Disclamer : JK Rowling a créé Harry Potter, ShadeDancer en a fait le Prince de la Mafia et moi je ne suis qu'une humble traductrice.

Arf, ça me fait tellement bizarre de mettre un « Complete » à cette fic. Ce n'était pas gagné d'avance et j'ai bien mis deux ans pour en venir à bout. Deux ans pendant lesquels vous ne m'avez jamais lâchée. Je vous adore !

Chapitre 27 : An Ending
(Un dénouement)

Severus Rogue sortit majestueusement de l'infirmerie après s'être assuré qu'Harry et Blaise iraient bien et se dirigea directement vers la volière. Il devait envoyer un hibou à Trevor Zabini pour l'informer de ce qui s'était passé, d'autant plus que Dumbledore avait commencé à parler de placer Harry dans une famille magique orientée vers la Lumière pour sa sécurité. C'était l'idée du vieil homme pour garder un œil sur le jeune garçon là où il pourrait plus facilement être manipulé. Et Severus n'allait pas permettre qu'une telle chose se produise, même s'il ne pouvait actuellement pas s'opposer ouvertement à Dumbledore. Il contempla avec satisfaction son hibou aux ailes noires s'envoler dans la nuit, s'attendant à voir débarquer Trevor et le père d'Harry en début d'après-midi.

… … … … …

Harry reprit ses esprits en sentant la chaleur des rayons de soleil sur sa peau, mais il ne montra pas le moindre signe extérieur de son réveil. Tout en s'efforçant de rester détendu et en gardant une respiration régulière, il écouta les bruits qui l'entouraient, une sorte de sixième sens lui soufflant qu'il n'était pas seul et qu'on l'observait. Il savait qu'il se trouvait à l'infirmerie, se souvenant d'avoir pris une potion de sommeil sans rêve en même temps que Blaise. Un infime bruissement de tissu révéla à Harry que quelqu'un se tenait effectivement près de son lit. Harry commença à feindre de se réveiller. Il voulait savoir qui était assis près de lui et quelles étaient ses intentions. Après les avoir ouverts, il cligna des yeux sous l'intensité de la lumière, puis il se focalisa sur le regard bleu qui pétillait en l'observant : le directeur.

« J'espère que vous avez bien dormi Mr. Potter, dit Dumbledore en se reculant légèrement contre le dossier de sa chaise pour laisser un peu d'espace à Harry. Un bonbon au citron ? »

Harry secoua négativement la tête, remettant ses pensées en ordre par la même occasion.

« Comment va Blaise ?

- Elle dort toujours paisiblement. »

Le directeur fit un geste vers le lit qui se trouvait de l'autre côté de celui d'Harry. Soulagé de voir que son amie n'avait pas l'air blessée, le garçon reporta son attention sur Dumbledore.

« Que s'est-il passé avec Voldemort et la Pierre Philosophale ?

- Ah, répondit Dumbledore dont la voix prit une intonation sérieuse, la pierre a été détruite puisque ni Poudlard, ni Gringotts n'ont pu se montrer suffisamment sûrs pour en être les gardiens. Un objet avec de tels pouvoirs pouvant venir en aide au Mal n'appartient pas à nos temps troublés. Quant à Voldemort, il a été considérablement affaibli en étant forcé de quitter son hôte et j'ose espérer qu'il lui faudra du temps avant de pouvoir posséder un nouveau corps humain et s'en servir. A présent, je dois vous demander ce qu'il s'est passé dans les sous-sols du château entre vous et le Professeur Quirrell. »

Harry commença son récit en hésitant légèrement, son esprit cherchant activement une version qui omettrait l'usage ou la présence de son armement moldu lors du combat, ainsi que le fait qu'ils étaient arrivés les premiers jusqu'à la pierre. S'il tournait bien les choses, peut-être que Dumbledore penserait qu'ils avaient simplement eu des soupçons à l'égard de Quirrell et qu'ils l'avaient suivi, ou peut-être qu'ils avaient été entrainés là-bas contre leur volonté.

