Alors que Kaori avait le regard perdu sur le paysage défilant au-delà de la vitre, Ryô réfléchissait. Il regardait sa partenaire et comprenait le voile de tristesse qui recouvrait ses yeux. Ils avaient passé un magnifique week-end mais malheureusement pour eux, il prenait fin et le retour à la réalité était immédiat. Bien sur il fallait en passer par là mais le nettoyeur eut soudain une idée.

-Dis moi Kaori… on a dépensé combien ce week-end ?

La jeune femme regarda l'homme avec de grands yeux étonnés.

-Heu… pourquoi cette question ?

-Dis-moi. Vu que c'est Miki qui nous a offert ce voyage, finalement nous avons encore un peu d'argent non ?

Kaori regarda Ryô sans trop comprendre où il voulait en venir. Oui, il leur restait de l'argent mais que voulait-il en faire ?

-Oui… comme le voyage était gratuit et que tu n'es pas allé faire la fête… nous avons un peu d'argent… mais explique moi pourquoi tu me demandes ça ?

Ryô fit alors un sourire énigmatique et porta son index à sa bouche pour la barrer.

-Chut ! C'est un secret.

Puis il se leva, laissant seule une Kaori perplexe.

Quelques minutes plus tard le nettoyeur réapparut mais au lieu de se rassoir, il attrapa les bagages et demanda à Kaori de le suivre.

-Mais qu'est ce que tu fais Ryô ? demanda-t-elle en se levant précipitamment pour aller à sa suite.

-Viens.

-Mais Ryô ?

Le nettoyeur s'arrêta devant les portes du train et se retourna vers sa partenaire, le sourire aux lèvres.

-Tu voulais découvrir Osaka, non ?

-Oui mais…

-Et bien c'est parti !

Le train se stoppa et les portes s'ouvrirent. Ryô sorti et posa les sacs sur le quai.

-Viens !

Kaori sorti du train et resta toujours aussi surprise de la réaction de son compagnon.

-Je ne comprends pas Ryô… qu'est ce qu'on fait ?

-On rallonge le week-end !

-Mais… et nos billets?

-Ne t'en fais pas, je vais arranger ça.

Le nettoyeur parti vers un guichet et après quelques minutes il retourna vers Kaori.

-C'est bon, on a une journée pour découvrir Osaka.

Kaori ne comprenait vraiment plus rien. Ryô l'avait fait sortir du train et ils allaient rester une journée sur Osaka.

-Enfin pas tout à fait une journée car on a notre train à 16h mais c'est mieux que rien, non ? Et cette fois on ne peut plus descendre du train !

-Comment as-tu fais ?

-J'ai juste dis qu'on avait un contre temps et qu'on devait rester sur Osaka. En négociant serré, j'ai réussi à faire un changement de train… héhé dis le que je suis fort !

Gonflant le torse, le nettoyeur fit le beau devant Kaori. Cette dernière se mit alors à rire et se jetant dans ses bras, elle le serra fort.

-Merci. C'est super.

-De rien.

Après de longues minutes à marcher dans les rues entourant la gare d'Umeda, le couple de nettoyeurs se retrouva enfin dans une rue beaucoup plus calme et moins fréquentée. Il faut dire que le quartier d'Umeda est très peuplé et assez fashion. Il comprend le plus grand complexe souterrain du Japon et l'immeuble rouge d'Hep five a sa propre grande roue encastrée dans le building même !

-Mais quel monde, on se croirait revenu à Tôkyô ! s'écria Kaori en reprenant son souffle.

-Oui il faut dire que nous sommes dimanche soir, les gens profitent de leur dernier moment de liberté avant de retourner au boulot demain.

-C'est vrai…, tu es fou Ryô, nous aurions du rentrer…

Ryô se tourna vers sa partenaire et de son plus beau sourire répondit :

-Je sais mais j'en avais envie moi aussi.

Ils reprirent la route pour s'arrêter quelques mètres plus loin devant un petit hôtel. N'ayant pas le charme du Ryokan de Kyoto, le nettoyeur fit la moue mais il se doutait bien qu'il n'aurait pas un très grand choix à la dernière minute. Une fois la chambre réservée, le couple reparti dans la frénésie d'Umeda, à la recherche d'un restaurant pour le souper.

Longeant Hep Five et le cinéma de la Tôho, Kaori et Ryô marchaient en se tenant la main. Ici aucun risque de se faire surprendre par des ennemis ou même des amis trop curieux. Ils pouvaient être des amoureux ordinaires et papillonner comme n'importe qui. Kaori regardait les vitrines luxueuses, les yeux brillant pendant que Ryô la taquinait gentiment sur ses goûts vestimentaires. A aucun moment il ne regarda une autre femme ou ne fit de réflexion déplacée à son ange. Il se comportait comme un homme aimant et elle comme une jeune femme tout à fait ordinaire et respirant la vie.

