Titre: D'espoir et de patience

Rating: T (langage)

Résumé: La route qui mène à l'amour est parfois remplie d'obstacle. Tout ce qu'il faut pour la traverser est de l'espoir et de la patience. Série de OS basé sur les spoilers du reste de la saison 6. À ne pas lire si vous ne voulez pas savoir ce qui va se passer ou si vous n'avez pas vu la saison 6.

Spoilers: Ce chapitre contient des spoilers de 6X10, de 6X12 et de 6X14 (se déroule à la fin de 6X14)

Disclaimers: Rien ne m'appartient, même pas ces idées, seulement leur interprétation

Note d'auteur: Me revoilà! D'abord, je voulais dire que je n'avais pas abandonné Le garçon et l'Agent orange, je n'éprouve qu'un drôle de syndrome de la page blanche. Je sais où je m'en vais avec cette fanfiction, mais la route pour y arriver n'est pas encore définie (quelqu'un a un GPS à me prêter?). Voici une série de OS basé sur des spoilers de la fin de la saison six. Ils ne seront pas en ordre, mais tous contiennent une onde d'espoir pour BB :D. Que voulez-vous, je suis une grande optimisme. Si vous ne voulez pas connaître ce qu'il va arriver, ne lisez pas ce chapitre, qui contient le plus de spoilers. Mais si vous êtes ouverts aux spoilers, Bones lecture! :D


Le resto-bar Founding father's, qui était habituellement reconnu par ses clients pour sa sobriété et sa discrétion, était ce soir-là complètement submergé par une vague de rouge et de blanc. Alors qu'usuellement, il attirait davantage une clientèle d'affaire qui venait prendre un verre après une longue journée de travail, aujourd'hui, soir de la Saint-Valentin de cette année 2011, elle était composée de couples amoureux qui festoyaient la fête de l'amour devant un steak copieux, des gâteaux au chocolat un peu gloutons et une grande quantité d'alcool en se souriant bêtement.

Seule exception était ce couple au bar, enfin pas vraiment un couple dans le sens amoureux du terme, mais plutôt dans le sens de deux personnes, dans ce cas-ci des partenaires, qui prenaient leur verre habituel de fin d'enquête. Alors qu'un œil externe aurait pu confondre ces deux personnes comme étant un couple amoureux fêtant la Saint-Valentin, un œil expérimenté savait qu'entre eux, les choses étaient pour le mieux compliquées.

Ceux qui connaissaient leur histoire savaient que Booth avait toujours eu un faible pour la jolie Tempérence Brennan, docteure en anthropologie et sa partenaire au FBI. Au fil des années, alors que leur partenariat s'intensifiait, ses sentiments pour elle en faisaient de même. Ainsi, environ un an auparavant, 353 jours pour être exact, il l'avait supplié de tenter leur chance, d'être enfin un couple dans le sens romantique du terme. Elle avait refusé et il en avait eu le cœur brisé. Ne pouvant supporter être si près l'un de l'autre, ils s'étaient séparés et il avait quitté le pays espérant profondément trouver la force de passer à autre chose.

Cette force fut trouvée en la personne d'Hannah Burley. Avec le recul, aujourd'hui, il l'aurait décrit comme étant la version journaliste de Bones sans son côté maladroit et surtout totalement ouverte à l'amour. Elle n'avait pas passé deux jours à Washington, lorsqu'elle l'avait suivi à son retour, qu'il l'avait invité à habiter avec lui. Il s'était convaincu qu'il avait passé à autre chose, et ce, en dépit du fait que Bones, elle, lui ait avoué avoir regretté l'avoir rejeté l'année précédente.

Et ce fut ainsi jusqu'à ce qu'un homme, dont la perversion était profonde au point même qu'il en avait rendu Booth malade, ne commence son carnage. Tireur d'élite, il avait commencé par tirer sur des personnes qu'il croyait mériter leur sort. Le fossoyeur en avait été la première victime. Il l'avait tuée alors qu'elle sortait faire appel de son verdict. Lorsque l'équipe de Bones et du FBI commença l'enquête sur ce meurtre et se lança à sa poursuite, sa fureur le poussa à changer de cible. Vincent Nigel-Murray avait été frappé à la poitrine alors qu'il se rendait au restaurant avec ses co-équipiers; il était mort avant même d'atteindre le sol.

