Coucou me revoilà! Depuis mon dernier chapitre, j'ai vu que certains m'avaient ajouté dans "following story". Vous ne pouvez pas savoir combien cela me fait plaisir de voir que même si je ne publie plus souvent, vous continuez de me suivre! Je vous remercie tous!

J'avais promis cet été de poster un chapitre avant la fin de l'année et ça y est! J'y suis enfin parvenue. J'espère qu'il vous plaira.

Enjoy!


Après l'arrivée de l'armée du Rohan durant la bataille des Champs du Pelennor, la cité de Minas Tirith avait ajouté au système de défense de la ville, plusieurs sentinelles composées de Rohirrims et de Gondoriens. Cette nuit-là, tandis que certains Rohirrims qui avait combattu aux côtés de Lady Susan prenaient place au banquet, c'était au tour des Gondoriens de surveiller les sorties et entrées des villageois de la cité. Ce fut les bruits de tonnerre et les éclairs illuminant le ciel, qui accéléra la fermeture des grandes portes de la cité. Jonah, un des plus anciens soldats du Gondor était de garde. Il avait vu les trois éclairs successifs qui s'étaient abattus devant Minas Tirith, mais il pensait que ces éclairs et ce tonnerre serait suivit par une forte pluie. Alors quelle ne fut pas sa surprise d'entendre des coups frappés à l'une des portes. Le second garde qui était de tâche avec lui, se leva, prit son épée et son bouclier avant de se diriger vers le bruit. Jonah le prit par le bras, lui fit signe de la tête que ce serait lui qui irait voir. Après tout, si c'était un ennemi du Rohan ou du Gondor, sa mort ne serait pas vaine.

Le vieil homme descendit de son poste, traversa le petit couloir de bois qui le séparait de la porte et regarda à travers un trou pour voir qui était son ennemi. Arquant les sourcils, il plissa des yeux pour mieux distinguer les trois silhouettes qui s'impatientaient devant les grandes portes.

- Qui est-là? Demanda t-il d'une voix ferme et forte.

- Heu? Qui êtes-vous? Répliqua une des personnes, la plus grande silhouette déduisit Jonah.

- Jonah, de la garde du Gondor. Dit-il fortement, observant la réaction de ces étrangers.

- Gondor? Entendit-il murmurer de la part d'une femme?

- Où se trouve le roi Caspian? Demanda de nouveau la première voix.

- Il n'y a pas de roi Caspian au Gondor. Seulement le roi Aragorn et le roi Eomer. Répondit Jonah de plus en plus intrigué. Êtes-vous armés? Ajouta t-il.

- Non! S'offusqua fortement la deuxième voix. Peter, je crois que nous ne sommes pas à Narnia. Ajouta t-elle à l'attention du plus grand.

- Je le crois aussi. Peut-être devrions nous demander un entretien avec ce roi Ara... quelque chose. Parla la troisième voix pour la première fois.

- Alde, prépare toi à m'accompagner au palais. Je crois que le roi Aragorn va être surpris. Fit Jonah en se tournant vers son compagnon qui venait d'arriver.

- Très bien. Acquiesça le jeune soldat.

- Je vais aller leur ouvrir, couvre moi. Ajouta t-il avant de prendre les clés qui ouvraient la porte à côté des plus grandes qui protégeaient la cité.

- Tu crois qu'Aslan nous aurais... commença la voix de la femme quand elle s'arrêta brusquement lorsqu'ils virent sortirent un soldat avec une torche et une épée dans les mains.

- Suivez-moi, je vais vous conduire au roi. Leur dit-il en leur faisant signe de passer devant lui.

