Chapitre 22

Libre

Merci pour vos commentaires pour mon dernier chapitre. J'en conclus qu'il vous a plu et j'en suis ravie. Celui-ci est important dans le déroulé de mon histoire et j'ai finalement décidé de le couper en deux. Il m'a donné du fil à retordre, d'où mon retard de publication pour lequel je tiens à m'excuser !

Réponses aux reviews anonymes :

Marina : Je suis contente que ces passages t'aient plu, je me suis bien amusée à les écrire aussi ! Je te laisse maintenant découvrir si tu as raison pour la personne qui a fait son apparition dans le dernier chapitre !

Stephanie: Courage, même si je suis centrée sur la partie aventure, je fais évoluer les sentiments de mes personnages petit à petit… !


On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu'on prend pour l'éviter - Jean de La Fontaine


« Je me doutais bien que vous n'appeliez pas pour m'inviter à fêter Noël tous ensemble mais quand même ! plaisanta Faith tandis qu'elle échangeait un clin d'œil avec Robin assis à côté d'elle sur le canapé. Vous ne pouvez pas vous empêcher de dénicher toutes les apocalypses possibles ! ajouta-t-elle ensuite.

- On ne voudrait échanger notre place pour rien au monde ! ironisa Alex. On aime tellement être au cœur de l'action et risquer nos vies !

- Dans ce cas, vous êtes servis ! répliqua la Tueuse avec un grand sourire.

- Ou alors on est maudit », suggéra Andrew qui avait visiblement réfléchi très sérieusement à cette éventualité.

Angel haussa les épaules devant la remarque du jeune homme.

« Maudits ou pas, nous avons deux combattants en plus. Ca ne peut pas nous faire de mal.

- Doucement, beau ténébreux ! l'interrompit Faith. On n'a jamais dit qu'on allait vous aider !

- Alors pourquoi es-tu là ? répliqua le vampire comme s'il connaissait déjà la réponse.

- OK, c'est vrai qu'on a eu votre message et que ça m'a intrigué mais je ne pensais pas que vous étiez dans un tel pétrin ! expliqua la jeune femme en se redressant.

- Nous avons absolument besoin de votre aide, intervint Willow avec gravité. La Force va sans doute avoir suffisamment d'énergie pour reprendre sa propre apparence très bientôt…

- Qu'avez-vous fait de la faux ? s'enquit Robin.

- Buffy l'a gardée. Elle est dans le coffre, expliqua la sorcière d'un signe de tête pour lui indiquer l'endroit.

- Notre problème se situe principalement si la Force recréée l'armée que nous avons eu à affronter la dernière fois, expliqua Giles. La faux nous a permis de distribuer le pouvoir de la Tueuse aux potentielles, ce qui est toujours vrai à l'heure actuelle. Mais ce qui nous a permis d'éradiquer son armée était le collier que Spike portait et à ce jour, ce sont les démons qui l'ont en leur possession…

- Alors il va falloir aller le chercher, conclut Faith comme une évidence.

- C'est ce que nous pensions, poursuivit l'observateur. Malheureusement, notre petit nombre nous oblige à prévoir un plan extrêmement précis car les démons se sont mêlés aux vampires et aux autres espèces en tout genre. Ils sont maintenant très nombreux.

- Pourquoi avoir autant attendu ? demanda Robin.

- Parce que nous manquions d'informations, soupira Willow. Nous avons d'abord traduit les parchemins liés à la création du collier mais ils n'étaient pas suffisamment précis. On a compris que les démons l'utilisaient pour recréer la Force mais nous avons eu besoin d'un livre très rare, et Buffy et Spike sont allés le chercher en Chine. Nous ne l'avons eu en main que très récemment.

- Je vois, soupira Faith. Au moins maintenant, vous savez ce qu'il faut faire.

- Et c'est pourquoi nous avons besoin de toi et de Robin, compléta Dawn qui était ravie de l'apparition de la seconde Tueuse parmi eux.

- Ca, j'ai compris », fit la jeune femme en attrapant une pomme sur le comptoir.

Elle l'essuya brièvement sur son pull et croqua vigoureusement dans le fruit avant de froncer les sourcils.

« Mais où est Buffy au fait ? Et son blondinet ? » lança-t-elle alors à la ronde.

Devant le silence gêné qui accueillit sa réponse, la Tueuse s'esclaffa.

« Ne me dites pas qu'ils sont restés roucouler en Chine pendant que vous faites les recherches !