-Tu as faim ? lui demanda-t-il.

-Oui !

-J'ai repéré un petit resto dans une petite rue en face de la salle de jeu et ça m'a l'air très bien.

-Je te suis.

Se laissant guider, la jeune femme était tout sourire. Elle paraissait épanouie comme jamais elle ne l'avait été et heureuse comme pour la toute première fois. Etre aux côtés de Ryô et partager enfin ses sentiments, lui faisait un bien fou. Un poids avait enfin disparu et elle était légère et enfin bien avec elle-même.

Poussant la porte du restaurant, le couple rentra. La salle était minuscule et à peine une quinzaine de personnes pouvaient s'y restaurer. Le décor était très intime et malgré le lieu qui paraissait assez vétuste, il régnait une ambiance accueillante et bienfaitrice. La serveuse leur présenta la carte des menus et les prix affichés firent siffler le nettoyeur.

-Whaou ! C'est pas cher du tout dis moi ! J'espère qu'il y a à manger dans l'assiette au moins !

-Regarde à côté, lui répondit Kaori en faisant discrètement un signe de la tête pour lui montrer la table voisine.

-Oh ! Ah oui ça va, on va se régaler !

Et ce fut le cas, Ryô prit un menu donburi * avec saumon et mayonnaise et karaage de poulet et Kaori du negitorodon* aussi accompagné de karaage de poulet et mayonnaise. Repus et toujours aussi amoureux, le couple reparti à la découverte du quartier qui s'éclairait enseignes par enseignes à la nuit venue.

Voyant qu'il n'est pas très tard, Kaori proposa à Ryô d'aller dans le quartier de Dôtonbori pour voir le mur d'images, lieu où tout un mur d'enseignes est allumé à la tombée de la nuit. Ils passèrent devant le crabe mécanique géant du restaurant Kani Dôraku et arrivèrent sur le pont où tous les touristes s'arrêtaient pour contempler le grand Glico* allumé et toutes les autres enseignes. La jeune femme ressorti son appareil photo et mitrailla encore le mur, son homme et le mur et elle-même, toujours souriants et riants. Le contraste avec Kyôto était saisissant, loin des temples et de la tranquillité de la ville historique, ici à Osaka, les lumières et la foule se rapprochaient plus de l'ambiance tokyoïte connue des deux nettoyeurs.

La soirée bien avancée, le couple décida de rentrer à Umeda. Ils repartirent alors dans leur petit hôtel où le nettoyeur montra une fois de plus à sa belle, à quel point il était heureux de se retrouver dans ses bras.

La sonnerie du téléphone de Kaori hurlait depuis plusieurs minutes déjà. Grommelant et agitant les bras dans tous les sens, Ryô ouvrit difficilement les yeux et attrapa l'appareil de malheur pour le tendre à sa partenaire qui se réveillait elle aussi.

-Allo… ? demanda encore la voix ensommeillée de la nettoyeuse.

-Kaori, ma chérie ? C'est Miki !

-Miki…

-Je n'avais pas de tes nouvelles, alors je t'ai appelé… je te réveille ?

La jeune femme mit quelques secondes pour réaliser où elle était. Puis complètement réveillée, elle se redressa pour s'éclaircir la voix.

-Oui mais ce n'est pas grave.

-Vous avez du rentrer tard… je n'attendais à ce que tu m'appelle hier…

-Heu… oui mais en fait… je n'ai pas eu le temps mais je te raconterais tout promis…

Un petit silence s'installa et Miki se mit à rire.

-Je te dérange on dirait. Bon ok, tu me raconteras ! Bisous.

Puis elle raccrocha, laissant Kaori abasourdie.

-Que voulait-elle ? demanda Ryô en enfilant ses vêtements.

-Elle se demandait pourquoi je n'avais pas donné de nouvelles… quelle heure il est ?

Le nettoyeur fit la moue et pointa le réveil du doigt.

-10h.

-Ohh, si on veut visiter un peu, il faut qu'on se bouge !

La jeune femme prit la salle de bain d'assaut et se dépêcha de se préparer. Ryô, lui, se mit à rire et à ranger leurs affaires. Ils se retrouvèrent dehors vers 10h20 se dirigeant vers les lignes de métro.

Pour cette petite journée à Osaka, Kaori avait envie de découvrir le quartier d'America Mura et Tennōji.

