C'est ma première Fanfiction et je ne sais pas encore très bien où elle va nous emmener. Elle se situe au début du premier livre, à l'arrivée à Forks de Bella. Je ne sais pas encore si les Cullen seront des vampires, mais ce n'est de toute façon pas le plus important.

J'espère que l'histoire vous plaira !

Chapitre 1 - Arrivée à Forks

Je m'appelle Bella. Je vis à Forks chez mon père depuis que ma mère a rencontré Phil. Elle a l'air très heureuse avec lui, mais elle devait rester à Phoenix avec moi lorsqu'il suivait son équipe de base ball (phil est entraineur). Pour qu'elle puisse le suivre dans ses déplacements, j'ai demandé à aller vivre avec mon père, Charlie, à Forks, Whashington. Je ne suis pas très proche de mon père qui est très solitaire et ne parle pas beaucoup. Je tiens de lui, et ça ne me dérange pas, au contraire. Je savais que ma mère me manquerait, mais honnêtement, je quittais Phoenix sans regrets. Je n'ai jamais été populaire au lycée. Je suis somme toute une adolescente plutôt banale et je n'ai pas beaucoup d'amis. J'ai toujours été timide et il m'est difficile de m'ouvrir aux autres. Je préfère bouquiner tranquillement dans un coin.

J'appréhendais beaucoup mon arrivée à Forks. Dans les petites villes, tout le monde connaît tout le monde et j'étais prête à parier que tous les élèves seraient au courant de l'arrivée d'une nouvelle, d'autant plus qu'il s'agit de la fille du shérif. Je n'avais pas très envie d'être le centre d'attention de tous au lycée, et en montant dans le camion rouge délavé que mon père m'a offert pour aller à l'école, je pris une longue inspiration afin de tenter de me détendre. Cela ne peut pas être si terrible, les élèves de la ville ne sont surement pas des monstres, et avec un peu de chance je n'aurais pas Gym aujourd'hui.

En arrivant sur le parking de l'école, je me garai à côté d'une Volvo grise flambant neuve, qui détonnait à côté de mon vieux tacos. Je me demande bien à qui peut appartenir une telle voiture... Non que j'envie cette personne, je préfère largement mon camion, qui ne craint pas les chocs. A peine sortie de celui-ci je sentis l'attention des quelques élèves présents à l'entrée du lycée se tourner vers moi. Je baissais les yeux non sans avoir repéré le bâtiment administratif et tentai de ne pas tomber en traversant le parking afin de ne pas me ridiculiser dès le premier jour. Au milieu de mon trajet, je fus abordée par un garçon nommé Eric, qui semble-t-il fait partie du journal de l'école. Je bredouillais, horrifiée que non, je ne souhaitais pas qu'il écrive un article sur moi ! Il m'accompagna jusqu'au secrétariat où je récupérai mon emploi du temps.

J'avais beau avoir espéré qu'il ne prenne pas le temps de m'attendre, mais ce ne fut pas le cas. Il m'accompagna jusqu'à ma première salle de classe - anglais - avant de me saluer et de poursuivre sa route vers la sienne, non sans m'avoir invitée à déjeuner avec son groupe d'amis. Il m'avait semblé plutôt sympathique, même si j'aurais préféré me débrouiller seule. Le lycée était bien plus petit qu'à Phoenix et j'aurais trouvé ma salle de classe sans peine.

Le premier cours se passa sans encombre. Après m'être présentée au professeur, je m'installai à une place libre à côté d'une fille nommée Angela. Celle-ci semblait également timide et ne m'assomma pas de questions. Je lui en fus reconnaissante et écoutai le cours d'une oreille attentive. L'anglais est l'une de mes matières préférée.

La matinée passa plutôt vite, je rencontrais d'autres élèves qui semblaient très curieux à mon sujet mais je réussis à me défiler face à leurs questions sur ma vie à Phoenix, notamment grâce à Angela avec qui j'avais la plupart de mes cours et qui me tint à l'écart des autres élèves, ce dont je lui fus très reconnaissante.