- Spike nous a apporté le livre hier mais il n'a pas pu être là ce soir, expliqua finalement Willow.

- Et Buffy ? demanda Robin.

- Ma sœur ne se sentait pas assez bien pour revenir tout de suite, lança Dawn en direction des deux nouveaux.

- Elle est malade ? fit l'ancien proviseur en fronçant les sourcils.

- En vérité, nous ne savons pas exactement pourquoi Buffy a préféré rester en Chine, intervint Giles. Tout ce que nous savons c'est qu'elle expérimente un léger… mal-être et qu'elle a besoin d'un peu de temps pour retrouver ses moyens.

- Vous êtes sûrs que ça n'a pas de rapport avec le retour de la Force ? insista Robin.

- Apparemment non, soupira Willow. Ce serait plutôt une baisse de moral…

- Alors ça ! s'exclama Faith, parfaitement incrédule. Je comprends mieux pourquoi vous êtes si impatients que je rejoigne votre équipe !

- Pour l'instant nous sommes un peu affaiblis mais elle va revenir bientôt ! » s'empressa d'ajouter la sorcière.

Un léger silence s'installa parmi l'assistance avant que Faith ne reprenne la parole.

« Comment on s'organise ?

- Nous discuterons des modalités précises du plan dès demain matin et j'espère que nous pourrons passer à l'action le soir même, proposa Giles.

- On n'attend pas Buffy ? demanda la jeune femme brune.

- Non, nous ne savons pas quand elle reviendra, répondit Angel.

- Bon. »

La Tueuse brune se leva, bientôt imité par Robin ainsi que les autres membres du Scooby.

« Y a de bons hôtels par ici ? lança-t-elle ensuite tout en se dirigeant vers la porte.

- Vous pouvez venir chez moi, proposa Alex. Ce n'est pas très grand mais ça devrait suffire.

- Cool. On n'est pas riche en ce moment. On a tout claqué en Afrique pour notre lune de miel! expliqua-t-elle en souriant tandis qu'elle faisait tournoyer sa main gauche ornée d'une bague en or à l'annulaire.

- Vous vous êtes mariés ?! » s'écria Dawn.

Robin hocha la tête et passa une main autour de la taille de sa femme.

« Au milieu de la savane entre les lions et les singes, leur fit-il savoir.

- On avait envie de faire dans l'original, ajouta Faith, ravie.

- Félicitations à tous les deux ! s'exclama Giles en serrant la main de Robin.

- Moi aussi, je suis très contente pour vous, approuva Willow. Mais si vous nous l'aviez dit, on aurait préparé un cadeau ou quelque chose pour fêter ça…

- On fera ça quand on se sera à nouveau débarrassé de notre copine la Force », lui proposa Faith en lui lançant un clin d'œil.

Sur ces mots, les jeunes gens se séparèrent rapidement afin de profiter d'une pleine nuit de sommeil avant l'affrontement probable du lendemain.


Assise au bord du lac, Buffy ramena ses genoux contre son corps pour se protéger du vent qui s'était levé. Le jour avait presque entièrement disparu et le voile de la nuit apportait une fraîcheur rappelant aux habitants et aux touristes que l'hiver ne les avait pas oubliés.

Depuis deux jours, la Tueuse s'efforçait de rester concentrée sur son objectif initial : reprendre le contrôle de son corps. Le fait d'être focalisée sur cette idée lui avait évité de se perdre dans des idées sombres. Buffy avait ainsi obstinément refusé de penser à quoi que ce soit d'autre que son souffle, l'enchainement des mouvements de combat, l'observation scrupuleuse de ses adversaires, l'anticipation de chaque geste. Et elle avait réussi. Elle s'était totalement immergée et avait été surprise de constater que son instinct n'attendait que sa permission pour s'exprimer à nouveau. Deux jours pendant lesquels la jeune femme n'avait pensé à rien d'autre. Elle l'avait senti. Les réflexes qui sous tendaient chacun de ses mouvements ne pouvaient pas mentir. Enfouie au fond d'elle, la Tueuse était toujours là, et avec elle la force et la détermination des années précédentes.

Cette bulle de concentration s'était pourtant brisée momentanément lorsque Dawn lui avait téléphoné la veille. Elle avait raccroché furieuse, mettant fin au monologue de sa soeur, elle aussi hors d'elle. Buffy ne se rappelait pas l'avoir entendue lui parler de cette manière depuis la mort de leur mère. Lui reprocher de ne pas penser à elle ou à ses amis. De rester se cacher à l'autre bout du monde. De l'abandonner.