Les trois étrangers obéirent à Jonah. Ce dernier profita de les voir passer devant lui pour mieux les dévisager. Il fut surpris de voir que le premier homme était grand, blond, le regard d'un bleu profond qui lui rappelait celui de Lady Susan, et d'après le Gondorien, il ne devait pas avoir plus de trente ans. La seconde personne était une jolie jeune femme au doux regard bleu-gris. Elle avait de longs cheveux châtains clairs et lorsqu'elle passa devant Jonah, elle lui fit un petit sourire et un signe de tête comme pour le remercier. Cette attention le surprit grandement! Mais celui qui troubla le plus le garde du Gondor était le deuxième homme. Ce dernier était presque aussi grand que le premier, mais son regard était marron, son visage tendu ainsi que sa posture, s'attendant à être attaqué à n'importe quel moment. Une fois les trois étrangers dans l'enceinte de la cité, Jonah ordonna à Alde de le suivre, avant de donner des instructions à d'autres gardes. Il était temps d'aller avertir les rois de cette nouvelle venue.


La bonne ambiance qui régnait dans la salle du trône était une chose qui n'était pas arrivée depuis bien longtemps au Gondor. Pas depuis le début de la guerre de l'Anneau. Gandalf observait d'un vif intérêt comment se déroulait la soirée et il ne pouvait s'empêcher d'avoir un petit sourire en coin lorsqu'il vit ses amis et ses compagnons rire et s'amuser. Son regard se posa alors sur la jeune femme qui était à l'honneur du banquet, Lady Susan. Cette dernière avait traversé tellement d'épreuves depuis son arrivée en Terre du Milieu que le vieux magicien se demandait comment elle faisait pour trouver encore le courage d'affronter ces créatures maléfiques et de ne pas être corrompue par le mal qui se répandait en Gondor ou en Rohan. Les pensées du Mage Blanc se tournèrent alors vers la soirée à Edoras où la jeune femme avait vu la vision de l'arbre blanc en flammes. Contrairement à Pippin qui avait touché le Paladin et attiré l'œil de Sauron sur lui, Lady Susan n'avait rien touché mis à part le bâton de Saroumane qu'elle avait détruit quelques mois plus tôt. Une fois rassuré de voir que les tourments de leur jeune amie avaient cessé, le Mage Blanc reporta son attention sur les personnes qui l'entourait. Un plus grand sourire prit place sur ses lèvres quand il vit que le roi Eomer n'osait pas quitter la compagnie de Susan, même pour quelques instants. Secouant la tête devant l'entêtement dont les deux jeunes gens faisaient preuve, Gandalf s'approcha du petit groupe discrètement.

- Comment allez-vous les combattre? Entendit-il de la bouche de Lady Susan lorsqu'elle s'adressa à Elfhem qui était à côté de lui.

- Je crois que le roi Aragorn... commença Elfhem avant d'être interrompu par Legolas qui souriait.

-Voyons Lady Susan, nous sommes à un banquet et vous voulez parler de notre plan d'attaque? S'amusa l'elf.

- Et bien... comme je vois que vous ne voulez rien me dire... répliqua la jeune femme amusée, mais elle fut interrompu par Eomer.

- Peut-être que si on vous autorisait à assister à l'une de nos réunions, vous seriez rassurée? Proposa le jeune roi en souriant.

- Vraiment? S'enthousiasma t-elle sous les rires de ses amis.

Soudain, ils furent interrompus par l'entrée de deux gardes du Gondor, qui étaient accompagnés de trois personnes habillées différemment de ce que l'on trouve en Terre du Milieu. Aragorn fut le premier à se diriger vers le petit groupe, tandis que les autres convives reprenaient leur discussions. Mais alors que Susan allait répondre à une question posée par Gimli, son attention se reporta vers les intrus. En l'espace de quelques secondes, tous changea.


D'abord, Susan ouvrit grands ses yeux sous la surprise, qu'elle ne remarqua pas quand elle lâcha son verre et qu'il alla s'écraser au sol, faisant tourner toutes les têtes vers elle.

- Susan? Demandèrent alors plusieurs voix en même temps.

- Oh! Par Aslan! S'exclama la jeune brune en s'avançant vers les étrangers, sans prendre la peine de répondre à ses amis.

