Disclamer: Les personnages ne sont pas à moi, ils sont à K.A Applegate, et les DBSK sont à eux-même, et l'idée et histoire est à moi, enfin tous ce qui n'est pas aux personnes cités précédemment c'est à moi.

Genre: heu... Aventure

Autre: C'est un coup d'essais je dois avouer, la première fois que j'écris sur tous les personnages là, je dois avouer l'idée est bizarre, mais depuis que je l'ai en tête je ne peux l'en sortir donc...je peux dire que vous en subissez les conséquences. Donc voilà la première partie ^-^, j'espère que ça vous plaira pour le peu de personnes qui le liront, oui ce mélange sera très peu vu je le crains u.u mais m'en fiche =D


Chapitre 1

Immortel, voilà ce que nous sommes pas, et ce que je ne veux pas être, l'immortalité peut être une douce idylle mais ceux que je connais qu'ils le sont, et bien je peux dire que le temps fait tout de même quelques ravages sur le cerveau. Moi, nous, nous sommes mortels, comme n'importe qui pourrait-on me dire, ce qui n'est pas entièrement faut, le problème c'est que par rapport à l'endroit où nous vivons vieillir à notre vitesse, c'est très inhabituelle je dois dire.

Quand je dis nous, je parle de notre groupe, celui presque entièrement uni qu'on est depuis qu'on est ici, c'est à dire 7 ans maintenant, quand je dis nous, c'est en premier David, le chef de notre groupe, il est un peu tête bruler, nous pouvons placer notre vie entre ses mains les yeux fermés, il est relativement fort en stratégie (sans celles-ci on serait mort depuis un bon bout de temps déjà), il est militaire aussi, il sait donner des ordres, il a d'ailleurs été un commandant de l'armée d'Athéna (pour dire), et non je ne divague pas et je ne parle pas d'un synonyme, je parle effectivement d'Athéna, déesse de la guerre de la Grèce Antique, fille de Zeus et Immortelle.

Ensuite, il y a Jalil, un homme mince à la peau noir, avant qu'on arrive ici, il était un obsédé par la propreté de ses, de ce que je sais il allait même se les frotter jusqu'au sang. Il est le plus intelligent, il est bourré d'une culture générale, mais son intelligence lui a un peu fait défaut ici, pour lui tout n'est normalement que de la pure logique, ici, je ne pense pas qu'on puisse dire qu'il y en a une réellement, il s'en est presque mordu les doigts au début, et j'avoue que ça me faisait un peu plaisir lorsqu'il se trompait... Enfin à part lorsque nos vies étaient en jeux.

Puis, il y a Christopher, il est un peu le fêtard misogyne du groupe, encore que, il l'est relativement moins maintenant, bien qu'il reste un peu sur la buvette quand même, mais il a été une grande aide morale je pense, sans ses blagues vaseuses, je pense qu'on se serait étriper il y a longtemps, alors que grâce à lui, dans ses moments là, soit nous sourions pour nous donner du courage soit, on se défouler un petit peu sur lui. Mais on arrivait surtout à garder la tête froide et ou du moins la garder hors de l'eau. Et puis, depuis la Grand Extermination, il est devenu très bon guerrier, un peu bourrin et pas trop diplomate, juste suffisamment fort pour ne pas se faire arracher la tête en moins de deux, je dis que c'est déjà pas trop mal vu les dégénéré qui vivent autour.

Et enfin, il y a moi, la seule fille du groupe, April, diplomate et chanteuse à temps partiel (et cela nous a sauvé plus d'une fois), je m'occupe de la politique et empêche certain conflit (quand je dis que l'immortalité fait des ravages), mais ma première occupation c'est de glaner des informations qui peuvent nous aider, toutes sont très importante pour faire passer certaine chose en douceur. Je fus aussi très croyant il y a un temps, mais maintenant... plus trop je dois dire, disons que je côtoie beaucoup trop de dieu pour réellement m'en consacré qu'à un (je ne l'ai jamais rencontré d'ailleurs... faudra chercher).

