Auteur : lifelesslyndsey

Traductrice : Moi

Spoilers : -

Rating : M

Genre(s) : Romance/Humour

Disclaimers : Tout l'univers des Cullen appartient à Stephenie Meyer. L'histoire que vous allez lire appartient à lifelesslyndsey. Quand à moi, je ne suis qu'une humble traductrice.

Bêta : Caropat07...Merci Caroline!

Notes : Pour ceux que ça intéresse de lire cette histoire en version originale, le lien se trouve dans mon profil.

Je rappelle que vous pouvez désormais me trouver sur Facebook sous le nom de Saw Trombone... Si vous voulez discuter de mes fics ou vous tenir au courant de ma vie :D Vous êtes les bienvenus!


- Chapitre 10: J'ai fait tout ça pour ses cookies -

Des rires tonitruants résonnaient sur les murs en aluminium du garage. Apparemment, les mecs m'avaient grillés sur le poteau. Jacob était en train de bosser sur la mustang, à contre-coeur certes, mais il devait bien admettre que je le payais bien. "Hey, qu'est-ce qui se passe?" demandai-je impassiblement lorsque j'entrai dans le petit garage.

Quil, Embry et Jared étaient alignés sur le banc, en train de manger des cookies et de rire. Traîtres de cookies. Bella était là.

Je soupirai.

Jacob était une fois de plus par terre, sous ma voiture cette fois. Cependant, un jean moulant accompagnait ses jambes nues. Bella. Une de ses jambes était pressée contre celle de Jacob et elle était en train de rire alors que Jacob lui expliquait comme changer l'huile. Ils étaient en train de se toucher. Putain, j'aimais pas ça. Si je n'avais pas le droit de la toucher, alors il ne devrait pas la toucher non plus. Je dus grogner parce que soudainement Quil, Embry et Jared se tournèrent tous vers moi, les yeux écarquillés.

Je secouai la tête et marmonnai, "Plus tard."

"Bella découvre encore les voitures," m'expliqua Embry en rigolant doucement. "C'est trop fort. Elle est hilarante."

Jacob grogna de sous la voiture. "Arrête ça, Bella."

"Je ne comprends pas!" siffla-t-elle. "Je ne suis pas douée avec...des outils et toutes ces merdes. Tu peux pas payer quelqu'un pour le faire à ta place?"

"Ça y est. Sors de mon garage," lui dit Jacob, d'une voix faussement sévère. "Toi aussi, Sam! Si vous ne savez même pas changer l'huile d'une voiture, alors je ne veux plus rien avoir à faire avec vous." Il rigola, sortit de sous la voiture et aida ensuite Bella à se remettre debout. Elle devint toute rouge en me voyant et je dus me retenir de sourire. J'aimais lui faire cet effet. Ça m'avait manqué. Et ça ne faisait que deux semaines.

Elle était magnifique avec ses cheveux noués en chignon, des mèches folles s'en échappant et encadrant son visage. Elle portait à nouveau cette chemise dégoûtante, par-dessus un débardeur. La petite trace de graisse sur sa mâchoire était accompagnée par de la poudre blanche que je ne connaissais que trop bien.

"Tu as de la farine sur la joue," lui dis-je, stupidement. C'était tout ce que j'avais à lui dire après tout ce temps? Même pas un bonjour? Bordel, mais qu'est-ce qu'elle me faisait?

Elle rougit furieusement et s'essuya la mauvaise joue. "Bordel, pourquoi vous me l'avez pas dit les mecs! Ça fait une heure que je suis là!"

Quil rigola, "C'était trop mignon."

"En plus, on était tous bien trop intéressés par tes cookies," ajouta Jared, comme si c'était logique.

Je rigolai en voyant leurs sourires stupides. Bella les avait tous dans sa poche. Jacob avait eu raison, c'était dur de ne pas l'ai- l'apprécier. "Quoi, pas de cookie pour moi?" lui demandai-je d'une voix joueuse.

Son rougissement empira et elle se mordit la lèvre. Seigneur, qu'est-ce que j'aurais aimé être ses dents à cet instant.

