Réminiscences: A la fin de toutes choses…

Une histoire que j'ai commencé à écrire il y a un bout de temps, et que je me décide à essayer de finir. Chaque chapitre est centré sur un personnage de l'histoire, c'est supposé être un prologue à une histoire longue qui arrivera par la suite, et une sorte de résumé de l'aventure, tout au moins de la façon dont je conçois les personnages.

Sans plus attendre, bonne lecture (et pour éviter de le dire par la suite: non je ne possède pas Golden Sun, pas de droit d'auteurs ni rien, faut remercier Camelot pour ça).

/*/*/*/*/*/*/

« Je préfère vivre pour un futur inconnu, plutôt qu'un avenir dont je sais déjà tout. »

Blanc. Un sol entièrement blanc, recouvert par la neige de ce continent nordique. Tempêtes après tempêtes, un froid glacial et insaisissable régnait en ces lieux. Tout était…blanc. Même son corps se refroidissait, lentement mais sûrement. Il leva la tête doucement vers le ciel, il neigeait, encore. Mais un soulagement accompagnait cette vision...le ciel...n'était pas blanc; sombre, inquiétant, mais étrangement accueillant, il était noir, absent de toute couleur: vide. Noir et blanc cohabitaient dans un monde, deux opposées, pas de mélange, c'était simple.
Un cri retentit, et, de plus en plus doucement, il commença à ressentir une chaleur se propageant sur sa poitrine, dans un effort herculéen, il souleva sa main, la plaça sur son torse avant de la lever à nouveau au dessus de sa tête.
Étrange. Ce n'était ni blanc, ni noir: c'était rouge. Une goutte du liquide inconnu tomba sur son visage, se mêlant à une larme, il pleurait...pourquoi?

« Ivan! » une voix douce, inquiète mais se voulant rassurante, puis une lumière bleutée.

Quelque part, il avait vraiment le sentiment de connaître cette voix, chaleureuse et réconfortante, ainsi que cette lumière azure...elle était belle. L'espace d'un instant quelque chose passa rapidement au dessus de son corps, un autre cri l'accompagnant. Un regard de stupeur de la part d'une jeune fille, une belle et ravissante personne, aux cheveux plus beaux que l'océan lui-même. Des yeux tendres de la même teinte, en vérité, elle attirait bien plus de lumière que le sort qu'elle venait d'invoquer. Une lumière bleue aveugla le jeune garçon…et tel un éclair frappant le ciel, tout devint, l'espace d'un instant, comme un arc en ciel.

Tant de couleurs... oui... c'était vraiment... un très beau monde.

/*/*/*/*/*/*/

-Bouge de là! On a dit que nous ne voulions pas de toi alors pars!

C'était si simple…il n'avait qu'à partir après tout, retourner chez lui, Maitre Hammet était une bonne personne, et la maison dans laquelle il vivait était luxueuse, il serait certainement protégé là bas, et surement, heureux. Les choses qu'il apprenait se faisaient chaque jour plus impressionnantes, et il avait une vie que beaucoup envieraient…alors, il était heureux ?
Quelques larmes coulèrent sur sa joue, et le groupe d'enfant s'éloigna pour jouer à chat, loin de lui. Oui, il avait une famille, un père adoptif respecté, une mère adoptive aimante, une splendide maison, et il était le serviteur de Maitre Hammet. Alors…pourquoi ressentait-il ce vide dans sa poitrine? Cette immense vacuité, un vide si profond qu'il commençait à s'effacer, et laisser place à la tristesse, aux regrets, au désespoir.
Prénom…Ivan. Age:…10 ans. Particularité…télépathe. Ivan avait eu le malheur de faire étalage de ses pouvoirs aux autres enfants, qui commencèrent à avoir peur de lui, et lui mieux que quiconque, pouvait voir à travers eux. Lire dans les esprits…un pouvoir diabolique, il s'y était habitué, lui. Mais connaître les pensées de personnes que l'on croit aimer…c'est un jeu qui finit rapidement. Mal. Kalay est un grand village, réputé pour ses marchands, lui-même vivait chez un marchand, et la seule chose le différenciant des autres enfants c'était…son pouvoir. Les pouvoirs du ciel, bien qu'enfouis dans son jeune corps, et les pouvoirs de l'esprit, déjà développés. Oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, ce jeune enfant, qui se tenait seul en pleurs, était un héritier d'Anémos, un mystique de Jupiter. Ceux qui maitrisent le vent, la foudre et…la psychomancie.