La Tueuse avait été cruellement blessée par ces paroles. Dawn ne se rendait pas compte de ce qu'elle vivait. Pourtant, sa soeur était sa dernière famille et Buffy était prête à tous les sacrifices en ce qui la concernait et elle pensait sincèrement que cette dernière en était tout à fait consciente.

Comment avait-elle réussi à se replonger dans son entrainement en quelques minutes, la jeune femme ne l'expliquait pas, sauf peut-être dans sa volonté de s'éloigner des reproches de sa soeur en occupant à nouveau totalement son esprit. Ou alors pour lui prouver qu'elle n'était pas la personne égoïste qu'elle lui reprochait d'être lorsqu'elle reviendrait chez elle.

Mais ce soir, après avoir nagé des heures durant dans l'eau glacée du lac, la Tueuse avait du accorder un peu de repos à son corps meurtri et en quelques minutes seulement, ses pensées s'étaient remises à tourbillonner et le doute à l'envahir.

Les rayons de la lune dansaient sur les eaux troubles du lac et déguisaient les ombres en reflets mouvementés, à l'image de son esprit. Serait-elle jamais capable de revenir à son meilleur niveau? se demandait-elle avec angoisse. Avait-elle perdu toute crédibilité en laissant Spike repartir seul vers ceux qui attendaient impatiemment son retour? Ses amis et sa soeur ne la regarderaient-ils pas avec déception à présent?

La jeune femme ne put empêcher de laisser ses pensées dériver vers la dernière fois où elle avait senti sa vie lui échapper. Bien avant que la nouvelle menace ne fasse son apparition, elle ne se sentait déjà plus vraiment elle-même, se rappela-t-elle.

Buffy sentait confusément que cette période était importante par rapport à ce qu'elle vivait aujourd'hui. Elle s'obstinait à repousser ces moments au fond de sa mémoire mais son esprit continuait à lui envoyer des images, des ressentis, des paroles datant de cette époque pas si lointaine. Elle allait devoir s'y replonger pour comprendre ce qui lui arrivait, elle le savait à présent.

La Tueuse ferma alors les yeux et laissa les images l'envahir malgré son appréhension. Le point de départ, c'était sa dernière bataille contre la Force qui l'avait obnubilée nuit et jour durant des semaines. Elle se souvenait parfaitement de toute la tension qu'elle avait endurée chaque minute. La peur de ne pas être à la hauteur, l'angoisse de ne pas mener ses amis à la victoire. Mais elle avait vaincu. Une fois encore, elle avait été la plus forte et cette fois, le Mal avait été repoussé tellement loin qu'elle estimait pouvoir se reposer durablement.

Pourtant, étrangement, l'intense apaisement qu'elle pensait pouvoir alors ressentir n'était pas apparu. Cela l'avait intrigué au début. Puis elle y avait trouvé des raisons logiques. Sa mission avait guidé sa vie sept années durant et à ce moment-là, elle avait été surprise de constater qu'elle ne savait comment se comporter. Même dans la douleur et les larmes, elle avait su quelle était sa place et son rôle. Sans ennemi, elle avait du temps pour elle et pouvait légitimement avoir une vie de jeune femme normale. Mais quelque chose n'allait pas. Elle s'était demandée si tout ce temps passé à vouloir cette vie ordinaire n'était pas du à son impossibilité de l'acquérir à l'époque. Ou qu'elle avait oublié comment la mener. Ou peut-être parce qu'elle restait la Tueuse malgré tout. Cette hypothèse était la plus vraisemblable mais elle ne lui convenait absolument pas et elle avait tenté de se persuader du contraire.

Ainsi, lentement, elle avait construit sa nouvelle vie autour de ce mensonge. Elle avait trouvé un emploi, recevait chaque semaine sa sœur, faisait ses courses au supermarché du coin, pestait contre sa voiture et les embouteillages, voyait Alex le plus souvent possible. Une vie ordinaire en somme. Une vie qui aurait du lui convenir puisqu'elle l'avait tellement espérée.

Malgré cela, elle était consciente que ses réflexes de Tueuse la différenciaient encore des autres. Elle était sur le qui-vive à chaque coin de rue sombre et prête à se battre au moindre mouvement brusque autour d'elle. Cela lui avait d'ailleurs joué des tours à son travail et elle avait été la risée de ses collègues qui la prenaient sûrement pour une paranoïaque. Morte de honte à chaque occasion, Buffy avait tenté d'enfouir encore un peu plus profondément sa différence en se forçant à ne plus être aussi attentive à chaque instant. Après tout, la menace était éteinte à jamais, pensait-elle sincèrement.