- Susan? Fit alors la voix du grand blond qui était désormais à quelques pas de la jeune femme.

- Peter? Chuchota Susan, tandis que les Rohirrims et Gondoriens observaient la scène devant eux.

Lady Susan avait les mains qui tremblaient, son visage était parcouru de larmes et sur ses lèvres rouges un petit sourire se dessinait à mesure qu'elle s'approchait des nouveaux intrus. De leur côtés, les trois étrangers étaient sous le choc de voir devant eux en chair et en os, leur sœur adorée, disparue cinq ans plus tôt par un après-midi d'été.

- Susan! S'exclama la jeune femme qui accompagnait les deux hommes. C'est bien toi? Demanda t-elle en s'approchant un peu plus près.

- Lucy? Fit simplement Susan en courant se jeter dans les bras de sa petite sœur. Mais... comment? fit-elle entre deux sanglots tout en continuant d'étreindre sa jeune sœur.

- Su! Fit alors le troisième en prenant ses deux sœurs dans ses bras.

- Hey laisse moi un peu de place! Ajouta le grand blond avant de prendre ses frères et sœurs dans un gros câlin.

- Hum... les interrompit alors Aragorn faisant sursauter les quatre Pevensie qui avaient fait abstraction de leur entourage pendant ces quelques minutes.

- Oh! Qui êtes-vous? Demanda alors Peter en plissant des yeux devant cette menace inconnue.

- Je suis Aragorn, Roi du Gondor. Et vous êtes ici à Minas Tirith. Lui répondit calmement le roi en voyant que ces étrangers connaissaient Lady Susan.

- Je suis désolée Aragorn. S'éleva alors la voix de Susan qui vint se placer au milieu des deux hommes en roulant des yeux devant l'arrogance que dégageait toujours Peter devant un homme plus vieux que lui.

- Vous les connaissez Lady Susan? Demanda Merry qui s'était avancé ainsi que le reste de la Communauté, tandis que le reste des convives observaient avec avidité.

- Bien sur Maître Merry! S'exclama t-elle avec un grand sourire et les yeux pleins d'étincelles, une expression qui ne passa pas inaperçue.

- Qui sont-ils? S'impatienta Pippin.

- Ce sont mes frères et sœurs! Leur dit-elle en prenant par les épaules Peter et Edmund.

- Quoi? S'exclama Gimli.

- Voici Peter. Commença t-elle en désignant le grand blond. Mon frère ainé. Edmund, mon petit frère et voici Lucy, notre petit bébé. Ajouta t-elle en ébouriffant les cheveux de sa jeune sœur qui rigolait tout en remettant sa coiffure en place.

- Hé! Je ne suis plus une gamine. Rectifia la plus jeune des Pevensie. J'ai vingt ans maintenant.

- Vingt ans? Mais comment est-ce possible? Demanda Susan redevenue sérieuse à cette information.

- Peut-être que nous pourrions en parler dans un endroit plus privé, non? Proposa Edmund, après avoir observé où ils se trouvaient.

- Oui, c'est une bonne idée Ed. Confirma Peter avant qu'il ne s'avance vers Aragorn qui les écoutait attentivement.

- Je vais vous conduire dans vos quartiers. Proposa le roi du Gondor avant de faire signe à un de ses gardes d'emmener les nouveaux venus. Je crois qu'il est temps que nous retournions à notre souper, pendant que Lady Susan aide sa famille à s'installer. Proposa t-il au reste des invités.


Tandis que Susan expliquait à ses frères et sœurs où ils se trouvaient, dans la grande salle, les conversations avaient repris mais le sujet était partout le même: que signifiait l'arrivée de ces étrangers en Terre du Milieu. Eomer resta silencieux en présence de ses amis jusqu'au retour d'Aragorn qui lui promit de lui parler un peu plus tard dans la soirée.

De son côté, Susan était en pleine confusion. Peter, Edmund et Lucy se trouvaient ici, avec elle. La jeune femme ne pouvait éprouver un sentiment de peur à leur présence.