Abandonné par ses parents. Rejeté par les autres enfants. Une question, et une seule faisait rage dans sa tête, une seule petite interrogation, à laquelle n'importe quel petit garçon pouvait répondre, sauf lui.

Qu'est-ce qu'un ami?

/*/*/*/*/*/*/

Vault, un petit village situé au nord de Kalay, le jeune Ivan y séjournait depuis peu, en attendant le retour de maitre Hammet. Il recherchait le trésor qui lui avait été confié et qui venait d'être dérobé. Non seulement ça, mais aussi beaucoup d'autres choses se passaient depuis peu, l'éruption du Mont Alpha, mais aussi cet étrange rêve la nuit suivante. Comme si depuis qu'il était arrivé à Vault, les choses ne cessaient de changer. Dans sa tenue de voyage, cape verte attachée à son dos, le jeune garçon qui avait fêté ses quinze ans il y a peu, se tenait sur une chaise de l'auberge, pensif. Trois inconnus séjournaient à Vault, comme lui depuis peu, et de nombreux objets avaient disparus, une statuette du temple, un vase de la maison du maire, et bien sûr, le bâton de Maitre Hammet. Tout le village soupçonnait ces brigands, mais les habitants ne possédaient aucune preuve et Ivan songeait vraiment à utiliser la télépathie, bien qu'il n'en avait pas eu l'occasion pour l'instant. Un bruit retentit, et deux jeunes garçons pénétrèrent dans l'auberge.

-Humm…ça sent plutôt bon par ici

-Garet, retiens tes instincts, nous ne sommes pas en vacances! Et notre budget est trop juste!

D'ici il pouvait distinguer deux épées et vraisemblablement un sac contenant quelques potions. Des aventuriers, très jeunes semblait-il, pas plus de deux ou trois ans de plus que lui. Mais, chose étrange, il émanait d'eux comme…une aura. Particulièrement de celui qui portait une cape dorée, accordée avec ses cheveux. L'autre aventurier semblait moins sérieux que son partenaire, il avait des cheveux roux, rouges même, et une veste de la même couleur. Après avoir parlé avec l'aubergiste, ils se déplacèrent dans l'auberge, et finirent par se retrouver face à Ivan. Il ferma les yeux et une lueur violette entoura son corps.

-C'est…

*Une quête, l'éruption…*

*Attends…qu'est-ce qu'il fait? Il lit dans nos pensées? *

*C'est un mystique? Mais il n'est pas de Val!*

*Il a quand même du culot d'espionner nos pensées! Ah merde il entend…*

La lueur se dissipa, et les regards dubitatifs des jeunes garçons croisèrent celui d'Ivan, c'était la première fois qu'ils faisaient face à un mystique qui ne venait pas de Val, et c'était également une première pour le mystique en question.

-Et dire que vous avez remarqué que je lisais vos pensées…vous êtes vraiment spéciaux.

-Alors tu es…un mystique?

-Mon nom est Ivan.

Ainsi débuta la rencontre qui allait changer sa vie. Il n'avait même pas pensé pouvoir rencontrer une autre personne possédant un pouvoir, et aujourd'hui, il discutait avec deux d'entre eux.

Le nouveau trio démasqua rapidement la bande de brigands, et ayant de ce fait récupéré les biens volés, Ivan s'apprêtait à retourner à Kalay. Cependant, le pont, qui était la seule voie d'accès entre les deux villes, fut détruit par un groupe de bandits, séjournant dans une ville située plus au nord, Lunpa.
C'est ainsi qu'il rejoignit Vlad, mystique de Vénus, et Garet, mystique de Mars. Tout deux en mission pour sauver le monde, et bien qu'il fut parfois décevant, le monde était tel qu'il était, et le sauver…était bien évidemment le bon choix.

