Eh non, vous ne rêvez pas, ceci est bien un nouveau chapitre ! je vous présente mille excuses pour mon absence. Il y a d'abord eut les vacances, et j'ai un emploi du temps pas mal chargé, mais je vous promets que je n'abandonne pas cette traduction, j'irais jusqu'au bout. Je prendrais le temps de traduire et de venir poster.

Merci beaucoup à tous ceux qui prennent le temps de laisser une petite review, ça m'encourage vraiment à me bouger les fesses pour traduire plus vite XD

Merci aussi à ma bêta qui prend le temps de bien vouloir me relire ^^

Également, merci à elle qui prend toujours le temps de remercier un petit mot gentil à chaque chapitre ^^

Réponse à PtiteGymnaste : Je suis ravi que tu aimes cette fic, mais je ne suis pas l'auteur de Basket-Ball. Cette fic vient entièrement de l'imagination de Phika17 ;) Mais je le l'accorde, c'est une superbe fic, j'en suis également un lecteur ^^

Sur ce, bonne lecture et on se retrouve en bas !

'Scarlet' appartient à Archer24

EPOV

"Très bien, nous avons environ une heure avant vous ne deviez aller là-bas toi et Scarlet.'' dit Emmett m'observant ajuster ma ceinture de façon à ce que mon arme soit dissimulée sous la veste de mon costard.

''Merci encore de m'aider pour ça.'' dis-je, le pensant vraiment. Emmett faisait parti de la section des crimes organisés donc avait plus d'expérience avec les opérations sous couverture, lorsque je lui avait demandé assistance, il avait semblé très heureux d'aider.

''Ouaip, pas de problèmes.'' dit-il, ''Je suis content d'avoir pu aider. Je n'ai pas d'affaire en ce moment dans les crimes organisés, donc j'ai beaucoup de temps libre.''

Je fermai la porte de mon bureau et regardai dans le miroir qui était derrière, j'arrangeai le nœud de mon nœud papillon qui était de travers et ajustai les rebords de mes manches, les tirant un peu vers le bas pour les lisser. Il était rare que je doive porter un costume, je n'avais jamais d'occasion formelle pour en mettre un. Je me tournais de chaque côté, observant mon reflet avec un sourire appréciateur.

"Très bien, on est prêt, vous êtes parfait, maintenant, on y va. On doit te prendre une oreillette et s'assurer que les équipes sont en place.'' pressa Emmett impatiemment.

''Très bien, on doit passer prendre Scarlet, avec un peu de chances, elle devrait être prête à présent.'' dis-je, regardant à la fausse Rolex à mon poignet.

''Ne vous inquiétez pas pour elle, Rose l'aide à se préparer et ensuite, elle l'emmènera nous rejoindre à l'arrière du garage avec le reste de l'équipe.'' dit-il, jetant également un coup d'œil à sa montre.

''Vous avez l'air nerveux.'' dis-je, me demandant pour quelle raison moi, je ne l'étais pas.

''Pas nerveux. Juste ponctuel. Les opérations sous couvertures, même les courtes, peuvent se passer horriblement mal si on ne respecte pas le timing, même pour une fraction de seconde.'' dit-il, illustrant son propos en approchant son pouce près de son index pour qu'ils soient séparés d'un millimètre.

Je jetais un dernier coup d'œil au miroir avant de hocher la tête et d'ouvrir la porte, la laissant ouverte pour qu'il suive.

Le trajet dans l'ascenseur se déroula dans une légère gêne. Je ne connaissais pas Emmett très bien, et à part les rencontres occasionnelles dans les couloirs, où lorsque je le voyais avec Rose, nous ne nous voyions que très rarement.

Je ne pensais pas que nous ayons beaucoup de choses en commun. Il travaillait dans le crime organisé, je travaillais aux grands vols. Il avait l'air d'être un bodybuilder et moi... eh bien, j'étais légèrement plus petit de stature.

''Donc, comment ça marche entre vous et votre partenaire ? Rose m'en a un peu parlé, mais elle n'a pas travaillé beaucoup avec vous ces temps-ci, alors c'est assez dur pour moi d'être au courant.'' dit-il, brisant le silence.

''Oh, eh bien, vous savez. Ça se passe bien je suppose.'' dis-je avec un léger haussement d'épaule, pas vraiment certain de savoir quoi dire.

Il acquiesça pensivement, regardant droit devant lui.

Une fois encore, le silence retomba dans l'ascenseur et nous fixâmes tous les deux les portes en métal.

''Vous savez, ils en parlent assez souvent d'elle.'' dit-il d'un ton badin.

Je le regardai rapidement. ''Qui ?''

Il haussa nonchalamment des épaules, ''Les gars dans la salle de repos, parfois pendant les planques... Je ne sais pas, j'ai juste l'impression d'entendre souvent son nom.''

''Pourquoi parleraient-ils d'elle pendant les planques ?'' demandais-je, confus.

''Vous n'en avez visiblement pas fait beaucoup si vous ne savez pas à quel point il peuvent devenir lourds.'' dit-il avec un petit ricanement.

Je ne savais pas pourquoi l'idée que les gens parlent me dérangeait autant.

Je laissais encore passer quelques moments de silence avant de hausser les épaules et de dire,''Alors... Qu'est-ce qu'ils disent à propos d'elle ?''

Là, il se tourna pour me regarder pour la première fois, apparemment, ce que je pensais être subtile s'avérait ne pas l'être du tout.

''Pourquoi voulez-vous tant le savoir ?'' demanda-t-il avec un sourire entendu sur le visage. .Je me rappelais immédiatement qu'il passait la moitié de son temps aux côtés de Rosalie, et qui sait quelle idée elle avait pu lui mettre dans la tête.

''Sans raisons particulières.'' Je haussai les épaules.

Je vis l'air de son visage du coin des yeux qui me dit qu'il ne me croyais pas une seconde. Moi, je fixai juste droit devant.

'Est-ce que l'ascenseur prend toujours autant de temps ?'

Je fus légèrement surpris lorsqu'il commença à répondre à ma question, ''Eh bien, laissez moi réfléchir... Je me souviens que Matt parlait du casse qu'elle avait fait au Field Museum... dans la salle de repos l'autre jour, j'ai entendu Greg se demander comment elle avait fait pour convaincre Aro de travailler avec vous...''

J'acquiesçais, jusque là, il n'y avait rien qui ne m'embêtait.

''Oh oui, j'ai presque oublié,'' L'ascenseur sonna et les portent commencèrent à coulisser doucement. ''J'ai entendu Will et quelques potes à lui parler d'une sorte de pari.''

Avec ça, il sortit d'un coup à travers les portent à présent ouvertes, me laissant dans un état de choc.

''Attendez une seconde ! Quel pari ?'' lui criais-je.

BPOV

Je me penchais plus près de miroir et appliquai une couche de mascara. Mes yeux se bougèrent dans le reflet lorsque je vis quelqu'un adossé au mur.

''Hey.'' dis-je, me tournant pour lui faire face.