- Pourquoi êtes-vous là? Demanda t-elle alors, une fois seuls dans leurs appartements.

- On ne sait pas. Répondit Peter tout en regardant autour de lui. On revenait du cimetière et puis plus rien.

- Le cimetière? Papa? Maman? S'exclama la brunette, horrifiée à la pensée que ses parents soient morts.

- Non, Sue. Fit Edmund calmement.

- Et si tu nous racontais comment tu t'es retrouvé ici? Proposa Lucy, les yeux pétillants.

-Et bien, la seule chose dont je me souvienne, c'est d'être sortie du manoir pour m'entrainer au tir à l'arc. Commença Susan en puisant dans le souvenir de sa chute mortelle. Je me trouvais dans la clairière, comme d'habitude, quand soudain j'ai été attiré par un scintillement. Je me suis approchée, et c'est là que j'ai vu mon Cor! S'exclama t-elle avec un petit sourire.

- Ton cor? De Narnia? Demanda Peter en fronçant les sourcils.

- Celui que nous avons perdu après la bataille avec Caspian? Essaya de comprendre Edmund.

- Oui. Je ne sais pas ce qu'il faisait en haut du sapin, mais je n'avais qu'une envie, de le tenir dans mes mains. Et puis, en redescendant de l'arbre, je suis tombée. Termina Susan en haussant les épaules.

- Sue, tu n'es pas seulement tombée. Murmura Peter en la prenant dans ses bras pour cacher ses larmes.

- Tu es morte. Il y a cinq ans. Finit Edmund en la regardant plein de larmes.

- Cinq ans? S'exclama t-elle abasourdie avant de s'asseoir dans un fauteuil. Mais... c'était moi au cimetière?

- Oui. On y va à chaque anniversaire. Lui répondit Lucy tristement.

- Mais cela ne fait seulement qu'un peu plus d'un an que je suis ici. Et j'ai déjà aperçu Aslan. Leur dit-elle en secouant la tête. Qu'est-ce que ça veut dire?

- On ne sait pas. Mais si tu es venue ici après ta mort, c'est peut-être parce que tu as quelque chose à accomplir? Proposa Edmund.

- Mais vous? Pourquoi être arrivée ici? Leur demanda Susan en les regardant chacun leur tour.

- On est mort. Constata simplement Lucy.

- Comment peux-tu en être sur? Fit Peter.

- Lors de notre dernier voyage à Narnia, Aslan nous a dit que nous étions des fils et filles de Narnia, notre demeure est là-bas. Commença Lucy.

-Et cette Terre du Milieu où nous nous trouvons? S'énerva Edmund.

- Un autre monde d'Aslan. Répliqua Lucy en souriant.

- Parlez moi de l'Angleterre. Ce que vous êtes devenus. Interrompit Susan, qui ne voulait pas penser à sa mort ou à l'éventualité que ses frères et sœurs étaient eux aussi morts.

- Et bien, Peter est devenu médecin. Commença Lucy qui venait de comprendre l'intention de sa sœur. Je suis encore à l'université, je voulais devenir écrivain. Ajouta t-elle en souriant.

- Je suis avocat. Fit la voix d'Edmund.

- Raconte nous plutôt ce qu'il se passe ici. Interrompit Peter en regardant sa sœur droit dans les yeux. On a eu du mal à accepter ta mort. On arrive ici et tu es au centre de ce festin, souriante et pleine de joie. Pour nous tu es morte depuis cinq ans Susan! S'exclama en colère Peter en se levant de son fauteuil avant d'arpenter la pièce.

- Je m'excuse Peter. Fit Susan d'une petite voix. Je ne savais pas ce qu'il allait se passer quand j'ai grimpé au sapin. J'étais tellement triste d'être revenue de Narnia que je voulais seulement avoir quelque chose pour me rattacher à notre pays. Commença t-elle d'une petite voix, les larmes coulant sur ses joues. Si j'avais su que ça allait se passer de cette façon, je serais restée au pied de l'arbre.

