j'aurais pu trouver le moyen d'exploiter le savoir d'Ahriman, son vaisseau et la technologie qu'il renferme. Sans connections, fonds de départs ou background scientifique pour expliquer mes soudaines découvertes cela aurait était dur, oui, mais possible.

Maintenant ? Je peux toujours piller le labo secret d'Ahriman il contient énormément de choses et de technologies y compris ses banques de données, un appareil de conditionnement Zatarc, deux sarcophages intacts et de larges quantités de drogues servant au lavage de cerveau et au contrôle et conditionnement mental, et notamment de larges doses de nish'ta.

Avec ça je peux retourner dans ma réalité d'origine et basiquement faire ce que je veux : créer une secte comme Setesh et vivre dans le luxe et la débauche, me construire une nouvelle identité et utiliser mes connaissances pour fonder un empire industriel et commercial et rejoindre l'élite et la jet-set, assujettir les masses, fonder un culte de la personnalité et comme Kaine ou Cobra Commander me lancer à la domination du monde.

Et tout cela quasiment sans opposition si je suis prudent au début et que je joue bien mes cartes. Et avec les sarcophages je peux vivre durant des décades supplémentaires, voire des siècles avec le Naquadah présent dans mes veines suite à la mort d'Ahriman,

Mais quand je regarde les étoiles de cette réalité, que j'écoute le léger bourdonnement du générateur trans-dimensionnel je ne peux m'empêcher de penser que ce serait là la solution de facilité et que je renoncerai à un potentiel illimité.

Je pourrai certes avoir une vie facile, agréable et pourtant intéressante et peser sur le futur de ma planète et de mon espèce mais si je décide de rester ici, si je me joins au jeu du pouvoir que les Goa'uld pratiquent et auquel les Tau'ri, SG1 en tête si ils existent, risquent de se mêler chamboulant l'équilibre des pouvoirs alors les possibilités sont infinies, je pourrai me bâtir un empire, influencer le destin de toute la galaxie, accéder à des connaissances et des technologies sans pareilles et cela pourrait n'être qu'un début.

Avec le générateur trans-dimensionnel je pourrai avoir accès à d'autres réalités, acquérir une multitude de connaissances et de technologies, obtenir de vrais pouvoirs dans des réalités comme Heroes ou Marvel et même l'immortalité. Je pourrai découvrir et pratiquer la magie, la vraie magie, et bien d'autres merveilles sans pareilles. Je pourrai non seulement rencontrer mais interagir et influencer le destin des personnages fictifs qui m'ont marqué et inspiré : Raistlin Majere deLancedragon, Artemis Entreri des Royaumes Oubliés,le 10ième Docteur, Dark Vador de Star Wars, Sarah Kerrigane de Starcraft, Harry Potter, Riddick, Honor Harrington, Guts, Buffy et bien d'autres encore.

Alors que je laisse libre cours à mon imagination je peux voir un empire glorieux s'étendant à travers les galaxies et les réalités, une multitude de peuples m'adorant alors que je guide avec sagesse leurs destin vers un avenir meilleur, de vastes armées à la loyauté et la foi en ma parole absolues prêtes à abattre les ennemis de l'empire et à conquérir l'univers au nom de leur empereur-dieu bien-aimé, de terribles challenges pour des récompenses somptueuses, et dans mes moments de repos un harem des plus belles femmes : humaines, elfes, elfes noirs, vampires, extraterrestres, démones et déesses prêtes à satisfaire mes moindres désirs et caprices avec amour et dévotion et parmi elles les versions réelles de personnages fictifs de mon monde natal tel que : Seven-Of-Nine, Buffy Summers, Faith Lehanne et Willow Rosenberg, Seras Victoria et Integra Hellsing, Claire Bennet et Elle Bishop, Kitiara Uth Matar, Xena et Gabrielle, Shego et Kim Possible, Arwen, Amidala, Samantha Carter, Rei Ayanami, Misato Katsuragi et Ritsuko Akagi, Motoko Kusanagi, Emma Frost, Illyanna Raspoutine et Kitty Pride, Natasha Romanov, Supergirl, Raven, WonderWoman et Starfire, la majorité des Claymore et des elfes noire de Faérune et beaucoup, beaucoup d'autres.

Bien sur ce serait là un chemin difficile à suivre où il me faudrait presque constamment tout risquer y compris ma vie pendant les premiers temps et même après je devrai toujours prendre des décisions difficiles, risquer encore et encore à mesure que le jeu du pouvoir prendra de l'ampleur, et même si les récompenses sont attractives il faudra que je supporte le fardeau des responsabilités.

Tout cela n'est bien sur qu'un rêve, complètement irréaliste je m'en rends bien compte et pourtant … une petite part de moi me murmure qu'aussi infime soit-elle une chance de réaliser tout cela existe si je prends le risque, après tout quelles étaient les chances qu'un Goa'uld mourant d'une autre réalité s'écrase derrière chez moi et que je réussisse à le convaincre non seulement de m'épargner mais aussi de m'offrir son savoir et sa mémoire génétique ?

Peut-être est-ce là un reste de la personnalité d'Ahriman ou la nature corruptrice de la mémoire génétique Goa'uld, même dormante, que je porte désormais en moi ou bien était-ce-là depuis toujours enfoui au fond de mon être attendant l'occasion de se manifester, comme le prédateur qui sommeil dans le cœur de chaque homme, mais c'est là un destin que celui que je suis aujourd'hui désire du plus profond de son être.

Et au fond de moi je trouve la réponse à ma question : je sais désormais ce que je veux et je sais qui je veux être, qui je suis désormais.

Pour le meilleur comme pour le pire je me dresse désormais en tant que l'OVERLORD futur souverain d'un empire que je fonderai de mes mains, un empire éternel … L'IMPERIUM AETERNUS.

Et ceci est le début de mon histoire.


Dans le prochain chapitre de IMPERIUM AETERNUS

… … ….

Alors que je franchis la porte mon champ de force du à sa programmation s'active automatiquement, plus rapidement que si j'avais du le déclencher manuellement, et cette précaution paie quand un tir d'énergie provenant d'une tourelle au plafond vient s'écraser sans dommage contre la barrière de force qui me protège.

Un second tir tout aussi inutile me frappe et la tourelle devient silencieuse alors que les détecteurs audio de mon casque captent un hoquet de surprise à une vingtaine de mètres, visiblement la tourelle doit être contrôlée par quelqu'un pour fonctionner ce qui n'est guère étonnant vu l'état des lieux.

Prenant une voix normale je déclare afin d'inciter mon hôte à se montrer : « Il est inutile d'avoir peur, je viens en paix et ne vous veux aucun mal »

Après quelques secondes d'hésitation un individu s'avance à ma vue, portant une combinaison tirant entre le beige et le bronze se dresse un homme entre 50 et 60 ans, il a le front dégarni, les cheveux gris, un peu d'embonpoint et un visage rond où se disputent une expression de surprise et de crainte et un timide sourire.

_ Comtraya. Me salue-t-il.

_ Bonjour …Harlan.

… … …