Elle hocha simplement la tête et continua de s'appuyer contre le mur. Nous étions dans les vestiaires des femmes, ça avait été le seul endroit décent que j'avais pu trouver pour me préparer.

Il y eut quelques moments de silence gêné.

''Ummm, avez-vous besoin de quelque chose ?'' demandai-je dans le silence.

''Non, Emmett voulait seulement que je vous aide à vous préparer et m'assurer que vous étiez dans les temps.'' dit Rosalie.

Je hochai la tête, pas très sûre de savoir quoi dire.

Je pouvais dire qu'elle ne voulait pas m'aider et que la seule raison pour la quelle elle était ici était Emmett.

''Eh bien, je pense être prête.'' dis-je, essayant de soulager cette situation gênante en lui donnant une ouverture pour s'en aller.

Elle leva un sourcil, son visage prenant une expression intéressante. ''Vous allez y aller avec vos cheveux comme ça ?'' demadnda-t-elle

''Qu'est-ce qui ne va pas avec mes cheveux ?'' questionnai-je, toute politesse disparue. Je jetais un coup d'œil au miroir du coin des yeux, essayant de voir ce dont elle pouvait bien parler.

''Eh bien, pour parler franchement, tout.'' fit-elle, se poussant loin du mur.

Je lui fis un regard noir à travers le reflet du miroir avant de retourner à mes cheveux. Ils étaient raides avec une légère courbure à la fin. Je les avais coiffés comme ça des millions de fois et je ne voyais pas ce qui n'allait pas.

Elle put voir que je ne comprenais pas, elle soupira avant d'attraper une chaise pliante et elle me força à m'assoir dessus.

''Attendez ici.'' ordonna-t-elle. Je levais un sourcil devant cet ordre. Une part de moi voulait bouger juste pour l'énerver.

Elle revint avec un sac et un fer à cheveux, je devins immédiatement sceptique devant de qu'elle projetait de faire.

''Je ne pense pas que l'on ait assez de temps...'' commençais-je à dire.

''Ça ne prendra que cinq minutes. Je ne peux pas rester là et voir cette atrocité se faire.'' dit-elle, regardant mes cheveux dans le miroir.

Par 'atrocité', je supposais qu'elle parlait de ma coiffure. Je dus me mordre la langue pour retenir la répartie qui menaçait de sortir.

Bien sûr, cinq minutes, trente épingles à cheveux et trois douzaine de jurons plus tard, elle avait fini.

J'ouvris les yeux que j'avais fermés et regardai mon reflet.

''Wow.'' dis-je simplement. ''... merci.''

''Ouais, eh bien... vous devriez mieux vous fondre dans la masse avec ça.'' dit-elle, détournant le regard du reflet et remettant quelque chose dans son sac.

J'étais toujours ébahie, à la fois par le fait qu'elle avait vraiment fait une pause dans sa constante hostilité envers moi depuis notre session de psychanalyse, et aussi par le reflet que je voyais dans le miroir.

Je la regardais dans le miroir, elle évitais toujours un contact visuel.

''Vous ne m'aimez vraiment pas, n'est-ce pas ?'' lui demandais-je, elle leva enfin les yeux pour rencontrer les miens.

Elle pinça les lèvres et ne dit rien, optant pour le silence plutôt que pour la vérité. Mais je pouvais le voir sur son visage.

''C'est pas grave, vraiment. Je peux comprendre pourquoi.'' dis-je, me levant de la chaise tout en jetant un autre coup d'œil au miroir.

L'hostilité ne m'avait jamais beaucoup dérangé, ça allait de pair avec ce job. Ou du moins, avec ce qu'était mon job d'avant. Faire maints efforts pour amener quelqu'un à vous aimer sans rien obtenir en retour était irrationnel pour moi. Il y allait toujours y avoir des gens qui ne vous aimeront pas, que ce soit par jalousie, à cause de quelque chose que vous avez fait, ou sans raison apparente. Je pensais que l'hostilité de Rosalie résultait d'une combinaison de tout ça.

''J'ai simplement du mal à vous faire confiance.'' dit-elle, détournant les yeux, me montrant qu'elle avait honte de l'admettre.

Cependant, cela ne me blessa pas, je ne lui en voulais pas.

Elle se racla la gorge, ''Alors, vous êtes prête pour ce soir ? Des questions ou quelque chose ?'' demanda-t-elle.

''Je ne pense pas qu'ils laissent des psychologues faire des opérations sous couverture.'' demandais-je, ravalant le sourire narquois qui menaçait d'étirer mes lèvres.

''Ils ne le font pas.'' dit-elle, ses lèvres se crispant encore une fois, ''mais contrairement à vous, j'ai travaillé avec le FBI pendant des années donc je sais comment ces choses se déroulent.''

Je devais admettre à contrecœur qu'elle marquait un point.

''Donc, je vous le redemande, des questions avant que l'on ne vous envoie dans une opération potentiellement dangereuse ?'' interrogea-t-elle, cette fois avec les mains sur les hanches. J'avais l'impression que cette position particulière était habituelle chez elle.

Aussi tentant que ce fut de déclencher une autre dispute avec elle, je décidai de lui laisser un break.

''Non, ça va. Merci quand même.'' dis-je, m'assurant que je ne laissais rien derrière moi.

Je vis son visage s'adoucir, elle s'était manifestement attendue à ce que je lui répondre sur un ton différent. ''Très bien alors... Nous devrions y aller.'' fit-elle en se frottant l'arrière de la nuque et en se tournant vers la porte.

Je la suivis, mes talons aiguilles cliquetant sur le sol en linoléum entre le vestiaire et l'ascenseur.

Si j'avais fais attention, j'aurais remarqué toutes les têtes qui se tournaient lorsque je marchais.

EPOV

"Arrêtez de vous agiter, vous êtes bien.'' dit Emmett, remarquant que je tirais sur mon nœud papillons pour la centième fois.

''Très bien, revoyons le plan encore une fois. Scarlet et moi entrons, on observe la vente aux enchères, nous essayons d'identifier le voleur ou possiblement les voleurs, et votre équipe sera garée au coin de la rue pour les renforts si nous en avons besoin.'' dis-je, m'adossant à la Mercedes ridiculement chère, avant de me redresser rapidement à l'idée de salir mon costume.

''Ouais, en gros. Voilà votre oreillette.'' dit-il, sortant une boite de l'arrière du van noir, il l'ouvrit et révéla une petite pièce de technologie couleur peau. Je la retirais de son emplacement et la mis dans mon oreille, l'ajustant jusqu'à ce qu'elle bien mise et hors de vue. Il grimpa dans la van de surveillance.

''Est-ce que ça marche ?'' murmurais-je.

Ma réponse fut Emmett sortant son bras du van avec le pouce levé.

J'acquiesçai et mis mes mains dans mes poches pour résister à l'envie de regarder ma montre.

''Alors, qui est dans votre équipe ce soir ?'' demandai-je à Emmett, essayant de passer le temps.

