Chapitre 4 : Fondation partie 2 : le premier sang ( tant que ce n'est pas le mien qu'il faut verser … )


Précédemment dans Imperium Aeternus :

Les systèmes de surveillance révèlent que la pyramide est encerclée par plusieurs centaines de Jaffas, tous armés, et que plusieurs armes lourdes, principalement des lances-canons, ont été amenées à proximité mais n'ont pas été déployées. Le point le plus rassurant est que les sept personnes que j'ai convoqués, les représentants de l'autorité dans la capitale, se tiennent à l'entrée du palais avec une quinzaine d'individus en plus et une cinquantaine de soldats Jaffas.

Les portes du palais s'ouvrent devant eux et mes nouveaux servants les invitent à entrer alors que je patiente sur mon trône, en silence, et que je me prépare à la confrontation.


Orgueil, Envie, Paresse, Gourmandise, Luxure, Colère, Avarice. Les 7 pêchés capitaux. Ils ne représentent peut être pas tous les défauts inhérents à l'homme mais il sont certainement le cœur de la faiblesse humaine.

Dès le début de mon aventure j'étais décidé à aller le plus loin possible et pour cela je me devais d'être conscient de mes faiblesses et défauts pour savoir les surmonter ou du moins les maîtriser.

Avec la mémoire génétique d'Ahriman en moi, ou du moins l'essentiel, je pris particulièrement garde à l'Orgueil et la Colère, talon d'Achille des Goa'ulds et principale raison de la chute de tant d'entre eux.
Avec mon agenda très chargé pour faire face aux épreuves à venir je n'avais guère le temps de me laisser aller à la Paresse.
Envie et Avarice sont comme certains poisons, à petite dose ils sont utiles et servent de médecine contre l'apathie et la stagnation. De plus je gardais en tête les leçons de l'histoire concernant les grands conquérants comme Alexandre, Napoléon et même Hitler : savoir ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre, ne pas combattre sur de multiples fronts, externes comme internes, et savoir s'arrêter de conquérir pour consolider ce que l'on a conquis.

Gourmandise et Luxure ?

Je ne les percevais pas comme un vrai danger : même si j'avais une prédilection pour certains plats, un régime alimentaire loin d'être équilibré et une faiblesse pour le chocolat, ce n'était là rien que je ne savais maîtriser ou qui était hors de contrôle et d'un point de vue plus général je n'avais pas de désir ou de vice qui pouvait tourner à l'obsession. Pour la Luxure, même si j'avais l'intention de m'y adonner je ne voyais là qu'une façon de me dé-stresser et de prendre un « repos » bien mérité. N'ayant pas un physique de rêve mais un peu d'embonpoint je n'avais jamais été un grand séducteur et ma vie sexuelle n'était guère épanouie mais en contre partie cela n'était pas une priorité pour moi, surtout avec internet sous la main.

Bien plus concentré sur les risques de succomber à l'Orgueil, l'Avarice ou la Colère, je ne pensais donc pas que ce dernier point serait un problème, …ce qui fut une erreur de ma part.

J'aurais du me rappeler l'adage : « Si tu veux tester un homme : donnes lui du pouvoir », j'aurais du également être conscient qu'il est facile de résister à la tentation quand il n'y a rien pour nous tenter et me rendre compte que la mémoire génétique Goa'uld pouvait affecter d'autres désirs que la soif de pouvoir et que le désir de dominer pouvait prendre des formes plus …subtiles.

Et alors que je prenais le contrôle de Castana, j'aurais du remarquer les premiers signes d'un défaut qui allait me causer autant de plaisir que de difficultés …

Extrait des mémoires de l'Overlord


La planète Castana, Galaxie de la Voie Lactée, le 28 juillet 1988.( réalité Stargate 01)

Mes « invités » parcourent les couloirs du palais d'un pas vif et sûr alors que je les observe au travers des caméras de sécurité, ou du moins l'équivalent Goa'uld, j'ai levé le verrouillage du palais et ils peuvent avancer sans encombre.

A leur tête se trouve Khozian, le prima de Castana, un Jaffa dans la force de l'âge, plus jeune que Brat'ac mais plus vieux que Teal'c. Un Jaffa expérimenté, compétent et loyal, un maitre qui a prodigué son enseignement à beaucoup des Jaffas qui ont servi d'officier à Ahriman ce qui fait de lui l'un des maîtres Jaffa les plus respectés de la planète. Vêtu de l'armure traditionnelle Jaffa, avec son bâton long à la main, il a de courts cheveux noirs où des touches de gris commencent à apparaître, une mâchoire carrée et des traits durs.
Quatre des jaffa qui l'accompagnent se tiennent près de lui, deux d'entre eux sont ses lieutenants, le troisième son dernier élève en date à avoir acquis le rang de Guerrier Jaffa, le quatrième, qui porte une épée harnachée dans son dos et non la traditionnelle lance/bâton long, est d'origine asiatique, un transfuge du Goa'uld Raiden qui était entré au service d'Ahriman après que sa famille se soit « déshonorée » en attirant sur elle la « colère de son dieu », un peu comme cela avait été le cas de la famille de Teal'c face à Kronos. Il s'appelle Chenboub et sert de combattant d'élite et de garde du corps à Khozian, qu'il considère comme un père, un guerrier redoutable qui protége le prima de ceux qui auraient voulu prendre sa place par la force.

Derrière le prima vient Mek'tet le jaffa le plus haut placé parmi ceux que Ahriman avait réussi à faire évacuer quand son royaume s'était retrouvé attaqué par les forces de Râ. Avec lui se trouvent son premier lieutenant ainsi que trois guerriers, deux d'entre eux sont certainement des capitaines et le troisième est Narten, un colosse de plus de deux mètre dix qui tient dans ses mains une lourde hache à doubles lames, il tient auprès de Mek'tet le même rôle que Chenboub auprès de Khozian. C'est un guerrier redouté au corps à corps qui se bat comme un véritable berserker.

Viennent ensuite Hrysos et Bazire, respectivement les capitaine des deux Ha'tak, un Khéops modifié et un Barge, présent en orbite autour de Castana, Heotis le grand prêtre d'Ahriman de la planète avec quatre de ses acolytes, Nevaïo le chef administrateur de Bethsabée, la capitale de Castana, et deux de ses aides et finalement Cohelo, le représentant des technoprêtres : la caste des Jaffa techniciens.

Car si les Goa'uld maintiennent la majorité des jaffa dans l'ignorance ils sont tout de même obligés de recourir à un minimum de main d'œuvre qualifiée pour entretenir et faire fonctionner leurs vaisseaux, fabriques d'armes, chantiers spatiaux, ateliers de fabrications d'appareils de haute technologie … Les Goa'uld les plus puissants, ceux qui règnent, emploient les Goa'uld de « base extraction » à leur service pour superviser ces tâches et encadrer le petit nombre d'humain ou de Jaffa qui ont été formés pour ces travaux et qui sont strictement séparés du reste de la population et le plus souvent conditionnés pour une totale loyauté et obéissance. Les Goa'uld qui règnent mais n'ont guère de sujets de leur propre race ou qui sont trop paranoïaques se contentent d'utiliser des servants non-Goa'uld.
Le nom de cette catégorie de serviteurs des Goa'uld varie mais on peut généralement traduire leur appellation par « prêtre dans le secret des dieux » ou « pratiquant de la magie des dieux » soit pour moi technoprêtre ou technomancien, ce qui sera un nom bien plus simple.
Ces « technoprêtres » ont une compréhension basique de la technologie Goa'uld, suffisamment pour servir de technicien, voir d'ingénieur. Ils sont totalement séparés des autres jaffa, cantonnés aux ateliers, chantiers et usines Goa'uld, et ils sont entourés d'une aura de mystère, ils représentent un sujet de discussion tabou au point que la majorité des Jaffa ignore même parfois leur existence.

C'est sans doute pour cela que Teal'c n'en n'a jamais fait mention, du moins pas que je m'en souvienne, mais c'est une aubaine pour moi qui veux moderniser la société Jaffa, ça me donne une base de travail, même si je doute que cela suffise pour atteindre mes objectifs concernant l'Imperium.

Mais je n'ai pas le temps de réfléchir plus sur ce sujet car le groupe vient d'arriver face aux portes de la grande salle du trône où je me trouve. Un de mes tout nouveaux serviteurs informe mes « invités » qu'ils peuvent entrer et être chacun accompagné d'une petite escorte mais que le reste des Jaffa qui les suit, une bonne soixantaine, devra attendre à l'extérieur.

Une courte discussion s'ensuit entre les six dignitaires que j'ai convoqués et qui représentent les dirigeants de fait de Castana en l'absence d'Ahriman, le ton monte entre ceux qui se sentent suffisamment confiants pour me confronter sans renfort et ceux plus prudents. Rapidement un compromis est atteint et en plus de leur entourage respectif vingt Guerrier Jaffa viennent se mettre sous les ordres des lieutenants de Khozian et Mek'tet.

Alors qu'ils sont prêts à entrer les grandes et lourdes portes de la salle, maintenant équipées d'un système d'ouverture rudimentaire, s'ouvrent automatiquement devant eux. C'est loin d'être quelque chose de stupéfiant mais tout ce qui peut me donner un avantage, aussi petit soit-il, est le bienvenu, et si cela les impressionne, les fait douter ou simplement se poser des questions, même juste un peu, c'est à mon avantage, cela me permettra d'avoir un plus grand impact psychologique et facilitera ma prise de pouvoir. Car à l'instant où les portes s'ouvrent mon « diffuseur » de conception Asgard qui flotte au plafond invisible et silencieux commence à relâcher le Tal'Kol Jor Nis'tra dans la pièce que j'ai plongée dans la pénombre grâce à mon contrôle sur les sources lumineuses incrustées dans les décorations en cristal.

Le groupe de Jaffa s'avance dans la pièce prudemment et l'arme en main, il fait suffisamment « clair » pour discerner les formes dans la pièce, les colonnes ainsi que mon trône sur lequel je siège.

Dès que le dernier jaffa entre les portes se referment augmentant la nervosité des occupants de la salle du trône, moi y compris car je sais imminente la confrontation qui va décider si Castana va se soumettre à moi pacifiquement ou me combattre jusqu'à ce que je la soumette par la force en faisant couler un bain de sang que je ne désire nullement.
Sur mon ordre silencieux la luminosité augmente. La pièce s'éclaire sans qu'aucune source lumineuse ne soit visible vu leur emplacement, l'effet est tel qu'on dirait que la lumière vient de nulle part. Mais c'est la nouvelle « décoration » de la salle du trône qui choque mes « invités » et les laisse sans voix.

Ils ne s'attendaient pas à ça et sont confus, c'est l'occasion idéale pour moi d'attaquer notre petite discussion pour renforcer cet effet car plus ils seront déstabilisés moins efficacement ils pourront organiser une résistance à ma « prise de contrôle » et plus facilement ils accepteront de se soumettre à mon autorité.

_ Alors ? On ne s'agenouille pas devant votre nouveau seigneur ? Demandais-je de ma plus belle voix de Goa'uld.

Le silence traîne durant quelques secondes alors que mes invités hésitent sur la façon de répondre à cela. Alors que je fais briller les yeux de mon masque, signe de mécontentement habituel chez les Goa'uld, pour leur mettre un peu plus la pression, Khozian se décide à agir.

Le prima de Castana est un jaffa audacieux mais aussi prudent et expérimenté. C'est à la fois ses prouesses de combattant, ses talents de commandant mais surtout un bon instinct politique qui lui ont permis de s'élever dans la hiérarchie des forces d'Ahriman jusqu'à la position qu'il occupe aujourd'hui. Il sait que quelquefois il vaut mieux esquiver le combat.

Le prima ne s'agenouille pas mais il s'incline en signe de respect pour m'apaiser, ses hommes l'imitent aussitôt et bientôt le reste des jaffas et des dignitaires présents suivent son exemple, certains avec plus d'hésitation ou de mécontentement que d'autres.

Je réalise que j'ai bien fait de mettre les détecteurs optiques de mon casque en mode enregistrement, revoir plus tard cette scène et les expressions et attitudes des gens présents m'éclairera sur ceux en qui je peux avoir confiance ainsi que sur ceux dont je dois me méfier.

_ Je vous présente mes respects, seigneur. Mais je ne peux pas vous obéir et m'agenouiller car ma loyauté n'appartient qu'à mon dieu : Ahriman. Commence prudemment Kohzian. Nous obéissons à la volonté d' Ahriman, ce monde est le sien et nous le défendrons en son nom contre tous ceux qui tenteront de le lui dérober.

Je considère attentivement ces paroles et ma réponse, entre toutes les personnes présentes Kohzian sait certainement ce que j'ai déclaré à mon arrivée sur ce monde au chef des jaffa en station devant la Porte des étoiles (1). Il est suffisamment prudent pour ne pas dévoiler ce qu'il sait, surtout si cela s'avère au final être faux, mais il est conscient que les choses ne sont peut être plus ce qu'elles étaient et que je suis peut être l'incarnation du changement, qu'avec moi un nouvel ordre risque d'arriver. Il joue le jaffa loyal sans toutefois s'opposer directement à moi si je peux prouver qu'Ahriman est mort et que je suis venu à eux en tant que son successeur.

Mais avant que je puisse répondre quelqu'un d'autre intervient.

_ C'est exact ! Vous n'êtes pas notre dieu ! Vous n'êtes pas un de ses serviteurs ni un de ses alliés ! Sinon vous vous seriez fait connaître en tant que tel. En fait on ne sait même pas qui vous êtes ! Et vous n'avez aucune autorité ici ! Lance un des capitaine de Mek'tet, un jeune jaffa fougueux qui parle souvent avant de réfléchir.

Le fait que Mek'tet ne le réprimande pas semble indiquer qu'il partage cette opinion et se sert de son subordonné pour la faire savoir sans s'impliquer directement.

L'intervention de ce jaffa semble réveiller ceux qui me sont hostiles et la tension dans l'air devient palpable d'autant plus quand le grand prêtre d'Ahriman Heotis décide d'intervenir.

_ Dieu ou pas vous êtes un intrus ! Ceci est le monde du grand Dieu Ahriman ! Partez ! Partez pendant qu'il en est encore temps, si vous ne voulez pas subir sa colère ! Partez ou il vous châtiera ! M'exhorte le prêtre.

Je ne sais pas si je dois qualifier Heotis de vrai croyant ou de fanatique religieux, probablement quelque chose entre les deux, mais sa foi et sa conviction sont visibles pour tous et donnent du courage aux jaffas présents. Des murmures d'assentiment se font entendre parmi la foule en face de moi alors que l'hostilité grandit.

Parfait !