Je redoutais l'épreuve du déjeuner. En effet, il allait falloir porter un plateau en équilibre tout en se déplaçant et en sentant les regards scrutateurs des autres élèves qui ne manqueraient de me regarder pour voir où j'allais m'installer. Dans l'idéal, j'aurais souhaité m'installer seule sur une table isolée. Cependant, pour mon premier jour, je ne voulais pas blesser les élèves qui avaient fait l'effort de discuter avec moi et qui m'avaient invitée à partager leur table. Je me retrouvai donc attablée avec Angela (Dieu merci), Eric que j'avais rencontré ce matin, un garçon au visage poupin et semblant plein d'entrain du nom de Mike, Jessica, que je ne connaissais pas encore, mais dont l'attitude générale et l'apparence me criaient qu'elle ne deviendrait pas ma meilleure amie et quelques autres dont je n'ai pas retenu les prénoms. Je tentais de ne pas être au centre de la discussion même si les autres me bombardaient de questions sur ma vie à Phoenix, mes goûts... Je sentais que je n'étais pas la seule à ne pas apprécier d'être au centre des attentions de tous les garçons de la table et Jessica tentait inlassablement de ramener le sujet à elle, ce dont je lui étais reconnaissante.

Alors que Jessica avait réussi son coup et monopolisait l'attention de la table, mes yeux vagabondèrent sur le reste du réfectoire. Je m'attardai sur la table en face de moi, autour de laquelle étaient attablées 5 personnes qui semblaient isolées du reste des élèves et dont les plateaux étaient intactes. Angela suivit mon regard et me sourit :

"- Tu les as remarqués ! me dit-elle d'un air amusé.

- Mmmh, oui, répondis-je gênée d'avoir été surprise en train de fixer le groupe, qui sont-ils ?

- Ce sont les Cullen, les enfants adoptifs du docteur Carlisle Cullen et de sa femme Esme.

- Ils n'ont pas l'air très intégrés

- Oui, ils sont toujours entre eux et ne se mélangent que très peu "

Elle fut interrompue par Jessica qui jeta d'un air méprisant :

- Ils se considèrent trop bien pour nous !

Alors que je regardai tour à tour la table des Cullen et Jessica avec un air un peu surpris, Angela me souris en chuchotant :

- Edward a refusé les avances de Jessica, et depuis, elle leur en veut à mort...

Je rigolais doucement avant de demander :

- Lequel est Edward ?

- Le plus petit avec les cheveux en pétard.

Le dénommé Edward nous regarda, comme s'il avait senti que nous parlions de lui. Je détournai le regard, troublée. Il était très beau, avec un regard profond dont la couleur m'avait semblée étrange, sans que je puisse l'identifier pendant ce cours croisement de nos regards. A bien y réfléchir, aucun des Cullen autour de cette table n'aurait été ridicule à la une d'un magazine de mode. De quoi faire rêver, et je me sentis d'autant plus banale en les dévisageant un par un. En face d'Edward était assis un grand blond qui semblait très tendu, et presque souffrant. La fille à côté de lui était petite, brune, avec les cheveux dans tous les sens. Elle lui tenait la main comme pour le réconforter. Elle avait un visage rieur et elle me sembla immédiatement sympathique, sans aucun lien avec la description que m'en avaient faite Jessica et Angela. La blonde assise à côté d'elle, par contre semblait effectivement mépriser tous ceux qui n'étaient pas à sa table. Elle était très belle et semblait le savoir. Le garçon à côté d'elle avait le bras autour de ses épaules. Vu sa carrure, il faisait probablement partie de l'équipe de foot...