America Mura est le quartier fashion « jeune » de la ville. Beaucoup de magasins de vêtements styles américains et de musiques Hip hop. Les lampadaires y sont design et la moyenne d'âge est d'environ 20 ans. Beaucoup d'étrangers trainent dans ce lieu et il y a pas mal de vendeurs noirs qui contrastent avec les jeunes japonais rebelles. Les jeunes filles sont toutes à la pointe de la mode, du style lolita-gothique ou lycéenne BCBG et le lieu est coloré.

Le choc culturel fit son effet sur le couple City Hunter qui eut l'impression d'avoir quitté le Japon. Se sentant légèrement décalé avec le reste de la population, ils décidèrent de prendre la direction de Tennōji au plus vite.

-Pale imitation des Etats-Unis, se moqua Ryô en attrapant sa partenaire par la taille.

Toujours un peu gênée de se rapprochement entre eux, c'est les joues en feu que Kaori suivit Ryô en direction de leur dernière étape.

Le quartier de Tennōji, lui, correspondait plus à Ryô. Vieux quartier d'Osaka, il y respire la tradition japonaise mais aussi les petits truands de quartier. Passant sous un pont où les marchands à la sauvette vendaient des sacs Yves Saint Laurent ou prada de contrefaçon, le couple se laissait guider dans les petites rues où le temps avait l'air figé. Dans une salle commune, des anciens jouaient au Go ou au Shoji*. Kaori resta bouche bée devant ce spectacle si rare de nos jours et Ryô se moquait gentiment d'elle en l'incitant à prendre une photo. Puis ils continuèrent passant devant des pachinkos, coiffeurs de quartiers, magasins de vêtements style friperies, vendeur ambulants de Takoyaki et restaurants en tout genre accompagnés de gros poissons « fugu » en papiers accrochés à chaque angle de rues.

Enfin leurs pas les conduisirent devant la tour Tsutenkaku. Tour en métal grise, à première vue pas super esthétique mais surplombant le quartier comme pouvait si bien le faire la tour de Tôkyô, elle donnait l'impression de dominer le monde sans pour autant le snober. Le couple resta quelques instants devant elle pour prendre la pose sur une photo puis Kaori captura encore des bouts de vie insolite comme un vélo en bois sur lequel un épouvantail trônait fièrement. Puis Ryô faisant le pitre devant un groupe d'enfants qui mangeait des glaces ou le joli cœur avec une vieille dame qui le grondait gentiment.

Seulement vers 14h, le ventre du nettoyeur cria famine et le duo parti à la recherche d'un petit restaurant tranquille. Commandant seulement takoyaki et okonomiyaki*, ils se régalèrent en discutant de cette ville de province si riche et si différente de quartiers en quartiers où il faisait finalement bon vivre. Pourtant dans le discours de Ryô, Kaori comprit que rien ne pouvait égaler Shinjuku dans le cœur du nettoyeur et à cette pensée, la jeune femme le remercia de ce long week-end d'évasion à deux. Ils avaient finalement pas si bien commencé mais en écoutant enfin leur cœur, ils s'étaient trouvés et partageaient maintenant quelque chose de plus fort que leur partenariat. D'ailleurs dans les yeux de l'homme on pouvait voir une lueur différente et une sérénité jusque là inconnue. Il avait un regard plus tendre envers sa partenaire et ses gestes étaient calmes et confiants. Même lui s'en rendait compte et ce constat le fit rire. Lui l'homme de l'ombre se montrait avec Kaori à son bras comme si tout ceci était le plus naturel au monde et comme si ça avait toujours été sa place. Maintenant il savait qu'il était sur la bonne voie et qu'il avait prit la bonne décision.

Le sortant de ses réflexions, Kaori regarda sa montre et le remua pour qu'ils repartent en direction de la gare. Cette fois plus d'échappatoire, le retour à Shinjuku était de mise. A regret ils quittèrent ce lieu de vacances pour se remettre en route vers leur vraie vie à Tôkyô.

donburi * = bol de riz accompagné de viande ou poisson sur le dessus. Le terme signifie « bol ».

negitorodon*= donburi au thon cru accompagné d'oignon.

Glico* = compagnie japonaise de confiserie dont la publicité sur le mur des lumières d'Osaka est représentée par un coureur d'athlétisme. Ils sont très connus pour leur « Pocky » du nom de Mikado en France ^^

Shoji*= jeu d'échec japonaise.

okonomiyaki*= sorte d'omelette japonaise composée de porc, fruits de mer, chou et/ ou soba. Plat spécialité du Kansai.