Disclamer: Les personnages ne sont absolument pas à moi ils appartiennent tous soit à Riichiro Inagaki/Yusuke Murata soit à Aya Kanno, le "monde" et l'idée par contre c'est à moi (quand je dis l'idée, je parle de mon histoire )

Genre: Romance, amitié, humour.

CROSS OVER: Eyeshield 21/Otomen

Autre: Hu je suis en pleine période Cross Over je crois, les idées viennent par dizaine, donc cette idée est toute bête, mais dans ma tête c'est affreusement mignon, donc, je vous le partage et j'espère que ça vous plaira aussi. Alors sinon, c'est un OS en ce moment, mais je sens qu'il va tourner en fiction, enfin il reste en ce statut tant que je n'aurais pas écrit la suite sur papier ^^. Mais je tiens à dire qu'elle ne termine quand même pas en queue de poisson.


ONE SHOT

Un soir, tard très tard dans la nuit, dans un des rares combinis encore ouvert à cet heure là de la nuit, une rencontre des plus improbable se fit. Qui aurait pu deviner que ces deux hommes complètement à l'opposé l'un de l'autre auraient pu se rencontrer à cet heure là, de la nuit de ce jour, et surtout côte à côté pour s'emparer du même article ?

Un article d'ailleurs très peu prisé, mais un vrai délice pour ces deux-là. Ou du moins assez adoré pour qu'ils se lèvent, qu'ils quittent leur nid douillet, qu'ils avancent dans le froid à la quête d'un combini encore ouvert ayant cet article bien précis en rayon.

Quel est donc cet article si prisé ? Un flan, un flan de la même saveur que sa couleur orangé, un flan délicieusement et finement nappé par des copeaux de noix de coco, un flan noyé dans un doux coulis de menthe forte glissant doucement entre l'aliment et le pot en plastique transparent, le tout perché sur deux lamelles craquantes de chocolats parfumés à la cerise pour l'une et à la noisette pour l'autre.

Ce dessert particulier est de préférence à consommer froid, donc juste après achat, n'est prisé que par de fins connaisseurs. En effet, l'emballage en plastique donne un rendu, le coulis vert pétant sur l'orange du flan lu-même, aux acheteurs un physique d'une couleur très peu ragoûtante. Seuls les rares personnes prenant la peine de prendre le produit dans sa main et de lire la notice d'ingrédients peuvent alors en découvrir sa magnificence, l'explosion multiple de saveur incongrue, ce gout attractif sur le bout de la langue que l'on souhaite garder longtemps... très longtemps.

Ces deux hommes voulant sentir ce magnifique mélange sur leurs papilles, s'étaient levés par une envie subit. Envie subite ayant bien sur une raison, une envie de calme et de réconfort.

Deux hommes aussi différents l'un que l'autre ayant ce flan des plus étranges pour seule passion commune.

Celui à gauche ayant poser sa main droite sur le packtage en carton couleur peau de kiwi de la dernière splendeur était un jeune homme de 17 années que beaucoup de personnes craignent fortement. Beaucoup de personnes ont peur de lui, de son ombre et même prononcer son nom fait frissonner le monde. Il apparaît aux autres sous forme de démon des enfers, les gens ont peur de lui, peur de sa voix railleuse s'adressant à nous pour mieux nous exploiter sous contrainte d'avoir notre plus grand secret dévoilé aux yeux des autres. Un homme sachant ce qu'il veut, et là en l'occurrence le flan, et ayant ce qu'il veut grâce à son intelligence hors du commun et sa capacité extrême de trouver nos plus grandes faiblesses.

Des cheveux blonds décolorés, un peu long dans leur style, l'arrière en piques, des yeux fins avec de petites iris noir brillant de machiavélisme, et lui donnant un aspect d'autant plus sinistre lorsque ses yeux sont fermés aux trois quarts. Des oreilles pointues et douteuses où sont perchées une multitude d'anneaux en argent, des lèvres fines cachant une mâchoire spectaculaire où sont alignés des dents de requins. Une taille moyenne laissant place à un corps fin, long de muscles noueux.