Booth avait tenté du mieux qu'il pouvait d'attraper ce salopard, mais sans succès. Ce fils de pute était doué. Sentant la pression de la presse, de son équipe, de ses patrons et de toute la ville sur lui, il n'avait eu qu'une personne à qui se confier, une seule personne qui le connaissait mieux que quiconque et qui pouvait savoir par où il était passé et cette personne n'était pas Hannah. Bones avait été là pour lui, l'avait supporté et l'avait encouragé. Elle avait même été l'épaule sur laquelle il avait laissé couler ses larmes lorsqu'il avait appris la mort d'une fillette de 9 ans des mains du tueur et qu'il n'avait rien pu faire pour l'en empêcher.

Hannah n'avait pas très bien compris l'éloignement de son amoureux lors de ces moments difficiles et ce fut avec un choc qu'elle avait appris que Booth avait autrefois été un tireur d'élite dans les Rangers de l'armée. Le choc avait été encore plus grand lorsqu'elle avait appris d'on-ne-sait-qui, Booth soupçonnait Rebecca, qu'il avait été un joueur compulsif et que ce fut en grande partie grâce aux sentiments qu'il avait entretenu pour sa partenaire qu'il s'en était sortie. Elle s'était soudainement sentie bousculée et trahie. Lorsque Booth avait poussé l'audace jusqu'à la demander en mariage, elle ne put que refuser. Elle ne savait plus qui était l'homme qu'elle avait devant lui et lui-même ne put que s'avouer qu'il ne se reconnaissait plus. Admettant que ses sentiments pour Brennan étaient toujours profonds, plus profonds qu'il n'osait se l'avouer à lui-même, ils se séparèrent et moins de vingt-quatre heures plus tard, Seeley Booth buvait une bière au comptoir du Founding father's aux côtés de Sweets qui tentait du mieux qu'il pouvait de le consoler. « Passer à autre chose, mon cul! » Avait dit Booth en s'enfilant un verre de Téquila.

Pourtant, en ce soir de la Saint-Valentin, quelques semaines après la débâcle de sa demande en mariage, alors qu'il sirotait son verre de scotch beaucoup trop puissant pour l'occasion, Seeley Booth n'était que sourire. Se tournant vers sa partenaire dont le sourire s'agençait au sien, il repensait à cette enquête qu'il venait de cloître. Une organisatrice de mariage avait été retrouvée complètement calcinée à l'intérieur de son propre lit de bronzage. N'ayant pas eu assez de problèmes avec le mariage pendant les dernières semaines, il avait été horrifié d'apprendre qu'il était tombé une aussi horrible enquête et c'était sans parler de Cam, d'Hodgins et d'Angela qui avait fait de la fête de la Saint-Valentin de cette année une véritable religion. Seule Bones gardait la tête froide face à l'occasion et il lui en serait éternellement reconnaissant pour cela.

Ainsi, sirotant une gorgée de son scotch qui descendait le long de son œsophage dans une traînée de feu, il sourit.

« Vous avez été épatante aujourd'hui, Bones! J'espère que vous le savez.

- Je le pense oui, je vous avais dit que mes talents d'actrices s'étaient améliorés, malgré qu'ils étaient déjà excellents au départ.

- Dois-je vous rappeler que ces soi-disant grands talents d'actrices ont déjà failli nous tuer. Vous vous rappelez de l'affaire Gormodon?

- Notre couverture était mauvaise, je vous l'avais dit! Jamais une cliente d'un chauffeur de taxi ne s'assoit à l'avant d'un véhicule.

- Le mec avait une bombe sur lui, on ne se traine pas une bombe au cas où il y aurait des agents du FBI qui nous suit en taxi.

- Peut-être bien, mais cela n'empêche rien au fait que j'aie été excellente aujourd'hui.

- Ça c'est vrai, vous m'avez vraiment eu. À un moment, j'étais certain que vous pleuriez vraiment de pitié pour cet homme! Et il n'aurait jamais avoué son crime sans votre sympathie. À votre santé et à vos talents d'actrice, dit-il en lui levant son verre.

- Chin, dit-elle en y cognant sa coupe avant d'en prendre une gorgée. Vous croyez vraiment tout ce que vous avez dit à propos de la Saint-Valentin et du mariage? Que vous n'y croyiez plus?

