Auteur : Queenbeth2

Traductrice : Moi

Warning : DARK FIC, VIOLENCE, NON-CON

Rating : M

Genre(s) : Drama/Romance

Disclaimers : Tout l'univers des Cullen appartient à Stephenie Meyer. L'histoire que vous allez lire appartient à Queenbeth2. Quand à moi, je ne suis qu'une humble traductrice.

Bêta : Nephtys56...Merci Florianne!

Notes : Pour ceux que ça intéresse de lire cette histoire en version originale, le lien se trouve dans mon profil.

Notes 2 : Les règles en matière de vampires sont quelques peu différentes dans cette histoire. Les vampires viennent au monde, ils ne sont pas créés. Et ils dorment de la naissance jusqu'à l'âge de vingt ans. Mais leurs heures de sommeil diminuent lorsqu'ils grandissent. Bébés, ils dorment pratiquement toute la journée. Enfants, ils dorment environ huit heures par nuit. Et adultes, ils dorment une à deux heures tous les deux mois environ. Lorsqu'ils vieillissent, ils recommencent à dormir. Plus un vampire adulte dort, plus sa fin est proche.

Je rappelle que vous pouvez désormais me trouver sur Facebook sous le nom de Saw Trombone... Si vous voulez discuter de mes fics ou vous tenir au courant de ma vie :D Vous êtes les bienvenus!


- Chapitre 12 -

"Comment va-t-elle?" demanda Edward en roulant à toute vitesse sur l'autoroute.

"Elle est toujours froide," lui dit Rene. "Mais ses lèvres ne sont plus bleues."

Edward dépassa les cent kilomètres heure. Il zigzaga entre les voitures et atteignit sa sortie. Il roula à toute vitesse dans le voisinage jusqu'à ce qu'ils atteignent le magnifique manoir qu'il appelait la maison.

"Tiens-toi bien," dit-il en prenant Renee sur son dos. Il prit Bella dans ses bras et courut à toute vitesse dans la maison. Il déposa Renee. "CARLISLE!" hurla-t-il. "CARLISLE, JE L'AI TROUVE!"

Son frère fût là en un instant.

"Donne-la moi," ordonna Carlisle. "A l'étage, dans mon bureau."

Edward attrapa Renee et courus dans les escaliers avec son frère. Ils arrivèrent dans une grande pièce que Carlisle utilisait comme bureau. Il poussa tout ce qui se trouvait sur son bureau et y allongea Bella.

"Edward, mon sac," dit-il. Edward lui tendit son sac noir et Carlisle découpa les vêtements dégoûtants de Bella.

Renee, qui n'avait jamais vu Bella clairement, hâleta en voyant ses blessures et Edward enfonça son poing dans le mur de Carlisle.

"Merci pour ça, Edward," grommela Carlisle. Avec la légèreté d'une plume, Carlisle examina son corps, cherchant des dommages internes et des fractures.

"Quel est le diagnostique?" demanda Edward.

"Tu ne veux pas le savoir. Pourquoi n'iriez-vous pas attendre dehors tous les deux pendant que je m'occupe d'elle."

"Est-ce que le sang synthétique t'a finalement ruiné le cerveau?" grommela Edward.

"Je ne la quitte pas," dit Renee.

"Edward, je suis sûr que tu l'as tué. Il faut que tu donnes toutes les informations que tu as à Jasper pour qu'il puisse aller se débarrasser du corps. La dernière chose dont nous avons besoin, c'est bien que la police soit impliquée et je peux te promettre qu'elle sera jetée à la rue si notre père apprend ce qu'il s'est passé. Tu sais comment il est."

"Carlisle..."

"Si tu tiens à elle, vas-y," dit sèchement Carlisle, "tu as confiance en moi?"

"Oui, mais..."

"Emmène sa mère boire quelque chose de chaud en bas, elle a l'air glacée."

"Je vais bien," insista Renee. "Je ne peux pas la laisser. Pas maintenant."

"Je comprends que tu ne me fasses pas confiance," dit Carlisle, "mais Bella croit en moi. Edward, s'il te plaît, aide-moi. Je suis sûr qu'Alice adorerait vous revoir."

Renee se tendit à la mention de sa seconde fille et sembla déchirée entre les deux. Edward plaça sa main sur son épaule et l'entraîna à sa suite. "Carlisle doit être libre de faire ce qu'il doit. Il est un excellent chirurgien à l'hôpital et connait tout de l'anatomie et de la médecine humaine."