Le jeune homme était habillé de façon simple, une chemise blanche légèrement entrouverte sur ses clavicules et haut du torse, très froissée et pleine de plis, qu'on devine avoir traînée par terre en boule. Quelques chaines à ses poignets, un pantalon noir étant visiblement son bas d'uniforme de lycéen, une paire de chaussure noir ciré, et un chewing gum claquant entre ses lèvres.

Comme le second, notre blond est lui aussi l'être le plus célèbre de son école, le lycéen de Deimon, maintenant connu pour son équipe de Football américain, et anciennement connu (même si c'est toujours d'actualité) pour un examen d'entrée des plus faciles. Et comme vous l'avez deviné facilement, le lycéen se nomme du nom célèbre, Youichi Hiruma , homme tyrannique dingue d'armes à feux, viseur hors pairs (on ne compte pas Kid...), portant une adoration au football américain, roi du poker. Un homme à qui on ne répond pas et qu'on évite de regarder dans les yeux.

Pourtant notre second jeune homme ne le connait pas, il n'en a même jamais entendu parlé, son lycée se trouve presqu'à l'opposer du sien, même si étrangement ce combini est un des plus proches de chez les deux garçons. Il est aussi de caractère diamétralement opposé, doux, gentil, affectueux, sauveur de la veuve et de l'orphelin, mais aussi très fort étant donner qu'il tient le titre de meilleur kendoka lycéen du Japon (pour la deuxième année consécutive).

Le jeune homme placé à la gauche de l'article tant convoité et ayant la main droite sur le carton de ce dernier, est un jeune homme au visage encore légèrement arrondis par l'enfance, mais avec de fort traits virils. Des yeux clairs en amande où l'on peut parfois voir pétiller d'étincelles comme dans le regard d'une jeune fille. Ses cheveux d'une couleur argenté lui tombe gracieusement dans le cou, une peau blanche comme de la porcelaine, des épauleslarges et robustes, une taille plus haute que le blond de bien 6 centimètres.

Un jeune homme de grande sensibilité, cachant sa véritable nature sous un masque de virilité presque imposer par sa mère. Un jeune homme aimant pour de vrai des belles histoires d'amours, lire des shojos au chaud dans son lit, les fleurs et les gâteaux sucrés, la broderie et le tricot, un jeune homme d'apparence très masculine au cœur de jeune fille.

Pourtant, ce soir là, notre jeune homme au cœur pur, habillé d'un pull tombant rayer blanc et gris clair avec un col en v, ainsi qu'un jean et des baskets, ce jeune homme du nom de Asuka Masamune n'avait pas envie de lâcher ce merveilleux dessert. Une fois de plus sa mère avait instauré une règle stupide dans son établissement scolaire pour but d'éradiquer toutes traces d'otomens. Asuka avait levé la voix contre elle, la première fois depuis presque toujours, il s'était fâché et bouillonnait encore derrière son regard perdu dans le vide.

Il avait aussi à ce moment vraiment besoin de ce dessert, de cet alimentation sucré qu'il ne pouvait manger devant sa mère et ses connaissances, sauf en montrant un visage dégouté de tant de sucre dans la bouche, alors que réellement il était entrainé dans un tourbillon de saveurs. Seul ce dessert pouvait lui faire oublier l'interaction ayant eu lieu un peu plus tôt. Il aurait peut-être put se cuisiner n'importe quel merveilleux gâteaux, mais non.

Il avait besoin de celui-là précisément. Il n'en mangeait pas souvent même s'il en raffolait, il gardait ce précieux flan pour calmer ses grandes fureurs sourdes ou pour les très grandes occasions. Il voulait que ce flan à part garde quelque chose d'unique par rapport aux autres.

Il resserra alors sa prise sur l'objet de ses convoitises. Hiruma à côté lui, n'avait pas l'habitude que quelqu'un essaye de lui prendre son envie sous son nez, enfin les personnes faisant cette erreur lui rendait rapidement le dû et s'excusait plus bas que terre, il lança alors au garçon à côté un drôle de regard puis grinça doucement:

- Hey, fuckin' inconnu, lâche-ça !

Il resserra lui aussi son étreinte sentant l'autre se contracter un peu, et tira un peu de son côté.