Il sortit de l'arrière du van. ''Eh bien, Rose vient. Elle voulait en faire partie pour me tenir compagnie.''

''Et moi.'' Je me tournais pour voir un agent normal marcher avec un portable coincé sous le bras.

Il faisait partie de la division des crimes organisé tout comme Emmett. Je l'avais vu dans le bâtiment occasionnellement, mais je n'avais jamais vraiment travaillé avec lui. Il avait à peu près la même taille et la même stature que moi et semblait plutôt amical. Je tendis ma main. ''Edward.'' dis-je.

Il attrapa fermement ma main et la serra en disant, ''Riley.''

''Et moi c'est Emmett, maintenant que nous nous connaissons tous, pouvez vous commencer à vous installer ?'' dit Emmett impatiemment, nous faisant ricaner tous les deux.

Je regardais Riley grimper dans le van avec son ordinateur portable en main. Il y eut un bruit de papier froissé, ''Alors Edward, on dit que votre nouvelle partenaire est plutôt bien roulée, c'est vrai ?''

Mes sourcils se froncèrent. ''Eh bien... ummm...'' Je me raclai la gorge.

''Je veux dire, d'après ce que j'ai entendu...'' Il sauta pour sortir du van, cette fois sans son portable, ''elle doit être...'' Il leva les yeux de sol vers ma direction, mais son regard alla directement derrière mon épaule, ses yeux s'écarquillèrent et sa mâchoire tomba.

''Putain de merde.''

Je lui envoyai un regard confus et jetai un coup d'œil derrière mon épaule et marquai immédiatement un temps d'arrêt, cette fois en me retournant complétement.

Putain de merde était la bonne expression.

Soudainement, ces scènes ridicules dans les films où la fille marche au ralenti, faisant tourner les têtes à chaque pas ne semblaient plus du tout ridicules.

Ma bouche s'assécha.

Sa robe était moulante, étant à la fois bleue et blanche argentée, faite de manière à ce que le tissu épouse parfaitement ses courbes. Elle s'arrêtait à mi-cuisse, laissant beaucoup de place à l'imagination tandis qu'elle donnait tout de même un air classe et élégant. N'importe qui d'autre qui aurait porté cette robe n'aurait pas été capable de la retirer. Mon regard continua son voyage jusqu'à ce que je remarque les talons aiguilles qui cliquetaient sur le sol cimenté du garage. Je déglutis difficilement et détournai mon regard, regardant son visage à la place.

La moitié de ses cheveux était lâchée et légèrement frisée, tombant sur ses épaules tandis que l'autre moitié était retenue en un chignon sophistiqué qui l'empêchai de retomber sur son visage.

La distance entre nous s'amenuisa de plus en plus jusqu'à ce qu'elle se tiennent juste en face de moi, à côté de la Mercedes.

''Edward, si vous continuez à garder votre bouche ouverte ainsi, vous allez avalez des mouches.'' dit Rosalie sans me regarder tandis qu'elle me dépassait et grimpait à l'arrière du van pour rejoindre Emmett.

Je la fermai et entendis le 'click' de mes dents lorsqu'elles claquèrent les unes contre les autres.

''Est-ce que l'on est presque prêt à y aller ?'' demanda Scarlet en me regardant.

''O-ouais.'' Je toussai, me raclant la gorge et détournant le regard.

Soudainement, quelqu'un me poussa l'épaule, me faisant presque tituber. ''Salut, moi c'est Riley.''

Il me fallut un moment pour réaliser que je fusillais l'arrière de sa tête avant que je n'arrête.

Elle le regarda passivement mais prit néanmoins sa main tendue. Cependant, au lieu de la serrer, il la porta à ses lèvres et l'embrassa.

Je me raclai la gorge, surpris par la bouffée de rage qui me prit. ''Hey Riley, ne deviez vous pas installer vos affaire. Vous savez. Dans le van.'' Je désignai le van avec mon pouce.

Il me jeta un coup d'œil, sur le point de dire quelque chose, mais l'expression de mon visage dut le faire changer d'avis car il lui jeta un dernier coup d'œil avant de lâcher sa main et de marcher vers le van sans dire un mot de plus.

Elle le regarda sans afficher d'émotions claires sur son visage avant de me regarder moi, ses yeux m'étudiant des pieds à la tête. Le pari dont Emmett m'avait parlé me revint à l'esprit, je décidai de ne pas lui dire de quoi il s'agissait.

''Vous êtes bien beau Agent Cullen.'' dit-elle, un sourire étirant ses lèvres tandis qu'elle croisait les bras en me fixant.

''Merci, vous n'êtes pas mal non plus.'' dis-je, m'appuyant presque contre la voiture une deuxième fois avant de me rattraper. ''A qui est cette robe ?''

''A moi. C'est une originale Herve Leger.'' dit-elle, baissant les yeux sur elle avant de revenir sur moi.

Je hochai la tête comme si je savais ce que cela signifiait.

''Rosalie m'a coiffé par contre, elle pensait qu'avec ça, je pourrais mieux me fondre dans la masse durant l'évènement.'' expliqua-t-elle.

Je voulais lui dire qu'il n'y avait aucunes chances que cela se produise, les gens – spécialement les hommes – allaient définitivement la remarquer, mais à la place, je me mordis la langue et détournais le regard.

''Très bien, nous devrions y aller. Je viens juste d'avoir le feu vert du directeur, on peut y aller.'' annonça Emmett.

Il ouvrit la portière du van côté conducteur et était sur le point de rentrer lorsqu'il sembla se rappeler de quelque chose et il se retourna. ''Oh, il nous a aussi donné l'autorisation de couper le traqueur Edward.''

''Oh, c'est vrai, j'avais presque oublié.'' dis-je, et je commençais immédiatement à chercher mon canif dans ma poche.

''De quoi parle-t-il ?'' demanda Scarlet, faisant des allers retour entre l'endroit où avait été Emmett auparavant et moi.

''Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, votre... accoutrement ne couvre pas vraiment votre bracelet GPS. Nous, nous allons le couper pendant deux heures.''

Je vis ses yeux s'écarquiller pendant une fraction de secondes avant qu'elle ne le masque.

''L'affaire est arrivée trop rapidement pour que nos techniciens ne conçoivent quelque chose qui ferait l'affaire, comme un bracelet avec une micro-puce insérée à l'intérieur. Donc, cela veut également dire que vous devez rester dans mon champ de vision. Tout le temps. Sans exceptions.''

Elle acquiesça.

''Gardez en tête que le bâtiment sera encerclé par des agents. Si vous tentez quoi que ce soit, ceci,'' Je nous désignais tous les deux, ''est terminé et vous serez renvoyée en prison, seulement cette fois avec une sécurité maximale.''

Elle prit une seconde, mais acquiesça encore.

J'ouvris mon canif et me penchai là vers sa cheville. Avec prudence, pour ne pas la couper, je luis tins la cheville tandis que je sectionnai la bande de plastique du traqueur.

Je reposai son pied avec précaution et me redressai, elle fixai sa cheville maintenant nue, son esprit réfléchissant à quelque chose que je ne pouvais pas comprendre.