"Vous ne comprenez pas, c'est mon petit bébé."

"Okay, je vais être direct avec toi," dit Edward, "Carlisle essayait subtilement de nous dire qu'il doit l'opérer. Je peux entendre ses pensées et il doit lui faire un lavement, ce qui est quelque chose pour lequel elle préférerait ne pas avoir de témoins, je suis sûr. Alors viens, Esme te trouvera des vêtements propres et quelque chose à manger. Tu as l'air affamé."

"Je ne peux pas être séparée d'elle," dit Renee.

"Je suis désolé, mais c'est ce dont il a besoin."

Edward porta Renee jusqu'en bas vu qu'elle ne semblait pas décider à marcher d'elle-même.

"Oh, Edward, tu es revenu. Comment ça s'est passé?"

"Je l'ai trouvé," dit Edward. "Elle est amochée. Voici sa mère."

"J'avais compris," dit Esme. "Elle lui ressemble. Bonjour, je m'appelle Esme."

"Bella m'a parlé de toi," dit Renee. "Elle m'a dit que tu étais comme une mère pour elle. Merci d'avoir pris soin de mes filles."

"Pas de problème," dit Esme. "Edward, où est-elle?"

"Carlisle est en train de s'occuper d'elle," dit sombrement Edward, "elle souffre tellement."

"A quel point?" demanda Esme, en tendant un verre d'eau à Renee. Elle commença ensuite à préparer quelque chose à manger pour Renee et elle dit à Edward de s'asseoir avant de lui réchauffer une bouteille de sang.

"Son torse est couvert d'ecchymoses. Il l'a violé, Esme."

"Oh non," hâleta Esme. "Plusieurs fois?"

"Je ne sais pas..."

"Oui," chuchota Renee, qui n'avait toujours pas touché à son verre d'eau. "Elle souffre tellement."

"Oh mon Dieu, la pauvre chérie. Edward, bois ton sang."

"Je vais bien."

"Edward, bois. Renee, bois."

"Sont-elles heureuses ici?" demanda Renee.

"Assez heureuses," répondit Esme en donnant un sandwich à Renee. "Alice et Jasper sont devenus amis."

"Très bons amis," renifla Edward.

"Oh, tu peux parler toi," lui dit Jasper, en le giflant à l'arrière du crâne. "Alors, où as-tu laissé le corps?"

"J'ai le dossier dans ma voiture," lui dit Edward, "est-ce que tu pourrais regarder si tu trouves la moindre raison pour laquelle il la prit?"

"Je verrais ce que je peux trouver," lui dit Jasper. "Espérons que tu n'as pas laissé trop de bordel."

"Je l'ai tué avec mon venin," lui dit Edward.

"Bon garçon," lui dit Jasper en lui tapotant la tête. "Je nettoyerais quand même toute la pièce au cas où tu aurais loupé quelque chose."

"Ouais, je pense."

"Je serais de retour dans quelques heures au plus," soupira Jasper. "Il faudrait dire à Alice que Bella est de retour, elle est endormie dans ma chambre."

Edward haussa les sourcils.

"Elle était malade d'inquiétude, je l'ai gardé calme. Elle voudra savoir que vous êtes là aussi," dit-il en regardant Renee. "Je vous verrais plus tard. Esme, j'aimerais un peu de sang à mon retour."

"Certainement."

Quelques instants plus tard, Carlisle entra dans la pièce. Il alla jusqu'à l'évier pour se laver les mains.

"Alors?" demanda Edward.

"De sévères dommages au tissu anal. Ce ne sera pas agréable d'aller aux toilettes pendant quelques temps. Je suis plus inquiet par sa santé émotionnelle, oh merci, Esme," dit-il lorsqu'elle lui tendit une bouteille de sang synthétique. "Elle avait des cauchemars avant...on doit se préparer à des terreurs nocturnes maintenant."

"Des cris?" demanda Edward.

"Entre autre," soupira Carlisle, en buvant une gorgée de sang. "Je ne peux que deviner ce qui s'est passé en voyant l'état de son corps, mais elle ne sera plus la même. Des cauchemars, j'imagine, elle sera aussi malade pendant quelques temps. Elle sera peut-être plus méfiante envers les vampires. Je ne sais pas comment elle réagira avec toi ou moi ou même Jasper. Nous sommes plus proches d'elle et soit elle y trouvera du réconfort ou soit elle nous fuira."