Cela peut sembler étonnant mais c'est juste ce que j'espérais : une raison de faire une démonstration de force. Car ce que la mémoire génétique Goa'uld m'a appris sur les coutumes de « passation de pouvoir » c'est que les jaffas ont toujours besoin d'une « preuve » de la force de leur nouveau dieu. En général c'est la torture et la mise a mort de l'ancien dieu qui joue ce rôle mais quand ce n'est pas possible il faut savoir … improviser.
Même si j'espère une prise de pouvoir tout en douceur je suis assez lucide pour réaliser qu'il me faudra tout de même « imposer » mon statut à l'élite de ce monde qui se trouve en face de moi. Une fois que je les aurais soumis leurs subordonnés et le peuple suivront leur exemple, le fait de les forcer à m'obéir sera la « preuve » de mon statut de nouveau dieu.

_ Je ne partirai pas. Ce monde est à moi désormais, et vous vous soumettrez à mon autorité ou vous en subirez les conséquences.

_ Imposteur ! Hurle Heotis. « Ceci est le domaine d'Ahriman ! Toi dont on ne sait rien, tu n'as aucun droit ici et tu n'es pas le bienvenu ! Notre dieu est puissant et il te châtiera pour ton arrogance ! Alors que toi qui te caches derrière cette armure tu n'es peut être même pas un vrai dieu ! »

_ Le prêtre a raison ! Clame le capitaine de Mek'tet après un léger signe de celui-ci. « Tu n'as rien à faire ici, étranger. Pars ou nous te chasserons ! Si tu es chanceux, sinon c'est la mort que tu risques de trouver ici. » Lance-t-il avec arrogance.

Ce petit capitaine commence à mes les briser avec son ton hautain.

Un bon point toutefois, c'est que Khozian ne semble pas vouloir s'impliquer. Avec la plupart de ses hommes ils se sont discrètement éloignés du centre de la pièce où se trouvent la plupart des contestataires, et ils ne sont pas les seuls.
Nevaïo et Cohelo ont pris exemple sur Khozian et se trouvent dans le coin opposé de la pièce avec leurs subordonnés, Bazire s'est joint au prima de Castanna contrairement à Hrysos, mais c'est normal car il est beaucoup plus prudent, expérimenté et moins arrogant que le plus jeune Hrysos.

Un mauvais point c'est qu'un des lieutenants de Khozian semble soutenir la position de Mek'tet avec quelques uns de ses hommes. Il obéit sans doute aux consignes de Khozian qui garde ses options ouvertes, plus inquiétant c'est que Chenboub est avec eux et avec la mémoire d'Ahriman je sais à quel point il est dangereux, peut être même plus que Teal'c.

C'est en ricanant légèrement que je me lève de mon trône et avance de quelques pas, ma cape se déployant sur mon ordre pour un maximum d'effet d'intimidation.

_ Le droit ? Ho, prêtre. J'ai tous les droits. Mais quand bien même ce ne serait pas le cas cela ne ferait aucune différence, car je n'ai pas besoin de droit puisque j'ai le pouvoir de prendre ce que je veux. Quant à savoir qui je suis ? Sache que je suis bien plus que ces Goa'ulds que vous appelez dieux et que vous vénérez. Je suis l'incarnation d'un nouveau pouvoir, je suis une force qui va balayer cette galaxie et imposer un nouvel ordre : JE SUIS L'OVERLORD !

Avec ma cape déployée, des crépitements électriques au niveau de mes gants et les « yeux » de mon masque qui flashent je donne un spectacle imposant, la plupart des jaffas présents ne peuvent s'empêcher de reculer d'un pas.

_ Mais vous êtes chanceux, car vous m'amusez. En fait votre fidélité envers Ahriman est louable même si elle n'a plus lieu d'être. Alors pour cette fois je suis prêt à tolérer votre insubordination. En fait je vais même aller plus loin. Puisque certains d'entre vous semblent douter de mon pouvoir je vous offre l'occasion de mettre ma force à l'épreuve. Que ceux qui en ont le courage me fassent face et pour cette unique fois ils pourront lever leurs armes contre moi et tenter de m'abattre et cela sans risquer aucun châtiment après coup … du moins si ils survivent.

Ma déclaration jette soudain un froid, ils s'attendaient sans doute à des menaces, voire l'exécution sommaire d'un ou deux d'entre eux mais certainement pas à ce que je leur offre une occasion de se battre contre moi.

D'un geste presque négligeant de chaque main je fais signe à ceux qui ne veulent pas me faire face de s'écarter sur les côtés.

Bientôt il ne reste plus face à moi que deux douzaines de jaffa parmi lesquels se trouvent : Heotis qui se cache à l'arrière, Mek'tet et Hrysos en tête du groupe et Chenboub et Narten, ces deux derniers ayant leurs armes de mêlée en main et chacun se plaçant sur un des flancs du groupe.

Un long moment passe sans que personne ne fasse un geste, comme dans une scène de duel de western, sauf qu'il manque la musique pour rajouter au dramatique du moment. Mais si mes adversaires ne bougent pas car ils hésitent, après tout ils font face à ce qui semble être un dieu et les rares fois où les jaffas osent s'en prendre à un Goa'uld c'est quand ils agissent avec le soutien ou la « bénédiction » d'un autre, moi je ne reste pas inactif.
Derrière mon masque je prépare mes défenses et mes armes, mon champ de force est prêt à s'activer au premier geste hostile contre moi, dans les paumes de mes mains le métal couvrant les cristaux de Kara'kesh s'est rétracté, mes gantelets émettent un sourd « hummm » alors qu'ils sont chargés et prêts à relâcher une décharge d'éclairs configurés pour neutraliser et affecter une zone plutôt qu'une cible unique. Mes détecteurs et l'ordinateur intégrés de mon armure m'informent de tout changement et selon la position de mes adversaires indiquent les futures attaques les plus probables. Et je garde encore quelques surprises en réserve comme des lames rétractables placées au niveau de mes avant bras et la capacité de libérer un barrage sonique à courte portée.

Cela ne débute pas par le tir accidentel d'un soldat nerveux qui craque involontairement sous la pression mais comme un assaut massif et ordonné. Cela aurait pu me surprendre mais le cri de guerre mélangé à l'ordre d'attaque traditionnel Jaffa : « Jaffa ! Kree ! » ne passe pas inaperçu.

Soudain la majorité des jaffas face à moi pointent leur lance/bâton long vers moi alors que dans le même mouvement la tête de leurs armes s'ouvre. De part et d'autre deux petits groupes se déplacent pour se positionner sur mes flancs : deux Jaffas avec Chenboub à ma gauche et trois accompagnant Narten sur la droite.

Une pluie de décharges de plasma s'abat sur moi alors qu'une quinzaine de guerriers tirent en continu, accompagnée par de plus rares éclairs d'énergies de Zat'n'ktel qu'utilisent le grand prêtre et ses acolytes.

Mais aucun tir ne m'atteint : tous sont interceptés par mon bouclier d'énergie Asgard qui laisse un fin miroitement bleu dans l'air à chaque fois qu'il est touché.

Alors que mes assaillants s'escriment en pure perte à tenter de m'atteindre je m'interroge sur le fait que Heotis et ses sbires soient en possession de Zat, car il n'y a rien dans la mémoire d'Ahriman à ce propos. Une chose sur laquelle je vais devoir enquêter.
Mais je ne peux m'attarder plus là-dessus car le danger approche : Chenboub et Narten.

Ahriman fut un des premiers Goa'uld à bénéficier de la technologie du champ de force personnel, même si l'apparence du mien et sa couleur sortent de l'ordinaire par rapport à celui orange-doré cylindrique des Goa'uld, il n'est pas étonnant que mes assaillants aient pris en compte la possibilité que j'en possède un et aient préparé les contre-mesures nécessaires en comptant sur la faiblesse apparente du bouclier Goa'uld : le fait qu'il laisse passer la matière solide à faible vélocité.

C'est une fausse faiblesse puisqu'un on peut renforcer le champ de force pour le rendre imperméable à la matière solide mais il est vrai que l'on ne peut utiliser d'arme à énergie depuis l'intérieur du bouclier et donc il est réglé pour pouvoir laisser passer la matière pour qu'on puisse tenir une arme juste en dehors et tirer. Il est donc raisonnable de penser que l'utilisateur soit vulnérable à une attaque au corps à corps.

Heureusement pour moi c'est une « faiblesse » qui n'existe pas chez mon bouclier asgard … d'un autre côté c'est un avantage que je n'ai pas très envie de dévoiler tant que je n'y suis pas obligé.

Je lève les bras, les paumes de mes mains tendus en avant, de chaque côté de mon corps et relâche une onde de choc de faible intensité sur chacun de mes flancs, assez forte tout de même pour envoyer mes assaillants valdinguer sur plusieurs mètres et les assommer à moitié. Puis, aussitôt, je tends les mains en avant et je déchaîne une pluie d'éclairs sur les adversaires me faisant face.

Les arcs électriques qui s'échappent de mes mains sont peu puissants : moins qu'un tir normal de Zat, mais ils font quand même l'effet d'un bon coup de taser à pleine charge. De plus si j'ai diminué la puissance cela me permet de générer plus d'éclairs pour arroser la zone.
Plus d'une douzaine volent depuis chacune de mes mains vers leurs cibles. La visée de ces « gantelets de pouvoir » est loin d'être précise mais même si plusieurs éclairs frappent le sol ou les colonnes de la pièce la majorité fait mouche et aucun de ceux qui me font face n'est épargné. En l'espace de deux secondes ils sont tous neutralisés, du moins pour les minutes à venir.

Alors que je finis mon attaque et que je désactive mon champ de force, ce qui à posteriori se révèle un peu trop prématuré de ma part, je reporte mon attention sur les données de mes capteurs qui prennent la forme de deux petites fenêtres, chacune associée à un des groupes sur mes flancs qui ont subi les ondes de choc.

J'ai tout juste le temps de me tourner vers ma gauche pour cueillir Chenboub en plein vol alors qu'il descend vers moi, tenant son sabre à deux mains, pour me frapper avec un maximum de force.
Mes capteurs m'ont indiqué, juste à temps, que si les deux jaffas qui l'accompagnent se sont pris l'onde de choc de plein fouet, Chenboub, lui, a vu venir la menace et a réagi au quart de tour. Sautant en arrière et se tordant dans les airs il a réussi à « accompagner » l'onde de choc plutôt que de la recevoir et cela en a atténué les effets et l'a propulsé vers le mur de la pièce ou il a pris appui, s'arc boutant pour absorber le reste de l'énergie kinétique de mon attaque avant de rebondir littéralement vers moi. Atterrissant sur le sol il avait pris quelques pas d'élan avant de sauter vers moi pour me frapper d'une puissante et vicieuse attaque de son sabre qui n'avait pas un seul instant quitté sa main.
Ma décharge de foudre le touche en pleine poitrine malgré le fait qu'il interpose son épée au dernier moment pour se protéger. A ma surprise son épée semble absorber une partie de l'éclair, mais pas suffisamment.

Je n'ai pas le temps de m'interroger sur le sabre si particulier de Chenboub, un cri de guerre sauvage me force à me retourner pour faire face à Narten qui me charge comme un taureau. Ce géant de plus de deux mètres a lui aussi réussi à surmonter l'onde de choc, mais là où Chenboub a utilisé son intelligence et son adresse Narten a utilisé sa force brute et sa résistance : face à l'onde de choc il s'est accroupi, son imposante hache à double lame devant lui comme un bouclier, tendant ses muscles il a simplement encaissé l'attaque. Après avoir dérapé sur plus de trois mètres il ne lui a fallu qu'un moment pour se remettre du choc et charger à nouveau.

Il arrive sur moi, brandissant sa hache à deux mains, dans l'intention de m'abattre d'un coup. Mon cœur bat à cent à l'heure alors que je lui fais face : voir un tel guerrier vous charger, avec une telle férocité et une arme si impressionnante ne peut que causer un instant de peur et une montée d'adrénaline, et ce même si au fond je sais que mon armure devrait pouvoir me protéger de ce type d'attaque. Mais il y a toujours une différence entre savoir quelque chose et le vivre.
Mon premier réflexe est d'utiliser mon gantelet de foudre pour le neutraliser, ou bien une autre décharge de force du cristal de Kara'kesh intégré dans la paume de ma main, mais finalement je change d'avis.

Au dernier moment je saisis à deux mains le manche de la hache qui descend vers moi. Mon armure me confère une force accrue, bien plus grande que celle d'un humain et bien plus également que celle d'un jaffa, même d'un colosse comme Narten.

Je bloque le coup net.

Je relâche un soupir de soulagement en voyant que j'ai réussi à intercepter l'arme et à la stopper sans problème. Narten lui me regarde incrédule, ça doit être la première fois que quelqu'un lui joue ce coup là.

Je profite de sa surprise pour relâcher sa hache de la main droite et je lui balance un puissant direct dans la poitrine. Le coup le projette brutalement en arrière et il s'écrase sur le sol presque deux mètres plus loin, la plaque de métal de son armure couvrant sa poitrine dentée et le souffle coupé. En fait sans son armure je lui aurais certainement défoncé le thorax et même là je doute qu'il puisse se relever avant plusieurs minutes.

Une décharge de plasma me frappe soudainement à la poitrine. Mon armure la stoppe et je ne ressens quasiment rien si ce n'est une légère « tape » due à l'énergie kinésique.

Levant les yeux je vois un des jaffas de Narten, lance en main qui me tire à nouveau dessus bien qu'il ait du mal à tenir sur ses jambes. Il devait se tenir derrière Narten quand je les ai frappés avec l'onde de choc et il a été en partie protégé par le colosse devant lui. Suffisamment pour se relever et me tirer dessus en tout cas.

Il est temps d'en finir avec ma démonstration : je marche lentement vers lui sans chercher à me protéger. Il me tire dessus encore et encore et avec de plus en plus d'appréhension face à mon apparente invulnérabilité. Après quatre décharges je l'atteins et le frappe avec le plat de la lame de la hache. Un seul coup est suffisant pour l'envoyer au sol, tout juste conscient.

Je jette négligemment la hache de Narten à côté de lui. Tous ceux qui ont voulu me faire face sont à terre, seuls quelques uns, comme Chenboub, commencent doucement à se relever.

De ma voix de Goa'uld je déclare alors avec mes yeux qui lancent un flash de lumière : « Il suffit maintenant ! J'ai été suffisamment tolérant. Je ne me retiendrai plus face à ceux qui voudront encore me défier ! Soumettez vous ou soyez prêt à faire face à mon courroux ! »

Les dés sont jetés.

Maintenant ou il m'acceptent comme leur nouveau chef ou je dois faire un massacre comme exemple, ce dont je n'ai pas du tout envie. La plupart de ces jaffas sont très compétents dans leurs domaines et ce serait du gaspillage de les perdre aussi bêtement.