La situation me fit réfléchir. Je ne savais pas encore si je pouvais lui faire confiance. Je le voulais. Ce soir, une cap allait être franchit, dans un sens ou dans l'autre.

BPOV

Ma cheville semblait bizarrement légère et nue sans le morceau de plastique qui l'enserrait.

Il y avait une marque rouge autour de là où la circulation sanguine avait été réduite. Je me serai bien penchée pour la masser, mais le risque de déchirer ma robe surpassait cette irritation.

''Très bien, allons-y.'' dit Edward, regardant sa monter et ouvrant la portière arrière de la Mercedes pour moi.

Je souris devant ce geste et me glissai à l'intérieur, l'observant à travers la vitre teinté alors qu'il fermait la portière. Mes yeux le suivirent lorsqu'il contourna l'avant de la voiture et ouvrit la portière opposée, se glissant dans le siège à côté de moi.

''Ok, c'est parti.'' dit-il à l'agent du FBI/faux chauffeur à l'avant du véhicule.

L'agent hocha la tête et fis tourner le moteur, bientôt, nous sortions du garage du FBI avec Emmett et un autre van à notre suite.

Je laissais mon esprit vagabonder tandis que je fixai la fenêtre. Souvent, il revenait à ma cheville libre de tout traceur.

''Êtes vous nerveuse ?'' entendis-je Edward demander.

Je détournai mon regard du paysage défilant devant moi pour le regarder.

''Pas vraiment. Vous ?'' questionnai-je, un petit sourire aux lèvres.

Il me rendit mon sourire, ''Pas nerveux, seulement... légèrement mal à l'aise.''

''A propos de quoi ?'' demandai-je, mes yeux cherchant les siens.

''Je ne suis pas sûr... Je suppose que c'est comme un pressentiment. Vous en avez déjà eu ? Comme un picotement à l'arrière de votre nuque dont vous ne pouvez pas vous débarrasser.'' dit-il.

''Je ne crois pas.'' répondis-je. C'était vrai, je ne m'étais presque jamais retrouvée dans une situation dont je ne pouvais pas me tirer, et par conséquent, je ne me sentais pas vraiment nerveuse avant les casses ou dans ce cas là, une opération sous couvertures.

Je jetai un coup d'œil à la vitre noire, repérant rapidement les deux vans du FBI qui nous suivaient discrètement quelques voitures plus loin.

Je retournai mon regard vers l'avant et remarquai l'air inquiet sur le visage d'Edward.

''Tout va bien se passer, ne vous inquiétez pas.'' Sans y penser, je tendis le bras et plaçai ma main au dessus de la sienne. Il baissa les yeux sur celle-ci avec une légère surprise; je la retirai immédiatement, réalisant mon erreur.

Je continuais de regarder par la fenêtre pendant le reste du voyage.

EPOV

"Très bien, on, est arrivés.'' dis-je, regardant à travers la fenêtre la file de Mercedes et de limousines devant nous. C'était le même bâtiment que cet après-midi, mais il était à présent décoré de lumières blanches qui lui donnaient un air brillant.

Lorsque ce fut notre tour, je sortis de la voiture, fusillant du regard le valet qui s'apprêtait à ouvrir la portière de Scarlet, et je fis le tour pour le faire moi-même. Je plaçais subtilement un doigt dans mon oreille, ''Très bien Emmett, on est prêt à y aller ?''

''Yep, bonne chance.'' entendis-je dans mon oreille.

J'ouvris sa portière, prenant sa main pour l'aider à sortir, ''Emmett et l'autre équipe sont en place à chaque coin de rue.'' murmurais-je tandis qu'elle prenait ma main et sortait de la voiture.

Sans autre signe de ma part, elle entoura mon bras avec le sien et afficha une sourire parfait sur son visage. J'avais le sentiment que ce n'était pas la première fois qu'elle entrait dans une fête sans y être invitée.

''Combien de fois avez vous fait cela exactement ?'' lui demandais-je doucement à travers mon propre sourire.

''Oh seulement quelques fois.'' répondit-elle sans me regarder.

Je résistais à l'envie de renifler de dédain, ne la croyant pas une seconde.

Nous sourîmes poliment aux deux douzaines de couples qui étaient tous habillés en robes et costard de designer.

Je cachais mon inconfort là où Scarlet était capable de s'adapter, moi, je ne pouvais qu'essayer de camoufler mon vrai moi et espérer que personne ne me regarderait d'assez près pour remarquer à quel point je n'étais pas à ma place.

Nous fîmes notre chemin jusqu'à la porte d'entrée, je ralentis notre pas pour faciliter la montée des marches pour Scarlet avec ses talons aiguilles, mais elle continua à marcher sans aucunes hésitation. 'Manifestement, ce n'est pas non plus la première fois qu'elle porte des talons.'

''Votre nom, monsieur.'' demanda l'homme avec un porte-document lorsque ce fut notre tour.

''Evan Wallace.'' répondis-je.

Je vis ses yeux scanner la liste de haut en bas, je fus envahis par un moment de panique et j'eus peur que Mr. Waltman n'ait pas mis nos noms sur la liste, mais mes craintes furent balayées lorsqu'il leva les yeux et sourit, ''Appréciez la vente.''

Je le remerciais et Scarlet et moi continuâmes de marcher à travers les deux larges portes.

La pièce dans laquelle nous entrâmes était très différentes de celles de cette après-midi. Ils avaient dû la redécorer très rapidement après que nous soyons partis, parce qu'à présent, la salle regorgeait de serveurs et de lumières partout, lui donnant une atmosphère éblouissante. Je devais bien leur accorder cela, ils savaient comment organiser une fête.

''Je reviens tout de suite.'' m'annonça Scarlet, dégageant son bras du mien et se glissant immédiatement dans la foule de gens. Il me fallut à peu près deux secondes pour la perdre de vue.

''Merde.'' jurais-je dans ma barbe, étirant mon cou pour tenter de l'apercevoir.

Je m'inquiétais encore plus lorsqu'elle ne revint pas après quelques minutes.

Je portais un doigt à mon oreillette, ''Emmett, on a peut-être un problème.''

Juste à ce moment là, Scarlett réapparut avec deux verres en main. Je résistais à l'envie de lever les yeux au ciel.

''Oubliez ça.'' dis-je à Emmett, la fusillant du regard.

''voilà.'' fit-elle en me tendant ce qui semblait être une vodka tonic avec du citron.

Je la regardais toujours avec un air incrédule, ''Qu'elle partie de 'vous devez toujours rester dans mon champ de vision' vous ne comprenez pas ?''

Elle haussa simplement les épaules et sirota sa boisson, me rendant encore plus exaspéré.

Mon esprit enregistra enfin ce qu'il voyait et je lui arrachai le verre des mains. ''Vous n'êtes pas sérieuse, on ne peut pas boire. On est en pleine opération.'' murmurais-je furieusement, cherchant un endroit où poser les verres.