Buffy rouvrit les yeux et fixa les eaux à présent d'un noir d'encre et reflétant une nuit sans étoile. Etait-ce pour cette raison qu'elle s'était isolée sans même s'en apercevoir des autres? se demanda soudain la Tueuse. Parce que cela lui rappelait sa vie passée et ses faiblesses ? Elle ne pouvait pas en être arrivée là, tenta-t-elle de se rassurer.

Et pourtant, sa routine implacable l'avait éloignée de son cercle amical. A force de se surveiller, de se persuader qu'elle ne jouait pas un rôle, elle avait abandonnée une partie d'elle-même. Cette part qui la reliait à ses amis puisqu'eux avaient connu la Tueuse. Elle s'était scindée en deux. Jusqu'à ne plus faire confiance aux personnes qu'elle aimait le plus au monde, jusqu'à douter de leur loyauté envers elle. Elle avait également soigneusement fermé la porte à tout ce qui ressemblait à des liens amoureux. Cela avait même été le plus simple à mettre de côté. L'amour était connu pour son pouvoir de souffrance et elle avait personnellement suffisamment expérimenté cet aspect pour ne plus avoir envie de s'y risquer pour le moment. Elle aurait pu s'inventer un passé ordinaire, le partager avec Jack ou un autre, puis construire de nouveaux souvenirs basés sur cette vie qu'elle aurait eu. Peut-être s'y était-elle refusée inconsciemment car elle savait que cela n'aurait été qu'un mensonge de plus. Elle était alors consciente qu'une relation impliquait une sincérité et une honnêteté qu'elle refusait d'accepter elle-même et il était plus simple de rester seule le soir avec ses pensées.

Et si elle décidait d'être honnête, de partager son secret, comment un homme pouvait-il comprendre ce qu'elle ressentait ? se demanda alors la Tueuse en sentant les larmes lui monter aux yeux. Alors que sa mission avait toujours eu tendance à la couper des autres. Parce que c'était sa nature, tout simplement. Les Tueuses n'étaient pas sensées vivre assez longtemps pour connaitre une vie stable de toute façon. C'était son destin. Comment aurait-elle pu donner ce marché en main à la personne qu'elle aimait ? Cela aurait été cruel. Lui promettre un amour éternel et mourir au combat dans quelques mois.

Paradoxalement, elle refusait pourtant de renoncer à une vie qui aurait pu être la sienne si seulement elle n'avait pas été choisie huit années plus tôt. Souvent, elle avait envie de hurler pour évacuer cette injustice. Elle était devenue sa hantise. Elle était différente. Elle serait toujours différente, même quand la paix régnait sur le monde. Définitivement, c'était injuste.

L'image de Riley s'imprima devant ses yeux. Avec lui, elle avait eu la vie la plus normale possible. Mais finalement, c'est exactement ce qui l'avait éloignée de lui. Elle était seule et inaccessible en état de guerre. A la différence des autres, elle se murait dans ses intuitions et les appliquait. Elle avait souvent eu raison et ses amis se rangeaient ainsi naturellement à elle. Mais comme ils la ne comprenaient pas vraiment dans ses choix, ils lui faisaient confiance comme un soldat suit son général dans la bataille. Ils admiraient sa force et son instinct. On admire les artistes, on croit qu'on aimerait faire partie de leur monde jusqu'à ce qu'on découvre les sacrifices qu'imposent cette vie.

La jeune femme sentit une larme rouler sur sa joue. Elle devait se rendre à l'évidence. C'est exactement l'effet qu'elle produisait.


« Tout le monde a bien compris ce qu'il a à faire ? » s'enquit à nouveau Giles en s'attardant sur chaque visage pour y guetter un signe.

L'assemblée répondit positivement et l'observateur retira ses lunettes pour reposer ses yeux. Le plan pour reprendre le collier était simple mais il exigeait une précision et un respect de leur stratégie qui ne pouvait souffrir d'aucun écart sous peine d'échec immédiat.

« Vous êtes sûrs qu'il n'est pas plus prudent d'attendre Buffy ? demanda Alex, contrarié.

- Nous ne savons pas quand elle rentrera, Alex », lui rappela Willow, également ennuyée de l'absence de la Tueuse.