Selon la mémoire d'Ahriman j'ai un peu plus d'une chance sur deux qu'ils acceptent de se soumettre dans de telles circonstances. En général ça dépend de leur degré de loyauté, des jaffas peu loyaux auraient déjà plié le genoux devant moi mais Ahriman a su inspirer fidélité et loyauté.

Alors que les vaincus se relèvent péniblement, la plupart des regards se tournent vers Khozian.

_ Seigneur, Votre pouvoir est évident et je suis certain que nul ici n'osera plus vous défier mais … Commence-t-il diplomatiquement. « En arrivant par le Chaapa'ai vous avez affirmé que notre dieu Ahriman avait succombé et que vous déteniez un dernier message de sa part … »

_ En effet. Acquiesçais-je avec un sourire derrière mon masque en utilisant la réplique typique de Teal'c.

_ Peut être … peut être pouvez vous nous en faire part ? Nous sommes des Jaffas loyaux, aussi il serait plus aisé pour nous de changer notre allégeance et de vous servir fidèlement comme son successeur si nous avions la certitude que notre ancien Seigneur n'est plus.

Khozian prend un risque en demandant cela, si j'étais un Goa'uld je pourrais considérer sa requête comme de l'insolence. Mais je ne suis pas un Goa'uld et je vois tout de suite l'utilité de sa demande : si j'apporte la preuve qu'Ahriman est bien mort c'est l'excuse parfaite pour accepter de me servir sans « trahir » leur dieu. Mieux encore si je peux « prouver » que je suis son successeur « légitime » cela devrait anéantir toutes raisons de s'opposer à moi.

_ Comme la plupart de vous doivent le savoir Ra, le tyran, a décidé que votre ancien maître était une menace pour lui. Il craignait la vision éclairée d'Ahriman et le fait qu'avec le temps votre « dieu » devienne un dangereux rival, aussi il a choisi d'écraser ce danger avant qu'il ne se matérialise. Même la puissance de votre dieu et le courage de ses jaffas n'ont suffi face au nombre des armées de Ra qui ont envahi son domaine et votre ancien seigneur a du fuir vers ses refuges. Ici à Castana mais aussi à Taïga et surtout Barongo où il s'est établi après que Ra eut écrasé son royaume.

J'ai capté l'attention de mon audience, les chefs et leurs officiers sont visiblement au courant de tout cela mais le fait que je le suis également semble leur causer une certaine surprise, le reste des guerriers Jaffas présent écoutent avec attention, ils ont certainement dû entendre des rumeurs ou des bribes d'informations mais ils n'ont certainement pas été informés des deniers évènements.

_ Alors qu'Ahriman avait commencé à rebâtir son empire et ses armées il a été contacté par un rival de Ra, un ancien dieu des plus maléfiques que tous pensent mort. Ce Dieu Noir dont je ne citerai pas le nom proposa une alliance à votre ancien seigneur … qui accepta. Dans l'espoir de pouvoir se venger de Ra. Mais durant leur « collaboration » votre ancien maître découvrit certains des projets de ce Dieu Noir, des projets si terribles, si destructeurs pour l'ensemble de la galaxie qu'il choisit de défier son nouvel allié. Il se prépara à évacuer ses forces de Barongo vers Taïga avant de rejoindre Castana, mais le Dieu Noir avait dès le départ prévu de trahir Ahriman et il l'attaqua avant qu'il ait pu quitter Barongo. Tout ceci s'est déroulé il y a un peu plus de deux ans.

C'est l'une des choses que j'ai appris en prenant le contrôle du palais. Selon le calendrier Goa'uld de Castana je suis arrivé dans cette réalité un peu plus d'un an et demi après la bataille de Barongo(2), si on ajoute à ça le temps passé en préparation et celui où j'ai aidé les Asgards cela fait deux ans et presque quatre mois depuis la disparition d'Ahriman.

_ Durant la bataille votre dieu fut … gravement blessé. Après avoir échappé de peu aux forces du Dieu Noir il comprit qu'il ne pouvait le stopper, pas plus qu'il ne pouvait prendre sa revanche sur Ra. Aussi dut-il faire … un choix.

Je tourne alors le dos délibérément à mon auditoire, sans aucune peur en apparence, alors qu'en fait je garde un « œil » sur eux en continu avec mes capteurs. Je marche lentement vers mon trône, de l'un des bras duquel je sors un Vo'cum, un appareil d'enregistrement sonore et visuel Goa'uld. Lorsque je me retourne vers eux ils reconnaissent immédiatement ce que je tiens à la main.

D'une commande silencieuse une petite colonne émerge du sol devant moi et le Vo'cum se met à flotter doucement vers elle pour y prendre place.

Les jaffas sont habitués à recevoir des messages et des ordres par l'intermédiaire de Vo'cum ou de sphère de communication Goa'uld, ils ne remettront pas en question l'origine ou la validité d'un tel message, tout simplement parce qu'il ne leur viendrait pas à l'esprit qu'il puisse s'agir d'un faux. Après tout personne n'oserait créer un faux message « divin ».

Ha !

C'est exactement ce que j'ai fait et en plus je me suis servi de la technologie holographique Asgard pour être sur qu'on ne puisse pas détecter qu'il s'agisse d'un faux.

L'appareil se met en marche et une image tridimensionnelle d'Ahriman dans son hôte précédent apparaît. Il est visiblement blessé, son visage portant des traces de brûlures, et arbore une grimace de souffrance.

_ Jaffa ! Je suis Ahriman, votre dieu, et si vous recevez ce message c'est que je n'ai pas survécu à ma quête pour sauver la galaxie, même si elle a porté ses fruits, et que devant vous se tient l'Overlord. Sachez que Ra, le tyran, a décidé que je représentais un danger inacceptable pour son règne et a lancé ses armées contre moi, détruisant mon domaine. Dans ma quête de revanche un ancien Goa'uld, le plus perfide de tous, que tous pensaient mort s'est révélé à moi pour m'offrir une alliance. Mais j'ai découvert ses véritables projets et la profondeur de sa folie. Il est prêt à tout pour obtenir le pouvoir et si il ne peut l'obtenir il prévoit d'anéantir toute vie dans la galaxie, pire il sait comment y arriver. Seul il m'est impossible de faire face à ce danger et à la tyrannie de Ra mais durant mes recherches j'ai découvert l'existence d'un être qui peut devenir mon plus grand allié et dont l'aide me permettra d'accomplir ma vengeance. J'ai entrepris une quête pour trouver et libéré cet être : l'Overlord, qui a été emprisonné par un peuple médiocre, jaloux de son potentiel. Malheureusement j'ai été blessé durant une attaque traîtresse dont j'ai été victime et si je pense pouvoir réaliser mon objectif je ne suis pas sûr de survivre. C'est pourquoi j'enregistre cet ultime message, écoutez mes dernières paroles !

L'ensemble des Jaffas sont bouche bée et semblent boire littéralement les paroles de l'enregistrement, après tout pour eux il s'agit d'une révélation divine.

_ Celui qui se tient devant vous, l'Overlord, est mon héritage pour cette galaxie, le prolongement de ma volonté et ma revanche par delà la tombe contre mes ennemis. Il est l'aube d'un nouvel âge, et c'est pourquoi je lui lègue toutes mes possessions terrestres et vous donne comme dernier commandement de le servir avec loyauté, dévotion et fidélité comme votre nouveau Seigneur et Maître. Il accomplira ce que je n'ai pas pu faire et il vous mènera, vous et cette galaxie, vers un avenir glorieux …

L'image s'assombrit alors qu'« Ahriman » disparaît lentement, mettant visiblement fin à l'enregistrement.

Je contemple les Jaffas abasourdis qui me font face, de l'électricité court entre les doigts de mes gantelets de puissance alors que ma cape se déploie majestueusement autour de moi et que les yeux de mon masque de métal émettent un flash de lumière blanche de manière « typiquement » Goa'uld.

Khozian est le premier à sortir de sa torpeur et il pose immédiatement un genou à terre, baissant la tête « humblement », avec comme seules paroles : « Mon Seigneur, je suis à votre service. »

Avec quelques fractions de seconde tous les autres jaffas présents l'imitent et s'agenouillent devant moi, sans plus aucune hésitation ou objection.

Je réalise alors qu'ils sont à moi ! J'ai gagné !

Et avec cette victoire un frisson de plaisir parcourt tout mon corps, une sensation enivrante que je savoure avec délectation.

Mon Imperium n'est plus seulement une idée ou un rêve, ici et maintenant, dans cette salle, à cet instant, il vient de prendre vie.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Ma sensation de triomphe est grisante et il me faut quelques secondes pour reprendre mon calme afin de rester en apparence impassible pour donner mes directives à mes nouveaux sujets.

Néanmoins je sais qu'il va me falloir prendre un moment plus tard pour analyser et maîtriser ces sensations et désirs que je goûte avec ma première victoire car c'est le genre d'expérience qui aiguise l'appétit et emplit d'un désir ardent de quelque chose de plus grand et de plus fort, comme une addiction. Je comprends mieux maintenant pourquoi les Goa'ulds sont aussi obsédés par leurs jeux de pouvoir, c'est là un piège dangereux pour l'ego qui pousse à en vouloir sans cesse plus au détriment de toute prudence et dans lequel je n'ai pas l'intention de tomber.

Bien il est temps de donner mes ordres et d'en finir pour l'instant avec cette première « réunion ».

_ Nevaïo ! Heotis ! Je vous charge d'informer la population de la mort d'Ahriman ainsi que du fait que moi, l'Overlord, siège désormais sur le trône de Castana et que je suis leur nouveau Seigneur et Maître. Faites en sorte que la population reste calme et soit rassurée, à court terme rien ne va changer. Demain sera un jour de deuil en l'honneur de votre ancien dieu, Nevaïo tu organiseras un banquet funéraire demain soir à cette occasion.

Devant la grimace à peine dissimulée de l'administrateur en chef de la capitale et le de facto intendant de Castana devant l'ampleur de la tâche j'ajoute : « Tu peux utiliser les réserves du palais, à elles seules elles sont plus que suffisantes pour cela. »

_ Après demain sera un jour de fête pour célébrer ma venue et le surlendemain je compte recevoir les serments d'obéissance et de fidélité de l'ensemble de la population adulte.

Quelques sourcils se haussent, d'habitude les Goa'ulds se contentent de ne recevoir un tel serment que des guerriers Jaffas et laissent leurs prêtres « éduquer » la population sur leur changement de déité. De plus certains se demandent certainement comment je vais faire pour organiser un évènement à cette échelle la population comptant un peu plus de 100 milles jaffas.

J'enclenche une des commandes de mon trône via la connexion de mon armure et une sphère de métal grise de la taille d'un ballon de basket et entouré d'un large anneau en Uru avec deux conteneurs sur chaque côté se matérialise dans les airs.

_ Ceci fonctionne comme un Vo'cum couplé avec une sphère de communication et transmettra le dernier message d'Ahriman ainsi que mes paroles à la population.

Cela sert également comme diffuseur de mon gaz de contrôle mental pour rendre la psyché malléable, gaz dont la sphère a déjà imprégné la pièce sans que quiconque s'en rende compte. Cela sert aussi comme émetteur subluminique pour implanter mes ordres, directives et modifications de comportementchez la populace et comme « œil espion » pour observer comment le peuple va réagir aux changements à venir. Bien sur je n'ai aucunement l'intention de révéler ces fonctions annexes.

Sur un autre ordre des emplacements s'ouvrent dans le cercle de métal et une douzaine de sphères plus petites en sortent, chacune dotée d'une espèce de petit bras articulé.

_ Le moment venue ces drones remplaceront la marque d'Ahriman par la mienne. Expliquai-je avant que les sphères-drones regagnent leur emplacement et que ma Sphère Espionne de Communication et de Diffusion ( SECD ) redevienne lentement invisible, utilisant la technologie de furtivité d'Ahriman dont certains jaffas présents doivent déjà connaître l'existence, même si dans le cas présent elle est miniaturisée pour être intégrée dans la sphère à un niveau que la technologie d'Ahriman n'aurait pu atteindre.

Ce n'est en fait qu'un prototype mais d'ici demain je compte utiliser le Mjlonir et certaines réserves de matériel de ce monde pour en créer plusieurs centaines. Au final avec de sérieuses modifications je pourrai l'utiliser comme drone d'exploration de planètes inconnues.

_ Bien mon Dieu, il en sera fait selon ta volonté. Répondent Heotis et Nevaïoqui face au silence que laisse ma courte réflexion estiment que j'en ai fini avec eux, ce qui est exact.

Mais leur réponse soulève un problème que je dois traiter tout de suite avec le plus grand tact et qui me fait grimacer derrière mon masque.

Je ne souhaite pas revendiquer le titre de dieu, pas tout de suite en tout cas, mais pour prendre le contrôle ici c'était l'option la plus simple, et même si j'ai évité d'affirmer être une divinité j'ai laissé entendre que c'était le cas, que j'étais un Goa'uld et n'ai pas démenti leurs présomptions.

Il est temps de changer cela.

_ Dieu ? Oui d'une certaine façon. Je dispose d'un savoir et d'un pouvoir bien supérieur à ceux d'un simple mortel, la mort n'a pas non plus le même impact sur moi et me tuer, définitivement, n'est guère une chose aisée. De plus je préside désormais la destinée du peuple de Castana et de bientôt beaucoup d'autres et c'est moi qui guiderai votre futur. Tout cela est parfaitement vrai : le savoir Goa'uld et la connaissance Asgard me place au dessus de la vaste majorité des humains de la galaxie, avec mes clones robotiques et mes futurs clones organiques la mort ne me touche pas comme une personne unique et comme ce fut le cas pour Baal dans la série TV me faire complètement disparaître ne sera pas facile, enfin je règne désormais sur Castana et son avenir dépend de mes décisions et de mes projets. « Néanmoins après mon long emprisonnement par des chaînes de médiocrité je ne dispose pas encore de ma pleine puissance. Avec le temps mon pouvoir va croître et atteindre ce que je considère comme un pouvoir divin. Mais pour l'instant je ne me considère pas encore comme un dieu, aussi je n'imposerai pas le fait de me reconnaître comme tel à mes sujets. »

Mon audience semble abasourdie par cette déclaration hautement inhabituelle chez un Goa'uld, il est temps d'enfoncer le clou.

_ Bien sur ceux qui souhaitent voir en moi leur dieu sont libres de le faire et de plus je suis bien plus qu'un simple dieu, bien plus q'un Goa'uld. Je suis l'Overlord, votre Overlord et dans trois jours je serai votre Empereur car alors Castana cessera de n'être qu'une simple planète, de n'être que le royaume personnel d'un Goa'uld comme elle le fut. Elle va devenir le premier monde d'un nouvel empire, un empire qui va s'étendre et couvrir cette galaxie et même au-delà.

Vu leurs têtes ils semblent calmés par ma déclaration, il est temps de finir de donner mes directives.