Le repas se termina tranquillement et je répondis brièvement aux questions qui m'étaient posées. Angela m'accompagna jusqu'à ma classe de biologie et me laissa devant la porte pour rejoindre son cours de maths. Je me présentais au professeur qui m'installa à la seule place libre de la classe : à côté d'Edward Cullen... Je surpris le regard accusateur de Jessica lorsque je m'assis à côté d'Edward. Un peu intimidée, je me présentai en faisant un petit signe de main. Il se présenta également, en restant très distant. Pendant le cours, qui s'avéra être un TP que j'avais déjà fait à Phoenix, je détaillai mon voisin un peu plus précisément. Il avait les cheveux châtain clairs très décoiffés, ce qui lui donnait un côté un peu fou qui détonnait avec le reste de son visage et son attitude générale très sérieuse. Il avait la mâchoire proéminente et crispée. Lorsque ses yeux se fixèrent dans les miens pour me donner le microscope, je fus surprise par leur couleur marron très clair. Je n'avais encore jamais vu des yeux d'une telle couleur, et je ne fus pas surprise de ne pas l'avoir reconnue au réfectoire. Je ne manquais pas de rougir en pensant qu'il avait des yeux magnifiques. Je comprenais que ce garçon soit la cible de toutes les convoitises de la gente féminine du lycée. Cependant, et selon les dires d'Angela, il était célibataire. Je ne pus m'empêcher de rougir à nouveau en pensant que cela ne me déplairait pas de tenter ma chance, avant de remarquer qu'il s'était brusquement détourné de moi et rapproché de la fenêtre ouverte comme si j'exhalais une odeur insupportable et avant de me faire la réflexion que cela ne risquait pas d'arriver. J'avais en effet un succès plus que limité auprès des garçons, n'étant ni particulièrement belle, ni particulièrement sympathique, ou du moins un peu difficile d'abord. Je n'avais que très peu d'expérience, voire pas d'expérience du tout, et cela me complexait particulièrement. Je n'ai jamais été particulièrement attirée par qui que ce soit, ou alors, je suis de toute façon tellement timide et maladroite qu'il ne s'est rien passé ou que mes "avances" se sont soldées par un cuisant échec. Cela m'inquiétait un peu de voir toutes les filles autour de moi pavaner autour des garçons ou parler de leurs petits copains alors que je n'avais rien à dire à ce sujet, voire que ce sujet ne m'intéressait que très peu, peut-être parce que justement il ne me réussissait pas.

Je fus un peu surprise par l'attitude d'Edward, qui semblait être dérangé par quelque chose, mais je ne posai pas de questions et continuai le TP. A part cet incident, et le fait qu'il me scrute de manière assez insistante sans poser de question comme s'il essayait de me faire dire quelque chose, il avait été plutôt sympathique, et pas du tout méprisant comme Jessica me l'avait présenté.

Après le cours de biologie j'avais, à mon grand désespoir, gym. Après m'être présentée au professeur, j'intégrais l'équipe de volley de Mike, dans laquelle je fis des ravages. Nos adversaires remportèrent une victoire facile et tous mes coéquipiers, sauf Mike qui essayait de prendre les balles à ma place pour éviter les accidents semblaient édifiés de l'absence totale de coordination chez moi. Je fus reconnaissante à Mike de tenter de limiter la casse, mais cela ne suffit pas et je réussis à tomber après m'être pris le ballon dans la tête. Un mal pour un bien, cela me permit de sortir du terrain et d'être dispensée de la fin du cours. Je pus rentrer chez moi après m'être changée.

En rentrant, je fis mes devoirs, préparai à manger pour le retour de Charly. La soirée ne fut pas mouvementée, Charly me demanda en mangeant comment s'était passé mon premier jour. Ce à quoi je répondis laconiquement :

"Ça a été, j'ai rencontré quelques élèves sympas et les cours sont intéressants".

Il ne s'attarda pas sur le sujet, ni sur aucun autre sujet, ce dont je lui fus reconnaissante et m'annonça qu'il irait regarder un match chez son ami Billy Blake à la réserve de La Push ce soir.

"Tu te souviens de Jacob, son fils, avec qui tu jouais quand tu venais pendant les vacances ? Tu pourras aller le voir ce week-end"

Je me souvenais effectivement de Jacob, avec qui je construisais des cabanes dans les bois et faisais du vélo (non sans dommages) l'été. C'était un bon ami d'enfance et j'étais contente de pouvoir le revoir ce week end.

Lorsque mon père fut parti et après avoir envoyé un e-mail à ma mère pour lui raconter ma première journée de classe, je me couchai en pensant à Edward et à son attitude étrange en biologie.