"En fait," dit-elle avant de s'interrompre pour ouvrir son sac. "J'ai fait ceux-là spécialement pour toi." Elle me tendit une autre assiette, recouverte de papier cellophane, avec un petit sourire.

"Pour moi?" lui demandai-je en essayant de ne pas sourire, ni l'embrasser. Rien de dingue. Je pouvais sentir quatre paires d'yeux fixés sur nous, étudiant notre conversation. Ils savaient l'effet qu'une fille qui cuisinait me faisait. "Merci."

D'elle-même, ma main s'approcha de son visage et mon pouce effleura sa joue. Elle haleta et son cœur s'emballa lorsque je la touchai. Sa peau me manquait. J'étais en train de devenir une putain de lopette et je le savais. Toucher. Toucher. Toucher. Putain, qu'est-ce qui n'allait pas chez moi? Je suis un foutu loup-garou. Celui au cœur froid. Cette fille me mène par la bite et elle ne le sait même pas. "Farine," lui expliquai-je.

"Oh."

Je toussai, reculai ma main et l'enfonçai dans ma poche. Tout le monde était en train de me regarder, de la regarder. Jacob était en train d'enrager, il était à deux doigts de trembler. Les yeux du reste de la Meute voyageaient entre Jake et moi, calculateurs. Ils ne semblaient pas savoir.

Elle n'avait pas fait de cookies pour Jacob.

Mon loup vit ça comme une maigre victoire. J'étais un homme de vingt-quatre ans très très excité qu'elle ait recommencé à me parler.

"Est-ce que tu viens ce soir, Bella?" demandai-je en ignorant les marmonnements incessants de Jake et les yeux baladeurs de Quil.

Jacob parla alors, attirant Bella dans ses bras. "Elle ne veut pas. Elle n'aime pas les foules..." Il rougit, réalisant qu'il en avait probablement trop dit.

Elle lui tapota l'épaule, lui faisant comprendre qu'elle ne lui en voulait pas. "C'est bon, Jacob. J'ai dit à mon père que je viendrai, il va me rejoindre ici ce soir."

Les yeux de Jacob s'écarquillèrent. "Tu viens?" Il avait l'air irrité. Arrête d'être un emmerdeur, connard.

"Apparemment″.

Quil vola le dernier cookie sous le nez de Jared. "On devrait commencer à tout préparer. Je parie qu'Emily est déjà dans la bouffe jusqu'aux coudes. On peut aller chercher Leah et voir ce que Sue ramène," suggéra-t-il en entraînant Jared à sa suite.

Jacob s'essuya les mains. "Tu veux que j'aille chercher Paul?" m'offrit-il et j'aurais pu sauter de joie. Il allait laisser Bella avec moi? Putain oui. "Viens Bells, on peut prendre ta camionnette."

Trop beau pour être vrai. Trou du cul.

"Euh, si ça te dérange pas, Jake, je vais rester chez toi." Elle s'interrompit et fouilla dans ses poches, "Tiens, tu peux prendre ma camionnette."

Il sourit et se pencha pour l'embrasser sur la joue et je faillis grogner, mais ensuite, je me rappelai qu'elle venait d'insister pour rester là. Seule avec moi. Quelque chose qu'elle avait évité dernièrement. Génial.

"Merci Bella. Je serais de retour d'ici vingt minutes. Quil, Jared, vous voulez que je vous dépose chez Leah? Embry, je peux te ramener chez toi avant d'aller chercher Paul." Il passa la porte, "A tout de suite, Bells."

"Sûr, sûr."

Un silence gêné s'abattit sur nous mais je m'en foutais. J'étais avec ma Bella. Seuls.

N'importe quoi, Sam. Dis-lui n'importe quoi. Mais dis quelque chose!

"Bella..." commençai-je avant de m'interrompre. Putain, mais quel idiot. Je me frottai la nuque tout en réfléchissant à ce que je pourrais bien lui dire. Je n'avais même pas de point de départ. "Je ne sais pas quoi te dire," admis-je honnêtement. Je ne pouvais vraiment pas lui mentir.