Edward repoussa sa chaise et courut à l'étage. Il alla dans sa chambre et claqua la porte. Il mit un coup de pied dans un pull qui traînait par terre et il vola contre le mur. Il se passa une main dans les cheveux et réalisa qu'il était complètement perdu, Non seulement il était amoureux de sa petite humaine, mais il ne pourrait jamais le lui dire. Sans mentionner qu'elle était inconsciente et couverte d'ecchymoses dans le bureau de Carlisle. Edward se demanda comment il pourrait jamais lui dire qu'il était amoureux d'elle et si elle le croirait jamais.

"Disons même qu'elle me croit," soupira Edward en se laissant tomber sur son lit, "Je ne pourrais jamais l'embrasser ou lui faire l'amour."

Elle redouterait ses caresses ou elle se laisserait faire parce qu'elle penserait qu'elle le devait. Même si elle se donnait volontairement à lui, le vampire avant lui l'aura marqué pour toujours. Comme s'il avait besoin d'une preuve, il entendit Bella crier. Il se jeta au bas de son lit et se précipita dans le bureau de Carlisle.

"Bella! Bella, réveilles-toi!"

"Assez! Pitié, stop!"

Edward la secoua par l'épaule et elle se réveilla. Elle le regarda. Ses yeux étaient toujours d'un chocolat magnifique, mais ils étaient écarquillés et terrifiés. Son superbe visage était couvert de bleus. Edward lui effleura doucement la joue.

"Bella, je t'ai retrouvé," chuchota-t-il, "Personne ne te fera de mal."

"Edward? Où je suis?"

"Le bureau de Carlisle," lui dit-il. "Il t'a examiné et tu vas bien...physiquement en tout cas. Quelques tissus endommagés au pire. Pourquoi pleures-tu? Est-ce que j'ai dit quelque chose de mal?"

Bella secoua la tête et se renfonça dans les couvertures jusqu'à ce que seul son front dépasse. Edward souleva les couvertures pour voir qu'elle s'était mise en position foétale. Il réalisa qu'il n'aimait pas qu'elle soit si loin de lui. Il la souleva prudemment, et elle sembla se détendre infiniment. Ses bras s'enroulèrent autour de son cou et elle enfouit son visage contre son épaule. Il la porta jusque dans sa chambre et la mit au lit.

"Est-ce que tu as mal? Carlisle a préparé des médicaments pour toi."

"Il m'a vu nue alors?"

"Oui," dit Edward, "mais il s'est comporté comme un parfait gentleman. Il a nettoyé tout ton corps, de l'intérieur et de l'extérieur. Je pouvais entendre ses pensées, il était même un peu gêné à l'idée d'être aussi près de tes...parties intimes."

Bella rigola faiblement et Edward sourit.

"Tu m'as manqué," admit-il. "J'ai eu tellement peur."

"Tu m'as manqué aussi...pour une raison ou pour une autre."

Edward éclata d'un petit rire sans joie. "Bella," chuchota-t-il en effleurant à nouveau sa joue bleuie. "Si tu savais..."

"Je pense que c'est la première fois que tu m'appelles par mon prénom," chuchota-t-elle. Sa main froide était agréable contre sa joue et pas seulement à cause de la différence de température.

Pourquoi ne pas tenter le tout pour le tout? se demanda Edward.

"Bella, je suis amoureux de toi," dit-il. "Je suis amoureux de ton rire et de ton sourire, de la façon dont tu rougis quand tu es embarrassée ou en colère. Je suis amoureux de la passion en toi et de tout ce que tu es. J'ai honte d'admettre qu'il a fallut que tu disparaisses pour que je m'en rende compte."

Bella resta silencieuse. Un million de pensées tourna dans son esprit fatigué. Il l'aimait? Qu'est-ce que ça voulait dire? Est-ce qu'il l'aimait en tant qu'amie ou romantiquement? Ça avait sonné romantiquement mais elle était humaine et il était vampire. Il fréquentait des filles vampires. Combien de temps avant qu'il ne la laisse de côté pour une vampire? Et sa petite-amie?! Bella la détestait pour des raisons évidentes mais il l'aimait.

