Hello ! ^^ Encore merci pour vos reviews qui me font vraiment plaisir, surtout que je ne savais pas si le couple Merwan/Solal allait plaire ( parce que moi je l'aime beaucoup =D ) Dans ce chapitre, on va enfin rentrer un petit peu dans le Flo/Mike et Mer' va avoir de plus en plus de mal avec son chéri xD Bonne lecture !

Réponses aux reviews:

Mina: je suis entièrement d'accord avec toi, Merwan et Solal vont vraiment bien ensemble ! =D moi aussi j'avais remarqué qu'ils étaient tout le temps scotchés l'un à l'autre, que ce soit dans les bonus du DVD ou dans les passages à la TV xD L'idée de l'école primaire, c'est quand une amie s'y est inscrite comme stagiaire, ça a tout de suite fait tilt dans ma tête ^^ J'aime beaucoup le Dark Salieri, je l'exploitrai plus tard avec Mikele ( nyark nyark ) quand à la réaction de Solal et ben... tu vas le savoir tout de suite xD Oui je suis sadique et j'assume ! xP Merci beaucoup pour tes reviews qui m'ont faite mourir de rire ^^

Dorme: merci pour les reviews ^^ quand à ce que Mer' va faire des photos, j'y reviendrai après mais je te laisse imaginer... xD je suis contente que ça te plaise ^o^

Lisa: je suis contente que tu trouve cette fic marrante ^^ moi aussi j'ai galéré pour trouver des fics MOR ToT on va monter un club ! xP

Haru: merci de la review ça fait toujours plaisir =D je suis contente que tu trouves mes personnages réalistes, j'ai essayé de faire selon ce que je connait d'eux, même si j'y ai rajouter beaucoup de ridicule et de n'importe quoi ! xD

Nico Amadeus: yatta ! bienvenue au club jesuisfanducoupleMerwan/ ! xD je suis entièrement d'accord avec toi même si je suis complètement fan du Flow/Mikele ( on ne change pas les vieilles habitudes )

Chapitre 3:

Dove Attia n'aurait jamais cru un jour devoir chercher son chanteur Merwan Rim pour le forcer à aller à une fête. Et pourtant il était devant sa porte, à toquer comme un malade, et deviner pourquoi le clown de la troupe ne veut donc plus bouger son auguste postérieur.

- Merwan ! Si tu n'ouvres pas cette porte tout de suite, je la défonce !

- Ben fais donc, m'en fiche c'est pas moi qui paierai, rétorqua le reclus de sa chambre.

- Mais pourquoi restes-tu enfermer le jour de l'anniversaire d'Albert ? Ce n'est pas le moment de bouder ! Petit ingrat !

- Je ne sortirai pas, point final ! Tu n'es pas mon père je te signale !

- Non je ne suis pas ton père, répliqua sombrement le producteur assez peiné car parmi tous ceux de la troupe ,c'est Merwan qu'il considérait de loin comme son propre fils. Non, je ne suis pas ton père, répéta-t-il un peu plus haut, mais ça ne m'empêchera pas de venir te chercher pour aller à la fête d'anniversaire d'un de tes producteurs qui t'a toujours soutenu durant ces dernières années !

- Je... Je ne lui ai pas fait de cadeau, tenta de se justifier le chanteur en fixant le paquet à ses pieds.

- Et moi je suis l'amant de Brigitte Bardot !

- Toutes mes félicitations...

- Arrêtes tes idioties et sors de là !

- Écoutes Dove, je peux te demander une faveur ? Je te passe le cadeau d'Albert, tu lui donne et tu m'invente une excuse comme quoi je suis malade et...

- D'accord, ça marche, passe le moi.

- Vraiment ? se méfia l'ancien duc de Beaufort.

- Vraiment. Je comprend que tu puisse avoir des petits moments égoïstes après tout.

- Merci Dove, tu me sauve, soupira le jeune homme en ouvrant la porte faiblement, le paquet en main.

Le producteur ne laissa pas passer sa chance. Il agrippa le col du brun et le traîna derrière lui jusqu'au bar où tous le monde était réunis.

- Désolé de vous avoir fais attendre, s'écria joyeusement Dove, mais Merwan ne retrouvait pas le cadeau d'Albert. Heureusement que je l'ai aidé à chercher.

- Heureusement. Merci beaucoup Dove, marmonna le clown.

Il voulait à tout prix éviter de croiser le regard de Solal, encore honteux de sa réaction à l'école, il y a de ça 2 jours. Oui, 2 jours à tout mettre en place pour l'éviter, pour ne pas avoir à lui parler. Et mon Dieu, pourquoi Dove lui avait filer une scène avec lui dans J'accuse mon père ? Il avait vraiment quelque chose contre lui, pensa-t-il en le fixant d'un air mauvais. Mais en même temps, il le remerciait d'avoir mit Léopold dans la même loge que Mozart et Salieri. Celui-ci affichait d'ailleurs un regard mortel, exactement le même que lorsque Yamin lui piquait le Nutella, et articula lentement à l'encontre du clown:

- Mais qu'est-ce que tu fous avec So' ?

- Et toi avec ton italien ? répliqua-t-il tout aussi silencieusement.

- Quel italien ?

- Comme s'il y avait 36 italiens dans cette salle...

- Mikele ? Mais t'arrêtes tes bêtises !

- Tu rougis.

