Titre: Hystéria

Auteur: P'tit Pingouin

Disclaimers: Rien n'est à moi. La fabuleuse histoire d'Harry Potter appartient à J.K Rowling

Beta: Thecrasy

Rated: M, slash: Relations sexuelles explicites entre hommes. Vous voilà prévenus.

Pairing: HP/TJ, DM/BZ...

Résumé: /

NDA: Merci à ma petite Crasy pour son soutient!

Infos: Pas de Dark Dumbledore, pas de guimauve (ou alors très, très, très peu) et rythme de parution pas encore établi.

Prologue:

En cette nuit d'Octobre 1981, un vent glacial soufflait sur le Lancashire, faisant onduler les hautes herbes rendues presque invisibles par l'obscurité du ciel sans étoile. Seule au milieu de la plaine, une grande maison se dressait, la lampe du porche, seule source de lumière, brillant de mille feux tel un phare guidant les marins en pleine mer.

Dans un « pop » étouffé par le sifflement du vent, une longue silhouette noire, se détachant à peine du fond nocturne, apparut parmi l'herbe tendre. Bien vite, elle fût suivie d'une dizaine, puis d'une vingtaine d'autres, jusqu'à ce que la plaine soit parsemée d'ombres inquiétantes. Mais aucune ne parût plus menaçante que celle qui apparût en dernier, au devant des autres.

A son arrivée, le vent retomba brusquement, comme écrasé par l'aura de noirceur et de puissance qui s'en dégageait, ne laissant derrière lui qu'un silence oppressant.

- Maître ?

Le murmure résonna comme un coup de feu.

- Allons-y, répondit simplement une voix grave.

Les silhouettes avancèrent vers la maison, les hautes herbes bruissant contre les genoux de leurs robes. Ils s'arrêtèrent pourtant au bout de quelques mètres et seul le Lord continua sa route. Il leva sa baguette et un sort silencieux fusa, percutant le bouclier magique de la maison qui vola en éclats.

Le bruit de verre brisé mit définitivement fin au silence. Les fenêtres de la grande maison s'éclairèrent soudain, un étage après l'autre, des cris et des ordres s'échappèrent des murs et les pleurs d'un bébé firent sourire le Lord.

La porte s'ouvrit soudain, répandant un flot de lumière uniquement interrompu par l'ombre d'un homme qui descendit les marches du perron à toute vitesse, claquant le battant derrière lui. L'homme se posta devant le groupe de Mangemorts et leva sa baguette. Les sorciers noirs eurent à peine le temps de sortir les leurs que des dizaines de silhouettes violettes et bleues apparurent autour de lui, menaçant le groupe. Les membres de l'Ordre du Phénix et les Aurors. Un long silence se fit entre les opposants, l'atmosphère si lourde que les respirations se faisaient laborieuses.

- A l'attaque.

Le murmure sonna le début des combats. Les sorts fusaient de toutes parts, Stupéfix et Incarcerem rougeoyants pour les uns, Avada Kedavra verdâtres pour les autres. Chaque camp tentant de mettre à terre le plus d'ennemis possible en les faisant reculer au maximum. Au milieu du champ de bataille, le Lord fendait la foule, jetant des sortilèges de mort à bout de bras, ne ratant jamais sa cible. Il écartait tout sorcier se mettant entre lui et cette maison. À travers le brouhaha des hurlements, il pouvait toujours entendre les pleurs de l'enfant et la voix féminine qui le berçait, le rassurant. Futile. Le Lord avançait toujours, à une vitesse trop grande pour un être humaine et esquivant avec trop de facilité pour un simple sorcier. Mais chacun savait qu'il n'était pas un simple sorcier. Voilà pourquoi les Aurors ne jetaient pas d'avada kedavra sur lui mais des sortilèges de découpes, de tortures, d'empoisonnement... Tout ce qui pouvait mettre un Héritier de Vampire hors-circuit. Mais le Lord n'était pas non plus un simple Héritier, il était le mage noir le plus craint du monde magique et comptait bien prendre le contrôle de ce dernier.

Son sourire s'agrandit lorsqu'il arriva enfin devant la bâtisse, s'extirpant de la masse sanglante des combats. Il passa rapidement la porte, brisant au passage les sortilèges de protections, et avança dans le grand hall. Il se dirigeait vers l'escalier lorsqu'il sentit une présence derrière lui. Il se retourna prestement, évitant au passage trois couteaux enchantés qui se plantèrent dans la rambarde d'escalier.

Une femme aux longs cheveux roux préparait déjà sa prochaine attaque mais ne lança jamais son sort, un rayon vert la faisant tomber à terre dans un bruit mat, les yeux vides.