Dawn, qui s'était levée peu de temps auparavant, s'approcha alors de Faith et lui tendit la faux qui avait servi à sa sœur lors de leur dernier combat commun. La Tueuse brune l'attrapa et la remercia d'un regard. Elle se leva ensuite à son tour et ce fût le signal du départ pour le groupe.

Il avait été décidé qu'ils reprendraient le collier dès ce soir. Spike s'était joint à eux comme l'avait avancé Angel, et Willow et Giles avaient réfléchi à un plan toute la journée. Ils l'avaient proposé lors de leur concertation et après quelques modifications, il avait été adopté à l'unanimité.

Les deux vampires, Dawn et Andrew furent les premiers à franchir le seuil de la porte en direction de la caverne. Tout de suite après, Willow, Alex et Giles leur emboîtèrent le pas. Faith et Robin fermaient la marche.

« J'adore cette faux, souffla la jeune femme à son mari tandis qu'ils s'engageaient dans la rue. J'ai l'impression d'être invincible avec…

- Fais tout de même attention, lui recommanda Robin. Nous n'avons pas le droit à l'erreur.

- Ne t'inquiète pas. Et puis ce sera plus simple quand Buffy sera revenue.

- Tu es tout à fait capable de nous mener à la victoire, Faith », lui assura son mari en attrapant sa main.

La Tueuse brune la serra en retour.

« Je sais. Mais on ne sera pas trop de deux Tueuses quand on aura récupérer le collier à mon avis… »


« Ne devriez-vous pas être avec Hui Ji ? »

La Tueuse sursauta tandis qu'elle émergeait de ses pensées. Le moine du temple dans lequel elle s'était réfugiée quelques heures auparavant pour échapper au froid de la nuit se tenait devant elle, une bougie à la main. Buffy jeta un coup d'œil autour d'elle. Le banc où elle s'était assise était vide, tout comme le temple. La lumière traversait les hautes fenêtres du bâtiment et la jeune femme en conclut qu'elle aurait dû effectivement ne pas se trouver encore ici.

« Je suis désolée, je n'ai pas vu le temps passé…

- La perte de la notion du temps est souvent expérimentée lors de la méditation, lui fit remarquer le moine tout en allumant sa bougie avant de la disposer sur un autel.

- Je ne méditais pas, grimaça la jeune femme en frottant ses mains l'une contre l'autre pour sortir de sa torpeur.

- Vous avez fait beaucoup de progrès depuis votre arrivée parmi nous, continua l'homme qui disposait à présent des pétales de fleurs sans relever sa dernière phrase.

- Merci. Mais je ne suis pas encore au mieux de me forme, répondit sincèrement la Tueuse. Il y a encore des choses dont je ne suis pas sûre. D'autres que j'essaye de comprendre… "

Le moine jeta un coup d'œil à la jeune femme blonde toujours assise et dont le regard semblait se perdre à nouveau au milieu de ce qui la préoccupait.

« Pourquoi avez-vous envie d'abandonner votre mission ?" s'enquit soudain tranquillement le moine tandis qu'il prenait place à ses côtés sur le banc.

Buffy se retourna vers lui, prise de court par cette question à laquelle elle ne s'attendait pas venant se part.

« Oh, eh bien,… c'est assez difficile à expliquer, balbutia-t-elle.

- Essayez », lui enjoignit le maitre.

La Tueuse prit quelques secondes pour mettre de l'ordre dans ses idées avant de se lancer. Les réflexions de cette nuit lui avaient apporté un peu de lumière mais ses idées n'étaient pas encore claires.

« Je ne m'en sens plus vraiment capable, avoua-t-elle. Plusieurs fois, il m'est arrivé d'être comme paralyser. Comme si je n'avais plus le contrôle de mon propre corps…

- Combien de temps cela fait-il ?

- Quelques semaines, répondit la jeune femme. Depuis que cette nouvelle menace a réapparu à Los Angeles, en fait.

- Pensez-vous que cela y soit directement lié ?

- J'y ai pensé mais je ne crois pas. J'ai l'impression que cela vient de moi. De l'intérieur, fit-elle en plaçant sa main au niveau de son ventre. Et je crois que je commence à comprendre pourquoi j'en suis arrivée là…

- Je pense que vous avez raison et que vous avez créé votre souffrance actuelle. L'esprit est doué pour nous montrer les choses que nous refusons de voir.