''Relax'' dit-elle, reprenant son verre brutalement. ''Il n'y a pas d'alcool là dedans, simplement de l'eau tonic. Seulement, nous devons nous fondre dans la masse, ce qui veut dire que nous devons avoir l'air de boire.

Je la regardais suspicieusement alors que je pris une petite gorgée de ma boisson, ne goutant pas d'alcool, je bus plus. Je refusais de l'admettre, mais c'était une bonne idée.

''Vous voyez quelque chose ?'' lui demandais-je tandis que je laissais mon regard se balader dans la salle, s'arrêtant sur chaque visage pour voir si quelque chose tiltait en moi. Rien ne se passa.

''Je ne vois rien, mais là encore, la vente ne commence pas avant un petit moment.'' dit-elle, scannant la pièce également.

De plus en plus de personnes commençaient à entrer et ce fut de plus en plus difficile pour moi de tous les examiner sans que l'on ne me remarque. Je remarquais que c'était encore plus difficile pour Scarlet que pour moi, à chaque fois qu'elle regardait un mec, il la voyait et pensait immédiatement qu'elle s'intéressait à lui.

Je commençais regretter le fait qu'elle portait quelque chose d'aussi... révélateur.

Après qu'elle ait dû affirmer à un troisième gars qu'elle n'essayait pas d'attirer son attention, je levais les yeux au ciel et lui retirais son verre des mains. Posant les deux verres sur la table la plus proche, j'attrapai sa main et l'attirai là où les gens dansaient.

Je me tournai vers elle et ses mains allèrent automatiquement sur les épaules, ''Bon sang, mais vous pensez faire quoi là ?'' interrogea-t-elle.

''C'est plus facile de passer inaperçu de cette manière, de plus, on peut mieux observer que si on reste planté à un endroit.'' dis-je, plaçant mes mains sur le bas de son dos et regardant par dessus son épaule.

''Biiiien suuur.'' dit-elle avec doute, mais elle ne retira pas ses mains de mes épaules.

''voilà Mr. Waltman.'' fis-je doucement, l'observant par dessus l'épaule de Scarlet. Il ne faisait pas vraiment du bon boulot quant à cacher son inquiétude. Son sourire était forcé et il n'arrêtait pas de s'essuyer le front avec le mouchoir qu'il gardait dans sa poche. Je le regardais saluer divers invités, ils ne parurent pas remarquer son attitude crispée.

La chanson qui passait passa à un tempo plus rapide, similaire à,un tango et nous fûmes forcés de commencer à réellement bouger.

Je pris l'une de ses mains dans la mienne, puis commençais à virevolter sur le sol comme les autres couples.

Sa main allait parfaitement avec la mienne, et je vis même un petite sourire sur son visage lorsque je la fis tourner une première fois. Elle continua de suivre mon mouvement sans hésitation, et je lui rendis son sourire.

Je réalisais rapidement qu'elle était aussi agile sur la piste de danse qu'en dehors. Nous bougions bien tous les deux, et bien trop rapidement, le moment me submergea et les ce qui se passait autour de moi s'effaça légèrement. Des micros chocs électriques émanant de sa main se rependaient le long de mon bras et de ma colonne vertébrale, je résistais à l'envie de frissonner. Je la fis tourner une fois de plus et son bras vint s'enrouler derrière ma nuque, tandis que l'autre agrippait toujours ma main. Le Fressia flottait tout autour de moi, et mes paupières s'alourdissaient alors que je le respirais. Mes bras la rapprochèrent automatiquement de moi jusqu'à ce que son visage soit à quelques centimètres du mien. On aurait dit un l'un de ces longs moments hors du temps qui semblait se saisir de nous, nous faisant plier à sa volonté, ne nous donnant d'autre choix que de nous soumettre à lui et le laisser arriver.

''Alors, comment avance les recherches Edward ?'' intervint la voix d'Emmett dans mon oreille, me faisant retourner efficacement à la réalité.

Je me raclais la gorge et effaçais le sourire de mon visage, ''Génial.'' répondis-je d'un ton bourru, il me parut soudainement difficile de parler.

Scarlett m'envoya un regard confus jusqu'à ce qu'elle réalise que je parlais à mon oreillette.

Je lui fis un faible sourire et la menai hors de la piste de danse, sachant que ce n'était pas l'endroit le plus sûr pour moi.

''Je crois que la vente va commencer.'' dis-je en guise d'explication, priant pour que ce soit le cas.

En effet, Mr. Waltman faisait entrer les gens dans une salle adjacente et la musique commençait à baisser de volume. J'offris mon bras à Scarlet, me disant que c'était pour notre couverture, mais je savais que je me mentais à moi-même. Je souris lorsqu'elle l'accepta et nous commençâmes à marcher avec le reste de la foule.

Ce fut quand nous franchîmes les portes que je grimmaçais tandis qu'il y eu un bruyant crissement dans mon oreille venant de l'oreillette.

''Ah !'' je l'arrachais de mon oreille, frottant cette dernière alors qu'elle continuait de siffler.

''Qu'est-ce qu'il s'est passé ?'' demanda doucement Scarlet, scrutant mon visage.

''Quelque chose brouille le signal.'' fis-je en regardant les alentours.

''La vente aux enchères va maintenant commencer, si vous voulez bien prendre vos place pour que nous commencions.'' dit Mr. Waltaman avec un sourire plaqué sur les lèvres.

''Allons-y.'' dit-elle, liant son bras au mien tandis que les gens commencèrent à prendre leurs places.

J'enfonçais l'oreillette dans ma poche avant que quelqu'un ne la voit, 'On dirait qu'on doit se débrouiller tous seuls maintenant.'

Nous primes place vers le fond pour que ce soit plus facile de garder un œil sur tout le monde. Mes yeux recherchaient toujours quelque chose qui pourrait interférer avec le signal sans fil, mais je ne pus rien repérer.

''Attendez, c'est un évènement sur invitation seulement n'est-ce pas ?'' demanda Scarlet en me regardant.

''Oui, c'est vraiment exclusif. Ces personnes ont été sur la liste pendant des années, c'est quasiment impossible d'y avoir accès si vous êtes quelqu'un de nouveau. La plupart du temps, les gens achètent le droit de passage, avec ce qu'ils aiment appeler 'une donation pour la salles de ventes'.'' répondis-je, regardant quelques personnes dans la foule.

''Eh bien voilà votre réponse, ils doivent couper les communications sans fils pour décourager les gens de l'extérieur de contribuer aux enchères. Et cela encourage également les vrais membres à venir en personne, comme ça ils n'envoient pas quelqu'un à leur place et ne leur disent pas quels objets acheter en utilisant leur portable. Pensez-y, si le vrai membre vient, il fera plus facilement des chèques pour les donations et sur-enchérira plus pour entretenir son image. Ça empêche la vente de devenir un grand événement anonyme.'' dit-elle.

''C'est logique...'' fis-je, essayant de suivre son raisonnement.

