Auteur : BookwormBaby2580

Traductrice : Moi

Spoilers : -

Rating : M

Genre(s) : Hurt/Comfort/Romance

Disclaimers : Tout l'univers des Cullen appartient à Stephenie Meyer. L'histoire que vous allez lire appartient à BookwormBaby2580. Quand à moi, je ne suis qu'une humble traductrice.

Notes : Pour ceux que ça intéresse de lire cette histoire en version originale, le lien se trouve dans mon profil.

Les titres de chaque chapitre sont des titres de chansons, donc je ne les traduirais pas.

Avertissement : Cette histoire parle d'abus physiques, moraux et psychologiques ainsi que d'insultes, de violence et de viols. Certains passages ne seront pas faciles à lire. Donc soyez prudents.


- Chapitre 1: Bad Moon Rising -

-PoV Carlisle-

Isabella Swan.

J'étais assis à mon bureau, à regarder les peintures qui recouvraient mes murs sans les voir. Mon esprit était fixé sur la fille du chef de la police, et sur Edward - mon fils, mon ami, et mon tout premier compagnon dans cette vie. J'étais inquiet.

J'avais entendu par le très actif réseau de râgots local que la fille de Charlie Swan allait emménager avec lui. Ce n'était pas surprenant, pratiquement tout le monde en avait entendu parler. J'avais fini par me demander si ce serait vraiment une situation saine pour le chef et sa fille. Je ne savais rien d'elle, bien sûr, mais j'étais assez familier avec Charlie. C'était un homme solitaire, brusque et coléreux. Il était efficace, mais il avait vécu une vie violente, lorsqu'il était enfant, et aussi maintenant qu'il travaillait pour la justice. Mon esprit avait brièvement étudié le cycle d'abus qu'il avait subit, une pensée qui me semblait presque ironique.

Ironique, parce que je m'étais inquiété pour la sécurité de la fille. J'aurais dû m'inquiéter des problèmes qu'elle pouvait causer à ma famille.

Isabella Swan. Rien d'autre qu'une enfant, mais dangereuse, malgré tout.

Quelques jours plus tôt, Edward était rentré à la maison, plus paniqué que je ne l'avais vu depuis des décennies, m'informant de la présence d'une nouvelle fille à l'école et de son odeur attirante. Même si je n'avais jamais expérimenté ça moi-même, j'avais souvent entendu parler de cette rare mais extraordinaire réaction chimique que des membres de notre espèce avait parfois en rencontrant un humain. Même mon Emmett avait expérimenté ce phénomène par deux fois. Edward avait été convaincu que s'il croisait à nouveau la fille, il ne serait pas capable de s'empêcher de la tuer.

Il avait fuit, emmenant Esme avec lui, et me laissant complètement perturbé.Ça faisait très longtemps qu'on avait pas été séparés, et ça ne me plaisait vraiment pas. J'aimais mes autres enfants plus que les mots n'auraient jamais pu le dire, mais personne d'autre ne me connaîtrait jamais comme Edward me connaissait, et personne d'autre ne comprendrait jamais à quel point ça m'irritait d'être sans le seul homme qui connaissait vraiment mon esprit. Même moi, qui tenait tellement à lui, je n'avais jamais réalisé à quel point j'avais commencé à dépendre de son avis jusqu'à ce qu'il ne soit plus là pour me le donner.

Et Esme. Ma fille, ma partenaire, mon amie et confidente. Esme était avec moi depuis presque aussi longtemps qu'Edward. La réussite de sa transformation m'avait rendu courageux, et quand j'avais vu la magnifique Esme, sur le point de mourir, j'avais décidé de réessayer. Je n'avais jamais admits avoir secrètement espéré que cette adorable créature puisse devenir ma compagne. Pendant quelques jours, alors qu'Edward était en voyage, j'avais enseigné à cette femme adorable et compréhensive, les convictions particulières de notre petit clan, et j'avais été ravi de la voir les adopter rapidement. Mon espoir avait grandi.

Et puis Edward était rentré, et mon tout nouveau rêve de confort et de famille m'avait échappé.

A l'instant même où ils s'étaient rencontrés, le monde avait changé pour eux. Bien sûr, j'avais essayé de ne pas en vouloir à mon plus cher ami et à cette gentille femme d'avoir trouver le bonheur ensemble, mais ce sentiment d'appartenance que j'avais tellement chérit avec Edward n'était jamais vraiment revenu. Ce fut encore plus dur en sachant qu'il était le témoin de chacun de mes moments d'amertume et de colère, des sentiments que je ne lui aurais jamais permis de voir si j'avais eu la liberté de les cacher.

On avait jamais parlé de mes sentiments. Edward avait essayé de s'excuser une fois pour la façon dont les choses avaient tourné, mais je n'avais pas voulu entendre ça. Il n'avait rien fait de mal, et si il avait eut le choix, il n'aurait cultivé rien d'autre qu'une amitié avec Esme. Parfois, pour notre espèce, il n'y avait tout simplement pas le choix.

J'avais surmonté mon amertume depuis longtemps, et n'éprouvais que de l'amour pour Edward et Esme. Etant donné l'apparence physique d'Esme, elle faisait souvent semblant d'être ma femme en public, ce qui avait fait naître entre nous, une amitié presque aussi intime que celle que je partageais avec Edward.

En partant tous les deux, ils m'avaient enlevés mes supports les plus forts, et je me sentais instable sans eux.

Je fus soulagé lorsque Edward m'appela pour me dire qu'ils rentraient. Même si je ne leur avais pas conseillé de rester avec nos cousins en Alaska, j'aurais peut-être dû. Maintenant que je réfléchissais à la situation, je me demandais si mon égoïsme nous causerait des problèmes. Esme avait suggéré que Edward devienne ami avec la fille Swan, elle espérait qu'avoir de l'affection pour elle l'aiderait à renforcer son désir de ne pas la blesser. C'était la méthode que j'avais utilisé pour convaincre chacun de mes enfants de renoncer aux proies naturelles de notre espèce. Je les avais invité à s'accrocher à leurs humanités, et à voir les humains, non pas comme des proies, mais comme des familles, des amis, et des voisins.

C'était efficace, et Esme avait de grands espoirs quant au self-contrôle d'Edward.

J'espérai que mes propres doutes n'affaibliraient pas sa résolution. Si seulement je pouvais lui les cacher et lui faire croire que je n'avais rien d'autre que de la confiance en lui. Si seulement je pouvais avoir complètement confiance en lui, comme Esme. Mon fils n'a jamais tué accidentellement, il n'a jamais goûté de sang humain sans le choisir délibéremment. Mais est-ce qu'agiter une si exquise tentation devant lui, jour après jour, serait vraiment sage?

Y avait-il un moyen de prévenir le chef Swan du danger que courrait sa fille sans mettre ma propre famille en danger?

Et j'étais assis là, tout seul dans mon bureau, à rechercher les meilleurs moyens d'éviter un désastre.


Prochain chapitre : Hot 'N Cold

[Mode Saw-v2 ON]

Vous voulez la suite ? Moi, je veux des reviews... Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

[Mode Saw-v2 OFF]