Le jeune homme aux cheveux argentés ne lui répondit pas, il semblait hypnotisé par le flan, obsédé par celui-ci, ce qui ne manqua pas de légèrement perturber notre démon et bien qu'aucune de ses émotions ne transperçaient son masque de froideur.

De plus le quaterback voulait ce flan, et ce n'est pas un "petit" jeunot qui allait l'empêcher de prendre ce qu'il voulait, il prit alors son portable de sa main libre, tapota certaines choses, et s'arrêta, il ne connaissait pas ce jeune homme, sa jolie tête ne lui disait rien non plus, même sa mémoire phénoménale ne l'aidait pas. Il s'arrêta et se tourna une nouvelle fois vers l'homme plus grand que lui.

- Hey fuckin' suicidaire, c'est quoi ton prénom?

Oui, Youichi Hiruma était peut être le maitre des enfers, mais s'il ne sait rien d'une personne, il peut que très difficilement trouver des choses. Notre jeune kendoka profita de ce même instant d'inattention pour lui dérober le précieux dessert, le dernier de l'étalage (mais sans oublier de s'excuser doucement). Il paya l'article au marchand alors que le démon avait fait un arrêt sur image. Comment osait-il lui arracher ce qu'il voulait ? se demanda-t-il en fureur. Ses petits yeux se rétractèrent tel un chasseur mettant sa proie au centre d'une cible, il revient ensuite à lui lorsque la porte du magasin se referma sur le plus grand. Il étouffa un juron et se mit à sa poursuite, par où le gaillard était parti ? Il tourna la tête à gauche de la rue, personne, puis à droite où il vit une ombre disparaitre à un tournant, sans réfléchir, le démon se mit à courir.

Lorsqu'il eut payé, et après être sortit du magasin, Asuka n'avait pas non plus réfléchit longtemps avant de se mettre à courir. Il avait ressentis un très désagréable frisson le long de son échine et sentait que cet homme allait le poursuivre pour ce qu'il serrait égoïstement contre son ventre. Il sentait la fureur qui courrait derrière lui, il lui fallait un parc pour être tranquille. Il se dirigea alors automatiquement vers celui qu'il connaissait le mieux pas très loin, il le connaissait parfaitement car c'était à un certain endroit dans celui-ci qu'il se posait pour faire des activités qui devaient être garder secrètes aux yeux de beaucoup. Ce garçon blond lui faisait un peu peur, il aurait sûrement pu se débarrasser facilement de lui avec un bâton, mais cette aura malfaisante qui émanait de cet étrange jeune homme ne l'incitait pas non plus à essayer de se battre contre lui et de plus Asuka n'était pas de nature violente.

Il se dit qu'il aurait peut être du lui répondre, et lui donner son nom, mais son air nerveux et légèrement psychopathe lorsqu'il regardait son portable lui avait dicté sa conduite. Il entra enfin dans le parc de sa connaissance, prit le chemin fréquenté par très peu d'autres personnes que lui, et disparut dans la végétation lorsque Youichi arriva à l'entrée.

Le blond souffla un peu, il allait prendre n'importe quel chemin lorsque son cerveau reprit le contrôle sur sa bestialité. Il regarda aux alentours. Pourquoi chercher n'importe où alors qu'il était facile de suivre quelqu'un dans une ville ? se dit-il en repérant des caméras de surveillance. Il ouvrit son portable d'un geste brusque, tapota quelques codes et adresses, pour se retrouver enfin connecter sur la caméra la plus visible, il rembobina la vidéo de quelques minutes, pour enfin repérer le chemin qu'avait emprunter sa futur victime. Il observa le jeune homme courir vers une direction et prit la même. Une fois sur le chemin, il changea de caméra pour poursuivre sa traque. Le garçon s'était arrêté sur un large banc en pierre, il y avait un lampadaire qui éclairait faiblement la scène, il avait commencé à manger !

Il ferma son portable et le remit dans sa poche, il fit attention de ne pas se prendre de racines, et arriva quelques secondes plus tard à l'endroit. A là vue du jeune homme sa fureur pour disparu comme neige au soleil.