Le Lord se tourna de nouveau vers l'escalier et sourit en entendant les pleurs provenant de l'étage.

Enfin, cette mascarade allait pouvoir cesser. Il lui tardait tant d'aller retrouver discrètement un autre enfant, bien plus important à ses yeux que celui-là. Mais il fallait d'abord écarter toute menace, couper le mal à la racine.

Le Lord monta donc les marches lentement, se délectant des sanglots enfantins et de la douce chanson fredonnée pour les calmer. Alors qu'il posait le pied sur la dernière marche, un hurlement de désespoir retentit dans la maison :

- LILY !

Il y eut une seconde de flottement avant que les cris du bébé ne redoublent, que la porte de la chambre ne claque, des sorts de protection perçant à travers le battant. Le Lord entendit une cacophonie de bruit de pas grimpant l'escalier derrière lui. En un clin d'œil il se retourna pour voir apparaître un homme aux cheveux ébouriffés, des lunettes rondes masquant légèrement ses yeux marron remplis de larmes et un rictus haineux au visage.

- MONSTRE! Hurla-t-il avant de recevoir le sort de mort en pleine poitrine, son corps dévalant l'escalier en sens inverse.

Ignorant le bruit horrible que fit le cadavre en atterrissant sur le sol après sa chute, le Seigneur des Ténèbres s'avança vers la chambre, enlevant un à un les boucliers, satisfait à l'entente des sanglots adultes se mêlant aux pleurs du bébé. Il tourna la poignée et pénétra dans la pièce. Il vit la femme aux courts cheveux noirs se mettre devant le berceau, pleurant et suppliant :

- Par pitié ! Pas mon bébé ! Ne faites pas de mal à mon bébé, je vous en prie ! Prenez-moi à sa place mais je vous en prie ! Pas mon bébé !

Le Lord lui jeta à peine un regard, l'Avada partant et tuant la jeune femme sur le coup, la faisant s'écrouler à ses pieds. Le Seigneur Noir enjamba le corps et s'approcha du berceau. Il croisa le regard bleu marine du nourrisson qui s'était étrangement tu, le fixant avec innocence. Durant un instant, l'image d'un autre bébé se superposa sous ses yeux, celle d'un bébé au regard vert qui s'arrêtait toujours de pleurer lorsqu'il voyait une grande ombre se glisser par la fenêtre de sa chambre. Mais, aussi rapidement que l'image était venue, elle disparue, et le Lord leva sa baguette, jetant le sort de mort sans scrupule.

Et l'enfer se déclara.

A l'extérieur, tous les combats cessèrent en entendant les vitres exploser, suivi d'un gigantesque flash de lumière qui aveugla toutes les personnes présentes. L'obscurité et le calme revinrent sur la plaine, laissant les combattants assourdis et désorientés. Après quelques secondes où chacun battit des cils, tentant de chasser les points qui flottaient devant leurs yeux, tous constatèrent avec stupéfaction que, là où une seconde encore la maison se dressait comme un fanal solitaire, il ne restait que des cendres.

- Non, murmura un homme. Non, non, non, non, NON, NON ! Finit-il par hurler en s'élançant vers l'édifice.

Tous suivirent, Mangemorts et Aurors mêlés, soulevant les gravas, jetant des sorts pêle-mêle pour retrouver des survivants. On déterra quatre corps d'Aurors à l'entrée de la maison et pas moins de six Mangemorts à coté. Une jeune femme se figea dans son exploration en voyant une mèche flamboyante émerger d'un gros bout de mur éclaté.

- Lily, souffla-t-elle. Lily est là-dessous ! Venez m'aidez! S'écria-t-elle.

Aussitôt, trois hommes la rejoignirent pour dégager les débris. Tous se figèrent en voyant les yeux encore ouverts. Les yeux morts. Lily. Lily. Lily était morte.

- James, s'exclama soudain Sirius. Où est James ?

- Il est là ! Il... Il est mort... Dit l'Auror ayant fait la funeste découverte.

Bellatrix vit avec un plaisir sardonique son cousin tomber à genoux.

- MAITRE ! Hurla un fidèle.

Aussitôt, tous les Mangemorts se réunirent autour du corps, le premier cercle tentant de le réanimer tandis que les autres levaient leurs baguettes contre les Aurors qui avaient eux aussi dégainés.

Un gazouillis tua le combat dans l'œuf. Toutes les têtes se tournèrent vers les décombres près des Mangemorts. Le premier homme qui s'était élancé dans les ruines bouscula sans aucune gêne les sorciers noirs et vit avec stupéfaction, là, au milieu de morceaux calcinés de berceau, un bébé, son bébé.