- Tu voulais attraper ton Cor. Fit Lucy. Et si tu avais besoin de te sentir proche de Narnia, tu t'es dit que le Cor était peut-être un moyen pour le sentir près de toi. Proposa Lucy en prenant les mains de sa sœur ainée.

- Oui. Fit la grande brune en souriant tristement. Et puis je suis tombée. Et quand je me suis réveillée, j'avais mon Cor dans la main et mon arc et carquois dans mon dos.

- Quel est ce pays Susan? Demande alors Edmund qui était appuyé contre la fenêtre et regardait au loin la Montagne du Destin, où l'Anneau fut forgé.

- C'est la Terre du Milieu. Répondit Susan en s'approchant de son jeune frère. Ce que tu vois au loin est la Montagne du Destin, qui se trouve en Mordor. Une terre où règne le mal Edmund.

- La Sorcière Blanche? Demanda t-il dans un murmure tandis qu'un frisson lui parcourait le corps.

- Non, les gens d'ici l'appelle Sauron. Et il est vraiment maléfique.

- Dis-nous en un peu plus Su. Fit la voix de Peter derrière elle pendant qu'il regardait lui aussi l'horizon.

- Quand je suis arrivée ici, j'ai rencontré Théodred, fils de Théoden, roi du Rohan. Commença la brunette.

Susan passa presque une heure à expliquer à ses frères et sœur ce qu'il se passait dans ce pays qui leur était étranger. Elle passa sous silence son affrontement avec Saroumane et sa relation avec Eomer. Mais après qu'elle leur ait annoncé l'intention des rois du Rohan et du Gondor d'aller affronter face à face les forces de Sauron et avoué qu'elle ne prendrait pas part à la bataille finale, Lucy lui demanda pourquoi elle ne pourrait pas aller se battre. Sa sœur leur avoua donc qu'elle venait juste de se rétablir de ses blessures. Lorsque Peter et Edmund entendirent cela, ils commencèrent à s'énerver mais les assurances de Susan concernant sa santé les calmèrent un peu.


Ce fut lorsque quelqu'un vint frapper à la porte des appartements de Lady Susan, que cette dernière remarqua que son absence à son propre festin avait dû se faire remarquer. Elle demanda alors à la jeune servante d'aller prévenir Aragorn et le reste de ses amis qu'elle n'allait pas tarder à revenir. Une fois la servante partit, elle se tourna vers sa famille et leur demanda s'ils voulaient venir aussi. Comme n'étant pas dans son habitude de refuser de rencontrer de nouvelles personnes, Lucy accepta avec joie, suivit de Peter et d'Edmund qui voulaient s'assurer que leur sœur avait été bien traité.


Pendant que Susan se fut retirée dans ses appartements avec ses frères et sœur, ses amis du Rohan et du Gondor, se demandèrent ce qu'il venait de se passer. Le plus intrigué de tous fut Gandalf. En effet, il avait déjà entendu parler d'une force magique, probablement plus ancienne que les elfs ou les magiciens auxquels il appartenait, capable de créer une sorte de lien entre différents mondes. Le mage Blanc était aussi au courant de l'origine de Lady Susan, car elle leur en avait parlé plusieurs fois durant leur aventures, mais alors que la jeune femme avait été honnête concernant ses origines, elle n'avait pas oublié de mentionner que ses frères et sœur étaient probablement restés dans un autre monde et qu'elle serait donc incapable de les revoir après la bataille finale, si ce n'est après. Et là, tout d'un coup, voilà que le reste des Pevensie se retrouve en Terre du Milieu. C'est donc pour cette raison que le vieux Mage Blanc resta pensif jusqu'au retour de Lady Susan, accompagnée de sa famille.