''Nous commençons les enchères à dix milles pour cette montre incrustée d'or.'' dit Mr. Waltman, affichant une photo sur un diaporama d'une énorme montre qui aurait l'air moche sur n'importe qui. Cependant, des mains se levèrent immédiatement et des milliers de dollars furent annoncé sans hésitation.

Les uns après les autres, les articles furent apportés. Des milliers de dollars étaient proposé, mais je ne pus rien repérer de suspicieux.

''Alors, qu'est-ce que l'on cherche exactement ?'' chuchotais-je à Scarlet à côté de moi environ vingt minutes après le début des enchères.

''Eh bien, nous recherchons quelqu'un qui va payer pour quelque chose bien plus que sa réelle valeur. Et l'objet devra être assez petit, probablement une bijou, définitivement quelque chose de plus de vingt mille.'' Dit-elle, sa voix s'évanouissant, ''Attendez une seconde.''

L'image d'une bague apparut à l'écran.

Elle commença à observer la foule avec attention.

Au début, il y avait une douzaine d'acheteurs, mais cela diminua rapidement à trois, à chaque fois, le même gars sur-enchérissait.

''Je pense que ça pourrait être lui.'' dit Scarlet.

''Comment pouvez vous être sûre ?'' interrogeais-je, essayant de voir ce qu'elle voyait.

''On doit sur-enchérir.'' dit-elle sans même me regarder.

''Quoi ?'' demandai-je.

Elle tourna la tête pour le regarder, ''Si ce n'est pas notre gars, alors il arrêtera de monter une fois que le prix deviendra absolument ridicule. Mais si c'est bien lui, alors il a besoin de gagner l'enchère quoi qu'il arrive, sinon il ne peut toucher l'argent de l'assureur lorsque l'objet aura 'disparu'.'' Elle mima des guillemet au mot 'disparu.'

''Vingt mille une fois.'' dit Mr; Waltman, regardant la foule.

Je détournai mon regard d'elle, 'Je vais vraiment me faire virer pour ça.'

''Vingt et un mille !'' criais-je alors que je levais le doigt en l'air, essayant et échouant à ne pas grimacer.

La tête de l'homme se leva brusquement et ses yeux rencontrèrent les miens.

''Trente mille !'' hurla-t-il sans détourner le regard.

''Trente et un mille !'' contrais-je.

Il me fixa pendant quelques instants, la foule faisait des allers-retours entre nous deux.

''Cinquante mille !'' cria-t-il finalement.

Je déglutis.

''Sur-enchérissez encore.'' murmura Scarlet en me donnant un coup de coude.

''je n'ai pas cinquante mille dollars.'' dis-je du coin des lèvres.

''Il suivra encore.'' dit-elle. ''Cet objet ne vaut pas plus de cinquante mille. Il continuera.''

''Cinquante mille une fois !'' fis Mr. Waltman.

''Et s'il ne le fait pas ?'' chuchotais-je frénétiquement.

''Il le fera.'' dit-elle, me regardant dans les yeux, ''Faites moi confiance.''

''Cinquante mille deux fois !'' dit Mr. Waltman.

Je scrutais ses yeux bruns encore un moment avant d'acquiescer doucement.

''Cinquante cinq mille !'' hurlais-je, résistant à l'envie de fermer les yeux.

Les lèvres de l'homme étaient pincées.

''Cinquante cinq mille une fois !''

Silence.

''Cinquante cinq mille deux fois !''

Silence.

''Soixante mille.'' dit-il et je relâchai l'air que j'ignorais avoir retenu.

''C'est notre homme.'' dit Scarlet, une sourire dans la voix tandis que Mr. Waltman finissait de frapper avec son marteau.

Il était toujours difficile pour moi de respirer, mais je réussis à sortir, ''Très bien, maintenant que nous savons quel objet va être prise, on l'arrête dès que la soirée finit.''

Elle commença à hocher la tête, mais s'arrêta ensuite, ''Attendez, où va-t-il ?''

Je retournais mon regard sur lui, et l'observais se lever de sa chaise et partir au fond de la salle.

''Allons-y.'' dis-je, me levant de ma chaise.

Elle me suivit, ''Est-ce qu'il ne doit pas payer ce soir ?''

''Non, ça fait partie de leur politique. L'acheteur a deux jours pour rassembler l'argent, soit il fait un chèque, soit il fait un virement sur compte bancaire.'' dit-ne.

''Mais ça n'explique toujours pas pourquoi il s'en va, il devrait avoir besoin de rester, observer les lieux, ou au moins essayer d'avoir plus d'informations sur la bague.'' dit-elle.

''A moins que nous ayons fait une erreur et qu'il ne soit pas notre gars.'' dis-je, le fixant alors qu'il passait les portes d'entrée du bâtiment.

''Est-ce qu'on peut l'arrêter ?'' demanda Scarlet, se dépêchant pour se maintenir à mon niveau.

''Nous n'avons pas de motif, nous allions l'attraper la main dans le sac, mais on ne peut pas le faire s'il s'en va. Et je ne peux pas contacter Emmett pour qu'il le surveille.'' dis-je, plaquant ma main sur mon front, inquiet et indécis.

Je sentis une main sur mon bras, me stoppant juste au moment ou j'allais ouvrir la porte pour le poursuivre.

''Attendez, c'est pour ça que l'on n'a pas pu comprendre comment ils avaient fait pour passer la sécurité du coffre.'' Elle se parlait à elle-même et j'avais du mal à suivre parce qu'elle parlait trop rapidement.

''Scarlet, ralentissez.'' dis-je, agrippant ses épaules.

Elle se frappa le front avec sa main. ''Comment ais-je pu ne pas le voir ?''

''Scarlet, de quoi parlez vous ?'' Je le secouais légèrement, faisant ses yeux se concentrer finalement et me regarder.

''Allez, on doit y aller. Sur le champ.'' dit-elle, faisant demi-tour et refaisant le chemin inverse.

Je la regardais un moment avant de me dépêcher de la rattraper, j'attrapai son poignet et la fis s'arrêter, ''Scarlet, dîtes moi ce qu'il se passe.''

''Le braquage va se passer maintenant. Ils se servent du brouilleur de communications pour passer la sécurité. Ce gars,'' Elle pointa du doigt la porte, ''était seulement là pour surenchérir, de cette manière, il a un alibi pour l'effraction. Les voleurs doivent être entrés par une autre chemin, et si on ne se dépêche pas, ils vont s'en aller par ce même chemin et nous n'allons jamais les attraper. Nous devons les choper avant que la vente ne se termine.''

''très bien, allons-y.'' dis-je, lâchant son poignet et marchant dans la direction vers laquelle elle se dirigeait précédemment.

''Mais comment ont-ils eu les codes manuels du coffre, ceux sans les fils ?'' lui demandais-je par dessus mon épaule tandis que nous continuions de marcher.

''Je n'en suis pas certaine, ils doivent être passé d'une manière ou d'une autre, sinon les alarmes se seraient déclenchées et il y aurait eu des marques sur le coffre.'' dit-elle.