« Blaise et moi avons réalisé quel était le but du miroir après avoir lu l'inscription à l'envers. J'ai vu une pierre rouge sang se refléter, bien que je n'aie eu aucun désir de la posséder, et je me suis demandé ce qui clochait avec le miroir. La pierre a disparu juste après cette pensée et je l'ai sentie apparaître au fond de ma poche. Voldemort le savait aussi, il a dit qu'il pouvait le sentir. Nous nous sommes battus, le miroir a fini brisé et Quirrell m'a projeté à travers la pièce. »

Un mouvement interrompit le récit d'Harry et il se tourna pour voir Blaise lui sourire. La lueur dans ses yeux lui révéla qu'elle avait feint de dormir pour écouter leur conversation.

« Miss Zabini, salua Dumbledore d'un signe de tête pour l'accueillir, comme s'il n'était pas surpris de la voir éveillée. Harry était justement en train de me raconter ce qu'il s'est passé avec le professeur Quirrell et Voldemort. Je vous en prie, manifestez-vous si vous sentez le besoin d'ajouter quoique ce soit pendant qu'il me raconte la suite. »

Blaise acquiesça et Harry reprit son récit :

« Quand je me suis retourné vers Quirrell, il tenait Blaise et pointait sa baguette sur sa tête. Heureusement, Blaise a été capable de lui donner un coup de coude dans l'estomac et de se dégager avant qu'il n'ait eu le temps de lui jeter un sort. J'ai lancé une attaque sur Quirrell et Voldemort a commencé à lui crier de me tuer. Le professeur m'a attrapé avant de s'éloigner en criant que ça le brûlait, alors j'ai fait la seule chose à laquelle j'ai pu penser puisque j'avais alors perdu ma baguette et je me suis accroché à lui, et j'ai tenu bon. La dernière chose dont je me souviens est que Quirrell ne se débattait plus et que Voldemort fuyait le corps de son serviteur en générant davantage de brûlures et de cloques sur sa peau. »

Dumbledore acquiesça pensivement avant de se tourner vers Blaise.

« Vous n'avez rien d'autre à ajouter Miss Zabini ? »

Blaise secoua négativement la tête et Dumbledore reprit :

« Votre reconstitution a expliqué beaucoup de choses Mr. Potter. Quand nous avons sorti le professeur Quirrell de la salle après vous avoir emmené ici à l'infirmerie, nous avons remarqué que son corps était si calciné qu'il n'en était presque pas reconnaissable. Nous avions supposé que les brûlures étaient la cause de son décès puisque nous n'avons pas pu découvrir d'autres blessures du fait de la nature sévère du traumatisme. Je crois que lorsque votre mère est morte pour vous sauver, Mr. Potter, elle vous a transmis une protection si pure qu'il était impossible à Voldemort, ou quiconque qu'il possédait, de vous toucher, d'où les brûlures. Il est apparu que le corps du professeur Quirrell a été si endommagé après avoir été l'hôte d'un Voldemort parasite que lorsque celui-ci a fui les brûlures, cela a tué le professeur Quirrell. Y a-t-il quelque chose d'autre que l'un d'entre vous voudrait savoir ? »

Un peu plus tard, alors que le petit groupe discutait toujours et que Blaise était venue s'asseoir près d'Harry sur son lit et avait posé la tête sur son épaule pour un peu de réconfort, les portes de l'infirmerie s'ouvrirent soudainement dans un fracas que même les sorts d'assourdissement n'auraient pas pu atténuer. Manuel entra à grandes enjambées, tel un ange vengeur, son manteau en trench noir volant derrière lui pendant qu'il avançait, un peu comme avaient tendance à le faire les robes de Rogue. Manuel ne fit aucun effort pour cacher l'arme à feu attachée à sa hanche ou la colère qui embrasait son regard. Trevor était à ses côtés et, bien qu'il ne fût pas plus calme que Manuel, il ne donnait pas l'impression qu'il allait d'abord tuer avant de poser les questions. Le professeur Rogue se tenait dans l'ombre près de la porte. Il paraissait évident à Harry et Blaise qu'il était celui qui avait informé leurs pères et les avait conduits jusqu'ici puisqu'ils en étaient eux-mêmes incapables.