_ Bazire, Hrysos, un vaisseau va arriver sous peu, mon vaisseau. Il est … différent des vaisseaux Ha'tak et va prendre place en orbite au dessus de la capitale. Veillez à ce que l'on ne prenne pas son arrivée pour une attaque. En fait il serait préférable de faire atterrir les vaisseaux que vous commandez dans les chantiers navals car j'ai l'intention de les … améliorer. Cohelo, toi et les tiens êtes en partie responsable du contrôle de la grille de défense orbitale : fais en sorte que mon vaisseau ne soit pas considéré comme hostile et qu'il reçoive les codes de reconnaissance nécessaires et fais en sorte d'évacuer les entrepôts au sud de la ville.

_ Mon D… Seigneur ? Demande Bazyre un peu embarrassé et ne sachant pas exactement comment s'adresser à moi.

_ Oui ?

_ Le chantier principal est actuellement occupé et les secondaires n'ont été conçus que pour accueillir des Barges et non des Kheops.

_ Occupé ? C'est étrange il n'y a rien à ce propos dans les souvenirs d'Ahriman.

_ Oui, sur les consignes de notre … ancien Dieu, nous avons lancé la construction d'un second Kheops doté des mêmes améliorations que celui en orbite. Il n'est terminé qu'au deux tiers et actuellement incapable de sortir de la plateforme anti-gravitationnelle. M'informe Bazyre.

« C'est nouveau ça ! Sans doute un des fragments de mémoire perdu quand Ahriman m'a transféré son savoir. » Réalisai-je. Mais je comprends le problème : si les Ha'tak de classe Barge sont construits autour d'une petite pyramide et conçus pour pouvoir ensuite l'utiliser comme emplacement d'atterrissage les Ha'tak de classe Kheops sont fabriqués dans des plateformes anti-gravitationnelles qui servent de bassin de calle sèche. Or si il existe trois pyramides servant à la construction et l'atterrissage des Barges, Castana ne possède qu'une seul plateforme anti-gravitationnelle autour de laquelle s'étendent les installations du principal chantier naval de la planète.
Bien sur, et même si ils sont conçus essentiellement pour rester dans l'espace, les Kheops peuvent rentrer dans l'atmosphère et se poser même si en l'absence d'une plateforme l'atterrissage est plus difficile et peut causer quelques dommages.

_ Alors trouves un terrain d'atterrissage convenable au plus près des chantiers, tu es un commandant compétent aussi je me fie à ton jugement.

Bazyre s'incline en signe de respect et de remerciement et répond : « Bien mon Dieu il en sera fait selon ta volonté. »

Je passe aux suivants : « Khozian ! Mek'tet ! A vous de vous assurer du maintien de l'ordre sur la planète et de faire connaître à mes guerriers Jaffas ce qui s'est passé ici. En dehors de cela continuez vos devoirs habituels. Pour les jours à venir les choses resteront les mêmes mais après mon … couronnement … comme votre nouvel Empereur j'apporterai des changements et je réorganiserai nos forces. Mais nous verrons cela plus tard quand j'aurai le temps de vous voir individuellement. Maintenant obéissez ! Ordonnai-je en terminant avec un : « Jaffa Kree ! »

Tous s'inclinent avant de quitter la salle et sur mon ordre les portes se referment, me laissant enfin seul. Je suis sur le système de sécurité leur déplacement dans le palais, plusieurs d'entre eux discutent à voix basse, certains avec animation, mais aucun d'entre eux ne semble ouvertement hostile. A leur sortie des ordres sont rapidement donnés et les forces autour du palais commencent à se disperser.

Lâchant un soupir de soulagement je m'assois lourdement sur mon trône de commandement.

Je me sens épuisé, la confrontation avec les jaffas a été nerveusement éreintante. Et maintenant que la décharge d'adrénaline du combat est en train de disparaître je me rends compte à quel point je suis passé près du désastre. Encore une chance que je me sois préparé à me battre et que je savais à peu près d'avance comment allait se dérouler le combat, ayant confiance dans les capacités de mon armure et ma connaissance des réactions jaffas, mais j'avoue que Chenboub et surtout Narten m'ont surpris. J'ai eu de la chance avec Chenboub d'agir par réflexe et surtout de ne pas laisser la peur me paralyser quand Narten m'a chargé avec sa hache.

Ce gars est une montagne et il est vraiment impressionnant quand il charge !

Mais ça en valait le coup ! Je suis sur que me voir battre leur plus féroce combattant sans difficulté visible à fait beaucoup pour convaincre mes jaffas qu'il valait mieux être avec moi plutôt que contre moi. Et quand les effets de mon lavage de cerveau commenceront à faire effet leur loyauté et obéissance deviendront totales sans qu'il soit besoin de recourir à l'intimidation ou à des démonstrations de force.

Activant mon communicateur interne je contacte mon clone qui se trouve à bord du Mjolnir : « C'est fait ! Castana est à nous ! »

_ Ça a été boss ?

_ Il y a eu un peu de résistance et j'ai du faire une démonstration de force en bottant quelques fesses mais dans l'ensemble ça s'est plutôt bien passé.

_ Ok, je peux donc amener le Mjolnir en orbite et continuer comme prévu ?

_ Oui j'ai donné des ordres pour ça mais attends une petite heure afin d'être sur qu'ils aient le temps de suivre mes consignes. Avertis nos frères de notre succès et ensuite fais comme prévu, les entrepôts au sud devraient avoir été évacués et ils contiennent bien plus de matières premières nécessaires pour construire nos SECD grâce aux convertisseurs de matière du Mjolnir sans occasionner le moindre stress des générateurs ou entamer les réserves d'énergie. Au fait il va falloir renommer ça.

_ Ouaip ! On pourrait utiliser le terme réplicateur mais ça ferait genre blague de mauvais goût.

_ Sans compter que ça fait plus que simplement répliquer, c'est encore un cran au dessus du réplicateur de Star Trek. Ajoutai-je.

_ En effet. Me répond mon clone en imitant parfaitement Teal'c. « Sinon Boss tu devrais te relaxer un peu, il n'y a quasiment plus rien que tu puisses faire aujourd'hui, et certainement rien d'important, il faut attendre de voir comment les choses vont tourner et quelles vont être les réactions. C'est demain qu'il faudra se mettre au boulot. »

_ Oui la journée a été assez dure et celle de demain promet d'être longue, je crois bien que j'ai mérité un moment de détente, en plus on approche de la fin d'après midi. Je reprendrai contact demain, d'ici là vous savez quoi faire.

_ Ok boss ! On fait comme ça.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Je passais le reste de la journée à compulser tranquillement certaines informations que je n'avais fait que survoler plus tôt sur l'ordinateur dans la chambre d'Ahriman tout en écoutant de la musique, mes morceaux préférés étant enregistrés dans mon armure.

J'avais chargé les serviteurs de m'amener plus tard un bon repas cuisiné, ce qui me changerait de ce que j'avais eu ces derniers temps et j'avais commandé plusieurs des plats proposés ce qui me permettrait de goûter la cuisine locale. Au delà de ça je laissai les serviteurs continuer leur routine.

A une exception près.

Si Ahriman a parfaitement conditionné les servants du palais, les utilisant comme cobaye pour s'assurer de la perfection de ses techniques de lavage de cerveaux il y a une catégorie de « servants » qu'il n'a pas touché et à laquelle je dus faire face : ses concubines.

Bien sur d'après ses enregistrements et le nombre de membres féminins chez les serviteurs, toutes assez jolies, je sais qu'il ne dédaignait pas à l'occasion d'utiliser les servantes pour satisfaire ses besoins sexuels. Mais il préférait ses compagnes de lit plus … indépendantes … que de simples marionnettes programmées pour obéir.

Cela me posa un petit dilemme moral : d'un côté, et en comptant les mois passés chez les Asgard et en préparation de ma prise de pouvoir, depuis ma rencontre avec Ahriman, cela faisait plus d'un an que je n'avais pas eu de femmes et la perspective de non pas en avoir une mais plusieurs ayant pour seul but de servir mon plaisir se révéla très … attirante, voire même plus car c'est avec beaucoup de difficulté que je dus me contrôler et ne pas suivre ma première réaction qui était de les convoquer dans ma chambre pour une orgie. D'un autre côté je me rendis compte que non seulement ce ne serait pas très moral mais que profiter d'elles sans leur consentement ne serait pas « bien ».
Ce qui est assez paradoxal vu que mes ambitions vont causer beaucoup de souffrances mais la différence est que là ce serait uniquement pour mon bénéfice personnel alors que mon ambition sert aussi l'Imperium et que au final mes plans devraient donner naissance à un monde que je qualifierais non pas de parfait mais de meilleur, ou du moins je l'espère.
De plus je repensais aux adages : « le pouvoir corrompt, et à pouvoir absolu, corruption absolue » et « si tu veux tester un homme : donnes lui du pouvoir ». Il me suffit de regarder l'exemple des Goa'uld ou des dynasties et des dictateurs de l'histoire humaine pour voir que cela est assez vrai. Je ne me fais pas d'illusion : avec le temps il y a de fortes chances que je devienne certainement plus … dur … impitoyable …égoïste et égocentrique, entre autre chose. De même le pouvoir isole et à mesure que ma puissance grandira je risque de m'éloigner de mon humanité et de sentiments comme la compassion et l'empathie ne voyant plus mes sujets comme des personnes mais comme des outils. Mais si je me doute que c'est un processus qu'on ne peut pas totalement stopper il n'y a pas de raison de ne pas tout faire pour le ralentir le plus possible … ou du moins pour éviter de l'accélérer. Ce qui aurait certainement été le cas si j'avais suivi ma première envie. Au moins le moment venu j'espère que l'adage de Biscornu dans Overlord 2 : « le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu est … très amusant » se révélera être vrai.

En attendant, partagé entre mon désir et ma raison, je choisis un compromis.

Peu avant mon souper je convoquais les anciennes concubines d'Ahriman … dans ma salle du trône. Là je confirmais le décès de leur dieu, dont la rumeur les avait atteintes, et je les informais du choix que je leur offrais.

_ Vous avez bien servi Ahriman, je sais qu'il appréciait vos … talents. Aussi en … remerciement je vous offre un choix. Vous pouvez quitter le palais et retourner à vos vies, vos services envers votre dieu étant fini. Vous ne repartirez pas sans rien, en reconnaissance du don de vos corps pour le plaisir de votre ancien dieu je m'assurerai que vous soyez récompensé et que le reste de votre existence soit agréable. Expliquai-je aux concubines d'Ahriman en face de moi qui n'étaient que cinq : deux femmes jaffas aux cheveux noirs et aux corps musclés et trois humaines : une blonde à forte poitrine, une rousse avec des tâches de rousseur et la dernière aux cheveux châtain avec un corps menu.

Castana n'étant qu'un monde-refuge et Ahriman n'y passant qu'occasionnellement et souvent pour peu de temps il n'y conservait qu'un « petit » harem qui en son absence se contentait de diriger les affaires domestiques du palais.

Je détaillai un peu plus ce deal aux cinq femmes en pointant l'attribution d'une maison personnelle dans le quartier de la ville de leur choix, ou même hors de la ville, un luxe réservé aux notables et soldats de haut rang. L'assurance que quiconque s'en prendrait à elles serait puni sévèrement, qu'elles bénéficieraient d'une occupation digne de leur ancien rang et de quoi subvenir largement à leurs besoins avec une exemption de tout impôt.

_ … ou alors, si vous le désirez vous pouvez rester … mais quoi que votre fonction reste sensiblement la même votre place ne sera pas aussi élevée. Ajoutai-je en voyant la mine presque effondrée de certaines à l'idée de quitter le palais et retourner à une vie normale, même avec tous les avantages et récompenses promis.

_ J'ai l'intention de sélectionner moi-même mes concubines, du moins quand j'en aurai le temps car je vais avoir beaucoup affaire dans les mois à venir, aussi si vous désirez continuer à servir au palais je vous trouverai des tâches à la mesure de vos capacités à remplir. Vous ne serez pas de « simples » servantes, et aucun des travaux manuels ou humiliants ne vous sera imposé. Mais un de vos devoirs sera de me servir au lit quand je le demanderai.

Pour moi cette proposition était tout bénéfice : si elles souhaitaient partir c'était un problème et une tentation en moins, et il y avait de quoi les inciter à ça entre les récompenses promises et un nouveau « rang » à la fois bien moins prestigieux et imposant des « conditions de travail » plus sévères et moins d'avantages.
D'un autre côté si elles désiraient tout de même rester au palais je pourrai bénéficier de leurs « talents » dans la chambre à coucher sans remord ou regret car elles l'auraient choisi en toute connaissance de cause et je pouvais désormais leur trouver une occupation utile en dehors de la chambre et les renvoyer à tout moment et cela sans être lié par leur rang de concubine qui dans les cultures Goa'uld et jaffa leur accordaient un certain statut.

Je leur laissais quelques heures de réflexion et en profitais pour dévorer mon souper et continuer à consulter les plus récents rapports du système de surveillance d'Ahriman.

Quand les cinq concubines me rejoignirent dans ma nouvelle chambre pour me donner leur décision je fus tout de même étonné qu'elles choisissent toutes de demeurer au palais comme mes servantes, malgré leur rôle de quasi-esclave sexuelle. Même si une des Jaffas : Sereice'ti, n'était visiblement pas très heureuse malgré les efforts qu'elle faisait pour le dissimuler. C'était une assez bonne comédienne mais elle avait un caractère emporté et n'arrivait pas à cacher ses réactions immédiates qui se lisaient sur son visage avant qu'elle puisse les camoufler derrière un sourire ou une expression impassible.

Après tout ce que j'avais subi pour en arriver là : la possession par un Goa'uld, le temps passé à lutter contre les réplicateurs aux côtés des Asgards et toute la planification et les efforts pour prendre Castana, y compris l'affrontement que j'avais eu plus tôt avec les leaders jaffas. Je décidais que je méritais amplement de me « relaxer » et satisfaire quelques envies et fantasmes.

Aussi ce n'est pas une ni deux mais trois de mes nouvelles « sex-servantes » : deux humaines, la blonde et la rousse, et la jaffa Sereice'ti, que je gardais pour la nuit. Ma nouvelle forme physique, cadeau des Asgards quand ils avaient soigné mes blessures et amené mon corps au top de sa forme me permit de tenir le choc pendant plusieurs heures même si ma « période d'abstinence » forcée et l'excitation de ma première « partie à quatre » me fit venir trop rapidement à mon goût pendant mes premières étreintes. Mais après la première heure j'arrivais à me contrôler de nouveau et à faire durer les choses.
Je m'autorisais la réalisation de quelques fantasmes comme d'encourager deux de mes compagnes de lit à s'amuser entre elles alors que je regardais et laissais la troisième s'occuper de moi. Cela les surprit car si il arrivait à Ahriman de coucher avec plusieurs d'entre elles simultanément, elles devaient uniquement se consacrer à son plaisir et faire de lui le centre exclusif de leurs attentions.