- Je ne sais pas. Mes propos avaient probablement à voir avec le fait que ma copine ait refusé ma main il y a quelques semaines avant de me laisser tomber comme une vieille chaussette.

- Je trouverais un peu triste que tous ses trucs aient perdu leur magie pour vous. Vous aimiez tellement l'idée de vous marier un jour, c'est triste que cette idée ne fasse plus partie de vous.

- Peut-être est-ce aussi le fait que la femme que j'aurais vraiment aimé épouser ne veuille rien savoir du mariage.

- Qu'est-ce qui vous dit qu'Hannah ne voulait rien savoir du mariage? Vous m'avez dit que votre demande n'était pas la cause de votre séparation.

- Qu'est-ce qui vous dit que je parle d'Hannah? » Demanda-t-il en dirigeant son regard vers elle.

Brennan accrocha son regard et aucun des deux ne prononça une autre parole. Les implications de la question de Booth étaient évidentes et elle sentait son cœur se mettre à accélérer dangereusement. Alors qu'elle retint sa respiration un court instant, Booth brisa son regard et le dirigea vers son verre. C'était la première fois depuis sa rupture qu'il discutait librement de ce qu'il ressentait toujours pour elle. Il était celui qui lui avait brisé le cœur quelques mois auparavant et il serait dorénavant celui qui tenterait de recoller les morceaux.

« Ce serait égoïste de vous demander d'attendre avant de passer à autre chose? Demanda-t-il en utilisant d'expression qu'il avait utilisée l'année précédente.

- Extrêmement.

- C'est ce que je croyais.

- Toutefois, ça ne veut pas dire que je ne veuille pas le faire.

- Passer à autre chose?

- Non, vous attendre ».

Booth releva son regard et recroisa celui de Brennan. Ses yeux bleus, presque turquoise, étaient plus brillants qu'il ne les avait jamais vus. Ils criaient l'espérance et l'amour. Sans y penser plus longtemps, il s'avança vers elle et déposa ses lèvres tout légèrement sur les siennes. Le baiser fut court, presque décevant. Avant même qu'elle ait pu s'en rendre compte, il s'était retiré.

« Ce ne sera pas notre premier baiser, chuchota-t-il en ouvrant les yeux pour rencontrer les siens.

- C'est vrai, en fait, c'était notre quatrième.

- Non, je veux dire, ce ne sera pas notre vrai premier baiser. La prochaine fois que je vous embrasserai, je vous embrasserai pour vrai et lorsque je vous embrasserai pour vrai, vous pourrez dire que je serai la dernière personne que vous embrasserez dans votre vie. Lorsque je vous embrasserai pour vrai, il n'y aura pas de tristesse dans mes yeux ni de douleur d'avoir été rejeté par quelqu'un d'autre. Lorsque je vous embrasserai pour vrai, je serai vôtre et vraiment vôtre pour toujours si vous le voulez. Mais pour l'instant, tout ce que je vous demande, c'est d'attendre un peu que je sois prêt pour vous. Je vous demande de l'espoir et de la patience.

- Combien de temps je vais devoir vous attendre? Chuchota-t-elle avec confiance et un petit sourire au coin des lèvres.

- Je l'ignore. Ce que je sais par contre, c'est que je ne vous embrasserai plus tant que vous ne serez pas la seule femme dans mes pensées et je vais être complètement honnête avec vous : présentement, ce n'est pas le cas. Toutefois, il y a une chose dont je suis certain, c'est que vous êtes la seule femme dont j'ai été réellement amoureux dans ma vie. Vous l'êtes présentement et vous le serez probablement jusqu'à la fin de mes jours ».

Sur ce, il l'embrassa sur le front, laissa suffisamment d'argent sur le comptoir pour payer sa consommation et celle de sa partenaire, se retourna et se dirigea vers la porte du bar. Avant d'en ouvrir la porte, il lui lança un dernier regard et elle lui répondit par un sourire.

Observant le couple qui se fixait de part et d'autre du restaurant, n'importe quel œil externe aurait cru que le couple ici présent venait de rompre amicalement, mais un œil entraîné aurait pu dire qu'au contraire, ce regard, rempli d'espoir et de patience, était le début d'une grande histoire d'amour.

Fin

NA: Qu'est-ce que vous en pensez?