- Non ! Et puis on parlais de toi ! s'exclama-t-il tout haut cette fois-ci.

Il y eu un petit blanc. Qui fut rompu par le rire du clown. Un rire assez communicatif puisque tous le monde le suivit, noyant le poisson par la même occasion. Notre grand philosophe s'interrogea alors sur ce proverbe. Pourquoi le poisson, animal passif dans l'ensemble, avait le mauvais rôle dans tout ça ?

Une main chaude se posa sur son épaule. Pensant que c'était Yamin, le brun lâcha:

- Pourquoi c'est le poisson qui se noie ? C'est pas logique, il sait nager.

- Je sais pas, je ne me suis jamais poser la question. Pourquoi ?

Soudain, ce fut comme si le monde s'arrêtait de tourner. Cette voix grave et chaude n'appartenait certainement pas au comte Rosenberg... Il déglutit, avant de se lever brusquement pour partir, lorsqu'une main ferme attrapa son poignet. Le contact le fit frissonner agréablement. Bon Dieu, pourquoi avait-il mit un T-shirt aujourd'hui ?

- Ne fuis pas. Je veux juste qu'on parle.

Si il avait rajouté entre amis, notre chanteur aurait craqué. Mais, il se retint de vitesse et, toujours sans le regarder, répondit d'une voix mal assurée:

- Je veux pas parler. Il n'y a rien à dire.

- Merwan.

Sa voix était dure et intraitable. Ca devait être celle qu'il utilisait avec les enfants désobéissants. Avec toute la mauvaise grâce du monde, le clown se retourna pour croiser le regard ardent du plus vieux des deux. Aussitôt, toutes ses résolutions s'effondrèrent, et il n'avait qu'une envie en tête: l'embrasser.

Il réussit à se détacher du plus beau spectacle qui soit ( c'est-à-dire les yeux de son aimé ), mais à la réflexion, ce même homme sous la douche devait être une vision encore plus plaisante.

Bref, les deux hommes auraient pu passer des heures ainsi, mais le destin, ou plutôt un joyeux abruti nommé Yamin Dib, en décida autrement. Et vas-y que je te renverse le verre de jus de fruit en plein sur le joli petit T-shirt qui n'a rien fait.

- Yamin, je te hais, déclara haut et fort la pauvre victime qui avait enfin l'occasion de détacher ses yeux de ceux de son homologue.

- Moi aussi je t'aime, répliqua presque automatiquement celui-ci.

- Je reviens, annonça Merwan à la cantonade, je vais aller réparer les bêtises de Messire Rosenberg.

- Je vais t'accompagner, renchérit Léopold, peu enclin à le laisser filer.

- Je ne vais pas me perdre tu sais, contesta le brun.

- La connerie de Yamin pourrait se transmettre à travers son jus de fruit.

Le clown capitula finalement et c'est accompagné d'un garde du corps qu'il partit en direction des cuisines.

Florent Mothe réfléchissait à plusieurs choses extrêmement importantes tandis qu'Albert commençait à déballer ses cadeaux.

1°) L'affaire Merwan/Solal

Il ne savait absolument pas pourquoi ils se faisaient la gueule, ni comment il avait deviner que Merwan était sur Solal, ni comment tout ça allait se terminer. Et ça l'énervait. Il observa distraitement son co-producteur remercier chaleureusement Dove pour un I-Pod dernier cri, mais jeter un regard perplexe à Yamin qui s'était montré plus original avec des chaussettes tricotées mains décorées de fleurs violettes.

2°) L'affaire de l'italien

L'accusation de Merwan était totalement fausse.

...

Enfin... Oui, hein ? Il n'en était finalement plus très sûr, et ça l'énervait encore plus. Après tout, Mikelangelo est juste son meilleur ami... N'est-ce pas ? En même temps, avec un charme pareil, qui pourrait ne pas être troublé aussi ?

3°) Pourquoi cet hôtel n'avait pas du vrai Nutella au lieu de cette pâte à tartiner immonde ?

C'était en fait principalement à cause de cette tragédie que le moral de l'interprète de Salieri n'était pas au beau fixe. Mais bon... Les deux raisons citées précédemment n'arrangent rien.

Il eu tout juste le temps de sourire lorsque Albert le félicita du choix de son cadeau ( des places pour un concert de son choix ). Mikele s'approcha de lui, un verre de Coca à la main.

- Dove a interdit l'alcool, soupira-t-il en riant, il a peur qu'on se tape la gueule de bois demain pour le spectacle.

- Il n'a pas tord, rétorqua son ami en le remerciant d'un signe de tête, mais au risque de passer pour un alcoolo, c'est dommage.

- Tu n'as pas l'air dans ton assiette aujourd'hui, c'est à cause du faux Nutella ?

- Oui, en partie, avoua le brun en retenant ses larmes, tu te rends compte de cette imposture ! Heureusement qu'il m'en restait un peu.

- Ouf, alors on est sauvé ! rit-il de bon coeur. Un Salieri en manque de chocolat, c'est pire que tout !

Dieu, que son rire est mélodieux... Songea le jeune homme. Ce doit être le plus beau son du monde...

...

En fait, ils ont vraiment dû mettre de l'alcool là-dedans !

Pour cacher sa rougeur subite, Florent tourna la tête vers Melissa et Maeva qui discutaient avec animation.

Bon sang, le clown aurait-il eu raison, pour une fois dans sa vie ?

Reviews ? ;D