Les deux humaines réagirent à cela avec curiosité et non pas répulsion, la jaffa ne semblait pas aussi contente même si elle le cachait mais cela semblait plus une question de fierté et plus en rapport avec le fait de coucher avec des humaines car le spectacle en lui-même n'avait pas eu l'air de lui déplaire vu ses réactions physiques quand elle s'occupait de moi avant que je ne la fasse changer de position avec ma sex-servante rousse.
En fait les sociétés fondées par les Goa'uld étant bien plus tolérantes vis-à-vis des relations homosexuelles, cela était notamment du au fait que les Goa'uld étant asexués à l'exception des reines adoptaient souvent l'identité sexuelle de leur hôte et quand ils changeaient d'hôte et passaient d'un genre à l'autre ils changeaient leur orientation mais gardaient un intérêt pour le genre de leurs anciens partenaires. De plus ces sociétés n'avaient dans l'ensemble pas été touchées par des religions qui réprouvaient et considéraient comme un pêché, voire même punissaient l'homosexualité.

Une autre chose qui les surprit était que je fasse mon possible pour qu'elles jouissent. Ahriman avait essentiellement était intéressé par son propre plaisir même si ses concubines devaient montrer qu'elles appréciaient leurs étreintes avec lui quitte à simuler sous peine d'encourir sa défaveur. Mais dans mon cas je trouvais qu'il n'était que justice qu'elles puissent également prendre du plaisir quand elles s'offraient à moi, et j'avais toujours trouvé très érotique le spectacle d'une femme en plein orgasme, surtout si j'en étais responsable. Et je découvris que cela allait plus loin : j'éprouvais un plaisir et une sensation de pouvoir bien supérieur à ce que j'avais connu avant à voir mes « servantes personnelles » se tordre de plaisir sous moi et s'abandonner toutes entières à mes caresses et à mon ardeur sexuelle. Les voir se soumettre totalement à ma volonté éveillant en moi un puissant sentiment de puissance.

Etant habitué à simuler je ne fus pas tout à fait sûr d'être parvenu à mes fins mais mes compagnes de lit semblèrent au minimum apprécier mes efforts, du moins les humaines car Sereice'ti, elle, sembla un instant furieuse quand je réussis à la pousser à crier de plaisir, avant de cacher sa réaction. De même elle sembla outrée quand la prenant à quatre pattes et approchant du grand final je lui administrais quelques claques sur les fesses, ce qui brisa les efforts qu'elle faisait pour s'empêcher d'apprécier mes attentions, et que le mélange de plaisir et de souffrance lui fit pousser des râles de jouissance (3).

L'un dans l'autre, je passai une excellente nuit ainsi que plusieurs heures intéressantes en début de matinée et j'eu bien du mal à m'arracher des bras de mes nouvelles servantes personnelles. Je dus faire un véritable effort de volonté et seul le fait que j'avais plusieurs tâches essentielles à superviser et que je n'avais pas le choix quant au fait que mon agenda devait être respecté pour les jours à venir afin de finaliser ma conquête de Castana, me força à quitter mon lit.

Durant mon déjeuner je repensais aux délices de la nuit précédente ainsi qu'à ceux de la matinée et au paradoxe entre l'attitude de la jaffa qui avait passé la nuit avec moi et le choix qu'elle avait fait de poursuivre sa vie au palais alors que cela ne lui plaisait visiblement pas malgré ses efforts pour faire croire le contraire.

Le cas de Sereice'ti était intéressant, il était malheureux que les souvenirs d'Ahriman la concernant étaient assez flous, faisant partie de ceux dont il manquait des bribes. Mais à partir des fragments que j'arrivais à assembler j'appris qu'elle était devenue une des concubines d'Ahriman par jeu politique et non parce qu'elle avait plu à son Dieu. Elle appartenait à une noble famille de jaffa qui avait un statut assez élevé dans le royaume d'Ahriman, son père était un guerrier respecté et un des commandants des armées d'Ahriman.
Lors d'un affrontement il n'avait pas respecté les ordres de son Dieu même si il avait gagné au final. Bien sûr il ignorait qu'il n'était pas sensé gagné cette bataille et que cette défaite programmée faisait partie d'une stratégie complexe d'Ahriman pour introduire un de ses espions chez un rival. Cette « victoire » fit échouer le plan d'Ahriman et le laissa en possession d'un monde qu'il ne désirait pas et le forçait à utiliser des ressources qu'il aurait préféré utiliser ailleurs. Mais il ne pouvait montré son déplaisir, il ne pouvait se permettre de punir un jaffa qui avait gagné une bataille, c'était une question de prestige et de ne pas perdre la face. Aussi récompensa-t-il son commandant en lui faisant « l'honneur » de prendre concubine sa fille, son unique enfant, qu'il adorait avant de l'envoyer vivre sur Castana, loin de sa famille, afin de priver son père de sa présence, le forçant même à remercier Ahriman pour ce « privilège ».

Le statut de concubine « divine » était assez ambigu.

D'un côté il offrait un statut assez élevé à celle qui était choisie et apportait un certain prestige à sa famille. Celles qui étaient élues pour cette tâche recevaient une certaine protection : nul n'oserait s'en prendre à elles, les blesser, les injurier ou leurs témoigner du mépris, à l'exception des autres concubines. De plus elles vivaient généralement dans le luxe, sans souci à part plaire à leur Dieu, elles avaient également une certaine position d'autorité, ne serait-ce qu'au niveau domestique. Quand elles avaient perdu leur attrait elles pouvaient tout de même espérer vivre confortablement le reste de leur jours dans une des demeures secondaires de leur Dieu.
D'un autre côté ce statut de concubine laissait une marque indélébile, nul homme n'oserait approcher celles qui en étaient victimes car les dieux, et surtout les Goa'uld, sont par nature jaloux et aucun homme sain d'esprit ne voudrait encourir leurs foudres. Les jaffas étant trop « respectueux » et les humains craignant la « colère divine », les ex-concubines étaient condamnées à vivre seul, même quand elles étaient « libérées » de leur devoir après avoir cessé de plaire à leur Dieu.

En interrogeant, au matin mes nouvelles servantes personnelles je découvris que c'était cela qui les avaient en bonne partie décidé à garder leur position, même si elle n'était plus officielle. Pour les femmes jaffas c'était le mieux qu'elles puissent maintenant obtenir car elles seraient toujours perçues comme les anciennes concubines d'Ahriman, les seuls jaffas osant les approcher étant ceux qui le feraient par orgueil et arrogance et qui étaient surtout intéressés par la possibilité de coucher avec une femme qui avait été touchée par leur Dieu pour le « prestige » que cela pouvait leur apporter.
Pour les humaines après avoir connu la pauvreté et un quasi-esclavage, la vie en temps que concubine était presque un paradis, surtout avec le fait qu'Ahriman étant assez peu présent, leurs « services » étaient assez peu requis. Libres elles feraient partie de la minorité d'humains qui vivait une existence libre bien que modeste, le summum qu'un humain pouvait espérer atteindre sur Castana où ils étaient en majorité des quasi-esclaves soumis à l'autorité des jaffa. De plus une fois « dehors » elles seraient ostracisées par leur peuple, les concubines d'Ahriman issues des rangs humains étant traitées comme les putains d'un Dieu que l'on craignait sans l'aimer comme si il s'agissait d'un tyran, elles étaient aux yeux des leurs souillées à jamais et nul n'oserait les approcher.

Tout cela me donna à réfléchir, surtout sur le statut des humains et les problèmes que je risquais d'avoir notamment avec ce système si proche de l'esclavage. Mais tout cela était pour plus tard, pour le moment trois jours chargés m'attendaient au terme desquels je scellerai mon contrôle sur Castana.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Les deux jours avant que je ne m'adresse au peuple de Castana et ne me proclame comme leur Empereur avec la création de l'Imperium furent assez … mouvementés.

Je repris contact avec mes clones robotiques et supervisai avec eux l'installation des SECD à travers toutes les communautés, jaffas comme humaines, de la planète et surtout dans la capitale qui était la ville principale de la planète où vivaient un peu plus de 45 mille jaffas, soit près de la moitié de leur population.

Je découvris à cette occasion, grâce aux détecteurs du Mjolnir qui étaient bien plus précis et performants que ceux des vaisseaux Goa'uld, l'existence de plusieurs villages humains non répertoriés ainsi que l'existence d'une assez large population humaine dans les montagnes et les forêts les plus proches. Non que ce soit une vraie surprise car les jaffas ne prêtaient pas beaucoup d'attention envers les humains du moment qu'ils obéissaient aux lois et traditions qu'on leur imposait, et notamment le fait de maintenir un niveau technologique et culturel assez bas, et qu'ils paient les tribus requis : le plus souvent sous la forme d'une part de leur récolte, une grosse part, ou de « volontaires » promis à un quasi-esclavage ou au travail dans les mines.

Je reçus également au cours de la première journée les rapports de Khozian et des autres jaffas hauts placés. Pour l'instant tout semblait bien se passer même si l'annonce de la mort d'Ahriman avait causé un choc. Mais le fait qu'un nouveau « Seigneur » avait déjà pris sa place, et qu'il, c'est-à-dire moi, avait acquis le soutien et l'obéissance des jaffas du plus haut rang et que « pour l'instant » les choses allaient rester les mêmes semblait rassurer la population.

Entre deux moments de libre où je préparais mon discours du surlendemain je recevais les « chefs » jaffas pour écouter leurs rapports et leur donner de nouvelles directives, prenant également un peu de temps pour qu'ils m'informent de la situation dans leurs secteurs respectifs. Je les encourageais à préparer un compte-rendu sur les activités des services qu'ils géraient ainsi qu'une liste de leurs besoins et « toutes suggestions » ou « conseils » en vu d'amélioration.
Mes interlocuteurs semblaient un peu mal à l'aise quant à me donner des conseils mais je mettais tout de suite en avant le fait que si j'étais intéressé par leurs points de vue en tant que « professionnel » pour leurs secteurs c'est moi et moi seul qui déciderai de suivre ou non leurs suggestions et une fois ma décision prise ce serait ma décision et ils devraient s'y soumettre sans plus discuter.

Durant ces entretiens je notais que Bazyre, Hrysos et Cohelo semblaient particulièrement … respectueux. L'arrivée du Mjolnir, que tous les trois avaient les moyens d'observer ayant accès à des détecteurs Goa'uld et des senseurs optiques pour voir mon vaisseau maintenant en orbite, les avait sans aucun doute impressionné.

Avec Nevaïo et Kohzian je préparais également le déroulement de la « cérémonie » du surlendemain, déterminant les lieux de rassemblement les plus pratiques pour que tous mes sujets puissent être aussi proches que possible d'une de mes SECD, ainsi que l'encadrement que devaient fournir mes guerriers Jaffas.
Ayant décidé de marquer moi-même les jaffas de haut rang ainsi qu'un petit nombre de guerriers et de recevoir personnellement leur serment d'allégeance j'avais ajouté à mon armure la même fonction que celle des drones des SCED, c'est-à-dire la capacité de remplacer un tatouage jaffa par la marque que j'avais choisie et qui serait l'un de mes symboles principaux : l'œil couronné, un œil stylisé surmonté de trois « piques » tels que ceux des couronnes en forme de diadèmes, une à chaque extrémité de l'œil et la dernière, plus grande, au milieu au dessus de la pupille. Le second symbole majeur serait celui désignant l'Imperium : un phénix stylisé ressemblant un peu à l'aguila de l'Imperium de Warhammer 40 000, mais avec une seule tête et un halo de flamme.

Je chargeais également le chef administrateur d'organiser dans les jours suivant la création de l'Imperium un grand recensement aussi complet que possible, d'abord chez les jaffas puis au sein de la population humaine. C'est l'une des rares directives que je donnais d'avance concernant le futur sachant que cela prendrait un peu de temps pour être mis en place et effectué à ma satisfaction et me donner les chiffres concernant la population : par genre, classe d'âge, métier ou occupation … qui me permettraient d'affiner mes futurs projets.

Tout au long de cette journée je dus également me contrôler et repousser sans cesse la tentation de rejoindre mes sex-servantes et le plaisir que leur compagnie promettait. Cela en était à un tel point que je pris la ferme décision de passer la nuit seul : pas question de laisser mes désirs charnels m'obnubiler alors que mes préparations en étaient à un point aussi critique, j'aurai le temps pour ça après avoir finalisé mon emprise sur ce monde.

…. …. …. ….

A ce moment là je mettais mon désir presque incontrôlable sur le compte de ma longue période d'abstinence, persuadé qu'une fois que je me serais « rassasié » je reprendrais le contrôle de mes envies sans problème.

C'était en partie vrai.

Malheureusement je ne vis pas à ce moment là qu'il s'agissait là du symptôme d'un défaut chez moi, défaut que la mémoire génétique Goa'uld avait exacerbé sans que je m'en rende compte. Un défaut qui allait me causer dans le futur autant de plaisir que de difficultés et avec lequel j'allais plus tard devoir souvent batailler …

…. …. …. ….

Pour la fin de journée et le début de la soirée, alors qu'au dehors le peuple recevait le « dernier message d'Ahriman » via les projections holographiques de grande taille des SECD avant de pouvoir profiter d'un repas funéraire « à la mémoire de leur ancien Dieu » pour se rappeler sa « générosité et sa grandeur », je passais mon temps à préparer le futur.
J'organisai une réunion stratégique avec mes clones robotique pour vérifier que tout était en place et que rien n'avait été oublié, puis il fallut commencer à consulter les plus récents rapports de la police secrète d'Ahriman, qui avait reçu l'ordre de continuer ses activités d'espionnage au sein des jaffas, et les enregistrements du réseau espion qu'Ahriman avait installé chez un bon nombre de Jaffa.

Une tâche qui allait également consumer une bonne partie du lendemain, d'autant plus quand les enregistrements des SECD concernant les activités et réactions « publiques » allaient s'y rajouter.

Mais cela n'allait pas être en vain en fait le système d'espionnage d'Ahriman se révéla crucial pour moi le lendemain matin quand il m'avertit du contenu d'une petite réunion privée qui avait eu lieu durant la nuit …

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

_ Goah Sha Kree ! Déclarent les conjurés, leur cri de ralliement qui signifie : « je ne crois en aucun dieu ».

_ Mes frères une chance s'offre à nous de gagner notre liberté avec la mort du faux dieu Ahriman. Beaucoup qui lui étaient fidèles sont maintenant en proie au doute et si nous leur apportons la preuve que les Goa'uld ne sont que des imposteurs ils nous suivront. Affirme leur leader.