Dumbledore avait déjà réagi à cette intrusion menaçante en se levant et en pointant sa baguette sur Manuel et Trevor avant de demander :

« Qui êtes-vous et qu'êtes-vous venu faire ici ? »

Manuel ignora la baguette pointée sur lui, faisant confiance à Trevor pour réagir en cas d'attaque, et dépassa, en l'ignorant tout autant, le vieil homme en robes ridicules. Il savait aussi qu'il pourrait sortir son revolver et faire feu avant même que le sorcier ne puisse jeter le moindre sort utile et l'esquive restait toujours une option envisageable elle aussi. Pour le moment la seule chose qui comptait vraiment était son fils qu'il venait juste de prendre dans ses bras et d'étreindre férocement. La lettre que le professeur d'Harry leur avait envoyée était restée assez vague mais elle avait mentionné le grand danger que les deux enfants avaient couru la nuit précédente. Cela les avait beaucoup inquiétés avec Trevor et ils avaient pris immédiatement un portoloin pour la bordure de Poudlard. C'était une façon de voyager à laquelle il ne voulait plus jamais avoir affaire.

« Papa !, cria Harry. Peux plus respirer ! »

Manuel se recula à contrecœur et commença à vérifier qu'Harry n'était pas blessé, posant à son fils toute une série de questions rapides sur comment il se sentait, tout en restant bien conscient qu'il y avait d'autres personnes dans la pièce et en tournant ses questions de façon à éviter de soulever des soupçons. Trevor avait lui aussi étreint Blaise avant de la déposer sur le lit voisin et de la soumettre à la même routine, à laquelle elle protesta avec tout autant de véhémence qu'Harry.

« Je vais bien papa, dirent-ils comme d'une même voix et quasiment au même moment. Arrête de t'inquiéter, tout va bien maintenant. »

Légèrement rassuré après avoir entendu les détails principaux de ce qui s'était passé – il obtiendrait un récit détaillé plus tard – Manuel se tourna vers l'homme excentrique, qui d'après la description d'Harry ne pouvait être que le directeur, et lui demanda :

« Quel putain de type d'école est-ce ici au juste? Mon fils et ma filleule auraient pu se faire tuer ! »

Dumbledore leva une main apaisante, le regard sérieux bien que d'une certaine façon toujours aussi pétillant.

« Je vous assure que nous ne voulions aucunement qu'il arrive quoique ce soit aux élèves et que nous ne savions rien des tendances maléfiques du professeur Quirrell. »

Manuel garda à peine le contrôle de sa colère.

« Chaque membre du personnel d'une école devrait être minutieusement contrôlé avant d'être autorisé à effectuer une tâche qui les rapproche des enfants ou leur permette d'enseigner à des élèves. La sécurité des enfants de cette école a été compromise par négligence et de telles actions sont intolérables. Le conseil de l'école devrait avoir de mes nouvelles et la possibilité qu'Harry revienne dans cette école, où sa sécurité ne peut pas être assurée, reste discutable. »

Manuel se tourna vers Harry avec un regard adouci.

« Allez viens Harry, allons quelque part où nous pourrons discuter en privé. »

Trevor et Blaise se levèrent également pour suivre Manuel et Harry, ils savaient que leur inclusion dans la conversation était sous-entendue, mais Trevor marqua une pause avant de sortir de l'infirmerie et se tourna vers Dumbledore.

« Je n'ai aucun doute qu'Harry arrivera à convaincre son père de le laisser continuer à étudier à Poudlard, si c'est ce qu'Harry souhaite faire, mais que les choses soient claires : si quoi que ce soit de plus arrive à l'un des gamins, Manuel n'aura pas besoin d'impliquer le conseil de l'école car je rassemblerai ma vieille bande. C'est une promesse. Nous ne serons peut-être pas capables de rivaliser en puissance avec vous, mais nous pourrons vous rendre les choses difficiles et vous empêcher d'exercer une quelconque influence sur nos enfants. »

Dumbledore se tourna vers Severus avec un soupire dissimulé une fois le quatuor parti pour leur conversation.

« Merci d'avoir envoyé un hibou aux pères de Mr. Potter et Miss Zabini Severus, ça m'était complètement sorti de l'esprit avec toutes ces émotions de la nuit dernière et ils avaient le droit d'être mis au courant. »

Severus sourit de satisfaction lorsque le directeur repartit pour son bureau. Il était assez clair après cette déclaration que Dumbledore avait volontairement oublié d'informer les pères de ses élèves, bien que le directeur sache tout aussi bien que lui qu'ils auraient dû l'être. Au moins, Albus ne pouvait pas le blâmer de suivre les directives mises en place pour lui en tant que directeur de la maison de Serpentard. Ainsi tout reproche que le directeur souhaiterait lui faire serait injustifié. Il devrait se souvenir de parler à Trevor de leur bande de Serpentard un peu plus tard. Avec un Voldemort sans enveloppe corporelle dans la nature cela ne serait pas une mauvaise idée de ressusciter quelques vieux amis.