/*/*/*/*/*/*/

Le groupe des jeunes aventuriers, puisqu'il faut bien lui donner un nom, fit son entrée dans une petite clairière, parsemées d'arbres en tout genre, il y en avait certains aussi grands que des maisons tandis que d'autres semblaient de la taille d'une personne normale.

-AHAH! Même contre des arbres tu perds Ivan! Heureusement qu'il n'y a pas de taille minimum pour être un mystique!

-Haha…euh je veux dire, Garet, cesse de te moquer d'Ivan…bon même si faut avouer…

-Vous deux… vous êtes exaspérant! Et puis je suis pas si petit que ça… rétorqua Ivan, un peu exaspéré

-Non bien sûr, y'a plus petit que toi…

-Comme un écureuil…AHAHAH. Et encore, faut pas qu'il soit trop grand! Cette fois, Garet manqua de s'écrouler.

-Franchement vous n'avez donc rien de mieux à faire?

Pas de commentaires, tandis que Vlad et Garet s'appuyaient sur une des grandes souches d'arbres pour se retenir de tomber à la renverse, terrassés par le rire; Sofia poussait un grand soupir constatant l'important niveau de maturité de ses deux acolytes. Ivan, lui, se rapprochait d'un petit groupe d'arbres en cercle.

-Qu'est-ce que…

Il la ressentait. Une immense tristesse, ces arbres étaient profondément attristés, remplis de regrets, d'amertume, de colère et… de peur. Se retournant rapidement pour observer les alentours, Ivan comprit. La ville des bucherons n'était pas vide, ces arbres n'étaient pas des décors... tous les habitants étaient présents… juste devant leurs yeux. Il se leva et apposa sa main sur l'une des branches de l'arbuste, usant de sa télépathie.

*Je peux même pas atteindre le ballon… … …où est maman?*

Tous. Ils étaient tous comme cet enfant et cet homme qu'ils avaient rencontré plus tôt. Tous les habitants de Kolima. L'histoire de cette malédiction était donc réelle...qui avait bien pu faire ça?

-Ivan, qu'il y a t-il?

-...

Sofia commençait à s'inquiéter, elle demanda donc à Ivan ce qu'il se passait, mais ce dernier ne répondit pas.

-Si tu t'inquiète à propos de ta taille tu sais...

-Ce n'est pas ça...ce sont eux.

-Les arbres?

-Ils ne peuvent plus bouger. Ils ne peuvent plus parler. Ils ne peuvent même pas voir ceux qu'ils aiment…

-Ivan…

-Les gens passent par ici sans les voir…des bucherons transformés en arbres…quelle ironie…

Ivan soupira, la situation n'avait rien de drôle. Vlad et Garet avaient cessé leurs enfantillages et reprenaient le cours de la conversation.

-Ironie ou pas…nous allons arrêter ça, répliqua Vlad

-Oui…

La tristesse qui envahissait ces arbres venait de toucher le jeune mystique, il était trop gentil et trop émotif. Il se redressa lentement le regard déterminé, essuyant les quelques larmes qui perlaient sur son visage.

-…nous allons arrêter ça.

/*/*/*/*/*/*/

C'était une matinée comme les autres, le groupe parvint à traverser la mer de Karagol, non sans se perdre magnifiquement en route, malgré les réticences du jeune mystique de Jupiter à faire ramer un vieillard du même côté qu'une femme: mais à quoi pensait Vlad?

Le problème résolu, ils arrivèrent à Tolbi, la ville du Colisée, et l'une des plus grandes de tout Weyard. Une fontaine trônait en son centre, remplie de centaines de pièces d'or; un concours était organisé, en lançant adroitement les pièces on pouvait augmenter sa mise. Le petit groupe se prit au jeu lançant pièces après pièces, et parfois gagnant des armes ou des accessoires. C'était assez futile de perdre son temps ainsi mais pourquoi pas, l'intérêt pour des aventuriers était important. Après quelques passages ils se dirigèrent à l'auberge.

-500 pièces? Mais c'est du vol!
-Désolé mais nous sommes en plein Colisée, les chambres sont chères...

-Ça ne justifie pas une telle somme, c'est plus de vingt fois le prix de l'auberge de Vault!

-Désolé mais ce sont les tarifs en vigueur dans toutes les auberges de la ville.