_ Mais que ferons nous si ils apprennent que nous nous sommes rebellés contre un des leurs ? Ils enverront leurs flottes et leurs armées nous détruire. S'inquiète l'un des conjurés.

_ Non, ça n'arrivera pas car ce monde est secret, les autres Goa'uld n'en connaissent pas l'existence ou la localisation. Ce monde peut devenir un sanctuaire pour ceux qui veulent échapper à la domination Goa'uld et quand nous seront prêt il sera le cœur de la révolte qui anéantira nos oppresseurs ! Clame le leader avec fougue, récoltant des cris d'approbation.

_ Mais comment arriverons nous à cela ? Beaucoup ont déjà prêté allégeance au nouveau « dieu », cet « Overlord » qui veut nous diriger. Et ses déclarations à propos de fonder un empire et de conquérir la galaxie en attirent beaucoup parmi la vieille garde. Souligne un des Jaffas présents.

_ Ils font cela car ils ne savent pas qu'il existe un autre choix : celui de la liberté. Ceux de l'ancienne génération ont connu les chaines toute leur vie et ne connaissent rien d'autre contrairement à nous, les membres de la jeune génération, qui avons encore des rêves et qui ne sommes pas encore brisés par le fardeau de la servitude. Mais pour animer la flamme de la révolte il nous faut une étincelle, une preuve que les Goa'uld ne sont que des faux dieux, pour conquérir notre liberté il faut abattre le tyran qui veut devenir notre nouveau maitre, il faut que nous tuions l'Overlord.

Assis sur mon trône je ne peux m'empêcher de sourire derrière mon masque en écoutant l'enregistrement de cette conversation. Ces Jaffas qui croient pouvoir mettre fin à mon règne qui vient de débuter vont en fait, et sans même le savoir, m'apporter le dernier élément dont j'ai besoin pour affermir mon pouvoir sur ce monde.
Quand j'écraserai publiquement leur mouvement de résistance je prouverai que ma volonté est absolue et que l'on ne peut pas me résister, réduisant ainsi à néant les dernières poches d'opposition.

En fait je décidai même de donner un « coup de main » à cette conspiration en incluant le leader de ces rebelles : Gahr'val, l'un des capitaines de Mek'tet, et ses plus fidèles partisans aux guerriers qui auront « l'honneur » de voir leur marque être changée directement de ma main. Cela leur donnera une parfaite opportunité à laquelle ils ne pourront pas résister, et pour moi ce sera l'occasion de savoir à l'avance quand ils vont frapper.

Leur mouvement n'est pas très grand : une trentaine de jaffa sont présents et il doivent être une cinquantaine en tout, mais d'après leur discussions ils ont gagné de nombreux sympathisants depuis l'attaque de Ra et la disparition d'Ahriman. Pire encore ils sont en contact avec des rebelles humains qu'ils ont enrôlés dans leur petite conspiration et à qui ils ont commencé depuis quelques mois à fournir des armes.

Heureusement ils n'ont pas l'intention de faire appel à ces « alliés » auxquels ils ont promis plus de liberté sauf si après ma mort les autres jaffas refusent de les suivre et qu'une guerre civile éclate.

Gahr'val semble être un leader très compétent, ce n'est pas le capitaine de Mek'tet qui a servi de porte-parole contre moi et qui s'est montré presque insolent, mais il ne fait aucun doute qu'il était le cerveau derrière cette manœuvre contre moi. Il a réuni autour de lui un groupe loyal qui partage ses convictions et son désir de liberté.

En regardant d'autres enregistrements de Gahr'val je me rends compte qu'il me fait un peu penser à Teal'c, dans une version locale. C'est un bon guerrier, intelligent, honorable, idéaliste mais aussi compétent. Il pourrait être un parfait servant si j'arrive à le convaincre que je ne suis pas comme les autres Goa'uld et que au sein de l'Imperium les jaffas auront bien plus de libertés.
L'épargner après l'avoir vaincu publiquement comme preuve de ma miséricorde devrait être un bon commencement.

Je découvris également qu'il avait des « agents », deux en fait : un dans le palais pour m'espionner et un au sein des techno-jaffas.

Je fus à peine surpris quand je découvris l'identité de son espion au palais : Sereice'ti. Pas étonnant qu'elle ait insisté pour conserver sa place au palais malgré son évidente aversion pour son rôle de concubine. Et elle est plus que son espionne comme Gahr'val le prouve en l'embrassant dès que leur petite réunion est terminée et qu'ils se retrouvent seuls.

D'après ce que j'arrive à comprendre ils se sont rencontrés quand Mek'tet a séjourné au palais juste avant la disparition d'Ahriman. Sereice'ti s'est laissée séduire par ce jeune jaffa qui n'avait pas peur de l'approcher et ses idées de liberté. Brisant l'interdit ils sont devenus amant au risque de la colère d'Ahriman si il devait l'apprendre.

Je repasseait une partie de leur discussion particulièrement édifiante.

_ Je suis heureux de te voir, j'étais inquiet quand j'ai appris que tu avais du passer la nuit au palais. Avoue Gahr'val.

_ Je n'ai pas eu le choix, notre nouveau « maître » a requis mes services. Heureusement ce n'est pas le cas cette nuit. Explique Sereice'ti.

Sur mon trône je fronce les sourcils : elle a eu le choix, je ne l'ai pas forcé à rester. C'est elle qui a choisi de se prostituer pour pouvoir m'espionner.

_ Est-ce que ça va mon amour ? Demande Gahr'val. « T'a-t-il fait du mal ? »

_ Je vais bien, ce porc ne m'a rien fait de pire que ce que j'ai déjà subi aux mains du faux dieu Ahriman. Déclare Sereice'ti, ce qui est faux vu que j'ai quand même réussi à lui faire avoir quelques orgasmes. « Ne t'inquiètes pas mon amour je sais que mon sacrifice est nécessaire, nous avons besoin des informations que je peux récolter si nous voulons nous débarrasser de ce nouveau tyran. »

_ J'enrage que tu sois obligée de le laisser te toucher. Admet Gahr'val avec un grognement de colère. « Mais je te promets que cela ne durera pas longtemps et qu'il paiera pour ça. Tout ce dont j'ai besoin c'est d'une occasion et je pourrai tous nous libérer. »

_ Cela pourrait venir plus vite que tu ne l'espères. Répond Sereice'ti. Le faux dieu va apposer sa marque sur notre peuple après-demain et il va le faire de sa propre main sur les plus haut placés et un petit nombre de guerrier. »

_ Si j'arrive à faire en sorte que plusieurs des notres en fassent partie … ce serait parfait ! Murmure Gahr'val. « Le tuer quand il tente de nous marquer sera un puissant symbole et la preuve que la prétendue divinité des Goa'uld n'est que mensonge : cela embrasera le cœur de notre peuple ! »

_ Mais pourras tu réussir à le tuer ? Demande Sereice'ti soudain inquiète. « J'ai entendu dire qu'il dispose de pouvoirs supérieurs à ceux d'Ahriman et qu'il a défait plusieurs d'entre vous sans difficulté. »

_ C'est vrai qu'il est dangereux. Admet Gahr'val. « Et son étrange armure semble être puissante, mais il s'attendait clairement à l'affrontement et il aurait été battu si il n'avait pas levé son champ de force à temps. Mais cette fois nous aurons l'effet de surprise ! Et de plus Rolok a fabriqué de nouvelles armes, plus puissantes et dangereuses. »

_ Tu es sûr qu'elles vont fonctionner contre cet « Overlord » ? Demande Sereice'ti incertaine.

_ Même si il est plus intéressé par le fait de prouver qu'il peut fabriquer des objets et des armes dont les pouvoirs surpassent la « magie » des faux dieux plutôt que par le fait de gagner notre liberté, j'ai confiance en Rolok. Il a d'ailleurs déjà prouvé qu'il pouvait créer ce genre de choses. Avec ces nouvelles armes je sais que je peux tuer le tyran. Conclut Gahr'val.

J'arrête là l'enregistrement. Ce Rolok semble être le techno-jaffa espion dont Gahr'val avait parlé avec ses hommes sans pour autant révéler son nom. La nouvelle qu'il a « fabriqué » de nouvelles armes n'est pas un bon présage même si cela pique mon intérêt. Il va falloir que je me tienne sur mes gardes et que je fasse attention lors de ma confrontation avec les rebelles.

Le reste de la journée se passa « normalement » et reproduisit le modèle de la veille, je laissai mes clones s'occuper de continuer à compiler les informations sur le petit groupe de rebelles. Si tout se passe comme prévu ce mouvement se retrouvera décapité dès demain et il sera aisé ensuite de balayer le reste sans remous. Après un petit temps d'emprisonnement et un lavage de cerveau un peu plus poussé j'espère les voir tous redevenir des membres loyaux, obéissants et productifs de la communauté.

Au soir stressé et fébrile à la perspective du lendemain je décidai qu'un peu de « détente » était nécessaire, d'autant plus qu'il n'y avait plus rien d'autre à faire pour me préparer au lendemain, du moins rien que j'ai le temps de mettre en place.

Je décidai de « tester » la jaffa et l'humaine que j'avais délaissé lors de ma première nuit avec mes sex-servantes et après une courte hésitation je décidai d'inclure également Sereice'ti pour la soirée. J'éprouvai un plaisir assez pervers et une sensation de pouvoir à forcer cette petite traîtresse, non seulement à servir mon plaisir mais aussi à prendre du plaisir contre sa volonté sous mes caresses et mes assauts spécialement après avoir découvert qu'une part d'elle était toujours vierge. Je la laissai finalement pantelante et couverte de transpiration après m'être emparé de sa virginité anale. Mais après tout c'est elle qui a choisi de partager mon lit pour pouvoir m'espionner et aider à mon assassinat alors ce n'est qu'un juste retour des choses surtout qu'encore une fois je lui ai laissé le choix et qu'elle a accepté, même si c'était sans doute pour garder mes faveurs et continuer à m'espionner et non parce qu'elle le souhaitait.

Au final je succombai à un sommeil réparateur avant d'affronter mon plus grand challenge depuis ma rencontre avec le Haut conseil Asgard.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Je me tiens aux portes du palais, sur le large palier en haut des escaliers, face à des milliers de jaffas des deux sexes et de tout age à l'exception des enfants de moins de 14 ans. Tous alignés en rangs ordonnés sur la grande place en face de moi à l'exception d'une petite zone au centre de la place qui reste vide.

A mes côtés se tiennent les chef Jaffas et leurs subordonnés immédiats ainsi que les ex-concubines d'Ahriman qui ont le « droit » d'être présentes pour ce genre d'évènement et de chaque côté des escaliers se trouvent deux rangs composés des jaffas qui auront l'honneur de voir leur marque être modifiée de ma main et parmi lesquels se tiennent Gahr'val et six autres rebelles.

J'ai effectué une entrée majestueuse, arrivant en volant je me suis posé lentement, ma cape déployée, et mon armure produisant un spectacle son et lumière des plus impressionnant. Le tout « filmé » et rediffusé à travers toute la planète par mes SECD qui ont également commencé à diffuser mon gaz de contrôle mental et les ordres et directives subluminiques pour reprogrammer les esprits de mes sujets.

Je m'avance jusqu'au bord des marches, ma cape bougeant autour de moi comme si elle était vivante avant de finalement se stabiliser dans une position qui renforce mon image d'Etre Supérieur, et je commence alors mon discours.

« Peuple de Castana ! Je suis l'Overlord ! Votre nouveau Seigneur et Maître de part la dernière volonté d'Ahriman et de part mon propre pouvoir. Mais plus que cela en ce jour et pour toujours je suis votre Empereur ! Car aujourd'hui Castana cesse d'être un monde isolé pour devenir le premier monde d'un nouvel empire, un empire qui grandira pour englober la galaxie et même au-delà, un empire qui perdurera à travers les siècles et les millénaires, un empire éternel : l'Imperium Aeternus ! Et de cet empire, cet Imperium, je serai l'éternel Empereur-Dieu ! Le Divin Souverain ! L'Overlord suprême !
Ce n'est pas là une creuse déclaration car je vais vous guider vers cet avenir glorieux et prospère que sera l'Imperium. Les autres puissances de la galaxie tomberont une à une, y compris le règne tyrannique des Goa'ulds et de leur empire et c'est sur leurs cendres que mon Imperium, votre Imperium grandira !
Mais l'Imperium a aussi besoin de vous, de votre force, de votre courage, de votre loyauté, de votre obéissance et de vos sacrifices pour grandir et se développer, aussi sûrement qu'il a besoin de moi pour le diriger et le guider. Mais ce n'est pas là une relation à sens unique : l'Imperium vous donnera autant que vous lui donnerez ! Il prendra soin de vous et vous protégera comme un père bienveillant. Il vous éduquera, vous aidera à trouver la place qui vous convient, améliorera la qualité de vos vies et garantira les libertés qui vous seront offertes en son sein.
Ma volonté et mon pouvoir guideront l'Imperium, nous guideront tous dans les temps troublés qui s'annoncent, car je vous le dis de grands changements se préparent, le règne du tyran : Ra, touchera bientôt à sa fin et dans l'ombre de sombres pouvoirs complotent et s'apprêtent à émerger pour répandre la guerre, la destruction et la mort partout dans la galaxie.
Le moment venu seul l'Imperium pourra abattre ces pouvoirs et restaurer la paix.

Aussi en ce jour nous allons faire un pacte ! Un accord où je m'engage à diriger l'Imperium et assumer le fardeau du pouvoir, à combattre ses ennemis et à le faire prospérer, et où vous mes sujets vous vous engagez à nous soutenir et nous servir, moi et l'Imperium, et à nous être loyaux et obéissants.

En ce jour une preuve de ce pacte résidera à jamais sur Castana ! Déclarai-je en actionnant une commande qui téléporte un obélisque massif en Uru d'une trentaine de mètres de haut en plein milieu de la place, juste à l'emplacement laissé libre.

Des hiéroglyphes Goa'uld commencent alors à apparaître « spontanément » sur l'obélisque comme gravés dans la « pierre » par un doigt divin. Ils résument mes déclarations précédentes et d'autres hiéroglyphes apparurent au fur et à mesure du reste de mon discours qui dura encore presque deux heures.

Finalement j'arrive à mon « grand final ».

Et nul n'empêchera tout cela, je vous en fait la promesse solennelle ! Qu'il s'agisse des Goa'ulds, des légendaires Tau'ri, des peuples extraterrestres ou … de ceux dissimulés ici même qui préparent mon assassinat ! Des traîtres et des rebelles qui croient naïvement gagner ainsi leur liberté sans se rendre compte qu'ils ne feront que s'engager sur la voie du chaos et de leur propre destruction. »

D'un geste j'ordonne à Kohzian et aux autres de s'éloigner tandis qu'à voix haute je déclare : « Allons Gar'val ! Approches donc avec tes suivants et prends ma vie ! Si tu crois que tes convictions et ta force sont supérieures à la vision de l'Imperium que j'incarne ! »

Gahr'val et les six autres conjurés sortent du rang, visiblement nerveux, et je suis content de voir un frémissement de colère contre eux parcourir les rangs des autres jaffas.