Ce que je racontais dois vraiment paraitre bizarre, mais c'est de ma faute si vous avez six années de retard? Oui, le temps de la Grande Extermination était il y a un peu plus de six ans maintenant, le temps où Senna a essayé de faire venir des armes de l'Ancien Monde pour dominer celui-ci... Quoi? Vous ne savez pas lequel? Et bien B.A.E alors, Bienvenue à Everworld, le monde des dieu qu'ils ont crée car ils s'ennuyaient, ce monde n'a réellement aucune logique à l'Ancien Monde, le monde dont nous quatre venons, l'Ancien Monde où nous étions que quatre adolescents comme les autres, se connaissant pas trop.

Nous sommes arrivés à Everworld à cause de ma chère demi-sœur (notre relatif seul lien) Senna, demi-sorcière taciturne que je n'ai jamais supporté. C'était un matin si je me souviens bien, un loup énorme l'a enlevé devant nos yeux et nous avons suivit dans le passage magique pour se retrouver coincé à la rechercher. L'énorme loup est d'ailleurs le premier dieu que nous avons eu le "plaisir" de rencontrer, Fenrir, un dieu nordique. Mais nous avons adopté ce lieu, nous ne pouvions plus retourner à notre vie ennuyeuse, nous avions une mission, une première mission, empêcher les dieux de récupérer Senna pour revenir dans l'Ancien Monde, oui elle était la porte des deux mondes, les dieux la voulaient pour fuir Everworld, ils voulaient fuir ce monde qu'ils avaient crée pour échapper à Ka-Anor, un dieu extra-terrestre qui se nourrissait des autres dieux.

C'est au cours de la Grande Extermination que notre réputation a naquis, c'est dans un sens grâce à nous qu'il est détruit et ainsi que Senna la porte des deux mondes, oui, qui d'autre que des mortels pouvaient détruire un dieu immortel mangeant que des immortels?

Cela dit sa destruction ne voulait pas dire destruction des Hetwans, ces êtres insectoïdes aliens dont il (Ka-Anor) était le dieu, beaucoup, une très grosse quantité même a périt, mais ils en restent et assez pour mettre en péril les nouveaux dieux. Oui, par vengeance de la perte de leur dieu, ils s'attaquent et essaient de détruire les nouveaux dieux n'ayant pas assez de puissance à s'attaquer au plus ancienne divinité. Et comme vous le savez, les dieux sont des égoïstes qui ne pensent qu'à leur propre fidèle (et encore...) et à eux mêmes, chez aucun ne viendra l'idée d'aider les nouvelles divinités (encore que ils iraient même à aller les détruire pour du terrain en plus), on aurait pu croire que la Grande Extermination les aurait fait un peu grandir, mais non, s'ils se sont alliés pendant la Grande Extermination, c'était juste pour leur pomme et le pouvoir qu'ils voulaient conserver. C'est réellement pathétique, donc nous quatre nous avons décidé d'en servir aucun (même si David a eut quelque réticence au début pour abandonner son poste dans l'armée d'Athéna), nous les protégeons ces nouveaux dieux, nous les protégeons jusqu'à ce qu'ils puissent se défendre eux-même, seul contre les Hetwans.

En tout cas, nous le faisons pour surtout ne pas perdre la main, et aussi car nous ne voulons pas mourir, on sent parfaitement les hostilités que garde certains dieux à notre encontre, on ne peut se permettre de paraitre faible, étant quatre petits mortels, nous avons grandement entaillés l'orgueil de beaucoup. Et ils nous doivent leur vie, ce qui les blesse d'autant plus. Donc, nous nous obligeons a resté sur nos gardes, à leur montré que nous sommes toujours en activité et qu'ils ne pourront nous écraser avec un pouce. Mais nous leur faisons peur et personnellement c'est extrêmement bon pour notre orgueil à nous, ces dieux se prennent tellement pour je ne sais quoi, certains laissent leur peuple partir en vrille pour continuer à faire la fête tranquille, certain demande même des sacrifices (nous en avons réchappé de justesse) c'est hallucinant, très peu arrivent à comprendre que sans leur fidèle ils ne sont pratiquement rien.