… … … … …

La discussion se passa mieux que ne l'auraient espéré Harry et Blaise vu que leurs pères ne s'étaient pas mis trop en colère contre eux pour avoir céder à leur curiosité après avoir été avertis du danger et pour s'être fourrés dans une situation aussi risquée sans s'être mieux informé des circonstances. Non pas que Manuel et Trevor puissent vraiment le reprocher à leurs enfants puisqu'ils avaient agi de façon similaire dans leur jeunesse. Ils savaient à quel point il était difficile de conserver la discipline qu'on attendait d'eux en tant qu'enfants de la Mafia. Le quatuor avait passé leur temps ensemble jusqu'à après le diner, avant que Manuel et Trevor ne partent pour rentrer à la maison. De façon surprenante, Harry et Blaise ne repartaient pas avec eux et continueraient leur scolarité à Poudlard. Ce que les deux Serpentard ignoraient était que leurs pères n'étaient pas rentrés directement, mais qu'ils avaient pris le temps de discuter avec Severus Rogue et de comploter un peu.

… … … … …

Harry et Blaise descendirent assister au festin de fin d'année en ignorant royalement les regards et murmures qu'ils déclenchaient sur leur passage. L'histoire de ce qui s'était passé avec Quirrell et les obstacles protégeant la Pierre Philosophale s'était répandue comme une traînée de poudre dans toute l'école. Cependant personne ne semblait être au courant du rôle de Voldemort dans tout ce fiasco et la majorité des histoires faisant le tour de l'école était de fausses rumeurs qui amplifiaient hors de toute proportion ce qui s'était vraiment passé. Les seuls qui connaissaient toute la vérité sur les évènements de la semaine précédente étaient Harry, Blaise, Manuel et Trevor. Dumbledore connaissait une version qu'il pensait être la vraie, ou du moins ils l'espéraient, et bien que Rogue en sache plus que Dumbledore sur les évènements réels, ce n'était toujours pas l'histoire complète.

Mais le banquet de fin d'année n'était pas le lieu pour ruminer de telles choses. Il était à présent temps de célébrer et jubiler car Serpentard n'avait pas seulement remporté la coupe de Quidditch (ils devraient s'assurer que Manuel voie un match un jour) mais aussi la coupe des Quatre Maisons. La Grande Salle arborait une décoration grandiose faite de vert et d'argent, avec une touche de noir pour faire ressortir les couleurs de la maison des serpents. Un immense blason de Serpentard était suspendu derrière la Grande Table où s'asseyaient les professeurs et où McGonagall affichait un air extrêmement renfrogné face au sourire suffisant de Rogue. Apparemment, le fait que Gryffondor perde doublement face à Serpentard était un point noir pour le professeur de métamorphose. Dumbledore fit son entrée et s'avança entre McGonagall et Rogue, bloquant chacun au regard de l'autre.

« Une autre année se termine, dit joyeusement Dumbledore, mais je vais encore vous importuner avec des bavardages de vieillard avant que nous n'entamions enfin ce délicieux festin. Quelle année ! Fort heureusement, vos têtes sont un peu plus remplies qu'auparavant… et vous avez tout l'été à venir pour les vider à nouveau en attendant le début de l'année prochaine…

-Bien sûr, murmura sarcastiquement Harry à Blaise, comme si Trevor allait nous laisser oublier ce que nous avons appris.

- Le moment est venu à présent de décerner la coupe des Quatre Maisons. Le décompte des points nous donne le résultat suivant : en quatrième place, Poufsouffle avec trois cent vingt-six points. En troisième place, Serdaigle avec trois cent trente-deux points. Gryffondor a obtenu quatre cent cinquante-sept points et Serpentard cinq cent cinquante-sept. »

Les Serpentard abandonnèrent toute prétention et commencèrent à trépigner et à pousser des acclamations qui rendirent les Gryffondor encore plus amères. Après le dernier match de Quidditch, les deux équipes s'étaient retrouvées au coude à coude dans le compte des points de leurs maisons, et c'était les points qu'Harry et Blaise avaient remportés après leur aventure qui avaient sensiblement propulsé Serpentard hors d'atteindre des Gryffondor, au plus grand écœurement de McGonagall.