Je remarque tout de suite que la tête de leurs bâtons-longs est plus grosse que la normale et doit sans doute pouvoir faire feu avec une puissance accrue. Quant à Gahr'val il porte une armure légèrement modifiée, surtout au niveau de ses avants bras et de ses mains qui semblent être lourdement protégés, de plus il est armé, non pas avec la traditionnelle lance/bâton-long jaffa mais avec deux … bâtons-courts ? dans les 60 centimètres mais bien plus épais que la lance jaffa habituelle et je remarque aussi à sa ceinture ce qui ressemble à une grenade incapacitante de type goa'uld, certainement pour neutraliser les jaffas qui pourraient essayer de venir à mon aide.

_ Tu n'auras pas besoin de cela. Dis-je en désignant la grenade. Ceci est un duel ! Une épreuve de force entre moi et ceux qui veulent aujourd'hui détruire ce futur que je vous promets ! Et par la promesse et le pacte que j'ai fait en ce jour c'est à moi seul d'affronter ces ennemis qui se dressent contre l'Imperium. J'interdis formellement que quiconque intervienne dans ce combat. »

_ Faux dieu ! Ton arrogance sera ta perte ! Et cet « Imperium » que tu prétends bâtir n'est qu'une nouvelle chaîne pour priver les jaffas de leurs libertés ! Et c'est la liberté que je vais offrir aujourd'hui à mes frères ! Hurle-t-il avant de se lancer vers moi montant les escaliers en diagonale vers ma droite pour rejoindre le palier où je me tiens. Deux autres jaffas suivent son exemple en partant vers la gauche.

Les quatre autres ? Ils se mettent à crier : « Liberté ! » en une mauvaise imitation de Bravehart avant de me mettre en joue et de tirer.

Leurs tirs s'écrasent contre mon bouclier laissant des miroitements bleutés mêlés de doré dans l'air. Selon l'ordinateur de mon armure leurs tirs sont presque trois fois plus puissants qu'un tir normal, bien qu'au prix d'un cadence de feu plus réduite, et aucune armure jaffa « traditionnelle » ne pourrait espérer encaisser ce type de dommage, même un des boucliers d'énergie personnel Goa'uld aurait du mal à résister longtemps à des rafales de quatre tirs de ce genre.

Mais pour mon bouclier Asgard ce n'est pas un problème. Je déchaîne mes gantelets de pouvoir contre les rebelles : ceux qui me tirent dessus et les deux qui approchent vers ma gauche.

Trois des jaffas en face de moi sont touchés de plein fouet par plusieurs arcs électriques et s'écroulent comme des marionnettes aux fils tranchés, le quatrième a bondi sur sa gauche et n'a été touché que brièvement par deux arcs.
Il a tout de même l'air sonné et ne semble plus une menace, une petite voix dans ma tête me dit de ne pas laisser à un ennemi la possibilité de revenir dans le combat. Je suis d'accord mais dans l'immédiat j'ai d'autres chats à fouetter.

Pour les deux jaffas à gauche : l'un deux s'est sacrifié se plaçant volontairement devant son camarade il a pris toute la décharge et s'effondre l'armure légèrement fumante et certainement victime de plusieurs brûlures électriques. Reste son compagnon qui a le droit à une onde de choc de mon cristal de Kara'kesh qui l'envoie dans les airs avant qu'il ne retombe sur les escaliers et les dévale en roulant jusqu'en bas.

Vu la chute je doute qu'il puisse revenir dans le combat.

Mais cela a donné le temps à Gahr'val de m'atteindre et j'ai la suspicion que c'est exactement ce qu'il avait prévu avec les six autres, dommage que je n'ai pas pu obtenir un enregistrement de leur discussion concernant leur « plan de bataille » mais ils ont su être discret sur ce point.

J'abaisse mon champ de force, encore une fois pour en garder certaines caractéristiques aussi secrètes que possible, ce qui se révèle une erreur : quand je tends la main droite pour lui décocher une décharge de foudre ou une onde de choc il frappe mon bras violemment avec un de ses bâtons et mon attaque part dans le vide alors qu'il me frappe à la tête avec son autre arme.

Heureusement pour moi mon armure tient le choc sans problème et je ressens à peine le coup.

Après trois autres échanges de ce type je me rends compte que je n'arriverai pas à l'aligner pour lui tirer dessus avec mes gantelets de pouvoir, à chaque fois il anticipe et frappe mes bras pour éviter de se retrouver dans ma zone de tir, et je suis tellement pris par ce combat, mon cœur battant à cent à l'heure qu'il ne me vient pas à l'idée d'utiliser mon attaque de foudre en mode « shootgun » ou une large onde de choc, mon manque de combat réel se fait sentir, il est temps de passer à une autre stratégie pour provoquer la surprise.

Deux lames de 25 centimètres qui étaient logées dans mes gantelets de puissance qui couvrent mes avant bras presque jusqu'aux coudes jaillissent au niveau de mes poignets. Et j'engage Gahr'val au corps à corps. Il est surpris sur le moment et je mords deux fois dans son armure qui résiste assez bien ne causant malheureusement que des blessures très superficielles, mais le jaffa en face de moi se remet très vite et notre affrontement tourne rapidement au match nul.

Chacun de nous tourne autour de l'autre alors que nous échangeons des séries d'attaques et de parades, la majorité de mes frappes sont aisément stoppées ou évitées même si quelques une passent sans réussir à causer de dégâts significatifs. A l'opposé je n'arrive à éviter ou à parer que quelques unes de ses attaques mais aucune n'arrive à passer mon armure ou à me causer des dommages.
Je lui suis supérieur en force et en résistance grâce à mon armure mais il est plus agile et rapide, malgré la sienne, et il est évident que ses réflexes sont plus affûtés de plus il sait parfaitement tirer partie de mon inexpérience au combat.

Mais l'un dans l'autre et malgré ses avantages le combat au bout de quelques minutes tourne contre lui, il devient rapidement évident que grâce à mon armure j'ai l'avantage de l'endurance : il dépense beaucoup d'énergie en parant ou en esquivant mes coups qui sont d'une force surhumaine et chaque blessure reçue l'affaiblit un peu plus alors que moi je n'en ai reçu aucune et ma force me vient de mon armure.

Mais soudain le combat bascule.

Une décharge d'énergie me frappe dans le dos, provoquant un grondement de colère dans la foule et chez les jaffas autour de nous. Le jaffa partiellement touché par mes éclairs s'est remis debout et me tire dessus. Mon armure encaisse le tir sans problème car elle a été conçue pour résister à des attaques bien plus puissantes mais cela suffit à me distraire, et Gahr'val en profite pour une attaque kamikaze.

Il me frappe légèrement sur le côté gauche du visage avec la « tête » de son bâton-court … juste avant de faire feu.

Mon monde devient soudain un univers de douleur alors que je me retrouve projeté au sol.

Je porte désespérément les mains au côté gauche de mon visage qui semble être en feu, une partie de moi reste incrédule et répète encore et encore : « Ce n'est pas possible ! Il ne peut pas m'avoir blessé ! » mais c'est pourtant le cas.

Quelque soit les modifications faites à son arme cela a permis de tirer avec une puissance énorme, plusieurs dizaines de fois celle d'une lance jaffa normale. L'analyse de l'autre bâton-court m'apprendra plus tard que cela a demandé un temps de chargement et que l'arme a été modifiée pour emmagasiner et charger une monstrueuse quantité d'énergie, de quoi vider la cellule d'énergie de Naqua'da liquide d'une lance normale en quelques douzaines de tirs. Face à un tir de ce genre mon armure aurait du tenir même au prix de sérieux dommages.

Mais c'est une arme encore au stade expérimental et ce tire a provoqué un feed-back qui a fait exploser la cellule de Naqua'da en une explosion trop forte pour les capacités défensives de mon armure et qui était dirigée vers moi.

C'est ça qui m'a blessé.

Les mesures automatiques de mon armure sont aussitôt mises en route, un mélange d'analgésique et de diverses substances médicales m'est aussitôt administré me permettant de reprendre mes esprits alors qu'un diagnostique est lancé.

Résultats : intégrité de l'armure au niveau facial compromise par cristallisation due à un impact énergétique de type arme au plasma trop puissant, impact cinétique surpassant les capacités d'absorption de l'armure causant un traumatisme crânien, et exposition interne à du métal surchauffé à cause d'une brèche d'intégrité provoquant des brûlures au second degré sur quinze pourcent du visage et des dommages au niveau de la rétine de l'œil gauche.

Et le plus drôle c'est que je peux m'estimer chanceux car ça aurait pu être bien pire.

Il me faut plusieurs dizaines de secondes pour me remettre et pour me relever lentement, ma main gauche est toujours collée sur la partie endommagée de mon visage où mon armure s'effrite alors que l'appareil de guérison Goa'uld installé dans la paume de mon gantelet de pouvoir, juste en dessous du cristal de kara'kesh, est à l'œuvre.

Heureusement pour moi Gahr'val n'en n'est pas sorti indemne non plus, l'explosion l'a lui aussi mis à terre et il a perdu sa seconde arme qui a dévalé les escaliers mais en plus sa main droite, qui tenait son arme quand il a fait feu est carbonisée jusqu'au niveau de son avant bras. Je comprends maintenant pourquoi l'armure au niveau de ses mains et de ses bras était renforcée : il devait savoir ce qui risquait de se passer si il tentait de tirer à pleine puissance. Mais visiblement ça n'a pas suffi à le protéger totalement.

Courageusement il se redresse pour me faire face alors que j'approche de lui mais arrivé à moins de deux mètres tout bascule à nouveau.

_ Gahr'val ! Crie une voix.

Et avec horreur je vois le jaffa qui m'avait tiré dessus lancer sa lance à Gahr'val. Je réagis aussitôt et lui balance une onde de choc, presque à pleine force, qui le catapulte littéralement à travers les escaliers avant qu'il ne s'écrase lourdement sur le sol de la place.

Mais il est trop tard : la lance vole vers son leader qui s'en saisit. Mon cœur s'arrête de battre pendant une seconde : je suis vulnérable ! Si il tire sur la zone endommagée de mon visage ce sera un coup mortel ! Surtout avec une de ces lances modifiées.

Et il le sait car sa lance se pointe automatiquement vers mon point faible alors qu'il me regarde avec un sourire arrogant et plein de mépris sur le visage.

La même pensée que lorsque j'avais été attaqué par un réplicateur me traverse l'esprit. « Non ! Je ne veux pas mourir ! Pas maintenant ! Pas comme ça ! »

J'agis par pur instinct.

Je saisis la lance de la main gauche tentant de la détourner et serrant de toute la puissance de mon armure, le métal sous mes doigts se comprime bloquant l'afflux d'énergie et la lance explose.

Heureusement ça n'a pas provoqué un feed-back ce n'est que la décharge générée qui explose dans la lance et ne produit qu'une faible détonation.

Gahr'val a les yeux agrandis par la surprise alors que sur mon ordre ma cape s'enroule autour d'une de ses jambes l'empêchant de reculer et que ma main droite s'abat sur lui, mes griffes rétractables percent alors son armure. Je déclenche ensuite la seule fonction de mon gantelet de puissance que je n'eai pas encore utilisé jusque là : le mécanisme du bâton de torture Goa'uld.

Un flot de lumière sort de la bouche et des yeux de Gahr'val alors qu'il hurle de souffrance.

Pour un instant.

L'instant suivant je libère une onde de choc qui le jette au sol, lui brisant certainement plusieurs côtes, agrémentée d'une décharge électrique digne d'un triple tir de taser qui laisse Gahr'val impuissant à mes pieds.

Vaincu.

Je soupire de soulagement, d'autant plus quand je me rends compte que les dommages de mon masque ont temporairement mis hors d'usage la commande d'activation de mon champ de force, et que je n'aurais certainement pas pensé à mettre en marche manuellement. Si j'avais tenté de l'activer au lieu de réagir comme je l'ai fait ….

Le résultat du combat et le fait qu'il soit achevé est clair pour tous, mes jaffas loyaux s'emparent des rebelles et les maîtrisent les forçant à se mettre à genoux face à moi en bas des escaliers, un jaffa derrière chaque rebelle est prêt à exécuter son prisonnier sur mon ordre.

Mon visage a cessé de me brûler même si ma vision du côté de mon œil gauche reste trouble. Je retire ma main de ma blessure qui est en apparence guérie comme je peux le voir sur les images géantes de moi-même projetées par les SECD de la grande place. Mes clones aux commandes de la « régie » s'assurent de passer les meilleures images possibles. Même si la majorité de mon masque est toujours là, quoique un peu noirci on peut désormais distinguer le coin supérieur gauche de mon visage.

Je m'adresse alors à Gahr'val qui a suffisamment repris ses esprits.

_ Dans ton désir de liberté tu as été mal guidé dans tes actions Gahr'val, et pourtant j'ai du respect pour ton courage et tes convictions. Mais saches que si ton peuple devait soudainement être libéré des Goa'uld et laissé sans guidance ni direction les jaffas se retourneraient vite les uns contre les autres et que dévorés par la guerre civile ils se retrouveraient sur la voie de l'autodestruction. Mais si tu veux vraiment que ton peuple connaisse la liberté alors implores mon pardon et dédies toi à l'Imperium car ce n'est qu'au travers de l'Imperium et sous mon autorité qu'il connaîtra le plus la liberté. Si j'étais un Goa'uld tu serais exécuté sur le champ en guise d'avertissement mais moi je sais faire preuve de miséricorde : acceptes de reconnaître tes erreurs et de me prêter serment de fidélité et d'obéissance, promets de devenir un loyal serviteur de l'Imperium et toi et tes compagnons vous serez épargnés et pardonnés.

Je me penche légèrement en avant et tends la main à Gahr'val, il n'a qu'à la saisir mais au lieu de cela il me prend complètement par surprise se redressant légèrement il me crache dessus.

Je recule choqué.

_ Jamais. Déclare-t-il.

Ce … ce n'était pas prévu … je … j'étais certain de pouvoir le convaincre, que faire preuve de pitié le rendrait raisonnable … merde ! J'ai mal calculé mon coup !

_ Gahr'val, te rends tu compte que tu te condamnes, toi et tes compagnons ? Est ce que ta fierté est à ce point importante que tu refuses d'admettre tes erreurs ? Ne gâches pas ta vie ainsi ! Tentais-je de le raisonner.

Inutilement.