Nous ne savons réellement pas comment apparaissent les nouveaux dieux, mais Merlin (l'enchanteur) est un peu celui qui les trouve, on ne lui a jamais demandé comment ça se passer il ne nous a jamais expliqué non plus, je pense que dans le fond c'est mieux, oui Jalil a encore du mal d'abandonner entièrement l'espoir qu'il puisse y avoir de la logique dans Everworld. Et notre mission n'est pas de savoir comment ils arrivent là, mais de les protéger. Parfois pendant de longue période, il n'y en a pas, parfois deux ou trois d'un coup, lorsqu'on peut on reste en duo, mais bon... La plus longue mission a duré près d'un an, la plus courte quelques semaines, s'était affolant de voir comment ce dieu là s'est entouré rapidement. Depuis plus, je pense qu'Everworld grandi au file du temps, les dieux ne peuvent pas supporter qu'on leur grignote un peu de terrain, donc il faut de la création pour les nouveaux. Il faut simplement espérer que les nouveaux ne sont pas trop grande gueule, car parfois ils vont se fritter vers le premier dieu venu, et ils ne comprennent pas que même si ces dieux sont égoïstes et droguer de fiesta, ils sont encore plus puissant qu'un petit microbe. Ils ont assez des Hetwans sur la gueule non?

Pour l'instant, il n'y en a pas, Merlin nous a tout de même prévenue il y a quelques jours que des nouveaux sont sur Everworld, il nous a dit qu'il les installait et qu'il venait nous chercher.

Ils, donc plusieurs, ont va encore se séparer. Je n'aime pas trop ça, seul nous sommes trop faible, déjà que nous le sommes à quatre. Il ne nous a pas dit plus grand chose, mais juste d'être près.
...

Merlin arriva deux jours plus tard, il avait l'air vieux... Il a toujours eu l'air vieux, mais là, il en avait prit un sacré coup. On s'installa les cinq à une table, et il nous explica alors:

- Ils sont installés, vous n'avez plus qu'à vous chargez d'eux. dit-il froidement et d'une vitesse affolante.

- Moui, si vous voulez, mais avec plus d'informations? Lequel d'entre nous sera mieux avec lequel d'entre eux par exemple? Demanda David exaspéré par la conduite de Merlin.

- Vous n'aurez pas à vous séparez, c'est un jeune groupe de divinité. Dit-il d'un ton égal.

- Comme les dieux de l'Olympe par exemple? Je ne savait pas qu'une nouvelle troupe de dieux se faisaient connaitre dans l'Ancien Monde. Ajouta Jalil en pleine réflexion.

- Oui comme eux, mais ceux-là sont moins puissant, moins nombreux et surtout à mon humble avis, plus mortels. Termina le vieux magicien d'un air lasse.

- On y va quand? Demanda Christopher en manque d'action.

- Tous de suite, par contre, je pense que toi (dit-il en me pointant), que toi tu n'y ailles pas. Dit-il d'un ton dur.

- Merlin Merlin.. Tu n'as relativement aucun pouvoir direct sur nous, et je suis le chef, comment oses-tu proférer un ordre sur un de mes camarades? Je pense que je peux dire que je suis le seul à pouvoir interdire une mission. Pourquoi donc essayes-tu d'usurper mon autorité en ma présence? Les mots grincèrent en sortant de la bouche de David.

- Ce n'est pas une question d'autorité, elle ne peut pas y aller, je sais ce que je dis. S'énerva Merlin.

- Excusez moi, mais j'ai relativement de plus en plus du mal à accepter les requêtes sexistes, alors grand magicien ou pas, je ne vois aucune raison de votre demande, coupai-je d'un ton glacial.

- Vous ne pouvez pas!

