Écrit dans le cadre du cercle de lecture du FOF/FOC. Pour davantage d'informations, n'hésitez pas à demander.


Amour puéril, amour pour ma Rose

S'accrochèrent furtivement au ciel

Caressèrent une à une les étoiles

Dans le désir de figer le moment

Le regard ancré dans le bonheur

Sourire qui vacille, puis revient

Elle est là, il l'y sent sans l'y voir

Une bouffée d'amour l'enveloppe

Protéger sa Rose des cruels desseins

Aimer l'homme est une faible comparaison

La Rose ne trompa pas, ne déçoit pas

Aimer l'homme est puéril

Son regard n'appartient qu'à sa Rose

Douleur tortueuse surpassant les larmes

Point de haine dans cette déception

Un regard qui se perd dans la lumière sombre

La Rose n'est plus, disparut

Savoir laisser s'éloigner sa Rose

Savoir l'aimer à distance

Savoir préserver son souvenir

Savoir rêver son bonheur

L'homme ne peut aimer l'image disparut

Mais je peux aimer le souvenir de ma Rose

L'enlacer derrière les étoiles qui la dissimulent

Et lui dire qu'elle est tout pour moi