"Et ta..." Bella s'interrompit. Le visaga de Tanya apparut dans son esprit, se moquant d'elle alors qu'elle essayait de ne pas hurler de douleur.

"Tanya?"

Bella frissonna et Edward s'en rendit compte.

"Wow, tu ne l'aimes vraiment pas," dit-il. "Tu as frissonné."

"Mmm, Maître, plus," supplia Tanya. Vincent la tira par les cheveux et l'embrassa par-dessus l'épaule de Bella.

"Je veux que tu la baises pendant que je regarde," dit Vincent avec un petit rire. "J'aime voir mes esclaves jouer ensemble."

Bella serra ses genoux contre sa poitrine et enfouit sa tête entre ses bras. "Ne parle pas d'elle."

"Pourquoi?" demanda Edward en touchant les cheveux de Bella. "J'ai rompu avec elle donc tu n'as pas à t'inquiéter."

Bella tourna légèrement la tête pour ne plus le voir.

"Bella, qu'est-ce qui ne va pas?"


Jasper était en train de feuilleter encore un autre dossier qui lui donnait envie de vomir. Il décida que Vincent était le roi des pervers. Mais au moins il était organisé. Il feuilleta un autre dossier et trouva enfin celui de Bella. Il y avait un DVD à l'intérieur. Jasper haussa les épaules et le mit dans le lecteur.

Il le regretta immédiatement. Le film commençait avec Bella, nue et ensanglantée, par terre, en train d'essayer de reprendre son souffle.

"Oh, chienne, tu n'as pas l'air d'aller bien," rigola Vincent de derrière la caméra. "Notre petite camarade sera bientôt là. Est-ce que tu aimes ça?"

Bella toussa encore avant de vomir. Son vomi était plein de sperme et de sang (Jasper prit mentalement note de le dire à Carlisle).

"Maître, puis-je entrer?"

"Oui, tu peux," dit Vincent. "Regarde-toi, complètement nue et magnifique. Je me suis vidé en elle, va la nettoyer."

"Oui, maître."

Tanya s'approcha de Bella et s'agenouilla. Jasper arrêta la vidéo.

"Espèce de malade," grogna-t-il. "Une mort par venin était trop douce pour toi."

Bien que c'était une mort horrible, il y avait des morts encore pire. Jasper aurait aimé qu'Edward ait choisi de le démembrer et de le brûler morceau par morceau mais le temps avait été le facteur principal durant cette bagarre. La vie de Bella avait dépendu d'une mort rapide. Bien trop douce pour lui, mais Jasper savait qu'Edward se sentait mieux en sachant que c'était lui-même qui l'avait tué.


"Bella, qu'est-ce qui s'est passé?" lui demanda Edward. "S'il te plaît, dis-le moi pour que je puisse essayer d'améliorer les choses."

"A moins que tu ne puisses changer le passé, il n'y a rien que tu puisses y faire."

Edward était sur le point de répondre lorsque son téléphone vibra. "Donne-moi de bonnes nouvelles, Jasper."

"Mauvais coup de fil, alors," dit sombrement Jasper. "J'ai découvert un petit quelque chose qui risque de t'énerver encore plus."

"Est-ce que c'est au sujet de Bella?" demanda Edward en la regardant bouger légèrement en entendant son nom.

"Tu te rappelles qu'on arrêtait pas de te dire que Tanya était une morue? Ajoute une pute complètement dingue à ça."

Edward grogna, "Qu'est-ce que tu veux dire?"

"Il se trouve que Vincent était un dominateur reconnu. Apparemment, ton ex aimait vraiment le bondage et les trucs de ce genre. Je ne sais pas jusqu'où elle a été mais si tu veux que Bella guérisse un jour, tu ne laisseras plus jamais Tanya l'approcher."

Edward broya son téléphone de rage. Il jeta les morceaux contre le mur et Bella sursauta. "Je vais la tuer."

Il se précipita hors de la chambre et Bella se jeta au bas du lit pour le poursuivre. Son corps protesta mais elle devait le rattraper. "Edward, arrête s'il te plaît!"

"N'essaye pas de m'en dissuader."

"Je ne peux pas te courir après alors arrête-toi! S'il te plaît!"

Elle était presque en train de le supplier. Edward ralentit et elle le rejoignit. Elle lui attrapa la main. Elle tremblait. Elle s'effondra et il la rattrapa. "Pourquoi? Je ne sais pas ce qu'elle t'a fait mais elle était là. Elle l'a aidé à te faire ça."