-Allons Vlad, ce n'est pas comme si nous en manquions, donne lui ses 500 pièces et allons dormir.

-...Très bien.

-Excusez moi... mais c'est 500 pièces par personne.

-COMMENT?

Après une nouvelle engueulade, un soupir allongé d'Ivan, une tentative de charme de Sofia et une intimidation de Garet, l'aubergiste finit par céder, il faut dire que l'intervention de Garet avait de quoi le rendre inquiet.

Rejoignant sa chambre Ivan fut pris d'une sensation inhabituelle, comme s'il... ne devait pas y aller. Étrange. Son regard se posa sur la porte d'une chambre adjacente à la sienne. Quelle drôle de sensation. Un désir irrépressible de franchir le seuil de cette porte, de l'ouvrir et de découvrir ce qui s'y cachait, comme un sixième sens, un fil de destin qui l'y conduisait. Sa main s'approcha du bois de la porte, le frôla, avant de revenir à sa position normale. Il voulait frapper...seulement il n'osait pas. Pourtant, il le savait, quelque chose de très important se trouvait derrière cette porte...

-Qui est-ce?

Il se figea, ni plus ni moins. Son regard resta suspendu à la poignée de la porte, la voix qui venait de le questionner était une douce voix plus pure que le cristal, une jeune fille certainement, et probablement très belle. Ne cherchez pas à comprendre comment il déterminait la beauté du sexe opposé par la voix, lui même l'ignorait, mais ça ne l'avait pour le moment jamais trompé. Un court silence, puis la mystérieuse voix le questionna à nouveau...comment avait-elle pu savoir qu'il se trouvait derrière la porte?

-Humm...ex...excusez moi je...j'allais rejoindre ma chambre.

-Je vois...

Cette fille était...terriblement triste. Le ton de sa voix oscillait entre la tristesse, le désespoir et la résignation, comme une goutte perdue dans l'océan et cherchant à regagner le ciel qui lui avait donné naissance.

-Humm...je me demandais...

-Hé Ivan! Qu'est-ce que tu fais devant cette porte?

Il sursauta. Garet venait de débarquer à l'improviste dans son dos, en criant à pleins poumons alors qu'il était à quoi...50 centimètres de lui? Le mystique de mars frotta la tête de son compagnon après une petite raillerie, avant de se pencher sur la porte.

-Hé qu'est-ce que..

-Allo? Il y a quelqu'un?

Garet colla son oreille à la porte comme pour...et bien pour rien en fait, il l'aurait entendu parfaitement sans mais bon, là on aurait plutôt dit qu'il collait son oreille au sol pour écouter la cavalerie arriver... Son intervention sembla troubler la mystérieuse interlocutrice, qui hésita avant de répondre.

-Hum...uh...oui.

-Oh...tiens donc c'est une voix de fille.

-Garet...

-Tu nous avais caché ça...dis, quel est ton nom?

-Euh...Cylia.

-Garet... La voix d'Ivan se fit plus sombre, des étincelles sortirent de ses doigts.

-Hé qu'est-ce que vous faites là vous deux?

Non. Pourquoi à chaque intervention de Garet les choses avaient tendance à tourner...mal? Il était tout sauf discret et bientôt Sofia et Vlad les rejoignirent, intrigués de voir le garçon l'oreille collé à la porte avec Ivan derrière lui, prêt à lui envoyer la plus terrible des décharges électriques de sa vie.

- Ivan a une copine.

- Qu...quoi?

- Ah bon?

- Non c'est...

- En moins d'une heure, tu te débrouilles bien dis donc.

- Mais...

- Elle est comment?

- Oh, arrêtez de jouer les enfants, intervint Sofia.

Là ça tournait carrément au drame. Pourquoi mais pourquoi cet idiot ne pouvait-il pas se taire quelques instants? Heureusement que Sofia était suffisamment sage pour couper court à la discussion et cesser de...

- Bonjour, je m'appelle Sofia, une amie d'Ivan, ça te dérange si on entre?

- QUOI?

Non mais c'était quoi ce sourire diabolique? Où était passé l'ange bleu toujours à l'écoute et au dessus de toute moquerie et de la stupidité du commun des mortels? Si c'était du trois contre un, le pauvre mystique n'avait aucune chance... non mais vraiment à quoi pensaient-ils tous?