Tous regardèrent avec incrédulité nourrisson babiller dans les bras de son père, une seule pensée dans tous les esprits: "l'enfant s'en était sorti."

Des transplannages les sortirent tous de leur ébahissement et ils virent avec horreur ou soulagement, Dumbledore et une escouade d'Aurors accourir. Sentant l'urgence de la situation, les Mangemorts emportèrent le corps inconscient de leur maître et disparurent un tiers de seconde avant d'être frappés par des stupéfix. Seuls quelques membres de l'Ordre eurent le morbide honneur de voir Bellatrix Lestrange jeter un dernier sort de mort en direction du bébé et le père se retourner brutalement afin de prendre la place de son fils.

Albus s'avança parmi les cadavres et les gravats et regarda avec désolation les visages des membres de l'Ordre qui ne souriraient plus jamais. Il ravala un sanglot en voyant les corps de Lily et James Potter qu'on avait mit l'un à coté de l'autre. Il serra avec compassion l'épaule de Sirius toujours à genoux et lança un regard triste vers Peter et Remus qui sanglotaient.

- Vous devez vous reprendre, mon ami, dit-il avec douceur à Sirius. Au moins pour Harry. Le garçon va avoir besoin de vous.

Mais l'homme ne réagit pas. Ses yeux fixaient le vide et sa bouche restait entrouverte en un cri muet.

- Professeur Dumbledore !

Le vieil homme tourna la tête et vit le visage grave d'un Auror :

- On a retrouvé le corps d'Alice Londubat.

Albus écarquilla les yeux et suivit rapidement l'homme. Il ferma un instant les paupières devant la femme si joyeuse au visage figé dans la terreur.

- Où est l'enfant? Demanda-t-il finalement.

- Je...

- MON FILS ! Hurla soudain Augusta Londubat, son cri déchirant la nuit.

Albus se dirigea vers la vieille femme et soupira de désespoir en la voyant pleurer bruyamment sur le corps de Frank. Près d'elle, une amie d'Alice et membre de l'Ordre berçait un nourrisson en pleurant à chaudes larmes. Rassuré mais le cœur en pièces, Albus s'agenouilla près d'Augusta et entoura doucement ses épaules.

- Très chère. Votre petit-fils est en vie.

- Il m'a pris mon fils! ASSASSIN ! Hurla-t-elle au ciel étoilé.

- Ils se sont sacrifiés pour sauver la vie de Neville, chuchota Dumbledore. Ils se sont sacrifiés pour protéger la clé de notre avenir. Ce sont des héros. Leur deuil ne doit pas passer avant ce pourquoi ils ont donné leurs vies.

Augusta cligna des yeux, comme si elle reprenait pied dans la réalité.

- Neville, haleta-elle, mon petit Neville, où est-il ? Je veux le voir !

Aussitôt, la jeune sorcière se pencha et donna le bébé à la grand-mère qui sécha ses larmes en exhalant un sanglot.

- Mon tout petit, murmura la femme en embrassant la main du bébé.

Elle se balança d'avant en arrière, pleurant et chuchotant des mots tendres à l'enfant.

Albus regarda la plaie sanglante sur le front du nourrisson et appela un médicomage. Celui-ci eut un peu de mal à faire lâcher prise à Augusta mais les paroles de réconfort des membres de l'Ordre permirent à la femme de laisser le bébé. Albus suivit le médicomage et le regarda jeter plusieurs sorts. Ils froncèrent tout les deux les sourcils devant le manque de résultat.

- Blessure magique, conclut l'homme. Un sort extrêmement puissant.

Albus regarda pensivement le petit Londubat s'agiter dans ses langes. Des dizaines de théories apparurent dans son esprit. Il fit le tri rapidement et les rangea dans un coin de sa tête pour y réfléchir plus tard. Il prit l'enfant et le ramena dans les bras d'Augusta.

Il laissa les Aurors du Ministère faire leur travail et réunit les membres survivants de l'Ordre. L'écroulement de la maison n'était pas la seule cause des disparitions, la bataille qui faisait rage dehors avait aussi eu son lot de morts. Il vit avec désolation Remus et Peter soutenir un Sirius hagard. Pauvre Harry.