"Bien que j'aimerais la voir souffrir pour m'avoir vendu..."

"Vendu? Cette salope lui a dit où te trouver?!"

"EDWARD, ARRÊTES!" cria Bella. Edward s'arrêta et la regarda. "Tu ne comprends pas?! Si elle meurt, les gens le sauront et ils sauront que c'était toi et tu seras arrêté! Si tu m'aimes comme tu le dis, ne me quitte pas!" Elle enfouit son visage contre son torse et lui serra la taille, "S'il te plaît, ne me quitte pas."

"Je ne peux qu'imaginer ce qu'elle t'a fait..."

"Non. Prétends juste qu'elle n'était pas là."

"Tu ne comprends pas..."

"Je comprends parfaitement. J'étais là!"

Edward posa son menton sur le sommet de son crâne et soupira. "Donc tu me demandes de savoir ce qu'elle t'a fait et de la laisser s'en tirer comme ça?"

"Oui," dit Bella. "Je suis humaine, Edward. Les vampires s'en moquent de moi."

"Je tiens à toi," murmura Edward. "Carlisle et Jasper tiennent à toi."

Bella se recula. Elle fit volte-face et fit mine de partir. Edward attrapa sa main pour l'en empêcher. "Si tu me laisses seul, je vais me lancer à sa poursuite et je trouverais un moyen de la détruire. Je suis un homme jaloux qui veut que justice soit rendue. Je suis un homme amoureux pour la première fois et la femme que j'aime a été blessée à cause de moi."

"Tu n'étais pas là, tu n'as rien à voir avec ce qui s'est passé."

"Mais c'est à cause de moi," lui dit Edward. "Tu m'as demandé d'y aller avec toi et je ne suis pas venu. J'ai envoyé Jessica à la place. Je savais à quel point tu étais belle pour les autres vampires."

"Je l'étais?"

"Tu l'es," lui dit Edward. "Chaton...Bella...tu es bien trop belle pour une humaine."

"J'ai besoin de m'allonger," marmonna Bella en tournant la tête.

Edward acquiesça et ils retournèrent dans sa chambre. Il la mit au lit et elle releva la tête. Il avait presque peur de la regarder dans les yeux maintenant. "Est-ce que je peux aller en bas? Dormir avec ma mère et ma soeur?"

"S'il le faut," répondit Edward avec hésitation.

"Tu ne veux pas que j'y aille?"

"Ben, il fait plus chaud ici. Je ne peux pas être laissé seul pour le moment."

"J'ai besoin de ma mère," lui dit Bella en essayant de s'asseoir. "S'il te plait, laisse-moi aller la voir."

Edward soupira. Il comprenait. Il avait été un enfant qui voulait sa mère plus que tout. Il la souleva et la porta jusqu'en bas. Il entra dans le quartier des servants et la remit sur pieds. Esme fut immédiatement là. Elle remerçia Edward et entraîna Bella vers son lit.

"Préviens-moi dès qu'il y a quelque chose qui ne va pas," lui dit Edward. "Où est Carlisle?"

"Il est dans la bibliothèque," lui dit Esme. "Ne t'en fais pas pour elle, elle est entre de bonnes mains."

"Où sont sa mère et sa soeur?"

"Elles passent un peu de temps ensemble. Alice lui raconte ce qui leur est arrivé depuis qu'elles ont été séparées."

Edward hocha la tête. Il s'approcha de Bella et l'embrassa sur le front, se sentant blessé lorsqu'elle se tendit. "Bonne nuit," souffla-t-il.

"Bonne nuit."

Edward partit et Esme s'assit à côté d'elle. "Est-ce que tu as faim?"

"Non."

"Je vais te chercher un peu de soupe, tu dois manger, ma chérie."

"Je ne veux rien manger."

Esme lui lança un regard sévère et partit. Elle revint quelques minutes plus tard avec un bol de soupe fumant. Bella était sûre que la soupe était prête depuis longtemps. Elle devait bien admettre que la nourriture était bien meilleure quand Lord Cullen n'était pas là. Esme l'aida à se redresser et Bella regarda le bol.

"Mange s'il te plaît."

"Je n'ai pas faim," marmonna Bella. "Je suis juste fatiguée."