- Hé ho le vioque! Tu nous explique clairement pourquoi April peut pas venir sinon hé ben.. elle vient. Cru bon de déclarer Christopher.

- C'est à cause des nouveaux dieux, ils sont cinq...

- Alors qu'elle vienne d'autant plus, répliqua David sur les nerfs.

Dire que la journée avait bien commencé...

- Ce n'est pas leur nombre le problème... C'est que... AH tant pis, qu'elle aille avec vous et ne venez pas vous plaindre! Termina le vieille homme dans un ton rauque.

Hé bien, j'ai personnellement bien hâte de voir à quoi ils ressemble ces cinq dieux.

Merlin nous amena alors dans une autre contrée que la notre, une nouvelle, classe, relativement dans le style Ancien Monde, il nous lâcha devant une maison blanche, j'étais choquée, la maison avait l'air tout droit sortis du vingt et unième siècle de notre monde, comment était-ce possible?

On s'approcha, nos armes maintenus, Christopher regardait autour à travers les arbres, les Hetwans étaient rapidement prévenue de l'arriver de nouveaux dieux. Heureusement que la maison était placé contre une falaise, il n'y avait donc que très peu d'endroit d'attaque. Je me posta du côté gauche de cette porte si familière. Il y avait même une sonnette ce qui nous laissa presque sur le cul.

David se dégagea la gorge avant d'appuyer fort contre le bouton.

Il y eut un long moment de solitude pour nous, mais à peine que la porte commençait à s'ouvrir, que Jalil dégaina son couteau, notre couteau, Excalibur comme on l'avait surnommer six ans auparavant, il se tourna d'un geste brusque et frappa dans l'air, deux morceaux de bois, qui avaient été sanctionner au milieu, tombèrent, des fléchettes. C'était une offensive pas besoin de réfléchir très longtemps pour s'en apercevoir. Avant mêem que la porte ne soit entièrement ouverte, j'attrapais la poignée pour violemment la refermer d'un coup sec, pas besoin de mettre nos nouvelles divinités en danger.

Je tirai une flèche de mon carquois et bandai mon arc en direction des arbres, Christopher bougeait dans tous les sens sans adversaires devant le nez, si on le connaissait pas on pourrait croire à une attaque de démons intérieurs, mais non, il ne pouvait se permettre de faiblir sous peine de recevoir une fléchette mortellement corrosif envoyer par les "super-sarbacanes" des Hetwans. J'envoyai une flèche en jetant un œil vers David qui analysait la situation d'un œil de chef et de guerrier, je bandai de nouveau mon arc et visai dans les ombres de arbres. Il y en avait trois, dont un mort, c'était facile, trop facile. Pendant que je tuai un second, j'aperçus Jalil reculer vers la porte pour faire défense avec son corps et les pupilles de David s'écarquillèrent. Il beugla presque à l'encontre de Christopher de se replier.

Il sortit son espèce de pistolet bidouiller avec une carcasse de vrai que nous avions pu récupérer après la défaite de l'armée de droguer de Senna, pour couvrir Chris qui courait vers la maison et donc ne protégeant plus ses arrière, je bougeai aussi rapidement vers celle-ci. Je tirai une dernière flèche vers le dernier Hetwans lorsque David se tourna pour nous faire rentrer de force dans la maison.

C'est la que je compris le danger, des milliers de fléchettes couvraient le ciel et commençaient à nous retomber dessus comme une pluie d'acide, David parvint tout juste à me pousser violemment dans la maison pour pouvoir refermer la porte, mais dans la bousculade, je me cognai contre le mur et m'assommai.

...

C'est avec un mal de crâne horrible que je me réveillai je ne sais combien de temps plus tard, la tête me tournai, et j'étais dans un lit! Oui un vrai lit comme il y a quelques années lorsque je me réveillais à Chicago, avec une vrai couverture... Bon le matelas est encore en bois, mais tellement plus agréable que bon nombre de lit de fortune sur lesquels je me suis endormie.. Ok ok j'arrête de critiquer. Je n'avais pas encore ouvert les yeux, je bougeai mes mains un peu partout, une autre paire attrapa les miennes. Elles étaient chaudes et douce, j'ouvris doucement les yeux pour éviter une attaque de la lumière.