Quand Lady Susan revint accompagnée de ses frères et sœur, une grande partie des invités les dévisagea. En effet, les trois Pevensie ne s'étaient pas changé et leur vêtements de l'Angleterre n'allait pas tellement avec ceux de la Terre du Milieu. Désirant introduire sa famille à ses amis, Susan se dirigea calmement vers Eomer et Aragorn, alors qu'à l'intérieur d'elle, la jeune femme était profondément nerveuse. Une fois que les Pevensie furent devant les rois du Rohan et du Gondor, Susan fit les présentation.

- La surprise de voir ma famille était tellement grande que j'en ai oublié les présentations. Commença Susan nerveusement, un état qui lui était rare.

- Ne vous excusez pas Lady Susan. La rassura Aragorn avec un petit sourire.

- Merci Seigneur Aragorn. Voici mon frère ainé, Peter. Sourit la jeune femme en désignant le grand blond qui surveillait le roi du Gondor.

- Sa Majesté Peter, Grand Roi de Narnia, Empereur des Îles Solitaires, Seigneur de Cair Paravel, Chevalier de l'Ordre le Plus noble du Lion, Peter le Magnifique. Rectifia t-il faisant grimacer Edmund qui se tenait derrière lui.

- Et voilà qu'il remet ça! S'exclama Lucy en roulant des yeux. Pete! On n'est pas à Narnia et même si on y était, nous ne sommes plus les souverains! Ajouta la plus jeune des Pevensie.

- Peut-être, mais on est les Rois et Reines de l'Ancien Temps! S'offusqua le grand blond, en se tournant vers sa petite soeur, oubliant où il se trouvait.

- Ne le prenez pas mal, Seigneur Aragorn. Fit Susan pour cacher sa gêne. Mon frère à toujours eu du mal à ne pas dire son titre en entier.

- Et quel est votre titre, Lady Susan? Intervint la voix de Merry, faisant sourire les autres invités.

- Heu... je ne pense pas que ce soit vraiment important. Tenta d'esquiver la brunette en rougissant, faisant sourire les autres.

- Reine Susan la Douce. Fit alors la voix d'Edmund en mettant un bras autour des épaules de sa grande soeur. Mais en fait, c'est une vraie terreur! Ajouta t-il sur le ton de la confidence à Merry, qui rigola ainsi que le reste des auditeurs.

-Hey! Ce n'est pas vrai. Répliqua Susan avec un petit sourire en coin.

- Ed a raison, Sue, tu es la seule qui sait taire Peter quand il devient trop arrogant! Rigola Lucy.

- Et quels sont vos titres? Demanda Pippin à Lucy.

- Reine Lucy la Vaillante. Lui répondit-elle avec un petit sourire.

- Et vous? Fit Gandalf en s'adressant à Edmund.

- Roi Edmund le Juste. Fit Susan en regardant fièrement son petit frère. Mais il restera toujours mon petit Ed! Ajouta t-elle en lui ébouriffant les cheveux.


Après les présentations officielles, Susan entraina ses frères et soeur faire le tour de la Salle du Trône pour les présenter aux invités. Pendant ce temps-là, Eomer resta en arrière, préférant admirer l'objet de son cœur. Le jeune homme ne pouvait s'empêcher de remarquer que le regard de la jeune femme n'avait jamais paru plus brillant que lorsqu'elle regarda sa famille, réunit de nouveau. Une pensée lui traversa l'esprit. Que signifie la présence du reste des Pevensie à Narnia? Ont-ils été envoyé ici pour ramener Susan dans leur pays? Lady Susan désire t-elle quitter la Terre du Milieu, le quitter lui? Toutes ces questions se bousculaient dans la tête d'Eomer, qu'il sursauta quand sa sœur posa sa main sur son épaule.

- Je te trouve bien mélancolique tout d'un coup, mon frère. Commença Eowyn avant de suivre le champ de vision de son frère. Je suis contente de voir Lady Susan aussi heureuse.

- Oui moi aussi. Murmura Eomer sans vraiment le penser.

- Vraiment? S'étonna t-elle. Et bien, tu es devenu un expert à cacher tes émotions alors. Plaisanta t-elle.

