Titre : Fleur en acier gelé

Fandom : Bleach, Claymore

Genre : OC, Angst, POV, suite d'OS

Rating : R/M

Pairing : IkkaYumiKaori

Disclaimer : Les personnages comme les univers ne m'appartiennent pas. Je les emprunte pour faire mumuse... sauf Yukino Kaori qui m'appartient.

Résumé : Suite de petits OS POV sur Kaori

Dualité

Aussi longtemps que remontent ma mémoire, je crois que la douleur a constitué le principal de mes souvenirs. Une douleur liée à un plaisir trouble, intense quand je relâchais mon énergie démoniaque, le yoki, mais que je devais contrôler sous peine de me transformer définitivement en une créature hideuse, éventrant des humains pour leur arracher les entrailles et les dévorer, un être que peu de guerrières auraient sans doute été capables de vaincre sans y récolter des blessures sérieuses voire y laisser la vie. J'étais une mi-Humaine mi-Yoma, la Tueuse aux Yeux d'Argent Numéro Deux de la Génération Soixante-Quatorze. Une aberration aux yeux de l'humanité. Juste destinée à combattre les autres monstres. Parce que j'étais plus forte qu'un humain ordinaire et parce que j'avais plus de conscience qu'un monstre. Voila la vraie signification de ma nature.

Puis, je suis arrivée par caprice du destin comme par accident dans le monde de Bleach, à la Soul Society. Ce que les humains appellent le paradis où vont les âmes vont après la mort. A cause du monstre qu'on avait fait de moi, je possédais à mon arrivée une grande quantité de reiatsu, me destinant à devenir une shinigami. Un Ange de la Mort. Le combat encore et toujours. Contre d'autres monstres. Et même si aucun d'entre eux n'avaient la puissance, la dangerosité de la seule personne que je voulais tuer, il fallait que j'apprenne à jongler entre mes deux énergies, mon Yoki et mon reiatsu. Mon reiatsu me servait à sceller mon énergie démoniaque, à pratiquement le supprimer à son extrême limite. L'heureuse et seule conséquence fut que les terrifiantes cicatrices de mon ventre disparaissaient elles aussi. Mais ma puissance physique comme ma rapidité diminuaient de manière significative. Je ne pouvais plus utiliser mon épée véloce avec un katana sans le voir se briser comme un fétu de paille tout comme mon bras était au dixième de sa rapidité réelle, Ce désagrément là cessa lorsque j'héritais du bras droit d'Emma, l'Epée Véloce originelle. Ryu no TenHime, mon zanpakûto, de part ses capacités et son pouvoir, était une légère compensation à cette perte de force physique. Mais en tant que shinigami, la Yukino Kaori que j'étais devenue n'égalerait jamais en aptitude guerrière la Séréna au Triste Regard que j'avais pu être des années auparavant. Néanmoins, en levant le sceau et laissant affluer le Yoki dans chaque parcelle de mon corps, toute ma puissance revenait et l'ex-Numéro Deux revenait à la vie. Et avec, ma part de ténèbre, ma soif de vengeance, ma faim de viande et les douleurs qui accompagnent ces revirements.