"C'est si compliqué," admit-elle en rougissant légèrement. "Je suis désolée. J'ai pas arrêté de t'éviter...Je ne sais pas. C'est juste que...Putain!" jura-t-elle en se précipitant vers la porte.

Je me figeai en la sentant passer à côté de moi. "Non," sifflai-je, ensuite en faisant volte-face pour attraper son poignet délicat. "S'il te plaît, ne pars pas...je...reste?" Je l'attirai doucement vers moi, faisant lentement disparaître l'espace entre nous. J'avais besoin de la sentir près de moi parce que l'expression 'loin des yeux, loin du cœur' était fausse. Ça faisait mal. Je pouvais sentir son cœur battre sous la peau de son poignet, le rythme le plus beau au monde.

Son poignet glissa de ma main, mais elle sourit, et arrêta sa main lorsque ses doigts touchèrent les miens dans un mélange de couleur. Cuivre et crème. On regarda nos mains balancer et sourit. Si juste. C'était perturbant, ce mélange d'émotions que je ne connaissais absolument pas. Et je savais ce qu'il se passait. Je ne pouvais même pas imaginer ce qu'elle ressentait, mais au moins elle souriait.

Ce putain de sourire me coupait le souffle.

Je voulais l'embrasser. Je devrais l'embrasser. Embrasse-la.

Je me penchai en avant, et elle leva la tête. Aucun de nous n'était prêt à fermer les yeux...

Des portes de voitures claquant nous sortirent de notre rêverie, et je jurai doucement. Avions-nous vraiment passé vingt minutes comme ça? Elle me fit un autre petit sourire avant de libérer sa main de la mienne. Bien que ma température était élevée, je n'avais jamais eu plus froid de toute ma vie.

Mais ensuite je me rappelai qu'elle avait recommencé à me parler et je me sentis mieux.

"Bella!" appela Jake en la serrant dans ses bras à lui broyer les os. "Sam," dit-il avec animosité. Bella fronça les sourcils en remarquant son comportement hostile. Ça ne ressemblait pas à Jacob de ne pas être joyeux. Ce gamin chiait du soleil.

"Emily est déjà en mode cuisine, en train de préparer quelque chose. Sue s'occupe de charger les grills. Billy et Charlie se sont cotisés pour les boissons des adultes, bien sûr. Emily a dit vers dix-huit heures?"

"Ça m'a l'air tout bon," dis-je en me forçant à sourire. Bella était immobile dans ses bras, et elle avait l'air d'être irritée. "On pourrait déjà y aller pour voir si elle a besoin d'aide? Qu'est-ce que tu en dis, Bells?"

"Sûr," couina-t-elle en me souriant depuis les bras de Jacob. Elle leva les yeux au ciel et fronça les sourcils à ce qu'elle appelait son meilleur ami avant de croiser ses bras sur sa poitrine et de souffler.

"Cool. On peut y aller à pied, c'est pas loin," dit Jacob en se dirigeant vers la porte. Il n'avait clairement aucune intention de la reposer. Apparemment, par 'on', il voulait dire lui.

"Tu sais, je peux marcher," cracha-t-elle soudainement, me faisant sourire.

Jacob rigola, "Je sais. Mais j'aime te porter. Tu es comme une petite poupée. Une petite poupée de porcelaine."

Ses mots durent lui rappeler quelque chose de désagréable parce qu'elle lui grogna dessus. Elle grogna! "Je ne suis pas une poupée! Je ne suis pas une putain de petite humaine fragile! Putain, pose-moi, maintenant!" Même moi je fus choqué. Elle jurait rarement. L'entendre utiliser le mot en p était plutôt marrant. En plus du fait qu'elle ait parlé d'elle-même en utilisant le mot humaine. N'importe qui d'autre aurait trouvé ça étrange.

Jake se figea et la reposa doucement alors qu'elle continuait à fulminer, "Je ne veux pas être couvée. Il a fait ça, Jacob. Edward a fait ça. Il m'a collée sur un foutu piédestal. Fragile, faible, humaine Bella."