Le reste de la semaine se déroula plutôt bien. Je me familiarisai progressivement avec le groupe de Mike, Eric, Jessica et Angela avec qui je mangeai le midi, je limitai les dégâts en sport - le professeur semblait avoir remarqué mon manque d'aptitude pour la pratique des activités physiques et ne me mettait pas trop la pression, et je suivais attentivement les cours. Je découvris que j'avais plusieurs cours avec Edward et la plus jeune des Cullen, Alice, à côté de laquelle je fus installée en cours de maths. Elle se présenta en me souriant et je me sentis immédiatement à l'aise avec elle. Je me présentais néanmoins timidement. Elle me posa quelques questions pendant le cours et m'aida à résoudre les exercices sur lesquels je butais - les maths n'ont jamais été mon fort... Elle était très sympathique, toujours de bonne humeur et très drôle. Elle faisait passer les heures de maths beaucoup plus vite qu'en temps normal.

Le jeudi soir en sortant du cours de maths qui était le dernier, elle me proposa de faire le chemin de retour ensembles. Du coup je la ramenai dans mon camion jusqu'à la maison où je lui proposai de venir prendre le goûter. Elle accepta mais ne prit rien à manger ou à boire alors que je me servais un verre de jus d'orange. Je lui posais timidement quelques questions au sujet de sa famille :

" - Angela m'a dit que toi et tes frères et sœurs avez été adoptés ?

- C'est exact, nous sommes tous adoptés. Rosalie, la grande blonde, et Jasper, le grand blond, sont jumeaux. Rosalie et Emett, le grand costaud sont ensembles.

J'étais curieuse de savoir si elle était avec Jasper, dont elle tenait la main au réfectoire l'autre jour, mais je n'osais pas le lui demander.

- Et tu t'entends bien avec tous ? Demandais-je à la place.

- Oui, je m'entends très bien avec Rosalie, même s'il faut bien la connaître pour apprécier sa gentillesse. Elle a l'air un peu froide au premier abord, j'imagine que tu as remarqué ! déclara-t-elle d'un air malicieux.

- Oui, effectivement, lui répondis-je un peu gênée. D'ailleurs, mmh, tu sais, Jessica vous a décrit comme n'étant pas très bien intégrés à la vie du lycée. Je suis un peu surprise, car vous me paraissez pourtant très sociables ?

- C'est vrai que nous parlons peu avec les autres élèves, à quelques exceptions près ! Nous ne sommes pas d'ici, et contrairement à toi qui es arrivée seule nous sommes arrivés tous ensembles et nous n'avons peut-être pas fait l'effort de nous intégrer pleinement... En plus, Edward a beaucoup de succès et cela vexe beaucoup qu'il refuse de sortir...

- Est-ce qu'il y a une raison particulière à ça ? Je veux dire, est-ce qu'il a déjà une copine peut-être ? Demandais-je curieusement, surprise moi-même de mon audace. Il faut dire qu'Edward m'intriguait.

- Non, il n'a pas de petite amie, mais il est un peu timide et je pense qu'il attend de rencontrer quelqu'un qui lui plait vraiment. Pourquoi, tu le trouves mignon ? me demanda-t-elle d'un air espiègle,

Ce à quoi je rougis furieusement en baissant les yeux et en me maudissant pour ma curiosité.

Elle rigola doucement et changea de sujet. Nous passâmes la fin de l'après-midi ensembles dans ma chambre à discuter littérature et musique. Elle parcourut avec attention ma bibliothèque et je découvris avec plaisir qu'elle aimait également beaucoup lire. Elle me recommanda plusieurs titres de livres et me proposa d'aller à la librairie ensemble ce web end pour les acheter. J'acceptais joyeusement sa proposition.

Elle partit quand mon père rentra, après l'avoir salué poliment. Je fis alors à manger et Charly me demanda pendant le repas :

- Tu a l'air de bien t'entendre avec Alice Cullen ?

- Oui, elle est très gentille et nous avons beaucoup de goût en commun.

- Je connais son père, c'est quelqu'un de très bien. En plus Alice a l'air très bien élevée. Tu peux l'inviter chez nous quand tu veux.

- Merci papa.

Le samedi, Charly m'emmena à La Push où je passai l'après-midi avec Jacob. Il avait l'air très content de me revoir, et cela était réciproque. Nous passâmes une très bonne après-midi à nous balader sur la plage en se discutant tranquillement. Jacob était vraiment d'une compagnie agréable.