"Bella, tu dois manger," l'encouragea Esme. "Ta mère m'a dit que Vincent ne t'avait pas nourrie."

Bella se laissa retomber sur son oreiller et Esme soupira. "Je peux appeler un de nos chers vampires pour m'aider," soupira-t-elle.

Bella ouvrit la bouche et Esme lui fit avaler une cuillère de soupe. Bella attrapa ensuite la cuillère d'une main tremblante et mangea lentement, en commençant par les légumes alors qu'Esme la surveillait de près. Elle but ensuite le reste de la soupe et Esme fut satisfaite pour le moment. Elle lui donna deux des pillules que Carlisle lui avait laissé et Bella se rallongea sur son petit lit.

"Bella!"

La voix d'Alice fut comme un souffle d'air frais. Bella se redressa et lui tendit les bras alors que sa soeur courait vers elle.

"J'avais tellement peur de ne plus jamais te revoir," sanglota Alice. "Bella, ne me quitte plus jamais!"

"Je ferais de mon mieux," renifla Bella. Bien que son corps protestait, il n'y avait nulle part où elle aurait préférée être. Alice s'assit sur le lit et rallongea Bella sur le lit. Renee la couvrit puis en fit de même pour Alice. Elle s'assit entre les deux lits et leur tint la main. Bella bailla lorsque les médicaments commencèrent à faire effet. Elle avait un peu moins mal mais elle était trop fatiguée pour s'en réjouir. Renee leur chanta une berceuse.

"Elle sera réveillée dans quelques heures," murmura Esme alors que Renee et elle se changeaient pour la nuit. "Elle avait souvent des cauchemars avant."

"Je n'aurais jamais cru que ce serait Bella qui ferait des cauchemars," dit tristement Renee en enfilant une chemise de nuit en coton. "Elle a toujours été ma courageuse petite fille."

"Oh, elle l'est," approuva Esme. "Elle ne laisse pas Edward lui marcher sur les pieds.

"Elle a mentionné son nom pendant son sommeil. Je pensais qu'elle parlait d'un humain."

"Edward est un homme bon au fond de lui. Elle l'a rendu plus doux. Je ne peux même pas imaginer comment elle a fait."

"Je n'aurais jamais cru que les vampires et les humains puissent s'entendre."

"Nos vampires ne ressemblent à aucun autre," lui dit Esme en l'aidant à placer des couvertures entre les deux lits. "Tu auras un lit demain, je pense que Carlisle est parti le chercher. Il avait besoin de sortir avant de perdre son calme."

"Est-ce que ça arrive souvent?" lui demanda Renee, clairement inquiète.

"Non," répondit doucement Esme, en plaçant une couverture par-dessus les autres. "Il a été vraiment stressé par des affaires personnelles dernièrement. Puis il a vu toutes les blessures que Bella a reçu. Il tient beaucoup à elle. Il pense qu'elle est amusante et formidable."

"Quand tu dis qu'il tient à elle..." demanda Renee, à nouveau inquiète.

"Mon Dieu, non," lui assura Esme. "Il tient à elle comme il tiendrait à une enfant. Tu verras, il est très gentil."

Renee s'assit et Esme alla se coucher. Doucement, elle repoussa les cheveux du front de Bella et l'embrassa. "Ma courageuse petite fille."

Esme sourit et se roula en boule sous ses couvertures. Renee ne semblait pas fatiguée; Vincent gardait ses humains occupés la plus grande partie de la journée donc elle avait l'habitude de ne prendre que quelques heures de sommeil. Même là, elle n'avait pas pu détourner les yeux de sa fille. Lorsque Bella se tourna dans son sommeil, elle regarda Alice, qui était encore réveillée.

"Dors, maman, tu es fatiguée."

Renee s'allongea et Alice lui tendit la main. Elle l'attrapa et l'embrassa. "Vous m'avez tellement manqué."

"Tu nous as manqué aussi," lui assura Alice. "Je n'arrive pas à croire que tu es vivante."

Renee sourit et souleva sa couverture alors qu'Alice sortait de son lit pour se glisser dans ses bras. Elle serra sa fille contre elle et chantonna doucement jusqu'à ce qu'elles finissent par s'endormir toutes les deux.


[Mode Saw-v2 ON]

Vous voulez la suite ? Moi, je veux des reviews... Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

[Mode Saw-v2 OFF]