Les yeux de Jacob s'écarquillèrent et il prit une brusque inspiration. "Bella, tu as dit son nom!" Une expression victorieuse apparut sur son visage. Je n'avais pas réalisé à quel point elle souffrait à cause de lui. Elle ne pouvait même pas dire son nom? Etait-elle encore amoureuse de lui? Devais-je faire face au souvenir d'une Sangsue?

"Edward! Edward! Edward! C'est un putain de nom! Le nom d'un putain de salaud qui aimait me couver! J'en ai tellement marre! Tu sais quoi? J'ai cassé six de mes os, j'ai eu plus de points de suture que je ne pourrais jamais les compter, je connais tout le personnel des Urgences de l'hôpital Metro de Phoenix par leurs noms. Je connais encore mieux l'hôpital de Forks. Putain, ils ont probablement un lit à mon nom. Et malgré tout ça, je suis vivante. J'ai survécu dix-huit foutues années. J'ai des cicatrices pour le prouver." Elle souffla et croisa ses bras sur sa poitrine. "Ça y'est, j'ai fini."

Jake lui fit un large sourire. "Ça va mieux?"

Bella ne put pas s'empêcher d'éclater de rire et je sentis un poids disparaître de mes épaules. Elle se remettait clairement du départ de Cullen!

"Beaucoup mieux. Je pense que j'avais vraiment besoin de sortir ça, tu ne crois pas?" Elle me regarda essayer de m'empêcher de rire. "Hey! Arrête ça. C'est pas marrant. Je suis un aimant à danger."

"C'est un petit peu marrant. Je veux dire, la toute première fois où je t'ai vu dans le garage de Jacob, t'as pas trébuché?" lui demandai-je en la regardant grimacer.

"Oui, c'est vrai et je me suis ramassée sur toi. Pas ce dont je suis le plus fier," grogna-t-elle en me lançant un regard noir.

"Se moquer d'elle quand elle tombe devient rapidement lassant," me dit Jacob alors qu'on était sur la route. "C'est les incidents plus complexes qui sont marrants. T'as pas dévalé tout un escalier avant de passer par une fenêtre à Phoenix?"

Mon cœur fit un truc bizarre. Elle était tombée dans des escaliers? Elle était passée à travers une putain de fenêtre? Qui était avec elle? Qui avait laissé ça arriver? Seigneur! Comment étais-je supposé la protéger? Surveiller Bella était un putain de travail à temps plein.

"Quelque chose comme ça," marmonna-t-elle en se massant le poignet droit sans même s'en rendre compte. Elle mentait et je le savais. Je devrais lui en parler plus tard.

Jake s'arrêta devant la petite maison aux volets fraîchement peints en jaune, et aux bords de fenêtres couverts de fleurs violettes et jaunes. Emily en sortit avec un large sourire. "Bien! Enfin de l'aide. Vous savez tous qu'Embry est complètement inutile en cuisine."

Sans un mot, elle entraîna Jacob vers la table sur laquelle étaient posés une casserole pleine de pommes de terre cuites et un couteau. "Coupe-les s'il te plaît, pour la salade de pommes de terre." Il rigola et se laissa tomber sur une chaise, lui obéissant sans dire un mot.

"Embry est entrain de sortir les grills. Sam, égouttes ces pâtes," m'ordonna-t-elle en me montrant une autre casserole pleine de macaronis. "Et Bella..."

"Le bébé de Charlie," dit-elle tendrement, comme si elle ne l'avait pas vu une fois par semaine, chaque semaine depuis Dieu seul savait quand. "Viens, viens. J'ai de la viande haché qui doit être préparée pour les hamburgers."

Bella fit une grimace qu'elle dissimula rapidement sous un sourire. Je ne savais pas ce que ça voulait dire, mais je décidai de laisser courir pour le moment. "Fais-les gros comme ça," lui expliqua Emily en en préparant un et en le déposant sur le plat.

"Okay," croassa Bella en enlevant sa chemise sale avant d'attraper une poignée de viande avec hésitation. Emily s'éloigna en sifflant, pour faire quelque chose d'autre.


Prochain chapitre : Vous avez déjà mangé un élan cru?

[Mode Saw-v2 ON]

Vous voulez la suite ? Moi, je veux des reviews... Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

[Mode Saw-v2 OFF]