Un visage était penché sur moi, il était beau, on aurait dit à ce moment là un ange avec la lumière qui faisait briller le contour de sa tête telle une auréole, je ne parle pas des anges comme on en a vu ici, mais des anges comme on les imaginait dans l'Ancien Monde, on m'aurait dit que j'étais au Paradis, j'y aurais presque cru (n'est-pas donc ironique alors que je vis dans le monde des dieux?), il avais les yeux en amande d'un brun profond, un visage légèrement efféminé, des lèvres roses appétissantes, ses cheveux bruns et fins lui retombaient élégamment sur le visage et lui donnait encore plus cet aspect juvénile. Une jolie peau blanche comme Blanche-Neige, il était d'autant plus éclatant avec ses vêtements d'un blanc immaculé. Il était d'origine asiatique, un dieu d'Asie, je n'en avais encore jamais vu. Des boucles d'oreilles argentés lui pendaient aussi de celles-ci. Il était beau en cette scène, d'une pureté exquise comme depuis longtemps je n'en avais vu.

La chaleurs de ses lâchèrent les miennes, il sortit avant même que je ne puisse parler. Je clignai des yeux pensant avoir rêver ce magnifique homme. Jalil entra alors le premier.

- Hé bien, plus aussi vive qu'avant? Tu rouilles jeune fille.

- David! Je ne dis rien car ton acte a surement sauver ta vie, dis-je souriante.

- En faite, je pense avoir compris pourquoi Merlin ne voulait pas que tu viennes, répondit-il plus sérieusement.

- Je pense aussi avoir compris la raison de ses réticences. Répondis-je en me relevant complètement.

- Le problème, c'est qu'il n'y a pas qu'un problème, ajoute alors Jalil.

Je lui jette un regard alambiquer, que veut-il donc dire, je le questionne du regard pour qu'il continue.

- Il y a cinq problèmes en fait.

- Quoi? Tu veux dire que les cinq partages cette beauté? Je demande connaissant la réponse.

- Oui, bon après tant que tu promets de ne pas aller en violer un sur place, j'accepte de ne pas te renvoyer.

- C'est trop d'honneur, je grince à l'encontre de David, je ne sais pas si vous le savais, mais je sais me contrôler.

Je ne rajoutais rien d'autre à ma phrase pour ne pas paraitre agressive et surtout pour ne pas faire remonter de vieilles expériences d'envoutements.

- Bon, c'est pas que j'ai une petite faim, mais... si ça n'ennuie personne, on a pas manger depuis ce matin, non?

- Yeap, en plus je sais pas, mais .. enfin parlons en lors du repas, c'est Chris aux fourneaux. Répondit David en refermant la porte derrière nous de la chambre.

- C'est étrange, cette maison, me rappelle beaucoup les constructions de l'Ancien Monde. Dis-je doucement en descendant les marches derrières Jalil.

- Tu n'es pas la seule, c'est vraiment très moderne, il n'y a même de l'électricité, et je n'ai pas eu de message désignant une connexion extérieur, continua le black en face de moi.

- Et tu verrais la suite de la maison, la cuisine est hallucinante, heureusement qu'il n'y a pas de télé ou de chaine audio, j'aurais jurer d'être retourner à Chicago, babilla David.

- Hum... c'est peut-être une particularité de ces nouvelles divinités, des divinités plus dans les temps où nous avons quitté ce Monde.

- Bon, direction la cuisine, par contre April, tu en as déjà vu un? (je hoche la tête) Imagine toi que les autres sont relativement pareils tout en étant différent alors, ne nous fait pas défaut. Finit par dire Jalil lorsque nous arrivions devant une porte blanche sans aucun ornement.