_ Je …cough, cough … je préfère mourir en jaffa libre, seul maître de mon destin, plutôt que de te servir … faux dieu. Décrète-t-il en toussant un peu de sang, visiblement j'ai causé quelques dégâts internes.

La réalité me frappe comme un mur de brique : cette tête de mule refuse ma miséricorde, pire encore il m'a craché dessus en public et s'obstine dans sa voie.

Merde !

Je … je ne peux plus me permettre de l'épargner. Désormais c'est une question de ne pas perdre la face, de ne pas montrer de faiblesses sinon … Les autres jaffa douteront de moi, c'est une civilisation guerrière où la force règne et la faiblesse n'est pas tolérée, je n'ai pas encore suffisamment d'emprise sur eux pour l'instant pour me permettre de laisser passer une chose comme ça … et certainement pas alors que j'ai déjà fait preuve de pitié …

Merde ! Merde ! Merde !

Je … je vais devoir le tuer …

Je me rends compte alors que je n'ai jamais tué jusqu'à présent et que même si je savais que ça arriverait tôt ou tard c'était resté pour moi une notion assez vague, irréelle. Mais maintenant c'est terriblement réel.

Je tente de gagner du temps et de sauver quelque chose de ce désastre en m'adressant aux autres rebelles.

_ Et vous ? Suivrez vous votre chef dans sa folie et sa fierté démesurée ? Est-ce que vous êtes prêts à gaspiller votre vie pour rien ? Ou allez vous faire preuve de plus de sagesse ?

Les jaffas se regardent et lancent un regard à leur chef, pendant un instant je suis plein d'espoir et puis :

_ Plutôt mourir en jaffa libre que vivre en esclave !

Leur réponse est unanime. Merde !

Pourquoi ?Pourquoi est-ce que cela doit arriver de cette façon ? Pourquoi cela ne peut pas se produire en plein combat, dans la fièvre de la bataille, quand on n'a pas le temps de réfléchir et que c'est « lui ou moi ». Pourquoi ça ne peut pas être quelqu'un qui mérite la mort, quelqu'un de mauvais et non quelqu'un de bien qui tente seulement de libérer son peuple de ce qu'il perçoit comme de la tyrannie et qui ne mérite pas de finir comme ça ? Même si il a tort car il ne comprend pas que je ne suis pas comme les Goa'uld.
Mégalo et maniaque du contrôle ? Sans doute ! Mais moi au moins je vais me soucier de mon peuple et pas seulement de moi-même, moi je vais tenter de lui offrir une vie meilleure.

Pourquoi faut il que ce soit quelqu'un pour qui j'éprouve un certain respect et que j'aurais pu admirer comme Teal'c ?

Et maintenant je me retrouve le dos au mur, obligé de commettre un meurtre de sang froid et contre un « innocent » qui plus est !

Est-ce que mon rêve en vaut la peine ? Est-ce que ce n'est pas un prix trop élevé à payer ? Même pour donner vie à l'Imperium ?

Pour me donner le temps de répondre à ces questions qui m'assaillent je temporise espérant peut être un sursaut d'instinct de survie chez Gahr'val.

_ Tu te rends compte que si j'étais un de vos dieux tu serais condamner à la torture, sans possibilité de mourir grâce au pouvoir de résurrection du sarcophage, jusqu'à ce que tu sois brisé et prêt à tout accepter, tout faire pour mettre fin à ta torture ? Tu as de la chance que je respecte ton courage et tes convictions. Mais Gahr'val, refuser ma mansuétude … c'est de la stupidité pure et simple.

_ Peut être. Admet-il mais si ça peut inspirer un seul jaffa à lutter pour sa liberté ça en vaudra le coût.

Génial ! Maintenant il veut jouer les martyrs !

Je prend une grande inspiration avant de répondre à cette question qui m'obsède maintenant : est–ce que je suis prêt à prendre sa vie pour mon ambition, mon rêve, mon Imperium ? A me salir les mains ? Car une chose au moins est claire si Gahr'val doit mourir ce sera de ma main, même si je peux ordonner à n'importe quel jaffa de le faire à ma place c'est ma … responsabilité.

Je réalise que je pourrais peut être me contenter de l'exiler, l'abandonner sur une planète sans porte des étoiles.

… … …

_ Tu as tort Gahr'val, car cette liberté que tu désires tant n'est qu'une illusion, une utopie. Alors que la liberté que tes frères goûteront au sein de l'Imperium, ça, ça sera quelque chose de réel et ils ne gaspilleront pas leur vie inutilement pour tes chimères.

Non Gahr'val ne mérite pas de mourir.

Je lève la main en le regardant et active une commande de mon armure en murmurant assez fort : « quel gâchis. »

Tout mon gantelet réagit à mon commandement et en une fraction de seconde une balle de plasma concentrée se forme entre mes doigts, la plus puissante attaque que peut générer mon armure, avant de filer vers Gahr'val vaporisant littéralement le jaffa et ne laissant de lui que quelques cendres.

Je me tourne vers ses compagnons et lève la main vers leur garde en ne prononçant que deux mots : « Pour l'Imperium ! » Les jaffas réagissent aussitôt, sans la moindre hésitation : « Pour l'Imperium ! » répondent-ils avant de faire feu de leurs lances, abattant leurs six prisonniers.

Non Gahr'val ne méritait pas de mourir, mais l'Imperium mérite ce sacrifice, même si sa naissance et plus tard sa croissance doivent se faire au prix de vies innocentes et du sang versé.

_ Meurtrier ! Hurle une voix féminine avant que Sereice'ti se jette sur moi un couteau à la main, prenant tout le monde par surprise.

Mais elle n'a pas les réflexes et la vitesse qu'avait Gahr'val et malgré mon état de choc après avoir pris ma première vie je réussis à saisir son bras de ma main gauche avant qu'elle plonge son couteau dans mon œil exposé, puis l'immobilise en la saisissant à la gorge de la main droite.

_ Meurtrier ! Il valait 100 fois mieux que toi ! Puisses-tu brûler au royaume de Sokar dans l'enfer de Netu pour l'éternité.

Meurtrier.

Ce terme résonne dans ma tête et me cause une douleur dans la poitrine et soudain je sens une vague de colère et de rage monter en moi : « Comment ose-t-elle me juger ! ».

_ Je lui ai laissé le choix, c'est sa fierté et sa stupidité qui l'ont tué. Murmurai-je de ma voix normale remplie de venin tout en coupant la transmission pour que cela ne soit pas retransmis au « public », les jaffas autour de moi étant trop loin pour m'entendre.

Je suis empli d'un désir violent de lui faire mal, pendant un instant je considère de la faire enfermer et plus tard d'utiliser des aphrodisiaques pour la forcer à s'offrir à moi alors qu'elle continuera à me détester, forcer son corps à prendre du plaisir alors qu'elle hait chaque moment passé avec moi, encore et encore jusqu'à ce que je la brise et qu'elle ne soit plus qu'un jouet sexuel avide de me plaire.
Mais une part de moi pousse des cris d'alerte : ce serait aller trop loin. Aussi je me contente d'ajouter pour lui faire mal.

_ Tout comme tu as choisis de te prostituer pour m'espionner, non que je le regrette car ça m'a permis d'être le premier à te posséder complètement. Et puis que je sache toi et ton « amant » aviez l'intention de m'assassiner, ce n'est qu'un juste retour des choses.

_ Porc ! J'aurais du te planter un couteau dans le cœur pendant ton sommeil ! Crache Sereice'ti.

Les alarmes dans ma tête atteignent un nouveau niveau quand je réalise avec horreur que cela aurait bien pu se produire surtout la seconde nuit que j'ai passé avec elle. Quand j'ai découvert qu'elle était une espionne des rebelles je n'auras jamais du prendre le risque de coucher encore avec elle, de dormir avec elle dans mon lit … alors pour quoi est–ce que j'ai fait ça ?

Mon instinct de survie se met en overdrive, surtout quand je peux clairement lire dans son regard qu'elle me hait et désire ma mort à tout prix, même si ça doit lui coûter la vie.

Cette décision est plus facile.

Je change ma prise lâchant son cou pour lui attraper la mâchoire avant d'imprimer une violente torsion. Je peux entendre un audible « crack » avant qu'elle ne s'effondre, sans vie.

C'est à voix haute que machinalement je formule mon raisonnement : « Ceux qui s'attaquent à moi et attentent à ma vie, s'attaquent à l'Imperium et tentent de le détruire. Pour l'Imperium. »

Il me faut quelques poignés de secondes pour me remettre du choc de ce que je viens de faire, pendant ce temps je reste immobile, ma cape flottant au vent, le corps de Sereice'ti à mes pieds et non loin de moi la tâche noirâtre sur le sol qui avait été Gahr'val.

Tout autour de moi mes guerriers jaffas, imités promptement par la populace, s'agenouillent et se mitent à répéter encore et encore les mêmes mots :

_ Pour l'Imperium ! Pour l'Overlord ! Pour l'Imperium ! Pour l'Overlord ! Pour l'Imperium ! Pour l'Overlord ! POUR L'IMPERIUM ! POUR l'OVERLORD !


Note de l'auteur : le principe de base de cette histoire est inspiré par Stargate : Galactic Imperium de VexMaster

N'hésitez pas à poster vos commentaires/critiques/appréciations et idées ils sont les bienvenus, pour chaque chapitre, afin de m'aider, me donner des idées et m'encourager à poursuivre mon histoire. (°_^) . Vous pouvez aussi me dire comment vous aimeriez voir l'histoire évoluer.

J'encourage aussi tous ceux qui ont apprécié cette histoire à lire mes autres fanfics : Buffy contre les vampires et la voie du Berserker (qui a enfin une review … mais une seule) et Harry Potter et le Miroir d'Orichalque.

Benji251 , alex et luffynette : merci pour les encouragements j'espère que vous avez apprécié ce chapitre ( et désolé qu'il ait mis si longtemps avant de sortir )

Mistawonders : Il est sur que l'Overlord va améliorer la vie de ses sujets et le niveau de leur civilisation néanmoins passer d'une culture et d'un système à un autre de manière radicale ne va pas être aussi facile que ça comme l'Overlord va le découvrir ( quoique il s'en doute déjà et table sur une transformation progressive de la société Jaffa. ) Sinon ton analyse est assez juste sauf que l'Overlord connaissant les défauts et certains effets pervers du capitalisme va essayer un système plus … hybride. ( après tout sur le papier et de manière théorique le communisme : c'est beau (^_-) )

Silver7872 : Merci pour la review, et pour répondre à tes questions : 1 C'est possible, je n'y ai pas encore réfléchi mais dans tout les cas l'Overlord n'a pas l'intention de révéler qui il est ni d'où il vient, en fait il va faire le maximum pour garder son existence secrète le plus longtemps possible, et si il a un double il risque fort de le gagner à sa cause durant sa première visite sur terre ou de le neutraliser, je ferai un tirage de dé pour en faire un évènement dépendant du hasard auquel l'Overlord devra s'adapter. 2 pour cette question j'ai une excellente nouvelle : j'ai obtenu la permission de Vexmaster lui-même d'utiliser le void keeper ( le gardien du vide ) donc attends toi à le voir apparaître tôt ou tard, et à côté de ça j'insérerai quelques concepts et personnages personnels. 3 On n'y est pas encore, mais je ne pense pas car l'Overlord n'aimera certainement pas qu'une « impératrice » ait trop de pouvoir sur lui comme sur l'Imperium ( paranoïa quand tu nous tiens ! ) par contre il aura peut être un petit groupe de favorites ou si il prend des impératrices consorts elles seront au minimum 3. J'espère avoir une nouvelle review pour ce chapitre ( et d'autres questions : ça me pousse à réfléchir à des choses sur lesquelles je n'ai parfois pas encore réfléchi ).

1 : dans le chapitre précédent, l'Overlord a affirmé qu'Ahriman était mort et qu'il venait en temps que son successeur.

2 : voir chap 1 : ouverture pour l'explication sur le décalage temporel lors d'un changement de réalité.

3 : pour de futures scènes sur la vie « intime » de l'Overlord ( qui n'arriveront pas avant quelques chapitres ) je laisse deux possibilité aux lecteurs : garder le même niveau « soft » de description en résumant l'action (choix 1) ou avoir un passage un peu plus « lemon » ( après tout le rating est M ) même si ça sera occasionnel et que j'éviterai soigneusement de tomber dans la pornographie (choix 2 ). Le premier choix qui totalisera 20 votes ( un vote par review et profitez en pour laisser quelques commentaires ) sera retenu pour la prochaine scène de ce type.

En tant que rôliste et pour épicer un peu l'histoire je vais utiliser un jet de dés dans certains cas où la chance est un facteur important pour décider comment certaines situations vont évoluer et j'en informerai le lecteur après coup. Système utilisé : je lance deux dés et garde le meilleur résultat ( un pour moi et un pour l'Overlord et quand il s'agit de mes ennemis : un jet pour eux et un pour murphy et je retiens le plus mauvais ) en général plus le résultat est haut plus la situation est une réussite plus il est bas plus c'est un échec. C'est le facteur chance, car bon ou mauvais, pour moi ou mes ennemis la chance est capricieuse et n'est pas réservée qu'à mon seul personnage.

Pour ce chapitre et le précédent : _ opposition possible sur Castana, spécifique et général ( avec comme ordre de grandeur : 1 à 3 : révolte, 4 à 5 : espion goa'uld ennemi, 6 espion Tok'ra, 7 : tentative d'assassinat, 8 et 9 rebelles jaffa, 10 : accueil légèrement suspicieux, 11 et 12 : surprise et confusion, 13 à 15 : acceptation rapide, 16 à 18 : loué soit le seigneur, 19 et 20 : le sauveur est arrivé ).
Pour le cas spécifique : D20 = 6 et 8, j'ai retenu le 8. Pour le cas général : D20 = 9 et 14, j'ai retenu le 14.

Dans le prochain chapitre de : IMPERIUM AETERNUS

… … ….

Kohzian s'approche de mon trône et je tends alors la main, couvrant la marque sur son front. Quelques secondes plus tard je la retire et c'est désormais ma marque, l'œil couronné qui apparaît au milieu de son front.

Le processus est inconfortable sans être vraiment douloureux mais Kohzian en digne guerrier Jaffa l'a enduré avec un parfait stoïcisme.

_ Maintenant places tes armes dans le conteneur de droite. Indiquai-je en désignant la « boite » rectangulaire, puis en pointant la carrée. « Et ton armure dans celui-ci. »

Légèrement étonné le prima obéit néanmoins immédiatement et sans hésitation. Il faut moins de dix secondes au processus de conversion après que les objets en question aient été mis en place pour s'achever. Quand le léger « hummmm » s'arrête je lui ordonne de prendre ses nouvelles armes et armures, à la fois récompense pour sa fidélité et son obéissance à venir et le symbole qu'il est désormais un jaffa de l'Imperium Aeternus.

… … ….