« Bravo Serpentard, déclara Dumbledore avec le regard qui pétillait et en frappant légèrement des mains, et bon appétit. »

Bien entendu, même les bonnes choses ont une fin et avant que les habitants de Poudlard ne s'en rendent compte, ils avaient en mains le résultat de leurs examens et leurs malles étaient bouclées, n'attendant plus que d'être chargées dans le train. Harry et Blaise avaient eu d'excellentes notes dans toutes les matières, bien qu'ils aient été surpris d'avoir si bien réussi en Histoire de la Magie sachant qu'ils ne restaient jamais éveillés en classe, quand ils assistaient au cours. Ils reçurent aussi les redoutables avis leur interdisant de pratiquer la magie pendant les vacances (on pouvait entendre Fred et George s'en plaindre bruyamment), non pas qu'ils aient la moindre importance pour Harry et Blaise puisque Trevor leur avait déjà assuré qu'ils pouvaient briser cette règle particulière sans en risquer les retombées. Un deuxième voyage en bateau sur le lac ramena une nouvelle fois les premières années au Poudlard Express, où ils embarquèrent et commencèrent leur long voyage de retour vers la gare de King's Cross, tout en appréciant des friandises et échangeant leurs projets pour l'été. A l'approche du crépuscule, ils commencèrent à apercevoir des villes moldues et ils troquèrent leurs robes contre des vestes et des manteaux, provoquant chez Harry et Blaise un grand étonnement à la vue de ce que certains sorciers considéraient être des vêtements moldus.

Le Quai 9 ¾ grouillait de sorcières et de sorciers qui étaient arrivés par magie ou qui étaient là pour aider à s'occuper des bagages et pour superviser le départ des élèves en petits groupes pour ne pas trop attirer l'attention des moldus. La plupart des parents moldus attendaient leurs enfants dans la gare principale. Enfin, Harry et Blaise furent poussés à travers la barrière pour être presque aussitôt hélés par leurs pères, juste avant que les jumeaux ne les renversent en traversant en courant la barrière derrière eux.

« Harry, Blaise, appela Trevor, dépêchez-vous. Nous avons encore pas mal de chemin à faire avant de rentrer à la maison et nous avons prévu de nous arrêter pour manger avant de quitter Londres. »

Blaise et Harry se retournèrent suffisamment longtemps pour sourire aux jumeaux qui leur sourirent en retour.

« Ecrivez-nous, » carillonnèrent en chœur les quatre enfants avant de se séparer et de se diriger vers leurs familles respectives.

Harry sourit et serra brièvement son père dans ses bras avant qu'ils ne se rendent tous à la voiture. Cette première année à Poudlard avait été intéressante et, bien qu'Harry n'allait pas compter les jours jusqu'à leur retour là-bas, il savait qu'il serait prêt à repartir quand le moment viendrait. D'ici là, il allait profiter de son été avec son père et du temps qu'il passerait à être quelqu'un d'autre que le Survivant. A la place, il serait juste Harry Darkov, le Prince de la Mafia.


Et voilà c'est fini ! Merci à tous de m'avoir accompagnée et encouragée tout au long de la traduction de cette première partie. Un grand merci à ShadeDancer pour m'avoir autorisée à traduire sa fic, à ma béta titpuce86 pour m'avoir corrigée et conseillée tout au long de la traduction !

La suite, Heir of Blood, devrait faire son apparition cet été. Mais passez donc de temps en temps sur mon profil pour suivre mes avancées ou dans le moteur de recherche pour ne pas louper le premier chapitre.
J'espère avoir pu vous faire aimer Blood Prince en français tout comme je l'ai adoré en anglais. Et si c'est le cas, n'hésitez pas à aller déposer une petite review à ShadeDancer sur la fic originale (vous la trouverez dans mes favoris), ça lui fera sûrement plaisir (et même si vous n'êtes pas forcément Shakespeare je suis sûre que vous trouverez quelques mots gentils).

Bisou à tous et rendez-vous pour Heir of Blood !