Il était sur la droite du banc, ses mains étaient contre la pierre à l'arrière et ses longues jambes étendus devant lui. Le jeune homme avait une expression douce, son visage était relevé vers le ciel étoilé qu'il examinait. Les yeux du démon se tournèrent directement vers le pot au milieu du banc à côté du jeune homme à la belle allure. La petite cuillère en plastique qui composait avec le packtage était contre la paroi en plastique du pot, la point de celle-ci légèrement enfoncé dans une moitié encore pleine du dessert.

Hiruma souffla une nouvelle fois et sourit. Il avança doucement vers le jeune homme et son banc, il s'assit à la gauche du pot et le prit entre ses longs doigts fins. Il jeta un coup d'œil au jeune homme qui n'avait bougé d'un iota. La seule chose qu'on entendait de lui était le son de son souffle passant la barrière de ses lèvres. Sans un mot il avala la fin du contenu du pot, il en apprécia chacune des bouchées, toutes les saveurs. S'il n'y avait pas eu l'inconnu à ses côtés, il aurait sans douter lécher son doigt qui aurait raclé le fond du récipient.

Il se mit ensuite dans la même position que le jeune homme, il fut surpris d'entendre le garçon jusqu'alors silencieux prendre la parole dans une voix grave pleine de douceur, mais il ne laissa rien paraitre sur son visage.

- Je ne sais pas comment, mais je savais que vous alliez me retrouver, dit-il simplement.

Le blond aux oreilles pointus attendit quelques secondes pour lui répondre.

- Je ne sais pas pourquoi j'étais certain d'en avoir si je te suivais, répondit-il avec sa voix railleuse.

Asuka ne note pas l'utilisation du tutoiement envers sa personne, au début il voulait manger tout le pot, mais vers la moitié il s'était arrêté. Sa vraie nature avait refait surface, il s'était calmé. Il avait regardé la moitié encore pleine et l'avait déposé à côté de lui. Il avait été certain que son chasseur allait le retrouver, de plus il n'avait pas envie de se sentir si méchant. Peut être que ce garçon là aussi en avait besoin pour calmer une colère, un stresse, ou autre chose. Il s'était senti mauvais d'avoir essayer de lui retirer complètement cette parcelle de plaisirs.

Il tourna son regard vers le garçon à ses côtés, celui-ci avait fermé ses yeux, il lui montrait un visage plus serein que celui contracté qu'il avait vu avant. Il était vraiment beau dans son style, beau mais avec quelque chose de malfaisant.

Hiruma réfléchissait, pourquoi ne l'avait-il pas torturé comme d'habitude il l'aurait fait ? Ce visage si pur regardant les étoiles lui avait sapé toutes ses forces. Mais au moins, il avait mangé ce dessert, il en avait besoin, ce dessert l'avait calmé, car le lendemain, il devait prendre l'avion direction le Chrismas Ball. Il en avait eu besoin pour déstresser, Youichi est un démon certes, mais un démon ayant lui aussi des craintes, même bien caché il restait humain avant tout.

Mais il réfléchissait aussi, était-ce à cause du dessert qu'il était aussi tranquille ? Ou la présence du jeune homme à ses côtés y faisait pour quelque chose ? Il voulut ensuite poser une autre question, non pas lui poser une question mais il voulait avoir des informations précises pour pouvoir rajouter un nom à son carnet noir (qu'il n'avait pas sur lui exceptionnellement). Il ne voulait plus non plus qu'un dessert si précieux (ou autres choses) se fasse dérober ainsi devant son nez, ce qu'avait fait le beau jeune homme avait été un crime, et il devait le payer, comme les autres, pourquoi serrait-il le seul à éviter la sentence ? Il ouvrit alors les yeux, il ouvrit les yeux sur du vide.

Le jeune homme aux cheveux argentés avait disparu, le pot du dessert aussi, il ne l'avait pas entendu se déplacer, ni partir. Il regarda le ciel et ricana, sa vengeance n'en sera que plus terrible.

Une rencontre qu'il oubliera sûrement bien vite et ingrate se dit-il car en fin de compte il ne savait pas s'il voulait le retrouver ou pas.

Il se leva et reparti, tout en essayant d'oublier cette légère douleur qui lui tirer au niveau de la cage thoracique.


Alors? Perso j'aime beaucoup (heum...)

Il y aura sans doute une suite, mais pour l'instant ça reste un OS.

Reviews? ^.^