La situation allait se calmer lorsqu'il entendit la porte se déverrouiller...oh, génial.

- Excusez nous de nous imposer...

Depuis quand s'excusait-on le sourire aux lèvres et presque sur le point de tirer la langue? Ivan n'avait jamais vu Sofia ainsi...et ça lui faisait extrêmement peur. Le petit groupe entra donc dans la chambre, une pièce tout à fait normale où la jeune fille vivait seule. Des cheveux d'or, des yeux émeraudes, et une tenue blanche plutôt étrange oscillant entre la prêtresse et le nomade, mais qui lui allait parfaitement. Elle était belle, mais Ivan dû reconnaître qu'il avait tort, elle était bien plus belle qu'il n'avait pu l'imaginer.

/*/*/*/*/*/*/

Les deux groupes s'étaient réunis. Après avoir pris conscience de la terrible méprise qui les avait amenés à s'affronter, Vlad, Pavel et leurs amis décidèrent d'allumer le dernier phare. Mais pour Ivan, ces retrouvailles avaient un sens tout particulier. Il était bien sûr heureux de constater que Cylia, la jeune fille qu'il avait rencontré des mois plus tôt, était encore en vie, faire la connaissance de la fameuse Cylia et de Pavel était aussi un événement intéressant. Mais en ce moment, il était perturbé. Perturbé d'avoir mis les pieds à Contigo, la terre des enfants d'Anémos, d'avoir découvert qu'il avait grandi ici avant de connaître Maitre Hammet, d'avoir pour la première fois fait connaissance avec son passé. Il avait appris qu'il y avait un frère, disparu, mais aussi une soeur. Même si Hamo ne l'avait pas avoué, dans son coeur, il le savait. Déjà lors de leur visite au temple Lama, elle avait laissé planer ce doute, désormais, il en était certain.

Pourtant, elle l'avait repoussé. Il n'avait pas pu la prendre dans ses bras, essayer de la connaître, de la comprendre, simplement: la retrouver. Ils avaient une mission qui passait bien avant toutes ces choses, mais c'était cette même mission qui le préoccupait.

- Que veux-tu, Ivan ?

- Je dois te parler, Hamo.

Elle fronça les sourcils. Etait-ce le fait qu'il fût passé au tutoiement, ou simplement le fait qu'il revînt vers elle, alors même qu'elle le lui avait interdit ?

- Je n'ai rien de plus à te dire. Chaque seconde que tu passes ici accélère la fin du monde.

Ivan tressaillit, mais se ressaisit vite. Elle était... froide. Plus froide que le plus féroce des blizzard, plus inquiétante que la douce brise qui précédait les tempêtes. Il avait grandi seul, il ne détenait donc aucune expérience des relations fraternelles, mais son attitude, il en était persuadé, en était à l'exacte opposé. Elle avait ses raisons, mais ça n'enlevait pas la douleur qui pesait sur sa poitrine.

- J'ai eu une vision. Du phare de Mars.

- ... Quand ?

- Il y a quelques minutes.

Hamo demeura silencieuse, réfléchissant aux mots de son frère. Une vision éveillée ? C'était une chose dont elle ne l'aurait pas cru capable à cet âge, mais cela faisait sens. La présence dans le même lieu d'Ivan, de Cylia et d'elle-même, avait dû éveiller ses pouvoirs. Les émotions ambigües qu'il ressentait et son esprit flottant avaient fait le reste.

- Qu'as-tu vu ?

- Rien... Il n'y avait... absolument rien.

- ...

A cet instant précis, elle perçut dans ses yeux une lueur de désespoir. Elle voulut le prendre dans ses bras pour le réconforter, mais n'en avait pas le droit. Pas maintenant. Lentement elle regarda son petit frère s'éloigner, se demandant encore si son choix avait été le bon. Si elle ne l'envoyait pas tout simplement à une mort certaine.

/*/*/*/*/*/*/

Ivan, mon personnage préféré, pour de nombreuses raisons. Je doute que son passé ait vraiment été ainsi, mais cela fait sens pour moi.