Le soir, Alice appela et demanda à Charly si nous pouvions passer la journée à Port Angeles pour acheter des livres. Charly accepta, étant donné qu'il avait déjà prévu d'aller pêcher toute la journée et que cela m'évitait d'être seule à la maison. Je le remerciai et discutai avec Alice au téléphone avant d'aller me coucher. J'étais excitée à l'idée de passer la journée à flâner dans des librairies avec Alice. J'eus un peu de mal à m'endormir et me réveillais tôt le lendemain matin. Je choisis des vêtements confortables et que j'aimais particulièrement et après avoir pris une douche et mon petit déjeuner j'ouvris un livre pour attendre Alice. J'entendis la voiture arriver et dévalai en trombe les escaliers pour lui ouvrir. Elle était au volant d'une voiture qui avait l'air très neuve et très chère, même si mes connaissances dans le domaine ne me permettaient pas de l'identifier... Elle me sourit et me fit signe de la rejoindre.

Le trajet jusqu'à Port Angeles fut très agréable. Elle me posa des questions sur ma vie à Phoenix, et aussi bizarre que cela puisse paraître, cela ne me dérangeait pas de lui répondre. Elle avait l'air réellement intéressée par ce que je lui racontais, ce qui me surprenait beaucoup, ma vie n'étant pas spécialement passionnante. Je lui posai également des questions sur elle, et je fus presque déçue lorsqu'elle coupa le moteur en précisant que nous étions arrivées. Nous passâmes la journée dans des librairies et chez des disquaires. J'achetai quelques livres qu'elle m'avait conseillées et elle fit de même. Je pris beaucoup de plaisir à choisir des livres pour elle. Je réfléchis longtemps avant de me décider sur les livres à lui conseiller. Je voulais sélectionner ceux qui m'avaient vraiment plu et j'espérais qu'ils lui plairaient autant. Elle m'emmena manger dans un fast food, mais ne mangea pas elle-même. Je trouvais un peu surprenant qu'elle ne mange jamais en même temps que les autres, mais ne posai pas de question, car nous étions dans un débat animé pour savoir quel mouvement de la peinture était le plus remarquable. Elle penchait pour l'art moderne, alors que je défendais les impressionnistes. Pour clôturer la discussion, elle me promit que nous irions au musée pour confronter nos points de vue face aux œuvres. Cette idée me plut beaucoup et j'acceptais avec plaisir.

Le chemin du retour fut plus calme que l'aller. J'étais un peu fatiguée et me sentais bien en sa présence. Je ne ressentais pas le besoin de parler pour combler les vides. Elle avait mis les nocturnes de Chopin et fredonnait doucement. Soudain, elle me demanda :

- Tu veux venir à la maison ? Je pourrai te présenter à ma famille !

- Si tu es sûre que ça ne dérange pas, répondis-je.

- Super !

Elle avait l'air vraiment très contente que j'aie accepté. Elle semblait beaucoup aimer sa famille, cela se sentait dans la manière dont elle parlait d'eux.

Elle me conduisit donc à sa maison, qui était absolument superbe, tout en baies vitrées donnant sur la forêt. Elle me présenta à sa mère qui m'accueillit très gentiment et me demanda de l'appeler Esme, ce serait difficile, mais j'essaierai ! Son père n'était pas là et j'en fus soulagée. Je n'ai jamais été très à l'aise avec les gens que je ne connais pas, et il y en avait déjà suffisamment dans la maison pour que je me sente intimidée. Rosalie, Emmett et Jasper étaient dans le salon, les deux garçons jouant à la console pendant que Rosalie feuilletait un magazine. Elle leva à peine les yeux lorsque j'entrais dans le salon et saluais tout le monde d'un signe timide de la main. Les deux garçons étaient en pleine frénésie dans leur jeu et je ne voulais pas les déranger. Alice me proposa d'un air excité d'aller dans sa chambre, ce que j'acceptais avec soulagement. Je serais alors seulement avec elle et je n'aurais pas à subir le regard inquisiteur de Rosalie sur moi.

Sa chambre était à son image, lumineuse, avec des couleurs flashies et très bien décorée. Je m'y sentis immédiatement à l'aise. Je lui demandais avant de m'assoir sur son lit qui jouait du piano et elle me répondit :

- C'est Edward, viens on va le voir si tu veux !

J'hésitais avant de répondre affirmativement. Je ne voulais pas qu'elle pense que j'étais particulièrement attirée par Edward. Je ne savais pas moi-même si c'était le cas d'ailleurs.