Je jetais un coup d'œil par dessus mon épaule pour m'assurer que nous n'étions pas remarqué et ouvris ensuite la porte qui affichait 'Employés seulement' et je luis fis signe de me suivre.

J'essayais de me rappeler quel chemin nous avions emprunté pour arriver à la chambre forte cet après-midi, me trompant quelques fois, arrivant dans des culs-de-sac. Je commençais à devenir frustré jusqu'à ce que je reconnaisse la bonne porte, j'essayais immédiatement la poignée, mais elle était verrouillée.

''Crochetez-là.'' dis-je, reculant d'un pas.

Elle leva un sourcil.

''Oh allez, on n'a pas le temps pour le sarcasme.'' dis-je, désignant la porte.

Elle sourit et sortit quelque chose de ses cheveux; il me fallut un moment pour reconnaître une épingle à cheveux.

''Merci Rosalie.'' l'entendis-je dire dans sa barbe alors qu'elle se penchait et commençait à trafiquer la poignée de porte.

Mes yeux s'écarquillèrent une fraction de seconde lorsque j'entendis un 'click' après une dizaine de seconde?

'Elle est douée. Je dois bien lui accorder ça.'

''Allons-y.'' dit-elle, me sortant de ma stupeur. Je la suivis, fermant la porte derrière moi, et je l'entendis se fermer automatiquement.

Nous avançâmes prudemment dans le couloir vide. Il y avait une intersection devant qui n'était pas très loin.

Je fis signe à Scarlet de me suivre, mais plaçais un doigt sur mes lèvres, signe universelle pour 'silence'.

Nous avions seulement avancé de quelques pas lorsque nous l'entendîmes.

''Dépêchons nous, il ne doit pas rester beaucoup d'objets à vendre aux enchères.''

Nous nous figeâmes sur place et échangeâmes un regard empli de crainte. Je plaquai mon dos au mur et jetais rapidement un coup d'œil derrière le mur. Je repérais un homme baraqué à l'extérieur du coffre, parlant à quiconque était à l'intérieur avant de se retourner et de marcher dans notre direction.

Je m'éloignais du coin et regardais Scarlet, ''S'il pense que nous sommes des flics, on est suit, je ne sais pas combien il y a de gars là dedans, mais il y a des chances qu'ils soient armés, et s'il nous remarque; il pourra les prévenir sans qu'on n'ait aucune chance de s'en sortir.'' murmurais-je, scrutant le petit couloir de haut en bas pour trouver un endroit où se cacher, ne trouvant rien du tout.

''Pouvez vous forcer la serrure encore une fois ?'' demandais-je frénétiquement à vois basse.

Elle secoua la tête, ''Je suis rapide, mais pas aussi rapide.''

J'avais une expression inquiète sur le visage, je ne voulais pas que ça tourne en fusillade, mais ça avait l'air d'être la seule option qui restait.

''Edward...''

Je l'entendais à peine, j'étais trop occupé à me concentrer sur le bruit de pas qui s'approchait, essayant désespérément de penser à un moyen de nous faire disparaître.

''Eward, faîtes comme moi.''

Mon esprit enregistra ce qu'elle avait dit, ''Quoi-?''

Avant que je ne puisse réagir, elle m'attira à elle en tirant sur les pans de ma veste et connecta ses lèvres avec les miennes.

Je fus immédiatement perdu, mon esprit tourbillonnant et embrouillé. On aurait dit que chacun de mes nerfs était en feu, me consumant, m'empêchant de me concentrer sur quoi que ce soit d'autre que ses douces lèvres sur les miennes. Je pouvais sentir les battement de mon cœur dans mes oreilles, battant de plus en plus fort.

Sans réfléchir, je la retournais pour que son dos soit pressé contre le mur, mes mains de chaque côté de son visage, mes paumes plaquées contre le mur.

Elle réagit et nos lèvres bougèrent en parfaite synchronisation, et pour la seconde fois cette nuit, le freesia embrouilla mes sens. L'air semblait crépiter d'électricité autour de nous.

''Qu'est-ce que vous foutez là ?'' entendis-je près de nous, me rappelant la situation dans laquelle nous étions.

Elle s'éloigna de moi, mes lèvres manquant son contact tandis que j'essayais de me concentrer sans y arriver. Je le vis brièvement cchr son arme derrière son dos, ne nous prenant visiblement pas pour une menace et ne volant pas que nous nous mettions à crier.

''Oh mon dieu, je suis vraiment désolée. Je ne pensais pas qu'il y aurait quelqu'un par ici. On voulait juste trouer un endroit privé.'' Elle affichait une expression embarrassée et avait sa main sur son front comme si elle était gênée. ''Il travaille ici et avait la clé, alors j'ai pensé que...'' gloussa-t-elle, ça ne ressemblait pas du tout à Scarlet.

''Vous devez partir. Maintenant.'' Son ton était menaçant, et Scarlet ne le rata pas.

''Ok, ok.'' dit-elle levant les mains en une rédemption moqueuse alors qu'elle commençai à se retourner. Ses yeux rencontrèrent les miens pendant un instant et je vis quelque chose s'allumer en eux.

A la seconde où les yeux du gars se détournèrent d'elle, elle se retourna brusquement et le poussa contre le mur le plus proche, agrippant sa gorge juste en dessous du menton.

''Maintenez ses bras.'' ordonna-t-elle d'un ton bourru, je fis immédiatement ce qu'elle avait dit et plaquais ses bras le long de son corps au moment où il allait la repousser.

Elle avait un regard intense sur le visage alors quelle gardait sa main contre sa gorge. Je déglutis et fis des allers-retours entre leurs deux visages. Après une dizaine de seconde, les paupières du gars commencèrent à tomber et il s'affaissa contre le mur.

''Qu'est-ce que vous lui avez fait ?'' demandais-je hors d'haleine, le posant sur le sol doucement.

''J'ai coupé la circulation sanguine qui arrive à sa tête en appliquant une pression sur la carotide, le rendant inconscient, il ira bien, il devrait se réveiller dans quelque heures.'' murmura-t-elle.

Simplement pour m'en assurer, je vérifiais son pouls, il était lent, mais il était là. J'attrapai l'arme qu'il avait lâchée et la mis à ma ceinture.

Je levais les yeux vers Scarlet, elle n'avait pas l'air inquiète du tout.

Soudainement, le souvenir de ce qu'il s'était passé entre nous me revint, ''Peut-on parler de ce qu'il vient juste de se passer ?'' fut ce que je lui demandai, mais mon subconscient voulait savoir si ça allait arriver encore un jour.

Elle ne me regarda pas, ''Pas le temps, allons-y.'' Elle se semblait même pas ébranlée, pas du tout affectée. Cela me mit un peu en rogne, le fait qu'elle pouvait juste rester là et prétendre de ne rien ressentir du tout; je me rappelais distinctement qu'elle avait autant réagi que moi. Je commençais et m'arrêtais de parler plusieurs fois, choisissant de ne rien dire du tout et je me promis que nous allions en parler plus tard. Pour le moment, j'avais du travail à faire.