- Comment cela? Demanda t-il en reportant son attention sur sa sœur qui lui souriait.

- Oh, ne fait pas cette tête là! Je crois que tout le Gondor et le Rohan est au courant que tu aimes Lady Susan. S'exclama Eowyn en roulant des yeux devant l'absurdité de son frère. Et je sais d'une source sure, que le sentiment est partagé.

- Vraiment? Mais que faire si elle décide de retourner auprès des siens? S'inquiéta le roi du Rohan.

- Je crois qu'elle ne pourra quitter la Terre du Milieu, parce qu'ici aussi elle a une famille. Le rassura t-elle avant de se diriger vers Faramir.

Eomer resta pensif quelques minutes sur ce que venait de lui dire sa sœur. Il savait que Lady Susan l'aimait, elle le lui avait dit. Maintenant il ne lui restait plus qu'à le lui avouer à son tour.


Durant le repas, Susan qui était placée entre Aragorn et Eomer discutait avec eux de leur futur départ, tandis que le reste des Pevensie apprenait à mieux connaître les amis de leur sœur. Edmund et Elfhem s'étaient trouvés plusieurs points communs, notamment leur passion pour les chevaux, Lucy prenait plaisir à discuter avec Merry, Pippin, Gimli et Legolas, pendant que Peter questionnait Gandalf sur la Terre du Milieu. Les desserts venaient juste de retourner aux cuisines, que Merry et Pippin commencèrent à chanter et danser, attirant toute l'attention sur eux. C'est ce moment-là que choisit Eomer pour s'adresser à Susan.

- Lady Susan? Demanda t-il doucement attirant l'attention de la belle brune. Voulez-vous prendre un peu l'air?

- Avec plaisir, Lord Eomer. Répondit-elle avec un grand sourire avant de se lever et de le suivre.

- Je pensais qu'un peu d'air frais vous ferait du bien, après toute cette agitation. Commença le jeune homme en prenant la main de sa compagne et en l'entrainant vers les jardins.

- Oui. Je suis si contente de pouvoir revoir ma famille. Mais je sais qu'ils ne sont là que pour une raison particulière. Avoua tristement la jeune femme en regardant les fleurs.

- Que voulez-vous dire? S'inquiéta Eomer en s'arrêtant pour la regarder.

- Je crois qu'Aslan les a envoyé ici pour nous aider à combattre Sauron. Je sais que j'ai été envoyé pour vous aider. Mais maintenant que je suis blessée, mes frères et sœur sont ici. Ils pourront vous aider lorsque vous partirez en Mordor. Lui expliqua Susan en le regardant droit dans les yeux.

- Et si nous parvenons à défaire Sauron et que Frodon parvient à détruire l'Anneau, resterez-vous? Murmura le roi du Rohan en s'approchant un peu plus de la jeune femme.

- Je l'espère. Acquiesça t-elle. Mais je ne sais pas ce qu'Aslan a prévu après la fin de la guerre de l'Anneau.

- Voulez vous rentrer chez vous? Demanda Eomer nerveux de la réponse.

- Non. Murmura fermement Susan.

- Quoi? S'étonna le jeune roi les yeux grands ouverts. Pourquoi?

- Parce qu'ici aussi j'ai une famille que j'aime. Et un roi que j'aime. Lui sourit-elle tristement. Je ne sais pas pourquoi j'ai dit ça...

Mais la fin de la phrase de Susan se perdit lorsqu'Eomer l'embrassa passionnément. La jeune femme resta d'abord surprise, mais quand elle réalisa ce qu'il se passait, elle retourna le baiser. Les deux jeunes gens mirent fin à leur baiser avant de continuer à arpenter le jardin le bras d'Eomer entourant la taille de Susan.


Derrière un pilier extérieur, Edmund resta bouche bée devant ce qu'il venait voir. Sa sœur venait tout juste d'embrasser le roi du Rohan.