Edward jouait sur un piano à queue installé dans une pièce de taille moyenne, enfin, comparée aux autres pièces de la maison ! avec une baie vitrée donnant sur la forêt. Alice sautilla autour du piano pour essayer de le déconcentré mais sans succès. Je fus très impressionnée par son talent. Etant moi-même totalement inapte à la pratique d'un instrument de musique je fus laissée admirative. Je regardais par la fenêtre en l'écoutant jouer et me retournai lorsque la musique stoppa. Je constatai alors qu'Alice avait disparue et que j'étais seule avec Edward. Je maudis Alice et félicitai timidement Edward pour son jeu.

"- Salut Bella, je suis content de te voir. Je suis désolé, je n'ai pas été particulièrement agréable en biologie ton premier jour, je n'étais pas dans mon assiette.

Je fus agréablement surprise de sa déclaration, et je répondis, gênée :

- mmh y a pas de mal, t'en fais pas.

- Tu sais jouer ?

Je répondis immédiatement :

- non, non, absolument pas, je suis très maladroite de toute façon.

- Viens, je vais t'apprendre un petit morceau très simple.

Décidément, les Cullen (à part Rosalie !) étaient bien plus sympathiques que ce que l'on m'en avait dit.

Je passais quelques temps en compagnie d'Edward au piano, et je fus capable, à ma plus grande surprise de jouer un petit morceau. Je ris beaucoup tout ce temps et lorsqu'il fut temps pour moi de rentrer je demandai à Edward où était passé Alice. Il m'accompagna dans sa chambre et je les surpris à échanger un regard étrange, qui ressemblait presqu'à du défit. Alice bondit de son lit à mon arrivée et me pris par le bras pour me raccompagner chez moi. Je dis au revoir à Edward, avec qui j'avais échangé mon numéro de téléphone, ne sachant trop quoi espérer. Alice ne fut pas très bavarde pendant le retour et je lui racontais toute excitée que j'avais réussi à jouer un petit morceau au piano, ce qui était très surprenant pour moi, qui suis terriblement maladroite. Cette partie de mon récit lui arracha tout de même un petit sourire.

En arrivant devant chez moi, elle gara la voiture devant l'entrée et je lui dis au revoir en sortant de la voiture :

"- Merci beaucoup pour cette journée Alice, je me suis beaucoup amusée,

- Moi aussi Bella,

- Tu me diras ce que tu penses des livres que tu as pris ! Dis-je en rougissant légèrement. Ces livres étaient très importants pour moi et j'espérais qu'ils représenteraient autant pour elle que pour moi.

- D'accord, mais toi aussi alors.

- à demain

- à demain Bella, bonne soirée"

Je la regardais faire demi-tour et repartir depuis le porche d'entrée, en lui faisant un petit signe de la main avant de rentrer à la maison. Je trouvai Charly devant la télé. Il avait cuisiné un poisson qu'il avait pêché dans la journée. C'était très bon et je fus surprise, car il n'avait pas l'air d'être un as de la cuisine !

Je mangeais pourtant rapidement et montai dans ma chambre. Après avoir fini mes devoirs, je me couchai en laissant mon téléphone allumé sur ma table de nuit. Je repensais à Edward. Je soupçonnais Alice de nous avoir laissés seuls exprès. J'étais un peu gênée qu'elle se soit rendu compte de mon attirance pour Edward. En fait, je ne savais même pas si cela était de l'attirance. Je voyais plutôt ça comme un challenge - moi, Bella Swann, la fille la plus insignifiante du lycée, n'ayant jamais eu d'expérience amoureuse concluante, sortir avec le plus beau gosse du lycée ? Beau challenge en effet. Voire même un besoin. Le besoin de me prouver que je pouvais plaire à un garçon, et trouver en celui-ci une personne avec laquelle je puisse m'ouvrir un peu plus et partager toutes ces choses qu'aujourd'hui je garde pour moi. Le besoin de prouver aux autres que je pouvais moi aussi y arriver ! Je dois être un peu bizarre.

Je m'endormis en repensant à Alice et aux livres qu'elle m'avait conseillés. Je pris la résolution d'en commencer un le lendemain.