Je durcis mon expression, mis la main dans ma veste et sortis mon arme de son holster, tirant sur le chien, armant le pistolet.

''Mettez-vous derrière moi.'' lui dis-je doucement.

BPOV

je fis ce qu'il dit et me plaçais derrière lui. Ses pas étaient calculés et égaux lorsqu'il avança, jetant un coup d'œil derrière le coin du mur avant de continuer.

Je me souris à moi-même pendant un moment en pensant à combien il ressemblait à James Bond, puis je secouai la tête et me rappelais que j'étais sensée le suivre.

Mes pas étaient automatiquement silencieux alors que je restais proche de lui, mon esprit enregistrant combien j'étais proche. Je reculais d'un pas.

Je devais à tout prix interdire mon esprit de vagabonder. Vers rien. Spécialement sur ce qu'il venait de se passer. Réalisant que pour une fois j'avais réussi à me surprendre moi-même par mes actions. Mais je repoussais simplement toutes pensées ridicules et je me dis que c'était la seule chose que je pouvais faire à ce moment pour sauver nos vies.

Je secouais encore la tête, me concentrant sur le Edward en face de moi, pas celui avec qui j'avais été précédemment... impliquée.

Nous avançâmes à pas feutrés vers le coffre tout doucement, faisant un pas après l'autre avec précaution. Nous passâmes devant de nombreuses portes, aucunes d'entre elles n'étaient ouvertes, nos yeux étaient sur le coffre.

Je déglutis et mes battements de cœur semblaient faire échos dans mes oreilles et dans la salle, mon souffle semblait inhabituellement bruyant et je l'étouffais rapidement.

Nous atteignîmes le chambre forte et nous prîmes tous les deux une grande inspiration avant qu'il ne fasse le pas final, ''FBI, on ne bouge plus !''

L'homme lâcha ce qu'il tenait et sa main se dirigea vers l'arme qui était posée sur le comptoir en verre.

''Ah ah ah.'' fit Edward, s'approchant et attrapant le pistolet avant que l'autre ne puis l'atteindre.

''Vous êtes en était d'arrestation pour tentative de braquage, vous avez le droit de garder le silence, tout ce que vous pourrez dire pourra et sera retenu contre vous devant un tribunal de justice.''

''Tenez.'' dit-il, me tendant l'arme d'un air absent.

''Que suis-je supposée faire avec ça ?'' demandais-je, le tenant à bout de bras.

''Je ne sais pas, gardez le juste. Je m'occupe de lui. Vous, allez dans la zone de vente et contactez Emmett, la vente devrait être terminée avec u peu de chances. Prenez le juste et allez-y. Maintenant.'' dit-il sans me regarder alors qu'il finissait de dire les droits du voleurs, sortant ses menottes.

''Vous m'avez dit de ne pas quitter votre champ de vision.'' l'interrompis-je, lui rappelant ce qu'il m'avait dit spécifiquement.

''Scarlet, on n'a pas le temps pour ça. Allez-y maintenant.'' dit-il, ne me regardant toujours pas.

Il était étrangement amer, mes yeux se plissèrent et je ravalais mais réplique. Il était en colère contre moi pour une certaine raison. Je la découvrirai plus tard.

''Oh, bien sûr, je vais juste le mettre dans ma robe, ça ne se remarquera pas du tout.'' lui dis-je sarcastiquement ma colère grimpant. Je quittais la salle sans le regarder, tenant l'arme du bout des doigts.

Je traversai le couloir, prenant le chemin inverse que nous avions pris, marmonnant dans ma barbe tout le long du chemin et résistant à l'envie de grogner et proférer des jurons à chaque pas.

'Il agit comme un gosse. La dernière fois que j'ai vérifié, on est censé être une équipe. Il doit apprendre à arrêter de me commander alors que j'essaye d'aider.'

J'arrivais à la fin du couloir et fut saluée par un voleur inconscient sur le sol et trois portes qui semblaient identiques.

J'hésitais, mes yeux allant de l'une à l'autre.

Je n'arrivais pas à me rappeler laquelle nous avions emprunté à l'origine, elles étaient toutes pareilles.

Je sortis une épingle de mes cheveux et commençais à crocheter l'une d'en elle au hasard, réalisant rapidement qu'elle n'était pas fermée.

'Étrange, j'aurais pus jurer qu'elle s'était fermée derrière nous.'

Je tournai la poignée et fis un pas à l'intérieur.

'Ce n'est définitivement pas par là qu'on est entré.' pensais-je.

La salle était remplie d'armoires à dossier mais ce ne fut pas ce qui attira mon attention.

Il y avait une fenêtre. Et elle était ouverte. Mes yeux s'agrandirent. Je me précipitais vers elle, plaçant l'arme sur l'une des armoires et je vis une corde attachée, prête à être utilisée comme moyen de s'échapper. Enthousiasmée, je me retournais pour appeler Edward, pour lui dire que j'avais trouvé comment ils avaient prévus de sortir du bâtiment.

Juste à ce moment, une brise entra dans la salle et mon corps se figea. Je me retournais lentement vers le fenêtre, l'air frais dégageant les mèches folles de mon visage, chatouillant doucement mon cou et mes joues.

Mes yeux se fermèrent à cette sensation.

J'étais clouée sur place.

'Liberté.' chanta mon esprit.

C'était juste à ma portée. Juste devant moi.

Il n'y avait plus de traqueur. Personne pour regarder. Rien pour m'arrêter. Le FBI ne connaissait pas cette sortie. Et Edward était-

'Edward'

A ce moment, j'entendis un énorme bruit de verre brisé éclatant d'au delà de la porte derrière moi.

Mon tête se tourna brusquement vers la porte en direction du bruit, mes sourcils se froncèrent.

Je pouvais sentir la brise sur ma joue.

Mon regard retourna vers la fenêtre.

L'obscurité semblait me faire signe de venir dans ses bras familiers. M'appelant, me disant d'y succomber et de me glisser dans ses crevasses sombres.

'Tu peux trouver un autre moyen d'obtenir le dossier dont tu as besoin.' murmura doucement la moitié de mon esprit, me cajolant pour que je suive son conseil et que je retourne à ma vie d'avant.

'Tu peux facilement d'échapper. Tu l'as fait des centaines de fois avant. Le FBI ne sera jamais capable de t'attraper. Voilà ta chance.' C'était ma propre voix, et en même temps, ça ne l'était pas.

Il y eu encore une autre grand fracas derrière moi suivit d'un hurlement.

J'arborais une expression douloureuse tandis que je regardais la fenêtre et la porte.

Allez, fuis, personne ne t'attrapera.'

L'ouverture de mon opportunité rétrécissait

'Fuis, tout simplement.'

Le sang me battait dans les tempes, de plus en plus vite.

'Fuis.'


N'est-ce pas une fin horrible XD Je m'en veux un peu de vous laisser comme ça sans pouvoir vous dire quand je posterais le prochain chapitre. J'espère que vous aurez la patience d'attendre jusqu'à la prochaine publication ;)