- Nous allons emmener Augusta et Neville au Terrier. Remus, Peter, emmenez-y également Sirius. Gidéon, Fabian, je vous demanderai de ramener Harry au Terrier. J'espère que Molly pourra s'occuper de lui pendant que nous nous organisons. Benji, Caradoc, Edgar je me dois de vous assigner la funeste tâche de lister nos camarades disparus. Assurez-vous que les morts soient bien traités et que les blessés soient transportés à Sainte-Mangouste. Quant aux autres, je vous demanderais d'être présent dans cinq heures au Quartier Général. Je sais que vous avez eu une dure nuit et je vous remercie tous de ce que vous faîtes.

Les traits tirés, tous les membres de l'Ordre acquiescèrent avant de retourner à leurs tâches respectives.


Le Seigneur des Ténèbres cligna des yeux en reconnaissant la sensation désagréable du Transplanage d'Escorte. Il reprit conscience rapidement lorsque les lumières agressives de sa chambre lui vrillèrent les tempes.

- Maître. Il faut que vous buviez cela.

Une fiole se pressa contre ses lèvres et il avala le contenu écœurant. Il sentit qu'on le couchait dans son lit et il reprit sa respiration avant de demander d'une voir croassante:

- Que s'est-il passé?

- Nous l'ignorons Maître, dit Bellatrix. La maison s'est effondrée. L'enfant était vivant.

L'avada... l'éclair vert qui rebondissait... le flash de lumière... la sensation de brûlure et de déchirement... les cris...

- Comment ce... S'exclama-t-il en se redressant.

Il serra les dents en massant ses tempes.

- Maître ? Demanda Avery.

- L'enfant... L'avada a rebondi...

Les Mangemorts présents soufflèrent de stupéfaction.

- Maître... Un bébé ?

- Silence, Rodolphus !

Tous se turent aussitôt, s'agenouillant dans l'attente d'un ordre de leur Maître.

- Sortez. Surveillez les membres de l'Ordre. Je veux savoir ce qu'il se passe !

Les Mangemorts sortirent tous de la pièce, excepté Bellatrix, qui resta agenouillée.

- Oui, Bella ? Fit le Lord avec un léger agacement.

- Maître... Vous m'avez chargé de la recherche de renseignements sur les Potter.

Le Seigneur releva la tête montrant à la Mangemorte qu'elle avait son attention.

- Ils sont morts, Maître.

-Je te demande pardon ? Gronda-t-il.

La femme déglutit et dit précipitamment :

- Les parents ! Pas l'enfant !

Les épaules du Lord se détendirent :

- En quelles circonstances ?

- Ils étaient à la bataille. On a retrouvé leurs corps dans les décombres de la maison.

Le mage noir resta un long moment silencieux avant de finalement demander :

- Comment s'appelaient-ils ?

- Lily et James Potter, Maître.

Une femme rousse... "LILY !"... Un homme aux cheveux décoiffés et aux lunettes rondes...

- Je vois, dit-il simplement.

Des plans apparurent peu à peu dans la tête de Tom. Un en particulier. Ce serait fou... Mais tellement... Il l'aurait avec lui... Il pourrait le voir... Il ne serait pas obligé d'attendre Poudlard comme il l'avait prévu... Il pourrait le voir grandir... Le vieux fou ne pourrait pas le pervertir ou le monter contre lui...

- Préviens Lucius et Narcissa. Dis leur que je veux qu'ils obtiennent la garde de l'enfant. Par n'importe quel moyen, articula-t-il d'un ton menaçant.

Bellatrix écarquilla brièvement les yeux mais se leva aussitôt pour obéir. Elle sortit de la pièce et ferma la porte derrière elle. Tom profita quelques secondes du silence avant de s'avancer vers le grand miroir de sa chambre.

Ses mains tremblantes aux longs doigts arachnéens se plaquèrent sur le mur, de chaque côté du miroir. Il prit des longues inspirations, domptant la douleur qui continuait de transpercer son corps comme autant de vagues déchirantes. Lorsque, enfin, il reprit contrôle de lui-même, il leva les yeux sur son reflet.

Après toutes ces années, il était pratiquement inchangé. Ses traits figés dans la trentaine avaient pâlis et s'étaient endurcis par la magie noire, mais son statut d'Héritier de Vampire avait sauvegardé son apparence humaine que les Horcruxes auraient pu gâter, n'eût-il pas été de la descendance de Salazar Serpentard.

Le Lord secoua légèrement la tête, enlevant les restes de gravats de ses cheveux noirs et prit un linge humide pour enlever la poussière qui souillait sa peau d'une blancheur irréelle. Il croisa son regard devenu grenat par la soif des fins de batailles et un sourire se dessina sur ses lèvres vermeilles.

"Bientôt, Harry. Bientôt nous serons réunis..." pensa-t-il.

To be continued...