- Cela voudrait donc dire que je ne peux plus être la Tueuse ? » s'enquit Buffy.

Le moine secoua la tête.

« Cela veut dire que quelque chose en vous refuse de continuer. Probablement une peur suffisamment forte pour vous empêcher de faire ce pourquoi vous êtes née.

- Je crois que je sais où se trouve mon erreur, murmura la Tueuse. J'ai cru que je pouvais être quelqu'un de normal... J'ai cru que lorsque j'aurais vaincu le Mal, je pourrais avoir une vie ordinaire. Ne plus me soucier de ce genre de choses. Avoir un travail, trouver un copain, construire une famille. Comme si l'Elue allait disparaitre et ne resterait que Buffy…

- Vous pensiez avoir vaincu le Mal ? s'étonna le moine.

- C'est ridicule, je le sais. Mais après avoir éliminé la Force, j'y ai cru pendant quelques temps…

- Vous avez fait reculer le Mal comme personne ne l'avait fait auparavant, reconnut l'homme à ses côtés. Mais le Mal est une composante de la nature et on ne peut l'éliminer totalement. Tel le Ying et Yang, le Bien et le Mal se complètent et chacun possède en l'un une part de l'autre. En tant qu'Elue des forces du Bien, vous avez vous aussi une part de Mal en vous.

- Je le sais bien. Mais j'ai voulu croire qu'autre chose était possible. Que ma vie ne va pas s'arrêter d'un instant à l'autre sous les coups d'un démon. A mon âge, il ne doit plus me rester beaucoup de temps, conclut-elle d'un air triste.

- Nul ne le sait, lui fit remarquer le moine. Nul ne savait que vous pourriez repousser le Mal avec autant de force. Je ne pensais pas non plus que les démons pouvaient choisir de rejoindre votre cause et pourtant votre ami en est la preuve.

- Que voulez-vous dire ?

- Chacun est libre de décider ce qu'il fait de sa vie. Avoir un destin ne signifie pas que votre route est déjà tracée. Il y a des chemins parallèles, des détours. Aucun être humain ne possède ni la date ni le lieu de sa mort. Vous êtes dans la même situation. Certes, votre rôle semble vous prédisposer à une vie dangereuse et donc plus courte mais la volonté est un facteur décisif à travers le temps qui nous est imparti. Si telle est votre envie, la vie trouvera toujours un chemin pour s'exprimer.

- Vous pensez qu'une Tueuse peut vivre suffisamment longtemps pour vieillir ? Pour avoir une famille ? s'enquit la jeune femme avec espoir.

- Pourquoi pas, fit le moine en haussant les épaules avant de se relever. Tout ce que je sais, c'est qu'on a toujours le choix. »

Le silence se fit quelques instants et vint entourer la Tueuse qui frissonna. Puis, les paroles du moine l'enveloppèrent et la réchauffèrent. Elle avait le choix. Et si elle ne voulait plus se sentir si seule, elle n'avait qu'à laisser tomber les barrières derrière lesquelles elle s'abritait soigneusement depuis trop longtemps. Redevenir elle-même. Mais cela impliquait de laisser une place à la Tueuse dans sa vie… Buffy ne put empêcher quelques larmes de dévaler silencieusement ses joues tandis qu'elle les essuyait d'un geste de la main.

« Je voudrais que Dawn et mes amis soient là, souffla-t-elle à la silhouette du moine qui s'affairait à nouveau. Je voudrais pouvoir leur dire tout ce que je ressens. Tout ce que j'aurais dû leur dire plus tôt….

- Le livre vous apportera beaucoup de réponses. Savez-vous si votre ami est arrivé ?

- Oui. Mes amis sont en train de l'étudier. Ils vous le renverront dès qu'ils auront fini », lui promit-elle.

Le moine hocha la tête.

« Hui Ji a prévu de vous entraîner au maniement du sabre à nouveau. Il trouve que c'est votre point fort…

- Dites-lui de ne pas m'attendre. »

Le moine se tourna vers la jeune femme qui s'était levée à son tour et fixait la fenêtre permettant au soleil de se répandre en rayons voilés dans le bâtiment. Pour qu'aujourd'hui soit un nouveau départ, elle devait prendre une décision. Elle avait le choix. Soit elle redevenait elle-même et laissait une place à la Tueuse, soit elle l'excluait définitivement. Il n'y aurait pas de retour en arrière.

« Je dois rentrer chez moi. J'ai déjà laissé passer trop de temps. »

Le moine acquiesça.